DES NOUVELLES DE LA POMME

Posté par provola le 8 octobre 2011

Par PHILIPPE GRANGEREAU Envoyé spécial à Shenzhen (Chine)

DES NOUVELLES DE LA POMME  dans CHINE

Libération 3 juin 2010:

La porte sud de l’usine Foxconn est gardée comme une caserne. Portail électronique, fouille obligatoire. Les sentinelles manifestent une allergie particulière à l’endroit des journalistes qui viennent enquêter sur les onze suicides survenus depuis le début de l’année au sein de cet atelier du monde, de taille démesurée. Plus de 300 000 ouvriers y fabriquent à la chaîne l’iPhone d’Apple (1), les téléphones portables Nokia, les consoles de jeu de Sony et les ordinateurs de Dell et Hewlett-Packard.

«Il ne faut pas craindre d’être un dictateur quand c’est pour le bien de tous», lit-on dans un manuel destiné aux contremaîtres. Sur les murs de l’entreprise, on lit: «Le démon est dans le détail», une devise censée inciter à la minutie les ouvriers qui travaillent à la chaîne, où le même geste est répété en moyenne toutes les sept secondes. La plupart des employés qui ont mis fin à leurs jours à l’usine Foxconn de Shenzhen, située à la frontière de Hongkong, ont plongé du haut des dortoirs modernes où ils vivent entassés à dix par chambrée. Quatre filles et six garçons, âgés de 19 à 24 ans. Même les ingénieurs ne sont pas à l’abri. L’un d’eux, Yan Li, est «mort de surmenage», le 26 mai, après avoir travaillé vingt-quatre heures d’affilée, vient d’annoncer sa famille, qui réclame 250 000 yuans (30 000 euros) de dommages à Foxconn. Jeudi dernier, le lendemain du décès de l’ingénieur, un employé s’est taillé les veines, mais a pu être sauvé à temps.

Hier, la situation était jugée suffisamment sérieuse pour que Steve Jobs, le gourou d’Apple, déclare que son groupe «s’attelle au problème», tout en qualifiant l’usine de Foxconn de «chouette».

Quand les commandes affluent, Foxconn embauche jusqu’à 3 000 ouvriers par jour. Presque autant quittent l’entreprise, souvent par épuisement. En moyenne, 10% de la main-d’œuvre est renouvelée tous les mois. Pour être embauché, il faut avoir 18 ans, parfois seulement 16, et être en bonne santé. «Si on ne travaille que les huit heures quotidiennes requises, on ne touche que 900 yuans [108 euros] mensuels, et ce n’est pas assez, explique Yao. C’est pourquoi presque tout le monde fait des heures supplémentaires. Mais la fatigue venant, gare à l’erreur, car les contremaîtres peuvent vous insulter et même vous maltraiter »

Agence France-Presse (Pékin) 01 septembre 2011 

Une travailleuse de l'usine de Foxconn à Shenzen,... (Photo: Archives AFP)  Une travailleuse de l’usine de Foxconn à Shenzen, en Chine, où plusieurs produits Apple sont assemblés, inspecte une carte mère. – Photo: Archives AFP

Des entreprises chinoises fournissant le groupe informatique américain Apple polluent gravement et durablement l’environnement, mettant en péril la santé des habitants autour des usines, dénoncent des ONG après avoir enquêté cinq mois sur le terrain. Le rapport de 46 pages de ces organisations de défense de l’environnement, rendu public mercredi, est intitulé «Bad Apple» (mauvaise pomme). Il accuse, exemples à l’appui, le géant américain de savoir que la fabrication de ses iPad, iPhone et autres produits emblématiques génère un «énorme volume» de déchets toxiques, mais de ne pas agir en conséquence et de se désintéresser de la question.

«Grâce à cinq mois de recherches et d’investigations sur le terrain, nous avons découvert que les rejets polluants de cette société valant 300 milliards de dollars ont augmenté et se sont répandus dans sa chaîne d’approvisionnement», a souligné le rapport.

Plus de 27 «fournisseurs présumés» d’Apple sont responsables d’atteintes plus ou moins graves aux écosystèmes, en profitant des contrôles lacunaires en Chine, devenue l’atelier informatique du monde en raison de sa main-d’oeuvre très bon marché, a accusé le rapport.Interrogé par l’AFP, Apple a admis ne pas rendre public les noms de ses fournisseurs en Chine, sans en expliquer la raison.Le rapport cite par exemple le cas de la société Meiko Electronics, installée à Wuhan (centre), suspectée de fournir Apple en circuits imprimés.

Le lac Nantaizi situé près de l’usine Meiko est «sérieusement contaminé» par des métaux lourds, selon le rapport: l’analyse d’échantillons d’eau prélevés sur place a par exemple mis en évidence un taux de cuivre de 56 à 193 fois plus élevé que dans les autres lacs du bassin du Yangtsé.

Un porte-parole d’Apple, Carolyn Wu, a assuré que la société allait se pencher sur les accusations des ONG.

«Nous exigeons de nos fournisseurs qu’ils offrent des conditions de travail sûres, qu’ils traitent les employés avec dignité et respect et qu’ils suivent des processus de fabrication respectueux de l’environnement», a-t-elle indiqué à l’AFP.

Dans un autre rapport publié en janvier, Apple avait été déjà critiqué pour des défaillances chez ses fournisseurs: le groupe américain était arrivé en dernière place, sur 29 multinationales du secteur technologique, d’une enquête ciblant les risques sanitaires au travail et les problèmes de pollution industrielle en Chine.

A l’attention de tous ceux qui ne veulent pas être pris pour des poires.

 

Publié dans CHINE, ESCLAVAGE DES ENFANTS, LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

LES ENFANTS SACRIFIÉS

Posté par provola le 18 août 2011

           LES ENFANTS SACRIFIÉS  dans ESCLAVAGE DES ENFANTS       dans LES BOITES AU PILORI       dans MONDE   

 

                           Des traces de radioactivité ont été détectées dans la glande thyroïde d’enfants examinés vivant dans des communes situées à proximité de la centrale de Fukushima, 45% des enfants contrôlés présentent des taux de radioactivité anormaux, ce taux de radioactivité n’étant apparemment pas alarmant. 

«La position officielle du gouvernement est qu’aucun des enfants testés n’a montré des niveaux problématiques de contamination radioactive», a déclaré un fonctionnaire responsable à l’AFP, en souhaitant conserver l’anonymat.

Pourquoi dons se soucier si les autorités nous rassurent si gentiment ?

En Bretagne maintenant, d’après les mesures effectuées ce mardi après-midi par l’Agence régionale de la santé, les algues vertes, qui se sont déposées depuis vendredi dernier sur la plage de la Petite Vallée jusqu’à la pointe de Chemoulin, ne présentent aucun danger. Bertrand Révolte, directeur général de la mairie est confiant : « Au vu des résultats, il n’y a pas de raison de laisser les plages fermées plus longtemps ». Cette partie du littoral nazairien rouvrira dès jeudi. Un nettoyage complet du site sera effectué mercredi « plus par souci de confort pour les usagers que par sécurité sanitaire », explique l’élu.

On voit bien qu’il est impératif de ne pas alarmer la population touristique en ces jours de grand rush. la Ministre de l’écologie NKM elle-même n’avait-elle pas prévenu la semaine dernière de la dangerosité de ces algues vertes ? il semble qu’on se soucie plus en Bretagne du tiroir-caisse des commerçants locaux que de la santé des enfants sur des plages poubelles. 

Soupçonné de travail forcé, Zara, la grande marque de prêt-à-porter est sous haute surveillance au Brésil, 52 Boliviens dont des enfants qui travaillaient au noir dans des conditions insalubres ont été découverts dans les ateliers de la marque espagnole à Americana, à 130 km de Sao Paulo, au mois de mai dernier. Pendant l’enquête du parquet, « des vêtements de la marque Zara ont été confisqués », a souligné le porte-parole, en précisant que le groupe sous-traitait les services de l’entreprise brésilienne Rhodes, qui à son tour « sous-traitait plusieurs ateliers clandestins » de couture. 

« Les Boliviens travaillaient 14 heures par jour en moyenne dans des conditions dégradantes », a-t-il précisé. A l’étage du dessus, se trouvaient les logements des travailleurs où les conditions d’hygiène étaient très précaires. Deux autres ateliers qui confectionnaient des vêtements Zara ont été découverts dans la mégalopole brésilienne.

Plus prêt de nous, un trafic de jeunes enfants existe entre le Nigéria et l’Italie. Chaque année, environ 6000 d’entre eux sont destinés à l’adoption illégale ou à la prostitution dans la botte, le tout représente un chiffre d’affaires de 228 millions de dollars. La banque Western Union qui possède la plus importante part de marché au Nigéria et qui possède un contrat d’exclusivité avec la First Banck of Nigeria est le principal vecteur des transferts de fond et du blanchiment d’argent du trafic d’enfants. 

Cet argent sale est réinvesti à Benin City et alimente la bulle du business immobilier.

 

Publié dans ESCLAVAGE DES ENFANTS, LES BOITES AU PILORI, MONDE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement