OLE !

Posté par provola le 2 février 2013

Evolution de la capacité de production éolienne Espagne 

 

                                       L’Espagne en proie des marchés financiers se paye le luxe d’apparaître comme étant la grande prêtresse du vent et en ces périodes de vaches maigres, ce n’est pas là le moindre de ses mérites. Le dispositif mis en place durant ces dernières années lui prouve que rien n’est impossible à la barbe des nucléaristes de malheur , des salauds de gaziers, des maudits extracteurs. Le vent est inépuisable il suffit de le cueillir, et je veux dire ici qu’une éolienne à le pouvoir de nous sentir utiles aux futures générations.  

Ainsi donc l’Espagne a donné les chiffres de sa production d’énergie éolienne durant la semaine dernière.  Le pic de 6 terrawatts/j a été atteint, ce qui a été quasiment suffisant pour alimenter toute la population. Certe il s’agit encore de périodes favorables, de grands vents, en hiver, quand les perruques ont du mal à tenir sur les crânes rasés, quand les cerfs-volants ont du mal à remonter les courants d’ouest.

L’European wind energy Association (EWEA) dans son rappot annuel a annoncé que l’Espagne en 2011 a installé la seconde capacité d’énergie éolienne d’Europe derrière l’Allemagne. Le pays représente 23 % de la capacité totale européenne, 21,7 Gwt, derrière l’Allemagne avec 31% et 29,1 GWT.

Le Global Wind Energy Council indique que l’Espagne est la quatrième puissance éolienne au monde, il estime que les ressources totales du pays sont encore largement inexploitées, le potentiel avoisinerait 100 GWT à l’horizon 2020 et 150 Gwt à 2030.

A coté la première puissance nucléaire apparait comme une sorte de furoncle des temps modernes, et un sentiment de honte m’envahit à l’idée que dans cent mille ans on aura cure de mes déchets, comme une sorte d’éternité si lourde à supporter.

Cela ne m’arrive pas souvent d’être positif mais putain que ça fait du bien.

Publié dans ENERGIE EOLIENNE | Pas de Commentaire »

VIVE LE VENT

Posté par provola le 11 janvier 2012

                                 L’appel d’offres lancé sur l’installation de 600 éoliennes géantes au large des cotes françaises est parvenu à son terme avec la remise des offres de différents opérateurs. Le projet porte sur un investissement de 10 milliards d’euros à la charge des consortiums vainqueurs, l’Etat garantissant le prix de rachat de l’énergie produite. Ces éoliennes géantes de 200 m de hauteur seront capables de fournir 3 000 MW, l’équivalent de 3 centrales nucléaires.

5 sites on été choisis pour accueillir les parcs d’éoliennes offshore. Hormis le Tréport, en Seine-Maritime, où un groupement mené par GDF Suez est le favori, deux à trois consortiums se disputent chacune des zones en jeu. Ils ont remis aujourd’hui  leurs offres à la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Les lauréats seront ensuite désignés en avril par le gouvernement, et auront un an et demi (jusqu’en octobre 2013) pour confirmer la faisabilité des projets. Les chantiers devraient démarrer en 2015.

En attendant on a appris que le parc d’éoliennes terrestres a encore battu son record de production d’électricité le 5  janvier dernier.Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a publié hier soir un communiqué indiquant que le parc éolien français avait atteint jeudi une puissance de production de 4 636 MW, surpassant le prédédent record de décembre, et couvert jusqu’à 8 % de la consommation électrique française.

Avec une production d’électricité instantanée atteignant celle de 5 réacteurs nucléaires, l’énergie éolienne a produit jeudi 5 janvier 6% de notre consommation, évitant le recours à des centrales thermiques fossiles à une période de l’année où les besoins en électricité sont très élevés.

Ce record de début d’année 2012 fait suite à un mois de décembre 2011 au cours duquel le parc éolien a joué un rôle particulièrement important : il a couvert 4 % de nos besoins en électricité, contre 2 % couverts respectivement par les centrales à charbon et par les centrales à gaz.

éolienne offshore flottante

La filiale du groupe Energias de Portugal a annoncé, mardi 10 janvier, la mise en place de sa première éolienne offshore, équipée du système « WindFloat ». Cette technologie, ne nécessitant aucun équipement lourd, permet une exploitation à des profondeurs pouvant dépasser 50 mètres. Conçue pour supporter tout type d’éolienne, elle est actuellement en phase de test. Ses capacités de production énergétiques seront ensuite progressivement augmentées.

Evidemment, dans l’éolien, tout n’est pas rose, on produit du CO2 en fabriquant, en transportant, en entretenant le parc, mais tout ce qui est produit avec de l’éolien ne l’est pas avec du charbon du gaz ou du nucléaire qui en plus est une source à emmerdes.

Le prix de l’éolien est également plus élevé que d’autres sources d’énergies, mais cela me va bien si cela mène à un comportement plus économe, ce qui pourrait devenir notre première source d’énergie.

Publié dans ENERGIE EOLIENNE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement