LA POLITIQUE SOCIALISTE

Posté par provola le 13 juin 2012

LA POLITIQUE SOCIALISTE dans CHERCHEZ L'ERREUR cop_poules

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

LA FIN DU MONDE ANNONCÉE A RIO

Posté par provola le 7 juin 2012

                            

                              Il faut bien se dire que les élections françaises furent à tous points de vue une agréable plaisanterie au regard des bouleversements que nous sommes en train de vivre au niveau mondial. Nous avons pu nous préoccuper du coup de pouce du SMIC, du voile intégral et de la dépénalisation du cannabis. Des broutilles, à peu de choses près.

 Il suffit pourtant que nous ayons à présent la possibilité de regarder au delà du bout de notre nez pour remarquer la catastrophe en cours. Dans quelques jours à Rio se tiendra la conférence des Nations Unies sur le Développement Durable et l’on pourra alors juger avec précision ce que l’humanité aurait du préserver et ce qu’elle a définitivement dilapidé depuis vingt ans, depuis qu’à Rio 1992, de bonnes volontés avaient cru bouleverser les mécanismes de la mondialisation.

(La Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement, plus connue sous le nom de Sommet de la Terre de Rio de Janeiro ou Sommet de Rio, s’est tenue à Rio en 1992, réunissant 110 chefs d’Etats et de gouvernements et 178 pays. Maurice Strong en était le secrétaire général. Environ 2 400 représentants d’organisations non gouvernementales (ONG) étant présents, tandis que plus de 17 000 personnes assistaient au Forum des ONG qui se tenait parallèlement au Sommet. Cette conférence, dans le prolongement de la conférence internationale sur l’environnement humain (le premier Sommet de la Terre s’étant déroulé en 1972 à Stockholm), a été marquée par l’adoption d’un texte fondateur de 27 principes, intitulé « Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement » qui précise la notion de développement durable :« Les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature. » (principe 1), « Pour parvenir à un développement durable, la protection de l’environnement doit faire partie intégrante du processus de développement et ne peut être considéré isolément.(principe 4) »)

Vingt ans après, les mêmes usurpateurs vont se retrouver pour faire bonne figure, de bonnes photos souvenirs body-buildées, pour tacher de placer des rustines sur les cataclysmes en marche, ces spécialistes du camouflage vont tenter de  masquer l’illusion du développement à tout crin appelé pour ne pas effrayer les âmes sensibles « développement durable », doux euphémisme pour expliquer l’extermination programmée du cycle de la vie. 

Avant cette nouvelle curée des bien-pensants, vaste fumisterie médiatique orchestrée par la propagande libérale, qui s’annonce encore une fois comme la prochaine des occasions manquées, voici quelques éléments de réflexion pour comprendre les mensonges auxquels nous ne manquerons pas d’être exposés.

Voici ce qui a changé en vingt ans, depuis Rio 1992, c’est à dire ce qui peut permettre de mesurer la distance séparant ce qui avait été promis alors et ce qui a réellement eu lieu. Sur fond du jugement dernier, de la Bible des admonestations, la loupe des travers de l’humanité, le rapport Meadows, appelé chez nous « Halte à la croissance »? datant de 1972:  

En vingt ans:

La population mondiale a augmenté de 26%, 12 % de la biodiversité totale a disparu, les émissions de CO2 ont augmenté de 36%, 300 millions d’hectares de forêts ont disparu, il existe 21 méga-villes tentaculaires, la température globale a augmenté de 0,4°C, la production de plastique a augmenté de 130%, l’acidité des océans a fortement accéléré menaçant la vie marine qui est la source de toute vie terrestre.

N’en jetez plus, la coupe est pleine, les mécanismes d’auto-dégradation seront bientôt irréversibles; on va bien se marrer à Rio, d’un rire amer, une ultime grimace avant le grand saut dans l’inconnu. 

 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

LES BRANLEURS DU PS

Posté par provola le 2 juin 2012

                    

                      Attentif, vigilant, depuis que notre capitaine de pédalo s’est installé à l’Elysée, je reste à l’affut. Le moins que puisse faire un pouvoir de gauche qui se respecte eut été de harceler l’amour propre des légions de nantis. Or à quoi assiste-t-on en cette veille de législatives ?

En un coup de pouce au SMIC, à la sucette de l’allocation de la prochaine rentrée scolaire, à la tentative de réduction des salaires des grands patrons des entreprises à capitaux publics. Tout ceci ne fait pas une révolution, à coup sûr .

La stratégie socialiste en réalité est d’amadouer l’électorat de droite, malheureusement, il semble bien qu’il ne faille pas le pousser trop fort pour qu’il nous révèle son véritable visage pas si différent de celui des anciens locataires du pouvoir. Le mot d’ordre pour le nouveau pouvoir est de ne pas déplaire, de la jouer modeste, normal dit-on.  

Car ce qu’on appelle bien pompeusement la gauche est en réalité un ersatz de droite à peine assaisonné à la sauce égalitaire.

Le plus éprouvant dans cette unanimisme d’opinion est de subir la lente retombée de l’effet stimulant des présidentielles, qui pourrait bien s’être totalement évanoui dans le néant de l’immobilisme. 

Les légions de bobos, les factions des classes dites moyennes qui ont permis l’élection du Maire de Tulle se satisfont du statuquo social-démocrate, car le gouvernement n’agira qu’ à la marge, limant les privilèges les plus flagrants, les niches fiscales les plus injustes sans bouleverser l’ordre des privilèges sociaux qui leur va si bien.

D’accord pour les coups de pouce sociaux mais qu’en est-il de la suppression des allocations familiales pour les plus aisés qui n’en n’ont pas besoin ?

Disons-le tout de go, ce pouvoir ne changera rien de ce qui participe de la dégradation de l’environnement, de ce qui est responsable ou qui influe sur les inégalités. Nos nouveaux dirigeants sont issus des mêmes classes, des mêmes écoles, des mêmes cercles que leurs prédécesseurs. Ils sont les mêmes principes, ils prêchent les mêmes règles économiques, ils sont victimes des mêmes jugements et préjugés. 

Hollande veut combattre la précarité sans s’attaquer à la fuite des capitaux, il veut résoudre la crise écologique en retrouvant la croissance, il veut relancer l’emploi sans réduire le grand commerce, augmenter le Smic sans s’attaquer au problème de la répartition des bénéfices dans les entreprises. Doit-on rappeler l’incantation sarkozyenne des trois tiers ? Il veut aider les PME sans sans taxer les grandes entreprises.

Sur chaque sujet, les intentions sont là sans qu’on décide de vraiment se donner les moyens d’une politique sociale.

Adepte de la mondialisation et du libre-échange, comment pourrait-il envisager de bloquer la dérégulation généralisée du marché du travail ?

Hollande veut-il réellement permettre à l’Etat de retrouver des marges de manœuvres ce qui imposerait de renationaliser les autoroutes, bradées en son temps par Villepin ?

Hollande veut redonner à l’éducation nationale les moyens de ses lustres, ok une telle stratégie pourrait produire ses premiers effets dans cinq ans, mais alors, quid de l’armée des exclus du recrutement représentant aujourd’hui 25% des moins de 25 ans ?

Hollande veut retirer les troupes d’ Afghanistan, mais qu’en est-il de la création d’une armée européenne, de la mutualisation à ‘échelle continentale des moyens militaires ce qui nous permettrait de réduire drastiquement les dépenses de défense ?

Qu’en est-il de la dépendance ? Qui réclame des fonds immenses pour venir en aide à une population vieillissante. 

Hollande veut de la croissance ? Cette croissance qui comme les arbres ne monte pas jusqu’au ciel, cette chimère qui mène tout droit la planète vers une mort lente.

Le maître mot est la répartition des richesses mondiales, or la politique socialiste se bornera en ce sens à une prédication tronquée, à des actions à la marge, censée amortir la chute sans chercher à l’éviter.

Spoliation des multinationales, éclatement des monopoles de fait, harmonisation des fiscalités, traque de l’évasion fiscale, fermeture des frontières avec tous les paradis fiscaux, régulation du capitalisme financier, taxation de la spéculation, baisse des dépenses militaires, mutualisation des dettes, priorité donnée aux énergies renouvelables, au petit commerce, à la santé gratuite pour tous, à la production locale qui implique un retournement complet du paysage économique, voilà le chemin à suivre cette route de crête tortueuse et risquée qui est pourtant la seule voie possible pour nous sortir du guêpier libéral.

Comment ces socialistes fidèles au nucléaire, maniérés, bien éduqués et élevés au biberon Nestlé dune croissance illusoire peuvent-ils nous lancer vers ce nouveau paradigme salvateur ? Là est toute l’équation à plusieurs inconnues, et à l’issue fatale.

 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

LES MORPIONS SE CACHENT À LA TÉLÉ

Posté par provola le 27 mai 2012

                                

                        On aurait pu la nommer journée des champions, on s’en souviendra étant comme celle des morpions, les squatteurs à couilles. Pensez donc, rien moins que le plus prestigieux Grand prix de Formule 1, le début du tournoi de Rolland Garros, le Rallye de l’Acropole, de quoi faite bander pus d’un passionné de sport en chambre, plus d’un éjaculateur précoce, plus d’un exilé fiscal.

A bien y regarder pourtant, notre télé du grand abrutissement des masses est devenue en l’espace d’un après-midi une fantastique machine à pub pour des activités plus proches du système mafieux que de l’exploit sportif à proprement-parler.

Qu’on en juge, le Grand Prix se disputait sur le circuit mythique de Monaco, il faudra d’ailleurs m’expliquer en quoi ce circuit est si mythique étant donné qu’un dépassement y est totalement impossible et que le premier sur la grille de départ est souvent premier à l’arrivée. Une course sans dépassement est à mon humble avis un non sens et pourtant ce lieu de  rassemblement de la jet set, reste magique, on se demande bien pourquoi. Sans doute le culte du fric roi et du blanchiment facile d’argent  sale facilitent-ils les dérapages comportementaux et les débordements moraux.

Tribune des couronnes en plastique, podium des mafias, rubans de pacotille, la course folle se termina parmi les princes et les étalages de bons principes. Tout sentait le factice, le clinquant, l’affichage à deux balles, comme si l’on pouvait comme dans les années soixante continuer à parader sans s’exposer aux lazzis et aux quolibets.

Un clic sur la deux pouvait nous poser sur la terre battue de Rolland Garros, un Tsonga en vadrouille en terre de taxation y faisait ses grands débuts. On sait que sa première terre d’élection est plutôt celle de la Confédération Helvétique où il fait plus bon vivre, parait-il. D’ailleurs il s’agit bien de se rendre compte que l’ensemble de ses congénères est atteint du même syndrome qui leur fait préférer l’air vivifiant des alpages et ses mouches à merde.

La gente tennistique en villégiature durant 15 jours au Bois de Boulogne vient essayer de tirer les marrons du feu des passions nationalistes. Propagande à scandale, peoplelisation des esprits, la télé jour à fond la carte de l’aliénation.

Mais la coupe déjà pleine des délires collectifs allait trouver son point culminant au sommet de l’Acropole, par la consécration du roi de l’évasion, le chauffard Leob, planqué comme les doués de la raquette au bord du lac de Genève. Le raccourci de l’exilé fiscal gagnant en terre de misère sociale n’eut pas l’air de choquer quiconque.

Jamais sans doutes les programmes de notre télé des libertés et du pluralisme, cette TNT qui n’est au service d’une caste des chasseurs d’audiences n’avaient cumulé à ce point autant de fausses notes et d’irrespect caché envers leur auditoire.  

Quand les journalistes, les propagateurs d’épidémie au lieu d’éveiller les consciences se comportent en véritables spécialistes des picouses de sommeil, quand la télé des champions se résume en une parade des morpions, ces spoliateurs, ces distributeurs d’opium, ces planqués de belle vie, alors la démocratie se trouve  en danger non pas d’explosion mais d’endormissement généralisé. 

 

 

 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

ATTENTION, UN DÉPUTÉ PEUT EN CACHER UN AUTRE

Posté par provola le 24 mai 2012

                                 Les ministres nouvellement nommés vont se présenter aux prochaines élections législatives.

Notre nouveau Premier Ministre a déjà prévenu que les ministres qui ne seront pas élus devront démissionner, mais il nous explique également qu’ il est contre le cumul des mandats.

Les Ministres élus laisseront donc leurs sièges de députés à leurs seconds de listes.

Ce qui veut tout simplement dire que les électeurs auront voté et auront élu des députés qui n’avaient strictement aucune intention d’exercer leur mandat.

Une façon élégante de nous prendre pour des cons.

La logique de ce qu’on définit comme étant à gauche, qui vous le savez bien, se trouve pour moi, encore bien trop à droite.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

L’ANCIEN PRESIDENT AU COEUR DE L’EVASION FISCALE ?

Posté par provola le 23 mai 2012

     L'ANCIEN PRESIDENT AU COEUR DE L'EVASION FISCALE ?   dans CHERCHEZ L'ERREUR              Je pensais pouvoir l’oublier pour un bon bout de temps mais les rebondissements de l’affaire Bettencourt, révélés ce jour même par le quotidien Le Monde le remettent au coeur de l’actualité. 

Inexorablement, les magistrats qui enquêtent sur l’affaire Bettencourt se rapprochent de De Funès. Selon de nouveaux procès-verbaux que « Le Monde » a pu consulter, le juge Jean-Michel Gentil « semble tenir pour acquis que Nicolas Sarkozy a bénéficié, lors de sa campagne présidentielle de 2007, d’argent en espèces du couple Bettencourt.

« Le Monde » récapitule les faisceaux d’indices dont disposent les enquêteurs : d’importants retraits en liquide en particulier sur des comptes en Suisse illégaux de Me Bettencourt, qui peuvent avoir aidé De Funès à financer sa campagne de 2007.

En attendant, l’ancien président français (vous vous rappelez ?), se la coule douce aux fraix des contribuables marocains. Le récolteur de dattes et son épouse Carla, en visite privée au Maroc, séjournent dans une résidence mise à leur disposition à Marrakech par le roi Mohammed VI, dans le sud du royaume, a indiqué mardi à l’AFP un responsable des autorités locales.

De deux choses l’une , ou bien De Funès n’a pas de quoi se payer un séjour au Club avec les émoluments que nous lui octroyons, ou bien il a encore quelque chose à vendre au « Grand Démocrate » (TGV, EPR)  pour quelques juteuses commissions. On sait comment l’ ancien Chancelier socialiste Schroeder a su se convertir enVRP de luxe pour le compte du pétrolier russe Gazprom.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

STOPPER LES MIGRATIONS

Posté par provola le 4 mai 2012

STOPPER LES MIGRATIONS dans CHERCHEZ L'ERREUR    dans CHERCHEZ L'ERREUR 

                                  Je suis heureux de vous retrouver à temps pour l’échéance que l’on sait; vous pensiez bien vous être débarrassés de moi mais je n’ai pu résister à l’idée de faire une petite incursion dans votre bonne conscience républicaine. A  bien y regarder le point important de cette campagne de sensibilisation aux conneries humaines nous rapporte à ce qui a forgé notre monde actuel, je veux parler des déplacements d’animaux que nous sommes.

La campagne électorale qui s’achève sur l’apothéose De Funesque, nous ramène à notre propre humanité imprégnée des longs déplacements qu’on eu à subir nos anciens au travers des âges et des continents.

Comme de coutume, les martinets noirs ont pris possession de la bouche d’aération de ma cuisine depuis le premier mai, jour consacré à commémorer le travail, comme si les longs déplacement devaient être considérés comme faisant partie intégrante de notre propension au labeur.

Arrivés tout droit des cotes africaines, les volatiles impénitents sans être passés au révélateur des maladies et au bodyscanner des passages clandestins nous ont ramené la syphilis sous un duvet et le virus du squat.

Je comprends dans ces conditions que notre Président se soit laissé aller à une éjaculation en bon ordre, du type sperme stérile à arroser les frontières comme un vulgaire loup de peu de retenue.

Les martinets noirs sont effectivement des porteurs de maladies diverses, pourvoyeurs de salaires à la baisse, odeurs peu recommandables, accents stridents à vous couper l’envie de regarder le ciel. Pourtant les arabesques essentielles dessinent le ciel d’un trait de plume semblant sorti du génie de Dali et mon amour des colonnes sonores et des puanteurs ressort chaque année plus prégnant.

Tous les De Funès du monde qui n’osent se boucher le nez de tant de pensées nauséabondes n’arriverons jamais à installer les filets volants au dessus des frontières mentales. Les Martinets fussent-ils noirs ou gris ou cendrés ne cesseront de miner l’esprit partisan des foules en uniforme, des partis étriqués et des masques nationalistes.

Que l’urne me laisse ces clandestins des bouches d’aération, ces cris familiers, ces voisins du monde, ces vues de l’esprit majeur qui me rappellent à ma propre destinée, à ma propre erreur.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

HOLLANDE EN TÊTE DES CANDIDATS DE DROITE

Posté par provola le 15 avril 2012

                     

                    Dans les sondages de dernière ligne droite, il se confirme un tassement de De Funès et un nouveau croisement des courbes au premier tour au profit du candidat socialiste. La seule chance pour la vraie gauche de passer au second tour est désormais de dépasser le candidat de l’UMP, usé par sa mandature. 

26% De Funès, 17% la Mélanche, 9% à reprendre en une semaine, pour cela il faut en piquer 5 au faux frère de gauche et 1,5% aux différents représentants de la vraie droite, Le Pen, De Funès et Bayrou, ce qui n’est pas totalement exclu à en croire la débandade de ces dernières heures. 

Il en résulterait un duel au dernier couteau entre ce que la bourgeoisie nous a fait passer pour de la gauche depuis trente ans et la résurgence d’une gauche pur  jus, repeinte à la sauce du 21ème siècle. 

Ce scénario quoiqu’ improbable ne ferait en définitive que répéter celui du premier tour 2002, une sorte de revival à l’envers.  

Hollande-La Mélanche serait donc le second tour idéal comme un grand prix de F1 enfin débarrassé des faux-semblants, de l’ennui des courses sans dépassements. 

Hollande-De Funès au contraire ne serait en réalité pas un débat mais une passation de pouvoir entre deux interprétations d’une même logique mondialiste et financiarisée. Ces deux sbires du Dieu Marché adeptes du tour de vis social censé contribuer aux grands équilibres budgétaires s’accordent en définitive sur une logique capitalistique, destructrice du lien social et dévoreuse d’environnement.   

Hollande ne veut surtout pas effrayer les marchés, il se pliera au dictat du FMI et de la BCE, ses atermoiements à propos de la  règle d’or est un appel dans le vide, un coup d’épée dans l’eau, fils de Mittérand il nous rejouera le violon à fausses notes et nous réchauffera le 10 mai 1981 qui fut une nauséabonde supercherie de la République. 

Alors oui, la Mélanche ne renie rien de son passé socialiste, et l’on n’a de cesse ici ou là de lui rappeler cette tromperie. Pourtant, comment ne pas comprendre le virage idéologique engagé par le trublion de la gauche de la gauche, en ce beau jour du non au référendum sur la Constitution européenne de 2005 ? 

Comme nous avons dit au Prado, « Vamos a la playa », comme nous avons entendu sur ces rivages méditerranéens des « No passaran » de bien réjouissante mémoire, nous pouvons dire confiants en cette dernière ligne droite : « vamos a ganar ».

 

 

 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LE FMI VEUT EUTHANASIER LE MONDE

Posté par provola le 11 avril 2012

                                     

                       L’allongement de l’espérance de vie dans le monde est un grave problème pour le FMI. Le risque financier que représente l’allongement de la vie est probablement sous-estimé et pèsera lourdement sur les comptes publics des pays développés, selon le Fonds. Dans son dernier rapport sur la stabilité financière globale, il lance un avertissement sévère aux gouvernements de la planète sur le problème que constituerait pour lui une éventuelle augmentation de la longévité supérieure à 3 ans à l’horizon 2050.

Ce simple fait remettrait en cause l’équilibre des finances globales, la hausse des dépenses sociales serait de l’ordre de 50% de plus que ce qui était jusqu’alors prévu avec un vieillissement modéré de la population mondiale.

Tout ce charabia revient en fait à dire que l’on estime intenable pour une économie saine le coût que constituera l’allongement de la duré de la vie à l’échelle de la planète. 

Le FMI invite donc chaque pays à agir dans le sens d’un allongement de la durée de la vie active du même ordre que celui de la longévité.

Comme de telles mesures mettront du temps pour donner leurs pleines mesures, il est conseillé d’agir au plus vite, de diminuer les prestations sociales, d’augmenter drastiquement les durées et les taux de cotisations retraites et maladie.

Cela revient à espérer que de moins en moins de monde pourra se payer une protection sociale et qu’à terme ces mesures permettront de renverser la tendance à l’augmentation de la durée de la vie. 

L’idée essentielle est d’inciter les gens à prolonger la durée de la vie active, si besoin est en les incitant financièrement à continuer le plus longtemps possible à travailler.

Une attention toute particulière devra désormais porter sur les mesures nécessaires au bouclage des équilibres budgétaires publics et privés.

Une seule idée à retenir: la guerre avec les institutions mondiales et la bande à Christine Lagarde est déclarée et ce ne sont pas les élections françaises qui y changeront quoi que ce soit…

 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, ECONOMIE | Pas de Commentaire »

ATTENTION AUX CLOCHES

Posté par provola le 7 avril 2012

Attention, les cloches ne sont pas toujours celles que l’on croit…

Joyeuses Pâques.ATTENTION AUX CLOCHES dans CHERCHEZ L'ERREUR

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

BRUEL A LE COEUR QUI FLANCHE

Posté par provola le 6 avril 2012

BRUEL A LE COEUR QUI FLANCHE  dans CHERCHEZ L'ERREUR dans LES PEOPLE A POIL

                         Le Bruel est un petit Hameau perché sur les flancs des volcans d’Auvergne, près de Tournemire, 8 habitants tous à gauche, fromage de Cantal, vache de Salers. Au Bruel on vote Mélanchon.

Bruel lui, le faux, de son vrai nom de code, vote De Funès, malgré un coeur à gauche.

Bruel a du mal, il estime que la taxation à 75% du deuxième million proposée par Hollande ressemble à de la spoliation. Lui ne va pas dans le détail, il n’aurait pas bougé pour moins d’un million, mais là, pour deux, il y a matière à se casser la voix.

S’il se dit « très content de participer à la solidarité nationale« , celle-ci a clairement ses limites pour l’artiste. « Là, c’est trop, cela tourne à la confiscation et à la spoliation », réagit-il alors que François Hollande a confirmé mercredi que cette imposition concernerait également les artistes et les sportifs.

Et l’interprète de « Casser les couilles » de faire valoir : « les gens qui ont de l’argent sont aussi des gens qui génèrent du travail, de l’emploi, qui génèrent des richesses et qui font tourner aussi une économie ». « Ce n’est pas honteux de faire fortune, poursuit-il, ce n’est pas honteux à partir du moment où on redistribue, et on redistribue beaucoup, parce que ne serait-ce que 50% de ce que vous gagnez c’est déjà beaucoup. »

Patrick fait beaucoup pour la France, il vient aux restos du coeur pour se refaire une virginité, avant d’aller sur scène il enlève sa Rolex pour ne pas donner envie à ses fans. S’ils s’en achetaient une il ne pourraient plus se payer ses concerts.

Ce Patrick qui a vingt ans donnait des leçons à la jeunesse de France s’en vient s’indigner d’avoir à sortir sa carte bleue, lui la collectivité il l’entend dans un seul sens, c’est lui qui l’exploite, pas l’inverse. Lui, il est reçu  avec tous les honneurs sur les médias publics qui lui déroulent le tapis rouge depuis trente ans pour une promotion gratuite. La pub de ses concerts ne lui coûtent rien, sauf que le contribuable en a marre de se faire pigeonner.

Ce Patrick ne s’imagine même pas la violence de ses paroles, au moment où 8 millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté, au moment où la crise envahi jusqu’aux fondements de la société. De qui parle-t-il quand il nous explique qu’il fait travailler du monde ? Tout le monde fait travailler du monde, l’instit fait travailler le boulanger qui fait travailler le fleuriste, sauf qu’à la fin du mois il ne reste rien. Le commun des mortels dépense tout pour faire vivre son voisin, Bruel ne dépense qu’une infime partie de ce qu’il gagne, le reste il le place. Ce reste il serait mieux utilisé à faire tourner la roue de la solidarité. 

Bruel a le coeur a gauche, mais il lui est de plus en plus difficile de le garder, vu la conjoncture.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, LES PEOPLE A POIL | Pas de Commentaire »

ON L’ATTENDAIT: LE PROGRAMME DE DE FUNES

Posté par provola le 5 avril 2012

                           On a cru ne pas l’obtenir avant le premier tour de l’élection, le voilà enfin le programme de notre Président sortant, on a failli devoir choisir sans avoir toutes les billes pour se décider vraiment.

Au lendemain du second tour, le comique et sa famille vont passer une semaine de bon temps au chateau des Bruni au cap Nègre. Far niente, ballades en vélo sans gardes du corps payés par le contribuable, poussage de poussette, bain d’air pûr, jogging en maillot « I love New-York », ces quelques jours permettrons au couple autrefois présidentiel de recharger les accus, de faire le bilan.

Ensuite viendra le long cicrcuit concocté par les amis milliardaires, deux semaines à traverser la Méditerranée sur le yacht de Bolloré, puis villégiature dans la villa de Bernard Arnault aux Maldives. Là nous serons déjà rendus en Septembre qui verra notre famille libérée de toute obligation se rendre chez les Amis de la France Afrique, les quelques dictateurs encore en place se feront un plaisir de louer à des tarifs préférentiels les somptueuses demeures payées par nos impôts.

En octobre, notre ancien chef pourra enfin toucher son premier chèque de retraite, émolument qui lui sera assuré jusqu’au jugement dernier, même en cas de vacance du devoir.

Il sera alors temps pour le jeune couple de profiter des premières neiges à Gstaadt où il retrouvera les amis stars les plus intimes.

Novembre sera le mois de l’invitation d’Obama qui fêtant sa réelection n’oubliera pas d’inviter les deux tourtereaux pour un week-end tout compris à la Maison Blanche, dans la suite Robespierre jouxtant la suite Lafayette dévolue au couple Hollande.

Comme on peut le deviner, au lieu du coté obscur qui aurait pu s’abattre sur notre nation, nous n’auront droit qu’à du bonheur, nous bon peuple qui n’en demandions pas tant.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

SONDAGE EXCLUSIF: MELANCHON A 23% !!!

Posté par provola le 29 mars 2012

                                           Il s’agit d’un sondage Perso réalisé entre lundi et mercredi dernier, auprès d’un échantillon représentatif de 18 personnes, habitant dans ma cage d’escalier.

Les autres candidats: Poutou 20 %, Hollande le troisième élément 18 %, De Funès en passe de perforer à la baisse la barre des 9%, Le Pen et sa légion étrangère 8 %, Joly et ses salades 7%, Bayrou et ses citrouilles 6%. Les autres vont aller se rhabiller avant de plonger déiniivement dans une eau trouble. 

Il semble donc se confirmer que Mélanchon et Poutou seront bien au second tour où la lutte s’annonce serrée entre les deux candidats.

Reste à savoir quelle sera la consigne de vote de De Funès, obligé de se repositionner à gauche avant le grand départ, du PS, encore une fois coiffé au poteau et surtout de Marine Le Pen.

Il semble établi que le Président sortant voudra jouer de la corde raide en appelant ses électeurs à voter Poutou, évitant ainsi à son épouse et à ses enfants une exposition sur la place de grève pour une séance d’humiliation publique. C’est ce qu’à promis Mélanchon à la famille royale en cas de victoire.

Hollande lui, devrait appeler à voter Mélanchon qui en retour lui aurait promis le Ministère des anciens combattants.

Quant à Le Pen, elle devrait s’abstenir au second tour attendant que l’un ou l’autre des candidats lui propose un poste de Ministre dans un gouvernement d’ouverture.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

IL VA NOUS MANQUER

Posté par provola le 26 mars 2012

                            De Funès nous laissera un souvenir indélébile, ses dernières déclarations, de plus en plus marquées par la fatigue et le dérangement intellectuel nous confirme combien sera grand notre désarroi au soir du second tour. A bien y réfléchir, c’est bien nous qui y perdrons le plus, nous n’aurons plus rien à commenter que la longue litanie des atermoiements socialos.

Au moins, le comique nous ravissait chaque jour de son inénarrable phraséologie, aujourd’hui encore la moisson fut bonne comme une mousson de printemps, à moins que ce ne soit le contraire.

A propos du chômage on a eu droit à la: « «baisse tendancielle de l’augmentation du nombre de chômeur»

En fait, le gouvernement a réellement tout fait pour cacher la poussière sous le canapé à quelques encablures des présidentielles, mais il y en avait tellement qu’il était impossible de tout faire disparaître. Alors dans de tels cas, on s’adresse à Guénot qui vous trouve toujours les bons mots pleins de finesses pour dire l’indicible. Tout baisse, même l’augmentation.

Puis quelques heures plus tard, le Présidentissime nous a littéralement bluffés, interrogé ce lundi matin sur France Info sur les tueries de Toulouse et Montauban, il a déclaré que deux des soldats abattus par Mohamed Merah étaient «musulmans, en tout cas d’apparence».

Voilà, maintenant, par la grâce élyséenne on est Musulman d’apparence, comme je ne crois pas, malgré les apparences, notre représentant suprême raciste, mettons cela sur le compte de l’humour; avec de telles clowneries, il n’y a plus de limites au glauque, au dérisoire, à la connerie, l’espace temps est une chimère et le cosmos est une glace caramel en but au réchauffement climatique, tout est en dans tout …et rien non plus.

En tout cas, lui n’aura jamais ressemblé à l’idée qu’on peut se faire d’un Président sauf à vouloir prendre les vessies pour des lanternes.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

JUSTE UNE QUESTION DE POINT DE VUE

Posté par provola le 22 mars 2012

                                  

 Tolosa, killer ucciso nel blitz -   foto   Colpito alla testa /   video   -   audio   Tout se serait donc passé selon les règles, il faudrait dans ces cas là l’unanimité des opinions, il faudrait saluer le courage et l’abnégation de la police. Bien sur, loin de moi l’idée de minimiser ce courage, mais enfin, ne pouvait-on pas maîtriser plus rapidement le terroriste de Toulouse et cela bien avant qu’il ne commette le troisième homicide, à l’école juive ? 

Si les flics ont absolument respecté les procédures, les ordres étaient-ils justes ? 

Je ne vise pas ici les exécutants qui font toujours de leur mieux et qui s’exposent, à ceux-là je tire mon chapeau ? Bravo à vous de risquer votre vie pour la tranquillité de tous. 

Mais une fois applaudis les vrais acteurs, ne faut-il pas se pencher sur les scénaristes, les donneurs d’ordres et souvent, de leçons, ceux qui tacheraient de profiter d’une situation en ces temps de campagne électorale ? Oui, a-t-on encore le droit de se poser des questions en ce pays ou est-on tenu à un devoir de réserve qui risquerait alors de confiner au droit de se taire ? 

Ce forcené à quand même maintenu en haleine la police, les services secrets, l’aéronavale, les services de déminage, les élites du contre-espionnage, des tireurs d’élite, l’infanterie, deux corps de CRS, des spécialistes rompus à ce genre d’exercices de haute voltige, et puis un Ministre de l’Intérieur à temps complet, petit déjeuner et soirée étape et puis des centaines de brancardiers, des corps d’armée entrainés, un quartier bouclé, des escadrons entraînés aux procédures de négociation avec des tueurs de la pire espèce. 

Un seul mot d’ordre, nous expliquait-on: ne pas le tuer, tout faire pour le prendre vivant, et puis, au bout du compte, une piètre mitraille à dégommer un fugitif en plein délire. 

30 H pour ça serait-on tentés de penser. 30h à se demander comment déloger un malfrat dangereux certes mais qui ne saurait poser plus de problèmes que cela à des professionnels aguerris. 30 H à attendre quoi ? 

Si le but était de dézinguer ce dingue, pourquoi n’avoir pas tout suite lancé des fusées paralysantes ou lacrymogènes à travers les fenêtres pour le maîtriser ?

On est capable de gazer une manif de cinquante mille personnes, n’étaient-on pas censés pouvoir bloquer un individu seul, fut-il aussi puissamment armé ?  

Si le but était de l’avoir vivant, pour pouvoir ensuite l’interroger, alors le moins qu’on puisse dire est que l’on s’est réellement planté dans les grandes largeurs. Ou le voulait-on vraiment vif ?   

Et puis, ce mec étant connu depuis des lustres et sous le coup de plusieurs chefs d’inculpation, n’y avait-il aucune possibilité de le neutraliser bien avant qu’il ne déclenche sa folie meurtrière ? 

Et comment ne pas revenir sur l’utilité des caméras de surveillance. On nous explique, qu’elles auraient permis de visionner des centaines des milliers d’images, d’améliorer la compréhension du déroulement des faits. Mais enfin qu’ont apporté ces joujoux grotesques ? Elles n’ont surtout rien empêché et n’ont pas été décisives pour faire progresser l’enquête; celle-ci ayant progressé par l’examen des fichiers informatiques et le témoignage d’un garagiste.  

Dans cette mascarade finale qui ressemble étrangement à une bavure, les médias ne furent pas en reste, collaborant au déroulement de ce sinistre scénario; en permanence tenus en alerte rouge , ils nous jouèrent une commedia dell’arte dans la plus pure tradition, une tragi-comédie à la Pirandello: 

 » Il va sortir, ils vont entrer, je n’ai rien à vous dire, mais je vous le dit quand même. La lumière est éteinte, elle se rallume, on entend des coups de feu, une rafale a éveillé la nuit dans ce quartier résidentiel et calme, à vous les studios, nous reprenons l’antenne dès qu’il se passe quelque chose ». Puis cinq minutes plus tard: «  Est-ce qu’il s’est passé quelque chose depuis tout à l’heure ? Non mais je vous tiens au courant. Le forcené nous fera certainement une déclaration au bout de la nuit qui s’annonce agitée »  

Mince, il aurait pu se rendre pour le journal de 20 h…

 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

LE HURLEMENT DES LOUPS

Posté par provola le 21 mars 2012

       LE HURLEMENT DES LOUPS dans CHERCHEZ L'ERREUR ec82a542   Les loups du Front national n’ont pas pu se retenir plus de 24H. Les voilà qui sortent du bois pour hurler sous la pleine lune des projecteurs. Pour le FN, ce drame survenu lundi, à 34 jours du premier tour du scrutin, marque « un tournant » dans la campagne présidentielle. Aujourd’hui plus que jamais, Marine Le Pen se sent renforcée sur ses thèmes de prédilection : l’insécurité et la lutte contre l’islamisme.

En baisse dans les sondages, l’occasion est donnée aux intégristes nationalistes de reproposer leur soupe contaminée, à chaque cueillèrée on risque l’intoxication.

Marine Le Pen veut mener la guerre fondamentaliste contre Al-Qaida, contre le terrosisme islamique, la croisée se sent soudain une âme de Jeanne d’Arc. 

Dans les rangs du parti frontiste, on estime également qu’après la tuerie de Toulouse certains membres de la communauté juive pourraient davantage prêter l’oreille aux idées de Marine Le Pen. « Certains juifs sont tentés par le vote FN pour combattre leur ennemi numéro un : le musulman qui est à l’origine d’actes antisémites », assure un cadre frontiste. Ces derniers jours, le lien entre la candidate et la communauté juive a été assuré par Michel Thooris – le « monsieur Sécurité » du FN -, présent lundi soir à la synagogue de la rue Notre-Dame-de-Nazareth, à Paris, pour un hommage aux victimes.

Le FN récupère toutes les colères et toutes les peurs, le FN se nourrit de la xénophobie, des divisions, la croix en bandoulière; distancé par De Funès dans son escalade de l’indécence il puise dans le drame toulousain une eau frelatée pour son moulin, une eau sainte pour une remontée miraculeuse.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

LE CANARD DEGOMME BOUYGUES

Posté par provola le 14 mars 2012

LE CANARD DEGOMME BOUYGUES dans CHERCHEZ L'ERREUR canard-punisher

                        le Canard enchaîné a finalement gagné la bataille qui l’opposait au groupe Bouygues au sujet de l’attribution douteuse dont fait l’objet le futur Ministère des Armées, le « Pentagone » français. Le groupe Bouygues s’estimait diffamé par le journal qui avait relevé des irrégularités dans l’attribution du contrat et avait demandé 9 Millions d’euros de dommages et intérêts.  les juges de la 17e chambre du tribunal de Paris ont retenu la bonne foi des journalistes.

les juges réclament 6 000 € à Bouygues en remboursement des frais de justice.

Aucun commentaire n’a pu être obtenu dans l’immédiat auprès du groupe de BTP, de médias et de télécommunications.

Début décembre, le Canard enchaîné avait rapporté qu’une information judiciaire pour corruption et favoritisme avait été ouverte sur les conditions d’attribution du contrat de construction du futur ministère de la Défense à Paris, visant les conditions d’attribution de ce chantier d’un coût total de 3,5 milliards d’euros.

 

L’historique de l’affaire: BOUYGUES VS LE CANARD: IL VA Y AVOIR DU SPORT

compacteurs-tandems-articules-340610 dans CHERCHEZ L'ERREUR

                                      Qui du compacteur ou du canard court le plus vite ? Nous allons le savoir car s’engage une bataille juridique entre Goliath et David entre le grand méchant loup et le petit chaperon rouge, entre le maçon et sa truelle et le vilain canard.

Accusé par le Canard enchaîné d’avoir bénéficié de passe-droits pour l’obtention du contrat de construction du nouveau centre des armées à Paris, Bouygues contre-attaque et demande en dommages et intérêts 9 millions d’euros au journal pour diffamation et atteinte à l’image de marque du constructeur.

Le Canard enchaîné avait révélé qu’une information judiciaire pour corruption et trafic d’influence avait été ouverte en février 2011 pour examiner d’éventuelles malversations lors de l’attribution au géant Bouygues du chantier du futur « Pentagone » à la française, le nouveau siège du ministère de la Défense, dans le quartier Balard à Paris. Un haut dirigeant de Bouygues se serait vu confier le cahier des charges des installations avant ses concurrents par un responsable du Ministère de la Défense. Cela aurait permis à Bouygues de présenter un dossier mieux ficelé et finalement décrocher ce fameux contrat d’un montant de 2.7 milliards d’euros à 4 milliards d’euros en fonction des fourchettes utilisées, fourchette basse 2.7 milliards, fourchette haute 4 milliards, quand je vous disais que les fourchettes coutent de plus en plus cher dans ce pays. A ce prix mieux vaut manger de ses propres mains.

Toujours est-il que l’Etat qui n’a pas un sou a décidé de lancer une opération qui ne lui coute rien… pour le moment, jusqu’en 2014, date de livraison des batiments, alors il s’agira de rembourser Bouygues sur …27 ans, à raison de 100 à 150 millions d’euros par an. Quand on voit à quel point Bouygues a pulvérisé le devis initial de l’Epr de Flamanville on peut s’attendre à ce que la formule des plus -values soit également appliquée pour ce grand ministère, totalement inutile en temps de crise, et aussi en temps normal. On peut encore ajouter qu’aucune consultation publique n’a bien sur été engagée pour connaitre le sentiment des citoyens sur cette opération  »faraocomique » totalement dénuée de sens. Visiblement les dépenses somptuaires bénéficiant aux proches du roi ne sont pas concernées par les restrictions budgétaires.

 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

LA CHEVRE ET LE CHOU

Posté par provola le 13 mars 2012

                                          

                     Tout est bon dans le cochon, comme dans la politique, les convictions s’arrêtent où commencent le populisme. De Funès en grand ordonnateur des cérémonies républicaines nous le prouve encore une fois en se mettant dans la peau du candidat du petit peuple. Rien ne l’arrêtera, ni de prêcher le contraire de son clone de 2007, ni de piller le jardin du voisin socialiste, ni de surenchérir dans une course folle à la démagogie.

Ami du bling bling et du grand patronnât, il se veut caresseur du cul des vaches, celui qui murmurait à l’oreille des Bouygues et des Bolloré va chercher du coté des bouchers de Rungis et des ouvriers la clé du succès.

Il dit la vérité, autrement dit, les autres ne la dise pas, il est courageux, autrement dit , les autres sont des couards, il sait prendre des décisions difficiles, les autres ne savent pas,  et en plus il est Président, et comme les autres ne le sont pas, il n’ya que lui qui puisse le devenir, car il faut avoir été Président pour l’être. Ne cherchez pas, il n’y a rien à comprendre, mais si c’est lui qui le dit, c’est lui qui a raison. Même de camper une espèce de Dieu de la politique, de diriger la grand-messe médiatique à la baguette.

Dieu est tout à la fois, et son contraire, contre l’augmentation des impôts mais pour une augmentation de la TVA, pour la relance et pour l’austérité., pour la hausse de l’âge de la retraite et la prison dès l’âge de 12 ans,  

Dieu a déclaré disparus les Paradis fiscaux mais veut taxer les exilés qui s’y réfugient, Dieu passe devant Hollande au premier tour, mais est largement battu au second, il devance les autres le matin, il recule le soir même, Dieu est partout à la fois, à 14 H à Villepinte, à 16 H au stade de France,

Dieu est partout, dans tout le monde, et dans chacun d’entre nous, il monte et il descend.

Dieu veut moins d’immigrés, mais il veut leur vendre ses Rafale, il fustige Schengen, mais il obéit à Merkel, libéral, il veut contraindre l’Europe à faire du protectionnisme, il veut construire la barricade de la Méditerranée mais il prône une Union des pays du pourtour méditerranéen, il côtoie son client Kadhafi pour le bombarder ensuite, il invite Bachar El Assad aux Champs Elysées mais il désespère de ne pouvoir le sortir du jeu.

On le voit, De Funès propose toutes les politiques à la fois, ménageant la chèvre conservatrice et le chou électoraliste, dans le tas des mesures débitées à la sauvette, ce serait bien le diable si l’une d’entre elles ne rencontrait pas l’assentiment du plus grand nombre.

Il est si proche du peuple qu’il se passerait bien du gouvernement, et de l’assemblée, qu’il dirigerait par référendum tout en  s’empressant par la suite de ne pas appliquer la décision du peuple, comme ce Traité de Lisbonne qui remit en selle la Constitution rejetée en 2005. En fait il se passerait bien aussi d’opposition, on se demande bien à quoi elle sert celle là, toujours à critiquer ses bonnes décisions. Et pourquoi pas se passer du peuple pendant qu’on y est ?

Sa porte parole people, sa dulcinée, a bien résumé l’affaire à qui l’interrogeait sur la suite de la carrière de son mari en cas de défaite: « Nous sommes des gens modestes. » 

Autrement dit: «  Ne pensez surtout pas que nous ayons des goûts de luxe. » Amen.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

BADIOU: CRITIQUE DE LA DEMOCRATIE

Posté par provola le 3 mars 2012

                     Des gens se sont battus pour nous permettre de voter, la démocratie est le pire des régimes à l’exception de tous les autres, autant de fadaises ancrées dans la pensée collective, qui reflètent le dictat de la pensée dominante. Cette pensée gangrenée par le pouvoir économique, assénée par une oligarchie, dont la volonté est de surtout ne rien changer.

Alain Badiou revient sur cette notion de la perversion de la démocratie qui au prétexte qu’en un moment de l’histoire elle aurait permis d’améliorer le fonctionnement de notre société aurait également empêché comme par enchantement aux lobbies , aux groupes de pression, aux oligarchies dominantes d’exercer une main mise absolue. Ce qui n’est évidemment pas le cas.

http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/alain-badiou-critique-la-34077 

Badiou cite l’exemple du mouvement des indignés qui prend possession de la place et exerce un droit de critique que la démocratie lui réfute, une autre idée fausse est d’imaginer qu’une majorité électorale permet forcément de dégager une vérité, ce qui tendrait à penser que la majorité a obligatoirement raison. Des dictatures se sont imposées par les urnes, de la même manière celles-ci n’ont-elles pas amené au pouvoir dans les pays du printemps arabes des islamistes pur jus en Lybie ou en Egypte ?

Défenseur du droit des peuples, Badiou se gardera bien d’aller voter en avril prochain, il nous réserve sa prochaine parution à cette occasion où il espère bien participer au débat.

A cette interprétation respectable, je répondrais qu’elle ne vaut que pour une élite libérée des craintes et des prisons de l’esprit et qu’il ne fait pas bon chanter la berceuse au peuple endormi, que c’est le cantonner pour les prochaines décennies à une hibernation consentie. Pourquoi conforter les perdus et les déçus du système à se désintéresser de la sorte de la vie de la société, ce qui contrairement à ce qu’en attend Badiou me parait contraire à l’éveil de tout esprit critique ?

A Badiou, je réponds: prenons notre destin en main.    

PRENONS NOTRE DESTIN EN MAIN

Cette fois ça y est, on entre dans le dur de la campagne, on bricole sur ce qui pourrait déboucher sur le contraire d’une mélasse environnementale ou d’une guimauve politique.                                      

Combien de fois ai-je pesté contre des Socialos pas plus de gauche que l’ombre de Mitterrand ou la Porsche de DSK ? Combien de remords, à devoir miser sur une bande de masqués au coeur de pierre ? Nul doute ces gens ne sont pas de gauche et pourtant il me fallait bien me résoudre à choisir ce pire moins désastreux que la contamination des moi. Tonton, Jospin, Royal, non, Chirac, non , jamais, car Le Pen n’y serait jamais arrivé de toute façon. Combien de couleuvres avalées, de claques reçues, de frustrations ? 

Mais il nous faut regarder devant, et l’horizon n’est pas clair, à y dénicher l’omniprésence du Président-candidat. Personne n’en veut plus mais le PACS érigé en orfèvrerie de la pensée unique dicte son schéma directeur avec une sempiternelle efficacité. De Funès a fait le vide dans les pensées et tout concourt à sa réélection .

Personne n’en veut plus, mais qui d’autre avons-nous, entend-on partout ? La réponse immédiate qui devrait fuser, à en juger par la terre brûlée qui est le résultat du septennat, devrait être: n’importe qui d’autre. Mais la peur a pris le dessus, la torpeur un peu, car pour certains, ceux qui votent, il reste quelque chose à défendre, à préserver, l’appart, la pension de retraite, l’épargne, et ceux qui n’ont rien de tout cela et qui y croient encore se disent qu’ils sont si intelligents en hauts lieus qu’ils vont bien finir par trouver la solution. 

Car la propagande agit à coup sûr, à coups de matraquage médiatique, à haute dose d’idéologie néo-libérale, de conditionnement pavlovien, de peur distillée à coups d’annonces, d’interviews, d’omniprésence, de revirements, de spectacles infligées. Car on voit bien que ça va mal, mais attention, nous raconte-t-on à longueur d’écrans politiques, ça pourrait aller beaucoup plus mal. Et l’UMP a les rênes du jeu de dupe, car la gauche qu’on annonce n’est qu’une pâle copie de la même maladie.

On appelle « gauche », une espèce de bourgeoisie feutrée, un courant d’idées réactionnaires, un colloque de rentiers, qui n’est pas une gauche, on explique que l’équilibre est fait , que le temps d’antenne est partagé équitablement, et le PS se satisfait de cette situation en trompe l’oeil. Car le PS en réalité ne remet rien en cause et surtout pas le montage constitutionnel qui le consacre comme unique opposant à la logique libérale. Le PS s’oppose à la marge, pas à la croissance, pas aux profits des monopoles appelés « utilities » comme si l’on pouvait trouver une utilité aux pilleurs de richesses.  

Non, l’opposition ce n’est pas le PS, ce n’est pas le fascisme larvé du Front déguisé en nationalisme autoritaire; ce n’est pas le Front de gauche marginalisé, plombé par l’histoire et pulvérisé au milieu de disputes d’un autre âge, bien que seul à remettre en cause la logique libérale; ce n’est pas Europe écologie-Les Verst, ce jardins d’écoliers qui ont plus de noms que d’idées, écolos embrigadés par un confort de rôle, stérilisés par leurs querelles, transis de sollicitude à l’égard des strapontins dorés, légions au pas feutré qui leur fait accepter le silence des moquettes républicaines.   

Où est l’opposition alors, me direz-vous ? A cette question, je répondrais: l’opposition, c’est vous, c’est nous qui pouvons par la force des réseaux sociaux nous libérer du joug des médias, du piège électoral. Je ne m’adresse pas ici aux démocrates invétérés qui considèrent que la démocratie c’est une fois tous les cinq ans comme une pornographie programmée, comme on tire sa femme pour mieux profiter ensuite des soirées foot. 

Je m’adresse à ceux qui ont perdu espoir, qui se disent que ça ne sert à rien, qu’Il va repasser parcequ’Il a les armes, le savoir, le potentiel, qu’Il a tout pour réussir, même un bébé.

Justement, c’est là que vous entrez en jeu, comme ces radios de 1981, qu’un jour on a dites « libres » et qui ont disparu car   on en a brisé l’antenne, de peur de l’onde.

Vous êtes sur Facebook, vous tchatez, vous draguez, vous palabrez, vous devisez, vous vous marrez sur internet, vous vivez d’une forme incontrôlable par le pouvoir économique car vous êtes les plus nombreux. Et vous pouvez dire : ça suffit les conneries. Profitez de votre temps d’antenne, prenez le micro, c’est vous qui les avez, et personne d’autre.

Je m’adresse à vous qui n’avez jamais voté, ou qui ne votez plus, par flemme, par éloignement pour la chose publique, par dégoût de la politique, par lassitude. je m’adresse à tous les révolutionnaires improbables qui veulent assister à autre- chose durant leur vie qu’à la longue agonie d’une planète qui est notre mère à tous. Je m’adresse à tous ceux qui veulent conserver une école de qualité, des services publics qui fonctionnent, qui veulent continuer de vivre ensemble, tous ensemble et pas des morceaux d’ensemble. Rappelez-vous, quelques pourcentages protestataires de plus et c’est tout la logique anesthésiante du pouvoir qui perd le nord. Vous, les 40 % de non-votants, ceux qui ne comptent pour rien pour l’Elysée et la rue de Solférino, les sans-grades, qui n’ont rien à cacher, à préserver, rien à perdre, qui sont hors-jeu tout simplement, de ce qu’on appelle la mondialisation , qui n’est qu’un concours d’exclusion sociale. 

Vous qui avez vu votre mère mourir, comme vous vivez la fin de notre Terre, vous qui avez assisté impuissants à sa longue agonie, ou qui vivrez ces moments douloureux qui vous rapprochent de la vie, sachez que vous pouvez pour vos enfants, en votant, prendre par la main un bout du destin.

Après il sera toujours temps de foutre le bordel, de montrer que vous existez, de claquer les vainqueurs pour qu’ils mettent en place l’après-démocratie, c’est à dire le régime qui vous ressemble et pas celui qu’on veut vous imposer.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

VOL EN BOUT DE PISTE

Posté par provola le 2 mars 2012

                               VOL EN BOUT DE PISTE  dans CHERCHEZ L'ERREUR

                                           Il nous aura tout fait, De Funès ( je demande pardon au vrai pour avoir usurpé son identité pendant cinq ans, mais que voulez-vous la ressemblance avec la caricature sur jouée par le comique est si flagrante) est allé recevoir en grandes pompes et caméras aux fesses le retour de l’enfant prodigue journaliste et de son collègue, à l’aéroport des grands de ce monde, à Villacoublay. Après les infirmières bulgares, la Betancourt, la mère Denis, le Père Noël, voici que Superman nous ramène au bercail notre sainte vierge à nous, jambe cassée et partie en vadrouille au milieu de l’enfer syrien. 

Comme médor et son os, notre bienfaiteur ramène tous les journalistes, il indique d’ailleurs à tous les scribouillards qu’il est inutile d’aller prendre des risques dans des pays de cinglés, mieux vaut aller faire trempette à Disneyland en Floride ou sur les pistes de Courchevel, ça fait des beaux reportages sur TF1 et ça coute moins cher à la République en transport de martyres.

Ceci dit le sauvetage de journaliste rapporte plus en terme d’intentions de votes, alors le héros, de toutes façons, et prenant son courage à bras raccourcis ramène tout le monde, à part peut-être les pauvres en situation irrégulière qui occupent le vol allé sans retour.  

Je ne mets pas en cause le boulot formidable des vrais journalistes qui se cassent le cul à nous ramener du poisson frais tous les matins des quatre coins du monde mais bien l’instrumentalisation qui est faite du drame, le jonglage impudique avec des godemichets en forme de bulletins de votes. J’accuse le pouvoir de manipulation d’opinion, de détournement nationaliste, de prise illégale d’intérêts, d’abus de bien social, de connivence avec les bas fonds de la pensée politique.

Pendant cinq ans, que d’esbroufes à deux balles, combien de fois des Ministres ont-ils du se rendre sur les lieux de l’accident de circonstance, au chevet du petit qui a fait une mauvaise chute, combien de spectacles, de scènes inutiles, de 20H à nous décoiffer une Claire Chazal, combien d’effets d’annonce, combien d’annonces sans effets, combien de demi-mesures, combien d’erreurs, de tentatives avortées ? Combien de mains serrées à des marchands d’armes, à des dictateurs, combien de coups tordus ? 

En retard dans les sondages, ce qui ne lui était pas arrivé depuis Mathusalem, le flic de St-Tropez, épée de Damoclès en bandoulière fait feu de tous bois pour nous jouer la sérénade. Mais ce concert improbable diffuse une musique inaudible, car venue d’un endroit quelconque de la galaxie de droite, du coté du vide sidéral.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

12345...10
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement