LE SOLEIL TUE L’ATOME

Posté par provola le 13 janvier 2013

                             

Crédit : SunPowercorp

                        La dernière des défenses de l’atome était sa soi-disant compétitivité, proclamée en boucle par le lobby nucléaire. Comme le nerf de la guerre en notre temps reste la valeur économique en dépit de toute réalité écologique, il restait à la propagande atomique, aux agents du nucléaire, la sempiternelle argumentation basée sur son prix relatif, affiché comme très compétitif par rapport aux autres sources d’énergie.

Quand on relève la dangerosité de  cette énergie, on nous rétorque illico que la Franca possède le parc de centrales les plus économiques de la planète et que notre pays bénéficie d’une électricité parmi les moins chères au monde. Bien sur, Fukushima a provoqué une inflation des coûts estimés, la mise aux nouvelles normes de sécurité a révélé au grand jour l’obsolescence des devis affichés depuis des lustres par le lobby nucléaire. Evidemment, le nouveau programme EPR n’en fini pas d’exploser les devis et les délais, l’enfouissement des déchets reste une problématique sous-estimée, le démentèlement des anciennes centrale une gageure.

On n’a jamais oublié non plus l’exploitation des mines d’uranium d’Arlit au Niger qui reste un désastre environnemental, la prolifération programmée des scories radioactives sur l’ensemble du globe, la contamination de régions entières résultant du commerce de l’uranium, les transports continus des déchets radioactifs, les convois sous haute surveillance, les risques liés au terrorisme. Toute cette problématique annexe non prise en compte dans le prix réel de l’énergie nucléaire.

Bien que lourdement suspectée de falsification, l’industrie nucléaire était pourtant parvenue à écarter toute forme de contestation argant du conscensus national basée sur l’indépendance énergétique, sorte de fierté nationaliste sans que l’on sache au juste ce que cela englobe réellement. Pense-t-on par indépendance à la connivence affichée du régime nigerien, s’appropriant les recetttes de l’exploitation du minerai d’uranium au détrimant d’un peuple laissé dans le dénuement le plus total ?

Il fallait pour faire exploser cette omertà, qu’un évènement économique et non plus moral ou environnemental se produise, en un mot qu’une autre source d’énergie devienne plus rentable aux yeux des boursicoteurs. Et cet évènement vient de se produire du coté des USA où Total notre champion de l’énergie, vient de se voir attribuer la construction d’une immense centrale solaire.

SunPower, la filiale du géant pétrolier, a vendu un projet de centrale photovoltaïque de 570 MW en Californie pour environ 2 milliards de dollars à une société de Warren Buffett.Les panneaux solaires orientables, qui pourront poursuivre la course du soleil tout au long de la journée, s’étendront sur 1300 hectares, l’équivalent de 1200 terrains de football.

«Quelque chose change dans le solaire, cette énergie commence à être rentable aujourd’hui à certains endroits de la planète, là où l’ensoleillement est élevé et l’électricité chère.» Ce constat n’émane ni du Syndicat des énergies renouvelables ni de la ­ministre de l’Écologie, Delphine ­Batho, mais de l’un des membres du comité exécutif du géant pé­trolier français Total.

Philippe ­Boisseau, président de la branche marketing et services mais également des nouvelles énergies chez Total, se félicite de la vente, annoncée mercredi 2 janvier, de «la plus grande centrale solaire du monde» par SunPower, filiale de Total ­depuis 2011, contrôlée à 66%, à ­MidAmerican Solar, propriété du milliardaire américain Warren ­Buffett. La transaction est estimée entre 2 et 2,5 milliards de dollars (entre 1,5 et 1,9 milliard d’euros).

«Aujourd’hui, nous savons produire un kilowattheure avec le photovoltaïque à moins de 8 centimes d’euros, dans les zones les plus ensoleillées.» Soit l’équivalent du coût du kilowattheure produit par le futur réacteur nucléaire de Flamanville, estimé par la Cour des comptes entre 7 et 9 centimes. Autre élément de comparaison: actuellement, EDF rachète aux particuliers équipés de panneaux solaires le kilowattheure à 34 centimes. À ce prix, en Californie, où le tarif de l’électricité est plus ­élevé qu’en France, l’énergie ­photovoltaïque devient rentable sans subvention. C’est aussi le cas en Allemagne et en Italie, marchés privilégiés par SunPower en Europe.

La clé de cette performance est le rendement élevé des panneaux de SunPower, qui affiche 24%. Sur 100 watts d’énergie reçue directement du soleil, un panneau en restitue 24 sous forme d’énergie électrique. L’un des grands rivaux chinois de SunPower, Suntech, revendiquait récemment un rendement de 21% pour le dernier-né de ses panneaux quand beaucoup oscillent autour de 17%.

Autrement dit, le dernier argument-massue de l’énergie nucléaire, s’auto-proclamant championne absolue de la rentabilité vient de tomber face aux avancées technologiques internenues dans les énergies renouvelables et plus particulièrement dans l’énergie solaire. Sans compter qu’il est encore question d’améliorer de façon substantielle le rendement des cellules photo-voltaïques à court terme. 

Attendons de voir ce que la propagande nucléaire va encore pouvoir inventer ou cacher à l’heure des coupes budgétaires imposées au pays visant à réduire les déficits et les dettes, pour prolonger ce qui ressemble de plus en plus à un grand gaspillage du futur.

Publié dans ENERGIE SOLAIRE, NUCLEAIRE | Pas de Commentaire »

LE SOLEIL D’ITALIE

Posté par provola le 16 février 2012

Dal fotovoltaico il 25% dei consumi domestici -    TABELLE         Je ne pouvais refermer le dossier de l’amiante en Italie sans basculer illico sur le front du solaire dans la péninsule. Je ne suis pas là que pour taper sur le pays de Dante qui est aussi un peu et même beaucoup le mien, autant qu’il le fut en tous cas pour un certain Ventura.

Si l’Italie se démène avec de multiples boulets aux pattes comme ceux de la dette, de la corruption généralisée et de l’évasion fiscale, il lui arrive pourtant de faire preuve de sagesse, de hardiesse et même de génie quand elle se trouve acculée avec le feu aux fesses. Et dans le champ énérgétique nulle doute que notre voisin a plus de choses intéressantes à nous montrer que nous n’en avons à lui proposer.

Qui sait par exemple que l’Italie est le pays au monde, peu après l’Allemagne, possédant la puissance photovoltaïque installée la plus importante au monde ?

12 800 mégawatts de puissance (l’équivalent de 12 centrales nucléaires) fournis par 330 000 installations. Le photovoltaïque produit 25 % de la consommation électrique des foyers ce qui représente 6% de la consommation électrique totale.  Le quart des télévisions, des ampoules électriques, des machines à laver fonctionne à l’énergie solaire, un résultat incroyable quand on pense qu’il y a dix ans , il n’y avait rien de tout cela ou presque.

Et le processus s’accélère, loin de pâtir de la crise, le photovoltaïque a vu son envol inexorable favorisé par le refus définitif du nucléaire prononcé par le peuple lors du référendum de 2011. Un vrai référendum celui-là, sérieux, nécessaire, démocratique, pas la marmelade proposée en ces jours par notre ancien Président.

La production record d’énergie renouvelable (l’ éolien est aussi une réussite en Italie) a ainsi permis à l’Italie d’ atteindre les objectifs de Kyoto. (Réduction de 6,5 % des gaz à effet de serre de 1990 à aujourd’hui, ce qui va lui éviter d’avoir à régler une amende de 860 millions d’euros, ce qui n’est pas négligeable en cette période de pénurie.)

Pendant ce temps, de ce coté-ci des Alpes nous continuons à nous entre-déchirer sur le nucléaire, alors que nous n’avons même plus les moyens de démanteler notre parc obsolète, dixit la Cour des comptes, alors que nous ne connaissons pas les coûts futurs du stockage des déchets, alors que les décisions à prendre risquent de plomber le pays pour des générations.

Publié dans ENERGIE SOLAIRE, ITALIE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement