BARREZ-VOUS

Posté par provola le 9 février 2013

  BARREZ-VOUS dans EUROPE David_Cameron_-_World_Economic_Forum_Annual_Meeting_Davos_2010   A tous les Britanniques de malheur qui vous foutez bien de nous , de l’Europe, des pauvres, des chômeurs, qui bichonnez vos paradis fiscaux comme on entretient les caniches dans le seizième arrondissement, je dis : barrez-vous. Vous qui n’avez jamais joué le jeu, qui tenez à votre île, à votre Reine, à votre archiduc, vos gonzesses et leur couronne vissée dessus, à votre descendant qui ne sera jamais Roi, Vous qui tenez à votre fish-and-chips, à votre mayonnaise et votre Anglais que personne ne comprend, vous à l’accent mouillé, comme un ciel envahi de poules déplumées.  

Vous qui avez voulu du tunnel pour nous piquer nos immigrés, vous qui nous renvoyez nos traders dès que les difficultés leur minent les bénéfices, vous qui êtes dedans en étant dehors, vous qui regardez de l’autre côté de l’Atlantique comme on s’accroche à une bouée, pour ne pas couler.

Votre destin n’est pas ici, votre respiration nous pompe l’air, votre suffisance nous insupporte.

Vous qui tenez à la City comme un chat tient à sa gamelle, nous décrétons désormais la fin de la partie, la fin de la mystification, la fin de l’arnaque séculaire. Car votre City n’est qu’un trou noir où la Suisse n’est qu’une partie de plaisir pour évadés fiscaux. Vous êtes la vrai mafia globale, imbattables dans le ratissage international, vous valez quarante paradis fiscaux, vous êtes coupables d’une bonne partie des maux de ce bas monde.

Et vous trouvez que quelques centaines de millions d’Euros pour les pauvres sont de trop pour votre budget de brigands.

Vous êtes tellement imbuts de vous mêmes que vous n’ êtes plus dignes de vos pères qui avaient sauvé le continent et la planète  toute entière.

Vous dédaignez les pauvres mais vous êtes la cruauté et la vilénie incarnées.

Que l’âme de vos royaumes occultes trouve un alzheimer au coin de la prochaine tempête qui ne manquera pas de vous balayer.

Publié dans EUROPE, ROYAUME-UNI | Pas de Commentaire »

LES JEUX QUI PLANQUENT LE JEU

Posté par provola le 22 juillet 2012

                  L'étude de l'ONG Tax Justice Network estime que le manque à gagner pour les Etats en terme de revenus fiscaux serait de 280 milliards de dollars. [MARTIN RUETSCHI  - DR]       

                Les super-riches du monde ont planqué 17200 milliards d’euros au fisc de leurs pays respectifs, ce montant correspond à la somme des PIB des Etats-Unis et du Japon. Cette estimation basée sur une étude du FMI et de la banque mondiale est arrêtée à la fin 2010,  

James Henry ex-Directeur de la société de consulting McKinsey souligne que ce total ne prend en compte que les sommes déposées sur des comptes courants off-shore mais pas les biens matériels tels que les propriétés immobilières et les yachts.

Si l’on prenait en compte également l’ensemble des avoirs de ces cumulards, il faudrait plutôt parler de 26 000 milliards d’euros.

Sachant que la City de Londres est la première destination de ces fonds occultes qui ponctionnent le bien commun de l’humanité, on peut considérer que le Royaume -Uni est la pire des sangsues économiques, bien plus dangereuse que la Suisse, le Luxembourg, Monaco ou Panama.

Et nous voilà bientôt tous rendus, drapeaux en têtes de gondoles pour les jeux olympiques du bluff, sur les bords de la Tamise pour encourager les athlètes du monde entier qui s’en vont sans le vouloir faire une propagande de style pour le grand cirque de sa Majesté.

Il s’agit certainement là de la plus importante campagne de com de la pire des industries de blanchiment d’argent sale.

Chers amis ne voyez-vous pas l’incroyable supercherie, l’extraordinaire dissimulation, avalisée par une classe politique coupable d’aveuglement, pire de complicité, savamment orchestrée par l’union des multinationales, ces sponsors de la déréglementation globalisée ? Réveillons-nous, il nous reste peu de temps pour apprendre à éteindre ce bastringue, cet écran de merde, cette arme de destruction massive des consciences.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, ROYAUME-UNI | Pas de Commentaire »

LES ESCROCS ANGLAIS NE SIGNENT PAS (les réactions)

Posté par provola le 10 décembre 2011

Article accepté à la publication sur LES ESCROCS ANGLAIS NE SIGNENT PAS (les réactions) dans EUROPE icone_redacteur2

Par cg26140 10 décembre 08:02 cg26140

Bravo et merci pour ces vérités !

Par King Al Batar  10 décembre 11:24 King Al Batar

Trés bon article, merci à l’auteur pour ces eclaircissements…

Il n’y a qu’une seule phrase que je conteste « Car le pouvoir britannique n’appartient pas à la Reine »…

JE ne suis pas un adepte de la théorie du complot, mais il est vrai que la famille royale Anglaise, qui n’est pas d’origine Anglaise… « maison de Saxe-Cobourg-Gotha » ca fait quand même pas très brittish… entretien d’étrange lien avec de nombreuses loges maconnique puissante.
Du traffic d’Opium, au colonie de la couronne, en passant justement par la gouvernance de la City, on voit que la reine est présente à tous les niveaux, comme les autres membres de sa famille.
Interessez vous au titre de duc de Kent… C’est un haut placé gouvernemental au niveau civique et militaire et c’est le plus haut degré de la maconnerie Anglaise…

Je pense qu’on est loin de savoir et de mesurer l’influence de la couronne d’Angleterre sur les loges, et sur le monde de la finance comme celui de la City.

Sinon tout ce que vous avz écrit est absolument vrai !

Par Daniel Roux  10 décembre 11:37 Daniel Roux

Cameron, ne représente pas le peuple mais l’oligarchie financière anglo-saxonne.

Et ce qu’elle veut, cette oligarchie, c’est pouvoir continuer à drainer le maximum de capitaux vers la City et ses paradis fiscaux comme le signale l’auteur.

Les chefs d’état des 26 autres pays devraient exiger un référendum de la Grande Bretagne pour demander au peuple si oui ou non, il souhaite que son pays se maintienne dans l’Union Européenne.

Ces mêmes chefs d’état, s’ils étaient un tant soit peu en accord avec leurs beaux discours devraient interdire à toutes leurs banques d’avoir, directement et indirectement, le moindre contact avec les paradis fiscaux figurant sur les listes noires et grises de l’ONU

Par ZEN  10 décembre 11:43 ZEN

Shoking !

Il est des choses qui ne se disent pas, Monsieur !
Et pourtant !
« La City de Londres fait partie des plaques tournantes essentielles dans le blanchiment d’argent.Installer la Grande-Bretagne parmi les nations vertueuses équivaut donc à placer une tenancière de bordel dans un jury de prix de vertu » (Cuénot)

- »Londres est la botte de foin idéale… », disait quelqu’un d’autre, qui en savait long…

__Eclairant et percutant, glaçant aussi, le document diffusé il y a peu sur France5.

Par Daniel D.  10 décembre 12:59

Ce traité est une escroquerie et non un sauvetage.

Les nations perdent tout pouvoir sur leur budget et donc sur leur politique. De plus tout dépassement de dépenses seras automatiquement sanctionné… pour aggraver le probleme.

Ce n’est pas pour dissuader sinon ce ne serais pas automatique… réflechissez un peu !

Si les anglais sont des escrocs, il ne sont surement pas cons, et c’est bien pour cela qu’ils ont refusé l’euro (qui etais structurellement mort-né) et c’est aussi pour cela qu’ils refusent que l’Europe dicte leur budget.

Croire que ce traité est une solution est l’apanage de ceux qui ne voit que le bout de leur nez. Ce traité de la règle d’or enterre l’Europe définitivement, la récession et sa fin sont en route.

Encore une fois les anglais sont bien moins cons que les autres, et gardent une prestance internationale, que la France n’as plus que dans ses fantasmes. Que ce soit la finance qui sauvent leur pays de cete aberation ne changent rien au fait qu’ils seront bien moins impacté quand la fin de crise arriveras.

Pauvres moutons français, vous êtes vraiment largués grâce a vos mérdias bourreur de cranes.

Bon courage, et les jeunes, un conseil, travaillez vos langues étrangères et barrez vous des que vous pouvez car vous payerez pour vos ainés et n’aurez rien quand votre tour viendra. Ne vous faites pas avoir, partez avant de vous investir dans ce pays bancal.

Qui voudrais commencer sa vie par ans de galere ? passez donc ces ans ailleurs et revenez quand/si cela vas mieux …

Daniel D.

Par Daniel D.  10 décembre 19:36

Vous pouvez moinsser, ne vous en déplaise la city et le peuple anglais seront épargné par les sanctions automatiques et leur budget ne seras pas controlé par l’Europe, contrairement a nous.

Quels que soient les vices et crimes de la city, ce traité reste une mise a genoux des états au mains de l’Europe et ce sont les peuples qui en feront les frais.

Vous aimez cracher sur le système financier, mais devez vous arrêter de réfléchir pour autant ?

Manichéens, quand donc penserez vous réellement ?

Daniel D.

Par De la hauteur  10 décembre 14:56 De la hauteur

Dans cette affaire, les dindons de la Face ce sont les Européens, pourquoi reproché aux Anglais d’être cohérent.

Par King Al Batar 10 décembre 15:06 King Al Batar

Pas faux, mais ils nous baisent quand même la gueule

Par Dornach  10 décembre 16:39 Dornach

Et bien sûr, la City doit, sans doute, spéculer sur la dette des pays endettés de l’Europe, puisqu’il y a Goldman Sarchs, Rothschild etc.
Par millesime  10 décembre 18:13

Bravo pour votre article.
les attaques de la City et de Wall Street contre l’euro sont incessantes, et malgré cela l’euro résiste autour de 1.30/1,35 , de sorte que dans les mois à venir, le dollar a des soucis à se faire comme monnaie de réserve, et les licenciements tant à la City qu’à Wall Street vont continuer (ce dont personne le parle.. !).
http://millesime.over-blog.com

Par Annie  10 décembre 19:02

Je n’aime pas trop lorsqu’on parle des Anglais comme cela parce que le peuple anglais est en train de payer une note très salée pour cette crise financière, beaucoup plus salée que les Français.
Sinon vous avez raison, Cameron protège la City et la dérégulation financière. La raison est relativement simple. La GB n’a rien d’autre à marchander. Toutes les industries manufacturières ont été démantelées il y a 25 ans par Thatcher, le pétrole s’est tari et il n’y a rien plus à vendre ou à monnayer que des services financiers, dont la dérégulation a causé la crise actuelle. La seule raison pour laquelle Cameron a choisi cette voie, est pour éviter l’isolement dans son propre parti. La suite risque d’être intéressante. 

Publié dans EUROPE, ROYAUME-UNI | Pas de Commentaire »

LES ESCROCS ANGLAIS NE SIGNENT PAS

Posté par provola le 9 décembre 2011

                                               Les pays de l’Union européenne se mis d’accord. Ils ont tous reconnus l’urgence de la situation.

Tous ? Non car un pays résiste encore et toujours à l’envahissante investigation. Les explications dans nos médias transis et sous influence, sont toujours les mêmes: la Grande-Bretagne est un électron libre, les Britanniques sont des solitaires, ils sont dedans mais uniquement quand ça les arrangent. Mais on les aime comme ça, parcequ’ils sont différents.

Et puis , pas question de réduire à la portion congrue la City qui draine une bonne partie des capitaux mondiaux qui autrement iraient ailleurs. La City de Londres est une institution inaltérable, on ne pourrait pas même imaginer de taxer les transactions financières sur la base de 0,001 %, la taxe Tobin ne passera pas, qu’on se le dise, chocking. Alors, vous pensez, accepter ce nouveau pacte qui mettrait son tutelle l’ensemble des politiques économiques des états signataires reviendrait pour les Anglais à se couper une jambe.

Toutes ces foutaises servent certainement à amuser la galerie, à gaver de miel une opinion peu regardante  mais le diable  comme on dit se cache dans les détails et les détails en Grande-Bretagne s’appellent les Paradis fiscaux. http://www.dailymotion.com/video/xlpx1f_documentaire-city-de-londres-la-finance-en-eaux-troubles_news?start=0#from=embediframe

Rien de ce qu’on nous a voulu nous faire croire sur la prétendue susceptibilité, le caractère bien trempé des sujets de sa Majesté, ou encore la soi-disant singularité anglaise n’est le reflet de la réalité. Car sous une sémantique honorable se cache le dictionnaire de la vulgarité, car la Grande Bretagne n’est pas qu’ un simple particularisme, la City n’est pas une institution flairant bon la respectabilité et la tradition, non ce pays est rien moins qu’un repère de brigands et la place financière respectée de tous une sorte de tripot où convergent la plupart des flux de blanchiment d’argent sale.

Si Cameron n’a pas voulu signer le compromis ou traité ou accord comme on voudra bien l’appeler ce n’est pas tant qu’il tienne à une indépendance politique, c’est plutôt qu’il n’en avait pas le pouvoir. Car le pouvoir britannique n’appartient pas à la Reine, pas à la chambre des Lords, pas au gouvernement ni au premier ministre, pas même au peuple. Le pouvoir britannique appartient à la City qui est aussi indépendante du pouvoir légitime que Monaco est indépendant du pouvoir Français, que San Marin et le Vatican sont indépendants du pouvoir italien, que le Liechtenstein est indépendant des pouvoirs allemand et autrichien, que la Suisse est indépendante du pouvoir européen.

La vrai raison du singularisme, de la puissance en sous-main, de cette pierre angulaire du business planétaire, c’est la City qui coagule grâce à ses satellites la création de richesse mondiale pour la refluidifier sous forme d’hémoglobine capitalistique destinée à l’enrichissement des oligarchies mondiales.

Alors me direz-vous pourquoi la Grande-Bretagne resterait-elle dans la Communauté si ce n’est pour bénéficier de la prétendue protection communautaire ? Vous savez, on est plus forts à plusieurs, l’Europe qui protège et qui serait un contre-pouvoir aux Etat-Unis…blabla.

Tout ça ne tient pas debout, la Grande-Bretagne est simplement membre de l’UE pour la même raison que la Suisse (secret bancaire) ou la Norvège (pétrole de la Mer du Nord) n’y sont pas, pour la raison que Monaco ou Andorre n’apparaissent pas dans le décompte des 27, pour la raison qui pousse les pires mafieux à aller à la messe le dimanche, par pûr intérêt.

Ce qui peut marcher pour des petits pays qui préfèrent rester en dehors pour magouiller en toute quiétude, apparaitrait trop flagrant aux yeux des opinions internationales, car la Grande-Bretagne est un trop gros morceau d’Europre pour rester en dehors des institutions, alors elle préfère rester dedans pour mieux disperser les soupçons même si en réalité elle se trouve en dehors de la Communauté dès que sa solidarité est réellement mise à contribution. De plus, le fait que la respectable Grande-Bretagne soit la garante des territoires de fraude généralisée et de dépendances pratiques au business occulte permet à ceux-ci  d’échapper aux listes noires ou grises censées répertorier les Paradis fiscaux.

 En fait ce qui se trouve dans la Communauté, c’est la Grande-Bretagne proprement-dite, mais surtout pas la City qui dicte le comportement du gouvernement dès lors que la menace d’une intrusion extérieure se fait jour.

C’est exactement ce qui se passe en ce moment où les gouvernements européens s’ingénient à trouver des solutions miracles à une crise qui n’est pas du tout une crise des dettes souveraines comme on veut bien nous l’expliquer mais une conséquence ultime du pillage systématique des richesses par une pompe aspirante à l’échelle planétaire et dont le coeur opérationnel se trouve à Londres. La Grande-Bretagne c’est plus que les colonies de moutons des Shetlands ou de Cornouaille, c’est plus que les pintes de bières du Pays de Galles, la Grande-Bretagne, c’est la majorité des paradis fiscaux du monde, c’est Jersey, Guernesey, les iles Caïmans, Anguilla, Gibraltar, les îles Bermudes, Montserrat, les îles Turques et Caïques, les îles Vierges britanniques, l’ île de Man et  j’en passe…  

Source Wikipédia: L’essayiste français Stéphane Denis écrit en 2008 dans le quotidien Le Figaro : « Si l’on tient comptes des services offerts (secret bancaire, absence de taxes, non-résidence, absence de réglementation), le plus grand paradis fiscal de la planète est la City de Londres. Elle a organisé à la fin des années 1950 la non-réglementation en accaparant le marché des eurodollars ; elle pratique le secret bancaire et l’absence de taxes pour les non résidents (…). Elle dispose de relais exotiques (Bermudes, Bahamas, Îles Vierges) battant pavillon britannique mais destinés à tromper sa propre réglementation. La Suisse, désignée comme le premier paradis fiscal avec le Luxembourg, peut, avec raison, faire remarquer qu’elle n’est qu’un coffre fort de famille, à côté de Londres. » 

Suite au désistement anglais, à ce cavalier seul qui pourrait passer pour une bravade de plus, les journaux insulaires jouent les veuves effarouchées, The Guardian s’attarde notamment sur l’isolement éventuel du Royaume-Uni vis-à-vis du reste de l’Europe estimant qu’avec cette décision, « Cameron met à plat 50 ans de politique étrangère ». Et le quotidien d’ajouter : « plus rien ne sera plus jamais comme avant ». De son côté, The Times, quotidien de centre droit, écrit à demi-mots que ce sont « les pays européens qui ont tourné le dos à David Cameron » plutôt que le contraire.

Sur les raisons et les conséquences du veto de David Cameron, The Economist avance que les Anglais ne sont pas prêts à perdre de leur souveraineté au profit de l’Union Européenne. The Guardian note, lui, que cette décision de Londres a « forcé l’UE à créer de nouveaux arrangements intergouvernementaux ».

Les Anglais tournent autour du pot, du pot de confiture bien évidemment, tout le monde sait la triste réalité, mais ne pipe mot. Le pire c’est que nos médias font de même estimant qu’il ne serait de l’intérêt de personne de révéler l’horreur absolue des mécanismes financiers continentaux qui subtilisent à l’împot et donc aux deniers publics ce qui ne serait qu’une juste rétribution. Car nos médias appartiennent à des multinationales qui profitent du système et ne veulent surtout pas ébranler l’échafaudage. Car les plus grands usurpateurs sont les aussi les plus grands annonceurs dont profitent nos propagandistes patentés. 

Alors on explique que les vrais coupables, ce sont les petits qui bénéficient de lois sociales trop laxistes, ce sont les smicards qui coûtent plus que les fourmis chinoises, ce sont les coûts du welfare, ce sont les 35 heures, la sécurité sociale, l’école publique. Alors on tranche dans le lard, on exploite la peur du lendemain, on badigeonne le futur de coupes budgétaires, de restrictions, d’augmentation du chômage, on crétinise le peuple pour mieux le contraindre et l’exploiter.

 

 

Publié dans EUROPE, ROYAUME-UNI | Pas de Commentaire »

CARPACCIO DE BACON

Posté par provola le 26 juin 2010

La perfide Albion se régénère, la sorcière de Grande Bretagne nous revient sous la forme d’un diable à la gueule d’ange. Comme la queue d’un lézard, David Cameron repousse les limites de la forfaiture, il déconne plein tube mais le peuple se tamponne du tour de vis pour une simple histoire de timing.

Tout est permis, avant d’être pris la main dans le saccage social, le premier ministre nouvellement intronisé respecte sa fenêtre de tir, il a été élu par le peuple mais il respecte avant tout les marchés, ce qui n’est pas exactement la même chose.

Pendant quelques semaines, ( popularité du nouvel entrant, coupe du monde)  il peut trancher du bacon à loisir, laminer le lard des rosbeefs, ce qui veut dire réduire le budget de l’Etat à une tranche de carpaccio, fine comme du papier à cigarettes. L’objectif est de contenir les déficits, rassurer les marchés financiers, c’est à dire les banques qui prêtent au états.

On parle d’instaurer une taxe sur les banques, mais on sait qu’elle n’a aucune chance d’être adoptée au niveau international, cette manoeuvre politicienne, permettant de faire passer le plat de résistance sous forme d’une hausse de la TVA de 2,5 %, ce qui revient à faire payer les couches les plus défavorisées, que dis-je, à matraquer les classes d’en-bas, celles qui n’ont pas un sou de coté et qui devront au final éponger les augmentations des prestations des prêteurs, des taxes bancaires, celles qui ont été contraintes de voter pour des geôliers des comptes publics, pour les tenants des favorisés du système.

Au delà des augmentations d’impôts pour les petits, le plan d’enfer des conservateurs va couper dans les dépenses de l’état qui pourraient également s’entendre comme des redistributions de richesses. Évidemment, appelée comme cela, les coupes franches s’apparentent quant à elles à une tentative des classes favorisées de se soustraire à l’effort de solidarité.

Le seul intérêt de ce retranchement en rase campagne est comme d’habitude de rassurer les créanciers et les investisseurs dans le but de les empêcher de lorgner vers d’autres terrains de jeu.

Paupérisation, précarité, piège à cons, les véritables orientations du gouvernement Cameron ne laissent pas place au doute, sous couvert de rigueur budgétaire, il s’agit en fait de contraidre la population à une machine économique concurrentielle, de réduire les maigres avantages sociaux restants à la portion congrue.

Tout en conservant la trentaine de paradis fiscaux sous bannière britannique (Jersey, Guernesey, îles Vierges, îles Caïmans, Anguilla, Bermudes, Gibraltar, Montserrat, Iles Turques-et-Caïques, Man, ect.), ces territoires concentrant quelques centaines de milliards de livres totalement inutiles à la cause commune.

Mais de cela plus personne ne parle, car ne faut-il pas sauver les riches, même la Reine ?     

 

Publié dans EUROPE, ROYAUME-UNI | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement