LA LENTE AGONIE DU TIBET

Posté par provola le 29 janvier 2012

                             

                      N’en déplaise à tous les Mélancons et à tous les capitalistes, qui voient en la Chine l’avant-poste du nouveau paradis sur terre, le Tibet n’est pas près de rendre l’âme à défaut de pouvoir sauver sa peau. Cette étrange coalition des extrêmes qui rassemble les défenseurs des plus pauvres et les profiteurs de la globalisation de l’économie a beau continuer de tourner la tête autre part, il n’est pas encore dit que les hauts plateaux dérouleront à jamais le tapis rouge à l’avancée du soi-disant progrès capitalo-communiste.

 Image d'un moine s'immolant à Dawu dans le Sichuan

Image d’un moine s’immolant à Dawu dans le Sichuan

Marianne: « Trois ans après 2008, les manifestations d’opposition et de dissidence redoublent de vigueur. Face aux immolations, le gouvernement chinois emploie la force. Tir à vue, homicides, arrestations, et bouclage électronique de la région, le régime renoue avec la tradition maoïste dans une indifférence mondiale de plus en plus grande. »

Je sais bien que notre période d’élections n’est pas propice à l’universalisme il n’en demeure pas moins que le sort de cette bande d’irréductibles bouddhistes perchés là-haut sur le toit du monde nous concerne tous.

Ce peuple que même notre nouveau Christ des pauvres Mélanchon traite comme le dernier des aliénés se trouve privé de droits et de liberté depuis plus de cinquante ans, écrasé par l’avancée de la civilisation. Cette civilisation qui au nom du progrès des masses détruit l’identité des individus, cette armée des incultes qui massacre les damnés de la sagesse.  Comme cette Arabie saoudite que l’on cajole pour son or noir, la Chine vaut toutes les bévues du monde si on lui doit le dernier Iphone.

Bande de sourds que nous sommes, n’entendons-vous pas au travers de notre smart-phone réglé sur le mode indifférence, cette sourde agonie qui n’est que le chuintement de notre propre extinction ?    

 

 
 

Publié dans CHINE, TIBET | Pas de Commentaire »

LA CHINE NE NOUS VEUT PAS QUE DU BIEN

Posté par provola le 14 novembre 2011

            

     Bower in chief w Chinese PM (Ap. 10)

     LA CHINE NE NOUS VEUT PAS QUE DU BIEN dans CHERCHEZ L'ERREUR   Liu Xiaobo

                                    

                  

 

 

 

 

 

                          N‘en déplaise à Mélanchon dont le penchant chinetoque me laisse perplexe et qui reste quand même l’homme pour qui je m’apprête à voter, le régime chinois ne cesse de nous prouver son inaltérable volonté hégémonique, alimentée par la mansuétude de ses clients et encouragée par la torpeur de ses débiteurs. Suite à l’appel au secours lancé par l’Union européenne demandant à la Chine d’abonder le fond d’aide aux pays en difficulté de la zone euro, le Président Hu Jintao a requis que toute forme de protectionnisme à l’encontre des produits chinois soit bannie.

Lui répondant en écho, le Président du fond d’investissement CIC (China Investment Corporation) a fustigé « l’ Etat providence européen », responsable selon lui de la crise de la dette.

« Les troubles qui se sont produits dans les pays européens résultent uniquement de problèmes accumulés par une société en fin de course, vivant d’acquis sociaux », a déclaré Jin Liqun, qui dirige le CIC.

Le redresseur de torts a poursuivi sur le même ton: « Les lois sociales sont obsolètes. Elles conduisent à la paresse, à l’indolence, plutôt qu’à travailler dur. »

Terminant son interview sans langue de bois, Jin Liqun a demandé aux gouvernements européens des réformes musclées avant un éventuel soutien chinois.

Hu Jintao, ce week-end, a rencontré Obama à Hawaï, il a poursuivi sur le même ton en refusant de négocier une quelconque réévaluation du yuan: « La hausse du yuan par rapport au dollar ne serait d’aucune aide pour les USA »,une fin de non recevoir, un camouflet pour Obama.  

Avant de serrer la main de ce régime de cons et de courber l’échine, il faut bien savoir à qui l’on a affaire. Apparemment, le fait que la Chine soit devenue la principale source de CO2 sur la planète, que le port du Pirée annexé depuis quelques années par la Chine soit le premier en Europe à déverser des millions de tonnes de marchandises inutiles, que l’Afrique soit une simple terre de conquête aux troupes économiques chinoises, que les ravages environnementaux y soient ici plus irréversibles qu’ailleurs, que les Tibétains clament haut et fort leur martyre depuis des décennies, que les provinces musulmanes soient une terre brûlée, que des milliers de dissidents croupissent dans les prisons pour leur opposition au pouvoir, que les étudiants ne puissent se souvenir de Tiananmen, que le prix Nobel de la paix soit au chaud depuis deux ans, que la peine de mort y soit encore une pratique courante, que des centaines de millions d’ouvriers de l’ombre et du Iphone y soient exploités dans des conditions indignes ne choque pas notre défenseur des travailleurs.

Mélanchon me trouvera sur ce terrain glissant de la Chine en adversaire intransigeant. Ce n’est pas parcequ’on est allergique aux USA qu’on est obligé de se farcir une infusion d’alcool de riz.  

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, CHINE | 1 Commentaire »

DES NOUVELLES DE LA POMME

Posté par provola le 8 octobre 2011

Par PHILIPPE GRANGEREAU Envoyé spécial à Shenzhen (Chine)

DES NOUVELLES DE LA POMME  dans CHINE

Libération 3 juin 2010:

La porte sud de l’usine Foxconn est gardée comme une caserne. Portail électronique, fouille obligatoire. Les sentinelles manifestent une allergie particulière à l’endroit des journalistes qui viennent enquêter sur les onze suicides survenus depuis le début de l’année au sein de cet atelier du monde, de taille démesurée. Plus de 300 000 ouvriers y fabriquent à la chaîne l’iPhone d’Apple (1), les téléphones portables Nokia, les consoles de jeu de Sony et les ordinateurs de Dell et Hewlett-Packard.

«Il ne faut pas craindre d’être un dictateur quand c’est pour le bien de tous», lit-on dans un manuel destiné aux contremaîtres. Sur les murs de l’entreprise, on lit: «Le démon est dans le détail», une devise censée inciter à la minutie les ouvriers qui travaillent à la chaîne, où le même geste est répété en moyenne toutes les sept secondes. La plupart des employés qui ont mis fin à leurs jours à l’usine Foxconn de Shenzhen, située à la frontière de Hongkong, ont plongé du haut des dortoirs modernes où ils vivent entassés à dix par chambrée. Quatre filles et six garçons, âgés de 19 à 24 ans. Même les ingénieurs ne sont pas à l’abri. L’un d’eux, Yan Li, est «mort de surmenage», le 26 mai, après avoir travaillé vingt-quatre heures d’affilée, vient d’annoncer sa famille, qui réclame 250 000 yuans (30 000 euros) de dommages à Foxconn. Jeudi dernier, le lendemain du décès de l’ingénieur, un employé s’est taillé les veines, mais a pu être sauvé à temps.

Hier, la situation était jugée suffisamment sérieuse pour que Steve Jobs, le gourou d’Apple, déclare que son groupe «s’attelle au problème», tout en qualifiant l’usine de Foxconn de «chouette».

Quand les commandes affluent, Foxconn embauche jusqu’à 3 000 ouvriers par jour. Presque autant quittent l’entreprise, souvent par épuisement. En moyenne, 10% de la main-d’œuvre est renouvelée tous les mois. Pour être embauché, il faut avoir 18 ans, parfois seulement 16, et être en bonne santé. «Si on ne travaille que les huit heures quotidiennes requises, on ne touche que 900 yuans [108 euros] mensuels, et ce n’est pas assez, explique Yao. C’est pourquoi presque tout le monde fait des heures supplémentaires. Mais la fatigue venant, gare à l’erreur, car les contremaîtres peuvent vous insulter et même vous maltraiter »

Agence France-Presse (Pékin) 01 septembre 2011 

Une travailleuse de l'usine de Foxconn à Shenzen,... (Photo: Archives AFP)  Une travailleuse de l’usine de Foxconn à Shenzen, en Chine, où plusieurs produits Apple sont assemblés, inspecte une carte mère. – Photo: Archives AFP

Des entreprises chinoises fournissant le groupe informatique américain Apple polluent gravement et durablement l’environnement, mettant en péril la santé des habitants autour des usines, dénoncent des ONG après avoir enquêté cinq mois sur le terrain. Le rapport de 46 pages de ces organisations de défense de l’environnement, rendu public mercredi, est intitulé «Bad Apple» (mauvaise pomme). Il accuse, exemples à l’appui, le géant américain de savoir que la fabrication de ses iPad, iPhone et autres produits emblématiques génère un «énorme volume» de déchets toxiques, mais de ne pas agir en conséquence et de se désintéresser de la question.

«Grâce à cinq mois de recherches et d’investigations sur le terrain, nous avons découvert que les rejets polluants de cette société valant 300 milliards de dollars ont augmenté et se sont répandus dans sa chaîne d’approvisionnement», a souligné le rapport.

Plus de 27 «fournisseurs présumés» d’Apple sont responsables d’atteintes plus ou moins graves aux écosystèmes, en profitant des contrôles lacunaires en Chine, devenue l’atelier informatique du monde en raison de sa main-d’oeuvre très bon marché, a accusé le rapport.Interrogé par l’AFP, Apple a admis ne pas rendre public les noms de ses fournisseurs en Chine, sans en expliquer la raison.Le rapport cite par exemple le cas de la société Meiko Electronics, installée à Wuhan (centre), suspectée de fournir Apple en circuits imprimés.

Le lac Nantaizi situé près de l’usine Meiko est «sérieusement contaminé» par des métaux lourds, selon le rapport: l’analyse d’échantillons d’eau prélevés sur place a par exemple mis en évidence un taux de cuivre de 56 à 193 fois plus élevé que dans les autres lacs du bassin du Yangtsé.

Un porte-parole d’Apple, Carolyn Wu, a assuré que la société allait se pencher sur les accusations des ONG.

«Nous exigeons de nos fournisseurs qu’ils offrent des conditions de travail sûres, qu’ils traitent les employés avec dignité et respect et qu’ils suivent des processus de fabrication respectueux de l’environnement», a-t-elle indiqué à l’AFP.

Dans un autre rapport publié en janvier, Apple avait été déjà critiqué pour des défaillances chez ses fournisseurs: le groupe américain était arrivé en dernière place, sur 29 multinationales du secteur technologique, d’une enquête ciblant les risques sanitaires au travail et les problèmes de pollution industrielle en Chine.

A l’attention de tous ceux qui ne veulent pas être pris pour des poires.

 

Publié dans CHINE, ESCLAVAGE DES ENFANTS, LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

SUI BO ZHU LIU (CHINE 2)

Posté par provola le 19 novembre 2010

http://www.youtube.com/watch?v=1wJdFr8ZhgE

                  La poignée de main entre Hu Jintao et De Funès fut à fort potentiel de destruction symbolique, entre un Président pressé et un autre s’inscrivant dans la tradition du milieu, bien dans ses cales pieds. L’Europe est en bout de piste alors que la Chine dispose de tout son temps pour grignoter notre gruyère communautaire. Notre Chef des missions impossibles a un mandat qui lui brûle les doigts, en phase terminale d’une expérience délétère, comme investi d’une camisole trop pesante, il se doit de remplir des caisses vides depuis les lustres d’antan, le pourboire de l’Illustre suffira à peine à adoucir le tour de vis budgétaire de la fin de règne.

Entre un homme tranquille et un homme pressé, c’est toujours le premier qui gagne, lui qui a toute l’éternité pour signer des contrats à sa botte. L’autre n’a que le pouvoir de botter en touche sur les droits de l’homme et l’obligation de signer sa reddition. En ayant en la circonstance fait fi de tous les principes, de toutes les barbaries, de toutes les règles morales, de tous les prix Nobel de la paix et de Liu Xiaobo en particulier.

Après cette poignée de main, la France ne ressemble plus à grand chose d’autre qu’ à un vaste champ de mines, qui vont des mines de sels où croupissent des milliers d’esclaves, aux mines déconfites des millions d’opposants au régime chinois, emprisonnés dans les couloirs de la mort, sans oublier les centaines de condamnés politiques, les millions de Tibétains exilés ou déportés, les millions de Ouïgours musulmans de la province du Xinjiang, sous le joug du pouvoir central depuis l’invasion de 1884.

Tous se sont levés en coeur pour applaudir cette accolade chaleureuse et particulièrement émouvante. Tous ont approuvé cet échange sincère qui aura permis d’évoquer un large panel de sujets d’entente et de dégager un consensus favorable aux perspectives futures…funeste diplomatie de la langue de bois.   

Publié dans ASIE, CHINE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

ILS VIENNENT DE LOIN (CHINE 1)

Posté par provola le 18 novembre 2010

                   La visite de Hu Jintao venu récolter les dividendes de son sentiment de supériorité et les miasmes de notre complainte aura été un sommet de la duperie diplomatique. La France se sera couché devant le tigre et aura planqué sous le paillasson les grandes heures de son histoire industrielle. Effacées les glorioles gaullistes, gélifiées la barbe à papa de la cinquième République.

« Ils viennent de loin » déclara De Funès, Louis 1er, en parlant des Chinois « et ils n’ont pas la même culture, ce sont nos invités et ils doivent être traités comme des invités »  

De Funès voulait vendre et n’avait donc aucune intention d’indisposer ses clients en évoquant les Droits de l’Homme. La visite de Hu Jintao en France aura réuni tout l’aréopage des grands patrons qui (c’est rassurant) s’ils sont nos principaux dirigeants se retrouvèrent tous penauds devant un gros carnet de chèques. Voir ces fortunés industriels, habituellement locataires des alcôves glamour des conseils d’administration se prosterner de la sorte, se contorsionnant jusqu’à raser le sol du front pour grappiller les croûtons de la soupe populaire chinoise avait quelque-chose de jouissif. Mais cela ne nous aura apaisé que l’instant d’une franche rigolade.

Car après viendra le temps des réalités, celui de la réal-politique comme celui de la réal-économie qui ne font plus qu’une. Plus rien en effet ne semble dissocier les aspects de l’organisation de nos sociétés des rouages amoraux des mécanismes financiers. Comme si la société devait dorénavant se calquer sur un compte de résultats, si possible positif.

Le Président chinois étant venu avec ses cadeaux de noël, il fut reçu  avec les égards dus à un invité de marque, made in China, bien sûr.  Notre Ministre des affaires étrangères affairé à faire ses valises Louis Vuitton, avait disparu encore une fois, il fit montre ainsi d’une certaine continuité dans l’action. (Là n’est pas le sujet , juste une digression, j’en ai bien le droit n’étant pas encore sous écoute, du moins le crois-je). Donc sans Ministre de compétence qui aurait fait de l’ombre à sa plante verte, De Funès serra la main de l’empereur du milieu au milieu du perron, l’ampoule à haut voltage se brisa comme si les bouteilles de champagne avaient l’ordre de sabrer la langue de toutes les forfaitures.

Les contrats furent signés ce qui signa l’arrêt de mort de notre industrie. En effet la vision à court-terme de nos pieds-nickelés d’industriels permit à nos hôtes de glisser sur la feuille la reddition de notre armée technologique et le passage sous tutelle pékinoise de tous nos secrets de fabrication qui sont nos bijoux de famille les plus précieux. Ce qui se vend pas cher aux chinois, c’est ce qui se fait de mieux en matière nucléaire, ferroviaire, aéronautique, chimique. Les groupes privatisés que sont AREVA, ALSTOM, EADS, TOTAL qui ne sont en réalité que des émanations de projets d’État, des créations nés d’investissements nationaux, se plièrent au dictât de l’audimat et à l’obligation du plus grands des transfert technologiques. AREVA, l’ancien  Commissariat à l’énergie atomique dispose du savoir faire atomique ayant abouti à la bombe et au programme nucléaire d’EDF, ALSTOM a grandit de perfusions de la SNCF, développant le TGV grâce aux commandes sans concurrence de son commanditaire, EADS est la réussite de la coopération franco -allemande, TOTAL, profite de la manne de la « France- Afrique » .  

Toutes ces technologies de pointe, ce savoir-faire sans équivalent appartenant au peuple font aujourd’hui partie d’un panier d’échanges visant à grappiller quelques années de répit avant l’invasion définitive, avant l’immanquable retour de bâton. 

Ces compagnies maintenant privées ayant reçu en dote ce capital signent des contrats en trompe l’oeil, consignant pour quelques deniers les fleurons de notre histoire alors qu’un lissage dans le temps des échanges, qu’une coopération équitable et mieux maîtrisée eut préservé au moins les apparences.

Les bénéfices de ce troc de bas étage seront aussi éphémères que le crocus de printemps. Peu importe, lors de la prochaine marée, les boss du CAC 40 auront été remplacés par les liquidateurs et couleront des jours heureux sur leur yatcht vautrés sur leurs stocks-options.

Mais les Canadiens, les Allemands, les Américains ne se sont-ils pas lancés à corps perdu à la grande braderie ? Évidemment, la même logique de la compétition mondiale emporte tout et il faut bien essayer de vendre avant que tout devienne invendable. La grande évidence sous-jacente de ce grand barnum des affaires, c’est la logique du capitalisme actionnarial. Signer un contrat, c’est soutenir un cours de bourse, c’est maintenir en apnée une action et rien n’est plus fugace et volatile qu’une action.    

 » Il faut acheter le savoir-faire occidental pour pouvoir ensuite dominer le monde ». La Chine n’a jamais caché sa volonté hégémonique et il n’est que d’écouter les déclarations triomphalistes de ses grands patrons pour s’en persuader. 

La piorité, c’est vendre avant que les autres ne le fasse , peu importe que bientôt, forts de ce transfert technologique nos clients se transforment comme par enchantement en nos uniques donneurs d’ordres. 

Publié dans CHINE, ECONOMIE | Pas de Commentaire »

LA CHINE A LE VENT EN POUPE

Posté par provola le 2 novembre 2010

              Impressionnant. Pour satisfaire son appétit, l’empire du Milieu a doublé sa consommation de charbon et triplé sa consommation de pétrole durant les 9 dernières années et le rythme s’accélère, mais dans le même temps, la Chine a baissé son intensité énergétique (consommation d’énergie par unité de PIB) de 16% entre 2005 et 2009 et ceci devrait lui permettre très prochainement d’être le leader de la production d’énergie propre. Ces données nous sont fournies par un rapport du World Watch Institute. Ceci est permis par une avancée technologique foudroyante, une politique de développement très agressive et une position financière particulièrement confortable.

En gros les bénéfices engrangés sur le front des exportations et grace au développement des énergies sales, permettent d’investir massivement dans les énergies renouvelables. Plus les efforts et les réussites commerciales sont conséquents, plus ils sous-entendent une accélération du dérapage incontrôlé. L’histoire du lavabo qui se vide moins vite que  le robinet qui fuit.

Néanmoins, comme il faut bien parfois faire preuve d’optimisme. La puissance éolienne installée a doublé chaque année durant les cinq dernières années, en 2009 la Chine a installé le tiers de tout le nouvel équipement mondial. Son parc éolien va bientôt dépasser le parc américain.  Toujours en 2009, la production chinoise de cellules photovoltaïques a représenté 40% du marché global. De la même manière, la Chine produit 90% des panneaux solaires thermiques mondiaux avec une production de 40 millions de m2 chaque année.

Allez dire aux Chinois qu’ils polluent, ils vous dirons qu’ils sont plus propres que nous.

Publié dans ASIE, CHINE | Pas de Commentaire »

LA CHINE RACHETE TOUTES LES TAXES CARBONE

Posté par provola le 8 février 2010

Il semble bien que la Chine ait compris les enseignements de la conférence de Copenhague sur le réchauffement climatique. Rien n’ayant été décidé, la seule conclusion réaliste à en tirer est que nous soyons destinés à assister impuissants au pas cadencé de la locomotive du monde.

Augmentation des ventes d’automobiles pour le mois de janvier: + 84% par rapport à janvier 2009. Ce taux allucinant  devrait se maintenir sur les trois prochaines années pour se stabiliser aux alentours de +10% après 2012.  

Un peu comme si les Chinois voulaient en une génération épuiser les quotas de CO2 de tous les autres pays et racheter les droits à polluer de la planète pour les trois prochains siècles.

Sarko a enfin trouvé un acheteur pour sa taxe carbone…

Publié dans ASIE, CHINE, ECOLOGIE, ECONOMIE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement