ISRAËL PALESTINE: COHN-BENDIT SERMONNE ASHTON

Posté par provola le 3 octobre 2011

                          On ne peut que se réjouir d’entendre un parlementaire européen secouer de la sorte notre Ministre des Affaires étrangères Catherine Ashton qui se retrouve à ce poste par on se sait quel miracle tant elle apparaît à tout le moins transparente et sans envergure:

http://www.youtube.com/watch?v=JW7dYBverT8

En tous cas merci à Dany. Un grand moment de politique à mon sens, à ne manquer sous aucuns prétextes, de tels élans dans nos institutions européennes de dupes sont si rares malheureusement, il est donc important qu’ils ne passent pas en plus inaperçus. 

En attendant, le Congrès américain à majorité républicaine pro-Israélienne a bloqué une aide de 200 millions d’euros à la Palestine pour la punir d’avoir déposé une demande de reconnaissance à l’Onu et ceci contre l’avis d’Obama et contre l’avis des militaires israéliens qui voient comme conséquence possible à cette manoeuvre, une déstabilisation de la région en empêchant le gouvernement palestinien de payer le salaire de 150 000 fonctionnaires.

On imagine facilement à quoi pourrait aboutir cette politique du pire prônée par les sbires de l’Aipac.

Publié dans ISRAEL, PALESTINE | Pas de Commentaire »

LA PALESTINE EST UNE MER MORTE (LES REACTIONS, SUITE)

Posté par provola le 1 octobre 2011

Sur Agoravox, la suite des réactions après la publication de « LA PALESTINE EST UNE MER MORTE »

Par Cosmic Dancer  1er octobre 10:09 Cosmic Dancer

Vous avez déjà vu la gueule des pierres en question ? C’est pas des cailloux qui tiennent dans la main d’un enfant. D’ailleurs ça a récemment tué un homme et son bébé, défonçant la voiture, cherchez et vous trouverez les images, explosant le pare-brise, brisant leurs crânes. Vous pensez vraiment qu’un caillou de la taille d’une grosse bille ferait de tels dégâts ? Faut arrêter avec le mythe inversé de David et Goliath.

Par Andromède  1er octobre 01:49 Andromède

Ca parait choquant, mais dans l’absolu un état a une forme de légitimité à refuser de reprendre des réfugiés. 

La position israélienne qui est une forme de droit de regard sur la future politique intérieure d’un état voisin n’est pas non plus irréprochable. 

 

Les représentants de Cisjordanie et Gaza ne sont sur le plan du droit international pas tenus d’accorder la nationalité à des personnes extérieures. Sauf à considérer qu’il y aurait des obligations dues à leur religion ou à des similitudes ethniques, ce que je ne peux considérer. Surtout que l’acquisition d’un statut de citoyen irait de pair avec la perte d’un autre, celui de réfugié accordé par l’ONU, et donc logiquement la fin des coopérations et aides avec l’UNRWA. 

 

Tout le monde sait ce que sera cet état palestinien au début, probablement corrompu, pas très démocratique, plus occupé par sa clique au pouvoir que par sa population, mais pour moi la question n’est pas là, pas plus qu’elle n’est dans l’acceptation d’une population « étrangère » qui n’est stricto-sensu pas de Cisjordanie ni de Gaza. En droit international, conditionner la reconnaissance d’un état à son accord pour accorder la citoyenneté à une quantité de réfugiés qui représente proportionnellement à sa population une part importante ne tient pas pour moi. La Palestine revendique son statut d’état pour certaines raisons, parce que c’est un territoire occupé après une guerre perdue mais dont l’évacuation a été demandée par l’ONU depuis plus de quarante ans, or ces raisons sont indépendantes de la question des réfugiés, qui est certes très dure pour les intéressés, mais qui est autre et distincte. En gros, ce serait Israël qui demanderait à un nouvel état potentiel de reprendre un de ses propres problèmes (parce que c’est celui d’Israël, ces populations étaient sur son territoire) pour avoir le droit d’exister, cas de figure théorique, puisqu’il parait peu vraisemblable que les cercles dirigeants d’Israël acceptent l’existence d’un état palestinien. 

 

Ce que cette histoire me parait révéler, c’est une illustration supplémentaire de la capacité de régimes corrompus, autoritaires et violents à se maintenir au pouvoir dans des pays du Proche Orient, mais si ces régimes ne se sont pas maintenus par hasard, les évènements de 2011 ont montré leur fragilité, et maintenir la Cisjordanie dans ce statut batard ni annexé à Israël (notamment parce qu’une annexion sans octroi général de sa citoyenneté est impensable) n’est pas susceptible d’affaiblir ce type de pouvoir, il est bien connu que ce ne sont pas les types de relations politiques les plus éclairés qui prévalent dans les périodes de trouble, or actuellement, on a encore dans le monde arabe des régimes qui ne parlent pas au nom de leur population, qui les acceptent passivement au mieux et qui souvent les détestent, même sans contestation ouverte et immédiate. Ce que dit l’ambassadeur palestinien au Liban ne peut pas m’éclairer d’ailleurs sur le point de vue des citoyens de Cisjordanie, sur le point de vue des réfugiés (qui aimeraient évidemment être traités autrement qu’au Liban par exemple, mais avoir la capacité de s’intégrer dans la société jordanienne ou libanaise est une chose, demander à devenir citoyen et abandonner sa propre histoire en est une autre, franchement, je n’ai pas d’informations pour connaitre leur point de vue), sur sur le point de vue aussi d’autres clans, d’autres centres de pouvoir concurrents. 

 

Dans la pratique, je trouve ces propos navrants, ils n’annoncent pas grand chose de positif à court terme pour les réfugiés, rien d’autre que la poursuite de la politique de tous les camps impliqués envers eux depuis 60 ans. 

Par Cosmic Dancer  1er octobre 09:15 Cosmic Dancer

Israël a déjà discuté le retour des personnes ayant quitté leur lieu et qui vivaient sur place jusqu’en 1948…

Mais si les responsables d’un futur Etat palestinien ont le droit, comme vous le dites, de ne pas accueillir les réfugiés palestiniens et leur refuser la citoyenneté, pourquoi en faire un cheval de bataille lors des négociations ? N’est-ce donc qu’un argument diplomatique sans valeur politique, voire un argument destiné à la communication interne et inter-palestinienne ?

Ensuite, si tel est leur droit à refuser les réfugiés, pourquoi ne serait-ce pas celui d’Israël ?

Enfin, êtes-vous tellement certain que lesdits réfugiés vivaient sur le territoire aujourd’hui israélien ? Par quel miracle seuls ceux qui vivaient là à une époque où les guerres suivantes n’avaient pas eu lieu et avec elles les lignes d’armistice et territoires disputés les réfugiés partis en 1948 auraient-ils vécu sur le sol du futur Etat d’Israël tel que connu de nos jours ? Personne n’aurait donc fui Jérusalem Est, la Bande de Gaza et la West Bank ?
Par Cosmic Dancer  1er octobre 09:27 Cosmic Dancer

A cela s’ajoute le fait que l’ONU et l’UNRWA n’ont pas la même définition puisque pour l’ONU en 1948 les réfugiés étaient les populations (estimées à maximum 700 000 personnes et minimum 450 000) ayant fui la guerre annoncée par les pays arabes, tandis que l’UNRWA considère réfugiés leurs descendants.
Faut-il alors considérer réfugiés les Juifs et leurs descendants qui ont fui le Maghreb, l’Egypte, l’Irak, la Libye, etc., au même moment, voire un peu avant ou un peu après, et leur accorder les mêmes droits au retour et indemnisations (combien ont laissé leurs clés sur la porte, quittant discrètement des pays où vivaient leurs ancêtres, où reposent leurs ossements, où ils avaient emploi ou entreprise ?).
J’ai rencontré une femme ayant rejoint Israël où vit sa fille, respectivement âgées de +80 et +60 ans, en 2008 pour finir ses jours près d’elle. Elle avait vécu des décennies au Brésil, après avoir fui l’Egypte, son pays de naissance, avec pas même son alliance au doigt (interdit). Elle était apatride avant de devenir Brésilienne, l’Egypte ne lui ayant, pas plus qu’à son mari ni à quiconque, jamais accordé la nationalité égyptienne.
Ils ont quitté l’Egypte en 1956 en pleurant, faisant leurs adieux secrets à leurs voisins et amis musulmans qui n’avaient pas les moyens de les protéger de la fureur antisémite sévissant autour d’eux.

Par James  1er octobre 10:01 James

« Israël a déjà discuté le retour des personnes ayant quitté leur lieu et qui vivaient sur place jusqu’en 1948… »

Ils n’ont pas quitté leur lieu, ils ont été victimes d’un déplacement de population, entre 700 000 et un million de personnes, ce qui se nomme vulgairement un vaste nettoyage ethnique, le droit au retour dans leur foyer d’origine est donc une revendication imprescriptible et inaliénable.
Voir à ce sujet IIlan Pappé  : « le nettoyage ethnique de la Palestine » le plus déterminé des nouveaux historiens israéliens, qui s’évertue à faire voler en éclats les derniers débris des mythes fondateurs de l’idéologie sioniste et par conséquent de sa matérialisation sous la forme israélienne actuelle .

Par Cosmic Dancer  1er octobre 10:15 Cosmic Dancer

Les chiffres ne sont pas établis, inutile de chercher à les surévaluer.
Ensuite, nulle autorité juive n’a ordonner aux Arabes de se « déplacer » : c’est simple, la terreur s’exerçait des deux côtés, des témoignages en font état, chacun tentant de chasser l’autre.
Enfin, en situation de guerre, qu’est-ce que vous croyez ? Que rien ni personne ne bouge de son propre chef ? Les files interminables de réfugiés sur les routes, partout où sévit une guerre, c’est encore une manipulation de l’ennemi ?

Par James  1er octobre 11:28 James

@Cosmic
J’ai écris entre 700 000 et un million ! surévaluation ?

Par Alef  1er octobre 08:59

@Andromède
Il est vraisemblable que, si les Arabes de Judée-Samarie (et non Cisjordanie) sont placés devant le choix, soit d’être citoyens de façon pleine et entière de l’Etat d’Israël, soit de choisir l’indépendance, la majorité choisira la citoyenneté.

En Israël, on y vit bien mieux que dans tous les pays arabes.
Le problème actuel en Judée-Samarie ce sont les clans et les mafias qui font les lois pour le plus grand malheur de la population.

Je ne vois aucun problème en tout cas, concernant la fusion de la Judée-Samarie avec l’Etat d’Israël. Il n’y a aucune raison morale, ni historique, pour que ce territoire en reste séparé.

Par James  1er octobre 09:50 James

@Alef
« Il est vraisemblable que, si les Arabes de Judée-Samarie (et non Cisjordanie) sont placés devant le choix, soit d’être citoyens de façon pleine et entière de l’Etat d’Israël, soit de choisir l’indépendance, la majorité choisira la citoyenneté. »

Ah bon ! et ces manifestation de joie quant à la demande d’indépendance d’Abbas à l’ONU c’était du folklore, surement une mise en scène , quel comique ce Alef .

« En Israël, on y vit bien mieux que dans tous les pays arabes. »

Oui mais seulement en tant qu’ Israëlien, parce que si démocratie il y a, elle est uniquement à visage communautaire .

Par Cosmic Dancer  1er octobre 10:05 Cosmic Dancer

Faux.
La particularité d’Israël réside dans le fait de distinguer citoyenneté et nationalité, et pourquoi pas ? Puisqu’il y a des députés arabes à la Knesset et des militaires de haut rang musulmans, de grands projets judéo-arabes (économiques et culturels) où est le problème ?
Israël est-elle la seule société au monde à devoir s’améliorer ?
Il me semble que dans le coin, on exécute pour sorcellerie (Arabie saoudite), pour homosexualité (Iran), on explose son voisin parce qu’il n’a pas la même religieux (coptes d’Egypte, chiites contre sunnites notamment en Irak), on persécute et massacre ses opposants (Syrie, Yémen).
Et ce n’est un secret pour personne : les populations arabes du coin ont longtemps été les plus éduquées.
Ensuite eh bien, les gens choisiraient de vivre plutôt dans un Etat ou plutôt dans un autre. Inutile de spéculer, personne n’en sait rien, mais enfin les témoignages ne manquent pas de ceux qui préfèrent être Israéliens, se sentent Israéliens, se revendiquent tels.

Par Alef  1er octobre 10:02

Avez-vous déjà été en Israël ?

Les Arabes israéliens bénéficient des mêmes droits que les citoyens israéliens.
Alors qu’il y près de 20% d’arabe en Israël, la cohabitation se passe bien mieux qu’en France.
Le port du voile n’est pas interdit , on voit des femmes voilées à l’université Ben Gourion de Beershéva, dans les séminaires pour professeurs, au marché, dans la ville.
A savoir aussi que Les Bédouins israéliens ont une longue tradition d’engagement volontaire dans l’Armée Israélienne
Par caramico  1er octobre 10:53 LA PALESTINE EST UNE MER MORTE (LES REACTIONS, SUITE) dans ISRAEL donateur-d876a

Les arguties alambiqués des pro-Israel uber alles, teintées de fables mystico-religieuses d’avant le déluge tentent de noyer un poisson fait d’êtres humains spoliés, assassinés, déportés, empoisonnés…sous nos yeux, tous les jours.
Malgré une propagande massue à travers tous les mérdias bien-pensants, vous ne pourrez jamais convaincre la majorité des êtres humains révulsés par cette profonde injustice..

La preuve vous êtes largement « moinssés », comme vous le dites, un homme une voix, pas besoin d’argumenter des années avec des enc…… de mouches.

Par Bobby  1er octobre 11:03 Bobby

Bonjour,

… et si nous supprimions les frontières, les « nationalités » et que nous laissions place (enfin) à la Paix ?

Publié dans ISRAEL, PALESTINE | Pas de Commentaire »

LA PALESTINE EST UNE MER MORTE (LES RÉACTIONS)

Posté par provola le 30 septembre 2011

Article accepté à la publication sur LA PALESTINE EST UNE MER MORTE (LES RÉACTIONS) dans ISRAEL icone_redacteur2

Par Jean Eymard-Descons  30 septembre 12:49 

Au Nord, c’était les colons…

Par Alef  30 septembre 13:14

La sempiternelle rengaine des pro-palos nous est encore servie
Non mais, vous y croyez vraiment à votre réécriture de l’histoire assaisonnée de votre miserable victimisation ?

Par Farniente  30 septembre 14:32 

Pas d’attentat terroriste au jet de pierre aujourd’hui ?

Par tiloo87  30 septembre 16:43

La patrouille…
Aura-t’on droit à un mur, nous aussi ?
Par Ariane Walter  30 septembre 13:27 

Oh ! Alef, on e voit un peu partout aujourd’hui. Tu es de garde ?

Par James  30 septembre 14:49 

Des voleurs, mais des voleurs z ’élus, ne l’oubliez surtout pas !
Implantation, est le type d’argument propagandiste passé désormais dans le langage journalistique courant, pirouette visant à légitimer la présence de colons illégaux sur des territoires spoliés .
Ce ne sont pas des implantations, mais des colonies occupées par 500 000 fanatiques en Cisjordanie, territoire palestinien .

Par Menouar ben Yahya  30 septembre 17:01

J’ai vu une émission chez Teddeï ou il était question d’Israél et de l’Amérique. Une femme complétement hystérique qui intervient souvent dés qu’il s’agit de défendre la politique israéliennne était là, il y avait aussi des pseudo intellos qui étaient au diapason avec elle pour dire que c’était compliqué mais qu’Israél et l’Amérique avaient en commun un gout prononcé pour la liberté et que les deux se battaient pour la liberté dans un milieu hostile….ecoeuré, j’ai zappé, c’était trop, une nausée terrible m’a secouée…les Etats unis se sont construit sur le génocide des indiens, les terres ont été volées, les indiens parqués dans des réserves, c’est ça le point commun avecd Israél, c’est celui qui me saute aux yeux, c’était au nom de la liberté, d’accord ! J’avais pas saisi la grandeur de la démarche. Si j’ai bien compris pour massacrer, voler, humilier…il faut d’abord être une démocratie ? Heureusement avant que je zappe une personne totalement minoritaire dans ce débat de faux culs, a pri la parole pour défendre les Palestiniens, sans ça, je vomissais sur le canapé.

Par Alef  30 septembre 18:45

Il n’y a pas de Palestine mais il y a Israël une nation reconnue et membre de l’ONU.

On ne le répètera jamais assez, le peuple « palestinien » n’existe pas. La création d’un État « palestinien » est seulement un moyen de lutte contre l’État d’Israël pour l’unité arabe.
En réalité aujourd’hui il n’y a aucune différence entre les Jordaniens, les « Palestiniens », les Syriens et les Libanais. La « Palestine » n’est qu’une région géographique ; elle n’est ni un peuple, ni une nation, on ne peut donc en faire un État.

Pour vos problèmes de vomissement, routard.com conseil le PRIMPERAN (1/2 à 1 comprimé trois fois par jour, avant les repas)
http://www.routard.com/guide_voyage…

 Par Andromède 30 septembre 23:04

Well, reprenons, 

il n’y a aucune différence entre les Jordaniens, les « Palestiniens », les Syriens et les Libanais.

Totalement faux, puisque leurs histoires respectives ont totalement divergé depuis des décennies, ce qui a contribué à en faire des sociétés avec leurs particularités propres. 


elle n’est ni un peuple, ni une nation, on ne peut donc en faire un État.


Il y a juste toute l’Amérique Latine dans ce cas, sauf le Brésil (langue) qui n’aurait aucun droit à être constituée d’états différents. L’Autriche n’aurait jamais du non plus être évacuée par les Alliés au début des années 50, en effet, parlant allemand et culturellement allemande, quelle était son « existence » ? Juste, petit détail que vous oubliez, les nations ne se forgent pas que sur des critères linguistiques, ethniques ou religieux, ni même sur la combinaison de ces trois éléments. Et aussi que les découpages de sentiments d’appartenance nationaux ne sont pas intangibles et figés à une sorte d’âge mythique trans-historique au delà duquel il ne saurait y avoir de mutations ou de création de nouveaux groupes pouvant revendiquer le droit à être un état, les évènements/processus historiques qui font que telle ou telle conscience nationale apparait dans partie ou totalité de la population sont innombrables : pas d’Espagne avant la Reconquista, pas de Suisse avant le Moyen Age et la constitution de leur indépendance progressive, pas de conscience nationale allemande avant Luther. La règle qui veut que les identités nationales et la conscience de leur existence par des groupes de personnes fait aussi que ces constructions sont mortelles, comme les civilisations, plus de royaume ostrogoth en Italie, ni de royaume lombard, ni de royaume suève en Espagne. Pourtant, ni ces peuples ni leurs particularités linguistiques, culturelles-religieuses voire ethniques n’ont disparu du jour au lendemain, ce qui montre donc que ces critères ne sont pas tout et ne prennent pas en compte le désir de se revendiquer d’une communauté politique/nationale propre.


Les Palestiniens existent aussi parce qu’ils ont une histoire qui leur est propre, qui n’est plus celle de la Jordanie depuis 1967. 


Deux suggestions alors, soit vous lâchez les territoires occupés et les laissez à la Jordanie. Mais dans ce cas, est-ce que c’est ce que souhaitent les Palestiniens ? Soit vous les annexez, chiche, et vous acceptez de devenir un état où les Juifs sont en minorité. 

Par Cosmic Dancer 30 septembre 23:22 

Ce n’est ni ce que souhaite le pouvoir jordanien, ni ce que souhaitent les Palestiniens de Gaza (majoritairement jeunes et gavés par le Hamas au point d’être dans un genre de punk-attitude, écrivant des revendications fuck tout le monde dans le coin), ni ce que souhaite le Fatah qui via non officiellement son représentant au Liban a fait savoir que les « réfugiés palestiniens » n’auraient pas la nationalité palestinienne dans l’hypothèse d’un futur Etat palestinien. Les responsables du Fatah n’ont ps souhaité commenter cette déclaration faite à Beyrouth ce jour, capitale du Liban qui ne reconnaît non plus aucun droit ni aucun statut aux « réfugiés » depuis plus de soixante ans, ce qui ne semble préoccuper personne.

Par himmelgien  30 septembre 20:40

 Chaque fois que j’ai parlé de la politique israélienne qui finira par transformer le territoire en Mer Morte, il se trouvait toujours un merdeux bien pensant pour me rappeler qu’on ne se trouvait pas sur la planète Arrakis et que « Dune » était un roman de Science-Fiction  !… Sauf que cette colonisation insensée va bien transformer cette région en désert d’Atacama … voire pire : car même en Amérique du Sud, les nappes phréatiques doivent être restées intactes !… Sous la Palestine , tout est à sec ou pollué !… Les puits palestiniens, bien sûr en priorité … avec tout le cortège de maladies qui accompagnent la consommation d’eau souillée et qui frappent en particulier les très jeunes enfants !… Ce sont donc des générations qui vont être handicapées, indicible plaisir pour ceux qui ont toujours voulu se venger de ces peuples fiers , qui n’ont jamais plié le genou devant personne et qui contemplent avec mépris les gesticulations de ce « foyer » d’imposteurs qui a trahi son fondateur-mécène, Edmond James de Rothschild !… Ceux-ci savent aussi que grâce à leur double nationalité, ils disposent d’une base de repli aux US si çà tourne vraiment mal … alors que les Palestiniens sont pris au piège de leur pays empoisonné !… 

Par Alois Frankenberger  30 septembre 23:28

Ouais mais c’est pas un scoop et c’est d’ailleurs étonnant qu’on trouven encore des volontaires pour continuer une lutte qui est d’ores et déjà sans issue.

Ceux qui ont encore un soupçon de lucidité devraient se casser le plus vite possible de la région avant qu’il ne soit trop tard et laisser les fanatiques religieux s’entretuer pour un bout de désert pollué et inhabitable.

Par GLANDU  30 septembre 21:53 

la « cisjordanie » c’est la transjordanie.
La jordanie a abandonnée cette région à Israel lors d’une guerre. 
La palestine en tant qu’état est une illusion.
les « palestiniens » sont Jordaniens et la jordanie est à l’est du jourdain. 
et le reste c’est du pipeau

Par TSS  30 septembre 22:54
si la palestine n’existe pas ,israël n’est qu’une invention occidentale (anglaise) qui date de la fin

du XIX ème siècle et non pas de 1947 !

Ah,ces anglais ! encore un coup de maitre à leur actif(pour foutre la m..de)… !!

Par GLANDU 30 septembre 23:03 

une invention née bien avant l’occident… smiley

je ne sais pas moi…faites un peu plus d’histoire et un peu moins de doctrine mon vieux !

Par Farniente  30 septembre 23:28 

faites un peu plus d’histoire et un peu moins de doctrine mon vieux !

Heuuuuu…………Était-ce un message adressé à Alef ?Parce qu’avec plus d’histoire et moins de doctrine,difficile de légitimer l’existence d’Israel.
Ne pas oublier que la bible n’est PAS un manuel d’histoire,et la torah encore moins

Publié dans ISRAEL, PALESTINE | Pas de Commentaire »

LA PALESTINE EST UNE MER MORTE

Posté par provola le 29 septembre 2011

LA PALESTINE EST UNE MER MORTE  dans ISRAEL             

                                      Israël au mépris de toutes les résolutions de l’ONU, mais qui s’en préoccupe encore, poursuit sa marche forcée vers les points d’eau de non retour, les eldorados volés, les oasis d’occupation.  

C’est une histoire de robinets qui fuient d’insolence, d’un anévrisme dilaté, plein d’une eau salée qui donc reste inbuvable, copie de la Mer Morte de trop d’épuisement. L’expansion du bassin des colons est d’ingéniérie hydrique, le développement est d’abord une question de tuyauteries d’eau douce.

Le retrait palestinien est d’eau frelatée, de caniveaux souillés, de rigoles à sec, de camions citernes immatriculés sur l’autre rive, de pertes de pression, de tonneaux percés, toute cette soif perdue constitue la Bible des Danaïdes.  

Les barres de bâtiments succèdent aux bâtiments en barres et ce ne sont pas de nouvelles colonies mais le bout de la rue, la rue qui coule le long d’un trottoir qui avance; on va juste construire une boulangerie, vous ne voudriez pas que les colons n’aient pas de boulangerie tout de même, et un terrain de foot aussi, l’autre, le terrain vague des sans droits est à trois kilomètres, et un hôpital, un hôpital à colons, pas pour ceux qui  doivent s’en aller, ceux-là ne savent pas ce qu’est un hôpital.

De nouvelles constructions visant à compléter Jérusalem-Est sont annoncées régulièrement, on ne compte plus les entrées de parkings qui poussent au gré des vannes, des piscines et des conduites à vider les assoiffés. Les colons qui s’installent là où poussent les tubes savent que l’eau est gratuite, que les palmiers et les oliviers sont les arbres de la liberté.

Le désert des autres est une terre de misère où les scorpions refluent dans le désordre, d’une fuite d’humanité, d’un exode obligé, la langue est chaude et la gorge étouffée où les mots morts se contentent d’une eau sèche. 

Les cartes 1 2 3 et 4 montrent le lent retrait des territoires palestiniens, depuis l’an 2000, depuis la carte 4 donc, l’agonie se poursuit, inexorable, les Israeliens bien sûr restent ouverts à toute négociation, le blabla quotidien, le mouvement des indignés juifs fait la une des médias, de l’autre coté du mur, on s’entasse, on survit, à peine, à contre-coeur.

27.10.2003 « Courrier International »

Les implantations israéliennes dans les Territoires occupés de Cisjordanie et de Gaza se sont multipliées depuis la guerre des Six-Jours de 1967. Avec un taux de natalité six fois supérieur à celui du territoire national, et l’immigration constante de juifs provenant de la diaspora, la population de ces implantations n’a jamais cessé de croître.

En 1993, on dénombrait 247 000 personnes vivant dans les colonies de Cisjordanie. Fin 2001, cette population atteignait les 380 000.    

27.12.2008  L’armée israélienne lance l’opération « Plomb durci » sur la bande de Gaza, opération la plus meurtrière dans les Territoires palestiniens depuis 1967. 1 314 Palestiniens sont tués et 5 000 blessés. Les dégâts matériels sont innombrables. Cette attaque vient aggraver encore davantage la crise humanitaire causée par 18 mois deblocus israélien, qui représente une punition collective au regard du droit international

                                                                                                        dans PALESTINE

26.11.2009, par Alain Gresh

« Israël propose un gel de dix mois des colonisations», titre Le Figaro du 26 novembre. Adrien Jaulmes, le correspondant du journal à Jérusalem, écrit :« Le gouvernement israélien a proposé mercredi un gel de dix mois des constructions dans les colonies israéliennes de Cisjordanie. Soumis à une forte pression américaine et internationale, Nétanyahou a déjà évoqué un moratoire sur les nouveaux projets, mais c’est la première fois qu’il annonce la durée d’une éventuelle suspension. »

« Les Palestiniens ont d’ores et déjà rejeté cette offre, considérant cet arrêt des constructions comme partiel, puisqu’il n’inclut pas les projets en cours, qui continuent au nom de la “croissance naturelle” de la population des colonies et, surtout, ne comprend pas Jérusalem-Est. »

Barak Ravid, dans Haaretz (25 novembre 2009), revient sur la décision («Netanyahu declares 10 months settlement freeze to restart peace talks») et il précise : la décision ne concerne pas Jérusalem-Est. Le premier ministre a déclaré qu’« aucune restriction ne sera appliquée dans notre capitale souveraine ». le gouvernement poursuivra la construction de synagogues, d’écoles, de jardins d’enfants et de bâtiments publics.

Ce que cet article ne dit pas, c’est que la construction des quelque 3 000 logements et unités d’habitation déjà en route se poursuivra… 

Pendant ce temps, alors que cela va faire bientôt un an qu’Israël a déclenché son attaque contre Gaza, le blocus du territoire et son martyre se poursuivent, ainsi que les raids aériens (« Raids aerien israéliens contre la bande de Gaza», LeMonde.fr, 24 novembre).

15.03.2010 Colonisation tous azimut « Courrier International »

« Les projets du gouvernement israélien et de la mairie de Jérusalem portent sur la construction de 50 000 nouvelles unités de logement à Jérusalem-Est et dans sa ceinture de colonies », révèle Ha’Aretz. Si la plupart des logements seront construits dans les quartiers à prédominance juive, un petit nombre d’entre eux seront bâtis dans les quartiers arabes. « Les plans pour environ 20 000 des appartements sont déjà à un stade avancé d’approbation et de mise en œuvre, tandis que les plans liés aux 30 000 autres logements n’ont pas encore été soumis aux comités de planification. »

13.03.2011, 500 logements

Le dialogue, renoué le 2 septembre à Washington, a été gelé quelques semaines plus tard à l’expiration du moratoire sur les mises en chantier dans les colonies que Benjamnin Netanuahu a refusé de prolonger, malgré l’insistance des Etats-Unis.

27.09.2011, 1100 logements

Le gouvernement israélien du Premier ministre Benjamin Netanyahu a donné mardi 27.09.2011 son feu vert à la construction de 1 100 nouveaux logements dans le quartier de colonisation juive de Gilo à Jérusalem-Est. Les Etats-Unis regrettent la décision Israelienne, les Européens parlent de provocation.

Obama a besoin de l’électorat juif américain pour survivre.

 

 

Publié dans ISRAEL, PALESTINE | Pas de Commentaire »

LE JOUR DE LA PALESTINE (LES RÉACTIONS)

Posté par provola le 26 septembre 2011

Article accepté à la publication sur LE JOUR DE LA PALESTINE (LES RÉACTIONS) dans ISRAEL icone_redacteur2

Par Nomade 26 septembre 09:50 Nomade

 » Monaco, le Liechtenstein, le Luxembourg, Andorre et la Suisse réunis, soit déjà plus important qu’une multitude d’états qui n’en sont pas, dont le but est de spolier tous les autres états et qui n’existent que parceque certains évadés fiscaux ont un intérêt à détourner le bien commun à leur propre compte. »
@ l’auteur :
Cette phrase est tellement « simplette » que vous perdez toute crédibilité quand à la suite de votre article.
La Suisse existe depuis 720 ans et elle vous ennuie (je dis ennuie car je veux rester poli !)

Par Alois Frankenberger 26 septembre 12:25

Outre le fait qu’on voit ce qu’il en coûte à ceux qui désirent la disparition de la Suisse !

Khadafi avait dit qu’il voulait que la Suisse disparaisse : voyez le résultat !

 smiley smiley smiley

Je me demande bien quels sont leurs moyens pour convaincre des Etats d’accepter d’exécuter leur vengeance !

 smiley smiley smiley

Une petite idée ?

Par Jean d’Hôtaux  26 septembre 11:24 Jean d'Hôtaux

@ l’auteur :

Quels liens y a-t-il entre ces états – ceux que vous citez - qui selon vous « n’en sont pas » et la Palestine, ainsi que la question de la reconnaissance de ce pays par l’ONU ?  smiley

On voudrait bien le savoir … 

Par ailleurs pourriez-vous nous expliquer pourquoi et en quoi, la Suisse ne serait pas un état ?

Votre article est d’une telle indigence qu’on se demande bien comment il a pu être agréé par la modératon ?

Par non667 26 septembre 13:53

saletés /complices ceux qui ergotent sur les virgules pour détourner du sujet en titre  : le génocide palestinien par les juifs avec la complicité des américains  

Par cevennevive  26 septembre 14:27 cevennevive

Exact non667, que viennent faire ces commentaires sur la Suisse dans ce débat ? Ils émanent de ceux qui n’ont pas tout lu peut-être et se sont arrêtés à la deuxième ligne… Qui n’ont pas d’avis sur la constitution d’un VRAI ETAT en Palestine, ou qui sont contre…

Comment peut-on oser défendre la Suisse, fut-elle son pays d’origine,( alors qu’elle n’est en rien attaquée), et mettre ce détail en comparaison avec le problème Palestinien ?
Je rêve !

Et d’autre part, comment peut-on accepter qu’un peuple tout entier soit sous la coupe d’un autre sans que la communauté mondiale ne s’en offusque ? Vous, les sionistes de tous bords, pouvez-vous dormir tranquille ?

Par Alois Frankenberger  26 septembre 15:12

Tout le monde connaît d’ores et déjà la fin de l’histoire :

Soit Israel continue à triompher et les Palestiniens iront vivre ailleurs ,

Soit Israel perd la guerre et ce sont les Israeliens qui devront aller vivre ailleurs s’il en reste après leur défaite…
Par OMAR  26 septembre 19:12 donateur-d876a dans PALESTINE

Omar 33

C’est perfide sinon ignoble de limiter à deux seulement, les scénarii prévisibles…

Et quand on connait la force militaire israélo-américaine, nul doute quel scénario vous suggerez, (soit Israél triomphe, soit il perd la guerre…belle sémantique hasbariste).

Je pourrai vous retorquer que les juifs ont, depuis des millénaires, l’habitude de vivre ailleurs, à travers le monde, différemment des palestiniens, qui eux ont été forcés ou contraints de vivvre dans les pays limitrophes qui ne veulent plus d’eux.

Mais il reste un troisième scénario, deux états pour deux peuples.. 
Et cela est possible, même si cela vous déplait…

Par COVADONGA722  26 septembre 19:34 COVADONGA722

yep , la prise de gages territoriaux n’a de raison que d’etre l’objet de négociation les annéxer c’est la garantie que le conflit dureras « mais probablement dans les deux camps certains y ont interets » .De la meme maniere que la création d’israel a donné lieu à d’éprouvant déplacement de population pour rappel la meme chose c’est produite entre l inde et le pakistan.La création d’un état palestinien viable ne pourra se faire qu avec un déplacement de colons et la rétrocession de territoire induement occupés , sorti de la et tant ques les americains et l’europe ne l’exigeront pas d’israel » et ne revez pas il faudra lui imposer de force » le conflit perdurera !

votre comparaison avec l ’un des etats constitué parmi les plus perenne de l’europe décridébilise votre démonstration.
 asinus : ne varietur

Publié dans ISRAEL, PALESTINE | Pas de Commentaire »

LE JOUR DE LA PALESTINE

Posté par provola le 23 septembre 2011

             LE JOUR DE LA PALESTINE dans PALESTINE     Il est un état en deux qui n’en fait qu’un, qui est plus important que bien d’autres, bien plus que Monaco, le Liechtenstein, le Luxembourg, Andorre et la Suisse réunis, soit déjà plus important qu’une multitude d’états qui n’en sont pas, dont le but est de spolier tous les autres états et qui n’existent que parceque certains évadés fiscaux ont un intérêt à détourner le bien commun à leur propre compte. Cet état fantôme plus important que les autres qui le sont pourtant, n’est pas un état et ne le sera sans doute jamais, car dans ses veines coule le sang de la malédiction, qui n’est rien d’autre que notre malédiction à tous.

Cet Etat double ou plutôt de deux-demis, coupé en deux, coupé du reste. 

Car tant que la bande de Gaza ressemblera à une désolation, tant que la Cisjordanie se réduira chaque jour à un tas de terre, à une ruine debout, à une tranchée ouverte, à une voie sans issue, tant que les cris des gamins n’auront d’autres sanglots qu’une vie sans avenir, d’autre joie qu’un rire étouffé, notre vie à nous, notre vie confortable, ne sera que misère, les jeux de nos enfants ne seront qu’une triste tentative d’oublier les guerres immortelles.

En ce jour où l’idée est de se faire entendre à New-York, où Mahmoud Abbas dépose une demande de reconnaissance, une demande d’adhésion à l’ONU, comment ne pas se mettre à rêver de ce qui ne sera jamais, comment ne pas s’impatienter une fois de plus ? 

Et Israël qui pendant ce temps précieux, envoie ses pelleteuses repousser un peu plus loin les chances de paix.

Ne nous faisons aucune illusion, Obama l’homme le plus puissant de la planète ne peut rien, son choix se résume à un VETO, lui qui ne pense qu’aux prochaines élections. Son électorat est totalement pro-israêlien, il ne peut donc être élu qu’avec l’appui du clan sioniste, ses discours à l’Aipac, l’association  des juifs américains, ne laisse planer aucun doute sur ses marges de manoeuvre, réduites à la portion congrue. L’année qui reste d’ici les prochaines échéances électorales est une année morte du point de vue décisionnaire et le chef noir, bien plus pâle qu’espéré, ne va surtout rien faire qui pourrait nuire à sa réélection, de toute façon son premier mandat se résumera sur le plan de la politique internationale à une incroyable torpeur, à part l’arrêt des guerres initiées par son sanguinaire prédécesseur.

De Funès quant à lui trouve des solutions miracles qui permettent de rameuter son camp, mais qui ne soignent personne; des propos dithyrambiques ont été déclenchées par sa proposition de donner à la Palestine le statut d’état observateur, doux eufémisme qui veut dire Etat sous observation, une espèce de sous-état donc, avec un planning de négociation s’étalant sur un an. Le landernau des lèches-bottes, le Figaro, et quelques journalistes soucieux d’assurer leur future destination se sont mis à acclamer l’initiative du Président, les vrais protagonistes, eux, les Palestiniens et les Israéliens ont déjà rejeté ce plan mort-né. (Israël y est même allé de sa musique habituelle: « … la création d’un État Palestinien ne peut résulter que d’un accord avec Israël », autrement dit ce n’est pas à l’Onu de s’occuper de cette affaire qui ne concerne qu’Israël, on nage en plein délire). L’exemple type d’une solution qui n’en est pas une, cela permettant tout de même à la propagande de s’exclamer sur la soi-disant pertinence de notre action diplomatique.

Un maître du monde impuissant et qui roule pour son propre compte, un comique qui roule des mécaniques en soufflant dans un ballon de baudruche, l’affaire de la reconnaissance de la Palestine est mal engagée, il n’en demeure pas moins que toutes les moindres possibilités de dialogue doivent être explorées, ce qui  dans un monde de sourds et muets n’est pas une mince affaire. 

Publié dans PALESTINE | Pas de Commentaire »

ASHTON RALLUME GAZA

Posté par provola le 18 mars 2010

L’Europe s’est dotée d’une Ministre des affaires étrangères pyromane. La Britannique Catherine Ashton en visite à Gaza rallume le processus de paix qui semblait éteint. Une roquette lancée en commémoration de la visite a atterri sur le territoire israélien au beau milieu d’une salve d’applaudissements.  

Bruxelles, second couteau et piètre négociatrice se fourvoie dans d’inutiles balades qui ne font que compliquer le jeu.

Israël a décidé de continuer la colonisation, le territoire de l’hypothétique état palestinien se réduit chaque jour, enfermé dans un entre-las de murailles.

les Etats-Unis se font piétiner à la barbe de la conscience régionale et Obama après la claque reçue ( annonce de 1600 nouvelles habitations au moment de la visite du représentant américain au moyen-orient) rassure sa dignité perdue par un: « nous sommes deux amis qui avons une divergence de vues »

Si l’aura d’Obama s’est réduite en quelques mois du coté de Jérusalem à peau de chagrin, elle disparait comme l’Etat qu’il devrait aider à construire, Ashton est la vierge de toutes les impuissances européennes, sans message, sans pouvoir, sans bite d’amarrage, elle ne saurait violer le tabou de l’état palestinien.  

Publié dans ASIE, ISRAEL, PALESTINE | Pas de Commentaire »

ISRAEL DEBORDE

Posté par provola le 11 janvier 2010

Israël au mépris de toutes les résolutions de l’ONU, mais qui s’en préoccupe encore, poursuit sa marche forcée vers les points d’eau de non retour, les eldorados volés, les oasis d’occupation.  

C’est une histoire de robinets qui fuient d’insolence, d’un anévrisme dilaté, plein d’une eau salée qui donc reste inbuvable, copie de la mer morte de trop d’épuisement. L’expansion du bassin des colons est d’ingéniérie hydrique, le développement est d’abord une question de tuyauteries d’eau douce.

Le retrait palestinien est d’eau frelatée, de caniveaux souillés, de rigoles à sec, de camions citernes immatriculés sur l’autre rive, de pertes de pression, de tonneaux percés, toute cette soif perdue constitue la Bible des Danaïdes.  

Les barres de bâtiments succèdent aux bâtiments en barres et ce ne sont pas de nouvelles colonies mais le bout de la rue, la rue qui coule le long d’un trottoir qui avance; on va juste construire une boulangerie, vous ne voudriez pas que les colons n’aient pas de boulangerie et le terrain de foot alors , l’autre est à trois kilomètres, et un hôpital, un hôpital à colons, pas pour ceux qui  doivent s’en aller, ceux-là ne savent pas ce qu’est un hôpital.

700 nouvelles habitations visant à compléter Jérusalem-est ont été annoncées, on ne compte plus les entrées de parkings qui poussent au gré des vannes, des piscines et des conduites à vider les assoiffés. Les colons qui s’installent là ou’ poussent les tubes savent que l’eau est gratuite, que les palmiers et les oliviers sont les arbres de la liberté.

Le désert est une terre de misère ou’ les scorpions refluent dans le désordre, d’une fuite d’humanité, d’un exode obligé, la langue est chaude et la gorge étouffée ou’ les mots morts se contentent d’une eau sèche.        

Publié dans ASIE, ISRAEL, PALESTINE | Pas de Commentaire »

POURQUOI LA PALESTINE N’EXISTE PAS

Posté par provola le 21 février 2009

S’il est un mystère qui aura taraudé mes méninges depuis ma tendre enfance , celui de la non existence de l’Etat de Palestine est bien l’un des plus récurrent , des plus lancinant , tellement, que j’ai toujours eu l’impression que l’explication des noeuds du conflit du proche-orient , à lui seul pouvait me donner les clés d’une bonne partie des problèmes de la planète toute entière.

Dès lors qu’il m’a toujours semblé évident qu’une paix juste pouvait à elle seule redonner le calme et la prospérité dans la région , il était clair qu’il était de l’intérêt de quelque groupe obscur de ralentir le processus de paix au point de le dynamiter à chaque pas , chaque progrès , comme si une entité cachée s’attachait à saboter cette marche vers une réconciliation inéluctable.

Grâce à Daniel Mermet , journaliste émérite et son émission  »la bàs si j’y suis » , une bonne partie de mes interrogations auront été apaisées.

L’entité cachée n’a rien de caché , elle existe bel et bien au grand jour et pourrait être définie comme étant un groupe de pression , une association d’intérêts, ou plus exactement un lobby ou une sorte de parti politique destiné à influencer la politique américaine sur la définition de sa politique au proche-orient. La politique américaine s’articule de telle sorte que de puissants groupes d’intérêts puissent convertir leur but fondamental en lois , les textes parlementaires étant parfois une transcription littérale des textes proposés par les lobbies.

Ce lobby pro-Israëlien est l’AIPAC ou American Israel Public Affairs Committee. Il représente environ 150 000 bienfaiteurs dont l’obstination à aider la cause sioniste n’a d’égal que l’acharnement à empêcher les Palestiniens de posséder une patrie. Une bonne partie des adhérents sont même des Chrétiens qui pensent que le Christ ne reviendra sur Terre qu’à la seule condition de l’occupation de la terre Sainte par Israël. Chaque fois qu’un article sur un journal porte atteinte à l’Etat d’Israël , un droit de réponse est systématiquement demandé. L’élection de chaque député , chaque sénateur, chaque Président est influencée par des aides financières , celles-ci biaisant les choix et décisions politiques en hauts lieus .  

Ce lobby a toujours obligé les Présidents des États-unis à donner à Israël la puissance militaire lui permettant de dominer le proche-orient , à accorder une soulte annuelle représentant le 6 ème des aides mondiales distribuées à travers le monde, destinées à soutenir l’impérialisme de l’oncle Sam.

Tous les Présidents y compris Obama .

Il est un passage obligé pour tous les candidats à l’investiture suprême aux Etats -Unis , une visite impérative à laquelle Obama comme les autres s’est plié par une courbette de soumission au siège de l’Aipac. Cette révérence à la cause sioniste a eu lieu le 4 juin 2008 quelques 6 mois avant son élection à la Maison Blanche .

Revenons sur le discours d’Obama qui nous en dit plus que tous les commentaires futurs sur le déroulement des évènements au proche-orient.

Lors de cette visite , Obama a d’abord voulu rassurer l’assemblée quelque peu affolée par les accusations de laxisme proférées par l’administration Busch à son égard:

« Nous savons que l’établissement d’Israël était juste et nécessaire ,enraciné dans des siècles de luttes et des décennies d’un travail patient, mais soixante ans plus tard , nous savons que nous ne pouvons pas céder et en tant que Président je ne ferai jamais aucun compromis quand il y va de la sécurité d’Israël »

« Je suis fier d’appartenir à ce puissant courant consensuel, réunissant Démocrates et Républicains qui se tient au coté d’Israël face à totes les menaces.Il y a ceux qui veulent attribuer tous les problèmes existant au proche orient à Israël et ses soutiens…ces voix qui veulent blâmer la seule démocratie du proche orient en la rendant responsable de tous les extrémismes de la région. Elle défendent une idée fausse selon laquelle abandonner un allié fidèle conduirait en quelque sorte à renforcer notre situation. Ce n’est pas le cas , cela ne l’a jamais été et ça ne le sera jamais.

J’apporterai à la Maison Blanche un engagement inébranlable pour la sécurité d’Israël . Cela se traduira tout d’abord en assurant à Israël un avantage militaire au plan qualitatif. Je garantirai qu’Israël puisse se défendre contre toute menace,de Gaza à Téhéran. En tant que Président , je mettrai en place un protocole d’accord afin de fournir une aide de 30 milliards de dollars à Israël pour la décennie à venir. »

On peut encore lire qu’Obama est pour l’instauration  de Jérusalem en tant que capitale indivisible d’Israël, Israël en tant qu’Etat juif.

Obama termine son discours par une éloge à la collaboration des Juifs et des Afro-Américains:

« Nous ne devons pas permettre que la relation entre juifs et Afro-Américains puisse souffrir, c’est un lien qui doit être renforcé. » 

On comprend mieux pourquoi les Etats-Unis ont toujours refusé de voter les résolutions de l’ONU défavorables à Israël , comment les dernières troupes de Tsahal ont quitté Gaza la nuit précédent l’investiture d’Obama pour ne pas gâcher la fête.   

Publié dans ETATS-UNIS, ISRAEL, MONDE, PALESTINE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement