LE GAZ DE SCHISTE EN EAU TROUBLE

Posté par provola le 12 juillet 2013

                       Une nouvelle étude révèle une contamination des puits d’eau potable à proximité de sites de forage de gaz de schiste aux Etats-Unis, ce qui pourrait relancer le débat sur l’impact environnemental de cette technique d’extraction très controversée.

Des chercheurs de l’Université Duke, en Caroline du Nord, ont analysé des échantillons d’eau provenant de 141 puits privés alimentant des maisons réparties dans le bassin de gaz de schiste particulièrement riche de Marcellus, dans le nord-est de la Pennsylvanie et le sud de l’Etat de New York.

Les concentrations en méthane étaient en moyenne six fois supérieures, et celles en éthane 23 fois plus grandes dans l’eau potable des maisons se trouvant à moins d’un kilomètre des sites de forage que dans celles situées au-delà de cette distance.
Les teneurs en méthane dépassaient largement dans la plupart de ces puits les 10 milligrammes par litre d’eau –niveau considéré comme le maximum acceptable par les autorités sanitaires américaines.

Du propane a aussi été détecté dans dix échantillons d’eau de ces puits provenant tous d’habitations se trouvant à moins d’un kilomètre des sites d’extraction.

« Les résultats sur le méthane, l’éthane et le propane ainsi que de nouvelles indications de traces d’isotopes d’hydrocarbone et d’hélium nous conduisent à penser que les forages de gaz de schiste ont affecté les sources d’eau potable des habitations » les plus proches, souligne Robert Jackson, professeur de sciences environnementales à l’Université Duke et principal auteur de ces travaux parus dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS) datés du 24 au 28 juin.

Les données sur la contamination de ces puits avec de l’éthane et du propane « sont nouvelles et difficiles à réfuter », insiste-t-il.
« Il n’y a aucune source biologique d’éthane et de propane dans la région et le bassin de gaz de schiste de Marcellus est riche en ces deux gaz… », note le chercheur.

Publié dans GAZ DE SCHISTES | Pas de Commentaire »

LE GAZ DE SCHISTE PIRE QUE LE CHARBON

Posté par provola le 31 janvier 2013

LE GAZ DE SCHISTE PIRE QUE LE CHARBON  dans GAZ DE SCHISTES dans GAZ DE SCHISTES

L’exploitation des gaz de schiste aux USA, vue de l’espace, les torchères illuminent la nuit autant que les mégalopoles.

                            Le PS qui cherche par tous les moyens à retrouver la croissance perdue va finir par nous sortir du chapeau la vieille lune du gaz de schiste qui aurait le potentiel de relancer une économie basée sur une énergie pas chère, carburant du consumérisme. Comme l’humanité toute entière qui fouillera jusque dans les entrailles de la Terre pour poursuivre la fuite en avant, cette folie qui ne peut que nous mener au désastre. Les USA ont vu dans cette nouvelle illusion la façon de redevenir la première puissance mondiale, les bonnes intentions des Conférences sur le climat peuvent attendre, il y a bien trop d’intérêts en jeu, la planète n’est qu’une variable d’ajustement, l’important, ce sont les bénéfices.

En France, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) a demandé au député PS Christian Bataille et au sénateur UMP Jean-Claude Lenoir un rapport sur « les techniques alternatives à la fracturation hydraulique pour l’exploration et l’exploitation »des gaz de schiste.

Le débat ne cesse de resurgir sur l’opportunité d’exploiter cette source d’énergie. Encore dernièrement, c’est Louis Gallois qui a jeté un pavé dans la mare en écrivant dans son rapport sur la compétitivité que la France ne pouvait faire l’impasse sur les gaz de schiste. Régulièrement, le Medef et les compagnies pétrolières plaident pour le lancement, à tout le moins, d’une expérimentation et pour l’évaluation des ressources potentiellement exploitables.

Quel est le véritable impact pour le climat de l’exploitation du pétrole et du gaz de schiste ?

Le débat est relancé avec la parution d’une nouvelle étude alarmante quant à l’importance des fuites de méthane autour des puits. Des résultats qui interrogent de nouveau le bilan climatique de ces hydrocarbures non conventionnels qui sont en train de transformer le paysage énergétique américain et mondial.

Des chercheurs de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) et de l’université du Colorado ont mesuré, grâce à des équipements au sol ainsi qu’un aéronef, les concentrations de différents polluants dans l’atmosphère, aux abords des puits des champs gaziers et pétroliers du bassin d’Uintah (Utah), raconte la revue britannique Nature, dans son édition du mercredi 3 janvier. Ils ont ensuite déduit, à partir de modèles atmosphériques et des données de rejets des industries, la quantité d’émissions de ces puits.

Selon les résultats préliminaires, présentés en décembre 2012 lors du colloque annuel de l’Union géophysique américaine (AGU) à San Francisco, les puits de gaz de schiste laisseraient fuir 9 % de méthane (CH4), l’un des principaux composants du gaz naturel, pendant leur durée d’exploitation.

Des chiffres très supérieurs à la valeur retenue par l’Agence américaine de l’environnement (EPA), qui parlait de 2,4% pour 2009. « En cause : les fluides utilisés pour fracturer la roche entraînent avec eux, lorsqu’ils sont pompés pour être ramenés vers la surface, des bulles de gaz naturel qui vont se disperser dans l’atmosphère. La remontée du gaz à l’ouverture du puits se traduit en outre pendant quelque temps par une fuite supplémentaire de méthane. Enfin, les gazoducs ne s’avèrent pas totalement étanches.

De quoi remettre en cause l’un des arguments forts en faveur du gaz de schiste, à savoir son impact climatique réputé plus faible que celui du charbon – sa combustion dans les centrales électriques génère presque deux fois moins d’émissions de dioxyde de carbone (CO2), principale cause du réchauffement climatique. En rejettant du méthane, qui possède un coefficient de réchauffement 23 fois supérieur à celui du gaz carbonique, la production de gaz de schiste par fracturation hydraulique pourrait avoir un bilan en gaz à effet de serre équivalent, voire supérieur, à celui du charbon.

Publié dans GAZ DE SCHISTES | Pas de Commentaire »

LE GAZ DE SCHISTE N’EST PAS MORT

Posté par provola le 7 mai 2011

                  On l’avait cru éliminé à jamais de notre territoire, on allait laissé tranquille le plateau du Larzac, on allait laisser Bové se refaire une santé. Nathalie Kosciusko-Morizet notre Ministre de l’écologie  nous avait assuré que les gaz de schistes ne seraient pas exploités, qu’une loi empêcherait même toute exploration.  

En effet la loi votée cette semaine fait bien apparaitre que l’exploration faisant appel à des techniques de fracturation de la roche étaient désormais interdite. Mais si ces techniques particulièrement polluantes et destructrices pour l’environnement sont bannies, rien n’interdit de fait les recherches, par tout autre moyen, des gisements rentables de gaz de schistes.  

Et l’on peut imaginer que si les recherches sont bien engagées, ce n’est bien évidemment pas pour des clopinettes, le but ultime étant à terme de ramener à la surface le précieux gaz.

En fait, si les dirigeants de Total clament haut et fort qu’ils ne souhaitent qu’évaluer les réserves existantes, des estimations du potentiel existent d’ors et déjà, voici un document produit par le US Energy Information Administration qui estime les ressources en gaz de schiste disponible dans le monde entier. On voit clairement sur ce document que des quantitatifs relativement précis circulent déjà représentant environ 40 % de l’ensemble des réserves gazières de la planète.

« The international shale gas resource base is vast. The initial estimate of technically recoverable shale gas resources in the 32 countries examined is 5,760 trillion cubic feet.

Adding the US estimate of the shale gas technically recoverable resources of 862 trillion cubic feet results in a total shale resource base estimate of 6,622 trillion cubic feet for the US and the other 32 countries assessed. To put this shale gas resource estimate in some perspective, world proven reserves of natural gas as of January 1, 2010 are about 6,609 trillion cubic feet, and world technically recoverable gas resources are roughly 16,000 trillion cubic feet, largely excluding shale gas.

Thus, adding the identified shale gas resources to other gas resources increases total world technically recoverable gas resources by over 40 per cent to 22,600 trillion cubic feet. »

 LE GAZ DE SCHISTE N'EST PAS MORT dans ECOLOGIE Shale-resources1

Ce rapport estime clairement que la France pourrait posséder des réserves qui la placerait au dixzième rang mondial, les premiers étant les Etats-unis et la Chine, devant le Mexique et l’Afrique du Sud. La carte ci-dessus montre que la moitié nord de la France et la région sud-est sont probablement assis sur un lingot d’or blanc. On imagine notre belle campagne vue du ciel, ressemblant à une gigantesque taupinière, après cinquante ans d’exploitation à outrance sur la base de ce qui se pratique déjà aujourd’hui aux USA.  

On le voit, l’armada des grands pétroliers est déjà en position prète à l’abordage, aux quatre coins de la planète, l’objectif encore inavoué en France est d’amadouer l’opinion publique, de se débarrasser du moindre scrupule, tout est en place qui vise à l’exploitation de ces gaz jusqu’à la dernière goutte, jusqu’à la moindre tache de sang de notre sous-sol, la machine de guerre est en marche, elle ne sera pas simple à arrêter.  

Publié dans ECOLOGIE, GAZ DE SCHISTES | Pas de Commentaire »

GAZ DE SCHISTES: L’EAU QUI BRULE

Posté par provola le 28 février 2011

                     Pour commencer à y comprendre quelque chose sur les gaz de schistes; prenez le temps, je vous assure que ça vaut le coup, il serait intéressant de retrouver le soldat disparu Borloo qui a attribué les premiers permis d’exploration en France pour lui proposer de boire cette eau, contaminée aux adjuvants, ou plutôt cette espèce de vodka qui ne brûle pas seulement l’estomac. A la vôtre:

http://www.dailymotion.com/video/xg7g0q_danger-gaz-de-schiste-1-7-doc-choc_webcam

Publié dans ECOLOGIE, GAZ DE SCHISTES | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement