LE PAYS DES DROITS DE L’HOMME ME GONFLE

Posté par provola le 26 octobre 2016

On a envoyé 100 bus à Calais et on a l’impression d’avoir sauvé l’humanité.17 ans que ce bled traite ses migrants de la pire des manières, a réinventé les bidonvilles disparus dans les années soixante, 17 ans de scandale.

On a évacué 5000 personnes ? Et il faudrait se réjouir du devoir accompli ? Il en arrive 2000 par jour en ce moment en Sicile et en Sardaigne, 153 000 depuis le 1er janvier reçus en urgence absolue par l’Italie qui en a déjà réparti 200 000 sur l’ensemble du territoire. Depuis le 1er janvier encore 3800 sont morts en traversant la Méditerranée, un record.
Ce fameux pays le plus beau du monde essaye de masquer ses tares en cette période électorale, le président a attendu ses derniers jours pour se préoccuper du pire des génocides de l’époque moderne et des manifs anti-migrants s’organisent tous les jours en ce pays de tradition chrétienne comme ils disent.
Les Le Pen préparent une OPA sur ce pays en décomposition, le fascisme guette acidulé de nationalisme et de racisme.

Tout cela au pays des lumières et des droits de l’homme. Un constat me hante: il faut bien l’admettre, nous ne sommes plus dignes de notre propre pays.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

LE MESSAGE DU WEEK-END: 36 37

Posté par provola le 4 décembre 2015

36 37

 

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

200 000 FOIS MERCI

Posté par provola le 24 juin 2013

                      

                         200 000 visites, 200 000 fois que nous nous croisons au détours de nos conversations informelles, au coin du feu ou à l’ombre du chêne. A bien y regarder, le chemin parcouru à refaire le monde à notre manière aura été une occasion d’échanger, de dialoguer et de nous passionner pour une cause commune, pour l’idée simple que nous devrions passer le témoin à nos successeurs le plus proprement du monde. Or nous savons que ce ne sera pas le cas et qu’au procès de l’histoire, nous aurons appartenu à la génération de tous les ratages, de toutes les gabegies, des destructions environnementales massives et des pires inégalités. Ce qui va de pair, n’oublions pas que les uns polluent énormément pendant que les autres survivent et voudraient bien respirer un peu mieux ou boire de l’eau potable. 

Les prochaines générations auront ainsi à gérer en même temps la répartition des ressources, l’adaptation aux changements climatiques induits par notre folie consumériste et le nettoyage impossible de la terre, de l’air, de l’eau et de l’espace. Un rapport de la banque mondiale publié le 18 juin nous dit l’urgence du changement de cap qui seul peut permettre de contenir l’élévation des températures globales à 2°C. (voir le détail de ce rapport ci-dessous). 

Nous aurons en quelques décennies, produit suffisamment de déchets de toutes sortes pour contaminer au moins les quelques siècles à venir. 

Ainsi l’exploration des gyres océaniques, ces trappes à pollutions marines, a permis de mettre en évidence la contamination à grande échelle des mers par des millions de tonnes de plastique. Ce plastique est décomposé par le soleil et réduit en de minuscules particules qui entrent facilement dans la chaîne alimentaire des animaux marins et en conséquence de l’homme. Ne serions-nous pas en train de penser que la disparition des poissons est en fait une mesure sanitaire nous évitant une contamination de masse ? 

De même, nous avons pensé pouvoir stocker des déchets nucléaires pour des dizaines de milliers d’années, pure ignominie industrielle. 

Les solutions existent de transformer notre manière d’être pour laisser au moins une petite chance à nos enfants de survivre dans cette poubelle à ciel ouvert qu’est devenue notre planète Mère. 

Elles ne passent pas par l’individualisme forcené, cette fausse liberté intronisée par le néolibéralisme, car les biens naturels sont comptés et parce que nous ne pouvons finir de gaspiller en quelques décennies les ressources énergétiques qu’on pensait éternelles, et qui peuvent disparaître à jamais par la faute de ces cupides profiteurs de l’Apocalypse que sont certains de nos contemporains. 

Elles ne passent pas par l’évasion fiscale qui a rendu 0.1 % de la population mondiale, détenteurs de 35 % des richesses globales.

 Elles ne passent pas par le nationalisme, cette plaie mue par la volonté de certains de s’approprier le bien commun au lieu de tenter de le répartir au mieux sur l’ensemble des continents. 

Elles ne passent pas par le racisme, pieuvre éternelle engendrée d’abord par les inégalités sociales. 

Elles passent par le partage, la solidarité, la compassion, la bienveillance, quatre valeurs cardinales qui ne coûtent rien qu’un peu de jugeote. Mais cela est une autre histoire. 

A ce jour, après avoir tenté d’entrevoir une issue à ce triste constat de la descente aux enfers, conforté par l’insondable réalité des chiffres datant de 40 ans, ceux du Club de Rome de 1972, un bail, qui n’ont toujours pas démentis, je m’accorde une pause salutaire en marge de ces lignes brûlantes, à regarder passer les convois radioactifs, les eaux polluées des rivières, les vents chargés de particules fines, les chiens de garde du green-business. 

Car rien n’indique que ce qu’on appelle désormais développement durable ne soit la conséquence d’une prise de conscience globale des dévastations, mais bien plutôt le résultat d’un subterfuge marketing permettant de continuer à profaner en toute quiétude, à dégrader en toute impunité. 

Le pétrole rapporte trop, de même que le charbon, le méthane ou l’atome, pour qu’ils soient remisés aussi facilement aux oubliettes de l’humanité, de plus, dans notre mode absurde de fonctionnement, la destruction des écosystèmes est le moteur de la croissance tant adoubée, bien plus que la sobriété énergétique. Cette triste réalité va nous accompagner jusqu’à notre dernier rêve d’avenir car le monde oublie que le mode de calcul de notre indice du bonheur basé sur la croissance est un leurre total, comme si nous n’existions que pour produire et consommer. Je ne doute pas que tout cela résulte d’une œuvre programmée de manipulation des esprits, d’un lavage des cerveaux par cette espèce de religion new-look dont la pub serait le Saint-Esprit. 

Merci par vos visites d’avoir bien voulu partager des moments d’angoisse et d’espoir, nous nous retrouverons toujours au gré de nos aventures communes, au fil de nos pérégrinations intellectuelles et au moment du combat d’idées. 

Si vous en avez le cœur n’hésitez pas à faire part de vos réflexions sur ce blog qui reste ouvert à la protestation permanente, car l’indignation est une bouée de sauvetage en ces temps compliqués. Je vous répondrai dans la mesure de mes compétences. 

Si les 200 000 visites reçues par ce blog à ce jour représentent certainement un encouragement à continuer d’informer, j’y trouve quant à moi l’occasion de faire un break pour éviter que la passion ne laisse place à la routine. 

Je resterai donc présent sur ces pages bien que moins disert, car après cinq ans et 1300 articles, il me faut maintenant me ressourcer et me renouveler, ce qui exige de prendre un peu de recul sur les événements durant un certain temps, ces futurs bouleversements futurs qui s’annoncent plus que tempétueux tant au plan environnemental que politique. 

Le nouveau « Croissance, Non Conscience » se fera peut-être par l’utilisation du son et de la vidéo, allez savoir. Bien entendu, entre-temps, je ne me priverai pas de pousser un coup de gueule, je ne raterai pas une bonne mise en boîte de politicien véreux, une convulsion nerveuse ou un plaisir sincère. J’ interviendrai chaque fois que l’information me paraîtra suffisamment déterminante pour être relayée. 

Je vous dis à bientôt sur ces lignes, au prochain pavé, à Notre Dame des Landes, à la Bastille ou ailleurs sur les routes de la prochaine révolution, qui ne dois pas être rouge, ni verte, mais de bon-sens tout simplement. Parce que nous ne pouvons accepter la médiocrité de cette mainmise de l’économie sur notre existence. 

Vous qui pensez à construire demain et pas à gaspiller l’immédiatement disponible, vous qui haïssez le productivisme et le consumérisme, sources de malheur à grande échelle, nous sommes faits pour nous revoir. 

En attendant, portez vous bien.

 

RAPPORT BANQUE MONDIALE JUIN 2013

La Banque mondiale craint qu’une hausse de 2°C de la température du globe se produise d’ici à 2040 et provoque des « pénuries alimentaires » et des inondations, selon ce rapport publié le 18 juin.

« Des températures extrêmes pourraient affecter les récoltes de riz, de blé, de maïs et d’autres cultures importantes, et menacer la sécurité alimentaire » des pays pauvres, prévient l’institution, ajoutant que la part des populations « sous-alimentées » pourrait à terme flamber de 90% dans certains pays africains

La communauté internationale s’est engagée à contenir le réchauffement du thermomètre mondial à +2°C par rapport aux niveaux pré-industriels, sans fixer d’échéance précise. Mais selon la Banque mondiale, ce scénario pourrait prendre corps en « l’espace d’une génération » en cas d’inertie politique à l’heure où le réchauffement a déjà atteint +0,8°C.

Les pays en développement en seront les premières victimes même si leurs habitants « ne sont pas maîtres de la hausse de la température mondiale », souligne le président de la BM, Jim Yong Kim, en préambule du rapport.

Dans les années 2030, en Afrique subsaharienne, les sécheresses et la chaleur rendront 40 % des terres cultivées en maïs inexploitables pour cette culture et la hausse des températures risque d’entraîner des disparitions importantes de prairies de la savane, menaçant de ce fait les moyens de subsistance pastoraux. Les projections annoncent que la proportion de population sous-alimentée pourrait augmenter dans les années 2050 de 25 à 90 % par rapport à la situation actuelle.

En Asie du Sud, la modification potentielle de la régularité et de l’impact de la mousson, un phénomène primordial, pourrait provoquer une crise majeure dans la région. Des événements tels que les inondations dévastatrices du Pakistan de 2010, qui avaient touché plus de 20 millions de personnes, pourraient devenir monnaie courante. Des sécheresses plus extrêmes dans de grandes parties de l’Inde pourraient conduire à de vastes pénuries alimentaires et des difficultés exceptionnelles.

Partout en Asie du Sud-Est, les moyens d’existence ruraux font face à des pressions s’intensifiant à mesure que le niveau de la mer s’élève, l’intensité des cyclones tropicaux augmente et d’importants services écosystémiques marins disparaissent avec un réchauffement qui s’approche de 4 °C.

Et dans toutes les régions, la migration probable des communautés touchées vers les zones urbaines pourrait ajouter un nombre toujours plus élevé d’habitants dans les quartiers informels, exposés aux vagues de chaleur, aux inondations et aux maladies.

Le rapport indique que les impacts à travers les régions étudiées sont potentiellement dévastateurs. Et, si le réchauffement devait passer de 2 º C à 4 °C, les multiples menaces de vagues de chaleur toujours plus extrêmes, d’élévation du niveau des la mer, de tempêtes plus sévères, de sécheresses et d’inondations, pourraient provoquer des effets défavorables très nocifs pour les populations les plus pauvres et les plus vulnérables.  Le rapport signale, cependant, qu’en maintenant le réchauffement sous le seuil de 2 °C, il serait possible d’éviter un grand nombre des conséquences les plus défavorables.

Le rapport indique que l’élévation du niveau de la mer a été plus rapide que ce qui avait été précédemment projeté et qu’il est peut-être déjà trop tard pour éviter une hausse qui pourrait atteindre jusqu’à 50 cm dans les années 2050 en raison des émissions passées. Dans certains cas, les effets pourraient se faire sentir beaucoup plus tôt. Par exemple, sans mesure d’adaptation, l’élévation de 15 cm du niveau de la mer, couplée à des cyclones plus intenses, menace d’inonder une grande partie de Bangkok dans les années 2030.

Les villes en plein essor des pays en développement sont considérées comme les sites de la planète les plus soumis aux risques du changement climatique.  Décrivant les zones urbaines comme de « nouveaux pôles de vulnérabilité », le rapport indique que les habitants des zones urbaines, en particulier les pauvres, seront particulièrement vulnérables au changement climatique.

Les quartiers informels des zones métropolitaines, telles que celles de Manille, aux Philippines et de Calcutta en Inde, concentrent d’importantes populations et manquent souvent de services de base (électricité, assainissement, services de santé, infrastructures et logements durables, par exemple).  Dans ces zones, les populations sont très exposées aux phénomènes météorologiques extrêmes, tels que les tempêtes et les inondations. La chaleur extrême se fait également sentir avec plus d’acuité dans les villes.

 

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

COMME PISSER DANS UN VIOLON

Posté par provola le 10 mars 2013

Energia: in dieci anni il carbone è cresciuto dieci volte le rinnovabili e due volte il gas               Les quelques voix tentant d’alerter l’opinion sur la marche folle de l’économie mondiale, vouée au Dieu croissance, dont ce blog se veut être un témoin et essayant d’effrayer les troupes de la destruction totale, ne réussiront au mieux qu’à faire rire aux éclats les traders de Wall Street.

L’énergie, carburant de la croissance sans bornes est un tel business que l’ultime gramme de combustible sera soustrait à notre Mère, jusqu’à ce que mort s’ensuive. De toutes parts nous remontent les informations nous confirmant que rien n’arrêtera la gabegie énergétique.

En ces quelques semaines de reprise de l’activité de par le monde, les Etats-Unis comptent sur leur gaz de schiste pour relancer la machine infernale et reprendre des parts de marchés dans la bataille économique, de même l’Allemagne n’a rien trouvé de mieux que ces gaz de schistes pour s’émanciper du nucléaire. Le Japon, 2 ans après la catastrophe de Fukushima a décidé de redonner vie à ses centrales nucléaires pour donner de la vigueur à sa reprise économique. La Chine, l’usine du monde profite des réserves illimitées de charbon de par le monde pour étancher la soif consumériste de l’humanité. La Russie se lance dans la grande bataille pour l’or noir dans les mers arctiques laissées libres par une banquise qui ne sera bientôt plus qu’un souvenir. Le Canada dévore ses sables bitumineux sans regard pour son environnement, l’Australie ne vit son âge d’or que grâce à ses mines d’or noir, le Brésil, l’Angola, le Mozambique, le Venezuela ont découvert assez de pétrole pour soutenir l’illusion du développement durable.  

Après vingt ans de proclamations de toutes sortes sur l’essor phénoménal des énergies renouvelables, il nous faut constater que le charbon reste, et de loin la source d’énergie la plus rentable et donc la plus utilisée. Le récent rapport du Worl economic forum ne laisse malheureusement pas de place au doute en la matière. Les sources d’énergies vertes représentent à peine 1,6%  de la production énergétique mondiale. Durant la dernière décennie, le charbon est la source d’énergie ayant le plus progressé sur la planète. Les énergies fossiles seront encore durant les vingt prochaines années les plus utilisées. Le charbon sera le grand protagoniste dans le développement des pays émergents. De plus, les huiles de schistes et le pétrole arctique permettront au pétrole de maintenir son coleadership encore longtemps.

Face à cette frénésie énergétique toujours plus globale, les Conférences sur le climat s’attachant à contenir le réchauffement climatique et qui n’ont abouti qu’à un fiasco généralisé sont au plus considérées comme des miettes lâchées à une opposition altermondialiste complètement désabusée. 

Ce n’est pas la manifestation parisienne anti-nucléaire d’aujourd’hui ayant rassemblé quelques maigres escadrons qui modifiera ce sentiment de défaite en rase campagne. (Coordonnée par le réseau Sortir du nucléaire, la mobilisation était notamment destinée à «envoyer un message d’indignation aux décideurs» ainsi qu’un message de solidarité au peuple japonais. «Nous demandons la fin du nucléaire civil et militaire, et notamment l’arrêt de toutes les centrales nucléaires de plus de 30 ans», a précisé le porte parole du Réseau, Pierrick Duflos. Une vingtaine des 58 réacteurs nucléaires français ont plus de 30 ans.)

Le modèle libéral a gagné, soit; l’appât du gain, la recherche du profit maximum reste l’idée soi-disant neuve et dominante en ce début de siècle, à tel point qu’il semble hasardeux et illusoire de vouloir remettre en cause ce système. Les hommes sont convaincus qu’ils ne sont plus au mieux que des consommateurs rivés à leurs caddys, persuadés que l’individualisme forcené est la nouvelle frontière du vivre ensemble, que les jeunes sont des sapins de noël intelligents, que les vieux ne servent plus qu’à entretenir le cours de bourse des maisons de retraite.

Libéral, serait donc libre de créer des richesses, ou encore libre de tout polluer, de tout dégrader, de tout casser, de tout dérégler, la mer,  l’atmosphère, l’air, les rivières, le sol, les poissons, les vaches, les ours, les abeilles, au nom du profit. De salir les indiens, les roms, les vieux, les malades, les Africains, les pauvres.

Libéral, comme étant capable d’endetter les Etats qui sont l’expression de la communauté pour permettre d’enrichir toujours plus les individus les plus adaptés à la loi de la jungle.

Comment en effet les marchés, comme ils disent, peuvent-ils s’émouvoir en France d’une dette de 1800 milliards d’euros alors que les avoir des Français s’élèvent à 11000 milliards d’euros ? Comment se peut-il qu’un milliard d’humains ne mangent pas à leur faim alors que le nombre de milliardaires explose ?

En cette fin supposée de crise économique qui aura eu au moins l’effet de calmer les ardeurs des lance-flammes et des bulldozers, sans illusion aucune quant à une prise de conscience globale, je continuerai, tout de même, ne sachant faire que cela, à crier dans le vide sidéral, en d’autres termes, à pisser dans mon violon.

 

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

2013, LA REVOLUTION N’EST PAS MORTE (LES VŒUX DE PHILIPPE)

Posté par provola le 1 janvier 2013

     2013, LA REVOLUTION N'EST PAS MORTE (LES VŒUX DE PHILIPPE)  dans MESSAGES AUX LECTEURS elle_doit_disp Le réchauffement climatique et les déréglements qui en découlent sont-ils aussi selon notre mode de consommation dans une « croissance exponentielle »?

Au fil des rapports des « experts » qu’ils soient du GIEC ou d’ailleurs, les données relevées au fil des années qui passent nous montrent une croissance des prévisions qui s’accèlère notablement.
« Est-ce grave ? », comme dirait Coluche.Vous venez de faire la « teuf », vous avez « les dents de dérrière qui baignent ». nous allons jeter quelques kilos de plus de nourriture en trop, des fois que pour la « teuf » il n’y aurait pas eu assez…..
Que les cyclones et autres accidents climatiques débarquent violemment dans nos vies, afin qu’enfin nous réagissions, est-il trop tard….
Je voudrais souhaiter tous mes voeux à ceux que j’aime et qui comme moi luttent pour éveiller les consciences, et que les actes suivent.
Si vous venez en Loire Atlantique vous verrez à Notre Dame Des Landes un exemple des luttes et des modèles qui peuvent se mettre en place, c’est loin d’être le seul endroit, alors rebelles de tous pays reconstituons partout la ZAD (Zone à défendre).

Pour finir mes voeux: « Que les puces d’un millier de chiens galeux infestent le cul de ceux qui te gacheront une seule seconde de votre année 2013, et que les bras de ces abrutis deviennent trop courts pour qu’ils ne puissent jamais se gratter » à tous les oligarques de la terre et autres prédateurs dont la liste serait trop longue à publier ici.
Sachez quand même peuples du monde que 5% de la population du monde gachent la vie des 95% restant dont nous faisons partie.
Reprenez votre libre arbitre, et agissez.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

AMOUR

Posté par provola le 28 octobre 2012

                      AMOUR dans MESSAGES AUX LECTEURS 220px-Jean-Louis_Trintignant_Cannes_2012

                         Je veux vous remercier, Monsieur Trintignant, d’avoir bien voulu revenir à la vie pour nous parler de nous. D’être rentré d’un séjour auprès de vos proches disparus pour remettre le couvert encore une fois. Amour est comme vous dites votre ultime soupir, votre ode à la vie,  votre accord parfait, votre message, votre illumination finale qui n’est que l’ esquisse de notre propre vacuité.

Monsieur vous touchez ici au sublime, au plus profond de l’être, aux viscères des sentiments. 

Chers lecteurs, ne manquez pas ce plongeon sans filet au travers des corps brisés quand les coeurs ralentis battent la mesure d’une existence bien faite. Quand les couches sont pleines, l’épuisement latent, et que le vide s’empare de l’espace, que le souffle s’emmitoufle sous un coussin d’air trop lourd pour supporter la respiration. Laissez-vous emporter par cette sonate aux sanglots longs, apprenez la musique des sentiments, le temps suspendu, les regards puissants, les mouvements hésitants, l’espace qui se réduit jour après jour. Venez ici apprendre à vivre, tout simplement, ce qui veut dire aimer. 

Ce scénario est géant, entre fauteuil roulant et lit médicalisé, les acteurs sont bouleversants, humains, on ressort de cette salle obscure avec la certitude que nous venons d’assister à notre propre décrépitude.  Un silence si délicat résonne. On entend le goutte à goutte du robinet qui fuit.

On s’acharne trop souvent à croire, à vouloir continuer, à continuer quoi ? Quand tout a été dit, quand tout devient de trop , quand c’est fini.

Chapeau bas, Monsieur l’Artiste, je vous salue, vous sortez par la grande porte, que votre vie désormais s’apaise au delà de ce bref instant que vous appelez de vos voeux.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

MERCI NEIL

Posté par provola le 25 août 2012

Il piede di Armstrong lascia l'impronta sul suolo lunare (Afp)

            Le premier homme posant le pied sur la lune nous fait comprendre que nous vivons un monde fini aux ressources épuisables, que nous devons préserver pour les générations futures.

 

MERCI NEIL  dans MESSAGES AUX LECTEURS 8_Lune_Terre

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | 1 Commentaire »

DE L’ESPOIR POUR L’ETE

Posté par provola le 3 août 2012

                       L’interview de Dennis Meadows a eu son effet, pensez donc: l’un des co-auteurs du rapport « Halte à la Croissance »  nous révèlant ses états d’âme après plus de 40 ans, alors que l’alarme lancée en 1972 n’aura eu l’effet en définitive que de brasser du vent. 

Car encore aujourd’hui l’illusion est à la croissance à tout prix, sans tenir compte le moins du monde des dérèglements environnementaux engendrés par cette folle course vers le néant.

S i vous n’avez rien d’autre à faire en ce mois d’août qui s’annonce chaud avant une rentrée sociale qui s’annonce encore plus chaude, venez de temps en temps vous envenimer le cerveau sur ce blog plein de désespoir, mais comme la peur n’empêche pas le danger, le désespoir n’empêche nullement d’avoir le sentiment de s’intéresser à l’essentiel de la vie, c’est à dire tacher de donner à nos enfants un monde vivable, si c’est encore possible.  

Je vous retrouve à la rentrée, avec des révolutions plein la tête.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | 1 Commentaire »

DON QUICHOTTE DU THERMOMETRE EST REVENU

Posté par provola le 16 juillet 2012

                  

                         DON QUICHOTTE DU THERMOMETRE EST REVENU dans MESSAGES AUX LECTEURS 895558938         Olà compagneros, je suis de retour, vous m’aviez cru mort, cela aurait mieux valu pour vous, cela vous aurait évité de longues cures d’insomnies à écumer l’avenir pas plus riant qu’une tragédie grecque.

Mais cela m’aurait embêté aux entournures car je crois encore au grand soir, à la prise de la Bastille mondialisation, à la reine des batailles contre cet ennemi croissance qui se cache sous la moindre parcelle de cervelle d’économiste.

Les nouvelles ne sont pas rassurantes, les dernières publication du NOAA ( National Oceanic and atmospheric administration ) sont pour le moins critiques, les écarts de températures enregistrées en ce moment sur la planète par rapport aux normales de saison montre des phénomènes improbables de l’ordre de 5 à 8 degrés.

Tout ceci ne peut être mis sur le compte du réchauffement global mais l’accumulation des accidents climatiques oui, certainement. On peut penser ce qu’on veut mais on le record de température qu’à connu la petite ville de Buffalo , la semaine dernière 107 degrés Celsius,  soit 41,6666667 degrés Celsius n’est pas une illusion mais est l’une des multiples étrangetés du thermomètre, à évaluer.

42 degrés de moyenne aussi sur l’ensemble de la semaine dernière en Sardaigne qui n’est plus qu’un incendie.

Les preuves s’accumulent, les données tombent en cascades comme une rivière de lave incandescente, les indices s’empilent comme des perles sur un collier de meurtrissures.

Je ne vous prends pas tout de suite à la gorge mais je vous préviens, la lecture de CNC va devenir plus que chiante à avaler, comme un thé trop brûlant, je recommence avec l’analyse du dernier rapport du NOAA, prenez un peu de repos, le prochain titre est :  » La Terre  ne se réchauffe pas, elle brûle. »

A votre bon cœur.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

LA CROISSANCE DE LA SOBRIETE

Posté par provola le 7 mai 2012

                                

                                   Au lendemain d’une élection s’étant gagnée sur le thème de la Croissance, CNC ne pouvait pas éviter de revenir sur la contradiction existant entre une logique d’augmentation de la production et une autre de sobriété des comportements.

Le nouveau Président envahi des mêmes certitudes consuméristes que son prédécesseur n’a en réalité pour seul but que de mieux répartir les richesses produites, de relancer le pouvoir d’achat des classes moyennes et défavorisées avec tout de même un effort particulier devant être mis sur l’éducation.

Mais le souci de justice sociale ne doit pas être une fin en soi mais bien plus le viatique à l’acceptation par l’ensemble de la population de mesures drastiques de réduction des gabegies et des gaspillages. L’égalité ne servirait à rien si l’on fait croire que tout le monde pourra un jour se comporter comme le font les privilégiés d’aujourd’hui. L’égalité pour l’acceptation pour tous de la frugalité oui, l’égalité pour devenir tous autant que nous sommes des destructeurs de l’environnement non.  

Ainsi, les solutions prônées ne sont pas tant celles d’une prise de conscience  de la dangerosité de notre système économique globalisé, mais au contraire notre nouveau Chef  en bon social-démocrate s’appliquera-t-il sans doute à simplement gommer certains travers du capitalisme sans en  modifier ni les comportements ni les dérives.

Autant dire que le changement proposé ne l’est qu’à la marge, autant avouer tout de suite que si la croissance est le but ultime , la perspective unique, alors aucun  des maux dont souffre notre planète ne sera réellement pris en compte.

Car il ne faut pas simplement vouloir édulcorer un système qui nous mène contre le mur, attribuer des bons de réduction, distribuer des points de retraite, il ne s’agit plus de finasser à l’extrême, de caresser les marchés, il faut tout au contraire harponner les 5% de grands spoliateurs qui possèdent la moitié des richesses mondiales, qui font fi des frontières, se débarrasser de dettes illégitimes, qui n’ont fait que dérober des Etats désormais exsangues au profit d’une caste omnipotente. Et cela est une toute autre histoire.

20% des habitants de la planète consomment 80% de ses ressources, 250 multinationales représentent 50% du PIB mondial, et se foutent bien de notre calendrier républicain, ce cadre désolant est à confronter aux perspectives strictement hexagonales pas plus importantes que la réalité monégasque au plan des enjeux planétaires. 

Lors du Sommet de la Terre, à Rio de Janeiro en 1992, les Etats, prenant conscience de l’ampleur des atteintes à l’environnement, avaient annoncé leur décision de réduire la pollution, de lutter contre la désertification et de défendre la diversité biologique ; 180 Etats s’étaient dotés de l’Agenda 21 (plan d’action pour le XXIème siècle) référentiel regroupant 2500 recommandations, énumérant des principes d’action, des objectifs et les moyens nécessaires à leur réalisation.  En 1993, à Vienne, la Conférence mondiale sur les droits de l’homme avait insisté sur le droit des populations à un environnement sain.
Vingt ans après, rien ou presque ne s’est passé, la situation environnementale est de plus en plus préoccupante : la cause en est aux mauvaises habitudes, aux législations négligentes, à la pression des pouvoirs économiques, aux délocalisations vers des pays où les normes environnementales sont faibles. Un renversement de tendance est non seulement encore possible mais dramatiquement nécessaire.

Notre nouveau Président investi de sa toute récente légitimité doit s’inscrire dans ce schéma mondial de réveil des consciences, non pas s’enfermer dans sa logique de relance productiviste.

Malgré la gravité de la situation, les experts auprès de l’ONU estiment que des changements importants de politiques et de pratiques peuvent encore renverser la tendance. Mais il faut réviser rapidement et complètement nos façons de faire. Selon eux, il est urgent que l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), par exemple, change son approche et prenne enfin en compte la question de l’environnement et des ressources naturelles.
Il est urgent aussi que les Etats qui avaient signé et ratifié les diverses Conventions Internationales sur la biodiversité, la lutte contre la désertification, le réchauffement de la planète tiennent leurs engagements.
Beaucoup de choses auraient déjà pu être faites. Pour diminuer la consommation d’énergie, réduire la production de déchets et la pollution, nous devons certainement changer nos habitudes (économie d’énergie, énergies renouvelables, consommation locale et de saison etc). Il est indispensable que les Etats mettent en place des réglementations et des contrôles stricts et n’apportent plus leur soutien aux activités destructrices et polluantes. La société civile dans ce domaine a un rôle majeur à jouer pour faire pression sur les décideurs et pour faire changer les modes de consommation.

De tout cela nous n’avons rien entendu dans le discours de notre nouveau Gourou de Corrèze, comme si l’accordéon allait nous sauver de notre désespérance ambiante, comme si les vieilles recettes mercantilistes  pouvaient soigner les plaies béantes qu’elles ont contribué à ouvrir.

Le symbole de toutes ces simagrées n’est-elle pas la volonté affichée de fermer la centrale de Fessenheim, message réducteur à l’adresse des troupes vertes mais en réalité une façon de ne rien faire qui fâche le lobby nucléaire et qui remette en cause le pouvoir de l’atome. De la même manière que Flamby ne veut surtout rien bouger dans l’énergie, il ne veut pas fâcher la pensée unique de la croissance, cette illusoire lune qui voudrait qu’on puisse continuer de tout gaspiller à un rythme incompatible avec les possibilités de renouvellement de la planète.

Alors me direz-vous, comment gagner une élection si l’on explique au électeurs que notre façon d’être et de raisonner est d’ors et déjà à placer aux oubliettes si l’on veut donner un lendemain à nos enfants et pas seulement un enfer de plastique, de masques à oxygène ? Ne voit-on pas que la conscience populaire n’est toujours pas prête à entendre que tout est à revoir et avant tout notre rapport à la vie ?

Pourtant les échéances irréparables se rapprochent à grands pas, celles où l’on ne pourra plus se contenter de demi-mesures et des Hollandes, des infirmeries et des ambulanciers, le temps approche ou la révolution des consciences nous sera de toutes façons imposée par l’explosion incontrôlée des dérèglements environnementaux.

 

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

MESSAGE DE COLUCHE

Posté par provola le 6 mai 2012

Suite à la victoire de Mitterrand le 10 mai 1981, Coluche interpelle Attali:  » Maintenant ne faites pas les cons »

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

NOUS SOMMES TOUS JUIFS

Posté par provola le 19 mars 2012

NOUS SOMMES TOUS JUIFS dans MESSAGES AUX LECTEURS paloma%20shalom

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

L’HEURE DES BRAVES GENS

Posté par provola le 18 mars 2012

 

L'HEURE DES BRAVES GENS dans MESSAGES AUX LECTEURS dans POLITIQUE  Un peu de chaleur humaine, en définitive, c’est cela qui manque, d’abord pour se débarasser des gros nuages en position stationnaire sur le continent europen, ensuite pour imaginer un horizon moins triste que la compétition des centres commerciaux, que la partition des couleurs de peau, que l’inéluctable altération des éco–systèmes.

S’il fallait une réponse à l’immobilisme socialiste, à la mièvrerie écolo, à la guerre économique, à la montée raciste, elle est venue de la Bastille, car elle ne pouvait venir de nulle part ailleurs. La riposte au désastre humain et environnemental qui fait les choux gras du capital viendra de chaque citoyen, de sa prise de conscience politique, de son adhésion au soulèvement citoyen.

Le soulèvement a besoin de chacun de nous, même du plus petit, des oubliés, des exclus, des sans-grades.  

Le capitalisme profite de la division, de la mise en concurrence des peuples, le libéralisme se nourrit du désarroi et de la misère intellectuelle. De la capacité qu’auront les peuples à se réapproprier leur propre sort, c’est à dire à imaginer autre chose qu’un livre comptable qui dicterait le cours de leur vie, dépendra celui de la planète toute entière.

J’en appelle à la réconciliation des coeurs, j’en appelle aux généreux pas aux profiteurs, aux vrais écolos pas aux ursurpateurs durables, aux bonnes volontés pas aux manchots de la solidarité.

J’en appelle à ceux qui marchent pour bouger les lignes, pas à ceux qui s’agitent pour que rien ne change.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

MARCHE A GAUCHE !

Posté par provola le 18 mars 2012

   MARCHE A GAUCHE !  dans MESSAGES AUX LECTEURS      Tous à la Bastille, on reprend espoir on relève la tête et on s’imagine faire un bon score le mois prochain.

Bien sur tout n’est pas si rose de ce coté du trottoir, ni rouge, mais enfin avec des si ne va pas loin.

Oui Mélanchon peut agacer avec sa manie de monter au pinacle les chine-en-toc, les Chavez qui n’ont pas les clés du bonheur, les Castrateurs havanais. Tout cela ne fait pas une  raison de voter blanc comme ce Onfray qui peut bien se passer de gauche du haut de son matelas.  

On se retrouve tout à l’heure, à battre le pavé parisien à moins que ce soit notre trouille d’en reprendre pour cinq ans.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

NE LACHEZ RIEN (2)

Posté par provola le 6 mars 2012

                         

                                       Vous qui avez déjà choisi, je ne m’adresse pas à vous, vous saurez vous défendre et prendre votre destin en main, vous ne laisserez à personne d’autre le soin de vous dicter votre conduite et votre sentiment.

Je ne m’adresse pas non plus à ceux qui ne veulent surtout pas entendre parler de choisir quoi que ce soit et encore moins de changer un iota du désastre, je ne m’adresse pas aux vrais écolos qui considèrent que notre dérisoire quête du graal politique est une chimère, ni aux vrais philosophes qui sont déjà dans l’après démocratie alors qu’une majorité de pauvres n’y sont jamais entrés, je ne m’adresse pas à la bourgeoisie de gauche qui n’a rien à envier à la bourgeoisie de droite, ni aux égarés du front qui croient y voir le soleil alors qu’il ne s’agit que de l’étoile noire.

Je m’adresse aux 30% de déçus, d’exclus, de sans-grades, ces 30% de citoyens qui peu ou prou ne se rendront pas aux urnes, par dépit, non par indifférence. J’imagine que si vous n’y allez pas c’est que vous n’y avez aucun intérêt, que vous n’avez rien à défendre, ni patrimoine, ni magot , ni lingot. Que quoi qu’on fasse et quoi qu’on dise, votre situation sera toujours la même, une galère sans fin, des dettes, des enfants qui en bavent, la fin de mois qui arrive avant le trente.

On vous a tellement dit que l’on y peut rien, que les marges de manœuvres sont inexistantes, que la politique ne peut pas tout et que l’économie commande, que les Chinois sont plus compétitifs, qu’il va s’agir de se serrer encore la ceinture, qu’il faudra accepter de détricoter ce que nos parents avaient réussi à glaner. On vous a fait croire qu’au delà des élections, le débat est très simple et concerne uniquement le détail des mesures de restrictions budgétaires.

Alors me direz-vous, pourquoi se déplacer, si c’est seulement pour donner un blanc-seing aux démolisseurs patentés ?   

Vous à qui on  ne demande jamais rien , prenez au moins le temps de dire merde à qui vous voulez. Voilà pourquoi, pour ne pas laisser aux autres le soin de récolter votre pouvoir de gueuler.

Mais aussi parce qu’il se pourrait bien que vous puissiez faire basculer autre chose qu’un pot de fleurs. Imaginez que vous décidiez que finalement il y avait bien un réel espoir de bouger les lignes, les prévisions, les sondages, imaginez que vous décidiez de ne pas faire partie de ce qu’on faire de vous.

Vous êtes 30% du corps électoral, vous êtes de fait la première force de ce pays car même le favori Hollande, aura du mal à  y parvenir. Imaginez que sourds aux beaux discours qui vous confinent à l’inaction, vous ébranliez le paysage français et au delà européen, imaginez que vous fassiez confiance à ceux qui désirent avant tout partager l’essentiel avant de s’apprêter à se délester du superflu.

C’est bien là le message essentiel de Mélanchon, pas un Saint, un ancien PS, pas une assurance tous risques, mais pas un pis aller, pas le meilleur mais un homme de bonne volonté tout simplement.

Alors oui il faudra l’aider à comprendre la maladie environnementale autant que  les entrailles de l’évasion fiscale, car ces deux tares du capitalisme sont les traits d’un même visage et il faudra lui éviter de réduire une éventuelle victoire en une purge de gauche. Mais ça, c’est déjà une autre histoire.

 

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

2012: LA LIBERATION

Posté par provola le 1 janvier 2012

                 

                                 La France outragée, la France brisée, la France martyrisée mais la France libérée… c’est tout ce je nous souhaite pour cette nouvelle année 2012, un printemps à foutre les imposteurs en boîte, à renvoyer les mauvais de l’Elysée, à fermer le Fouquet’s, à déclarer la dette illégitime, à balayer nos médias formatés et leur cohorte de  journalistes fiévreux, à coffrer la bande de la grande distribution qui a détruit le petit commerces, à augmenter les impôts des planqués, à proclamer la fin des privilèges, à rendre un état digne de ce nom à la nation, à la nation ses évadés fiscaux.

Mais le départ du comique saura-t-elle nous rapporter lucidité et solidarité ? Rien n’est moins sur en considérant que le retour du PS aux manettes est loin de nous rassurer sur la capacité des bourgeois à la rose, à limer les inégalités, à faire peser sur les nantis le véritable effort pour nous sortir de la nasse de la dette.

S’il est un souhait que je puisse émettre en ce jour de l’an, ce serait que chacun garde sa capacité à s’indigner, ce fut le buzz de 2011, en cela soyons reconnaissant à Stéphan Hessel, que cela soit le leitmotiv de 2012. Gardons notre œil critique face au matraquage propagandiste, gardons-nous des faux-semblants, des idées reçues, de l’illusion de la croissance infinie, de la course à l’échalote consumériste, du bonheur en paquet cadeau, du rapport marchand.

Notre lente descente aux enfers de l’oubli nous invite à l’ instable équilibre, de notre capacité à nous maintenir sur ce fil invisible dépend notre créativité vis à vis des forces occultes qui ne demandent qu’à nous enfermer dans les geôles du quotidien et du futile.

Le modernisme nous envahit de parure, de gadgets censés répondre à notre soif d’indépendance  mais cette déferlante moderniste, cette avalanche informative est le contraire de la culture et donc de la liberté, car de la culture dépend notre capacité à digérer l’information.

Se croire informé en appuyant sur le bouton des SMS, des mails ou des crachats des agences de presse n’est qu’une soumission au dictat des télécoms, notre course folle au gré des technologies n’est qu’une anesthésie entretenue et donc une mort prématurée.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

SODADE ETERNELLE

Posté par provola le 17 décembre 2011

                 SODADE ETERNELLE dans MESSAGES AUX LECTEURS u1_cesariaevora1             Là perdue au beau milieu des flots, une jachère d’île, une musique fracassée contre des rochers trop tristes,  une petite aux pieds nus, perchée au dessus de nos âmes seules. La sirène du Cap Vert, fille des esclaves d’Afrique, reine des souvenirs torturés, nous plonge dans le noir en cette veillée de naissance, comme un clin d’oeil compassionnel à l’égard des indécents heureux. Et c’est comme si elle se chargeait de purger toute la rumeur insistante, la culpabilité d’une civilisation trop pressée pour reconnaître ses torts.

http://www.youtube.com/watch?v=S27GtyQ42PE&feature=fvst

Quand les vautours inondés de sang auront reflué, après que notre ultime écho aura disparu des mémoires, Cesaria innocente étoile filante viendra longtemps éclairer les quelques coeurs purs survivants.

Si la douleur du vivre ensemble n’est pas trop forte, c’est à ces êtres tranquilles et saints qu’on le doit, transcendances évaporées d’un au delà bien réel. Tante Cesaria nous a quitté et nous laisse comme un noeud serré dans la gorge, un sanglot long, étranglé de douleur utile à la paix, ce que d’aucuns appellent tout simplement :  sodade.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

LE CHANTIER PREND DU TEMPS

Posté par provola le 15 décembre 2011

LE CHANTIER PREND DU TEMPS dans MESSAGES AUX LECTEURSCe blog reste en chantier bien que l’ hébergeur « unblog » nous explique le contraire.

Cela fait un mois que cela dure et l’on serait en droit de perdre patience. Nous faisons confiance à l’équipe à l’oeuvre mais les modifications qui se profilent  tendent à faire penser à une manoeuvre censée pousser à la consommation d’ inutiles applications.

Certaines applications gratuites jusqu’ici deviendraient payantes ce qui reviendrait à faire payer ceux grace à qui ce site a pignon sur rue. De nouvelles possibilités techniques, d’autres design sont effectivement disponibles mais deviennnent dorénavant à péage. Rien moins qu’une mise en scène de la modernité obligée.

En revanche les nouvelles statistiques présentées sont totalement incompréhensibles et inutilisables, bien moins lisibles que les précédentes et étonnament des formules complémentaires sont proposées en qualité « premium » , ce qui en gros veut dire « payant ». Le terme « prémium », aujourd’hui, est une sorte de fourre-tout commercial permettant de planquer un prix sur-taxé sous une appellation ad-hoc. Je signale encore que l’annuaire des blogs n’existe plus, peut-être réapparaîtra-t-il sous une forme sonnante et trébuchante.

Plus d’un millier d’articles ont permis à ce blog de drainer un lectorat toujours plus important ce qui participe du volume de visites de notre hébergeur.  Ces nombreuses vistes quotidiennes permettent à l’hébergeur de monneyer les pubs qui apparaissent sur le blog et il serait illogique de pressurer ceux qui sont rien moins que les  »pourvoyeurs d’audience ».

Les lecteurs ne sont pas des lecteurs d’ « unblog » mais plutôt des fidèles de leur blog favori qui participe de l’activité générale d’unblog. En cela il s’agit d’un partenariat gagnant-gagnant.  

Je suis vigilent sur l’évolution des travaux en cours.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

BLOG EN CHANTIER

Posté par provola le 30 novembre 2011

    BLOG EN CHANTIER  dans MESSAGES AUX LECTEURS casque-de-protection-v-000011548-4

La formule de ce blog est en révision, ne m’en veuillez pas, la mise au point risque d’être quelque peu perturbée.

A bientôt pour le début de la nouvelle formule.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

LE JEU DES MILLE BORNES

Posté par provola le 21 novembre 2011

               LE JEU DES MILLE BORNES dans MESSAGES AUX LECTEURS 1000

                                                  Celui-ci est le millième article de Croissance ? Non, Conscience.

Je vous dois mille excuses car je vous sens transis, une catastrophe par jour, ça craint énormément. Je vous ai injecté le virus de la grenouille, vous savez, qu’on fait bouillir dans une casserole à petit feu, la température monte petit à petit sans que l’animal s’en rendre compte. Cela l’empêche de sauter alors qu’il en est encore temps. 

On pourrait s’être trompé, j’aimerais bien me tromper, mais rien ne m’indique que je me trompe. Il n’est déjà plus question de contenir l’augmentation de la température globale de 2 degrés à l’horizon 2100, on parle maintenant de 3,5°C  à l’horizon 2050. La pêche va devenir un exercice aussi difficile que de trouver une aiguille dans une botte de foin, le partage des richesses est une chimère, la solidarité une valeur du passé.

L’individualisme a supplanté la religion, la consommation est l’unique frontière. Car il n’y a plus d’alternative à la droite qui veut dire liberté pour tous alors qu’en réalité cela veut dire droit de tout faire pour une minorité. Il n’y a plus de gauche qui voulait dire plus de justice, ce qui passe par plus d’égalité, qui n’est pas l’égalitarisme.

S’il fallait ne retenir qu’un mot ce serait: compassion. La compassion à l’égard de nos contemporains qui souffrent de notre indifférence, illusoire cupidité, compassion à l’égard de nos successeurs qui subiront de plein fouet nos débordements actuels, voilà l’essentiel, le reste appartient à la hotte du père Noël.  

Il va falloir laisser la droite se planter dans les grandes largeurs, s’enfoncer dans la mer d’immondices qu’elle aura su fabriquer pour enrichir une petite classe de privilégiers, car il n’ y a déjà plus d’alternative à la catastrophe annoncée il y a quarante ans par le Club de Rome. Alors il sera temps de tout reconstruire, comme ont su le faire nos prédécesseurs en 1918 ou en 1945, comme nous l’ont fait les Japonais après Hiroshima ou maintenant après Fukushima.   

Quand on est au fond du trou, il ne reste qu’à remonter, il suffit juste de trouver le moyen de se sortir du quépier; encore faut-il le vouloir.

Après ces mille coups de colère, je vous promets de plus m’attacher à cramponner qu’à pester, à cracher dans mes mains qu’à cracher en l’air.  

1000 articles, 125000 visites, 125 lecteurs en moyenne, un sacré bilan, il y a encore de la place devant la cheminée.

Demain on repart pour mille bornes.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

1234
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement