NOUS SOMMES TOUS DES FACHOS, L’EUROPE SANS PITIE.

Posté par provola le 4 octobre 2013

                            

                         Nous sommes le continent des renoncements, de tous des fachos, nous sommes agrippés à nos valeurs invisibles, à nos peurs, à nos petites mesquineries. A genoux devant la Chine Obama et le Qatar.

Je sais aujourd’hui que je suis en réalité rien moins qu’un facho, moi qui croyait être partisan d’une gauche radicale. Car enfin, vivre dans ce continent de merde me ramène à mes plus bas instincts. 

Depuis sa création en 1957, l’Europe plutôt que grandir n’a cessé de se réduire, d’abord en s’accrochant à l’OTAN, ce qui la plaçait de fait sous l’éteignoir américain, ensuite en n’étant qu’une filiale de l’Allemagne productiviste, attachée à sauvegarder le patrimoine de ses futurs retraités.

Jusqu’à devenir un enfer pour les Roms, et un cimetière pour des milliers de migrants de l’espoir qui souffrant le martyr de l’autre coté de la grande rivière tentent désespérément d’atteindre un graal inexistant. 

Une chaloupe  comme des centaines d’autres auparavant sans plaque d’immatriculation et sans drapeau a chaviré avec à bord 500 réfugiés serrés comme des sardines partis de Lybie et qui  tentaient de rejoindre l’île de Lampedusa, la terre promise.

On dénombre plus de cent morts et plus de deux cents personnes sont portées disparues.

Pas des Somaliens ou des Erythréens comme on entend partout mais des femmes et des enfants.

Combien faudra-t-il encore de morts et de drames pour qu’enfin on se préoccupe sérieusement du sort des candidats au bonheur ?

Il s’agit très certainement de l’une des pires catastrophes de l’histoire de l’émigration et les médias ce matin sont muets ou quasiment. Ce qui importe , c’est de savoir si l’on va travailler le dimanche ou le prix des cigarettes. S’il s’était agi de disparus américains ou même japonais, de Canadiens ou de Suisses, combien de tonnes de larmes aurions-nous versé et combien de titres grandiloquents ?

Honte à nos dirigeants européens impavides qui comme d’habitude se sont constitués en grande tablée, argumentant la probable augmentation des taux de 0.25%, honte à nos clampins inutiles harnachés à leurs privilèges.

Honte à notre médiocratie nationale, DE DROITE COMME DE GAUCHE qui tourne la tête pour ne pas ressentir sa propre culpabilité, honte à notre démocratie aussi muette qu’une carpe qui veut aller bombarder la Syrie sous l’aile protectrice des Ricains mais qui est incapable de trouver un moyen de protéger les populations migrantes à ses portes. Honte à nous qui avons dilapidé l’esprit des barricades.

Honte à notre sphère médiatique qui butine ci-et-là des buzz en bouteilles vides.  TF1 titre sur le mariage des rois et des reines. Ces noces de l’absurde et du dérisoire, noces d’une fin annoncée, celle de l’humanité tout entière.

Honte à nous qui buvons à la source le fiel spirituel du libéralisme échevelé sans une marque de compassion.   

A oui j’oubliais, au moment où des centaines de Somaliens trouvaient la mort en traversant la Méditerranée, un marin nommé Armel Le Cleach venait remplir nos médias en ayant battu le record de la Traversée de la Mer de la Mort. Ce genre de raccourci devient absolument insupportable et aucun journaliste n’a relevé l’indigne association.

Il y a des jours où l’on souhaiterait remettre le raccourci en place de grève, j’ai nommé notre chère guillotine.    

 

Publié dans EUROPE | Commentaires fermés

MERKEL AIME LE CO2

Posté par provola le 12 juillet 2013

                Réduction des émissions de CO2 du parc automobile, révision des cycles d’émissions en rendant les données des fabricants plus réalistes, cinq ans que les 27 états membres de l’Union européenne planchaient sur le sujet , il aura suffi d’un coup de fil de Merkel à la Commission pour que tout capote. Le lobbying forcené de BMW MERCEDES et AUDI aura prévalu. Cela s’est passé le 26 juin dernier et n’aura pas soulevé d’indignation. Le vote devait avoir lieu le lendemain et l’on sait qu’il n’aurait pas été favorable à l’industrie allemande. Encore un mauvais coup porté aux espoirs de réduction des puissances et donc des émissions des prochaines automobiles.

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

L’EUROPE A 28, VOUS SAVEZ ?

Posté par provola le 6 juillet 2013

              L’ Europe compte un nouveau membre depuis le premier juillet. Vous êtes au courrant ? Si oui on ne vous a surtout pas demandé votre avis. Avec un taux de chômage à 22% la Croatie va permettre de résoudre les problèmes de notre continent. N’en doutez pas. Vous n’êtes pas d’accord ? On s’en fout. C’est ce qu’on appelle l’Europe démocratique. D’autres pays vont rejoindre l’Union rendant la gouvernance encore plus improbable, cela n’empêchera pas nos dirigeants bruxellois de continuer à renforcer leur assurance-vie.

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

LES ALLEMANDS LAVENT PLUS PROPRE

Posté par provola le 23 avril 2013

                           A chaque jour son lot de révélations sur l’évasion fiscale. La dernière en date nous vient d’Allemagne où nous apprenons qu’ Uli Hoenness, une des légendes vivantes du foot germanique, a tout simplement planqué au fisc de son pays des dizaines de millions d’euros en déposant les sommes sur un compte secret en Suisse.  Ce mec est tellement gonflé que sa citrouille ressemble à une sorte de ballon de foot. Considéré comme une idole en Allemagne, c’est toute l’opinion qui se retrouve insultée, trompée, bafouée, trahie.

Les dépôts des Allemands auprès des banques suisses avoisineraient les 200 milliards d’euros. On se souvient de l’admonestation  des dirigeants allemands fustigeant les riches Grecs qui fraudent le fisc. On voit que les mêmes causes ( la cupidité des capitalistes) produisent les mêmes effets (l’évasion à grande échelle), dans le pays le plus riche d’Europe et dans le plus pauvre.

Sauf que l’Allemagne pallie la fuite des capitaux qui représente un manque à gagner pour son économie par une ponction sur les économies d’Europe du sud. L’Allemagne ne souhaitant pas mutualiser la dette européenne profite du différentiel (le spread) de taux d’intérêts, qui accélère le freinage des économies du sud, cela fait exploser le chômage et fermer les dernières usines. La récession du sud oblige les populations à s’exporter en grande partie vers l’Allemagne, pays en préretraite, qui a besoin de fourmis travailleuses à bas coûts pour continuer d’exporter ses bagnoles et ses machines-outils.

En résumé l’exception allemande c’est, une courbe des ages qui la conduit tout droit vers une catastrophe démographique, les allemands ne font plus d’enfants depuis deux générations ce qui leur permet d’éviter les dépenses sociales inhérentes à l’éducation des nouvelles générations, les charges sociales liées à l’enfance étant réduites au minimum, cela permet aux entreprises germaniques de bénéficier d’un avantage de rentabilité indéniable. Le miracle allemand c’est aussi l’appel à une main-d’œuvre des pays du sud instruite et qu’on n’a donc plus à former, c’est la retraite à 67 ans alors qu’on tombe malade sérieusement en moyenne à 59 ans, soit 4 ans avant la moyenne française, c’est le parcage des vieux dans les maisons de retraites du tiers-monde, avec des soins moins chers pour la sécurité sociale, une évasion fiscale massive des principales fortunes, un recours aux bas salaires pour conserver sa compétitivité, le refus d’un smic, 8 millions de pauvres, des salaires à 4 € de l’heure.

Un impôt sur les sociétés moins élevé que dans d’autres pays et en particulier en France, des exportations vers les pays du sud qui permettent à la balance des paiements de rester positive. En ce sens l’Europe n’est surtout pas  une Union d’intérêts, la mise en commun des atouts du continent, l’harmonisation des investissements, du tissu industriel mais en revanche une immense entreprise de démolition de l’industrie du sud au seul profit de la puissance teutonne.

Les bagnoles, les  banques, les supermarchés allemands ont envahis le continent au détriment du commerce et de la production du sud. Les dépenses destinées à l’armement sont réduites au minimum, le pays bénéficiant du bouclier américain, ce qui contribue également au différentiel de charges budgétaires avec la France, son principal homologue qui est aussi son principal concurrent.

On le voit, la solidarité européenne est un leurre, une image de façade, qui ne résiste pas aux faits, après cinquante ans d’existence, l’Europe est une véritable bénédiction pour un seul pays et ses satellites ( Pologne, Pays-Bas, Autriche)et ce n’est pas près de changer.

Publié dans ALLEMAGNE, EUROPE | Pas de Commentaire »

CHYPRE ? L’EUROPE EST UNE MAFIA

Posté par provola le 23 mars 2013

Chypre est bien plus qu’une île perdue, Chypre est le symbole d’une Europe malade, malade de son évasion fiscale.

Comment ne pas comprendre que ce point minuscule est une gigantesque lessiveuse à argent sale prise en otage par les investisseurs (trafiquants) russes ? 20 milliards d’euros représentent les avoirs de magnats russes qui profitent d’une taxation des plus basses ? Les services financiers comme on dit pour éviter de parler d’évasion fiscale sont la véritable richesse du pays. Or les capitaux ne sont ici qu’en transit, blanchis avant de repartir vers d’autres cieux encore plus cléments. Comme le pays ne collecte pas ou très peu d’împots, le budget du pays se retrouve complèment exangue et l’économie au bord de la faillite.

Honteusement, l’Europe a laissé se développer cette économie mafieuse.

Ayant demandé son adhésion à la communauté européenne en 1990, Chypre en est devenu membre en 2004. 14 ans de pourparlers n’auront pas suffit aux experts de Bruxelles pour s’apercevoir du grand bluff chypriote. Ou bien consciente du problème, l’Europe n’a-t-elle pas laissé faire ? Certains avaient-ils intérêt à ce que Chypre devienne cette lessiveuse si pratique ?

(Eva Joly sur le Nouvel Obs.: « En refusant de prendre le problème à bras le corps, nous avons jeté le gouvernement chypriote dans les bras des oligarques moscovites. L’argent sale est l’ennemi de la souveraineté des peuples.

On a entendu Nicolas Sarkozy répéter à l’envi que « les paradis fiscaux, c’est terminé » et voilà qu’on les redécouvre au sein de l’Union. Est-ce vraiment une surprise ?

- Non. La répétition d’un mensonge ne fait pas une vérité. Depuis 20 ans je me bats pour dénoncer l’effet dévastateur des paradis fiscaux sur l’ensemble des économies mondiales. Nicolas Sarkozy s’est haussé du col en bluffant. On ne combat pas l’argent sale avec des paroles, mais avec des actes. Allons plus loin. On nous dit que la France vit au dessus de ses moyens, que nous devons faire des efforts, flexibiliser le travail pour en réduire le coût, rallonger la durée de cotisation retraite. Le problème serait notre modèle social. Mais pourquoi passer sous silence le fait que si le budget national est aussi mal en point, c’est parce que depuis des décennies, nous laissons prospérer et s’organiser de nombreux réseaux d’évasion fiscale ? La France y perd a minima 40 milliards d’euros par an. Lutter contre ce fléau devrait être notre priorité. Puisque François Hollande cherche des marges de manœuvre budgétaire, je ne comprends pas son immobilisme en la matière. »)

En fait Bruxelles était parfaitement au courant de la transformation en cours sur l’Ile, impossible de croire qu’on découvre aujourd’hui la tête de pont ruscof. Bruxelles feind d’être acculée à trancher dans le vif mais ce courroux est une fausse colère. Car Chypre loin d’être une exception européenne est au contraire un nouvel exemple de l’incapacité de la communauté à imposer une harmonisation fiscale, seule véritable solution  pour empêcher la concurrence et le dumping fiscaux en son sein.

L’Irlande est un Paradis fiscal, la Grande Bretagne avec sa City, la France avec Monaco, l’Allemagne avec le Lichstenstein, la Suisse est dehors mais c’est comme si elle était dedans, l’Espagne avec Andorre, le Portugal avec Madère, l’Italie avec San Marin, j’allais oublier le Luxembourg.

J’allais oublier les Pays-bas et pour expliquer ce propos, voici l’exemple de ce que peut se permetre un groupe comme Google (Nouvel Obs.) dans notre si complaisante Union européenne:

(Article Nouvel.Obs):

« Le montage juridique et fiscal du groupe américain consiste à accorder la licence d’exploitation de sa marque à des filiales dans chaque pays, moyennant le paiement de redevances qui leur permettent de réduire leurs bénéfices imposables. Les profits accumulés sont à la fin encaissés aux Bermudes, où ils ne sont pas taxés. Le système peut se résumer en trois phases :

Le transfert de la marque. google USA accorde la propriété économique d’une partie de sa marque à Google Ireland Holdings, moyennant le paiement d’une redevance (flèche 1 sur le schéma). Celle-ci est fixée à un niveau faible pour limiter ses impôts aux Etats-Unis. Google Ireland Holdings accorde à son tour la licence à Google aux Pays-Bas, qui la transfère elle-même à Google Ireland Ltd, la société opérationnelle qui emploie 2 000 personnes. C’est cette entreprise qui contrôle les filiales en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient. Ce système est connu sous le nom de « double irlandais », car il y a deux sociétés dans ce pays.

CHYPRE ? L'EUROPE EST UNE MAFIA   dans EUROPE 5464519

Le circuit des redevances. Les filiales européennes, africaines, etc. acquittent des redevances à Google Ireland Ltd (flèche 2) et réduisent ainsi leurs profits imposables. Cette société évite à son tour l’impôt sur les bénéfices en payant une redevance à Google Pays-Bas, une coquille juridique sans activité réelle (flèche 3). Cet argent revient ensuite dans les caisses de Google Ireland Holdings (flèche 4). Astuce du montage : les redevances transférées d’un pays à l’autre au sein de l’Union européenne ne sont pas taxées. Ce détour par les Pays-Bas est connu des fiscalistes sous le nom de « sandwich hollandais ».

Les profits partent aux Bermudes. Google Ireland Holdings est une société « hybride », résidente à la fois en Irlande et aux Bermudes (flèche 5). Selon une particularité du droit irlandais, cette société n’y est pourtant pas imposable car elle est considérée comme « gérée et contrôlée » aux Bermudes. Or il n’y a pas d’impôts sur les sociétés dans l’île. Les profits de Google s’y accumulent donc sans être taxés. Le groupe contourne ainsi la rigueur des fiscs, américains, français, etc. ».

Où est la solidarité, quand l’optimisation fiscale est devenue le nerf de la guerre économique ? Où est la protection des peuples quand la fuite des capitaux est le but de tout manager qui se respecte sur ce continent dévasté, livré aux trafics et aux truands?

L’Europe des peuples s’est laissée embrigader par manque de contrôle démocratique, son système politique est une hérésie, les élections mettent en place des cocus, des députés sans pouvoir réel. La Commission, le véritable gouvernement, n’est pas élue, la BCE qui est dite indépendante est en réalité inféodée à la Bundesbank. Le système financier a été privatisé au profit des banques. Les Etats ne peuvent se financer directement auprès de la BCE, obligés d’accepter des taux d’intérêts intenables alors que l’Europe dans son ensemble a une balance des paiement bénéficiaire, ce qui pourrait profiter également aux pays les plus pauvres.

Le libre-échange a été institué comme étant la loi suprême, l’Europe est le seul territoire ouvert à toutes les invasions.

Dans cette Terre de conflits, de conquêtes, de morts et de désastres économiques, une seule variable d’ajustement n’a cessée d’être mise de coté, bridée, apauvrie, considérée comme entité négligeable. Le Peuple.

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

BARREZ-VOUS

Posté par provola le 9 février 2013

  BARREZ-VOUS dans EUROPE David_Cameron_-_World_Economic_Forum_Annual_Meeting_Davos_2010   A tous les Britanniques de malheur qui vous foutez bien de nous , de l’Europe, des pauvres, des chômeurs, qui bichonnez vos paradis fiscaux comme on entretient les caniches dans le seizième arrondissement, je dis : barrez-vous. Vous qui n’avez jamais joué le jeu, qui tenez à votre île, à votre Reine, à votre archiduc, vos gonzesses et leur couronne vissée dessus, à votre descendant qui ne sera jamais Roi, Vous qui tenez à votre fish-and-chips, à votre mayonnaise et votre Anglais que personne ne comprend, vous à l’accent mouillé, comme un ciel envahi de poules déplumées.  

Vous qui avez voulu du tunnel pour nous piquer nos immigrés, vous qui nous renvoyez nos traders dès que les difficultés leur minent les bénéfices, vous qui êtes dedans en étant dehors, vous qui regardez de l’autre côté de l’Atlantique comme on s’accroche à une bouée, pour ne pas couler.

Votre destin n’est pas ici, votre respiration nous pompe l’air, votre suffisance nous insupporte.

Vous qui tenez à la City comme un chat tient à sa gamelle, nous décrétons désormais la fin de la partie, la fin de la mystification, la fin de l’arnaque séculaire. Car votre City n’est qu’un trou noir où la Suisse n’est qu’une partie de plaisir pour évadés fiscaux. Vous êtes la vrai mafia globale, imbattables dans le ratissage international, vous valez quarante paradis fiscaux, vous êtes coupables d’une bonne partie des maux de ce bas monde.

Et vous trouvez que quelques centaines de millions d’Euros pour les pauvres sont de trop pour votre budget de brigands.

Vous êtes tellement imbuts de vous mêmes que vous n’ êtes plus dignes de vos pères qui avaient sauvé le continent et la planète  toute entière.

Vous dédaignez les pauvres mais vous êtes la cruauté et la vilénie incarnées.

Que l’âme de vos royaumes occultes trouve un alzheimer au coin de la prochaine tempête qui ne manquera pas de vous balayer.

Publié dans EUROPE, ROYAUME-UNI | Pas de Commentaire »

PLUS VIVANT TU MEURS (les réactions)

Posté par provola le 28 janvier 2013

Article accepté à la publication sur Agoravox

Par Démosthène  26 janvier 11:36

 
Je suis même étonné que des fosses communes n’aient pas encore été creusées un peu partout en France, comme ce fut le cas outre-atlantique peu avant la ’ crîîîzz ’… 
10 000 Soldats ?
 
Pour ? 
Rabâchons encore, des fois qu’il y ait un contre-argumentaire qui daigne pointer le bout de son nez :
 
Total de l’amas des richesses capitalisées : 6 Fois le PIB mondial.
 
Détenu par moins de 11 millions d’êtres humains sur 7 Milliards.
 
De quoi se nourrit inévitablement cet amas capitalistique ?
 
De 10% ( au minimum ) provenant du PIB mondial.
 
Qui est incapable de comprendre qu’il ne reste que 40 % du PIB une fois le prélèvement du capital opéré sur le PIB mondial ?
 
Qui est incapable de percevoir l’inéluctable ?
Par BA  26 janvier 12:24

Vous vous rappelez toutes les belles promesses au moment du référendum sur le traité de Maastricht en 1992 ?

 Vous vous rappelez toutes les belles promesses en 1992 pour nous inciter à voter « oui » à la monnaie unique, « oui » à l’euro ?

 - « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche)

 - « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)

 En réalité, nous avons eu exactement le contraire.

 En réalité, la construction européenne aboutit à un désastre économique, un désastre financier, un désastre social, un désastre humain. 

Vendredi 25 janvier 2013 :

5 560 100 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle Emploi. 

http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-VHP736-2.pdf 

Espagne : Les chiffres effarants du chômage de masse en Espagne.

Le taux de chômage espagnol a terminé l’année 2012 sur un nouveau record historique à plus de 26% de la population active, tandis qu’il monte même à 55% chez les jeunes. Et la situation a toutes les chances de s’aggraver encore en 2013.

 Grèce : Avec 26,8%, le chômage en Grèce va de record en record.

Le taux de chômage grec a atteint un nouveau record en octobre à 26,8%, contre 26,2% le mois précédent (chiffre révisé), a annoncé jeudi l’agence nationale des statistiques Elstat.

L’économie grecque devrait subir une sixième année consécutive de récession en 2013.

 

Par L.F.  26 janvier 23:08

Ce qui est sidérant, c’est que tout le cercle politico-médiatique compare la crise des subprimes à celle de 1929, mais semble ne pas remarquer que les politiques d’austérité actuellement mises en oeuvre sont exactement celles qui ont amené Hitler au pouvoir et la boucherie en Europe.

Les allemands ( le gouvernement allemand pour être précis ) font aux grecs et à toute l’Europe ce qui les a menés dans les bras du nazisme : l’entrée de néo-nazis au Parlement grec envoie un signe on ne peut plus clair dans ce sens. Attitude d’autant plus ignoble quand on sait que l’Allemagne est en grande partie responsable des difficultés économiques des économies européennes ( voir http://www.agoravox.fr/actualites/e… )

 http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/reuters-00490279-avec-26-8-le-chomage-en-grece-va-de-record-en-record-527279.php

France : chômage concernant les catégories A, B, C, D, E : 5 560 100 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle Emploi.

 

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

PLUS VIVANT TU MEURS

Posté par provola le 25 janvier 2013

                                       L’Europe des investisseurs redresse la tête, les taux d’intérêts baissent, l’inflation est contenue, les cours de bourse vont monter de 15% cette année, la crise est derrière nous, c’est le Boss qui le certifie, l’ennemi de la finance, achetez maintenant, avant que cela ne vous coute plus cher demain. Dormez tranquilles, les USA et le Japon vont racheter des actifs à risques sans compter, de manière illimitée, comme si les arbres montaient au ciel, la croissance va revenir de ce coté-là, et de la Chine, et des pays émergents, grâce aux gaz de schistes, aux terres et aux métaux rares, grâce au charbon, grâce à la dégradation de l’environnement, qui est une croissance de plus. Hisseo, Santiano, tiens bon la barre et tiens bon le vent, l’économie est une croyance, crois en ton destin, aie confiance, la confiance d’aujourd’hui est la croissance de demain.      

Les banquiers retrouvent le sourire et des dividendes, Goldman Sachs engrange des bénéfices records, les ventes autos explosent en Chine, en Inde, au Brésil, en Russie, surtout les véhicules de luxe.

Et L’Allemagne tient les rênes du continent, la BCE qui est à son service soutient le taux de change de l’euro. Car les produits teutons contineront de se vendre même avec un euro fort. 

Le sud de l’Europe est en flammes, mais qu’importe, tant que les deutsche produktes se vendent comme des petits pains.

Et la doxa journalistique, enflée comme un ballon de baudruche, de tenter de nous persuader que le monde est beau, que les sports d’hiver se portent comme un charme, que la croissance sera au rendez-vous de l’été.

Alors de qui se moque-t-on ? Des Espagnols d’abord.

Le marché du travail en Espagne est sinistré. Le pays s’apprête à dépasser le seuil fatidique des 6 millions de chômeurs. A la fin de l’année 2012, le pays comptait en effet 5.965.400 de personnes sans emploi, a annoncé jeudi l’Institut national de la statistique.

Le taux de chômage a ainsi bondi d’un point au cours du dernier trimestre 2012, à 26,04% . Les prévisions du gouvernement, qui n’envisageait qu’un taux de 24,6% pour la fin 2012, sont largement dépassées. Or pour Soledad Pellon, analyste de la maison de courtage IG Markets, ce n’est pas terminé. « Nous nous attendons maintenant à ce que ce chiffre augmente durant 2013″. Alors que le gouvernement mise sur un taux de 24,3% à la fin 2013, cette analyste estime « très probable » un taux de 26,8% ou 26,9% cette année. Et elle n’attend aucune création d’emploi avant 2014

Dans ce contexte, toutes les organisations humanitaires s’alarment d’une pauvreté galopante: près de 12,7 millions de personnes, dans ce pays de 47 millions d’habitants, étaient en 2011 en danger de pauvreté ou d’exclusion, selon une étude européenne. « La pauvreté augmente, la faim augmente déjà. Les soupes populaires débordent de monde, tout empire.

Alors de qui se moque-t-ton ? Des Italiens, qui avec la cure Monti ont avalé une soupe salée et la cueillère avec, qui est restée en travers de la gorge. Les taux ont baissé explique-t-on, en ajoutant que la dette a augmenté de 7% et qu’il faut s’attendre à une nouvelle salve de coups de fouet. Ce qui va inévitablement plomber l’activité, ce qui va réduire les rentrées fiscales, ce qui conduira à un nouveau tour de vis.

Alors de qui se moque-t-on ? Des Grecs ensuite, déjà plongés dans un bain d’eau de javel, essorés, repassés, pliés, cimentés, baionnés, statufiés, coulés. Des Grecs vendus aux intérêts chinois, perfusés, piqués, saignés.  

Alors de qui se moque-ton ? Des Portugais, qui ont refait leur valise en carton, les ont remplies de Fado et sont repartis comme dans les années soixante aux quatre coins du monde, en Angola, au Brésil, au Luxembourg, en France, en Belgique, en Allemagne, en Suisse, au Canada.

Alors de qui se moque-t-on ? Des Français,  à qui l’on va apprendre la flexibilité, la compétitivité, les bas salaires, la précarité, la pauvreté, la soupe populaire, ces privilégiés si attachés à leurs avantages sociaux comme à un poteau de torture. Comme pour mieux faire passer la pilule, c’est la gauche, ou ce qu’on s’acharne à appeler la gauche, qui va tout détruire, de ce qui s’est construit en un siècle de luttes sociales. Ces foutus Gaulois vont apprendre le chômage de masse, la concurrence, les rendements, le low cost, les rythmes chinois, l’évasion fiscale de leurs élites, la peur du lendemain. Et malgré ce cocktail explosif, le Président droit dans ses bottes continuera de nier l’évidence d’une déliquescence du lien social.

Alors de qui se moque-t-on ? Des Allemands qui vont bientôt apprendre à leurs dépends les règles de la chaîne alimentaire, qui recevront en pleine poire ce boumerang lancé en l’air par la Bundesbank déguisée en BCE, un soir de crise mondiale. Car vendant 60% de ses produits high tech à une Europe en panne, la belle mécanique exportatrice, tel un Titanic privé d’océan va vite se retrouver en cale sèche.    

Alors de qui se moque-t-on ? Du bon sens et de la logique. De nous. Nous, naufragés de la mondialisation, qui seront bientôt sauvés, morts, mais sauvés. Par la faute de ces infirmiers du libéralisme, ces professeurs d’économie, ces apprentis sorciers du bonheur qui pensent nous soigner en nous apprenant à courir vers l’illusoire fuite en avant consumériste, qui pour tenir en haleine les courbes et les indices, nous veulent morts de faim, transis de peur, locataires d’une Terre à bout de souffle.

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

L’EUROPE DE LA SOLIDARITE

Posté par provola le 14 novembre 2012

Guerriglia a Roma, feriti a Torino e Padova -   Vd ROME Foto del mensaje MADRIDL'EUROPE DE LA SOLIDARITE dans EUROPE 1352911670_729799_1352914596_album_normalBARCELONE Carga policial dispersou manifestantes na AR após 'ataque' com pedras LISBONNE dans EUROPE ATHENES

 

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

L’EUROPE INVITEE DES ROIS

Posté par provola le 21 octobre 2012

La contessa Stéphanie de Lannoy e il principe Guillaume con il primo ministro del Lussemburgo Jean-Claude Juncker e sua moglie Christiane (Epa/Grand-Ducal Court/Guy Wolff)

                             L’Europe en proie à la plus grave crise de son histoire se prélasse en invité d’honneur des monarques. On voit ici Jean-Claude Paul Juncker Président de l’Eurogroupe, serrer cette semaine la main de Stéphanie de Lannoy en compagnie du Prince Guillaume, lors d’un mariage en grandes pompes. Où ça ? Vous savez dans ce paradis fiscal qui planque des milliards d’euros chaque année au lieu de les investir là où ils seraient plus utiles.

Qui sont ces illustres inconnus ? On s’en fout, en revanche ce qui fout les boules c’est bien que nous soyons dirigés par des pitres de la sorte.   

S’exprimant  sur une chaîne de télévision régionale allemande, le chef de file des ministres des finances de la zone euro, Juncker, a indiqué que la zone euro imposera des conditions particulièrement sévères à l’Espagne si celle-ci se résoud à demander une éventuelle aide financière.

« Nous allons confronter l’Espagne à des conditions très dures, mais cela ne se fait pas de dire aux Espagnols à l’avance et par voie de presse ce que nous attendons d’eux », a déclaré M Juncker mardi soir à la télévision régionale Bayerischer Rundfunk, selon un communiqué de la chaîne.

Dans la même veine Juncker a invité les Grecs à intensifier les réformes tendant à rendre le pays plus compétitif.

Vous savez, pour qu’il deviennne aussi compétitif que cet espèce de royaume de Saba.

 

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

L’EUROPE VOUS SALUE BIEN

Posté par provola le 13 octobre 2012

L'EUROPE VOUS SALUE BIEN dans EUROPE dans EUROPE

                            L’ Union Européenne a donc reçu le prix Nobel de la Paix. S’il avait fallu une bonne fois pour toutes discréditer cette récompense, on ne s’y serait pas pris autrement. Car enfin, qu’a- t-on voulu primer ? Le continent qui a créé de toutes pièces 26 millions de chomeurs et obligé des millions d’autres  à vivre sous le seuil de pauvreté ? Le fait que cohabitent en son sein des paradis fiscaux légaux (Luxembourg, Pays-Bas, Gersey, Guernesey, la City), d’autres satellites agissant en sangsues,( Andorre, Monaco, San Marin, le Liechtenstein, la Suisse).

Ou le fait que des barbelés soient destinés à empêcher les hordes d’affamés d’entrer, que des centaines de boat-people servent chaque semaine d’appâts à requins, que le Président du Conseil européen soit aussi premier ministre d’un paradis fiscal, (Jean-Claude Juncker), qu’un ancien Chancelier (Gerhard Schröder) soit devenu représentant de commerce de Gazprom.

Ou le fait que le peuple Rom soit un passager clandestin dans sa propre maison, devenue camp de concentration à gens du voyage ou chenil à Tsigane ? 

D’un coté la galère sans perspectives de pouvoir en répacher, des plans de sauvegarde de l’activité manufacturière qui sont des plans de la dernière illusion, des coupes budgétaires, des licenciements massifs, une paupérisation généralisée, une Commission européenne qui n’a de cesse de recourir à la flexibilité comme seul antidote aux délocalisations, de l’autre coté les affaires qui marchent bien, des banques qui entassent chaque jour des flux continus de capitaux fuyant l’impôt. 

D’un coté des vendeurs d’armes parmi les plus importants au monde  qui profitent des tensions mondiales, de l’autre une rhétorique de paix. D’un coté une Union continentale de façade, une cause commune, de l’autre un système militaire totalement assujetti aux Etats- Unis au sein de l’Otan, d’un coté un sentiment compassionnel envers  les causes perdues comme le Tibet, la Palestine, l’Afrique sub-saharienne  de l’autre une normalisation des relations avec de grandes démocraties, vous savez bien…les fournisseurs d’énergie comme la Russie, l’Arabie Saoudite, des fournisseurs industriels comme la Chine, ou sous influence du lobby juif pour éviter l’avènement de l’Etat paletinien et la fermeture du camp de Gaza.  

D’un coté un ensemble cohérent de pays à l’histoire imbriquée, de l’autre des membres aux intérêts divergents, des pays du nord dominants qui n’ont que l’avantage de profiter des pays du sud. D’un coté une entente, une même destiné, une collégialité politique, un volontarisme, de l’autre un monopole financier, un système autoritaire, un pays dominant, l’Allemagne.

L’Europe est un ersatz de parlementarisme moderne, sans contre-pouvoir, qui a tout d’un régime dictatorial, fort d’un système électoral inique, qui baffoue les principes démocratiques, ce que Rousseau appelait le Contrat Social (Rousseau se méfiait des députés qui devaient simplement rédiger les textes de lois, celles-ci devant être votées directement par le peuple), qui avance en méprisant l’avis des peuples, qui vote ses directives en catimini sous couvert de légalité, à l’abri des murs de Bruxelles, sous influence des lobbies industriels.

L’Europe choisit la voie parlementaire quand les bases de son pouvoir sont sapées par des peuples poussés à la révolte par la tournure des évènements, le référendum est destiné aux oubliettes. Le peuple ne peut comprende les grandes décisions prises en son nom par les grands sages, il est trop con pour s’intéresser à sa propre vie.

S’il fallait donner un prix à ce Nobel de la paix, nul doute qu’il ne prenne la forme d’un bonnet d’âne.  

Andorre

Monaco, laSuisse, Andorre, des exemples de l’Art de vivre européen.

Les croisières organisées gratuitement par l’Union Européenne. 

roms-gitans-manouches-9 Les Roms, de vrais européens ?

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

2005, LE RETOUR

Posté par provola le 28 septembre 2012

2005, LE RETOUR dans EUROPE

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

GRECE: RETOUR VERS LE FUTUR

Posté par provola le 12 mai 2012

GRECE: RETOUR VERS LE FUTUR  dans EUROPE

                          L’Euro qui aurait du apporter prospérité et stabilité s’est muté en Terminator des illusions perdues, cette fausse monnaie qui est en fait un Mark déguisé n’a jamais permis que d’accélérer la longue descente aux enfers d’une économie hellenique fragile et peu exportatrice, d’un pays sans force majeure, sans production de marque. Sans possibilité de dévaluer sa monnaie, c’est à dire de se comporter comme une économie fragilisée qui s’adapte à la conjoncture, ce qu’ont fait ces derniers temps l’Argentine, l’Islande et en général tous les pays qui n’ont que le moyen de réduire la voilure pour passer dans les tempêtes. 

La Grèce est un pays pauvre qui devait se payer une monnaie forte comme si on pouvait obliger un smicard à rouler en Ferrari. Pour cela on l’a obligé à prendre un crédit sur 50 ans impossible à honorer, auprès d’un établissement bancaire qui s’enrichit d’autant plus que les taux d’intérêts explosent.  

Et l’on feint de s’étonner de la situation intenable, où aucune formation politique n’est désormais en mesure de former un gouvernement, où la menace d’extrême droite pointe le nez, où la récession s’installe, où la pauvreté est la seule perspective certaine. Les politiques allemands eux s’insurgent contre le soi-disant laxisme grec, menaçant de stopper la supposée aide européenne. Supposée car rien n’est donné à la Grèce, on prête à la Grèce, ce qui n’est pas la même chose, et les taux d’intérêts sont exorbitants  et profitent aux prêteurs bien plus qu’aux emprunteurs.  La Grèce pourrait emprunter directement auprès de la banque centrale européenne non , cela est trop facile, mais surtout moins rentable pour les vrais patrons européens, les Allemands bien sûr.  

La fable des salaires mirobolants, des retraites de nababs, des Porsche Cayenne ne tient pas, les statistiques Eurostat montrent que les Grecs, bossent plus et gagnent moins que les autres européens. En quelques années le salaire moyen a plongé de 25 %, et l’on continue de prétendre que la compétitivité du pays dépend de salaires trop élevés.   

En outre, selon le rapport annuel conjoint de GSEE et de l’ADEDY (confédération syndicale du secteur public) sur l’économie et les niveaux d’emploi en 2009, sur les quatre millions et demie de la population active, plus d’un million de travailleurs ne bénéficient d’aucune sécurité sociale ou de quelque autre forme de protection légale. Selon le rapport de la Commission de la Sécurité Sociale, créée par le Ministère grec du Travail, cette proportion atteint 30% de l’effectif total de la population active, tandis que dans le reste de l’UE, le pourcentage de travailleurs dans ces conditions ne dépasse pas 5 à 10% . 

Un pays où l’église orthodoxe qui détient des trésors ne paie pas d’impôts, où les armateurs parmi les plus fortunes mondiales sont des exilés fiscaux officiels, et fiers de l’être, ayant placé leur matelas de billets sous les cieux des paradis. 

Où les bijoux de famille, les richesses de l’Etat ont été vendues à vil prix aux vautours européens ( Télécoms vendus à un prix défiant toute concurrence à Deutsche Télécom) et Chinois (le port du Pirée, bradé à la Chine). Où le budget de la Défense représente 20% du budget national comme si la Grèce devait prendre en charge à elle seule les surplus de l’industrie d’armement européenne. 

Où le retour de la drachme, faute de réelle solidarité continentale semble l’unique porte de sortie à ce tourbillon infernal qui ne profite qu’à une caste de banquiers, rentiers de la dette. 

D’ors et déjà, les banques de la planète se préparent en toute quiétude à travailler avec une nouvelle devise grecque. Certains établissements financiers n’ont jamais effacé la drachme de leurs systèmes informatiques après l’adoption de l’euro par la Grèce en 2001. Ils seraient prêts en un clin d’oeil si le problème de la dette contraignait le pays à revenir aux bonnes vieilles pièces et billets libellés en drachmes. 

Une dévaluation de 30% remettrait la petite économie en marche , inciteraient les touristes à revenir visiter l’Acropole au lieu d’aller se prélasser sur une plage insipide de l’autre coté de la planète, pour deux sous.

 

 

 

Publié dans EUROPE, GRECE | Pas de Commentaire »

LE CHAMP DE RUINES EUROPEEN

Posté par provola le 11 mai 2012

LE CHAMP DE RUINES EUROPEEN  dans EUROPE egypte_00377

                           

                          Il était une fois l’Europe, illusion d’une unité jamais aboutie, fausse des Mariannes des solidarités continentales. 

Tous les pays craquent, tous sauf l’Allemagne et ses sbires adossés au bunker. La Grèce ne sait plus de quel coté se tourner pour ne plus avoir à souffrir, le Portugal a trouvé un répit précaire du coté de l’Angola, l’Espagne revisite les records de chômage, de précarité, de récession, l’Italie est meurtrie, grillée à la sauce Monti, avec son lot de récession, de faillites d’entreprises, de montée du chômage. Et l’Allemagne distribue les mauvais points. 

La France s’enfonce tout doucement, se demandant comment ses légions socialistes vont réussir à inverser le cours des plaques teutoniques. Mardi prochain est un autre jour qui nous indiquera si notre capitaine de pédalo a des chances de contraindre Titanic Angela à la paix des braves. 

Ne nous faisons aucune illusion, cette  affaire là se présente plutôt mal. la dette est l’obsession des Allemands, l’Euro est un Mark déguisé et les retraités d’outre-Rhin n’ont aucune envie de voir leur monnaie perdre de sa valeur, leur souhait est de couler une retraite paisible à siffler des bières au soleil à l’abri de l’inflation. 

Tenir à tout prix l’Euro a mené à la perte l’Europe du sud, qui a perdu en compétitivité ce que l’Allemagne a gagné en souveraineté économique. Le sud et le nord n’ont en réalité pas les mêmes intérêts et au petit jeu du qui perd gagne, nous avons toutes les chances de nous retrouver dans le camp des perdants. 

La dette est l’obsession bien sûr, mais s’est-on réellement demandé d’où vient cette dette et si elle est réellement légitime, est-on ne droit de réclamer un audit sur ses origines et ses responsables, peut-on connaître la face cachée de cette montagne gigantesque, qui s’est élevée comme un immense volcan , s’est imposée à notre paysage et risque de tous nous engloutir sous des fleuves de lave qui s’annoncent comme des torrents de larmes et de sang ? 

Je vais m’attacher ces quelques prochains jours à décortiquer le vrai du faux, à visiter les pays de la dette, en passant par Athènes, Madrid, Lisbonne, Rome, en attendant l’intronisation de François II, et son périple périlleux du coté du pouvoir économique. Sans oublier Monaco, La City de Londres, Luxembourg, et puis Genève, capitales oubliées, parfois fantoches, parfois fantômes, royaumes de pacotilles et furoncles à deux balles, vraies pompes à fric pour économies souterraines. 

Au lendemain de cette longue campagne présidentielle, il apparait que les vrais problèmes n’y ont en réalité été abordés qu’à la marge; l’immigration, la sécurité, le nationalisme ont été des thèmes dominants mais quelque chose me dit que l’évasion fiscale, la domination d’un certain pouvoir financier occulte auraient été des sujets autrement plus importants à traiter. 

Nous  avons désormais tout le temps de nous épancher sur ce qui aurait pu émerger et qui s’est réduit à jus de boudin. Si nous devons pleurer un jour sur notre sort, autant que nous sachions pourquoi.

 

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

LA BATAILLE DU SABLE

Posté par provola le 24 février 2012

                      LA BATAILLE DU SABLE dans EUROPE tarsands   

                                    L’Europe n’est pas seulement la commedia dell’arte de la démocratie, elle est aussi le terrain d’affrontement des lobbies. Un exemple criant nous vient de Bruxelles où se déroule en sourdine une bagarre de chiffonniers sur le thème des carburants fossiles issus des sables bitumineux. L’idée de la Commission européenne est d’interdire à l’avenir l’utilisation par l’Europe des pétroles extraits des sables bitumineux tels que ceux d’Alberta au Canada.

Cette proposition de la Commission n’est pas absurde si l’on considère que l’extraction et le raffinage des sables bitumineux dégagent 23% de CO2 de plus que les autres combustibles fossiles, elle propose d’attribuer aux sables bitumineux une intensité carbone de 107 grammes par megajoule de carburant contre 87,5 g/megajoule pour les autres carburants fossiles.

Le Canada et les autres lobbies interressés sont déjà sur le pied de guerre pour empêcher que ces carburants soient carrément radiés dans un proche future du paysage des pompes à essence du continent. Le but est de convaincre chaque pays membre de refouler la proposition de la Commission.

Le vote sur cette proposition a déjà montré les forces en présence. D’un coté l’Espagne, la Pologne, la Bulgarie, l’Italie, la Hongrie, la République tchèque, la Lituanie et l’Estonie, de l’autre, l’Autriche la Grèce, la Roumanie, la Slovénie, la Suède, la Finlande, le Danemark, le Luxembourg, l’Irlande, la Slovaquie.la Lettonie et Malte.

Se sont abstenus, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Grande Bretagne le Portugal, les Pays-Bas et Chypre.

On se doute de l’intense lobbying censé empêcher non seulement l’emploi des sables bitumineux mais également des gaz de schistes qui représentent pour beaucoup le nouvel Eldorado.  

Espérons sans trop y croire que la raison prévaudra qui penchera en faveur d’un respect absolu des nouvelles normes européennes qui imposent une réduction de 6% des émissions carbone de tous les carburants à l’horizon 2020, ce qui en soi est loin d’être une loi drastique.

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

VUE D’ICI, L’EUROPE SE PORTE BIEN

Posté par provola le 24 décembre 2011

                                     Je me trouve à Differdange, petite bourgade au sud du Grand-Duché de Luxembourg, à quelques encablures de la capitale, les gosses, à peine sortis de l’école s’engouffrent dans leurs gros 4×4, les cheminées au loin crachent des paquets de fumées toxiques, les grues fleurissent. Les autoroutes éclairées laissent filer les fantômes satisfaits, les caméras de surveillance se cachent, pas peu fières.

Les collines dispensent ce feeling rassurant pour les épargnants et les patrimoines. Et le Diable peut bien exister au delà, la peur envahir l’horizon, ici tout baigne, tout ne respire qu’une indéfinissable quiétude.

Les milliers d’envahisseurs immigrés, travailleurs de l’ombre repartent chaque soir sans emporter le véritable fruit de leur labeur, il laissent ici leur conscience de participer peu ou prou au pillage de la planète. Comme on enlève ses souliers dans une mosquée, ici on se vide de réflexion pour s’en remettre au Dieu fiscal, on se dépouille de tout état d’âme, on squatte le paradis.

Ainsi le Luxembourg peut être considéré comme une immense agence d’intérim, un point de suspension, une anecdote géographique. On y parle un langage feutré, la langue des contrebandiers, ces contrebandiers qui n’ont même plus à forcer les frontières tant le continent entier est laissé libre d’y déposer ce qui doit être planqué, ce qui doit se soustraire aux impôts des gens honnêtes qui imaginent qu’une élection est un gage de sérieux de la démocratie. 

Dans ce tripot garanti pur or, l’honnêteté est de mise, la robe du soir une tenue correcte exigée. Contrairement au rocher de Monaco, ici, on sait se tenir, la discrétion est un luxe servile, une rigueur de bon aloi. Ici on a horreur des chichi, tant qu’ion insulte la Suisse et les Royaumes postiches, le Luxembourg vit heureux à l’abri des sarcasmes et Juncker le premier des terroristes blanchisseurs peut dormir tranquille, car l’Europe l’a intronisé empereur de tous les confetti. 

Jean Claude Juncker le Premier Ministre de ce paradis fiscal est le Président de l’Euro-groupe depuis 2005, régulièrement réélu par ses pairs et visiblement cela ne choque personne. Ce mec organise chaque jour la spoliation des autres pays membres de la zone euro et tout se passe comme si de rien n’était, car ceux qui l’on placé là ont un intérêt vital à maintenir en place ce trublion sorti tout droit de son poulailler à moquette. Juncker est le tapeur d’épaules parfait qui pique dans le paquet de cigarettes de ses sujets consentants. Tout ce tapage nocturne n’empêche pas Juncker dans sa grande mansuétude de montrer sa compassion au travers de médias complices d’un pillage sans odeurs. 

Il est catholique, cela rassure, il vole mais avec l’assentiment de Dieu, tout cela reste caché aux yeux des masses politiquement correctes. 

Car la punaise d’Europe a les charmes que d’autres n’ont pas: les banques luxembourgeoises disposent du secret bancaire pour attirer les capitaux, 26 000 salariés, le secteur représente 46% du PIB, la place de Luxembourg est la principale en Europe pour les fonds d’investissements, le PIB par habitant est le second au monde après celui du Qatar, et surtout ce grand subterfuge appelé Duché permet de récupérer les miettes fumantes laissées au détour du brasier financier par la City de Londres.

Le Luxembourg qui avait promis la disparition du secret bancaire 2010 s’est en fait dépêché de trouver un autre mécanisme, cette fois-ci destiné principalement aux particuliers: la Société de Patrimoine Familiale (SPF) qui ne s’appelle pas de la même manière mais veut dire la même chose.

Selon un site spécialisé dans la « domiciliation d’entreprises » au Luxembourg « , l’activité de la SPF doit consister exclusivement en l’acquisition, la détention, la gestion et la réalisation d’actifs financiers, à l’exclusion de toute activité commerciale. » Cet instrument peut également être utilisé par les fondations privées, les trusts, les groupements associatifs, « dont le but est la gestion du patrimoine privé des personnes physiques en faisant partie ». Ses avantages fiscaux sont évidents: « la SPF est exonérée des trois impôts directs luxembourgeois (l’impôt sur le revenu des collectivités, l’impôt commercial, l’impôt sur la fortune). Les dividendes qu’elle distribue ne sont pas soumis à la retenue à la source, et les plus-values réalisées par un actionnaire non-résident d’une SPF ne sont en aucun cas imposable au Luxembourg. »

L’imposition de la SPF se limite à :

une taxe d’abonnement payable trimestriellement de 0,25% sans que celle-ci ne puisse être inférieure à 100 euros et supérieure à 125 000 euros par an ;
un droit d’apport de 0,5% perçu sur la valeur réelle nette des biens apportés.
Conclusion: « Le régime fiscal de la SPF est donc très attractif et permet de réaffirmer la place centrale du Grand-Duché en matière de structuration de patrimoine. Cette structure peut notamment être avantageusement utilisée dans le cadre d’une planification successorale. » En clair, la SPF est idéale pour frauder le fisc des autres Etats européens.

Si l’on ajoute à cela, le fait que le Luxembourg a conservé son secret bancaire, c’est-à-dire qu’il refuse de
donner des informations sur les comptes enregistrés dans le pays aux administrations étrangères, que la corruption des entreprises n’est pas un délit dans le Grand-Duché (ce dont s’était plaint l’OCDE), on peut dire que le Luxembourg comporte tous les aspects d’un paradis fiscal et judiciaire.

 

Publié dans EUROPE, PARADIS FISCAUX | Pas de Commentaire »

L’ ANDALOUSIE S’ EMMERDE

Posté par provola le 22 décembre 2011

nerva_discarica_rifiuti_tossiciL' ANDALOUSIE S' EMMERDE dans EUROPE IncendioVertederoNerva

                            La nouvelle route des rafiots à ordures porte vers l’Espagne, partant d’Italie, embarquement dans le port de Gênes, traversant la Méditerranée, passant par Gibraltar, remontant le Guadalquivir jusqu’à Séville. Un parcours utilisé en ce moment par des cargos chargés de boues contaminées (Ex établissements Sisas de Pioltello,  déchets toxiques issus d’une zone industrielle hautement dangereuse au portes de Milan.)

L’organisation de ce transfert est entièrement sous la coordination du Ministère de l’environnement italien, chargé du nettoiement de l’ancienne zone industrielle.

Il s’agissait pour le Ministère de résoudre le problème des boues polluées avant que la Commission européenne ne taxe l’Italie. Le terme des opérations de traitement  était fixé au 31.12 et comme rien n’avait été fait , la seule solution aura été de s’entendre avec l’Espagne pour stocker quelques 80 000 tonnes de matériel dans une décharge acceptant tous types de résidus. Ce lieu miraculeux où l’on peut ainsi planquer sous la table n’importe quoi à un prix modique se trouve en plein cœur de ‘Andalousie cette région que d’aucuns appellent la perle de l’Espagne. 

Les boues contaminées au mercure seront entassées là dans cette immense et à bien des égards terrifiante décharge à ciel ouvert de Nerva, ce site est géré par la société Befesa. Ce débarquement de déchets n’est pas le premier arrivage en provenance d’Italie, depuis environ un an ce lieu stocke tout un tas de gravas multiples venus de Lombardie et de Ligurie.     

Voilà en tous cas un exemple de solidarité européenne, cette Europe qui sait ériger des barrières, des murs et des barbelés  empêchant les déplacements des populations mais sait ouvrir des voies royales aux magouilles et aux ordures.

Publié dans EUROPE, POLLUTION | Pas de Commentaire »

LES ESCROCS ANGLAIS NE SIGNENT PAS (les réactions)

Posté par provola le 10 décembre 2011

Article accepté à la publication sur LES ESCROCS ANGLAIS NE SIGNENT PAS (les réactions) dans EUROPE icone_redacteur2

Par cg26140 10 décembre 08:02 cg26140

Bravo et merci pour ces vérités !

Par King Al Batar  10 décembre 11:24 King Al Batar

Trés bon article, merci à l’auteur pour ces eclaircissements…

Il n’y a qu’une seule phrase que je conteste « Car le pouvoir britannique n’appartient pas à la Reine »…

JE ne suis pas un adepte de la théorie du complot, mais il est vrai que la famille royale Anglaise, qui n’est pas d’origine Anglaise… « maison de Saxe-Cobourg-Gotha » ca fait quand même pas très brittish… entretien d’étrange lien avec de nombreuses loges maconnique puissante.
Du traffic d’Opium, au colonie de la couronne, en passant justement par la gouvernance de la City, on voit que la reine est présente à tous les niveaux, comme les autres membres de sa famille.
Interessez vous au titre de duc de Kent… C’est un haut placé gouvernemental au niveau civique et militaire et c’est le plus haut degré de la maconnerie Anglaise…

Je pense qu’on est loin de savoir et de mesurer l’influence de la couronne d’Angleterre sur les loges, et sur le monde de la finance comme celui de la City.

Sinon tout ce que vous avz écrit est absolument vrai !

Par Daniel Roux  10 décembre 11:37 Daniel Roux

Cameron, ne représente pas le peuple mais l’oligarchie financière anglo-saxonne.

Et ce qu’elle veut, cette oligarchie, c’est pouvoir continuer à drainer le maximum de capitaux vers la City et ses paradis fiscaux comme le signale l’auteur.

Les chefs d’état des 26 autres pays devraient exiger un référendum de la Grande Bretagne pour demander au peuple si oui ou non, il souhaite que son pays se maintienne dans l’Union Européenne.

Ces mêmes chefs d’état, s’ils étaient un tant soit peu en accord avec leurs beaux discours devraient interdire à toutes leurs banques d’avoir, directement et indirectement, le moindre contact avec les paradis fiscaux figurant sur les listes noires et grises de l’ONU

Par ZEN  10 décembre 11:43 ZEN

Shoking !

Il est des choses qui ne se disent pas, Monsieur !
Et pourtant !
« La City de Londres fait partie des plaques tournantes essentielles dans le blanchiment d’argent.Installer la Grande-Bretagne parmi les nations vertueuses équivaut donc à placer une tenancière de bordel dans un jury de prix de vertu » (Cuénot)

- »Londres est la botte de foin idéale… », disait quelqu’un d’autre, qui en savait long…

__Eclairant et percutant, glaçant aussi, le document diffusé il y a peu sur France5.

Par Daniel D.  10 décembre 12:59

Ce traité est une escroquerie et non un sauvetage.

Les nations perdent tout pouvoir sur leur budget et donc sur leur politique. De plus tout dépassement de dépenses seras automatiquement sanctionné… pour aggraver le probleme.

Ce n’est pas pour dissuader sinon ce ne serais pas automatique… réflechissez un peu !

Si les anglais sont des escrocs, il ne sont surement pas cons, et c’est bien pour cela qu’ils ont refusé l’euro (qui etais structurellement mort-né) et c’est aussi pour cela qu’ils refusent que l’Europe dicte leur budget.

Croire que ce traité est une solution est l’apanage de ceux qui ne voit que le bout de leur nez. Ce traité de la règle d’or enterre l’Europe définitivement, la récession et sa fin sont en route.

Encore une fois les anglais sont bien moins cons que les autres, et gardent une prestance internationale, que la France n’as plus que dans ses fantasmes. Que ce soit la finance qui sauvent leur pays de cete aberation ne changent rien au fait qu’ils seront bien moins impacté quand la fin de crise arriveras.

Pauvres moutons français, vous êtes vraiment largués grâce a vos mérdias bourreur de cranes.

Bon courage, et les jeunes, un conseil, travaillez vos langues étrangères et barrez vous des que vous pouvez car vous payerez pour vos ainés et n’aurez rien quand votre tour viendra. Ne vous faites pas avoir, partez avant de vous investir dans ce pays bancal.

Qui voudrais commencer sa vie par ans de galere ? passez donc ces ans ailleurs et revenez quand/si cela vas mieux …

Daniel D.

Par Daniel D.  10 décembre 19:36

Vous pouvez moinsser, ne vous en déplaise la city et le peuple anglais seront épargné par les sanctions automatiques et leur budget ne seras pas controlé par l’Europe, contrairement a nous.

Quels que soient les vices et crimes de la city, ce traité reste une mise a genoux des états au mains de l’Europe et ce sont les peuples qui en feront les frais.

Vous aimez cracher sur le système financier, mais devez vous arrêter de réfléchir pour autant ?

Manichéens, quand donc penserez vous réellement ?

Daniel D.

Par De la hauteur  10 décembre 14:56 De la hauteur

Dans cette affaire, les dindons de la Face ce sont les Européens, pourquoi reproché aux Anglais d’être cohérent.

Par King Al Batar 10 décembre 15:06 King Al Batar

Pas faux, mais ils nous baisent quand même la gueule

Par Dornach  10 décembre 16:39 Dornach

Et bien sûr, la City doit, sans doute, spéculer sur la dette des pays endettés de l’Europe, puisqu’il y a Goldman Sarchs, Rothschild etc.
Par millesime  10 décembre 18:13

Bravo pour votre article.
les attaques de la City et de Wall Street contre l’euro sont incessantes, et malgré cela l’euro résiste autour de 1.30/1,35 , de sorte que dans les mois à venir, le dollar a des soucis à se faire comme monnaie de réserve, et les licenciements tant à la City qu’à Wall Street vont continuer (ce dont personne le parle.. !).
http://millesime.over-blog.com

Par Annie  10 décembre 19:02

Je n’aime pas trop lorsqu’on parle des Anglais comme cela parce que le peuple anglais est en train de payer une note très salée pour cette crise financière, beaucoup plus salée que les Français.
Sinon vous avez raison, Cameron protège la City et la dérégulation financière. La raison est relativement simple. La GB n’a rien d’autre à marchander. Toutes les industries manufacturières ont été démantelées il y a 25 ans par Thatcher, le pétrole s’est tari et il n’y a rien plus à vendre ou à monnayer que des services financiers, dont la dérégulation a causé la crise actuelle. La seule raison pour laquelle Cameron a choisi cette voie, est pour éviter l’isolement dans son propre parti. La suite risque d’être intéressante. 

Publié dans EUROPE, ROYAUME-UNI | Pas de Commentaire »

LES ESCROCS ANGLAIS NE SIGNENT PAS

Posté par provola le 9 décembre 2011

                                               Les pays de l’Union européenne se mis d’accord. Ils ont tous reconnus l’urgence de la situation.

Tous ? Non car un pays résiste encore et toujours à l’envahissante investigation. Les explications dans nos médias transis et sous influence, sont toujours les mêmes: la Grande-Bretagne est un électron libre, les Britanniques sont des solitaires, ils sont dedans mais uniquement quand ça les arrangent. Mais on les aime comme ça, parcequ’ils sont différents.

Et puis , pas question de réduire à la portion congrue la City qui draine une bonne partie des capitaux mondiaux qui autrement iraient ailleurs. La City de Londres est une institution inaltérable, on ne pourrait pas même imaginer de taxer les transactions financières sur la base de 0,001 %, la taxe Tobin ne passera pas, qu’on se le dise, chocking. Alors, vous pensez, accepter ce nouveau pacte qui mettrait son tutelle l’ensemble des politiques économiques des états signataires reviendrait pour les Anglais à se couper une jambe.

Toutes ces foutaises servent certainement à amuser la galerie, à gaver de miel une opinion peu regardante  mais le diable  comme on dit se cache dans les détails et les détails en Grande-Bretagne s’appellent les Paradis fiscaux. http://www.dailymotion.com/video/xlpx1f_documentaire-city-de-londres-la-finance-en-eaux-troubles_news?start=0#from=embediframe

Rien de ce qu’on nous a voulu nous faire croire sur la prétendue susceptibilité, le caractère bien trempé des sujets de sa Majesté, ou encore la soi-disant singularité anglaise n’est le reflet de la réalité. Car sous une sémantique honorable se cache le dictionnaire de la vulgarité, car la Grande Bretagne n’est pas qu’ un simple particularisme, la City n’est pas une institution flairant bon la respectabilité et la tradition, non ce pays est rien moins qu’un repère de brigands et la place financière respectée de tous une sorte de tripot où convergent la plupart des flux de blanchiment d’argent sale.

Si Cameron n’a pas voulu signer le compromis ou traité ou accord comme on voudra bien l’appeler ce n’est pas tant qu’il tienne à une indépendance politique, c’est plutôt qu’il n’en avait pas le pouvoir. Car le pouvoir britannique n’appartient pas à la Reine, pas à la chambre des Lords, pas au gouvernement ni au premier ministre, pas même au peuple. Le pouvoir britannique appartient à la City qui est aussi indépendante du pouvoir légitime que Monaco est indépendant du pouvoir Français, que San Marin et le Vatican sont indépendants du pouvoir italien, que le Liechtenstein est indépendant des pouvoirs allemand et autrichien, que la Suisse est indépendante du pouvoir européen.

La vrai raison du singularisme, de la puissance en sous-main, de cette pierre angulaire du business planétaire, c’est la City qui coagule grâce à ses satellites la création de richesse mondiale pour la refluidifier sous forme d’hémoglobine capitalistique destinée à l’enrichissement des oligarchies mondiales.

Alors me direz-vous pourquoi la Grande-Bretagne resterait-elle dans la Communauté si ce n’est pour bénéficier de la prétendue protection communautaire ? Vous savez, on est plus forts à plusieurs, l’Europe qui protège et qui serait un contre-pouvoir aux Etat-Unis…blabla.

Tout ça ne tient pas debout, la Grande-Bretagne est simplement membre de l’UE pour la même raison que la Suisse (secret bancaire) ou la Norvège (pétrole de la Mer du Nord) n’y sont pas, pour la raison que Monaco ou Andorre n’apparaissent pas dans le décompte des 27, pour la raison qui pousse les pires mafieux à aller à la messe le dimanche, par pûr intérêt.

Ce qui peut marcher pour des petits pays qui préfèrent rester en dehors pour magouiller en toute quiétude, apparaitrait trop flagrant aux yeux des opinions internationales, car la Grande-Bretagne est un trop gros morceau d’Europre pour rester en dehors des institutions, alors elle préfère rester dedans pour mieux disperser les soupçons même si en réalité elle se trouve en dehors de la Communauté dès que sa solidarité est réellement mise à contribution. De plus, le fait que la respectable Grande-Bretagne soit la garante des territoires de fraude généralisée et de dépendances pratiques au business occulte permet à ceux-ci  d’échapper aux listes noires ou grises censées répertorier les Paradis fiscaux.

 En fait ce qui se trouve dans la Communauté, c’est la Grande-Bretagne proprement-dite, mais surtout pas la City qui dicte le comportement du gouvernement dès lors que la menace d’une intrusion extérieure se fait jour.

C’est exactement ce qui se passe en ce moment où les gouvernements européens s’ingénient à trouver des solutions miracles à une crise qui n’est pas du tout une crise des dettes souveraines comme on veut bien nous l’expliquer mais une conséquence ultime du pillage systématique des richesses par une pompe aspirante à l’échelle planétaire et dont le coeur opérationnel se trouve à Londres. La Grande-Bretagne c’est plus que les colonies de moutons des Shetlands ou de Cornouaille, c’est plus que les pintes de bières du Pays de Galles, la Grande-Bretagne, c’est la majorité des paradis fiscaux du monde, c’est Jersey, Guernesey, les iles Caïmans, Anguilla, Gibraltar, les îles Bermudes, Montserrat, les îles Turques et Caïques, les îles Vierges britanniques, l’ île de Man et  j’en passe…  

Source Wikipédia: L’essayiste français Stéphane Denis écrit en 2008 dans le quotidien Le Figaro : « Si l’on tient comptes des services offerts (secret bancaire, absence de taxes, non-résidence, absence de réglementation), le plus grand paradis fiscal de la planète est la City de Londres. Elle a organisé à la fin des années 1950 la non-réglementation en accaparant le marché des eurodollars ; elle pratique le secret bancaire et l’absence de taxes pour les non résidents (…). Elle dispose de relais exotiques (Bermudes, Bahamas, Îles Vierges) battant pavillon britannique mais destinés à tromper sa propre réglementation. La Suisse, désignée comme le premier paradis fiscal avec le Luxembourg, peut, avec raison, faire remarquer qu’elle n’est qu’un coffre fort de famille, à côté de Londres. » 

Suite au désistement anglais, à ce cavalier seul qui pourrait passer pour une bravade de plus, les journaux insulaires jouent les veuves effarouchées, The Guardian s’attarde notamment sur l’isolement éventuel du Royaume-Uni vis-à-vis du reste de l’Europe estimant qu’avec cette décision, « Cameron met à plat 50 ans de politique étrangère ». Et le quotidien d’ajouter : « plus rien ne sera plus jamais comme avant ». De son côté, The Times, quotidien de centre droit, écrit à demi-mots que ce sont « les pays européens qui ont tourné le dos à David Cameron » plutôt que le contraire.

Sur les raisons et les conséquences du veto de David Cameron, The Economist avance que les Anglais ne sont pas prêts à perdre de leur souveraineté au profit de l’Union Européenne. The Guardian note, lui, que cette décision de Londres a « forcé l’UE à créer de nouveaux arrangements intergouvernementaux ».

Les Anglais tournent autour du pot, du pot de confiture bien évidemment, tout le monde sait la triste réalité, mais ne pipe mot. Le pire c’est que nos médias font de même estimant qu’il ne serait de l’intérêt de personne de révéler l’horreur absolue des mécanismes financiers continentaux qui subtilisent à l’împot et donc aux deniers publics ce qui ne serait qu’une juste rétribution. Car nos médias appartiennent à des multinationales qui profitent du système et ne veulent surtout pas ébranler l’échafaudage. Car les plus grands usurpateurs sont les aussi les plus grands annonceurs dont profitent nos propagandistes patentés. 

Alors on explique que les vrais coupables, ce sont les petits qui bénéficient de lois sociales trop laxistes, ce sont les smicards qui coûtent plus que les fourmis chinoises, ce sont les coûts du welfare, ce sont les 35 heures, la sécurité sociale, l’école publique. Alors on tranche dans le lard, on exploite la peur du lendemain, on badigeonne le futur de coupes budgétaires, de restrictions, d’augmentation du chômage, on crétinise le peuple pour mieux le contraindre et l’exploiter.

 

 

Publié dans EUROPE, ROYAUME-UNI | Pas de Commentaire »

LE TEMPS DES DICTATURES (les réactions 2)

Posté par provola le 7 décembre 2011

Par Yvance77 (xxx.xxx.xxx.54) 5 décembre 10:36 Yvance77

Salut,

Quel est le connard qui a voté « pas d’accord » avec ce post ? Et, sans donner une réponse contraire : concrète, claire, étayée… prouvant que cet auteur à tort !

Je reconnais bien là, la lâcheté de ces salopards de la bonne droite libérale ! Tout se fait en douce, en plantant le poignard dans le dos !

Par bnosec (xxx.xxx.xxx.52) 5 décembre 14:51 bnosec

Un connard lâche et salopard de la bonne droite libérale plantant un poignard dans votre dos , tout ça dans un petit clic de souris sur le mauvais bouton ?
Waouh !!!

Par ddacoudre (xxx.xxx.xxx.51) 5 décembre 10:40

bonjour provola

j’ai écris bon nombre d’article qui vont dans ton sens, une dictature molle pour certains, démocratique pour moi car nous élirons notre dictateur. ce mettent en place des éléments dont la conjugaison sera détonante.
ddacoudre.over-blog.com .
cordialement.

Par franck2012* (xxx.xxx.xxx.110) 5 décembre 13:39 franck2012*

 » Même Jacques Delors, grand Architecte de la construction européenne vient de fustiger l’ hégémonie allemande : »Une éventuelle réforme des traités européens, réclamée par Berlin, ne doit pas être uniquement punitive, car cela représenterait un gros risque pour l’Europe », prévient l’ex-président de la Commission européenne dans un entretien publié sur le site Internet de Challenges. « Faire un nouveau traité qui aura surtout un aspect punitif, c’est en effet prendre de gros risques pour la construction européenne. Il faut que les Allemands comprennent que les autres pays ont besoin de temps et de moyens pour entrer dans la globalisation et pour que chacun y ait sa part dans le respect d’une certaine diversité », explique-t-il.  »

Car Delors n’a voulu l’Europe que dans la perspective de la globalisation…

Plus néolibéral que ce vieux cinglé, tu meurs !

Par panpan (xxx.xxx.xxx.93) 5 décembre 14:06

J’adhère tout à fait : Jacques Delors, quelle référence, en effet !!!….

Entrons entrons !
dans la globalisation !

(« pour que chacun y ait sa part »… Mdr)

Par kev46 (xxx.xxx.xxx.242) 5 décembre 15:30 kev46

N’oublions pas que la droite est là pour réduire le rôle de l’Etat jusqu’à ce que le privé ait sabordé les derniers arpents du bien public.

Eh, la gauche est encore pire. Jospin est celui qui a le plus privatiser ! Mittérand et delors sont les papa de maastricht. Pascal Lamy est le négociateur de l’AGCS et le DG de l’OMC. DSK était au FMI !! EELV qui sont ultra-libéraux ….

La gauche est aussi là pour le même objectif, Ne pas l’oublier !!

Le PS n’a rien de social !

Par Ariane Walter (xxx.xxx.xxx.169) 6 décembre 10:10 Ariane Walter

Superbe article Provola. tellementr juste. Et quand on voit l’élection de Poutine… Il n’a pas encore compris qu’il faut une opposition avec un Poutine2 ???? Ca lui évitera de bourrer les urnes !

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

123456
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement