ATHENES VEND TOUT

Posté par provola le 4 juin 2010

Avant de mettre l’Acropole aux enchères ?

Dans le but de rassurer les investisseurs, la Grèce a décidé de vendre les bijoux de famille, poste, distribution d’eau d’Athènes et Salonique, la filiale transport du groupe ferroviaire d’état, tout ceci devrait rapporter 3 milliards d’euros. Effectivement, les détenteurs de bons du trésor grec auront réussi à délester Athènes d’une bonne partie de ses réserves, Moscou n’avait pas procédé autrement qui avait distribué à des oligarques devenus milliardaires les richesses de la Russie lors de la disparition de l’union soviétique. La vague de réduction des déficits se propage en Europe comme un tsunami libéral.

L’Etat secours, l’Etat recours de l’année dernière a fait place à l’Etat trop cher, alors on vend, ce que l’Etat a de rentable pour ne lui laisser que ce qui ne vaut rien, évidemment, cela va augmenter les problèmes au lieu de les résoudre. Mais il faut rassurer les marchés ici et maintenant, demain est un autre jour pour l’actionnaire, le profit , c’est aujourd’hui.  

N’entend t-on pas à tout bout de champ que l’état ne doit plus rien garder et que le privé est le gage d’une meilleure  efficacité industrielle ? Ne dit -on pas que seul le privé peut améliorer la rentabilité, le retour sur investissements ? On entend beaucoup moins qu’il est facile de rentabiliser le réseau d’eau d’Athènes, un peu moins celui de l’île de Santorin.

Effectivement la Grèce va aller mieux, enfin ses créanciers, banques internationales, armuriers allemands et français, elle va réduire le poids de sa dette en abaissant momentanément les intérêts de cette dette. Va-t-elle retrouver un tissu industriel qui lui a toujours fait défaut pour autant ? Bien sûr que non, sauf que lorsque la pression des spéculateurs se portera à nouveau sur le pays, elle n’aura plus rien à vendre que les larmes de millions de grugés.

Quelques milliardaires ou autres multinationales auront repris les quelques activités rentables de cette braderie imposée par Bruxelles, le défilé des limousines allemandes apparaîtra comme le seul avantage tangible de cette vente forcée.   

Publié dans EUROPE, GRECE | 1 Commentaire »

LE PAPE ANNONCE L’AUSTERITE

Posté par provola le 13 mai 2010

Profitant du passage à succès du pape, le premier ministre portugais Socrates annonce le coup de bambou imposé par Bruxelles à un peuple en prière à Fatima. On rase gratis, on cisaille les salaires des fonctionnaires, on ne construit plus le nouvel aéroport de Lisbonne, le nouveau pont sur le Tage, le TGV Lisbonne Madrid, on augmente la TVA.

Le chômage étant déjà au plus haut, on peut considérer que les jeunes n’auront plus que le choix de repartir comme leurs parents au nord de l’Europe pour tacher de boucler les fins de mois. Sauf qu’ici plus personne ne les attend.

Il reste aux Portugais la possibilité de se retrouver sur le marché du travail… au Mozambique ou en Angola.      

Publié dans EUROPE | 1 Commentaire »

VAINCRE LA CRISE

Posté par provola le 13 mai 2010

Quelques petites nouvelles de notre îlot de bonheur, notre rocher au grand coeur ou’ se tient le forum des capitaines de yachts de luxe:

« Posséder pour plus de 50 millions de dollars d’actifs, détenir huit voitures au moins, trois, ou quatre maisons. Si votre pedigree contient ces éléments essentiels, vous pouvez prétendre à faire partie du luxe le plus élevé, ce que les spécialistes nomment le strato-luxe. Sachant que, le mieux étant l’ennemi du moins, votre adoubement sera facilité par les clés d’un jet ou d’un yacht. Sur ce point, la sélection est toutefois légèrement plus souple puisque seuls trois sur quatre de ces élites du pouvoir d’achat possèdent l’un ou l’autre, voire les deux.

Ils seraient un millier, dans le monde, à pouvoir avancer une fortune de milliardaires, en dollars, suivis d’environ 10 000 ultra-riches qui utilisent un minimum de trois chiffres pour évaluer leurs millions, et 80 000 dépassant 50 millions de biens. Situés en léger retrait, les estimations parlent de plus de dix millions de millionnaires dans le monde, caractérisés par de très, très, grandes ambitions de… passer à l’étage supérieur. Les choses changent. La carte d’identité du riche n’est plus figée et ses attentes ont évolué.

C’est ce qu’est venue expliquer Tine A. Willumsen, invitée du dernier Forum des capitaines organisé par le prestigieux Yacht-club de Monaco, dernièrement, au port Hercule.

Spécialiste du positionnement des très grandes marques, couture, montres, auto, et de leur clientèle au pouvoir d’achat astronomique, la jeune femme a présenté les dernières tendances en matière de chic. Une sorte de successions d’instantanés pour éclairer une assistance composée de capitaines de super-yachts ou de responsables clientèles de sociétés consacrées aux plaisirs les plus fous de ce monde d’happy few.

La crise change la demande

« Les temps changent. Certains clients commencent à se poser des questions. On voit poindre un état d’esprit selon lequel il est important de rendre quelque chose à la société. Le luxe du futur, ce sera de se sentir humain mais au niveau ultime. Avec la crise, la liste Forbes des fortunes a perdu 25 % de sa valeur absolue en patrimoine. On note un comportement plus sociétal, notamment au Royaume-Uni, dans cette population à ultra-haut pouvoir d’achat. Désormais, on se soucie de l’état du monde. Il est significatif que de grandes fortunes se soient engagées dans l’éradication de la pauvreté, de la maladie ou du sida dans les pays du tiers-monde.

Les riches continuent malgré tout de dépenser pour leurs loisirs. Mais de façon plus discrète. Ce qu’ils cherchent désormais, c’est l’éco-chic : les gens veulent contribuer à sauver la nature. Ils veulent vivre des aventures ou des vacances qui ont un sens. »

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

EURO COULEUR SANG (GRECE 4)

Posté par provola le 5 mai 2010

Évidemment, ça ne pouvait finir que comme ça. En fait ça commence, car tous les économistes libéraux du monde ne pourront pas obliger une grenouille écrasée par un 4X4 à avaler un boeuf déguisé en hamburger. Désormais, n’oublions pas que notre chère (dans le sens de hors de prix) pièce unique mais pas commune est coupable d ‘attentat à la vie humaine, en d’autres termes alourdie de terrorisme monétaire; vous ne pourrez plus payer votre pain sans vous dire que cette pièce aux deux métaux est une arme de destruction massive.

La Grèce paie une monnaie qui n’est pas la sienne, une monnaie qui a plié son sort, car on ne vend pas de l’huile d’olive comme on vend une BMW, une monnaie qui a détruit son tourisme car les touristes ont trouvé une tourista moins chère du coté d’Hammamet ou de Marrakech, une Acropole de pacotille du coté des îles aux patés de sable. 

La Grèce a disparu avec son Drachme, on a voulu lui refiler un Deutsche Mark qui ne dit pas son nom, mais les poches du coté de la péninsule des philosophies sont trop frivoles pour se laisser grever par une doctrine venue d’ailleurs.

En attendant d’autres drachmes, drames et autres pierres tombales, nul doute que l’espoir reste le retour plus ou moins imminent vers une logique de dévaluation tranquille après un retour aux valeurs traditionnelles. 

Publié dans EUROPE, GRECE | Pas de Commentaire »

LA SUISSE ENLEVE SA BURQA

Posté par provola le 4 mai 2010

Suivant les exemples belge et français, la Confédération Helvétique veut interdire le voile intégral sur les trafics illicites et le visage caché des exilés fiscaux, les importateurs de devises sont ici les bienvenus, nul besoin à Genève de raser les murs, d’empaqueter la mallette diplomatique, les temps sont au respect de l’intimité, les lunettes de soleil suffisent à maintenir l’anonymat.  

Publié dans EUROPE, SUISSE | Pas de Commentaire »

CHRONIQUE D’UNE IMPLOSION ANNONCEE (GRECE 3)

Posté par provola le 4 mai 2010

Tout est logique, l’Europe est un assemblage de présentoirs brinquebalants, une organisation de vendeurs, une boutique de contrefaçons politiques, un mensonge historique. On a mis en place des échafaudages, des barrières, des fanions, des hauts-parleurs, on a affiché les prix en euro, on a parié sur le fait que les citoyens se comporteraient en chèvres consommatrices, soumises à une traite quotidienne.

L’Europe est une idée sans âme, une espèce de bouquin sans vie, une peinture dont on a cru qu’elle se mettrait à ressembler à quelque-chose à force d’y rajouter des couleurs. L’Europe n’est rien qu’une ambition cupide, une désespérante errance, sans but que la recherche du profit maximum pour quelques-uns. 

Les banques européennes ne veulent pas laisser à leurs congénères américaines , japonaises ou chinoises le monopole de la spéculation sur l’écroulement de l’euro, il y a du beurre à se faire sur la monnaie unique et nos établissements nationaux de crédit ne vont pas se gêner, ça serait appauvrir l’Europe, ou l’idée qu’elles s’en font et renforcer outre mesure nos adversaires sur les marchés internationaux. L’idée revient à avouer qu’il est plus juteux d’éliminer soi-même les vieux et les mal portants qui ne sont plus des consommateurs en puissance que de vouloir les faire soigner par des ennemis.  

Les industries de l’armement allemande et française qui tirent les bénéfices du conflit latent entre Turquie et Grèce sont les grandes gagnantes d’une absurde guerre larvée entre deux partenaires objectifs. La Grèce s’endette pour acheter des armes qui ne lui servent à rien, comme elle n’a aucun sou, on lui prête de l’argent avec intérêts pour qu’elle continue néanmoins à assurer des commandes d’avions de chasse, de canons et de missiles. 

L’assemblée de Bruxelles est un conglomérat de Rachidas Datis en disgrâce qui n’ont que le déshonneur de ne pas perdre les avantages en nature de l’ignorance lointaine, à l’abri des opinions et des regards indiscrets. Un député allemand a préconisé qu’on y place des footballeurs connus et des personnalités du showbizz pour augmenter la participation des citoyens aux urnes.

Fermez le ban, une utopie a vécu, celle des grands anciens qui y avaient vu le tableau noir sur lequel on pouvait y effacer les souvenirs de la guerre, celui ou’ par manque de craie crédible est désormais consommé le vide sidéral du sentiment continental. 

Publié dans EUROPE, GRECE | Pas de Commentaire »

LES RAPACES ET LA CARCASSE (GRECE 2)

Posté par provola le 3 mai 2010

Les pays de la zone euro sont prêts à prêter à la Grèce, ils vont y gagner, ils vont sauver leurs banques qui sont engagées auprès d’un état autrement insolvable.

L’Allemagne va prêter et c’est elle qui va gagner le plus, ce qui va lui permettre de rembourser une partie de sa propre dette sur le dos de la Grèce. Comme les autres ont convenu du fait que c’était un bon système d’entre-aide, ils vont supporter le frère grec à hauteur d’une cote-part de leur propre dette. La France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, endettés jusqu’au cou, sont mis à contribution, dans ce nouveau jeu à qui perd gagne. Comme l’on est sûr de retrouver sa mise à tous les coups, la bande des quatre du club Méditerranée a compris qu’il fallait miser gros, même à devoir s’endetter au delà d’un raisonnable qui devient supportable et en définitive, gagnant.  

C’est bien ce que fait la Chine en rachetant à tour de bras des dollars américains qui en réalité ne valent plus rien depuis longtemps, pour permettre aux EUA de continuer à s’endetter pour continuer à faire tourner les usines du soleil levant. 

La logique économique libérale est le contraire de la poursuite du bien des hommes, elle est plutôt un moyen subtil qu’ont trouvé les riches pour acculer les pauvres à la survie, à la subsistence programmée, seule façon inexorable d’assurer leur propre perpétuel enrichissement. 

Publié dans EUROPE, GRECE | Pas de Commentaire »

L’EUROPE A 26 (GRECE 1)

Posté par provola le 2 mai 2010

J’aurais souhaité un retour aux affaires plus serein, me permettant de vous remercier pour  votre fidélité à Croissan…blabla.

La marée noire submerge pourtant l’Europe et la Grèce qui coule à pic au large de la Floride, à moins que ce ne soit le contraire, m’obligent à remettre le bleu de chauffe d’une toute autre manière. Nous assistons à un double désastre, la première économie du monde qui ne sait réparer ses robinets et la première illusion du monde qui a enlevé sa Burqa. Comme le naufrage d’un peuple m’apparaît prioritaire à moins que ce ne soit un meurtre programmé, je laisse au lendemain la balade aux massacres des poissons.  

La Grèce est la pointe immergée de l’iceberg de notre économie, on voudrait faire croire que les 600 euros du salaire moyen des Grecs est un poids insupportable pour la première économie de la planète, que le retraité du Péloponèse met en péril l’équilibre financier de la banque de Francfort, que le pêcheur du Pirée est un évadé fiscal au même titre que les Bonnie and Clyde du Casino de Monaco, que les apnéistes de Corfou sont des chercheurs d’or. Alors les relents du passé ont décidé de couper le tuyau du tuba, la corde de l’amarrage communautaire, la chaîne de la solidarité continentale, les envahisseurs planqués sous les atours de la rigueur comptable ont trouvé qu’il était temps de déchirer le passeport européen.

On va prêter à Athènes, en fait on ne va pas prêtrer, on va enfoncer le clou, on va gagner sur la misère au sable chaud, on va profiter du gouffre, on va spéculer sur la chute de l’Acropole et en plus on fait croire à tout le monde que les usuriers sont des sauveurs, comme si des frères pouvaient s’enrichir sur le dos du petit dernier, comme une famille qui tourne à l’envers.    

Publié dans EUROPE, GRECE | Pas de Commentaire »

FRANTALIE, SOMMET DE DUPES

Posté par provola le 9 avril 2010

Berlusconi et Sarkozy n’ont rien à se dire mais leur calendrier leur indique qu’ils doivent se rencontrer et se raconter une fois par an. Carla déteste le premier italien car il est un roturier, un arriviste milanais alors qu’elle est une aristocrate piémontaise.

Alors ils discutent, de nucléaire, ils signent un accord pour Areva et Finmeccanica pour relancer le programme nucléaire en Italie alors que le peuple italien a voté après Tchernobil pour l’arrêt du nucléaire dans la péninsule. Berlusconi fait croire qu’il va relancer le programme mais il ne sait ou’ les centrales vont être construites, ni comment faire passer la pilule au moment ou’ les écolos italiens ne veulent déjà pas du TGV Lyon-Turin. De plus les accords de coopération entre Areva et son homologue ont toutes chances d’être retoquées par Bruxelles pour entrave ou détournement de concurrence.

Alors ils discutent , de TGV, d’une paix des trains pour que les trains italiens commandés en France fassent concurrence sans leur faire de mal, aux trains italiens, qui eux-mêmes pourront faire baisser les tarifs de la SNCF en France, en même temps qu’ils continueront de dérailler en Italie.

Alors ils discutent d’une brigade alpine, une unité militaire commune destinée à oeuvrer sur les théâtres d’opérations montagneux, dans le Cantal, à Font Romeu, à Cortina ou à Katmandou. On ne sait plus quoi faire des chasseurs alpins quand les chasseurs bombardiers s’écrasent en entraînement alors on crée une brigade qui ne mange pas de pain et qui saura traire les vaches d’altitude.

Alors ils discutent d’un programme d’armement qui concerne les pétrolliers ravitailleurs pour la marine, autant dire qu’ils taillent le bout de gras sur du vent.

Ah oui, le sommet a également été l’occasion de souligner la grande unité de vue des deux pays sur les questions internationales, autrement dit le fait qu’ ils n’ont pas idée de se faire la guerre d’ici le prochain sommet.

D’autant qu’ils ont la même approche concernant les flux d’immigration clandestine. Enfin presque. La France refoule les clandestins que l’ Italie n’a pas su arrêter. Qu’on ne s’y trompe pas,, l’Italie a besoin des immigrés pour faire tourner les usines et payer les retraites car sa population vieillit à la vitesse d’un canon rouillé, ainsi malgré les annonces restrictives, quelques centaines de milliers de clandestins sont annuellement légalisés sous couvert d’attitude humanitaire.

Mais de tout cela il ne faut pas parler officiellement, le Champagne  pourrait se transformer en Asti spumante.

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

PILLAGE D’OR NOIR

Posté par provola le 16 mars 2010

La Suisse se sent pousser des bio-carburants dans les veines, mais les pentes du fendant n’ont pas la fibre OGM. Aussi la révolution verte devient un exode colonial, une invasion chic, parmi les banques de la Sierra Leone. Nous sommes en Afrique de l’ouest ou’ les 17 000 habitants ont vu débarquer la colonie de fourmis rouges à la croix blanche.

L’idée  d’ Addax Bioénergy un nom bien ronflant et le concours de la reine des vaches dans les gènes, c’est de cultiver la canne à sucre en plein centre de la savane. Sur 10 000 hectares devenus énième canton de la confédération seront tirées 100 000 Tonnes de bioéthanol chaque année, exportées ensuite vers la communauté européenne ou’ des cons comme nous versent des subventions pour foutre du vert dans le réservoir,  pour faire écolo.

Dans cette zone misérable qui va le rester survivent 17000 paysans. La promesse des Helvètes est de 4 000 emplois créés sur place, la concession porte sur 50 ans. Cela fait au moins 4 000 personnes qui ne demanderont pas un passeport suisse. 

Les villageois propriétaires seront indemnisés au tarif de 12 dollars par hectare et par an, même au cours du franc suisse ça ne permet pas d’acheter une réserve de tablettes de chocolat.  

Le salaire est de 5 dollars par jour pour les employés de la plantation, les salaires resteront fixes sur la durée de 50 ans, leur augmentation réduirait la rentabilité du système, en attendant ça permet de voir venir l’augmentation du niveau du lac de Genève.

Publié dans AFRIQUE, EUROPE | Pas de Commentaire »

CHACUN POUR SOI ET TOUS POUR L’ALLEMAGNE.

Posté par provola le 6 mars 2010

Chacun pour soi et les petits pour les gros. 

La Grèce ne veut rien demander à l’Allemagne, l’Allemagne de toutes façons ne veut rien donner,l’Islande refuse de rembourser ses dettes, mais espère entrer malgré tout dans la communauté européenne, le chacun pour soi est une marque de fabrique désormais bien établie sur le continent. L’idée européenne basée sur une convergence de vues, une solidarité, un esprit commun, une construction collégiale, tout ce bric à brac a vécu.  

La Turquie veut rentrer sans ses Arméniens qui sont des Turcs de deuxième zone , les Roms sont des européens de troizième catégorie en étant refoulés du dedans.

L’Europe est un système de convergence pour les banques, les trusts, les marchands, les apeurés du fisc, les croupiers du tirage au sort continental, les assurances privées, la grande distribution, la finance, la bourse, tout l’arsenal déployé par les grands pays pour lancer une OPA sur les petits. 

L’Europe est une piste d’aéroport pour l’armée américaine (Açores, Aviano etc.), une partie de l’Otan.

L’Europe est une monnaie trop chère, calquée sur le Mark. Avec cette devise, les Allemands se sont sentis deux fois plus riches et les autres dix fois plus pauvres.

L’Europe fut une belle idée, cette idée est restée dans les cartons, la trappe spéculative, la loi de la jungle régulée en directives, l’invasion des barbares déguisés en monopoles bien sous tous rapports, les prêteurs de taux impossibles, rentiers d’usure, le spectacle est d’une désolation totale. Une parodie de démocratie, tout fonctionne sans que le public n’ait le moindre  droit de regard sur l’ordre des lobbies et des multinationales.

Quatre présidents,( commission, eurogroupe, conseil, présidence tournante) aucune idée phare que la fuite en avant libérale, un parlement placardé, une banque allemande qui ne sait que « Trichet », c’est à dire limiter une inflation qui culmine à 0,5%. La libre concurrence érigée en monopole. La concurrence des taxes plus que l’harmonie fiscale. Des paradis fiscaux tout autour comme des tours d’ivoire des inégalités, des murs de honte contre vents de pauvreté et marées d’immigrants.

Le visage enfariné du Cavaliere de la magouille politique comme une télé réalité trop vraie, une caste élyséenne comme une cour des miracles royaux, une Rhénanie retraitée mais pas assez pour passer la main à un désert de naissances et de convivialité, une Albion plus dehors que dedans, une Suisse dedans mais en dehors des barbelés d’indifférence. Un sud qui n’aime que les voitures du nord et un nord qui n’aime que les plages du sud, l’Europe est une guerre larvée des églises qui ferment et des mosquées qui ouvrent. L’Europe est une banque de riches qui s’enrichit sur le dos d’une bande de pauvres. 

L’Europe fagocitée par la mondialisation, façonnée aux sauces dérégulées, cette Europe là est à refaire en désaisissant les droites et les socialos collabos d’un fardot trop lourd pour des épaules bodybuildées, d’un dossier qu’ils sont incapables de traiter.  

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

L’ALLEMAGNE RACHETE L’ACROPOLE

Posté par provola le 3 mars 2010

La Grèce est contrainte d’hypothéquer son patrimoine pour éviter de vendre son âme. 

L’Europe dirigée par l’Allemagne rétrécit la Grèce pour sauver l’Euro. Les Grecs ont à peine voté pour un gouvernement de gauche qui est pourtant contraint par l’Europe de faire la pire des politiques de rigueur, de coupe drastique des dépenses publiques. Ils se voient affublés de tous les noms, celui de bande de cochons (la Grèce fait partie de PIGS, Portugal, Irlande, Grèce, Espagne, les cochons de l’Europe), des pays cigales que les fourmis du nord ont nommé d’un air condescendant en leur attribuant un sobriquet en rapport avec la légèreté de leur situation financière.  

La Grèce est en apparence le pays le plus dispendieux d’Europe, avec un déficit des comptes publics de plus de 12%, la spéculation  financière a trouvé dans ce ventre mou du continent un angle d’attaque contre la monnaie commune.

La seule riposte de Bruxelles est de couper l’herbe sous les pieds de l’Acropole pour décourager les assaillants de l’Euro. L’Europe, n’est plus une protection, un bastion de la solidarité pour les pays les moins fortunés, mais plutôt une bonne rente de situation pour les plus riches qui ne seront plus, dans quelques temps pas si lointains, représentés que par l’Allemagne.

En fait la Grèce n’est que la main d’un bras en risque de pourrissement, pour éviter de couper tout le bras, on coupe la main. Car les autres  états membres ne respectent pas plus les paramètres de Bruxelles qui fixent à 3% le déficit maximum des comptes publics.   

L’Espagne est malade, le Portugal, la France, la Grande Bretagne, la Belgique, tout le monde est malade, tous ? Non car l’Allemagne s’en sort mieux, grâce à ses exportations. A qui exporte-t-elle ? A ses clients européens qui s’endettent pour lui acheter, mais comme se sont de bons clients, ils se laissent taper dessus car sinon ils n’auront plus droit de continuer à acheter des babioles allemandes, qu’on les obligera de toute façon de continuer à acheter. 

D’ autres pays d’Europe que la Grèce s’endettent pour acheter des marchandises allemandes, se sont ces pays qu’on corrigent et qu’on dénoncent mais qu’on ne peut pas traiter comme les Grecs, qui ne font peur à personne.

Allez donc dire aux Espagnols, aux Italiens ou aux Français, d’aller se faire voir chez les Grecs. Empêchez les pays qui ont perdu toute capacité industrielle, dont on a voulu faire des lunaparks à retraités, empêchez les donc de se saigner pour acheter des belles bagnoles allemandes, les déficits s’en trouveront réduits mais ça empêchera l’Allemagne de se pavaner tel un juge des bons points de la finance européenne.  

Le comble, c’est qu’on a demandé aux gouvernements européens, le gouvernement grec ne fait pas exception, de financer le sauvetage des banques privées et la relance de l’économie privée par des déficits publics et que l’on reproche maintenant à ces mêmes gouvernements de présenter des budgets en déséquilibre. Tout cela ressemble à un vaste transfert frauduleux qui n’est qu’un pillage du denier public par les lobbies privés, tout cela n’est plus de l’équilibre communautaire mais de l’équilibrisme libéral.  

Publié dans ECONOMIE, EUROPE | Pas de Commentaire »

LA GAZETTE DU NUCLEAIRE 2

Posté par provola le 23 février 2010

Nos voisins allemands sont aussi propres que nous et au moins aussi prévoyants. En matière nucléaire, la technologie d’outre-Rhin fait merveille, le stockage des déchets prévu pour durer quelques millénaires commence au bout de trente ans à donner d’inquiétants signes de faiblesse, voici quelques substances radioactives piégées dans la presse:

« Les autorités de surveillance du nucléaire recommandent l’évacuation rapide des 126 000 barils de déchets emmagasinés depuis 1967 dans une mine de sel de Basse-Saxe rongée par les infiltrations  En inaugurant le stockage des déchets nucléaires dans une mine de sel il y a quarante ans, l’Allemagne était à la pointe de la technique. Quarante plus tard, elle l’est toujours en préparant son évacuation.  Les autorités fédérales de surveillance des rayonnements et déchets nucléaires (BFS) ont remis en effet le 15 janvier leur expertise recommandant le déstockage des 126 000 barils de déchets nucléaires entreposés entre 1967 et 1979 dans la mine de sel d’Asse II, en Basse-Saxe, dans la région de Brunswick, dont 1 300 fûts de déchets de moyenne activité, contenant environ 11 kg de plutonium de l’usine de traitement de combustible usé de Karlsruhe. Depuis des décennies, 12 m3 d’eau, soit 12 000 litres, ruissellent en moyenne, chaque jour, sur les parois de la mine de sel. La montagne exerçant une pression gigantesque sur les galeries de sel, 32 points d’infiltration supplémentaires ont été recensés depuis 1988. Certaines galeries s’effondrent, des barils, encastrés dans le sel, ont été endommagés sans que l’on sache précisément lesquels, contaminant la saumure. Au-delà de 2020, la mine ne sera plus exploitable. «Asse est à peu près aussi trouée qu’un morceau de gruyère suisse »
L’expertise de la BFS confirme ce que les écologistes assurent depuis belle lurette dans la région. «Asse est à peu près aussi trouée qu’un morceau de gruyère suisse », selon Sigmar Gabriel, président du SPD, ancien ministre de l’environnement et natif de Brunswick. La saumure qui ruisselle vers le fond de la mine peut être radioactive dans des proportions qui dépassent jusqu’à dix fois la norme. Recueillie dans une « piscine » à plus de 500 mètres de profondeur, elle est évacuée vers la surface. Mais les infiltrations régulières pourraient provoquer une inondation qui serait fatale. Une vraie « catastrophe nucléaire ». La nappe phréatique contaminée rendrait la région voisine inhabitable. « Ce n’est plus qu’une question de temps », selon les écologistes.  Les autorités se renvoient la balle des responsabilités. Le bureau des mines du Land à Clausthal-Zellerfeld, au courant du danger, n’aurait pas jugé utile de sonner l’alarme au ministère de l’environnement, qui aurait peu tenu compte de ses observations. Bétonnée, la mine serait une bombe à retardement
Le centre Helmholtz de Munich, chargé de l’exploitation d’Asse II, prétend avoir informé le bureau des mines et préparé la fermeture de l’exploitation. Les spécialistes de l’atome et des déchets seraient « tombés de haut » en découvrant l’étendue du désastre, assure un professeur de l’université technique régionale de Clausthal. L’opinion publique n’a rien su ou presque pendant trente ans.
 
Si l’évacuation est décidée – et « le temps presse », souligne la BFS -, le chantier durerait une dizaine d’années et coûterait 2,5 milliards d’euros, payés pour l’essentiel par le contribuable. Ce sera la méthode la plus coûteuse et la plus délicate pour sécuriser Asse II. « Techniquement, c’est un sacré défi, il faudra déplacer des fûts dont le contenu et l’état sont inconnus », note Thorben Becker, expert du Bund (Fédération allemande de la protection de la nature et de l’environnement). Il faudra en extraire de galeries qui ont été comblées par le sel. Avec les risques de contamination auxquels seront exposés les ouvriers.  D’autres solutions, telles que le comblement total de la mine, seraient évidemment plus rapides et moins coûteuses. Mais ce serait un pis-aller. « Cela ne marcherait que si Asse II était stable, ce qui est pratiquement exclu », explique l’expert. Bétonnée, la mine serait une bombe à retardement. Extraits d’Asse II, les 126 000 barils devraient être transportés à la mine de fer de Konrad, toute proche. Mais celle-ci n’est pas, pour l’instant, prévue pour cet usage. Et la résistance des écologistes et de la population de la région n’en est qu’à ses débuts. » 
Michel VERRIER
La Croix.com
 

Publié dans ECOLOGIE, EUROPE | Pas de Commentaire »

LA DECOUVERTE SUISSE

Posté par provola le 19 février 2010

Profitant du marasme économique généralisé, le furoncle de l’Europe vient de publier ses comptes pour l’année 2009 et loin d’être marquée au fer rouge par la crise, la Confédération affiche un excédent budgétaire trois fois supérieur aux attentes des économistes.

En fait notre voisin profite de la crise plus qu’il ne la subit, la Suisse n’exporte rien que le secret, mais les devises qui trouvent ici un climat propice affluent en masse comme attirées par je ne sais quel aimant.

Etre payé pour ne rien vendre, c’est la quadrature du cercle, la courbure de l’univers, la Suisse aurait-elle enfin découvert dans les couches géologiques alpines, les traces de la pierre philosophale, le graal de la richesse éternelle ? 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, EUROPE | Pas de Commentaire »

BIDONVILLES DE PARIS 2010

Posté par provola le 15 février 2010

2010, trente ans après la video qui précède, ce ne sont plus des Portugais mais des Rohms, la qualité de l’acceuil s’est améliorée, le Président n’est plus le même mais la cour de l’Elysée n’a pas changé: 

http://www.dailymotion.com/video/x7vnu4_reportage-bidonvilles-paris-12-07-2_news

Publié dans EUROPE, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

LES SIX PRESIDENTS SOUTIENNENT LA GRECE

Posté par provola le 14 février 2010

Jean Claude Trichet, Président de la banque centrale européenne, annonce: « La Grèce doit renforcer la vérification de ses chiffres! », ce qui ne veut rien dire.  Ce qui veut dire: »On va devoir vérifier l’addition. »

« La Grèce doit être prête à faire tout ce qui est nécessaire, y compris à prendre des mesures complémentaires » a renchéri José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne, chef de la langue de bois. En langage clair: « Il faut que la Grèce fasse plus que le nécessaire pour ne pas réussir à faire moins bien.

« Le gouvernement grec n’a demandé aucun soutien financier » a indiqué Von Rompuy, Président de l’Union européenne, qui n’ a pas encore eu le temps d’étudier ses dossiers.

« Il faut aider la Grèce bien sûr » a ajouté José Luis Zapatero, Président du Conseil européen, parole, parole. Sous-entendu: « Putain, il faut aider la Grèce sinon, c’est l’Espagne qui est attaquée par la spéculation. »

« La Grèce est une erreur de négligence rare moyennement grave » a complété Jean Paul Junker, Président de l’Eurogroupe; en Français luxembourgeois. En Français normal, ça donne:  » la rare moyenne de l’erreur est une négligeance grave. »

« Il y a des règles et ces règles doivent être respectées » a tranché Angela Merkel, Chancelière du pays qui au bout du compte va devoir payer l’addition. Si l’Allemagne ne sauve pas ses clients, elle ne pourra plus exporter, autant faire ce que fait la Chine avec les Etats-unis.  

L’Europe parle donc d’une seule voix en disant à chaque fois une chose différente qui veut dire la même chose. On se souvient de la boutade de l’ancien Secrétaire d’Etat américain Henri Kissinger qui s’amusait de la construction européenne:  « L’Europe, quel numéro de téléphone ? »

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, EUROPE | Pas de Commentaire »

EUROPAMA

Posté par provola le 5 février 2010

L’Europama est l’Europe qui compte pour du beurre, qui sert à Obama à ne pas s’enliser tout seul en Afghanistan, et les petits fours durant ses escales pour la Chine, l’Europama est un fiasco en roue libre, une routine qu’on peut tordre comme du chiffon sale.

Obama décide de snober la réunion annuelle Europe Etats-Unis qui doit se tenir à Madrid, capitale temporaire et l’on découvre que le Traité de Lisbonne n’a surtout pas assuré à cette organisation brinquebalante, sa crédibilité.

Une réunion qui servira de préparation à la réunion de 2011.

Obama se fout de l’Europe, il se fout de 400 millions de couillons qui avaient mis en Lisbonne leurs dernières économies et leurs dernières idées, ce qui revient au même.

Obama est un grand Président car il nous met le doigt là ou’ ça fait mal.      

Publié dans AMERIQUE, EUROPE | Pas de Commentaire »

J’ACCUSE

Posté par provola le 1 février 2010

J’accuse les grands pays de l’Europe du nord d’avoir voulu faire une OPA sur les dits petits pays. L’exemple du Portugal est à ce propos symptomatique.

L’entrée du Portugal dans la communauté européenne a commencé par l’invasion des chaînes de distribution alimentaire allemandes et françaises. Par la complaisance des partis politiques, ces grandes surfaces ont écrasé toute concurrence, s’implantant en tous points urbains stratégiques.

Chaque jour des millions de citoyens participent à l’enrichissement des familles propriétaires du nord de l’Europe et à l’apauvrissement de leur pays.

Aux oubliettes les petits commerces, l’artisanat, l’agriculture locale, la pêche traditionnelle, bienvenue aux semi-remorques, aux cargos regorgeant de produits et marchandises en provenance des grands états nourriciers.

Trouver un fromage de la Serra da Estrela est devenu pratiquement impossible, le Portugais mange du Camember, sinon de la vache qui rit… jaune. Le Portugais ne mange plus de pain au maïs, il, mange de la baguette ou du croissant le matin. Le pain est fait avec de la farine française qui représente 90 % de la consommation du pays.  

Les banques sont anglaises ou espagnoles, l’essence est italienne, les autoroutes sont neuves mais elles sont construites par les majors du btp français.

Les Portugais sont fiers de leurs routes mais elles servent aux jeunes à quitter plus vite le pays pour chercher un avenir ailleurs, les grosses cylindrées sont celles des agents de l’occupation étrangère.

Un quart de siècle après l’entrée du pays dans la CEE le Portugal est étranglé par sa dette et les jeunes ont repris le chemin de l’émigration, de la fuite.

Son déficit de 9,3% du PIB n’est pas extravagant en regard des autres membres de la communauté européenne mais les agences de notation ont décidé que le pays ne pourra  jamais rembourser sa dette, elles ont donc sifflé la fin de la récréation et décrété  le déclassement des taux d’intérêts pour le remboursement. Le Portugal ne fait pas plus mal que les pays du nord mais les grands argentiers ont visiblement intérêt à spéculer sur la prétendue incapacité à rembourser ses échéances. On décrète le sur-endettement, on augmente artificiellement la dette en poussant le curseur des taux d’intérêts, on simule le déclenchement du sauvetage par les grands pays; ceux-ci ont beau jeu ensuite de réclamer l’implantation de nouvelles tranchées économiques. 

La modernisation à marche forcée a été une manipulation permettant l’invasion a grands coups de publicité mensongère, les enseignes étrangères sont désormais maîtresses du jeu de dupes.

Le souvenir me vient d’une phrase de notre Prince aux cheveux poivre et sel au temps de sa splendeur, Villepin pour l’anagraphe. J’ entend encore le Premier ministre de Chirac, ayant vendu des airbus aux Chinois, nous expliquer qu’il fallait bien acheter, des chemises, des chaussures et des bouchons en plastique aux Chinois si l’on voulait qu’ils nous achètent des avions.

Rien que du bon sens. Sauf que…le Portugal n’a jamais fabriqué que des chemises, des chaussures et des bouchons en liège. 

Publié dans EUROPE, PORTUGAL | Pas de Commentaire »

OUF ! LE PARADIS EXISTE ENCORE

Posté par provola le 30 janvier 2010

L’île de Guernesey (8 km X 10 km, 60 000 habitants), outre le fait d’être un havre à moutons, a su en cette météo difficile pour les économies et l’épargne de nos riches rentiers et hommes d’affaires en tous genres, garder une longueur d’avance dans l’investissement et la planque de capitaux honnêtes.

2009 aura été une excellente année pour l’attribution de nouvelles licences d’assurances, en augmentation de 25 % sur l’année 2008, chiffres publiés par le régulateur des services financiers de l’île, la Guernsey Financial Services Commission.  46 nouvelles licences d’assurances ont ainsi été accordées, seules 38 l’avaient été en 2008.

Guernesey est maintenant le port d’attache de 678 compagnies d’assurances internationales, les moutons risquant tous les jours de basculer par dessus des falaises à pic particulièrement dangereuses. 

Une autre explication étant que les crises économiques sont en fait des périodes de prospérité pour les paradis des brebis…galeuses.

Publié dans ECONOMIE, EUROPE | Pas de Commentaire »

L’ EUROPE DE GAUCHE

Posté par provola le 29 janvier 2010

Tony Blair qui doit s’expliquer devant une commission d’enquête sur l’engagement en mars 2003 des troupes britanniques en Irak auprès de l’armée US réitère contre toute réalité que Saddam Hussein menaçait le monde avec ses armes de destruction massive. Il ne restera pas comme le plus grand timonier de la diplomatie du Royaume -uni mais comme le plus grand menteur de l’histoire du parti travailliste.

Le gouvernement de Zapatero vient de repousser  l’age légal de départ à la retraite de 65 à 67 ans. On imagine l’ouvrier des chantiers du tourisme de masse de la Costa Brava ayant démarré sa carrière à 17 ans pour la terminer à 67 . Belle carrière en effet et peu de chance de pouvoir bénéficier de quelques mois d’un repos bien mérité.  

Les gouvernements socialistes grec et portugais sont confrontés aux plus graves déficits de l’histoire de ces deux pays depuis leur entrée dans la communauté européenne. La gauche va ici devoir s’atteler à un tour de vis budgétaire qu’aucune droite ne saurait imaginer.

La gauche française est un puzzle qui n’ a de gauche que les travers .

Le SPD allemand est parti faire un tour aux oubliettes.

J’ai retrouvé et cela m’a coûté, dans le dictionnaire , des synonymes de gauche qui conviendrait mieux à la situation des gauches européennes, tordu, courbe ou encore: de guingois.

     

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

123456
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement