BILDERBERG, LE GOUVERNEMENT MONDIAL

Posté par provola le 4 juin 2013

 Il club Bilderberg apre a sette italiani per la riunione del gruppo dei segreti

                           Le groupe Bilderberg, aussi appelé conférence de Bilderberg ou club Bilderberg, est un rassemblement annuel et informel d’environ 130 membres, essentiellement américains et européens, et dont la plupart sont des personnalités de la diplomatie, des affaires, de la politique et des médias.

Ce forum annuel a été inauguré en mai 1954 àOosterbeek auxPays-Bas, lors d’une réunion à l’hôtel Bilderberg (d’où son nom). Il est au centre de plusieurs controverses du fait de sa non-médiatisation et du caractère confidentiel du bilan des conférences.

Du 6 au 9 juin se tiendra la 61ème réunion des grands de ce monde, considérée comme le véritable gouvernement occulte de la planète. La liste des participants vous donnera idée du pouvoir considérable pouvant être attribué à cette réunion des puissants de la planète.

Là se décide la marche des affaires, à l’abri de tout contrôle démocratique. Là se décidera de la poursuite des politiques de rigueur, de la nécessité ou non d’engager la transition énergétique, le partage des parts de marché, la mise au pas des pays récalcitrants.

On notera la présence de Manuel Barroso, de François Fillon, de Christine Lagarde, de Valérie Pécresse, de Henri de Castries.

La liste, à savourer avec modération:     

Bilderberg Meetings, Hertfordshire, England 6-9 June 2013

 Chairman 

FRA Castries, Henri de Chairman and CEO, AXA Group 

DEU Achleitner, Paul M. Chairman of the Supervisory Board, Deutsche Bank AG 

DEU Ackermann, Josef Chairman of the Board, Zurich Insurance Group Ltd 

GBR Agius, Marcus Former Chairman, Barclays plc 

GBR Alexander, Helen Chairman, UBM plc 

USA Altman, Roger C. Executive Chairman, Evercore Partners 

FIN Apunen, Matti Director, Finnish Business and Policy Forum EVA 

USA Athey, Susan Professor of Economics, Stanford Graduate School of Business 

TUR Aydınta 

TUR Babacan, Ali Deputy Prime Minister for Economic and Financial Affairs 

GBR Balls, Edward M. Shadow Chancellor of the Exchequer 

PRT Balsemão, Francisco Pinto Chairman and CEO, IMPRESA 

FRA Barré, Nicolas Managing Editor, Les Echos 

INT Barroso, José M. Durão President, European Commission 

FRA Baverez, Nicolas Partner, Gibson, Dunn & Crutcher LLP 

FRA Bavinchove, Olivier de Commander, Eurocorps 

GBR Bell, John Regius Professor of Medicine, University of Oxford 

ITA Bernabè, Franco Chairman and CEO, Telecom Italia S.p.A. 

USA Bezos, Jeff Founder and CEO, Amazon.com 

SWE Bildt, Carl Minister for Foreign Affairs 

SWE Borg, Anders Minister for Finance 

NLD Boxmeer, Jean François van Chairman of the Executive Board and CEO, Heineken N.V. 

NOR Brandtzæg, Svein Richard President and CEO, Norsk Hydro ASA 

AUT Bronner, Oscar Publisher, Der Standard Medienwelt 

GBR Carrington, Peter Former Honorary Chairman, Bilderberg Meetings 

ESP Cebrián, Juan Luis Executive Chairman, Grupo PRISA 

CAN Clark, W. Edmund President and CEO, TD Bank Group 

GBR Clarke, Kenneth Member of Parliament 

DNK Corydon, Bjarne Minister of Finance 

GBR Cowper-Coles, Sherard Business Development Director, International, BAE Systems plc 

ITA Cucchiani, Enrico Tommaso CEO, Intesa Sanpaolo SpA 

BEL Davignon, Etienne Minister of State; Former Chairman, Bilderberg Meetings 

GBR Davis, Ian Senior Partner Emeritus, McKinsey & Company

NLD Dijkgraaf, Robbert H. Director and Leon Levy Professor, Institute for Advanced Study

TUR Dinçer, Haluk President, Retail and Insurance Group, Sabancı Holding A.S.

GBR Dudley, Robert Group Chief Executive, BP plc

USA Eberstadt, Nicholas N. Henry Wendt Chair in Political Economy, American Enterprise Institute

NOR Eide, Espen Barth Minister of Foreign Affairs

SWE Ekholm, Börje President and CEO, Investor AB

DEU Enders, Thomas CEO, EADS

USA Evans, J. Michael Vice Chairman, Goldman Sachs & Co.

DNK Federspiel, Ulrik Executive Vice President, Haldor Topsøe A/S

USA Feldstein, Martin S. Professor of Economics, Harvard University; President Emeritus, NBER

FRA Fillon, François Former Prime Minister

USA Fishman, Mark C. President, Novartis Institutes for BioMedical Research

GBR Flint, Douglas J. Group Chairman, HSBC Holdings plc

IRL Gallagher, Paul Senior Counsel

USA Geithner, Timothy F. Former Secretary of the Treasury

USA Gfoeller, Michael Political Consultant

USA Graham, Donald E. Chairman and CEO, The Washington Post Company

DEU Grillo, Ulrich CEO, Grillo-Werke AG

ITA Gruber, Lilli Journalist – Anchorwoman, La 7 TV

ESP Guindos, Luis de Minister of Economy and Competitiveness

GBR Gulliver, Stuart Group Chief Executive, HSBC Holdings plc

CHE Gutzwiller, Felix Member of the Swiss Council of States

NLD Halberstadt, Victor Professor of Economics, Leiden University; Former Honorary Secretary General of Bilderberg Meetings

FIN Heinonen, Olli Senior Fellow, Belfer Center for Science and International Affairs, Harvard Kennedy School of Government

GBR Henry, Simon CFO, Royal Dutch Shell plc

FRA Hermelin, Paul Chairman and CEO, Capgemini Group

ESP Isla, Pablo Chairman and CEO, Inditex Group

USA Jacobs, Kenneth M. Chairman and CEO, Lazard

USA Johnson, James A. Chairman, Johnson Capital Partners

CHE Jordan, Thomas J. Chairman of the Governing Board, Swiss National Bank

USA Jordan, Jr., Vernon E. Managing Director, Lazard Freres & Co. LLC

USA Kaplan, Robert D. Chief Geopolitical Analyst, Stratfor

USA Karp, Alex Founder and CEO, Palantir Technologies

GBR Kerr, John Independent Member, House of Lords

USA Kissinger, Henry A. Chairman, Kissinger Associates, Inc.

USA Kleinfeld, Klaus Chairman and CEO, Alcoa

NLD Knot, Klaas H.W. President, De Nederlandsche Bank

TUR Koç, Mustafa V. Chairman, Koç Holding A.S.

DEU Koch, Roland CEO, Bilfinger SE

USA Kravis, Henry R. Co-Chairman and Co-CEO, Kohlberg Kravis Roberts & Co.

USA Kravis, Marie-Josée Senior Fellow and Vice Chair, Hudson Institute

CHE Kudelski, André Chairman and CEO, Kudelski Group 

GRC Kyriacopoulos, Ulysses Chairman, S&B Industrial Minerals S.A.

INT Lagarde, Christine Managing Director, International Monetary Fund

DEU Lauk, Kurt J. Chairman of the Economic Council to the CDU, Berlin

USA Lessig, Lawrence Roy L. Furman Professor of Law and Leadership, Harvard Law School; Director, Edmond J. Safra Center for Ethics, Harvard University

BEL Leysen, Thomas Chairman of the Board of Directors, KBC Group

DEU Lindner, Christian Party Leader, Free Democratic Party (FDP NRW)

SWE Löfven, Stefan Party Leader, Social Democratic Party (SAP)

DEU Löscher, Peter President and CEO, Siemens AG

GBR Mandelson, Peter Chairman, Global Counsel; Chairman, Lazard International

USA Mathews, Jessica T. President, Carnegie Endowment for International Peace

CAN McKenna, Frank Chair, Brookfield Asset Management

GBR Micklethwait, John Editor-in-Chief, The Economist

FRA Montbrial, Thierry de President, French Institute for International Relations

ITA Monti, Mario Former Prime Minister

USA Mundie, Craig J. Senior Advisor to the CEO, Microsoft Corporation

ITA Nagel, Alberto CEO, Mediobanca

USA Ng, Andrew Y. Co-Founder, Coursera

FIN Ollila, Jorma Chairman, Royal Dutch Shell, plc

GBR Omand, David Visiting Professor, King’s College London

GBR Osborne, George Chancellor of the Exchequer

USA Ottolenghi, Emanuele Senior Fellow, Foundation for Defense of Democracies

TUR Özel, Soli Senior Lecturer, Kadir Has University; Columnist, Habertürk Newspaper

GRC Papahelas, Alexis Executive Editor, Kathimerini Newspaper

TUR Pavey, Member of Parliament (CHP)

FRA Pécresse, Valérie Member of Parliament (UMP) 

USA Perle, Richard N. Resident Fellow, American Enterprise Institute 

USA Petraeus, David H. General, U.S. Army (Retired) 

PRT Portas, Paulo Minister of State and Foreign Affairs 

CAN Prichard, J. Robert S. Chair, Torys LLP 

INT Reding, Viviane Vice President and Commissioner for Justice, Fundamental Rights and Citizenship, European Commission 

CAN Reisman, Heather M. CEO, Indigo Books & Music Inc. 

FRA Rey, Hélène Professor of Economics, London Business School 

GBR Robertson, Simon Partner, Robertson Robey Associates LLP; Deputy Chairman, HSBC Holdings 

ITA Rocca, Gianfelice Chairman,Techint Group 

POL Rostowski, Jacek Minister of Finance and Deputy Prime Minister 

USA Rubin, Robert E. Co-Chairman, Council on Foreign Relations; Former Secretary of the Treasury 

NLD Rutte, Mark Prime Minister 

AUT Schieder, Andreas State Secretary of Finance 

USA Schmidt, Eric E. Executive Chairman, Google Inc. 

AUT Scholten, Rudolf Member of the Board of Executive Directors, Oesterreichische Kontrollbank AG 

PRT Seguro, António José Secretary General, Socialist Party

FRA Senard, Jean-Dominique CEO, Michelin Group

NOR Skogen Lund, Kristin Director General, Confederation of Norwegian Enterprise

USA Slaughter, Anne-Marie Bert G. Kerstetter ’66 University Professor of Politics and International Affairs, Princeton University

IRL Sutherland, Peter D. Chairman, Goldman Sachs International

GBR Taylor, Martin Former Chairman, Syngenta AG

INT Thiam, Tidjane Group CEO, Prudential plc

USA Thiel, Peter A. President, Thiel Capital

USA Thompson, Craig B. President and CEO, Memorial Sloan-Kettering Cancer Center

DNK Topsøe, Jakob Haldor Partner, AMBROX Capital A/S

FIN Urpilainen, Jutta Minister of Finance

CHE Vasella, Daniel L. Honorary Chairman, Novartis AG

GBR Voser, Peter R. CEO, Royal Dutch Shell plc

CAN Wall, Brad Premier of Saskatchewan

SWE Wallenberg, Jacob Chairman, Investor AB

USA Warsh, Kevin Distinguished Visiting Fellow, The Hoover Institution, Stanford University

CAN Weston, Galen G. Executive Chairman, Loblaw Companies Limited

GBR Williams of Crosby, Shirley Member, House of Lords

GBR Wolf, Martin H. Chief Economics Commentator, The Financial Times

USA Wolfensohn, James D. Chairman and CEO, Wolfensohn and Company

GBR Wright, David Vice Chairman, Barclays plc

INT Zoellick, Robert B. Distinguished Visiting Fellow, Peterson Institute for International Economics

 

 

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

LES ENFANTS SACRIFIÉS

Posté par provola le 18 août 2011

           LES ENFANTS SACRIFIÉS  dans ESCLAVAGE DES ENFANTS       dans LES BOITES AU PILORI       dans MONDE   

 

                           Des traces de radioactivité ont été détectées dans la glande thyroïde d’enfants examinés vivant dans des communes situées à proximité de la centrale de Fukushima, 45% des enfants contrôlés présentent des taux de radioactivité anormaux, ce taux de radioactivité n’étant apparemment pas alarmant. 

«La position officielle du gouvernement est qu’aucun des enfants testés n’a montré des niveaux problématiques de contamination radioactive», a déclaré un fonctionnaire responsable à l’AFP, en souhaitant conserver l’anonymat.

Pourquoi dons se soucier si les autorités nous rassurent si gentiment ?

En Bretagne maintenant, d’après les mesures effectuées ce mardi après-midi par l’Agence régionale de la santé, les algues vertes, qui se sont déposées depuis vendredi dernier sur la plage de la Petite Vallée jusqu’à la pointe de Chemoulin, ne présentent aucun danger. Bertrand Révolte, directeur général de la mairie est confiant : « Au vu des résultats, il n’y a pas de raison de laisser les plages fermées plus longtemps ». Cette partie du littoral nazairien rouvrira dès jeudi. Un nettoyage complet du site sera effectué mercredi « plus par souci de confort pour les usagers que par sécurité sanitaire », explique l’élu.

On voit bien qu’il est impératif de ne pas alarmer la population touristique en ces jours de grand rush. la Ministre de l’écologie NKM elle-même n’avait-elle pas prévenu la semaine dernière de la dangerosité de ces algues vertes ? il semble qu’on se soucie plus en Bretagne du tiroir-caisse des commerçants locaux que de la santé des enfants sur des plages poubelles. 

Soupçonné de travail forcé, Zara, la grande marque de prêt-à-porter est sous haute surveillance au Brésil, 52 Boliviens dont des enfants qui travaillaient au noir dans des conditions insalubres ont été découverts dans les ateliers de la marque espagnole à Americana, à 130 km de Sao Paulo, au mois de mai dernier. Pendant l’enquête du parquet, « des vêtements de la marque Zara ont été confisqués », a souligné le porte-parole, en précisant que le groupe sous-traitait les services de l’entreprise brésilienne Rhodes, qui à son tour « sous-traitait plusieurs ateliers clandestins » de couture. 

« Les Boliviens travaillaient 14 heures par jour en moyenne dans des conditions dégradantes », a-t-il précisé. A l’étage du dessus, se trouvaient les logements des travailleurs où les conditions d’hygiène étaient très précaires. Deux autres ateliers qui confectionnaient des vêtements Zara ont été découverts dans la mégalopole brésilienne.

Plus prêt de nous, un trafic de jeunes enfants existe entre le Nigéria et l’Italie. Chaque année, environ 6000 d’entre eux sont destinés à l’adoption illégale ou à la prostitution dans la botte, le tout représente un chiffre d’affaires de 228 millions de dollars. La banque Western Union qui possède la plus importante part de marché au Nigéria et qui possède un contrat d’exclusivité avec la First Banck of Nigeria est le principal vecteur des transferts de fond et du blanchiment d’argent du trafic d’enfants. 

Cet argent sale est réinvesti à Benin City et alimente la bulle du business immobilier.

 

Publié dans ESCLAVAGE DES ENFANTS, LES BOITES AU PILORI, MONDE | Pas de Commentaire »

AUTOSATISFACTION 2

Posté par provola le 1 juillet 2011

Suite aux rebondissements de l’affaire DSK, s’il en est sur ce blog que cela intéresse, je les renvoies aux articles :

« L’AFFAIRE DSK: LA PISTE DU DOLLAR »: 4 articles datant de juin que j’ai écrits sur ce blog même en considérant la possibilité d’un complot fomenté en haut lieu, du coté de Washington, en défense du dollar, visant à éliminer politiquement DSK en raison de son souhait exprimé de voir écarté le dollar comme principale monnaie d’échanges internationaux.    

Publié dans ETATS-UNIS, MESSAGES AUX LECTEURS, MONDE | Pas de Commentaire »

DSK: LA PISTE DU DOLLAR 4 (Abattre l’ennemi potentiel)

Posté par provola le 18 juin 2011

   

                    DSK: LA PISTE DU DOLLAR 4 (Abattre l'ennemi potentiel)  dans ETATS-UNIS one_dollar_us   

                         Le Dollar est l’arme absolue de domination des USA, Le FMI, le moyen de cette puissance, rien ni personne ne peut remettre en cause ce postulat intangible.  Ni Strauss-Khan, ni Obama, ni Dieu, qui en plus est d’accord puisqu’il se pavane sur le billet vert, avec ce « In God we trust » qu’on peut y lire; comme qui dirait : »Dieu béni les États-Unis », et leur monnaie. Voilà bien pourquoi les USA ont les meilleurs économistes du monde: c’est tout simplement parcequ’ils ont la meilleure monnaie, la seule qui vaille en réalité, tout simplement. Le fait qu’un Président du FMI, c’est à dire en charge de l’église, du dogme, évoque une éventuelle sortie de l’hégémonie du Dollar a du faire grincer des dents outre-atlantique, il était donc vraisemblable que DSK se soit fait des ennemis au plus haut sommet de l’échiquier politique et économique de l’oncle Sam.

Alors comment éliminer discrètement ce petit impertinent de frenchy si ce n’est en le faisant plonger par son coté obscur ?

Comment se débarrasser de cet empêcheur de tourner en rond qui de plus allait avec de bonnes chances de succès se présenter à la fonction suprême en France un pays phare de la communauté européenne ? Dès lors qu’il aurait été élu, il n’aurait eu de cesse de traquer la suprématie du dollar et aurait pu convertir bon nombre de pays qui n’attendent qu’un signal pour s’enfoncer dans la brèche et se libérer du fardeau US.

Il fallait agir vite, au niveau du slip, ça allait marcher à tous les coups, avant la fin de sa mission à New York car en France, tout aurait été étouffé. Il fallait choisir une soubrette irréprochable et fragile avec un passé lisse, un parcours parfait de bonne travailleuse, sans défauts, tellement parfaite qu’on ne peut que croire sa version.

Tellement parfaite qu’on ne peut imaginer qu’elle ait déboulé dans la suite d’un hotel de luxe sans prévenir, qu’elle ait fait des avances à un pré-retraité, qu’elle se soit laissée aller à une dans du ventre improvisée, qu’elle ait conssenti un allumage de navette spatiale, qu’elle ait ensuite essuyé ses larmes de crocodile sur le tablier, qu’elle ait fait mine d’avoir vécu l’enfer, en revenant de la salle de bain.

Non tout cela bien sur, on ne peut pas l’imaginer…

 

Publié dans ETATS-UNIS, MONDE | Pas de Commentaire »

DSK: LA PISTE DU DOLLAR 3 (Un Président anti-US ?)

Posté par provola le 17 juin 2011

                    Étant donné, nous l’avons vu, que le FMI n’ est rien d’autre qu’un engin de guerre au service unique des intérêts US, que le dollar est la monnaie qui contribue à la domination des USA sur la planète, on peut imaginer que tout ce qui ne défendrait pas cette main-mise totale serait perçu comme une menace et serait éliminé sans complaisance.

Qu’aurait pu faire DSK pour se retrouver au banc des accusés ? Quels desseins pouvait-il contrecarrer, quels enjeux était-il en train de bouleverser, comment et à quel moment devenait-il particulièrement exposé ? 

En fait il faut peut-être revenir à certaines de ses déclarations datant de quelques mois qui montraient clairement combien il était convaincu que le dollar ne pouvait plus rester l’unique monnaie d’échange si l’on voulait réellement apporter un remède à la crise économique.

Cette perspective remettant en cause le leadership des USA, aurait pu faire peser une terrible menace sur la dette des USA qui s’il elle n’était plus garantie par la valeur universelle du dollar aurait rendu le pays en situation de faillite, entraînant en cela la Chine qui reste le principal créancier en dollar des USA.  

Un rapport présenté en 2009 à New York par l’ONU, lors d’une séance spéciale, appelait à établir un nouveau système de réserve monétaire mondial et préconisait l’abandon du dollar, jugé trop instable, comme monnaie de référence

Ce rapport de l’ONU allait dans le sens de Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI, qui, lors d’une conférence donnée à Zurich au début du mois de mai 2009 , aavit appelé à la création d’une monnaie mondiale. M. Strauss-Kahn avait alors indiqué que « la crise est une opportunité pour pousser la création d’une monnaie mondiale et d’une banque centrale mondiale ». Dominique Strauss-Kahn, directeur du FMI (fonds monétaire international) s’était déclaré 

« en faveur de la création d’une devise internationale pour prendre la place du dollar dans les échanges internationaux ».

DSK proposait de remplacer le billet vert, servant actuellement de monnaie de référence par un panier de différentes devises incluant notamment dollars, euros, roupies, yuans, …Comme il l’avait déclaré lors d’un forum,

La stabilité financière du monde ne peut plus dépendre d’une seule devise internationale, comme c’est le cas depuis l’abandon de l’étalon-or“.

Une manière délicate de dire que plus personne ne veut prendre le risque de sombrer en même temps que l’économie américaine. Si ce discours était sérieux, ou qu’il reflètait réellement le sentiment de DSK, cela faisait montre d’un réel courage que de s’attaquer aux États-Unis, et plus particulièrement à leur économie ! Mais il pouvait aussi ne s’agir que de bluff. Les USA ne se cachent pas de se servir de leur monnaie afin de doper leur commerce extérieur, et ne semblent avoir cure de l’instabilité qu’ils créent au travers de leur politique monétaire. Peut-être Strauss-Kahn voulait-il simplement les menacer afin que le mauvais élève rentre dans le droit chemin et de faire bouger les lignes ?

Visionnaire, il évoquait également la possibilité d’une monnaie internationale, de quoi porter sérieusement atteinte aux banques de changes, à la suprématie des états forts sur les plus faibles, aux spéculations monétaires…

Le directeur du FMI était-il anti-américain ?

Publié dans ETATS-UNIS, MONDE | Pas de Commentaire »

DSK: LA PISTE DU DOLLAR 2 (qui contrôle le FMI ?)

Posté par provola le 16 juin 2011

DSK: LA PISTE DU DOLLAR 2 (qui contrôle le FMI ?) dans MONDE Strauss-Kahn (source « luogocomune »)

                Les statuts du FMI prévoient que les décisions les plus importantes soient prises à une importante majorité qualifiée. Le système de vote est directement proportionnel à la quote-part du capital détenue par chaque pays. Initialement, les Etats-unis détenaient un tiers du capital, aujourd’hui même si leur quote-part est descendue sous les 20%, ils restent le pays le plus important, en réalité, étant donné qu’il faut une majorité très importante des 2/3 ou des 3/4 pour qu’une décision soit actée, les pays qui voudraient prendre une décision contraire aux intérêts des Etats-unis n’ont aucune possibilité de le faire. 

Voici-ci-dessus le tableau montrant les parts de chaque pays dans le capital du FMI, on voit que les USA et ses satellites, Allemagne, Royaume-uni, France, Japon représentent 45% du capital, en ajoutant l’Arabie Saoudite et le Canada on dépasse la barre des 50%… 

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

DSK: LA PISTE DU DOLLAR 1 (qu’est-ce que le FMI ?)

Posté par provola le 15 juin 2011

                     Cette réflexion ( que je développerais sur plusieurs jours) n’est au final qu’une simple supposition, une idée, un alignement de supputations, après tout j’ai bien le droit de me poser toutes les questions qui me paraissent tenir debout. Qu’on se le dise, DSK n’est rien de plus pour moi qu’un cas d’école, je suis aussi près de lui politiquement qu’ une huître est proche du Yeti d’Himalaya.

Vous aurez compris que ma compassion va plutôt du coté de cette pauvre femme qui a probablement vu déferler sur elle deux couilles sur roulettes.

…Mais il reste un doute.

On peut bien imaginer que ce type est un détraqué sexuel et qu’il était facile de le faire glisser sur une peau de banane, si c’était vraiment le cas, on vient immanquablement à se demander qui aurait pu avoir intérêt à écarter DSK du trône qui lui était promis. Lui-même peu de temps avant sa mésaventure avait évoqué ses travers affectifs et la possibilité qu’il aurait de se voir confronté à l’irruption fortuite d’une poupée Barbie chargée de le descendre politiquement.                      

Avant d’ évoquer  ce qu’on pourrait définir comme « l’étrange affaire DSK » il est peut-être bon de revenir sur ce qu’est réellement le FMI et comment s’est installée l’hégémonie des États-Unis sur le reste du monde. Ce rôle dominant des USA a été favorisé lors des accords de Bretton Woods en juillet 1944.

Il fut stipulé à l’époque que le dollar serait la seule monnaie convertible en or, celle-ci devenant par voie de conséquence la devise des échanges internationaux. Outre le fait d’avoir imposé leur monnaie comme seule monnaie d’échange mondiale, les USA impulsèrent la création de 2 organismes: la banque mondiale et le fond monétaire international.

Le FMI a la mission de favoriser la coopération monétaire internationale et de faciliter l’expansion du commerce. Cet organisme a aussi la mission d’aider les états membres en difficulté économique à travers l’octroi de prêts: si un pays a un déficit trop important, le FMI intervient pour l’aider à dépasser la crise.

Le système introduit par Bretton Woods établit la prédominance des USA qui accédèrent au statut de super -puissance mondiale. En ayant imposé le dollar comme principale monnaie d’échange au niveau international, les USA  obligeaient tous les autres états à se fournir et échanger en dollar. 

D’autre part le FMI, au lieu d’être un organisme au service des pays en difficulté a toujours été pour les USA et ses principaux alliés Royaume-Uni, Allemagne, Japon, France, un instrument de domination et de contrôle des autres nations. 

Pratiquement, un pays ayant recours au FMI se retrouve automatiquement sous dépendance et sous influence des États-Unis. En échange du prêt consenti, le pays sous perfusion est obligé d’appliquer une politique imposée en garantie des remboursements. En fait le FMI prête en échange de mesures drastiques telles que réduction des dépenses sociales, augmentation de l’âge de la retraite, réduction des salaires, augmentation des tarifs publics, des impôts, et surtout privatisation de tout ce qui est privatisable. Le pays entre en récession et devient un simple satellite sous perfusion.

L’Etat en difficulté ne se remet pas de cette cure de cheval et se retrouve sous la coupe de ses créanciers.

L’exemple actuel de la Grèce est à ce point édifiant, le pays s’enfonce dans cette spirale et l’on continue d’appuyer là où ça fait mal. Une explosion populaire est à prévoir en Grèce, bientôt le Portugal, l’Espagne, l’Italie se retrouveront confrontés au même dilemme. Accepter l’aide pour mieux disparaître.

Le 27 février 1989, la misère extrême imposée par le FMI au Vénézuela produisit une révolte populaire contre cet instrument au service du capital US.

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

LES RÉACTIONS A L’ARTICLE « LIBÉRALAND »

Posté par provola le 8 avril 2011

Par ROBERT GIL 8 avril 07:55

Il faut diminuer l’empreinte écologique de nos
sociétés. Une société qui consomme toujours plus ne peut respecter
l’environnement et épuise tôt ou tard les ressources essentielles à la vie. Il ne peut
y avoir de croissance infinie sur une planète finie. Il ne s’agit pas de se priver ou
de vivre dans la frustration. Vivre simplement, c’est de ne pas succomber aux
tentations inutiles et de résister au dictat des marques. C’est vivre mieux avec
moins, c’est être responsable. Mais c’est aussi comprendre que notre boulimie
d’achat est le reflet d’un mal-être, d’une insatisfaction, engendrés précisément par
cette société dite d’abondance ? Nous possédons de plus en plus de biens
matériels, sommes-nous de plus en plus heureux ? Au seuil de la vie, la véritable
richesse est le vide que l’on laisse et pas les biens que l’on lègue !

Par slipenL’air 8 avril 11:35 

Bon article
des nouvelles de l’atome (depuis 4 jours pas d’info sur les média) lien jpp a lire

8 avril 2011 : Il y a quelques jours, nous avions déjà signalé que les centrales
 voisines de Fukushima ; Onagawa et Tokaï, installées également au ras de l’eau,
 et avec dispositifs antisismiques notoirement insuffisants , avaient subi l’impact
 du tremblement de terre et du tsunami du 11 mars. Le 13 mars la centrale de Tokaï,
 après une panne de son système de refroidissement, avait dû passer sur son système
 de secours (source). Moins d’un mois après le séisme de magnitude 9 du 11 mars 2011,
 un nouveau séisme, de magnitude 7,4 vient de se produire, toujours sur la faille
située au nord est du Japon. La centrale d’Onagawa a été touché et des fuites ont
 été constatées, au niveau des piscines de stockage des éléments usagés.
On rappelle que ces piscines contiennent tous les restes, les déchets hautement
contaminants, issus des chargement antérieurs du coeur du réacteur.
 Même si des systèmes de secours permettent de maintenir le niveau d’eau
 dans ces piscine, afin d’éviter leur montée en température, la diffusion
de l’eau qui contient les éléments usagés représente une source de pollution
 nucléaire du Pacifique et des côtes.

Par slipenL’air 8 avril 11:46 

A télécharger le PDF d’AREVA sur les « incidents » de Fukushima
Le garder 10 ou 20 ans pour faire rire les enfants

je ne m’en lasse pas

Par slipenL’air  8 avril 11:52

Les Romains ont donné des noms aux vents de la Méditerranée.
 Le Sirocco [1] est celui du SE qui vient de la Libye. Quand en Europe
on découvre sa voiture, sa terrasse ou des vêtements couverts d’une poussière
rouge/ocre, le coupable est le Sirocco et il sera aussi responsable de déposer
 en Europe les particules d’uranium appauvri avec lequel la Libye est bombardée
aujourd’hui. Pour protéger les civils et sauver des vies humaines en Libye,
 dit-on. Et d’oublier les dommages collatéraux en Europe,
 dommage !
jpp

On sait que la notion de dose maximle admissible,contestée depuis
longtemps,a été entièrement balayée par des travaux récents
selon lesquels non seulement toutes les doses de radiations
ionisantes sont nocives,sans que l’on puisse déterminer de seuil
au-dessous duquel il y aurait innocuité,comme l’a établi une autorité
aussi respectable que le comité sur les effets biologique des
radiations ionisantes mis en place par l’académie des sciences
américaine ,mais encore l’extrapolation en ligne droite des effets
de faibles dose répétées,qui serait plus grave que ceux d’une dose
quantitativement égale à leur somme.
Et le professeur Sternglass,directeur à l’époque de l’institut de radiologie
de Pittsburgh,déjà célèbre pour son étude des cas de cancer,
de mortalité infantile et de malformations à la naissance aux
alentours des centrales nucléaire (avec les centrales a réacteurs multiples
plus personne ne fait d’études. ?) ne craint pas d’affirmer que
« toutes les estimations relatives au caractère pernicieux de la faible
radioactivité dans l’air et dans l’eau sont erronées,et il souligne
notamment le caractère DURABLE des émissions dues aux particules
absorbées par le corp,qui invalide par là même toutes les analogies établies
avec les statistique relatives aux rayons X appliqués en médecine.
Ernest Sternglass,Les effets des faibles dose de radioactivité,1975

la nucléarisation du monde ed .Gérard Lebovici 1986

Par orion 8 avril 11:59

Bon article, effectivement il est temps de réagir, de comprendre que la croissance infinie dans un monde fini n’ a absolument aucun sens.

Soit on s’affronte, soit on partage, voila pourquoi il faut stopper la compétition. Consommer plus, produire plus, travailler plus, gagner plus, c’est aller un peu plus vite dans le mur.

Il faut une transformation écologique et durable dans tous les secteurs (agriculture, santé, transport, énergie…), et un partage des richesses (revenu universel), que l’on ne soit plus contraint de travailler et produire toujours plus pour survivre.

La révolution industrielle c’est fini !! passons à la révolution des consciences !!

Par slipenL’air  8 avril 13:05

la semaine dernière Lloyd Blankfein, le patron de Goldman Sachs vient de voir
son salaire annuel multiplier par 14 .
General Electric, champion intersidéral de la philanthropie, qui malgré ses 14,2 milliards
 de dollars de profits annuels (un record) ne paiera aucun impôt aux USA

Pour Chris Hedges, les civilisations mourantes préfèrent l’espoir, même l’espoir absurde à la vérité. Au bord du gouffre, on préfère se raconter des contes de fées. C’est peut être pour cela qu’on attend 2,5 milliards de téléspectateurs au mariage de Kate et William le 29 avril. D’après le psychanalyste essayiste new yorko-slovène Slavoj Zizek dans son dernier livre, le bien nommé « vivre la fin des temps », le déni est le premier recours de notre conscience sociale pour « composer » avec l’apocalypse à venir. Les quatre suivants étant : la colère puis les tentatives de marchandage (du type, « le train c’est mieux que la voiture car cela ne pollue pas ») ; ces tentatives échouant (« ah oui mais le train c’est le nucléaire »), il y a ensuite la dépression, le repli sur soi ; et au bout du tunnel, si, si, il y a l’acceptation et l’émergence d’une « subjectivité émancipatrice  ».

Par perlseb  8 avril 19:23

Oui mais il faut aller plus loin que ce discours. Pourquoi ne peut-on pas réformer le système pour le rendre écologique en douceur ? Simplement parce que le capitalisme est anti-écologique dans ses fondements : plus de consommation = plus de profits (et aussi plus de travail pour les non actionnaires).

Tant que l’on garde le système capitaliste, les catastrophes vont être de plus en plus importantes et de plus en plus fréquentes : elles sont liées à cette croissance obligatoire dont tout le monde est responsable. L’écologie ne sera qu’une nouvelle forme de taxation et de profits avec les produits bio ou « verts ». Mais consommer en grande quantité des produits soit-disant écologiques (ce que prône cette société capitaliste) est aussi un désastre écologique.

Si l’on changeait de type de société, on pourrait imposer aux fabriquants des garanties planchers selon les produits : 100 ans pour une maison, 20 ou 30 ans pour une voiture, 20 ou 30 ans pour tout l’électroménager, … Au lieu de ça, on crée des modes avec la publicité pour que les gens changent leur matériel qui marche encore, voire on produit du matériel dont l’obsolescence est programmée au départ (imprimantes avec compteur de pages qui s’arrêtent de fonctionner bien qu’étant en parfait état). Tous reponsables, et système parfaitement incompatible : aujourd’hui, la publicité parait indispensable pour toute entreprise, alors qu’elle devrait être purement et simplement interdite. Que seuls les gens qui ont des besoins achètent, on n’a pas à créer le besoin quand il n’y en a pas. Cette croissance est absurde et destructrice parce que le système capitaliste est lui-même absurde et destructeur et les exemples ne manquent pas ni dans l’histoire, ni dans l’actualité.

Publié dans ECOLOGIE, MONDE | Pas de Commentaire »

DAVOS: LA CONFERENCE DE LA PROCHAINE CRISE

Posté par provola le 28 janvier 2011

                         Davos est une bourgade de luxe , perchée au milieu d’un paradis fiscal, ce qui en fait une lentille  d’observation déformée sur l’économie globalisée. De Funès en tant que chef des cérémonies du G20 veut y placer sa ritournelle de la régulation des marchés ce qui en cette période d’euphorie de la sortie de crise revient à faire pousser du riz au milieu du désert.

Les adeptes du bling-bling accourent à Davos comme les chiens attirés par l’odeur des croquettes, des fois qu’il y ait du rab d’os de poulets. Les puissants viennent s’y renifler et les bonnes affaires aussi, pour s’échanger les cartes de visites.

Le mot d’ordre cette année est « en avant toute », comme le mot d’ordre donné par l’amiral du Titanic, les occidentaux veulent se persuader que la crise est derrière nous, les autres n’ont jamais vu passer la crise, portés par des taux de croissance de 10%.

On est pas là pour parler de régulation mais plutôt de bonus et de profits, on est là pour la CROISSANCE, pour regagner la confiance des investisseurs, et montrer sa nouvelle combinaison hight-tech.

Les Bric (Brésil, Russie, Inde, Chine) sont intarissables sur leurs perspectives, ils entament leurs trente glorieuses à eux et ont du mal à s’imaginer qu’on pourrait leur voler leur jouet.  Je te montre mes nouvelles réserves de pétrole, montre- moi tes sables bitumineux, fais voir tes projets en mer Arctique, je te parle de mes terres rares. L’idée est de creuser, de forer, de ratiboiser, de déforester, de brûler, d’épuiser jusqu’à le moindre goutte d’eau potable, d’assécher la Sibérie, de barrer le lac Baïkal, de réduire l’Amazonie à peau de chagrin. Copenhague et Cancun, les dernières conférences ratées sur le climat, vues d’ici sont de simples concepts inexploitables et pas rentables du tout.

La Chine a assez de réserves en Dollars pour tenir à bout de bras les USA, et l’Europe, l’Inde sera bientôt le pays le plus peuplé et forcément le pays à plus fort taux de croissance, là où se font jour les meilleures perspectives de rendement des investissements.

Davos 2011 est l’émergence d’un monde nouveau avec des vieilles recettes, on déplace le curseur de la croissance mais on ne change pas de méthodes. On globalise, on irrigue, on plastronne, on est arrogant , les gains envisagés sur la route de la grande marchandisation affolent les compteurs, les bourses reprennent le chemin du ciel. Les pays en voie de développement appelés aujourd’hui émergents se lance à corps perdu dans la mer des béatitudes du développement à tout crin.

Écartées les craintes environnementales, les crises de l’eau, des forêts, de l’air, les contaminations à l’uranium, au plomb, la science nous sauvera, de toutes les catastrophes annoncées.

Davos est une longue vue prise en défaut de parallaxe, d’ici le miroir est déformant et le club des astronomes bien dans l’incapacité de lever les yeux plus haut que leur pompes taillées Prada.  

Publié dans ECONOMIE, MONDE | Pas de Commentaire »

2011, L’AUBE D’UNE CONTRE-GOUVERNANCE MONDIALE

Posté par provola le 31 décembre 2010

                         Une année sans âme, sans réflexion qui ne soit une fuite en avant, sans spiritualité qui ne soit une guerre de religions, sans coeur, dominée par l’appétit du gain et l’appétit tout court.

Un milliard d’hommes ne mangent pas à leur faim, c’est la première fois que cela arrive sur notre vaisseau. Alors que la richesse, qui n’est souvent que la sur-exploitation de biens périssables n’a jamais autant étalé ses fastes. La pire des marées noires a ravagé le Golfe du Mexique et BP est retombé sur ses deux pieds sans passer par le couloir de la mort. Obama a prié pour que le sang-pétrole continue d’irriguer son économie. Les pays de l’OPEP assis sur la manne pétrolière jouent des quantités extraites de pétrole pour maintenir un certain niveau de pénurie de manière à pérenniser leurs gains. La Chine, après avoir submergé les étales de la planète de biens inutiles a aussi mis la main sur la plupart des terres rares, les minerais des futures générations de métaux précieux.

Le Brésil et ses nouvelles découvertes d’or noir off-shore, le Canada et ses sables bitumineux, les État-unis et leur nouvel eldorado sous forme de gaz de schistes sont soudain devenus par la grâce de toutes récentes techniques d’extraction les nouveaux magnats de demain.

Le nerf de la guerre économique se joue plus que jamais sur le front des matières premières ou au tréfond du sous-sol, et rien n’arrêtera la folle course de la croissance. L’unique solution pour diminuer rapidement la demande en pétrole serait d’en augmenter le prix de manière concertée. Mais augmenter le prix reviendrait à rendre rentable toute exploration  qui eut été impossible à un cours du pétrole trop bas. On voit bien qu’une logique purement économique est une tenaille infernale.

La production anthropique (due à l’homme) de gaz à effets de serre, cette année, a été de 50 milliards de tonnes.    

Si l’on veut sortir du tout pétrole,(mais qui le veut vraiment à part les menteurs de l’ONU qui font tout pour rater les échéances sur les réductions de gaz à effets de serre, à part quelques prêcheurs dans le vide sidéral ?)il faut une volonté mondiale, pas le simulacre des conférences onusiennes sur le climat, pas les messes-basses des partis officiels bridés par les échéances électorales, mais une alternative qui pourrait venir d’un trop plein d’exaspération. L’on vient en effet à se demander si ce ne sont pas les acteurs élus eux-mêmes qui sont à bannir des cénacles de décisions. car les pitres aux petits fours , les écolos en basket new-balance ne pèsent pas lourd face aux sumotoris de l’or noir et aux flibustiers du nucléaire. 

Comme la gouvernance dite démocratique de l’ONU n’accouchera que d’accords à minima, l’harmonisation inter-étatique ne sera qu’une chimère, ne reflètant que la partie sombre de notre humanité. Il faut alors tacher de trouver des moyens de rendre aux peuples leur liberté de protéger la Terre de leurs enfants. En profitant du média internet pour shunter les médias officiels, appartenant tous aux partisans de la fuite en avant, en créant la toile alternative, c’est à dire en donnant un sens à l’utilisation de la toile comme le sens qui fut donné au marteau des cathédrales. Pouvons-nous exploiter ce formidable moyen pour en extraire une conscience collective globale, matérialisée sous la forme d’une contre-gouvernance mondiale faisant fi des anciens schémas de prises de décisions ?

Utopie quand tu nous tiens, mais que reste-t-il d’autre que l’utopie ?

Pour avoir une chance de réduire le réchauffement global à deux degrés comme indiqué lors de la conférence de Copenhague il y a douze mois, nous devrions abaisser la production de  gaz à effets de serre de l’ordre de 7 milliards de tonnes par an à l’horizon 2020. Et qu’avons-nous fait en 2010 pour initier ce processus vertueux d’inversion des courbes ?

Rien. Qui plus est, en une année dite de crise, de moindre croissance…alors que deux milliards d’êtres humains n’ont toujours pas accès à la fée électricité. 

Sur ce, je vous souhaite une heureuse année 2011, révolutionnaire.

 

Publié dans FUTUR, MONDE, RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE | Pas de Commentaire »

UNE TERRE ET DEMIE

Posté par provola le 14 octobre 2010

                   Notre planète ne nous suffit plus, je ne cesse de le dire depuis qu’un certain rapport du club de Rome en 1972 a montré l’évidence, je ne cesserai de le répéter dussé-je faire fuir le dernier lecteur de C N Conscience.     

Comme c’est l’argument principal de ce blog, cette modeste chronique n’aurait plus de raison d’être.

Il n’est pas d’autres batailles que celle-là et la réforme des retraites en comparaison n’est qu’une douce ritournelle. Le dernier rapport en date du WWF vient à point nommé nous faire une piqûre de rappel sur l’urgence qu’il y a d’affronter le dilemme toujours plus prégnant de notre empreinte écologique incompatible avec les capacités régénératrices de notre vieille maison.

Nous vivons au dessus de nos moyens, ce n’est pas l’UMP qui le dit , c’est le WWF qui estime que nous consumons actuellement une terre et demie. Le problème bien évidemment, c’est que nous n’en avons qu’une.

Le rapport Planète vivante livre un compte rendu sur la biodiversité et les tendances de consommation à l’échelle mondiale à partir de l’ Indice Planète Vivante, ou IPV et du concept d’empreinte écologique.

L’IPV a chuté de 30% entre 1970 et 2008 CECI INDIQUE UNE IMPORTANTE PERTE DE CAPITAL NATUREL;pendant cette même période, l’empreinte écologique de l’humanité a doublé, elle est maintenant de 50 % supérieure à la capacité de production annuelle de la Terre. La consommation moyenne d’une personne nécessite 2.7 hectares de terre alors que la Terre ne dispose que de 1.8 hectares par personne. Dans l’ensemble il faut d’ors et déjà une Terre 1.5 fois plus grande que ce qu’elle est réellement pour satisfaire nos besoins en consommation. Quatre milliards de personnes n’ont qu’une idée en tête, rattraper la fièvre acheteuse des deux milliards de malades des pays riches. 

Quelques solutions PRIORITAIRES apportées par WWF:

Réduire l’empreinte écologique cela veut dire réduire la voilure de l’économie.( ce qui implique de mieux partager)

Augmenter la superficie des aires protégées pour que celles-ci couvrent au minimum 15 % des éco-régions

Stopper la surutilisation de l’eau et la fragmentation des réseaux d’eau douce

Mettre un terme à la surpêche.

Toutes  ces mesures devraient se retrouver dans le programme de De Funès pour la prochaine campagne électorale, n’en doutons pas…

Le rapport du WWF est publié tous les deux ans, en espérant que nous serons encore là dans deux ans, et la Terre avec autant que possible. Pour la Terre je ne me fais pas de soucis.

Publié dans ECOLOGIE, MONDE | Pas de Commentaire »

PLANETE EN EAU TROUBLE

Posté par provola le 10 octobre 2010

         Le dernier rapport de la revue « Nature » sur la situation ou plutôt le délabrement des cours d’eau de la planète ne peut que nous laisser pantois sur l’évolution à brève échéance de notre source de vie. Pollutions diverses, contaminations en tous genres, agriculture intensive, irrigation excessive, bétonnage des rives, introduction de nouvelles espèces animales et végétales sont en train de rapidement modifier les équilibres fondamentaux des fleuves et rivières.

Seule l’Afrique, étrangement, semble encore épargnée par le grand coup de Karcher solvanté. 80% des populations vivant le long d’un cours d’eau voient s’écouler une sorte d’égout à ciel ouvert.  Concrètement il apparaît que l’homme transforme et détruit sa principale réserve d’eau douce. 5 milliards d’humains vivent à proximité immédiate d’une rivière généralement en très mauvais état. Parmi eux, au moins 3,5 milliards souffrent d’ors et déjà d’une pénurie d’eau propre. 65 % des écosystèmes des bassin hydriques ont été détruits, entre 10 et 20 mille espèces animales et végétales sont à risque d’extinction.

Le rapport de « Nature » se base sur l’étude de 23 facteurs de risque ( de la présence de digues et canaux pour l’irrigation, à la contamination par rejets de l’industrie minière, voir les évènements récents de Hongrie) et en attribuant une note à chaque fleuve. La combinaison de ces différents éléments a permis d’établir une carte générale de l’état général de bassins hydriques d’une superficie de 2500 km2.

A la lecture de cette étude, ce qui frappe en premier lieu c’est que les géants que sont le Nil, le Gange, le Yangtsé ne sont pas épargnés par le saccage actuel. 30 des 47 principaux fleuves sont gravement atteints.

Les chercheurs avaient une idée préconçue, au tout début, il leur apparaissait qu’il fallait rechercher dans les pays en plein boum économique les cicatrices les plus profondes, très vite il leur a fallu se rendre à l’évidence que les plus dures atteintes subies par l’eau l’ont été dans les pays les plus développés. Les cours d’eau les plus menacés sont en Amérique du nord, en Europe. Ces pays croient pouvoir contenir les bouleversements inscrits dans l’ADN de la croissance économique avec des lois et des règlements, par de la technologie, on voit bien que rien n’y fait.

On sait désormais que toute la surface du globe est engagée dans une lutte pour la survie des derniers litres d’eau, les dommages majeurs concernant une grande partie de l’Amérique du nord, pratiquement toute l’Europe, de vastes zones de l’Asie centrale, le Moyen-orient, le sub-continent indien et la Chine orientale. Seule l’Afrique semble encore échapper au désastre annoncé.

La seule chose rassurante dans ce concert de musique funèbre, est que la situation des pays riches et des pays pauvres est pratiquement identique, les substances polluantes se retrouvent toujours en aval des fleuves, concentrées, puis elles se  disséminent dans chaque recoin et baignade des grandes agglomérations. Pollutions diverses de l’agriculture et des industries, mercure utilisé dans la production d’énergie électrique, pyralènes à effet cancérigène utilisés dans les transformateurs (la Seine est ainsi le fleuve d’Europe le plus pollué), produits pharmaceutiques divers rejetés en quantités toujours plus massives, la liste est tellement longue qu’on ne sait plus s’il faut en pleurer ou en rire, de colère. 

Les seuls cours d’eau véritablement à l’abri sont ceux qui se trouvent à distance respectable des premiers habitats, les rivières des régions arctiques, sibériennes ou tropicales, totalement isolées, coulent des jours heureux.

L’ Homo-sapiens prend désormais trois douches par jour mais il n’a jamais été aussi sale.  

Publié dans ECOLOGIE, MONDE | Pas de Commentaire »

LA FOIRE AU GRAIN

Posté par provola le 7 octobre 2010

On y est, c’est facile à retenir, ça permet de fixer de l’émotion faute de pouvoir dégueuler à tout bout de champ. Le chiffre ne représente rien, qu’une marque de fabrique de la société humaine la plus injuste, il vient s’ajouter à la longue litanie des déraillements structurels de notre marche forcée vers le no man’s land du futur. Juste pour interpréter, imaginons une famille, deux parents et quatre enfants, dont l’un d’eux ne serait pas nourri comme les autres pour montrer aux autres ce que serait l’existence sans la générosité de leurs géniteurs.

Un milliard de personnes ne mangent pas à leur faim sur notre vaisseau ivre de certitudes, ce qui représente pour la seule année 2010, une augmentation de 64 millions d’affamés, soit la population française.   

Bien sûr les inondations, provoquées par des moussons exceptionnelles au sud-est asiatique, évidemment les sécheresses d’Afrique, forcément les immenses feux de forêts en Russie. Tous ces aléas de la météo, étant des conséquences plus ou moins prouvées des dérèglements climatiques, permettraient d’expliquer à eux seuls la pénurie de denrées alimentaires; fermez le ban, il n’y a rien d’autre à voir.

Sauf qu’en regardant dans le marc de café, une toute autre réalité s’impose. On peut même dire que le manque arrange bien les affaires des multi-nationales qui se partagent le marché agricole planétaire. Constituées en cartels, les joueurs de blé, de thé, de maïs ou de cacao organisent et font fluctuer les cours de bourse au gré de leurs savants comptes d’apothicaires. Au bout de la chaîne de distribution, comment en douter, c’est toujours le le plus faible qui doit en subir les effets collatéraux.

Un chômage endémique, entretenu aux alentours de 10 % de la population active, permet de réguler la pression salariale et donc de garantir la paix sociale ( à partir de 30%, le chômage atteint un plafond limite qui déclenche une bascule comportementale pour la population qui n’a plus rien à perdre.), de la même manière la pénurie entretenue par les monopoles alimentaires, les grands fermiers de Wall Street et de la City (pour calquer une étiquette magnanime sur cette espèce de pilleurs au grand large), ont tout intérêt à maintenir les cours en réduisant les stocks, l’abondance étant l’ assurance pour les spéculateurs de faibles revenus.  Malheureusement le rationnement systémique, qui n’est pour ces rentiers de la bouffe, ces grands livreurs de pizzas, qu’un moyen d’entretenir le prix de la tomate et des olives provoque un drame humanitaire aux quatre coins du globe.

On se souvient que la baisse de la production céréalière de Russie avait eu pour conséquence une augmentation du prix de la baguette chez nous alors que nous sommes un des grands greniers mondiaux. Autre symptôme de la globalisation du business agricole, à la mi-septembre, un des plus célèbres fonds spéculatifs anglais, Armajaro, a acheté l’équivalent du quart du stock européen de cacao. Quelques jours plus tard, le cours de la tonne pulvérisait tous les records.   

Ce phénomène est vérifiable sur le blé , le riz, le soja. Rien n’échappe à l’appétit des spéculateurs et des gourmets de la haute finance internationale, après la bulle immobilière qui s’est traduite par la faillite que l’on sait, les hedges funds ou fonds spéculatifs s’acharnent dorénavant sur d’autres os à ronger, aux métaux non ferreux et donc aux matières agricoles.

Allez donc dire au minot qui avale la terre de son village faute de mieux que la situation est totalement sous contrôle.

 

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

REVISIONS DU BON ECONOMISTE

Posté par provola le 31 juillet 2010

Profitez du temps libre pour apprendre à planquer vos économies:

http://www.youtube.com/watch?v=mHfE2fdS-UQ

Publié dans ECONOMIE, MONDE | Pas de Commentaire »

CES ENFANTS QU’ON ASSASSINE

Posté par provola le 31 juillet 2010

Jean Ziegler:

http://www.youtube.com/watch?v=6g4XRN1v5K8&feature=related

Publié dans ECONOMIE, MONDE | Pas de Commentaire »

CO2, BIEN D’EXPORTATION

Posté par provola le 29 mai 2010

Si l’après gueule de bois de Cophenague avait remisé la protection de l’environnement dans les cartons politiques, la crise économique mondiale aura fini de repousser  la prise en compte du dossier des changements climatiques aux calendes grecques. En cette année 2010, la préoccupation est de retrouver de la croissance, certainement pas de réduire les émissions de CO2. Les climato-sceptiques se sont insinués dans la brèche des atermoiements du GIEC pour plonger l’inconscient épocal en apnée, l’humanité se retrouvant en flagrant délit d’écologie buissonnière.

L’heure est aux comptes d’apothicaires, à la réduction des déficits, des pays riches, les autres pays, eux se sont mis à fabriquer ce que le nord ne peut plus produire en deçà d’un certain prix.

Des pans entiers de l’industrie mondiale ont transité vers le sud à la recherche des plus bas coûts de production. Ce processus a provoqué une nouvelle révolution industrielle , géographique celle là. De telle manière qu’on ne peut plus  désormais se contenter de mesurer les émissions de gaz à effets de serre de chaque pays pour distribuer des satisfecits et des mauvaises notes .

Ainsi on estime qu’un tiers des émissions de CO2 chinoises sont produites pour satisfaire les besoins des consommateurs de l’Occident.

Comment fait-on alors pour mesurer le degré d’implication environnementale de pays qui endossent en fait des quotas d’émissions qui sont dévolus en grande partie à leurs clients ? Comment prendre en compte que la totalité des chaussettes produites dans le monde sont d’origine chinoise ?

En estimant dans les meilleures hypothèses une généralisation de la séquestration du CO2 produit par la Chine au cours des prochaines décennies ainsi qu’une amélioration des rendements énergétiques, les modèles indiquent un triplement probable du volume des émissions chinoises à l’horizon 2030. 

L’occident pavoisant alors devant les succès de son énergie nucléaire ou son bilan carbone excédentaire. Le fils De Funès refaisant à nos enfants le coup du grenelle de l’environnement.  

Publié dans ECOLOGIE, MONDE | Pas de Commentaire »

DE PROFUNDIS

Posté par provola le 19 mai 2010

Nos préoccupations d’animaux de surface ne sont rien en rapport aux flots lourds comme si l’eau pesait plus qu’un même volume de tristesse. Notre eau est malade et notre mer à tous ne peut plus masquer une agonie programmée. Que ne lui avons laissé en héritage, toute cette misère insupportable sur terre qui devient muette à peine planquée dans le noir des profondeurs.

La marée noire du Golfe du Mexique ne fait pas de vagues tant qu’elle n’a pas touché le rivage de l’imaginaire, mais dès que les premiers grains de sable seront souillés alors le déferlement des embruns rejaillira sur nos ondes maudites. Il faut un cataclysme pour déclencher un soupir alors qu’un but suffit à émouvoir le monde, on a beau modifier le cours du Gulf stream, dégazer sans vergogne les cuves ingrates de nos pétroliers, remplir de bouteilles vides nos plages plastifiées, envahir d’algues transgéniques nos rivages, transformer notre sanctuaire marin en  aquarium à plongeurs, sillonner l’aventure de pavillons pirates , dégager la calotte polaire, faire disparaître les restes de vie, blanchir les coraux, rien n’ émouvra le bon peuple.

L’océan n’est à personne, l’océan est personne. C’est la poubelle commune, qui n’a que l’intérêt de ne pas réclamer de taxes. 

Tout ce que nous rabachons à longueur de pages à propos des continents incontinents, il faudrait le crier mille fois plus pour cette masse si immense qu’elle en est invisible. La marée noire actuelle n’est qu’une goutte d’eau dans le déluge de sanglots car si nous appelons terre notre terre, nous devrions l’appeler mer.  Les émissions de CO2 qui distribuent les bons points et les polémiques de nos contemporains font subir à notre mer nourricière plus de drames qu’à notre air pourtant si malade. Peu de chance que le CO2 absorbé par les océans soit à l’origine de l’augmentation des températures, mais après tout allez savoir, ce que personne ne sait.

La mer absorbe donc 30 % de nos émissions de CO2, depuis le début de l’ère industrielle , ce sont pas moins de 120 milliards de tonnes de CO2 qui sont passées dans le milieu marin. L’apport massif de CO2 entraîne une diminution du pH des eaux, les rendant plus acides, cela diminue la concentration en carbonate. L’écosystème marin est bouleversé car c’est un des composants essentiels dans la fabrication du carbonate de calcium utilisé par les crustacés et les mollusques pour fabriquer leur exosquelette calcaire.  L’acidité de la mer  depuis le début de l’industrialisation a augmenté de 26%; au rythme actuel des rejets on peut déjà imaginer le tableau.

Pour les coraux, les couleurs, c’est le blanc, lié à une diminution de la calcification, pour les eaux froides des océans arctiques, ou’ le défaut de calcium est proéminent, c’est la disparition de l’aragonite, une forme de calcaire présent dans la coquille des ptéropores entrant dans l’alimentation du zooplancton, lui-même étant la base de l’alimentation de nombreux poissons et mammifères marins. 

Finalement, la nappe de Bp n’est qu’un pipi de chat dans le monde du silence et l’on se remémore la cantate de Cousteau, tellement de mots et de cris, de titres, de théatres pour ne rien dire.  

De profundis…des profondeurs, je crie vers toi, Conscience.

Publié dans ECOLOGIE, MONDE | Pas de Commentaire »

LE TEMPS DES CLIMATO-SCEPTIQUES

Posté par provola le 5 avril 2010

Les Hulot à ma droite, les Allègre à ma gauche, le crépage de chignons a quelque chose de dérisoire, qui semble représenter une excellente publicité pour les faux-ennemis aux intérêts communs. 

En pleine polémique sur le climat, il n’est pas évident de dégager des idées forces sur la réalité des bouleversements climatiques car les supposés défenseurs de la planète ne sont pas forcément les gentils et les pourfendeurs des dogmes climatiques ne sont pas forcément les méchants. Le débat sur le réchauffement climatique en cours (s’il existe), n’est pourtant pas l’essentiel des enjeux du futur.

Partisan d’une systématique frugalité de comportement économique, persuadé depuis longtemps que les dégagements de CO2 anthropiques participent à l’élévation des températures globales, je reste conscient des lacunes des modèles de calculs à notre disposition, je crois que les scientifiques feraient bien de ne pas tenter de nous forcer la main par des atermoiements inutiles , des chiffres biaisés ou approximatifs. La seule façon d’amener la population à opter pour une attitude responsable au regard des impacts environnementaux est d’éviter les raccourcis, la peur, l’effet d’annonce.

Claude Allègre ne fait pas autre chose que relever les erreurs, que stigmatiser les modes médiatiques, mais en forçant sur le coté imbuvable du personnage par des imprécisions qui confinent à la manipulation. Les orthodoxes du GIEC répondent par les mêmes méthodes, en dégainant dédain et rancoeurs refoulées.

Il ne s’agit pourtant pas de croire les uns ou les autres, il s’agit de naviguer à vue et de garder notre sang froid.

A la question: le réchauffement climatique en cours est-il dû à l’activité humaine ? Nous pouvons répondre:

Ce réchauffement a commencé au milieu du 19 ème siècle , au moment ou’ l’on ne peut soupçonner l’homme d’avoir déjà enclenché la machine infernale.

A la question: ce type de réchauffement s’est-il déjà produit auparavant ? Nous pouvons répondre:  

Oui , le rythme et l’amplitude du réchauffement en cours ont déjà eu lieu quatre fois lors des quatre derniers millénaires.

A la question: le réchauffement continue-t-il ? Il semble qu’une stagnation des températures soit observée depuis une dizaine d’années.

A la question: le niveau actuel de CO2 dans l’athmosphère a-t-il déjà été atteint ? Pas durant les dernières dixaines de milliers d’années, le taux de CO2 record actuel dépend de l’activité industrielle humaine.

A la question : le niveau de CO2 est-il responsable du réchauffement ? Nous pouvons répondre… oui et non. Oui car ce gaz a la propriété indéniable d’emprisonnement des calories, non car il est beaucoup moins présent que la vapeur d’eau dans l’athmosphère qui est elle aussi un puissant gaz à effet de serre. Les cycles d’intensité variables du soleil, la masse de l’océan, sans commune mesure avec celle de l’atmosphère, semblent être de bien plus puissants « détraqueurs de météo. »

A la question : peut-on prédire les températures à venir sur la planète ? Nous pouvons répondre: Non. Les ordinateurs les plus puissants ne peuvent pas réduire le chaos climatique à de simples courbes mathématique, le climat n’obéit à rien d’autre qu’à lui-même.

A la question : Peut-on continuer impunément à polluer et à augmenter les gaz à effets de serre ? Nous pouvons répondre: non, car il  est probable que les capacités d’absorption du surplus de CO2 et de méthane du système soleil, océan, atmosphère, terre ont déjà été fortement entamées.

A la question : quand pourra-t-on avoir la certitude d’une réelle action de l’activité humaine sur le climat ? Prochain élément de réponse, le prochain rapport du GIEC , en 2012. (Le précédent faisant débat actuellement date de 2007)

A la question: que fait-on en attendant le prochain rapport ? Même en l’absence de réponse définitive, le principe de précaution nous impose de corriger les excès des dernières décennies en limant en priorité les inégalités. Car au bout du compte, la question du climat n’est que subalterne à l’exaspération des disparités sociales.  

           

Publié dans ECOLOGIE, MONDE | Pas de Commentaire »

L’ENVERS DE LA VIE

Posté par provola le 30 mars 2010

Paul-Antoine Pichard, une bouffée d’air frais à l’assaut des parois en chiffons, des « MINES D’ORDURES »:

http://www.youtube.com/watch?v=AwsRdutfrEI

Publié dans MONDE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

HEARTH HOUR, LES BISOUNOURS DE L’ECOLOGIE

Posté par provola le 29 mars 2010

Désespérant, la Tour Eiffel s’est éteinte pendant cinq minutes, Paris a fait son geste, la ville lumière visite les égouts, comme les centaines d’autres cités du monde, en une farandole du dérisoire. Les médias de relayer ce foutage de gueules qui ne dit pas son nom. Car les médias vivent du gaspillage, de la pub qui ne fait que vendre du vent qui consomme du pétrole et la Tour Eiffel, carcasse du 19ème siècle, déplace des millions de touristes embrigadés, légions de pendus à leurs appareils photos qui ne rapportent que les ombres d’existence.

On éteint la lumière mais la lumière de la réflexion est éteinte depuis des lustres, éteindre cinq minutes la tour c’est cloîtrer l’écologie dans sa tour d’ivoire, c’est laisser une frite au fond du gobelet chez Mc Do, c’est rassurer les bisounours itinérants  de la planète sur l’évolution des mentalités. « C’est pour sauver la planète » on entend plus que ça à la sortie des supermarchés, en faisant la queue à l’aéroport, pour choper le tire-fesses, pour décrocher les premières soldes.

« Sauver la planète », c’est devenu une sorte de « c’est que du bonheur », expression creuse, vide de sens, qui sous entend un mal-être, un traumatisme épocal, « sauver la planète » c’est comme « on va s’éclater », comme si la meilleure façon d’évacuer le stress, la tension de l’individualisme forcené, du chacun pour soi, était de se bourrer d’amphétamines ou d’alcool.  

« Sauver la planète », « éteindre la lumière cinq minutes », c’est croire encore un peu que notre monde insipide ne va pas s’écrouler d’un coup comme une tour de Pise à laquelle personne ne s’intéresserait.

Ce genre de slogans sonnent comme l’ ultime respiration de la farce consumériste, comme le râle d’une agonie trop longue, comme l’effort du pétrolier qui ne veut pas changer de cap.      

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

12345
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement