IRÈNE, L’INFO PEAU DE BANANE

Posté par provola le 28 août 2011

                               Le passage de l’ouragan Irène sur les États-unis aura au moins fait une victime, l’information elle-même, sacrifiée sur l’autel de l’indécence. Car pour le reste, cette modeste tempête rétrogradée au rang de giboulée d’août n’aura fait qu’arroser les jardins potagers en manque de fraîcheur. Le 13H de France télévision aura été d’une rare ignominie, comme une farce ratée du 1er avril, il n’y avait rien a montrer que des rues désertes, un arbre couché sur un caddy, une tuile penchée, un journaliste en k-way, qui nous expliquait que l’ouragan était au dessus de sa tête et qu’il pleuvait sans discontinuer depuis 4H.

Quelle malheur, une pluie battante, des magasins déserts, des centaines de milliers d’Américains qui avaient fui une simple averse alors qu’ils avaient débarqué il y a 60 ans pour affronter la foudre nazi.

Derrière le journaliste déguisé en poule mouillée, quelques badauds respiraient un air débarrassée des pots d’échappements au moment où notre chroniqueur voulait à tout prix nous faire croire à l’apocalypse, puis dans un élan de lucidité, se rendant compte que sa sauce avait peu de chance de nous émouvoir, que la blague n’était qu’une peau de banane pourrie sur laquelle plus personne n’avait plus envie de glisser, il expliqua que bien qu’Irène soit plus gentille que prévu, il se pourrait bien qu’elle se renforça encore, comme s’il fallait absolument que le reportage servit à autre chose qu’à boucher un trou de programmation.

Mine de rien, ces journalistes en charge de l’antenne publique montraient là leur incapacité, leur peur de faire autre chose que de la mélasse en culotte courte.

Le pompon aura tout de même été à mettre à l’actif de France Info qui au journal de 20H cette fois nous mit en contact avec le colonel trucmuche dont voici retranscrite l’inoubliable interview : »Colonel, vous vous trouvez à l’hôtel X , donnez nous les dernières nouvelles sur la situation »  » Je me trouve effectivement à l’hôtel X, nous suivons à la lettre les instructions qui sont de ne pas sortir bien qu’il ne pleuve plus actuellement et que le temps soit plutôt clément au moment où je vous parle »

Voilà donc un colonel quelconque de l’armée des branquignoles nous expliquant que pour venir en aide aux ressortissants Français de New-York il se prélassait aux frais de l’Ambassade de France dans un hôtel du centre ville »

Lâchez le micro, bande d’usurpateurs du droit à la parole, vous qui n’avez rien à dire prenez donc un bain de jouvence et d’aventure du coté des vraies informations, gardez-vous du comique de rôle et donnez donc le manche à moins sinistres que vous.

Ma belle-soeur qui se prenait au jeu lâcha tout de même avant le fromage:  » Irène a fait 14 morts, c’est pas beaucoup mais il aurait pu y en avoir plus ! » 

Publié dans LES BOITES AU PILORI, MEDIAS | Pas de Commentaire »

QUAND L’INFO EST DU NIVEAU DE L’HOROSCOPE

Posté par provola le 23 mai 2011

                            A lire dans l’ordre ou dans le désordre, ce qui n’a aucune espèce d’importance, attention, jus d’info imbuvable à avaler avec modération. Ne rigolez pas, vos médias vous donnent en pâture en ce moment la moitié à peine de ce qui suit et pourtant vous appelez ça de l’information : 

                           Le volcan imprononçable se remet à embuer le ciel et les lignes aériennes, les prévisions pour les jours à venir sont favorables, ce dont tout le monde se fout. L’anti-cyclone est stable sur l’Europe, la dette des états du sud est à l’orage.

                           Martine Aubry fête la victoire du LOSC et se prépare à annoncer sa candidature, elle chante faux, ça promet pour la Marseillaise. 

                           Angela Merkel estime que les habitants des pays du sud européens sont des paresseux et qu’ils feraient mieux de se retrousser les manches au lieu de réclamer qu’on réduise leur dette.

                           Joakim Noah, le basketteur des Chicago Bulls répond aux invectives d’un spectateur dans les tribunes par des insultes à caractère homophobe, ce qui ne passe pas bien aux États-Unis, décidément les Français pètent tous les plombs de ce coté là de l’Atlantique. Le fils de la personnalité la plus populaire et le candidat promis à la Présidence de la République se voient réunis sous le feu des projecteurs coup sur coup. Le fils du père risque la honte de sa vie et une amende de 100 000 dollars.  Cette info ne fera sûrement pas la une chez nous ( info CNN)

                           Zapatero prend la claque de sa vie aux élections municipales, son parti est en déroute, son échec est patent, pourtant, il est hors de question d’anticiper les élections législatives prévues l’année prochaine. Il a encore droit à quelques indemnités et n’a pas encore acquis tous ses points de retraite. 

                           Obama qui avait voilà à peine une semaine enjoint les Israéliens et les Palestiniens d’engager des discutions avec pour objectif les frontières de 1967, après avoir essuyé les remontrances de l’AIPAC, le lobby juif américain, revient sur ses propos en expliquant qu’il fallait comprendre tout autre chose.

Obama se noyant dans ses précisions, admet que ces fameuses frontières de 1967, n’étaient qu’une base de négociation non pas un aboutissement. Rien de nouveau dans tout cela, on est reparti pour un no man’s land diplomatique pour un bon bout de temps. Il s’agit pour Obama en ces temps de pré-campagne électorale de ne pas se couper de son électorat juif américain en garantissant la sécurité et la pérennité d’Israël, et de faire croire au monde qu’il croit toujours au retrait d’Israël des territoires occupés.  La propagande tente de nous convaincre de l’engagement sincère d’Obama, mais tant qu’on ne verra pas Superman et sa masse aller détruire lui-même les murs des colonies en construction dans les territoires occupés, on ne croira pas à ce qui n’est qu’un effet de manche de plus. 

Pour la forme, la carte des frontières de 1967:

 

 QUAND L'INFO EST DU NIVEAU DE L'HOROSCOPE  dans CHERCHEZ L'ERREUR carte-israel-1967-1973

 

                            Claude Guéant notre Ministre de l’intérieur, de nos frontières, à nous, en bon Gaulois veut nous protéger de l’invasion des Huns, et des autres, les Francs, qui comme chacun sait sont des peuples venus des contrées de l’Europe centrale et parlent le Français, une langue imprononçable, même pour un Islandais. Guéant souhaite que soit reconnu l’héritage latin de notre pays et soit mise en valeur son origine gauloise sans filtre. Notre langue restera le Latin qui est la langue internationale et qui sera dorénavant enseignée dès le cours préparatoire.

 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, MEDIAS | 1 Commentaire »

KHAN, JFK, DÉRAPE SUR SON CHIFFON

Posté par provola le 19 mai 2011

                 KHAN, JFK, DÉRAPE SUR SON CHIFFON dans MEDIAS

                             JFK, Jean-François Kahn, pas DSK. Le Khan se lâche, pas le Khan que l’on croit, mais à propos de Khan. Le fondateur de « Marianne », sénateur des mots, ne sait plus se tenir dès qu’il s’agit de ramer à contre-courant. 

Le Jésus de Manhattan est son mentor et l’on sait qu’on autorise parfois à ses propres amis ce que l’on reprocherait au moindre des nazillons de seconde zone.

L’acte en demi-teinte de l’ami proche ne serait dans cette fable de La Fontaine qu’un « troussage de domestique ».

Mine de rien, JFK ressuscite d’un coup de crayon magique l’époque bénie des bonnes et des femmes de ménage dont le devoir était de consentir et qui se devaient de tenir le chiffon d’une main et la chandelle de l’autre.

On a bien souvent de la peine à trouver une limite à la décence, et à l’age de la retraite. En l’occurrence, il semble bien que le triste JFK ait d’un coup dépassé l’une et l’autre.

http://www.youtube.com/watch?v=STV7OQGGjEI

Publié dans MEDIAS | Pas de Commentaire »

MORT AUX MEDIAS

Posté par provola le 17 mai 2011

                          Le sort de DSK ne me fait ni chaud ni froid, qu’on ne s’y trompe pas, le bébé de Carla non plus, point de doutes là dessus. Mais face au déferlement de fiel qui soudain a envahi nos écrans et nos journaux, face à cette injection à haute de dose de tranquillisant des foules, je ne peux que les trouver sympathiques. Car je voudrais voir disparaître tout de suite ces hordes de scribouillards et ces acteurs de série B appelés journalistes.

La photo du pendu étalée en première page des quotidiens, des magazines, le feuilleton du procès en boucle sur les écrans, le visage défait et hagard de DSK, l’indiscrétion absolue, la nouvelle de caniveau, voilà de quoi est faite notre drogue informative. Et le ventre mou de la show girl n’est qu’un apéritif dans cette orgie des excitations narratives.

Il y a du viol de conscience dans cette presse, de la sodomie intellectuelle, du sperme fouetté projeté à la face du peuple comme une tarte à la crème indigeste. Cette clique pensante est d’une insondable vacuité, animée seulement par les relents du business profitable.  

Tant que le spectateur transi se laissera berner par cette surenchère destructrice, se trouvera écrasé par ces tonnes d’immondices qui ne cherchent qu’à perpétuer la chaine des désirs et des pulsions consuméristes alors l’oeuvre de conditionnement des masses aura de beaux jours et la liberté ne sera que pure chimère. 

Mort aux journalistes et merde à leurs patrons.   

Publié dans MEDIAS | Pas de Commentaire »

LE BOBO DES BOBOS

Posté par provola le 16 mai 2011

                         Le champion des faux nés rouges est à terre, le vizir qui voulait devenir vizir à la place du vizir, est en prison et risque 70 ans d’incarcération. Le landerneau médiatique est en émoi, les socialistes sont sous le choc. De quoi parlons-nous ? D’un fait divers sordide, une agression présumée, un chat noir qui traverse la rue du coté de New-York, qui descend de sa Porsche pour aller se planquer dans sa suite à 3000 dollars, enfin quelque chose qui n’a strictement aucune importance pour le commun des mortels, une sorte de mariage de William et Kate, du genre du bébé de Carla.

On en fait un fromage, la justice américaine d’abord qui fait de la propagande un système, puis les médias qui touchent là au graale des affaires, le scoop qui n’arrive qu’une fois dans la carrière d’un Duhamel ou d’un Poivre D’Arvor, même le fait que l’ on soit à deux doigt d’une déflagration nucléaire au Japon n’existe pas dans nos torchons. Le salmigondis de nouvelles se bousculent, les titres s’empilent à qui mieux mieux, on appelle ça de l’information. Depuis 48 h on emplit des containers de presse sans aucune information. Car on ne sait rien, mais on nous dit tout.

On évoque le complot, on montre la cage aux fauves, l’inculpé devant son juge alors qu’on explique qu’en France , ça ne se passerait pas comme ça car les images du prétoire sont interdites chez nous. Mais on s’empresse bien sur de les montrer. Les vrais violeurs des intimités, ce sont eux nos Gala et nos Voici, qui s’appellent France 2, TF1 ou Libé.

On ne sait rien du programme de celui qui devait devenir par la grâce d’une élection manipulée le recours suprême, mais il était le favori, des nantis qui avaient là le moyen de ne surtout pas toucher à leurs privilèges, en disant que c’était un Président de gauche.   

On occulte que le réacteur N4 de Fukushima est en train de s’enfoncer dans le sol et que l’on risque rien moins qu’une explosion, (voir site Belge de Sciences et Vie), que le N1 qui fait son trou, lui aussi; que la sécheresse met à mal la sécurité des nôtres, de centrales. On oublie les milliers d’enfants crevant chaque jour de faim, du palu ou du sida, dans l’indifférence générale, et l’aval du FMI. On occulte que la Syrie fait mine de s’attaquer à Israël pour susciter une réaction de l’Etat Hébreux, ce qui détourne l’attention sur les massacres du régime, ce qui en définitive profite aux deux états. 

On oublie Kadhafi, le Yémen, on a retrouvé le Christ.

On insinue le fait que le sauvetage de la Grèce et du Portugal dépend du sort de DSK, que celui-ci serait la pièce maîtresse des plans de financement du FMI. 

Manuel Valls pleure le chef déchu devant les caméras, Martine Aubry l’air sombre se désole, Jack Lang, Moscovici, la garde rapprochée qui se voyait déjà dans le wagon des récupérés se trouve jetée sans ménagement sur le ballast, les fesses rougies sentent le roussi.

Le peuple de gauche, le vrai, observe ahuri  cette curée des fils prodigues vers l’impossible sommet, ces usurpateurs tenter de ramasser les mille morceaux du puzzle présidentiel.

Publié dans MEDIAS, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LA STRATEGIE DE LA BONNE NOUVELLE

Posté par provola le 5 mai 2011

                       Tout va bien à Fukushima, des liquidateurs ont réussi à pénétrer près du réacteur n°1 , pour une durée de 10 mn, c’est la première fois depuis la catastrophe que des mécaniciens parviennent à se rapprocher du feu nucléaire. Quelques clichés ont sans doute été pris qui seront bientôt disponibles sur le web faute de photo du vrai faux Ben Laden.  

Durant des semaines, des mois, nous aurons ainsi droit à une communication au compte goutte, à une perfusion de soi-disant bonnes nouvelles, à une litanie d’anesthésies destinées à maintenir le degré d’alerte au niveau zéro. Non que la situation sur place se soit réellement améliorée, mais l’essentiel n’est pas là.

L’important réside dans la perception de l’opinion  publique, du profane abusé, de l’oisillon né de la première pluie radioactive, qui a du aller se poser sur une autre branche, aidée en cela par une curée médiatique, le bras armé du lobby nucléaire. 

Un fleuve d’eau hautement contaminée se déverse toujours dans la mer, la température au coeur des réacteurs mettra des mois , voir des années à baisser, des milliers de personnes ne reviendront jamais chez eux, mais peu importe, il suffit qu’on n’en  parle pas pour que le problème soit évacué, pour que l’action en bourse de TEPCO retrouve des couleurs.

Finalement, on voudrait nous faire entendre que la technologie nucléaire confrontée aux conditions extrêmes ne nous ayant pas tous anéantis, a ainsi prouvé son innocuité et que sont les quelques centaines de km2 contaminés à jamais ramenés aux immenses bénéfices de l’énergie propre ? Non, décidément, les craintes au lendemain de « l’incident » (source AREVA) de Fukushima, ne sont plus justifiées si le scénario du pire nous a aidés à y voir plus clair sur la réelle dangerosité du nucléaire. Face à ce type de raisonnement, on pourrait même se mettre à soupçonner la compagnie TEPCO d’être à l’origine du déclenchement du tremblement de terre sous-marin, dans le but de mettre à l’épreuve ses centrales. Tout ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort.

De la même manière que BP ressuscita du fond des océans après la marée noire du Golfe du Mexique, TEPCO pourrait renaître à l’explosion nucléaire, son cours de bourse, la seule mesure qui compte vraiment retrouvera des couleurs au fur et à mesure que tombera la pluie de « bonnes nouvelles », chaque fois que des progrés seront obtenus dans la reconquête des réacteurs, à chaque degrés de moins, à chaque pas de deux dans la guerre de tranchée des liquidateurs, à chaque mimique de la propagande.

A deux mois du désastre japonais, l’émotion évaporée, la fièvre médiatique calmée sur l’autel du business, le constat est que l’énergie nucléaire aura finalement traversé cette zone de turbulances sans encombres, seuls quelques dégats collatéraux auront affleuré sans véritables conséquences pour le sort du nucléaire sur la planète.

Seul le premier des écolos français, ou celui qui aspire à le devenir, s’est converti en anti-nucléaire convaincu, on se demande bien pourquoi…     

   

Publié dans ECOLOGIE, JAPON, MEDIAS | Pas de Commentaire »

BHL LE BHV DU JOURNALISME

Posté par provola le 8 mars 2011

                   Le journal du dimanche nouvelle formule nous aura gratifié d’une tarte à la crème journalistique en la personne de Bernard Henri-Levy parcourant les ruines de l’est lybien à la découverte de son métier de bonimenteur. Un dandy du seizième accoutré comme pour un cocktail branché paradant écharpe en bandoulière sur une demi-page du journal, serrant la main d’un révolutionnaire courtois et pantois.

Car Bernard n’est jamais allé en Lybie pour rapporter quoi que ce soit d’intéressant et d’utile, il est revenu des portes de l’enfer pour se mettre en avant et vendre du vent. La seconde photo le montre chemise ouverte jusqu’au torse au milieu des réfugiés en guerre. Les sous-titres des clichés à deux balles:

« Mardi à ES-Saloum, avec des mercenaires de Kadhafi en fuite, mêlés à des réfugiés. 

« Hier près de Benghazi, sur les ruines d’un dépôt de munitions qui a explosé vendredi, tuant trente personnes. »

Vous vous rendez compte BHL y était, sauf que Dimanche, il était dans le huitième au milieu de ses potes du Fouquet’s. Mais tout celà n’a aucune importance, les photos étaient prises, le reportage bouclé, pour la nouvelle formule.

On l’entend hier même sur RTL, la première radio de France, s’épancher sur les barbaries de Kadhafi et sur ses conseils prodigués au Président, sur l’avertissement donné aux soldats en guenilles à propos de l’importance d’Israël, comme si le premier souci des combattants lybiens était la survie de l’occupant de Gaza. 

Comme l’écolo Hulot qui se met en scène dans des escursions aventuresques, BHL survit grâce à ses frasques, sa poudre d’escampette et sa poudre aux yeux diffusée à grande échelle, profitant du malheur d’autrui pour arrondir ses fins de mois.

La nouvelle formule inaugurée par le canard du dimanche augure mal du sérieux éditorial, ce torchon renferme assez de vacuité pour remplir les prochaines décennies d’horoscope, refermons une bonne fois pour toutes ce journal infamant qui n’est que le journal intime d’un intellectuel à la poursuite de son étoile descendante.    

Publié dans LES PEOPLE A POIL, MEDIAS | Pas de Commentaire »

MARIANNE PERT L’ESPRIT

Posté par provola le 10 février 2011

                              Jean-François Khan, patron du magazine Marianne, n’a-t-il jamais appris qu’il est indécent de tirer sur l’ambulance ? A son age ça parait étonnant; qu’il me laisse user du même dérisoire artifice de communication, qui à son égard n’est qu’un entartrage sans sucre.  Qu’est-il allé faire dans les soutes du Titanic, qu’est-il allé fouiller dans les allocations un peu tristes du Président retraité ?  

Il arrive qu’on doive taper sur les proches, il ne m’est pas possible aujourd’hui de laisser passer une faute de goût, peut-être même une faute tout court, de ne pas me farcir un minable remplissage de colonnes.

Un papier souvent compagnon s’est soudain retrouvé par le jeu un peu simple de la compassion, du coté obscur de la page blanche; Marianne s’est cru obligé de meugler avec les loups broutant sur l’état de santé de Chirac, comme s’il était indispensable d’éclairer la démocratie jusque dans les moindres recoins des fosses communes.  

Je n’ai rien contre Chirac, je le combattais jadis, sa vie de l’ombre et parmi les ombres de son passé ne regarde pas l’opinion des voyeurs et seule la justice dira s’il est en état de se défendre à propos de ses dérives passées.

Marianne sait, Marianne nous dit savoir, et le bonnet phrygien devenu bonnet d’âne traite  la gente journalistique d’hypocrite pour ne pas s’engouffrer dans le sordide d’un fait-divers de bord de route.

Comme pour se dédouanner de si vile écrit, Marianne tente de nous convaincre :

« La bonne question n’est pas de savoir si le JDD (qui a récemment surfé sur l’argument) devait ou non publier cet article (sur la santé de Chirac) mais pourquoi personne ne l’a écrit plus tôt »  

Honnêtement, la mayonnaise ne prend pas, ce n’est pas en nous expliquant qu’il fallait de toute façon que quequ’un parle de l’infirmerie que Marianne nous convaincra de la pertinence de son article.

Marianne poursuit ainsi:  » Chirac nous appartient un peu, surtout, il est membre du Conseil Constitutionnel. »

Et alors ?

Est-ce que cela intéresse quelqu’un de savoir si Chirac est en état de siéger au Conseil Constitutionnel ? En plus, quelques pages plus loin Marianne nous explique que l’ancien Président n’y fout jamais les pieds, et l’on se doute bien qu’on n’a pas besoin de toutes ses facultés intellectuelles quand on est tout simplement pas là.

Si l’on ajoute à ce hors-d’oeuvre légèrement nauséabond que Marianne enfonce le clou en ressortant d’un chapeau mité l’éternelle inimitié des Présidents Giscard et Chirac et que ce numéro de cirque journalistique se termine par le crépuscule du vieux lion Chirac, cela fait cinq pages entières de salade assaisonnée au vinaigre de vin pourri.

Marianne nous avait habitué à mieux, il ne faudrait pas que la lumiète éteinte nous soit servie chaque fois que l’inspiration, et l’esprit, font défaut.

Publié dans MEDIAS | Pas de Commentaire »

LES LACHES (2)

Posté par provola le 25 janvier 2011

                      Invitées à la grand-messe du Président, les cohortes de forçats du clavier, représentantes d’une certaine presse, pouvaient avoir une excuse à trop vouloir enfiler la combinaison du parfait plongeur en apnée d’idées. Le Grand Ordonnateur des lieux voulait une Conférence mondiale, Mondiale qu’il la voulait…

Le drame de cette simagrée infantile aura été que dorénavant, les grands dossiers de la planète ne trompent plus personne. La taxe sur les transactions financières, autrefois taxe Tobin, ressortie du chapeau pour l’occasion, aura la fin de la taxe carbone, instituée le temps d’une idylle jamais consommée avec des écolos à la botte. La régulation de l’économie globalisée est une autre nébuleuse qui n’affole que les colloques dorés du seizième arrondissement.  Le tackle exhortant le FMI à plus de volontarisme vis à vis des pays pauvres, à une surveillance des déséquilibres mondiaux et des flux de capitaux est un coup d’épé dans l’eau saumâtre des potentats.

Comme le menu de cette conférence à l’auditoire anesthésié aura été une indicible litanie, le dessert se chargea de remplir les estomacs ainsi que les papiers vides des téléscripteurs ambulants. Le protocole mit les petits fours dans les grands plats et la presse mal dans son assiette. Le Chef de proposer une série télé de seconde zone, de dispenser sa culture de bazar, d’exposer sa science de la pierre à feu. Car il est cultivé notre De Funès, il ne s’agirait pas que le peuple de France eut un dirigeant de série B.

Et notre presse de japper de plaisir, nos affamés de petites histoires de boire les paroles et les bulles du phénomène de cirque, perdu dans les fastes de la béatitude. Au petit jeu du comique de rôle, le boss se montra intarrissable et pour dissoudre toute tentative de rupture du charme et de la feuille de route programmée, le drône à script proposa qu’on passe à table.

Les journalistes qui s’empiffraient d’éclairs mais pas de génie ne relevèrent pas l’affront de la mise en lampe à huile et s’en jetèrent un autre derrière la cravate. A qui ne dit rien consent, nos poètes disparus sont passés maîtres, nos parachutes dorés de la plume sont gagnants à tous coups, face à cette horripilante procession des barons du verbe, on ne peut que se prosterner, de honte, d’une génuflexion factice, à vouloir tracer le sol d’une future barricade.

Tant que les pouvoirs pourront se gargariser sur le ventre mou et consentant des médias, le peuple se verra écarté des vrais choix de société, non pas seulement invités à l’aune des mascarades institutionnelles. Tant qu’une clique d’insdustriels pourront se payer des danseuses d’images et de son, se masquer derrière une encre invisible  sur des pages indolores alors la démocratie ne sera qu’illusion, la liberté de savoir un privilège à puissants.  

Tant que les dinosaures du microcosme, et des écrans plats, se cramponneront à leur statut de stars déclinantes, les colleurs d’affiches du changement de programme seront bradés à la bourse aux idées. Cette expérience nauséabonde de pûre langue de bois aura au moins planté le décor du marasme politique ambiant, de cette connivence insoutenable entre pouvoir politique et pouvoir économique; la gente bavardante n’étant qu’un maillon de la chaîne d’asservissement des opinions.

En somme, cette journée de dupes était sans doute destinée à entrer de droit dans les oubliettes de l’histoire de la République.    

Publié dans MEDIAS | Pas de Commentaire »

LES LACHES

Posté par provola le 24 janvier 2011

                    S’il avait fallu un événement pour démontrer l’asservissement de nos troupes de dégénérés appelés « journalistes » faute d’autre dénomination, nul doute que la soi-disant « conférence de presse » de notre Président De Funèsque, nous aura définitivement éclairé.

Jugez-en: des dizaines de moutons bêlants, armés de stylos tremblants, assis sur leur convictions de redresseurs de torts, plantés sur la notion de leur propre engagement, rivés sur le parquet ciré des despotismes de la cinquième République. Un brin fiers d’être là, après tout ça n’arrive pas à tout le monde de caresser le cul des strapontins, un tantinet gênés de prendre la place de vrais emmerdeurs qui n’ont rien à perdre que le risque de se faire entendre.

Il étaient tous là, à la cour, pour se montrer et cacher leur couardise qui n’est qu’une courtoisie mal placée. Pas une question qui dérange, pas un éclair de verbe, que du verbiage sans sel.

Rien sur le chômage, exit la précarité, dehors les protestations, inconnues les revendications, sacrilège les luttes. Rien sur le peuple, qu’un sentiment de satisfaction après quatre ans inutiles. Et ces cohortes infâmes, muettes au moment du rendez-vous populaire.

Que de la communication élyséenne, car la saison est à la reconquête de l’opinion, et qu’il faut donner du vent, des affaires étrangères pour faire croire qu’on attend quelque chose d’un homme qui n’a jamais abouti aucune idée.

Que devraient attendre les administrés du G20 d’un Président incapable de répondre aux fausses questions d’un auditoire bridé ?   

Pauvres diables de scribouillards, pauvre crème des élites pensantes, pauvres arguties de pacotille, pauvres limités du ciboulot qui vendangent les interrogations des gens d’en bas.

Et ces manchettes de journaux impénitents, trop lâches pour délivrer une parole qui ne soit la bonne, celle d’en haut. 

Publié dans MEDIAS, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

ON FLINGUE LES MARQUES : RTL (2)

Posté par provola le 3 janvier 2011

L’année nouvelle commence très fort, comme les précédentes.

RTL première radio de France ne trouve rien de mieux ce matin que de nous infuser son horoscope, c’est très certainement un programme habituel et de forte audience, mais c’est la première fois de l’année, et la dernière que je me retrouve pris dans les mailles de la toile d’araignée de cette putain de station, sort de TF1 en culotte courte, sans l’image. Les propos sont orduriers, horripilants, prenant des millions d’auditeurs en otage. Des insanités édulcorées sont utilisées pour interpréter les signes du zodiaque ce qui pourrait envoyer la direction de cette station tout droit au tribunal du bon sens, et tout l’actionnariat du groupe Bertelsmann avec, si la loi du marché ne condamnait pas le peuple à un paysage audiovisuel déprimant, fait de bric et de broc.

« Attention à la lune qui entre en Saturne« , tu parles, « le Soleil pourrait favoriser une rencontre ou déboucher sur un emploi »

Les millions de fidèles se prosternent en direct, se confient au maître de séance et de toutes les déchéances. Les appelants sont généralement des gens de bonne foi, mal dans leur peau, sans emploi, désoeuvrés, prêts à entendre n’importe quoi qui leur donne un peu de ce que la vie leur a enlevé.

Et RTL de placer au bon moment une salve de pubs bien choisies, pour Carrefour…qui donne des bons d’achats sur les chaussettes, une banderille au coeur des sentiments.

Tout cela sent la pourriture, le business racoleur, la chasse impitoyable aux parts de marchés, à l’audimat, Tout cela ressemble à une étreinte mortelle de la propagande du média constrictor.

Quand on voit à quoi peut s’adonner ce genre de station, à cette danse du ventre au nombril flatteur prêt à exacerber la moindre libido consumériste, comment croire que ces mêmes légions de langues de vipères puissent nous apporter une information libre, honnête, indépendante des lois du marché ? Comment imaginer que ces troupes de soi-disant journalistes, légionnaires du verbe en prompteur, puissent déchaîner leur libre arbitre face aux exigences mercantilistes de leurs employeurs ?

Le premier d’entre eux, pour le prêche du matin, est Eric Zemmour en cracheur de feu, et transgresseur des avantages sociaux démodés, en ce début d’année il dégomme Stéphane Hessel qui de son grand age juge ses concitoyens aptes à l’indignation permanente. Zemmour l’habille d’entrée en Papy-Hessel ce qui est un moyen de déshabiller le propos du théoricien sans s’attarder sur les dires. Hessel à le tort d’être de pourfendre le libéralisme, et ce seul élément permet au clown du matin de gloser sur les atermoiements bobos d’une certaine gauche.   

Le calice nous est offert par le dandy de service Laurent Gerra, celui qui sait faire rire, toujours près de la ceinture et de la croix, et l’on entend deux ou trois collègues qui ricanent en direct histoire de montrer le chemin aux rires forcés des auditeurs. 

Mais que n’a-t-on entendu sur RTL, la tant acclamée première radio de France, fille du groupe philanthropique Bertelsman ? Ne serait-ce pas une attaque en règle contre les fondamentaux de l’islamisme ?

Par la voix du prophète du rire ayant pour la circonstance singé la voix du vrai prophète Mahomet, les travers de certains croyants musulmans ont été mis à nu avec humeur gouailleuse au rythme des chansons paillardes et aux sons de gauloiseries pur jus. Gerra a enfin brisé le tabou qui veut qu’on puisse à l’aise se payer la tête du Pape, mais pas celle d’Allah, et du Dalai Lama mais surtout pas des mollahs et des rabbins.

Gerra est donc un blasphémateur invétéré, ni Allah ni Mahomet n’ont pu endiguer son verbe profanateur. Diatribe pro- catholique, espadrilles de moine trappiste, l’imitateur a parlé de la voix du Dieu des Chrétiens, sondant l’ineffable vibration venue d’on ne sait où. L’amuseur a fustigé la condition des femmes musulmanes et le pèlerinage de La Mecque, avant de s’attaquer à la voie de Benyamin Natanyahou lançant ses troupes à l’assaut de la bande de Gaza. L’occupation de Gaza a été le thème de la seconde partie du spectacle rôdé aux températures extrêmes des religions monothéistes.

Bien sur on peut rire de tout et plus que tout du Pape, touchante exhibition, palpitant blasphème; brillante présentation que d’affronter l’excommunication en parodiant les guenilles de l’église mais quel courage de brocarder et pourfendre les mollahs d’orient !!

Je rigole bien évidemment,  l’imitateur sait contenir son rire forcé et choisir ses victimes de manière à n’encourir que les courbettes d’une traînée de fans.

Je fantasme, la liberté du Gerra s’arrête à la ceinture et à la mitre du Pape, au-delà pas question de se mouiller, et aucune chance d’encourir une fatwa, ça serait con, à 5 000 € les 5 minutes.

La journée se termine avec l’admonestation d’ AlainDuhamel envers les brûleurs de voitures, plus coupables à ses yeux que les exilés fiscaux de Monaco. Le Totem du boboïsme de droite, est resté comme depuis 40 ans, planté là sur ses privilèges et ses principes, tel un monolithe du désert d’idées. Celui-là qui est un symbole d’une intelligentsia de castes, aura emboîté les pas de tous les Présidents de la Cinquième et on se demande comment la France va bien pouvoir s’en sortir sans l’avis averti du Tanguy de l’immobilisme à 15 000 euros par mois. 

  

Publié dans LES BOITES AU PILORI, MEDIAS | Pas de Commentaire »

LES MACS DE TF1

Posté par provola le 4 décembre 2010

                      Je n’en veux pas aux filles, elles font leur boulot, montrent leurs fesses à l’heure dite, pour une poignée de cerises, pour une soirée de gloire dérisoire, les plantes d’intérieur ne craignent qu’une chose, la lumière du soleil sous la forme des lampes des caméras. Je les laisse à leur bronzage factice sans les blâmer car elles ne sont que les victimes du jeu et non pas les coupables.

Si les putes sont des personnes respectables qui s’adonnent aux heures supplémentaires pour quelques roupies de plus, les boss, généralement qualifiés de macs sont les commanditaires et les vrais profiteurs. 

J’accuse la première chaîne de vendre ses charmes pour faire de l’audience sur le dos des malades. Les miss sont chargées de tailler des croupières aux parts de marché, un déhanché de déclencher l’émoi dans les chaumières, pendant ce tempes dans l’hopital d’en face, les minots angoissent à la vue d’un compteur qui peine à avancer.

Des années de souffrance, des tonnes de courage, une dose d’incroyable abnégation, une humanité au paroxysme, tout cela pour se retrouver en concurrence avec une bande de publicités écervelées. Cela vaut bien un coup de gueule.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, MEDIAS, SANTE | Pas de Commentaire »

WIKILEAKS, LE TROU DE SERRURE

Posté par provola le 29 novembre 2010

                  Tu parles d’une révélation ! Nous ferait-on prendre un trou de serrure pour la lunette de Galilée ?

Berlusconi est fatigué par ses nuits blanches et assez irresponsable, De Funès est susceptible et autoritaire. Information quand tu nous tient, qui contient format ou formaté. Wikileaks ce site internet de tous les scoops devrait ainsi tout révolutionner, l’information et, allons-y gaiement, la politique et pourquoi pas la démocratie.  On nous promet de l’or en barres, on aura du chocolat, du sang sur le bord de la route. Mais comment donc… 

A partir du moment où l’on appelle aujourd’hui « démocratie » un pays comme la France,  elle-même un des principaux marchand d’armes mondiaux, un pays acceptant de bafouer les droits de l’homme les plus élémentaires en pactisant avec un état totalitaire, que pourrait-on apprendre de plus démagogique que cette dénomination contre nature ? la Chine étant devenu notre fournisseur, notre usine , notre bailleur de fond, notre mesure universelle sur la quelle est calquée la protection sociale libérale; que ce monstre dicte sa loi sur la cadence de l’économie, sur le rythme des dégradations comportementales et environnementales, par le simple fait qu’elle est le coffre-fort détenant les réserves monétaires, les principales terres rares et donc les métaux du futur, les technologies de demain, et que nos néo-libéraux de dirigeants n’ont rien trouvé de mieux que lui apporter sur un plateau la clé de la domination des prochaines décennies, que devrait-on connaître de plus catastrophique ?

Que des diplomates indélicats s’accordent des écarts de langage ou que de sordides alcôves participent de la vie  ordinaire des Ambassades ? Ne voudrait-on pas enfumer le paysage médiatique en entretenant l’illusion d’une transparence de l’information ? N’accorde-t-on pas une importance démesurée à de simples anecdotes qui ne méritent aucune attention.

On sait bien que la langue de bois est la règle dans les relations internationales, les diplomates lâcheraient-ils  des éclairs d’humanité dès lors qu’ils se sentiraient à l’abri de l’anonymat ?  L’Ambassadeur des États-unis trouve que le caviar russe n’est plus ce qu’il était , que le Président Afghan est un plouc, franchement voilà qui ne va pas bouleverser la course des étoiles.

Ne doit-on pas envisager que 250 000 révélations ne valent pas une réflexion issue du bon-sens. Que nous importe de savoir que l’Arabie Séoudite souhaite une attaque des Etats-unis sur l’Iran ? Ne savions -nous pas que les princes fantoches détenteurs des riches sous-sols ont tout à craindre d’une montée en puissance du leader-ship iranien dans la région ? Aurait-on des remords à voir disparaître ces dictatures qui arrangent bien les affaires occidentales ?  Ces royaumes d’or noir valent-ils mieux que les Ayatollahs de Téhéran ? Que nous importe de savoir que l’Iran a acquis de la Corée du nord des missiles de croisière pouvant atteindre l’Europe ? Le Pakistan et la Russie ne possèdent-ils pas la bombe atomique ? Voudrait-on nous vendre une intervention occidentale en Iran sur le principe de ce qui se pratique en Afghanistan ?

Quant aux risibles ragots concernant nos marionnettes converties en chefs d’Etat, s’abaissera-t-on a à les prendre pour plus significatifs qu’ils ne sont , pour autre chose qu’une manipulation de plus ? 

Publié dans ETATS-UNIS, MEDIAS | Pas de Commentaire »

LE DINER DES COMS

Posté par provola le 20 novembre 2010

http://www.youtube.com/watch?v=KQ7taXW-puY&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=1um2G4AJAp4&feature=related

Prochain rendez-vous du club  « Le Siècle », l’élite politico-industrialo-médiatique, le 24 novembre à 20 H devant l’hôtel Crion, en face de l’Assemblée Nationale ou normalement devrait se discuter la gouvernance du pays. On vous doit au moins le café, c’est vous qui payez.

Publié dans IDENTITE NATIONALE, MEDIAS, MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

ON SE PAIE UNE FERRARI

Posté par provola le 28 octobre 2010

             Il y a longtemps que je ne m’étais pas payé TF1, pour la bonne raison que je ne savais même plus que cette chaîne scélérate existait. (« DU TEMPS DE CERVEAU DISPONIBLE POUR LA PUB » dixit Le Lay l’ancien PDG).

Mais comme l’occasion m’est donnée de remettre le couvert d’une bonne pub pour la première, ne perdons pas l’occasion, elles sont tellement rares et tellement jubilatoires (Mélanchon harponne la présentatrice vedette, la comique Ferrari du 20h et son vernis à ongles à 1.1 millions d’euros) :  

http://www.dailymotion.com/video/xfecon_laurence-ferrari-parle-la-langue-de-maurras-melenchon_news

rappel de l’article: LE MONDE ENCHAÎNE DE TF1 

La collusion d’intérêts entre la plus grande chaîne télévisuelle européenne et le pouvoir est telle que l’on peut légitimement parler de société publique de droit privé .Le jour ou Francis Bouygues se vit confier le sort de la première chaîné ,il devenait évident que celle-ci deviendrait une espèce de présentoir à matériaux, destiné à laisser le choix au téléspectateur entre parpaing de 50 ou parpaing de 60.

Le duo Le Lay -Mougeotte ,  n’a d’ailleurs jamais fait mystère de l’objectif N°1 qui est de dégager du temps de cerveau disponible à l’accroche publicitaire. En d’autres termes, il s’agit rien moins qu’une oeuvre de destruction mentale , de décervelage généralisé.

La loi de modernisation de l’audiovisuel public éliminant le financement des chaînes d’état par la publicité est élaborée pour accroître le chiffre d’affaire des chaînes privées ,TF1 et M6 en tête,le lobbiing efficace de celles-ci réduisant de moitié la contrepartie préalablement établi à 3% du CA .Quelques députés UMP en rajoutent une couche en demandant d’effacer toute information nationale sur France 3 et de la remplacer par des annonces publiques qui enverraient l’audience envahir les écrans de pub d’en face.

Le syndrome TF1 a contaminé les 30 chaînes sans qualité de la TNT .Le même processus de déstructuration du pluralisme avait conduit la bande FM dans les années 80 à une harmonisation javellisée ou seuls quelques grands groupes privés ,d’imagination , régnaient en maîtres après avoir évacué les volontés libertaires des premiers temps en stérilisant le système .La FM était devenu  une bande pour adolescents de tous âges et cupides, la TNT actuelle suit le même schéma formaté , sans imagination , corrompu et laissant peu de marges d’antenne à toute pensée buissonnière .

    

Publié dans LES PEOPLE A POIL, MEDIAS | Pas de Commentaire »

DES GENS BIENS

Posté par provola le 12 octobre 2010

         Faussement choqués, ils se dandinent comme des dromadaires sur un tapis d’asphalte, leur bosse vide en berne. Mélanchon attaque l’institution des journalistes, la meute du bla-bla, arc-boutée sur ses privilèges s’agite, offusquée de si viles accusations. Les généraux flibustiers en première ligne occupent les salons feutrés et les micros, c’est la seule guerre à laquelle ils sachent se livrer. Les présidents honoraires plastronnent du tac au tac.

Poivre d’Arvor, Alain Duhamel, Elkabbach, les squatteurs de la bonne conscience organisent un front du refus de la contestation, le gaucho n’aura pas le dernier mot.

Comment un politique se permet-il de secouer une intelligentsia qui n’a jamais été aussi libre et qui n’a pas peur de le dire ?

Ne serait-ce faire un mauvais procès que d’égratigner une institution qui n’est rien moins qu’un des piliers de notre démocratie ?

Évidemment en apparence, nos grands prêtres ont un tel pouvoir qu’ils seraient au dessus des lois et des pouvoirs qui les paient, grassement. En réalité, ces libertins de la pensée sont assis sur des privilèges, sont appuyés sur un système qui les a élus gardiens des principes de réalité.

La réalité, ce sont des télés déclinées en quatre monopoles qui se partagent la télé numérique, 26 chaînes en trompe-l’oeil, quatre groupes en réalité. Des radios, nombreuses en apparence mais toutes sous le joug des quatre monopoles qui se distribuent les audiences. Des journalistes qui se bornent à passer d’une institution à une autre et qui grâce à ce subterfuge réussissent à durer 45 ans comme Duhamel ou 40 ans comme Poivre. Les autres, les divers Bourdin, Pujadas, Drucker, Apathie ne sauraient simplement remettre en cause l’échafaudage stable des lois au dessus des lois. Les lois du marché dont ils dépendent qui sont au dessus des lois du peuple.

Tant que les gardiens du temple du CAC 40 que sont nos soi-disants animateurs vedettes verront maintenus  leur pouvoir de nuisance et leurs prérogatives médiatiques, une certaine idée de la démocratie sera baffouée, notre liberté ne sera que poudre aux yeux. C’est tout cela que remet en cause Mélanchon dans sa diatribe anti-establishment, son combat n’est pas celui du politique contre la liberté de pensée mais l’assaut d’un élu contre des soldats auto-proclamés et rendus rois par la magie de la machine à faire de l’audience, par les actionnaires des moyens du conditionnement des peuples.

Bertelsman, Bolloré, Lagardère, Dassault, Rotchild, Pinault, ces gens biens, qui sont en fait des gens de biens, au dessus de tous soupçons, sont les véritables maîtres de notre environnement médiatique, ils s’appuient sur une joyeuse assemblée de larbins comme dit le ronchon, qui s’entendent comme larrons en foire pour divertir la soif de pluralisme des gens d’en bas.

C’est à ces dirigeants de l’ombre que s’adressent en priorité les scud de Mélanchon et  ce n’est pas parceque les stakhanovistes du paf ont l’air de se sentir atteints dans leur amour propre qu’il faut maintenant les prendre pour des victimes.

Ils nous endorment depuis si longtemps qu’un juste retour de baton ne peut-être que bénéfique pour notre éveil mental.    

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/pour-melenchon-pujadas-est-un-salaud-et-un-larbin_926301.html

Publié dans MEDIAS | Pas de Commentaire »

TELEMATIN, L’INFO BOBO

Posté par provola le 5 octobre 2010

William Leymergie producteur de l’émission d’information (tu parles) du matin sur France 2 est un tocard perché sur son monopole de bas étage. Grand Maître de la seule grande antenne à diffuser de bonne heure autre chose que du dessin animé, on vient à douter de sa réelle compétence.

Ce matin pour toute information, les téléspectateurs auront eu droit à un commentaire sur le renouvellement du contrat du fils Noah avec les Chicago bulls pour un montant de 60 millions de dollars sur 5 ans, à la victoire de l’Europe sur les Etats-Unis dans la Ryder cup de Golf, à un reportage sur le défilé de mode du revenant Pierre Cardin, à un tour du coté du salon de l’auto.  

Voilà tout ce qu’il fallait apparemment savoir avant de s’en aller faire du shopping du coté des Champs-Elysées.

Sauf que ce type se pavane depuis 26 ans au petit jour devant nos tronches ahuries, tout ça pour nous faire passer de la guimauve pour des reportages d’investigation et des animations de pacotille pour de la véritable information. 

L’envers du décor est encore plus désolant, en 2007 l’animateur est mis à pied 2 semaines par la direction de France 2 pour violence à l’encontre d’un de ses collaborateurs, en 2008 il est fait chevalier de l’ordre des lettres par la Ministre de la communication (sic)Christine Albanel. Depuis , lors d’une réunion du comité d’hygiène de la chaîne, la médecine du travail a déclaré disposer « de nombreux témoignages de collaborateurs de Leymergie qui se plaignent de subir des humiliations, des critiques, un comportement de pervers. » 

Encore un protégé du système, du sérail, payé par le contribuable. Ne rigolez pas, le contribuable, c’est vous.  

Publié dans MEDIAS | Pas de Commentaire »

OUI C’EST NON

Posté par provola le 15 septembre 2010

Un exemple parfait de manipulation entendue ce matin sur l’antenne d’ RMC:

Le commentateur sur une interrogation aux auditeurs:  » A la question : faites-vous confiance au Président pour poursuivre les réformes engagées, votre réponse est OUI à 31% ».

Cette forme étonnante de présenter les choses se répéta ainsi durant deux heures, oui , les Français continuent à faire confiance à l’exécutif, à 31%, cela pourrait même baisser jusqu’à 1%, ce serait toujours OUI, à 1%. 

Publié dans MEDIAS | Pas de Commentaire »

BONNES MANIERES

Posté par provola le 10 septembre 2010

Les riches, c’est bien connu ont de bonnes manières, une excellente éducation, ils parlent toutes les langues, ont les plus beaux chiens. Le Figaro se gausse des nouveaux milliardaires chinois qui sont bien plus riches que les anciens riches français mais qui n’ont pas de savoir-vivre. D’après Le Figaro, ce n’est pas parcequ’on est subitement devenu aisé qu’on doit porter en permanence deux rolex, qu’on sait apprécier un Mission Haut-Brion ou la Tosca. 

Le quotidien propose à ses lecteurs de détourner le regard devant ce déluge de bassesse venue d’orient, de mépriser ces nouveaux riches sans valeurs qui boivent du Coca-Cola en mangeant et préfèrent une Ferrari à une Jaguar.

On ne peut que s’étonner de telles preuves d’intolérances de haut-vol au moment où la population est plutôt préoccupée par la préservation du régime de retraite et le montant des pensions. 

En fait le problème n’est pas là, tout le monde a ses problèmes, les riches ont les leurs mais pourquoi ne perçoivent-ils pas leurs travers plus ridicules que méprisables.

Car enfin le fait d’être riche vous met-il à l’abri de n’être qu’un piètre oenologue ? En gros personne et surtout pas eux, (car eux sont les seuls à pouvoir se les payer), n’est en réalité capable d’apprécier un grand vin, le fait que tous les convives se plient en un concert d’éloges sur l’excellence d’un grand vin n’est qu’un rituel convenu. Servez un Beaujolais nouveau à la pétasse de service en Dior et mettez-le à 200 euros la bouteille, la mixture de pesticide sera avalée avec une extase de satisfaction.

Le fait d’avoir eu des cours particuliers d’Anglais vous permet-il de connaître autre-chose que les verbes irréguliers dans la langue de Shakespeare ?

Le fait de posséder la collection complète Deutsche Grammophone des albums de Karajan fait-il de vous un mélomane ?

Le fait de posséder une Jaguar vous permet-il de savoir la conduire au delà de 90 km/h ? 

Le fait de vivre dans le seizième arrondissement vous permet-il d’éviter toutes les crottes de caniches maculant les trottoirs ? 

Le fait de lire Le Figaro vous met-il à l’abri de lire des conneries ? To be rich or not to be. 

Publié dans MEDIAS | Pas de Commentaire »

LE MONDE ENCHAINE DE TF1

Posté par provola le 25 mai 2010

TF1, ou Bouygues, soyons directs.

Le monde enchanté des fous (terme dans son acception première) de télé, des petits villages de l’Aubrac, lors des grandes transhumances et les vaches décorées de leur houx sur la tête, et l’horizon des monts du Cantal au delà de l’écran, un clin d’oeil de Jean Pierre Pernod, le bien-nommé, l’illusionniste et prince des saouleries du 13h, tout ce rêve mercantile frelate bel et bien notre crémerie nationale. Car rien de tout cela n’est vrai et tout le vrai est caché à la multitude.

TF1 est la vitrine du plus grand bâtisseur de la planète, constructeur de la multiplication des tours d’ivoire, des châteaux de cartes, des mosquées gigantesques, des métros du désert, des casinos, des bulles de savon en béton, des apoplexies de masse .  

Mais Bouygues est aussi l’ami des dictatures, le sous fifre des mégalomanies, des chantiers qui ne servent qu’à arrondir des fins de mois et à fabriquer des réfrigérateurs géant pour concerver les populations dans un état proche de l’esclavagisme.

Turkménistan, cet état qui regorge de pétrole et de gaz n’appartient qu’à son roi mais il est une tirelire savamment planquée pour le roi du béton, d’ailleurs les deux s’entendent comme larrons en foire pour manipuler l’opinion et faire leurs coups en douce.

La video qui suit vaut mieux qu’un long discours pour comprendre les accointances du sous-sol Turkmène et du casque de chantier à l’effigie orange.

Quand on aura précisé que Francis Bouygues le père de Martin était l’ami de Mitterrand et que le fiston est le témoin du second mariage de De Funès ainsi que le parrain du fils Louis du Président, on mesurera l’étendue des dégâts qui font de la République un refuge de complaisance pour les totalitarismes qui rapportent. 

Francis fondateur du groupe disait en 1971 à propos des 88% de son personnel d’origine étrangère: « Nous ne pouvons pas former cette main-d’oeuvre parceque si nous la formons nous n’avons aucune chance de la conserver, ces gens là sont venus en France pour gagner de l’argent et à partir de là il leur est égal de travailler douze heures par jours et même seize heures l’été quand ils le peuvent. »  

40 ans après, on reproduit le même schéma au Turkménistan, et ça ne passe pas sur TF1.

http://www.dailymotion.com/video/x979j7_business-en-absurdistan-le-pays-ou_webcam

 http://www.youtube.com/watch?v=Vybxnuxa6Mo

 

Publié dans ASIE, ECONOMIE, MEDIAS | Pas de Commentaire »

1234
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement