MANGO PRIMARK: LE PRIX DU SANG

Posté par provola le 26 avril 2013

MANGO PRIMARK: LE PRIX DU SANG  dans BENGLADESH .MANGO1_mprimark-logo-enseigne-magasin dans LES BOITES AU PILORIAFP_130424_0z9l6_bangladesh-effondrement_sn635

                             

                            Combien vaut un litre de sang ? Un litre de sang américain, ça vaut beaucoup, trois morts à Boston valent plus que 305 morts à Dacca capitale du Bengladesh. Trois morts au marathon de New York, valent plus que trois morts sur la route à Brest ou sur un chantier à Carcassonne, ceux-là on n’en parle pas, les morts ne sont pas tous aussi glamour.

305 morts à Dacca ne valent rien, de toute façon leur vie de déjà-morts était une ruine, ils bossaient à en crever pour fournir les boîtes européennes de textile, à la confection des tee-shirts, des strings, des culottes pour la mode d’été 2013. Pour que les stars de la vacuité, les momies des plages et  les reines de beauté se trouvent belles l’ instant d’une illusion.

Car la guerre des prix de la mondialisation se fait avant tout sur le dos des populations des laissés pour compte, des moins que rien, des moitié d’individus. pour que nous puissions nous pavaner sur les estrades du pouvoir d’achat.

Le Bengladesh est l’Eldorado des marques de fringues, pensez donc, pas de protection sociale, pas de revendications, pas de contraintes, une bande de jeunes pousses serviles, bosseurs, muets, car les vieux sont renvoyés sans merci, sans ménagement, sans indemnités, à vingt ans.  

L’effondrement de l’immeuble usine n’est que la dernière en date de la longue liste des drames de l’industrie de la confection du Bengladesh, des décennies déjà que les marques de la honte amassent les profits sur le dos des fourmis travailleuses asiatiques. Ici tout y est moins cher, même les Chinois viennent y faire leurs courses.

L’immeuble abritant des sous-traitants de marques telles que Mango ou Primark, quelques heures avant le drame avait déjà donné des signes évidents de fragilité, des fissures étaient apparues à la suite de bruits sourds et de secousses, mais les cadences infernales et les pénalités de retard imposées par les clients occidentaux obligèrent à reprendre le boulot. Voilà comment la loi du business s’impose aux entreprises locales, dirigées par des négriers, sous la férule d’exploiteurs étrangers parfaitement au fait des conditions de travail infligées aux travailleurs locaux.

Pour la bonne marche du pays, de ses élites devrais-je dire, il ne faudrait pas que les tensions contestataires se développent ce qui pousseraient les commanditaires à aller ailleurs s’occuper de la course aux profits. Les multinationales ne sauraient tolérer qu’un reflet saumâtre ne vienne ternir le miroir aux alouettes,  la marche des affaires ne doit souffrir d’aucune anicroche , c’est la conditions de la stabilité du cours de bourse. Avant qu’une autre pirogue plus pauvre que le Bengladesh, perdue et pleine d’affamés s’échoue sur les rives du néolibéralisme. 

6 millions de chômeurs sont le triste lot espagnol de cette course aux profits, leur indemnité journalière leur permet tout juste de se payer un tee-shirt MANGO made in Bengladesh à 2 €. Les Britanniques eux peuvent encore se la couler douce, s’habiller en PRIMARK à trois livres. Mais combien sont ceux-qui accepteraient de verser des dommages et intérêts aux disparus, aux esclaves des marques, à leurs familles dans le deuil ?

A quel prix devrait-on vendre ces bouts d’étoffe si l’on y comptait le prix du sang; si le sang Bengali valait autant que le sang  Yankee ?    

 

Publié dans BENGLADESH, LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

LES COCUS DE FACEBOOK

Posté par provola le 22 mai 2012

LES COCUS DE FACEBOOK dans ECONOMIE          Une nouvelle illustration du libéralisme roi, le roi des couillons, qui se résume en une immense supercherie pour les neuneus des marchés et en un jackpot pour les marchands d’illusions. 

Lancée à 38 dollars sur le Dow Jones, l’action Facebook est montée jusqu’à 42 dollars en quelques heures, le temps que les investisseurs institutionnels ne lancent la pompe à bulle. Les petits actionnaires qui arrivent toujours au moment où il est déjà trop tard pour gonfler les ballons à illusion des bonimenteurs patentés et qui se se seraient saignés aux quatre veines pour posséder un morceau du torchon se sont alors rués à l’achat récoltant durant le second jour de cotation les poignées de cerises sur la base d’une chute du cours de bourse de plus de 11 %. 

A peine deux jours après son lancement fanfaronné sur les places du monde entier, la valeur vedette de la nouvelle économie se résume en un flop retentissant. 

Comment pouvait-il en être autrement ? Souvent citée comme un exemple de réussite, Facebook plébiscitée par un milliard de terriens subira sans doute un retour de bâton aussi brutal que fut sa réussite à hypnotiser ses utilisateurs, car sur quoi repose en fait cette espèce de farce planétaire ? Le monde enchanté n’est-il pas qu’un immense château de cartes  ? 

Facebook n’est rien d’autre qu’un effet de mode qui n’attend que son successeur pour disparaître aussi rapidement qu’il s’est imposé. On voit mal les pendus du système se laisser aller à ouvrir les cordons de la bourse  dès que Facebook pour satisfaire l’appétit de ses nouveaux actionnaires viendra leur expliquer que la gratuité est un ancien paradigme et ne saurait perdurer au delà du temps d’un rêve éveillé.  

Les clients low-cost refuseront l’arnaque, c’est tout le mal que je leur souhaite. 

Quel intérêt en effet y-a-t-il a vouloir afficher les photos de son chien sur la toile, quelle joie à placarder le trou béant des sentiments sur un bout d’écran, si en plus l’inutile vague à l’âme devient payant ? 

Les clients serviles du réseau social ne se laisseront-ils pas alors séduire par la prochaine venue au bois dormant ?

 

 

 

Publié dans ECONOMIE, LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

TOTAL NOUS DOIT 2 €

Posté par provola le 18 mai 2012

                                          Total a annoncé le 25 mars qu’une fuite de gaz est survenue sur le gisement d’Elgin, en mer du Nord britannique, à environ 240 km à l’est d’Aberdeen, lors d’une intervention sur un puits.

Le 16 mai, Total annonce l’arrêt de la fuite douze heures après l’intervention qui a consisté à injecter de la boue dans le puits ; cette intervention a débuté le 15 mai et la fuite a été stoppée 12 heures plus tard. Au cours des prochains jours, le puits sera attentivement surveillé pour confirmer le succès total de l’intervention.
En parallèle, le forage du puits d’intervention, débuté le 18 avril, se poursuit, ce puits devant servir de second recours.

Évoquant la situation d’Elgin, Yves-Louis Darricarrère, directeur général de la branche Exploration & Production de Total, a déclaré : « Nous avons franchi aujourd’hui une étape majeure. Notre priorité absolue était de stopper la fuite de gaz en toute sécurité et le plus rapidement possible. Depuis le 25 mars, nous travaillons en étroite collaboration avec les autorités et nous avons communiqué de manière transparente, et nous continuerons à le faire. Il nous faut maintenant achever l’opération et prendre en compte les enseignements à retenir de cet incident. »

Pour TOTAL, il s’agit d’un incident, 10 millions de m3 de méthane dans l’atmosphère, ça n’est rien de plus qu’un contretemps regrettable, ça ralentie juste un peu le flux de bénéfices enfouis et de d’évasion fiscale légale.

Cette fuite aurait couté à Total, aux dires de la compagnie 340 millions d’euros mais à combien se montent en réalité les indemnités que sont en droit de réclamer les citoyens du monde à Total pour cette fuite de l’ordre de 200 000 m3 X 50 j soit 10 millions de m3 de méthane ?

Tout ceci bien entendu en croyant sur parole TOTAL, on peut imaginer que la fuite ait été bien plus importante, personne n’étant en réalité en mesure de vérifier les dires de la compagnie. On se souvient que Greenpeace avait dépêché un navire sur zone le 2 avril et avait repérer une nappe de pétrole de plusieurs km2, TOTAL avait immédiatement réagi en avouant tout de même : »il s’agit d’un condensat léger qui ne pose pas de problème significatif pour les oiseaux marins ou le reste de la vie sauvage ».

Sauf que je ne crois pas TOTAL sur parole et que j’imagine très bien TOTAL avoir menti d’un facteur 10 sur le volume de gaz perdu dans l’atmosphère et tout me porte à croire que je suis encore largement sous la réalité.

Mais prenons donc comme valeur de base un facteur dix ce qui fait 200 000 m3 X 10 X 50 jours soit 100 millions de m3.  

En sachant que le méthane est 23 fois plus néfaste que le CO2 quant  à son effet de serre, on peut évaluer le montant des indemnités à percevoir par la communauté internationale  en comparant cette quantité de gaz méthane avec une quantité de gaz carbonique au même pouvoir calorifique. 

Actuellement le prix de la tonne d’équivalent carbone est évalué à  17 €, il serait raisonnable qu’il fut à 100 €/T pour avoir un véritable impact sur la marche de l’économie.

Le marché d’émissions de l’Union Européenne limite les émissions de dioxyde de carbone (CO2) des usines et des centrales électriques des pays du groupe et couvre presque la moitié des émissions de l’Union Européenne.

La masse volumique du méthane étant de 0,68 kg/m3, je multiplie la masse perdue par TOTAL dans l’atmosphère: 100 millions de M3, ce qui équivaut à 2,3 milliards de m3 de CO2, soit à 1,98 kg/m3 : 4,55 milliards kg, ou 4,55 millions de tonnes de CO2 ce qui donne en équivalent carbone 45 500 000 tonnes x 0,2727 soit 1,241 000 tonnes de carbone pour une facture de 1,24 millions T x 100 €/tonne soit 124 millions d’euros. Comme chaque Français devrait se coltiner les dégâts collatéraux de Total en payant les quotas de Total, celle-ci devrait rembourser à l’Etat ces 124 millions, ce qui fait environ 2 € par personne.  

1 240 000 tonnes, c’est beaucoup? 1 240 000 tonnes équivalent carbone c’est (à peu près…) :
1 an de chauffage au gaz pour 1 240 000 de 3 pièces à Paris
ou 1 240 000 allers-retours Paris – New York en avion
ou 2,3 millions tonnes de papier
Un français émet en moyenne 9 tonnes de CO2, l’émission soutenable en 2050 sera de 2 tonnes de CO2 par personne (facteur 4, objectif fixé par la France). La fuite de TOTAL (4,55 Millions de T de CO2) représente ce que rejettent 500 000 Français en un an. 

La nouvelle du colmatage a donné un bol d‘air à l’action Total, qui est encore loin de son niveau précédant l’annonce de la fuite de gaz, le 25 mars dernier.

Capital recommande l’achat du titre car la compagnie se traite sur des niveaux de valorisation faibles (la prévision d’un bénéfice annuel stable autour de 12 milliards d’euros n’est valorisée que 7 fois) et envisage de relever prochainement son dividende, alors qu’il offre déjà un rendement de 6,6% au cours actuel.

Payer une amende de 124 millions d’€, revient pour TOTAL à verser 1% en moins de bénéfices pour ses actionnaires.

                  

Publié dans LES BOITES AU PILORI, POLLUTION | Pas de Commentaire »

VINCI APPREND VITE LE RUSSE

Posté par provola le 30 janvier 2012

          VINCI APPREND VITE LE RUSSE  dans LES BOITES AU PILORI 1310970313     dans RUSSIE                

                       Comme j’ai déjà beaucoup tapé sur Bouygues au travers de ses filiales TF1 (et ses programmes de merde), Bouygues télécom (qui participe du cartel du portable en France) et Bouygues travaux qui rafle les contrat de partenariat public privé comme s’il en pleuvait, il n’y a pas de raison de laisser de coté celui qui l’a dépossédé de sa place de premier constructeur mondial, je veux parler du groupe Vinci qui emploie les mêmes méthodes à la marge pour s’adjuger les contrats les plus juteux, 1,8 milliards d’euros en l’occurence.

On est ici en Russie, près de Moscou où Vinci a remporté l’appel d’offre pour la construction et la gestion de la future autoroute Moscou- St. Petersburg.

Bastamag: « Le ministre des Transports, Igor Levitin, est un allié de taille dans ce projet aberrant : coûte que coûte, il demande à ce que soit associé l’aéroport de Cheremetievo – dans lequel il possède de gros intérêts commerciaux – à cette autoroute payante et lucrative. Pour permettre à ce projet de transformation de l’espace naturel en zone constructible de voir le jour, la loi est devenue un détail malléable. Dès 2004, la loi russe de défense de l’environnement et des forêts est amendée. Cinq ans plus tard, en novembre 2009, le Premier ministre, Vladimir Poutine ratifie le décret autorisant la transformation de 150 hectares de forêts en zone constructible, violant ainsi la loi russe qui interdit de toucher aux forêts si des alternatives sont possibles. »

Voilà bien le malheur, il est que cette nouvelle autoroute doit saccager l’une des plus belles forêts (Khimki) de Russie alors que l’on sait bien que la Russie est un  tel petit pays qu’il n’y a pas d’autres possibilités de tracés.

Trêve de plaisanterie, il existe au moins 11 autres possibilités de tracés qui bien entendu pour des raisons de gros sous ne sont pas aussi rentables pour l’exploitant. Vinci en cheville avec les oligarques locaux préfère s’enfoncer à toute allure dans l’extraordinaire Taïga au lieu de chercher un compromis moins dévastateur pour cet environnement unique.

http://www.youtube.com/watch?v=ZuRxt1Msf3M

Publié dans LES BOITES AU PILORI, RUSSIE | Pas de Commentaire »

BANQUER N’EST PAS JOUER.

Posté par provola le 24 janvier 2012

                               

                                      Pour rester, après l’affaire Bouygues VS Le Canard, une fois n’est pas coutume, dans le domaine du Bâtiment et des Travaux publics et la façon peu amène qu’ont parfois les constructeurs de s’octroyer les marchés publics les plus juteux, je signale la mise en garde à vue du Président du RC Lens qui s’est vu attribuer un prêt de 2 000 000 euros par chacune deux grosses entreprises de construction du Nord Pas de Calais, Rabot Dutilleul et Ramery peut-être pour se voir confier la rénovation du stade de Lens pour la prochaine coupe d’Europe de Football. M.Martel a ainsi pu goûter aux joies de la mise au frais ainsi que les dirigeants des deux entreprises soupçonnées comme lui de corruption aggravée, d’abus de bien social et de recel. L’enquête est menée par la brigade financière de Lille.

Le meilleur public de France comme on a tendance à désigner celui de Lens, se retrouve cocu, un Président corrompu, un futur ancien stade qui est déjà un scandale d’Etat, tout ce grabuge va certainement réveiller les grandes taupinières qui se remémorent le sang et les larmes versés par des mineurs dont on noirci la mémoire. Ces mafias attirées par le fric vendraient père et mère pour un pécule, c’est bien ce qu’elles font en piétinant la mémoire des gueules noires et en reléguant l’histoire de ces lieus de lutte ancestrale plus bas que terre.

Voilà donc deux des plus importantes sociétés de construction du Nord soupçonnées d’avoir voulu jouer à la banque, pour se défendre, elles ont expliqué que ce prêt d’un montant total de 4 millions d’euros, pas des kg de patates, était parfaitement légal. Au cours des investigations et des perquisitions menées par la PJ de Lille, plusieurs éléments à charge ont été découverts, dont notamment ce contrat de prêt établi entre Gervais Martel et les deux sociétés de BTP. Ce contrat indiquait clairement que les fonds prêtés à M. Martel pouvaient pour 50% être utilisés à des fins personnelles, le reste étant destiné à conforter la position d’actionnaire de M. Martel dans la holding de contrôle du RC Lens.

Pour Ramery, ce prêt a été réalisé «dans le respect de l’intérêt social du groupe et mentionné en toute transparence dans (ses) comptes, conformément à la législation». Le groupe Rabot-Dutilleul annonce quant à lui que ce prêt a été contracté «à des conditions habituelles». Il est bien sur habituel pour une entreprise de bâtiment de prêter à un futur client 4 millions d’euros à des conditions avantageuses…

Ces gens là ne respectent décidément plus rien, ils sont censés faire du business dans la brique et le béton liquide, ils n’ont retenus que les briques et le liquide en béton.

Publié dans LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

LE CANARD CONTRE-ATTAQUE

Posté par provola le 23 janvier 2012

                         

                           Il faut toujours se méfier du canard qui dort, Bouygues va l’apprendre à ses dépends. Engagés dans une lutte apparemment inégale le géant du Btp et le vilain canard enchainé ont lancé les hostilités. On se souvient que Bouygues avait été accusé de délit d’initié par le palmipède alors qu’il vient de se voir attribuer le juteux contrat de construction et de maintenance du futur Ministère de la défense, un contrat de 3, 6 Milliards d’euros tout de même. Après avoir réclamé 9 millions d’euros d’indemnité pour diffamation, le journal répliqua en demandant…1 euro, en cas de victoire. 

Le procès se déroulant le 18 janvier, le canard a pu largement exposer la façon dont l’ami de De Funès a réussi à s’approprier le dossier du Ministère bien avant ses principaux concurrents, tout d’abord en louant les services d’une société de renseignement la CEIS appartenant à Olivier Darasson, un ami personnel de tous les Ministres de la défense depuis dix ans , puis en débauchant un général de corps d’armée, Patrick Paimbault mis en disponibilité des armées pour qu’il devienne le véritable architecte du projet de Bouygues. Armé de telles munitions permettant de pondre un œuf carré conforme aux exigences de l’armée, Bouygues maitrisait  la totalité du projet, prenant par là même une large longueur d’avance sur ses rivaux.

On voit bien où se situe le conflit d’intérêt, il n’y a que l’actuel Ministre Longuet pour ne pas voir les frontières à ne pas dépasser. Bouygues dans cette affaire pas claire a perdu une occasion de clouer le bec à la volaille, on a bon espoir dorénavant que le chasseur marri ne puisse rien plumer d’autre que sa propre moralité.  

Le verdict  est fixé au  14 mars.

LE CANARD CONTRE-ATTAQUE dans LES BOITES AU PILORI

Rappel article du 30.12.2011:

                               Qui du compacteur ou du canard court le plus vite ? Nous allons le savoir car s’engage une bataille juridique entre Goliath et David entre le grand méchant loup et le petit chaperon rouge, entre le maçon et sa truelle et le vilain canard.

Accusé par le Canard enchaîné d’avoir bénéficié de passe-droits pour l’obtention du contrat de construction du nouveau centre des armées à Paris, Bouygues contre-attaque et demande en dommages et intérêts 9 millions d’euros au journal pour diffamation et atteinte à l’image de marque du constructeur.

Le Canard enchaîné avait révélé qu’une information judiciaire pour corruption et trafic d’influence avait été ouverte en février 2011 pour examiner d’éventuelles malversations lors de l’attribution au géant Bouygues du chantier du futur « Pentagone » à la française, le nouveau siège du ministère de la Défense, dans le quartier Balard à Paris. Un haut dirigeant de Bouygues se serait vu confier le cahier des charges des installations avant ses concurrents par un responsable du Ministère de la Défense. Cela aurait permis à Bouygues de présenter un dossier mieux ficelé et finalement décrocher ce fameux contrat d’un montant de 2.7 milliards d’euros à 4 milliards d’euros en fonction des fourchettes utilisées, fourchette basse 2.7 milliards, fourchette haute 4 milliards, quand je vous disais que les fourchettes coutent de plus en plus cher dans ce pays. A ce prix mieux vaut manger de ses propres mains.

Toujours est-il que l’Etat qui n’a pas un sou a décidé de lancer une opération qui ne lui coute rien… pour le moment, jusqu’en 2014, date de livraison des batiments, alors il s’agira de rembourser Bouygues sur …27 ans, à raison de 100 à 150 millions d’euros par an. Quand on voit à quel point Bouygues a pulvérisé le devis initial de l’Epr de Flamanville on peut s’attendre à ce que la formule des plus -values soit également appliquée pour ce grand ministère, totalement inutile en temps de crise, et aussi en temps normal. On peut encore ajouter qu’aucune consultation publique n’a bien sur été engagée pour connaitre le sentiment des citoyens sur cette opération  »faraocomique » totalement dénuée de sens. Visiblement les dépenses somptuaires bénéficiant aux proches du roi ne sont pas concernées par les restrictions budgétaires.

 

Publié dans LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

CACHEZ CE SEIN…

Posté par provola le 5 janvier 2012

 

CACHEZ CE SEIN... dans LES BOITES AU PILORI seins-big

                               …Que je ne saurais voir. La célèbre réplique du Tartuffe de Molière s’applique à la perfection à la tragicomédie qui caractérise ce qu’on est bien obligé d’appeler  » l’affaire des prothèses mammaires »

Oui bien sur les tartuffes, du haut au bas de l’échelle, tous plus incompétents que les autres, tous moins coupables que les plus étrangers au scandale.

Tartuffe, le Père-Noêl Jean-Claude Mas qui voulait faire gonfler sa tirelire bien plus que les seins des patientes, s’autorisant les pratiques les plus viles sans le moindre scrupule.

Tartuffe, l’Afssaps qui devait contrôler la qualité des prothèses et ne vérifiait que la signature au bas du récépissé de conformité. l’Afssaps souligne que, contrairement aux médicaments, les dispositifs médicaux – des pansements aux seringues en passant par les prothèses et les appareils d’imagerie – ne sont pas soumis à une procédure d’autorisation de mise sur le marché. Ils sont placés « sous la responsabilité du fabricant qui les commercialise« , explique-t-on à l’agence. La surveillance est ensuite opérée par un organisme choisi par le fabricant pour certifier la qualité de ses produits, précise l’Afssaps.

Tartuffe la compagnie allemande Tüv Rheinland qui était justement responsable de la dite surveillance de la production, en menant notamment des audits.

Tartuffe la société Rhodia, maintenant Blue Star, fabricant du Rhodorsil, une espèce d’huile de silicone frelatée destinée normalement à un usage industriel et qui maintenant a toute chance de se répendre ddans les viscères de centaines de milliers de femmes, dans le monde entier.Le producteur lyonnais de silicone Bluestar Silicones a indiqué mardi qu’il n’avait eu aucun contact avec la société PIP et que ses produits Rhodorsil, qui rentraient dans la composition des implants mammaires PIP, n’avaient qu’un usage strictement industriel.

« Nous sommes très choqués de cette utilisation » explique le Directeur de la communication de Blue Star la société qui depuis a racheté la division silicones de Rhodia. L’usage des silicones Rhodorsil est « clairement spécifié dans des fiches techniques et des fiches de sécurité »

Dans son communiqué, Bluestar Silicones rappelle que l’utilisation de ses matières premières dans une finalité autre que celle prévue engage la responsabilité de l’utilisateur ».

Oui oui…peut-être, mais comment croire qu’en vendant des dizaines de tonnes de silicones à la société PIP qui devait être un de ses meilleurs clients, Rhodia s’était complètement désintéressée de la finalité de ses produits ?

Le mot d’ordre en ces temps d’enquête: « Cachez cette responsabilité. »

Publié dans LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

CHEVRON TROUVE L’AMENDE SALEE

Posté par provola le 4 janvier 2012

                         

CHEVRON TROUVE L'AMENDE SALEE dans LES BOITES AU PILORI corte-de-justicia-de-sucumbios-ratifica-en-segunda-instancia-2012013072926-c4c309cb5a655d33bfce6c0a24ec031a

                                        Un tribunal de la province de Sucumbios en Equateur a confirmé la sentence condamnant la compagnie pétrolière US Chevron à verser une amende de 9,5 milliards de dollars pour avoir souillé durant un quart de siècle, de 1964 à 1990 de grandes étendues  de la forêt amazonienne en province de Sucumbios, avec des déchets toxiques. La première dénonciation avait en réalité été adressée à la société Texaco qui a depuis été rachetée par Chevron.

30 000 habitants de cette province de Sucumbios s’étaient réunis en association de victimes et avaient attaqué Chevron en 1993, le  verdict en première instance datant du 14 février 2011 avait déjà condamné Chevron. Il s’agit donc là de la décision de la cour d’appel.

La cour a également obligé la compagnie Chevron a présenter des excuses publiques aux nombreuses victimes. Si Chevron n’obtempérait pas, l’amende de 9,5 milliards serait tout simplement doublée.

La réaction de Chevron ne s’est pas faite attendre, le colosse pétrolier a fait savoir qu’ilestimait que cette sentence  était la confirmation des relations existant entre la justice et la politique équatoriennes et même de la corruption de la justice de ce pays. Chevron a immédiatement annoncé qu’elle aurait recours à des cours internationales et états-uniennes pour tenter d’annuler la décision équatorienne. Cette façon de faire nous rappelle étrangement l’affaire de Bhopal où les centaines de milliers de victimes attendent toujours que Dow Chemical (alors Union Carbide) reconnaisse sa responsabilité et où chaque victime a reçu en dédommagement 500 dollars pour pouvoir continuer à vivre dans un environnement hautement pollué.

Pas sur que cette tactique de l’autruche soit de nature à calmer les esprits de la jungle.

Après l’histoire de l’annulation de sa dette jugée illégitime auprès du FMI, il est sur que l’Equateur n’est plus tout a fait en odeur de sainteté auprès des autorités des USA. Les gringos ne passeront pas leurs vacances de sitôt du coté de Quito.

Il s’agit en tout cas de l’amende la plus élevée de l’histoire pour ce qui concerne la protection de l’environnement, devant celle qu’avait dû régler Exxon Mobil pour la marée noire en Alaska en 1989. Affaire à suivre.

Publié dans LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

LE SILICONE COULE EN ITALIE

Posté par provola le 20 décembre 2011

Dubbi  in Italia sulle protesi al seno  francesi<br />
                        Le Ministre de la santé italien a convoqué ce soir en urgence le Conseil supérieur de la Santé pour s’informer de la toxicité des prothèses mammaires de la société française en liquidation Poly Implants Prothèse ( PIP) dont l’AFssaps en France vient de souligner l’extrême dangerosité. En France 30 000 femmes sont concernées par ce scandale incroyable mettant en cause une société n’ayant par pur souci de profits pas respecté l’origine des gels de silicone utilisés pour ces implants.

 Le Ministre italien de la santé quant à lui estime pour l’heure à 4 000 le nombre de femmes concernées dans la péninsule. Combien sont-elles partout ailleurs.  

On sait que depuis mars 2010, l’Afssaps autorité française de sésurité sanitaire avait émis des doutes sur la qualité des implants fabriqués par PIP et que le mot d’ordre de l’époque avait été simplement de conseiller aux patientes de consulter leur médecin. 

Depuis, des cas douteux de cancers pouvant avoir comme origine une rupture des poches contenant le silicone en cause ont fini d’éveiller les soupçons qui provoquent une onde de choc dans l’opinion.

Après Médiator, il pourrait s’agir du plus incroyable  scandale sanitaire ayant pour origine la poursuite infernale du profit dans l’industrie des soins.

Pour l’instant la fièvre avait envailli  l’ hexagone, l’exemple de l’Italie vient à point nous rappeler combien la mondialisation a certainement disséminé ces produits hautement dangereux dans de nombreux autres pays.

En attendant, les responsables de la société PIP sont pour la plupart en fuite, le patron disparu, la société en liquidation. La sécurité sociale française devra-t-elle rembourser les opérations de « récupération » des implants défectueux et cela dans le monde entier ? L’Afssaps elle-même n’est elle pas responsable au bout du compte d’un manque de sérieux dans le suivi des fabrications des industriels ? Ne doit -elle pas rendre des comptes à ses pairs étrangers ? Ses dirigeants toujours en place seront-ils poursuivis pour faute grave et mise en danger de la vie des patients ?

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

JOURNALISME DE BAZAR

Posté par provola le 8 octobre 2011

                                       Un déluge d’éloges, un dégoulinement de miel en conserve, des tonnes de remerciements, des torrents de larmes, voilà à quoi nous avons eu droit, à la mémoire du Dieu du troisième millénaire, comparé à Léonard de Vinci, à Gutenberg et pourquoi pas à Einstein. Décidément ce journalisme de fanfreluches et de dentifrices, lui, ressemble de plus en plus à une raclure de caniveau. 

Je veux bien que Steve Jobs ait cotoyé les étoiles, et croisé le Père Noël, mais cela n’est-ce pas là le lot de notre drôle d’époque aussi prompte à produire les idoles qu’à faire disparaître les dernières traces de raison.

Rappelons nous la disparition de Mikael Jackson comparé à l’époque à Gandhi, à Mozart. Plus tôt les disparitions de Marilyn, de Kennedy, de Lady Diana. Tous des Dieux, des anges, des mythes, des icônes, des statues consacrées d’un temps sans horizon.

Chaque fois que l’occasion se présente de nous vendre du charme en boîte, la diaspora journalistique se tient prête à dégainer, le cas Jobs est encore un cas d’école, il n’est que d’écouter les langues bien pendantes des petits soldats du mercantilisme nous chanter la messe.  http://www.youtube.com/watch?v=4YZDppInYow  

Voilà ce Jean Marc Sylvestre, l’habitué des podiums et des écrans de pub, nous glorifier la création Iphone, le nec-plus- ultra des objets inutiles, sorti d’usine en Chine à 15 € et vendu sur nos étales à 500 €. Pensez donc, les Chinois vendent l’Iphone à 15 € à Apple qui nous le revend à 500 €. Pour ce connard de journaliste ça fait 485 € de création de valeur, qui représente la pub, le savoir faire, le génie, 485 € qui permettent d’enrichir les Américains.

Ce taré ne se rend même pas compte que la pub est une sangsue ne faisant vivre qu’une infime caste de profiteurs du labeur d’autrui, un condensé de propagande, un outil du bourrage de crânes, il feint d’oublier que le génie à ce prix là est un esclavagisme de la pensée, il occulte le fait que les Chinois crèvent à fabriquer des objets qui rendent totalement addictes leurs utilisateurs. 

Au final quoi de plus absurde qu’une population à l’affût du moindre appel qui saura résoudre l’équation existentielle, cette prière répétée cent fois par jour, cette vacuité électronique permanente, et ce « T’es où ? » cette espèce de tarte à la crème servie à la moindre langue pendue. 

Ce Sylvestre qui prévient sa femme pour la prévenir de mettre les pâtes dans l’eau bouillante de manière à pouvoir les bouffer al dente et tout ça grâce à son Iphone, explique ce succès fulgurant par un véritable miracle économique, en fait, le véritable miracle serait qu’il disparaisse à jamais de notre vue.    

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

DES NOUVELLES DE LA POMME

Posté par provola le 8 octobre 2011

Par PHILIPPE GRANGEREAU Envoyé spécial à Shenzhen (Chine)

DES NOUVELLES DE LA POMME  dans CHINE

Libération 3 juin 2010:

La porte sud de l’usine Foxconn est gardée comme une caserne. Portail électronique, fouille obligatoire. Les sentinelles manifestent une allergie particulière à l’endroit des journalistes qui viennent enquêter sur les onze suicides survenus depuis le début de l’année au sein de cet atelier du monde, de taille démesurée. Plus de 300 000 ouvriers y fabriquent à la chaîne l’iPhone d’Apple (1), les téléphones portables Nokia, les consoles de jeu de Sony et les ordinateurs de Dell et Hewlett-Packard.

«Il ne faut pas craindre d’être un dictateur quand c’est pour le bien de tous», lit-on dans un manuel destiné aux contremaîtres. Sur les murs de l’entreprise, on lit: «Le démon est dans le détail», une devise censée inciter à la minutie les ouvriers qui travaillent à la chaîne, où le même geste est répété en moyenne toutes les sept secondes. La plupart des employés qui ont mis fin à leurs jours à l’usine Foxconn de Shenzhen, située à la frontière de Hongkong, ont plongé du haut des dortoirs modernes où ils vivent entassés à dix par chambrée. Quatre filles et six garçons, âgés de 19 à 24 ans. Même les ingénieurs ne sont pas à l’abri. L’un d’eux, Yan Li, est «mort de surmenage», le 26 mai, après avoir travaillé vingt-quatre heures d’affilée, vient d’annoncer sa famille, qui réclame 250 000 yuans (30 000 euros) de dommages à Foxconn. Jeudi dernier, le lendemain du décès de l’ingénieur, un employé s’est taillé les veines, mais a pu être sauvé à temps.

Hier, la situation était jugée suffisamment sérieuse pour que Steve Jobs, le gourou d’Apple, déclare que son groupe «s’attelle au problème», tout en qualifiant l’usine de Foxconn de «chouette».

Quand les commandes affluent, Foxconn embauche jusqu’à 3 000 ouvriers par jour. Presque autant quittent l’entreprise, souvent par épuisement. En moyenne, 10% de la main-d’œuvre est renouvelée tous les mois. Pour être embauché, il faut avoir 18 ans, parfois seulement 16, et être en bonne santé. «Si on ne travaille que les huit heures quotidiennes requises, on ne touche que 900 yuans [108 euros] mensuels, et ce n’est pas assez, explique Yao. C’est pourquoi presque tout le monde fait des heures supplémentaires. Mais la fatigue venant, gare à l’erreur, car les contremaîtres peuvent vous insulter et même vous maltraiter »

Agence France-Presse (Pékin) 01 septembre 2011 

Une travailleuse de l'usine de Foxconn à Shenzen,... (Photo: Archives AFP)  Une travailleuse de l’usine de Foxconn à Shenzen, en Chine, où plusieurs produits Apple sont assemblés, inspecte une carte mère. – Photo: Archives AFP

Des entreprises chinoises fournissant le groupe informatique américain Apple polluent gravement et durablement l’environnement, mettant en péril la santé des habitants autour des usines, dénoncent des ONG après avoir enquêté cinq mois sur le terrain. Le rapport de 46 pages de ces organisations de défense de l’environnement, rendu public mercredi, est intitulé «Bad Apple» (mauvaise pomme). Il accuse, exemples à l’appui, le géant américain de savoir que la fabrication de ses iPad, iPhone et autres produits emblématiques génère un «énorme volume» de déchets toxiques, mais de ne pas agir en conséquence et de se désintéresser de la question.

«Grâce à cinq mois de recherches et d’investigations sur le terrain, nous avons découvert que les rejets polluants de cette société valant 300 milliards de dollars ont augmenté et se sont répandus dans sa chaîne d’approvisionnement», a souligné le rapport.

Plus de 27 «fournisseurs présumés» d’Apple sont responsables d’atteintes plus ou moins graves aux écosystèmes, en profitant des contrôles lacunaires en Chine, devenue l’atelier informatique du monde en raison de sa main-d’oeuvre très bon marché, a accusé le rapport.Interrogé par l’AFP, Apple a admis ne pas rendre public les noms de ses fournisseurs en Chine, sans en expliquer la raison.Le rapport cite par exemple le cas de la société Meiko Electronics, installée à Wuhan (centre), suspectée de fournir Apple en circuits imprimés.

Le lac Nantaizi situé près de l’usine Meiko est «sérieusement contaminé» par des métaux lourds, selon le rapport: l’analyse d’échantillons d’eau prélevés sur place a par exemple mis en évidence un taux de cuivre de 56 à 193 fois plus élevé que dans les autres lacs du bassin du Yangtsé.

Un porte-parole d’Apple, Carolyn Wu, a assuré que la société allait se pencher sur les accusations des ONG.

«Nous exigeons de nos fournisseurs qu’ils offrent des conditions de travail sûres, qu’ils traitent les employés avec dignité et respect et qu’ils suivent des processus de fabrication respectueux de l’environnement», a-t-elle indiqué à l’AFP.

Dans un autre rapport publié en janvier, Apple avait été déjà critiqué pour des défaillances chez ses fournisseurs: le groupe américain était arrivé en dernière place, sur 29 multinationales du secteur technologique, d’une enquête ciblant les risques sanitaires au travail et les problèmes de pollution industrielle en Chine.

A l’attention de tous ceux qui ne veulent pas être pris pour des poires.

 

Publié dans CHINE, ESCLAVAGE DES ENFANTS, LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

LES BOITES FRANÇAISES AU PILORI

Posté par provola le 3 septembre 2011

 LES BOITES FRANÇAISES AU PILORI dans LES BOITES AU PILORISOCIETE GENERALE SPONSOR DE L’EQUIPE DE FRANCE DE RUGBY, ET DES PROPRIETAIRES EN FAILLITE.

Les banques avaient facilité l’accès aux prêts immobiliers des ménages américains pour recruter de nouveaux clients et leur vendre des logements souvent trop chers. L’heure de payer la facture a sonné. L’Agence fédérale de financement du logement (FHFA) a déposé vendredi à New York une plainte pour fraude à l’encontre des banques qu’elle considére comme responsables de la crise des subprimes. Au final, ce sont dix-sept établissements financiers (dix américains et sept étrangers) qui sont visés par cette plainte. Parmi eux, la banque française Société Générale.

 dans LES BOITES AU PILORI 

BULL ET SA MARQUE AMESYS

La société française Amesys, filiale de Bull, est mise en cause pour avoirinstallé son système de surveillance du Web en Libye. Baptisé « Eagle », ce système a permis au régime de Mouammar Kadhafi de lire tous les mails et de pistertoutes les connexions des internautes libyens.Laurent Blanc, délégué syndical CFDT de l’entreprise, a publié sur son siteune mise au point qui montre le malaise qui traverse Amesys depuis les révélations sur certaines de ses activités

Avez-vous été surpris en apprenant que votre entreprise proposait du matériel de surveillance des internautes au régime libyen ?:« Non, je n’ai pas été surpris. Vu le matériel fabriqué chez Amesys, on se doute bien qu’il est vendu là où il y en a besoin. Toutefois, nous n’avons pas le nom des clients finaux quand nous préparons un système »

BOUYGUES, L’AMI DU PRESIDENT

Le temps est à l’orage au-dessus de l’EPR de Flamanville (Manche). Une fois de plus, le chantier du réacteur nucléaire de troisième génération a été épinglé pour des défaillances. Le constructeur ? Bouygues, premier groupe du BTP dans le monde. Cette fois, ce sont des malfaçons dans le gros œuvre qui ont fait l’objet d’une lettre au vitriol adressée par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) à l’opérateur EDF, le 18 juillet, parmi d’autres courriers de réprimande révélés par Le Canard Enchaîné mercredi 31 août. Depuis le début de la mise en chantier, en décembre 2007, du réacteur de Flamanville, les ingénieurs de l’ASN, qui contrôlent le site deux fois par mois, ont relevé plusieurs centaines de failles, consignées dans des comptes-rendus d’inspection.

Les problèmes à répétition ont en effet considérablement ralenti l’avancement des travaux. La mise en service de Flamanville 3, initialement prévue l’an prochain, a ainsi été reportée à 2016, tandis que la facture du chantier a été revue à la hausse, à 6 milliards d’euros, soit près du double des estimations initiales. De la même façon, en Finlande, l’EPR Olkiluoto 3 ne démarrera pas avant 2013, soit avec quatre ans de retard et un budget aussi multiplié par deux.

LACTALIS et sa marque PRESIDENT

En raison de la suppression de 128 postes, la société fromagère de Xertigny dans les Vosges va cesser sa production de fromages en 2012. Trois produits étaient jusqu’alors fabriqués sur le site vosgien: le brie « Roitelet », le « Petit brie Président’, et enfin le Munster « Les Petits amis ».

L’annonce a été dévoilée à l’issue d’un comité d’entreprise qui s’est tenu jeudi 25 août, et au cours duquel la direction de Lactalis – leader français de la production fromagère, - a expliqué les raisons de cette mesure qui supprime 128 des 162 postes du site. « Le marché des pâtes molles est en baisse et nous devons, pour rester compétitifs, recentrer l’ensemble de nos productions sur des sites plus performants« , a indiqué Michel Nallet, responsable de la communication du groupe.

En clair, le site de Xertigny ne serait plus assez rentable, et ce malgré une production qui répond à une demande bien présente. Cette annonce est en tout cas très mal perçue au niveau local, survenant un an après une première vague de suppressions de postes. En effet, déjà en 2010, 42 emplois avaient été supprimés. Un séisme économique pour Xertigny, mais aussi pour les producteurs laitiers vosgiens. Et un coup très dur pour le patrimoine de l’industrie fromagère, avec la condamnation probable d’un munster connu partout en France.

Dans la catégorie des voyoux de haut vol , nos sociétés bien à nous, qui ont pignon sur rue comme dirait l’autre, ne sont pas en reste et ne font pas les choses à moitié; mais si leur force de frappe médiatique leur permet de passer entre les gouttes du mauvais goût, elles ne sauraient sans encombres passer au travers des mailles de la bienséance.  

Publié dans LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

IRÈNE, L’INFO PEAU DE BANANE

Posté par provola le 28 août 2011

                               Le passage de l’ouragan Irène sur les États-unis aura au moins fait une victime, l’information elle-même, sacrifiée sur l’autel de l’indécence. Car pour le reste, cette modeste tempête rétrogradée au rang de giboulée d’août n’aura fait qu’arroser les jardins potagers en manque de fraîcheur. Le 13H de France télévision aura été d’une rare ignominie, comme une farce ratée du 1er avril, il n’y avait rien a montrer que des rues désertes, un arbre couché sur un caddy, une tuile penchée, un journaliste en k-way, qui nous expliquait que l’ouragan était au dessus de sa tête et qu’il pleuvait sans discontinuer depuis 4H.

Quelle malheur, une pluie battante, des magasins déserts, des centaines de milliers d’Américains qui avaient fui une simple averse alors qu’ils avaient débarqué il y a 60 ans pour affronter la foudre nazi.

Derrière le journaliste déguisé en poule mouillée, quelques badauds respiraient un air débarrassée des pots d’échappements au moment où notre chroniqueur voulait à tout prix nous faire croire à l’apocalypse, puis dans un élan de lucidité, se rendant compte que sa sauce avait peu de chance de nous émouvoir, que la blague n’était qu’une peau de banane pourrie sur laquelle plus personne n’avait plus envie de glisser, il expliqua que bien qu’Irène soit plus gentille que prévu, il se pourrait bien qu’elle se renforça encore, comme s’il fallait absolument que le reportage servit à autre chose qu’à boucher un trou de programmation.

Mine de rien, ces journalistes en charge de l’antenne publique montraient là leur incapacité, leur peur de faire autre chose que de la mélasse en culotte courte.

Le pompon aura tout de même été à mettre à l’actif de France Info qui au journal de 20H cette fois nous mit en contact avec le colonel trucmuche dont voici retranscrite l’inoubliable interview : »Colonel, vous vous trouvez à l’hôtel X , donnez nous les dernières nouvelles sur la situation »  » Je me trouve effectivement à l’hôtel X, nous suivons à la lettre les instructions qui sont de ne pas sortir bien qu’il ne pleuve plus actuellement et que le temps soit plutôt clément au moment où je vous parle »

Voilà donc un colonel quelconque de l’armée des branquignoles nous expliquant que pour venir en aide aux ressortissants Français de New-York il se prélassait aux frais de l’Ambassade de France dans un hôtel du centre ville »

Lâchez le micro, bande d’usurpateurs du droit à la parole, vous qui n’avez rien à dire prenez donc un bain de jouvence et d’aventure du coté des vraies informations, gardez-vous du comique de rôle et donnez donc le manche à moins sinistres que vous.

Ma belle-soeur qui se prenait au jeu lâcha tout de même avant le fromage:  » Irène a fait 14 morts, c’est pas beaucoup mais il aurait pu y en avoir plus ! » 

Publié dans LES BOITES AU PILORI, MEDIAS | Pas de Commentaire »

LES ENFANTS SACRIFIÉS

Posté par provola le 18 août 2011

           LES ENFANTS SACRIFIÉS  dans ESCLAVAGE DES ENFANTS       dans LES BOITES AU PILORI       dans MONDE   

 

                           Des traces de radioactivité ont été détectées dans la glande thyroïde d’enfants examinés vivant dans des communes situées à proximité de la centrale de Fukushima, 45% des enfants contrôlés présentent des taux de radioactivité anormaux, ce taux de radioactivité n’étant apparemment pas alarmant. 

«La position officielle du gouvernement est qu’aucun des enfants testés n’a montré des niveaux problématiques de contamination radioactive», a déclaré un fonctionnaire responsable à l’AFP, en souhaitant conserver l’anonymat.

Pourquoi dons se soucier si les autorités nous rassurent si gentiment ?

En Bretagne maintenant, d’après les mesures effectuées ce mardi après-midi par l’Agence régionale de la santé, les algues vertes, qui se sont déposées depuis vendredi dernier sur la plage de la Petite Vallée jusqu’à la pointe de Chemoulin, ne présentent aucun danger. Bertrand Révolte, directeur général de la mairie est confiant : « Au vu des résultats, il n’y a pas de raison de laisser les plages fermées plus longtemps ». Cette partie du littoral nazairien rouvrira dès jeudi. Un nettoyage complet du site sera effectué mercredi « plus par souci de confort pour les usagers que par sécurité sanitaire », explique l’élu.

On voit bien qu’il est impératif de ne pas alarmer la population touristique en ces jours de grand rush. la Ministre de l’écologie NKM elle-même n’avait-elle pas prévenu la semaine dernière de la dangerosité de ces algues vertes ? il semble qu’on se soucie plus en Bretagne du tiroir-caisse des commerçants locaux que de la santé des enfants sur des plages poubelles. 

Soupçonné de travail forcé, Zara, la grande marque de prêt-à-porter est sous haute surveillance au Brésil, 52 Boliviens dont des enfants qui travaillaient au noir dans des conditions insalubres ont été découverts dans les ateliers de la marque espagnole à Americana, à 130 km de Sao Paulo, au mois de mai dernier. Pendant l’enquête du parquet, « des vêtements de la marque Zara ont été confisqués », a souligné le porte-parole, en précisant que le groupe sous-traitait les services de l’entreprise brésilienne Rhodes, qui à son tour « sous-traitait plusieurs ateliers clandestins » de couture. 

« Les Boliviens travaillaient 14 heures par jour en moyenne dans des conditions dégradantes », a-t-il précisé. A l’étage du dessus, se trouvaient les logements des travailleurs où les conditions d’hygiène étaient très précaires. Deux autres ateliers qui confectionnaient des vêtements Zara ont été découverts dans la mégalopole brésilienne.

Plus prêt de nous, un trafic de jeunes enfants existe entre le Nigéria et l’Italie. Chaque année, environ 6000 d’entre eux sont destinés à l’adoption illégale ou à la prostitution dans la botte, le tout représente un chiffre d’affaires de 228 millions de dollars. La banque Western Union qui possède la plus importante part de marché au Nigéria et qui possède un contrat d’exclusivité avec la First Banck of Nigeria est le principal vecteur des transferts de fond et du blanchiment d’argent du trafic d’enfants. 

Cet argent sale est réinvesti à Benin City et alimente la bulle du business immobilier.

 

Publié dans ESCLAVAGE DES ENFANTS, LES BOITES AU PILORI, MONDE | Pas de Commentaire »

TOTAL ACQUIERT SA VIRGINITÉ

Posté par provola le 29 avril 2011

                     Le groupe Total, le leader Français des pétroles, copains des dictatures d’Afrique, se rêvant exploitant des gaz de schistes, qui prend la France pour un paradis fiscal, souhaite se convertir en champion du bronzage. Total se rue dans le solaire pour améliorer son image, son sex-appeal, devenant du coup la petite fée de l’énergie propre, la sirène dorée aux UV durables, la vierge effarouchée des sun lights.

Total a décidé de prendre le contrôle de la société américaine SunPower, constructeur de panneaux solaires. L’idée est de créer un champion mondial de l’énergie solaire, du business durable et rentable, l’idée est de laver moins sale dans l’imaginaire des clients, de se faire de la pub sur le dos des bobos en mal de 4×4 économes, de mettre l’étiquette verte sur ses pompes à essence. L’objectif est de bâtir des fours solaires à tous bouts de champs, de couvrir les toitures des supermarchés de cellules photovoltaïques.

Vendre de l’énergie  propre permet de continuer le saccage, la gabegie énergétique, de continuer la course aux profits, à l’exploration, de creuser toujours plus profond, plus loin, de façon plus périlleuse pour l’équilibre de la planète.

Produire du biocarburant à la place du blé, c’est autant une façon de nourrir l’appétit énergivore de l’économie du gaspillage, qu’une logique de tenter de repousser le tant redouté pic pétrolier.

Vendre du vent sous forme d’énergie éolienne (car nul doute que Total va étendre sa stratégie globale sur toutes les nouvelles formes de production d’énergie , ça permet de baiser à l’abri des contribuables qui pourraient autrement exiger une contribution plus active au développement du pays.  

Vendre du look permet d’augmenter le prix de l’essence, le cours de bourse, les dividendes, de couper l’herbe sous le pied des altermondialistes, d’occuper tout l’espace du développement durable, de profiter à plein des slogans bisounours des bobos au pouvoir.    

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

L’AMERIQUE DEBARQUE SES PIRATES

Posté par provola le 15 février 2011

            En 2001, le groupe chimique américain GRACE rachète la société française PIERI spécialisée dans la chimie de l’industrie du bâtiment et basée à Saillenard (Jura). En 2010, il ne reste que 30 personnes dans une société qui comptait dans ses rangs 150 personnes, 9 ans auparavant. L’usine de Saillenard ( Saône et Loire) est désormais fermée et le centre d’appel est situé à Barcelone.

A l’époque, Grace s’exprime de la manière suivante:

« Grace, tout comme Pieri, s’engage à fournir à l’industrie des produits de qualité et un service à la clientèle hors pair. Ces similitudes dans la philosophie des deux entreprises expliquent en grande partie pourquoi Grace et Pieri formeront une union parfaite », ( mentionnait Robert Bettacchi, président, division des produits chimiques haut niveau.) « Le nom Pieri et ses produits sont largement reconnus dans toute l’Europe. Grace continuera à vendre ces produits sous le nom de Pieri. »

En 2009, le nom PIERI disparait et il ne reste plus que quelques employés de l’époque à n’avoir pas quitté l’entreprise.

En 2005 , la société américaine OWENSCORNING reprend le fabricant français MODULO basé à Forbach (Moselle) et spécialisé dans la pierre artificielle de parement. Trois ans plus tard, une usine est installée en Roumanie, ce qui permet de fermer l’unité française en 2010, avec à la clé le licenciement de 45 personnes.  

Le 21.10.2010, le gouvernement français dépose un recours contre la société américaine MOLEX, (sous-traitant de Peugeot et Renault) qui refuse d’honorer une partie de son plan social dans son usine toulousaine, qui avait vu en 2009 le licenciement de 283 personnes à Villemur-sur-Tarn.

JACOB DELAFON, céramiste sanitaire français mondialement connu (lavabos, cuvettes et bidets) et rachetée par la société américaine Kolher en 2005, ferme en 2009 son usine de Brive ( Corrèze ) en supprimant 150 emplois. Les salariés de l’usine de Dole (Jura) sont pessimistes sur la possibilité de rentabiliser la dernière usine du groupe en France au même niveau que les unités de Pologne et du Maroc.

IDEAL STANDARD, autre marque ancestrale française de céramique sanitaire, appartenant depuis quelques années au groupe américain Bain Capital Partners, vient de fermer le mois dernier trois de ses usines en Europe dont deux en France à Dole (même ville que Jacob Delafon, Jura) et Revin (Ardennes), supprimant 560 emplois dont 311 en France.

Chaque fois, ce système si bien rodé revient à racheter une marque renommée et parfaitement implantée pour gagner facilement des parts de marché, puis à délocaliser la production dans des pays à moindres coûts de main d’oeuvre.

L’Amérique débarque, et emporte tout, laissant à la charge de la collectivité le traitement du chômage.

 

Publié dans ECONOMIE, ETATS-UNIS, LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

NATHALIE MARQUE SON PASSAGE

Posté par provola le 9 février 2011

                             En revenant sur le récent passé de notre ministre des poireaux à fibres et des légumes à régimes bios, Nathalie Kosciusko Morizet, l’on peut noter son passage éclair à l’économie numérique, au moment où son frère Pierre présidait l’association de l’économie numérique (Acsel), lobby des entreprises de ce secteur.

Pierre KM était également PDG ( et fondateur) de Price Minister  l’un des principaux sites de commerce en ligne.

Celui-ci avait été interrogé par Libération à l’époque de la nomination de sa soeur au Ministère, sur un éventuel conflit d’intérêt. Voici sa réponse: « … pour qu’il y ait conflit d’intérêt il faudrait que Nathalie soit actionnaire de Price Minister, ce qui n’est pas le cas, ou bien qu’elle pousse un projet qui soit bon pour Price Minister, ce qui me semble peu probable. » 

La prise de fonction de soeurette au Ministère à l’économie numérique date de janvier 2009, elle restera en poste, avant de revenir à l’écologie, jusqu’en novembre 2010.

Le 17.06.2010, le journal Le Monde titrait:  « Vente de Price Minister, une opportunité exceptionnelle pour Pierre Kosciusko Morizet. A tout juste 33 ans , PKM, co-fondateur et PDG de Price Minister, est multimillionnaire. A 8h50, très exactement sa fortune personnelle a gonflé de 40 millions d’euros au moment où s’est concrétisée la vente de l’intégralité de sa société à un groupe japonais.

Ce jour là, il réagit de la sorte: »Je suis très très content, c’est un bouleversement mais aussi une opportunité exceptionnelle qu’il fallait saisir. »

Il est alors frère cadet de la Secrétaire d’État à la prospective et au développement de l’économie numérique, il souffle comme un léger soupçon de conflit d’intérêts; mais notre actuel Ministre de l’écologie nous dirait sûrement qu’elle ne voit là rien de répréhensible. 

 

Publié dans LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

STEPHANE GUILLON BAT FRANCE INTER

Posté par provola le 28 janvier 2011

                     Souriez braves gens, vous qui vous acquittez sans broncher de la redevance télé, vous allez devoir rembourser le fou qui s’est payé le roi. La radio, marron de tant de tempête dans un verre d’eau et d’une cure  prud’hommale va devoir entamer ses bénéfices pour la modique somme de 212 000 €.

Ne riez pas, c’est vous qui allez devoir mettre la main à la poche. Bien joué Stéphane.

Que ne demande-t-on  à notre grand Ordonnateur d’y aller de sa propre obole ? Après tout l’ordre d’expulsion venait bien de là.

Si vous voulez savoir à quoi tient le licenciement de Guillon par le fait du Prince, relisez l’article : »chronique d’un licenciement politique » à la rubrique les people à poil » ici même, sur ce blog. 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

ON FLINGUE LES MARQUES: AUCHAN

Posté par provola le 19 janvier 2011

                    Arnaud Mulliez, première fortune de France (Les Mulliez, famille fondatrice du groupe Auchan et évadée fiscale notoire, en Belgique), à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’enseigne de distribution:

« En matière de développement durable, chaque hypermarché plantera 50 arbres. »

Avec ça on est sauvés.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

ON FLINGUE LES MARQUES: SANOFI-AVENTIS (4)

Posté par provola le 9 janvier 2011

                      Tout commence le jour de Thanksgiving, le 25 novembre dernier, jour de fête aux USA. Sanofi, notre champion national de la pilule amère a lancé une OPA sur le laboratoire Genzyme et il faut donner des gages aux actionnaires pour leur faire avaliser le rachat du labo américain. La décision est prise, calculs faits, il faut licencier 1700 employés.

Chaque salarié visé reçoit un mail le jour de Thanksgiving qui indique : « Sanofi vous souhaite un joyeux Thanksgiving, nous vous invitons le 2 décembre à appeler un numéro vert à 8h30, qui vous indiquera certaines décisions d’importance vous concernant. »

Environ 1700 employés s’exécutent donc une semaine plus tard et téléphonent au fameux numéro vert, qui répond ainsi:

« Cher salarié de Sanofi, la Direction vous demande de cesser à l’instant votre travail au sein de la société car vous n’en faites plus partie. Nous vous indiquons que vous recevrez votre salaire intégral de ce mois de décembre et que vous devez rendre au plus vite votre véhicule de société, votre mobile et votre ordinateur portable appartenant à Sanofi. »

Sanofi justifie cette attitude par l’obligation de réorganiser au plus vite la filiale américaine suite à l’intégration du laboratoire Genzyme. Les salariés ont avoué avoir reçu le jour de leur embauche chez Sanofi un numéro de code composé de deux lettres et quatre chiffres utilisé en lieu et place de leur nom:

« Nous avions tout de suite compris qu’on nous prenait uniquement pour des numéros et pas pour des êtres humains. »  

Une jeune femme embauchée un an et demi avant son licenciement a reçu une indemnité de treize semaines de salaire. Sur conseil de son supérieur, elle avait vendu son véhicule car la société lui en fournissait une pour son activité professionnelle. Son indemnité va lui servir à essayer de racheter une voiture dont elle aura besoin pour se rendre aux entretiens d’embauche chez d’autres employeurs. Elle avoue avoir perdu le sommeil depuis ce coup de massue.

Son chef lui a indiqué un anti-dépresseur de la gamme Sanofi.   

  

  

Publié dans LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

12
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement