LES MACRONIENS VONT POUVOIR ALLER SE BAIGNER EN ANTARCTIQUE

Posté par provola le 14 juin 2018

Les glaciers de l’Antarctique fondent trois fois plus vite depuis cinq ans et font monter le niveau des océans

Cette fonte accélérée représente une menace pour des centaines de millons de personnes vivant dans des zones côtières dans le monde, selon 84 chercheurs qui ont publié un article sur le sujet dans la revue « Nature ».

Un iceberg près des côtes de l\'Antarctique, le 15 février 2018.
Un iceberg près des côtes de l’Antarctique, le 15 février 2018. (ALEXANDRE MENEGHINI / X03465)

Avant 2012, le continent blanc situé au pôle Sud perdait environ 76 milliards de tonnes de glace annuellement, ont calculé les chercheurs. Depuis cette date, ce chiffre a bondi à 219 milliards de tonnes par an.

Au total, l’Antarctique a perdu 3 000 milliards de tonnes de glace depuis 1992, assez pour faire monter le niveau global des océans de presque 8 millimètres.

Cette hausse représente une menace pour des centaines de millions des personnes vivant dans des zones basses côtières, soulignent les scientifiques. « Nous avons maintenant une image sans équivoque de ce qui se passe en Antarctique », souligne Eric Rignot, principal coauteur de l’étude et chercheur au Jet Propulsion Laboratory de la Nasa.

L’Antarctique représente 90% des glaces terrestres

Jusqu’à présent, les scientifiques peinaient à déterminer si l’Antarctique avait gagné en masse grâce aux chutes de neige ou en avait perdu à cause de la fonte des glaciers ou la séparation d’icebergs (des morceaux de glaciers qui partent à la dérive dans l’océan). Mais plus de deux décennies d’observations satellites ont permis d’avoir une vue plus complète.

Recouverte à plus de 98% par des glaciers permanents – l’inlandsis -, l’Antarctique représente à elle seule 90% des glaces terrestres. Ce continent recèle la plus grande réserve d’eau douce de la planète. Si toute cette masse de glace fondait, cela ferait grimper le niveau des océans de presque 60 mètres.

Si la tendance se poursuit, l’Antarctique pourrait devenir la principale cause de la hausse du niveau des océans, devant la dilatation thermique – l’eau prend plus de place quand elle se réchauffe -, et la fonte des glaciers à travers le monde, notamment ceux du Groenland.

Publié dans ANTARCTIQUE, RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE | Pas de Commentaire »

LE RECHAUFFEMENT QUI REFROIDIT

Posté par provola le 28 août 2010

Alors que la calotte polaire arctique disparaît plus vite quun papillon, le sixième continent lui ne semble pas avoir la moindre intention de céder face à la hausse du thermomètre. Ce paradoxe longtemps resté une énigme commence à restituer ses secrets. 

Comment est possible en effet que les glaciers de l’ Antarctique résistent quand on s’attendrait à une débâcle semblable à celle qui sévit de l’autre coté de la planète ? Au nord, pas de quartier, la banquise cette année s’étend sur une surface d’environ 8,4 millions de km2 soit 1,7 millions de moins que la moyenne des années 1979 à 2000, ce qui représente 260 000 km2 de plus que le record négatif atteint en 2007. La tendance est à une diminution de 10% de la surface gelée tous les dix ans, tendance qui s’accélère d’année en année. Selon les experts du National Snow and Ice data center, le record n’a pas été battu cette année uniquement grâce au fait que depuis quelques semaines le Pôle nord est en proie à des tempêtes de neige  assez inhabituelles en ce moment de l’année. Cette situation météo  ralentit la surface de fonte des glaces à environ 77000 km2 par jour.  

Contrairement à cette débandade, le Pôle sud garde une érection qui grandit l’objet du désir d’environ 1% tous les dix ans.  Le réchauffement climatique terrestre détermine une augmentation de l’évaporation des mers entourant le continent gelé, cette évaporation se transforme en neige qui précipite et accumule une quantité de glace supérieure à la quantité de glace fondue, d’où ce résultat assez surprenant.

Un autre phénomène permet de contenir une certaine stabilité du bilan calotté. Le trou dans la couche d’ozone, loin d’avoir disparu comme par enchantement a enclenché une circulation de courantsd’air de haute altitude particulièrement froids, créant une sorte de conditionnement d’atmosphère naturel maintenant le continent sous des températures très basses. On aurait donc là l’explication du miracle du pôle sud, le seul endroit de la planète à échapper au four à micro-ondes.  

La situation risque pourtant de très vite se dégrader, d’abord, le réchauffement va apporter des pluies abondantes sur les langues des glaciers des bordures cotières, ce qui devrait inverser le bilan entre la formation et la fonte des glaces. De plus on peut penser que les efforts de l’humanité visant à colmater le trou de la couche d’ozone finiront par payer, ce qui devrait au final accélérer le réchauffement local.

Ne devrait-on pas relancer l’épandage de gaz CFC dans la stratosphère ou parsemer le ciel de particules d’aluminium ? Au point où l’on en est.     

Publié dans ANTARCTIQUE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement