DE FUNES PERD LES ELECTIONS

Posté par provola le 6 décembre 2010

                           On se demande encore comment faire pour faire perdre De Funes en 2012, alors que se déroule sous nos yeux un lendemain de défaite électorale. En fait notre Président a déjà perdu, en Côte d’Ivoire, le problème est que la gauche aussi , engluée dans les mêmes incompréhensions. La France championne toutes catégories du pillage de l’Afrique est en train de perdre un à un ses bastions sur le continent. La dernière gifle vient de lui être assénée par la Chine et la Russie, membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, qui viennent d’apporter leur soutien au perdant de l’élection Laurent Gbagbo au détriment du vainqueur Allasane Ouattara.

De nombreux pays « amis  » ont assisté à la cérémonie d’investiture de l’ancien-nouveau Président: « Nous sommes venus pour féliciter le Président Gbagbo » rappelle l’Ambassadeur de l’ Angola en Cote-d’Ivoire, rencontré au Palais présidentiel du Plateau, ainsi que des représentants de Russie, du Brésil, du Liban et d’Afrique du Sud.

Le résultat du vote apparemment ne fait aucun doute et donnerait 54% à Ouattara, mais que représente le résultat d’un vote pour l’ONU ? La France peut bien s’appuyer sur la morale et l’appui de la communauté internationale mais que pèse la morale et que vaut la communauté internationale pour une institution gangrenée par les lobbies et les intérêts, dans ce machin régi par la loi du plus fort ? Les résolutions de l’ONU sanctionnant régulièrement Israël ont-elles eu un effet quelconque, l’ONU a-t-telle pouvoir d’admonester la Chine pour sa politique totalitaire ?

La contradiction est le ciment des nations unies, l’ONU n’est pas un moyen de pacifier la planète mais un outil au service des puissants pour astreindre les faibles. Et là, en Cote d’Ivoire , on se situe exactement sur la ligne de fracture séparant les plaques tectoniques économiques et délimitant les intérêts des grandes puissances. Les blocs se rencontrent en ce point précis du continent avant qu’une fois déliées, les forces divergeantes ne se cotoient un peu plus loin, le long des filons précieux. 

Gbagbo restera au pouvoir car la Chine et la Russie ont des visées sur la Côte d’Ivoire et tous les occidentaux réunis ne pourront pas ramener la paix démocratique qu’ils ont eux mêmes été incapables d’établir durant des siècles de colonialisme. Une période trouble attend le pays, la guerre civile rôde car les belligérants sont persuadés que leur pays est indépendant, malheureusement des hommes vont se battre et mourrir comme les marionettes d’un jeu qu’ils ne comprennent pas.

Il reste à De funes à avaler son chapeau, à se tordre le cou comme il le fit déjà sur le perron de l’Elysée il y a quelques semaines en recevant le représentant des brigades du tigre, à se confondre en génuflexions comme il le fait lorsqu’il croise son fournisseur de gaz.  

Il reste à faire croire que la France est du coté clair de la force, à parler des commandes nucléaires indiennes, à révéler que Carla aimerait enfanter un successeur, pour que perdure la dynastie des fantoches.  

Publié dans AFRIQUE | Pas de Commentaire »

LES VRAIS TERRORISTES D’ARLIT (CHAPITRE 4)

Posté par provola le 26 septembre 2010

 

 86cb87108dca11df8ab281ec619de9671.jpg

          Il ne leur suffisait pas de vivre dans les radiations et les poussières radioactives, de gagner un salaire de misère, de boire une eau souillée, de vivre dans un bidonville contaminé qui vous tue à petit feu, d’enrichir les pilleurs d’uranium, les porteurs de cancers. Non, tout cela c’était du gâteau, le pire pour les habitants d’Arlit, c’est la famine qui guète au coin du désert qui avance. Cette région du Sahel souffre depuis des années d’une sécheresse toujours plus prégnante, au Niger , 60% de la population soit 8 millions de personnes souffrent de la faim, dont 1,5 million d’enfants de moins de 5 ans.

« 380 000 d’entre eux sont en danger de mort », explique Raymond Yoro, Secrétaire de Caritas Niger.

Se souvient-on du reportage de la BBC en 1984 sur la famine en Ethiopie qui avait provoqué un élan de solidarité mondial ? (We are the world ») A distance de 26 ans , les mêmes causes provoquant les mêmes effets au Sahel, la situation ne rencontre qu’indifférence.

On se soucie des otages d’AREVA dont le sort pourrait décider de la suite des relations commerciales entre la France et le Niger et de l’approvisionnement des centrales nucléaires. Savoir si l’on va pouvoir se chauffer cet hiver, ça , ça peut intéresser le bon peuple, encore que, il suffirait que Carla nous souhaite les bons voeux pour que la mayonnaise présidentielle prenne une fois de plus. 

Plus sérieusement, de nombreuses familles du Sahel doivent vendre leur dernier bétail pour acheter à des prix exorbitants une nourriture rare; pour survivre, de nombreux agriculteurs doivent vendre leurs terres à des multi-nationales agricoles. Des personnes sous-alimentées mangent le grain destiné à la volaille ou des plantes sauvages. D’autres creusent dans des fourmilières pour y piquer la nourriture des insectes, d’autres quittent définitivement leur maison pour fuir dans une direction quelconque.  

La moitié de la population du Sahel souffrant de la pénurie alimentaire, dont celle du Niger, vit avec moins de 1,25 dollars par jour, une succession de mauvaises récoltes ces dernières années a fait flamber le prix des denrées alimentaires de 30%. 

Les changements climatiques induisent désormais trois périodes de sécheresse tous les quatre ans ce qui fait reculer la production agricole et l’élevage. 

De plus la crise économique mondiale a provoqué une chute des aides alimentaires , le manque d’intérêt des médias pour la cause du Sahel a également abouti à une chute des dons . Des 85 000 tonnes d’aides alimentaires promises au Niger cette année, seules 45 000 tonnes sont effectivement arrivées.  

C’est dans ce cadre apocalyptique que vient AREVA se moquer du monde en essayant de faire pleurer dans les chaumières à propos des personnels en danger. AREVA, des milliards de chiffre d’affaire, un business planétaire, la haute technologie du futur, AREVA qui sème la pistouille pour des centaines de milliers d’années sur un territoire grand comme plusieurs départements; cet AREVA là, insensible au malheur alimentaire, imperturbablement, transgresse les règles de la décence, voir de la démence.

Car enfin, est-il possible de proclamer haut et fort que l’activité nucléaire est un bienfait pour l’humanité alors que la réalité est plutôt d’accumuler des bénéfices et d’ entasser des immondices sur le dos d’une population exploitée ? Où sont les hôpitaux, où sont les écoles, où sont les symptômes du développement durable dont il est question sur le site internet d’AREVA ?

ELF puis TOTAL ont laissé un Gabon délabré en des décennies d’ exploitation outrancière des puits de pétrole d’un pays  qu’on appelle abusivement la Suisse d’Afrique, sans un regard pour une population à la richesse potentielle mais sans le moindre centime en poche. Le même scénario à l’allure d’un traquenard se reproduit au Niger par la faute de bandits endimanchés et cotés en bourse.

L’histoire se répète d’une lancinante forme qui pourrait se résumer ainsi : LA BOURSE OU LA VIE. 

Publié dans AFRIQUE | Pas de Commentaire »

LES VRAIS TERRORISTES D’ARLIT (CHAPITRE 3)

Posté par provola le 23 septembre 2010

Maintenant que l’on sait la qualité des relations franco-nigériennes, l’excellence du dispositif mis en place par AREVA, de protection des personnes et de l’environnement, il reste à analyser les moyens mis en oeuvre pour assurer la protection des zones d’extraction. L’endroit est aussi calme que la rive nord du lac Léman mais l’accord-cadre signé entre Paris et Niamey stipule que les troupes nigériennes doivent garantir la sécurité des personnels travaillant dans l’exploitation des mines d’uranium.

Or l’armée locale n’a aucun moyen de protéger autre chose que les chameaux des Touaregs perdus dans une tempête de sable. Les services spéciaux de l’armée française sont donc mobilisés, officiellement commandés par l’Amiral Thierry d’Arbonneau, un ancien patron des forces océaniques stratégiques, c’est à dire de la force des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins français.  

En avril 2007, un camp de géologues d’AREVA est attaqué à Imouraren par le mouvement des Nigériens pour la justice soutenu par Kadhafi, le même à qui l’on veut à tout prix refiler des Rafales qui ne se vendent à personne d’autre. AREVA confie alors à la société de conseil Epée le soin de traiter un dispositif militaire avec l’état nigérien. La direction de ce cabinet d’audit est attribuée au Colonel Jacques Hogard, un colonel légionnaire parachutiste ayant fait sa carrière au  deuxième régiment étranger de parachutistes. Un spécialiste du jeu de tarot en quelque sorte. Sa première décision consiste à embaucher le colonel Gilles Delamur, un spécialiste du Niger. Celui-ci commence sa mission en évitant d’informer l’ancien Président Mamadou Tandja. La réponse est immédiate, Denamur et le directeur local d’AREVA sont expulsés sur le champ.

Depuis des relations stables avaient pu s’établir avec le Président Tandja jusqu’à son renversement par un putsch militaire, évidemment. AREVA annonce que des relations à nouveau normales sont établies avec le nouveau régime. AREVA n’est pas là pour pactiser avec une hypothétique démocratie, AREVA est là pour faire du blé et si possible, le plus possible, il y a toujours quelques arrangements possibles avec n’importe quel gouvernement, de droite, de gauche, du haut , du bas, pourvu qu’il ferme sa gueule sur le pillage et le désastre écologique en cours au nord du pays. 

Le dispositif actuel d’Epée pour AREVA repose sur un conseiller coordinateur de la protection, un retraité de la marine Benoit de Rambures. C’est fou ce que les retraités sont en forme dans la région, l’air pûr sûrement. L’adjoint de cet officier français est systématiquement un officier supérieur en retraite, ben voyons…issu de l’armée nigérienne, ouf, c’est pas nous qu’on paye!

Epée dispose en outre de cinq anciens officiers subalternes, tous légionnaires, tous parachutistes, tous issus du 2ème REP. L’élite de la légion avait averti que des menaces planaient sur le dispositif de protection sans que des renforts aient été envoyés. Renforts qui ont semble-t-il été envoyés depuis la prise d’otage. A contre-courant et sans grandes chances d’aboutir à autre chose qu’à un paiement de rançon. Mais comme on en a l’habitude avec les Touaregs, les gouvernements qui se disputent le pouvoir sur place, les habitants qui tombent comme des mouches, ça ne fera pas une grosse dépense supplémentaire.

Le mot d’ordre est: « il ne faut pas augmenter les impôts », mais comme il faut payer des rançons qui n’ont pas été budgétisées, il faudra bien finir par augmenter la facture d’EDF. 

Publié dans AFRIQUE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LES VRAIS TERRORISTES D’ARLIT (CHAPITRE 2)

Posté par provola le 22 septembre 2010

Nous avons survolé hier la zone mortuaire d’Arlit et comme le but est tout de même d’aller y relever certains faits, nous voici descendus au coté des habitants, ce qu’il vaut mieux faire sans compteur geyger. Greenpeace s’est déjà chargée d’effectuer des relevés au niveau du sol, de l’air et de l’ eau. Ce rapport a été publié le 5 mai dernier et les résultats sont pour le moins édifiants.

Selon l’ONG, la contamination est partout, exposant à un risque sanitaire réel les 80 000 habitants de la région. Le rapport jette un regard cru sur les quarante ans d’exploitation minière de la part d’AREVA, il contredit les mesures effectuées par AREVA elle-même.

Le rapport indique que 4/5 des prélèvements d’eau potable ont montré des taux alarmants de concentration en uranium, supérieurs aux taux recommandés par l’Organisation mondiale de la santé. 

Quant à l’air, il est contaminé au radon, un gaz radioactif, trois à sept fois plus que les taux normaux.  

Des échantillons de sol présentent des concentrations en uranium et autres matériaux radio-actifs 100 fois supérieurs aux niveaux mesurés dans la région dépassant les limites internationales. Sur le sol des rues d’Akokan les taux de radiation sont 500 fois supérieurs à la normale. Un Nigérien passant moins d’une heure à cet endroit est exposé à une radiation supérieure à la dose maximale annuelle admissible.

Le Niger qui figure parmi les nations les plus pauvres de la planète aurait dû bénéficier de la manne de l’uranium, en fait l’extraction minière a profité aux exploitants mais surtout pas au pays. L’extraction n’a apporté que destruction, les tirs de mines, les forages ont formé d’immenses nuages  de poussière, des déchets industriels  et de la boue se sont entassés à ciel ouvert, le déplacement de milliers de tonnes de roches provoque une contamination des nappes phréatiques. Ces nappes sont en plus en train de s’épuiser à cause de leur surexploitation. Depuis de début de l’exploitation AREVA a utilisé environ 270 milliards de litres d’eau, maintenant plus ou moins contaminée.

Cette pollution radioactive va durablement contaminer les régions d’Arlit et Akokan, pour des millions d’années, ici, on ne parle plus d’écosystème ou de développement mais de système DD, de destruction durable. 

L’ exposition à la radioactivité cause des problèmes respiratoires, des malformations à la naissance, des leucémies, des cancers. Le taux de mortalité lié aux pathologies respiratoires est dans la zone minière deux fois supérieur à la moyenne nationale.

N’oubliez pas ce soir en allumant la télé, d’avoir une pensée pour ces sans-grades de l’ombre, en sursis, qui nous donnent la lumière.

 

Publié dans AFRIQUE | Pas de Commentaire »

LES VRAIS TERRORISTES D’ARLIT (CHAPITRE 1)

Posté par provola le 21 septembre 2010

Les récents évènements d’Arlit au Niger ne sont pas tombés du ciel comme tentent de nous le faire croire des médias qui s’en tiennent à la partie people de la prise d’otages, la seule qui parait préoccuper une opinion en mal de sensations.

Arlit est bien plus que le lieu quelconque de la prise d’otage des salariés de la compagnie Areva, elle est l’épicentre du pillage des ressources d’un pays à la botte de notre chère (au sens de coût exorbitant) République, d’un saccage à grande échelle de l’environnement, d’une catastrophe industrielle aux conséquences humaines d’ors et déjà incalculables.

CNC va tenter de percer le mystère de l’uranium, le carburant propre qu’on nous serine depuis des décennies, depuis qu’un certain Messmer nous engagea sans retour sur la voie du tout atome.

Mettons tout d’abord les cartes sur table, survolons la zone d’extraction du minerai et faisons un état des lieux:

source beyondnuclear.org:  http://www.beyondnuclear.org/storage/dossier_uranium_mining.pdf

Publié dans AFRIQUE | Pas de Commentaire »

LA FAUSSE AFRIQUE SUR LES CHAMPS (Site Afrik.com)

Posté par provola le 15 juillet 2010

Article d’Alexandre Gerbi: 

Ce 14 juillet 2010, dans le cadre du Cinquantenaire des prétendues « indépendances » africaines, l’Etat sarkozyen, héritier de la Ve République blanciste, a invité ses vassaux africains à défiler sur les Champs-Elysées. Tant mieux. Pour le bien, il faudrait que les troupes africaines défilent tous les ans. Non seulement car c’est essentiellement l’Armée d’Afrique qui permit à la France de participer à sa propre Libération en 1945, et de figurer ainsi dans le camp des vainqueurs. Mais aussi parce que la France et ses anciens territoires d’Afrique n’ont jamais cessé de former un ensemble politique et économique qui ne dit pas son nom. Cette dernière idée tombe sous le sens autant qu’elle est dure à comprendre…  l’ensemble politique franco-africain demeure, aujourd’hui encore, une réalité officieuse mais bien réelle.

Il est bien sûr de l’intérêt de certaines « élites », en France comme en Afrique, de taire ou de nier l’évidence. Car l’Hexagone et ses dépendances africaines ne furent officiellement séparés que pour mieux permettre l’exploitation de ces dernières, dans un cadre parfaitement inégalitaire dont le peuple pâtit mais dont certaines élites profitent copieusement. Chacun le sait, les indépendances africaines ont toujours été essentiellement fictives. Mieux encore, initialement et fondamentalement non désirées par la majorité des Africains, elles furent imposées par l’Etat gaullien pour des motifs sordides touchant à l’argent, à la civilisation, à la religion et à la race. Par la suite, après les « indépendances », sous l’œil vigilant de l’Elysée et de ses porte-flingue, les élites africaines et métropolitaines continuèrent à faire leurs petites affaires, en s’entendant souvent très bien entre champagne, caviar à la louche et voitures de luxe.

Si bien que cinquante ans plus tard, en l’an 2010, on en arrive à cette situation absurde : un ensemble franco-africain ayant des élites communes (car les élites africaines n’ont jamais été aussi francisées, elles vivent un pied sur chaque continent, possèdent bien souvent la double nationalité, et profitent un maximum du french or american way of life) qui travaillent et vivent ensemble, mais expliquent aux peuples, avec des trémolos dans la voix et des arguments d’une rare incohérence, qu’ils doivent être séparés… On le voit, cette séparation franco-africaine officielle assortie d’une unité officieuse fut conçue pour permettre le néocolonialisme. Or le néocolonialisme détruit l’Afrique et abaisse la France depuis cinq décennies, engendrant des ravages dont l’Afrique sort dramatiquement abîmée et la France défigurée et neurasthénique, voire autodestructrice.

La logique voudrait qu’on conclue que la solution aux problèmes de l’Afrique et de la France passe par la réunification franco-africaine, puisque la séparation fut jadis imposée par un chef devenu traître à la République et à ses principes les plus fondamentaux. Or tout au contraire, les « indépendances » sont sans cesse exaltées, et l’histoire officielle de la décolonisation, le prétendu soulèvement des peuples pour l’indépendance est perpétuellement raconté au mépris de la réalité historique. On préfère cacher que l’Afrique exigeait la fin du colonialisme par l’instauration de l’égalité politique… qui lui fut refusée par le pouvoir parisien. Mais cela, évidemment, chacun préfère le taire, comme il fait mine d’ignorer que l’unité franco-africaine est une réalité… Car si l’on décidait de sortir de cette situation hypocrite et pernicieuse, si l’on officialisait l’unité franco-africaine en accordant à tous les habitants de l’ensemble franco-africain les mêmes droits et les mêmes devoirs, le néocolonialisme serait rapidement contré par la grâce de la démocratie et de la République. Dans ces conditions, tandis que la France, renouant avec sa part africaine, assumerait enfin autrement que dans les mots son identité franco-africaine, l’Afrique, renouant avec sa part française qu’elle n’a jamais perdu mais que certains veulent lui confisquer, assumerait son identité franco-africaine. Ainsi l’ensemble franco-africain, en terrassant le démon blanciste et en appliquant enfin les principes de la République, connaîtrait un puissant apaisement et un développement économique et social rapide. Dans ces conditions, évidemment, l’exploitation néocolonialiste qui sévit depuis belle lurette en Afrique se trouverait radicalement entravée. Et le métissage de l’ensemble franco-africain (ou euro-africain, car c’est l’Eurafrique qui est en ligne de mire), dans un cadre laïc et égalitaire, c’est-à-dire le dépassement des problématiques raciales, s’offrirait aux populations d’Afrique et de France. Autrement dit, les axes fondamentaux de l’idéologie et de la rhétorique de la Ve République blanciste et de ses alliés internationaux se trouveraient tout à coup mis par terre, en même temps que ses lucres… 

On comprend bien, dans ces conditions, que ceux qui nous gouvernent, au nord comme au sud de la Méditerranée, ainsi que leurs relais médiatiques et intellectuels, aient intérêt à jouer la carte de la division. Et à prôner, plus que jamais, sous couvert d’amitié et de défilé du 14 juillet, la séparation politique des populations africaines et françaises, pour mieux poursuivre leur exploitation comme depuis des décennies voire des siècles (car esclavage, colonialisme, indépendance imposée et son corollaire néocolonialisme composent un évident continuum historique d’exploitation et de mépris, qui n’a pas épargné non plus les masses européennes). 

Les mêmes fins appelant les mêmes moyens, on ne s’étonnera donc pas que l’histoire franco-africaine mensongère que répand la Ve République blanciste pour justifier et masquer les vraies causes du largage de l’Afrique en 1958-1962, continue de dominer les discours politiques aujourd’hui. On ne s’étonnera pas non plus que le général de Gaulle, stratège et auteur de cette imposture au niveau français, soit plus glorifié que jamais. On ne s’étonnera pas non plus que la Commission Toubon, chargée par Nicolas Sarkozy d’organiser les célébrations du Cinquantenaire, n’apporte aucun soutien à ceux qui osent penser hors des clous. En particulier, au Club Novation Franco-Africaine qui s’emploie, avec ses modestes moyens, à diffuser l’histoire occultée de la pseudo-décolonisation depuis des années

Publié dans AFRIQUE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

MORT D’OR

Posté par provola le 12 juin 2010

L’Afrique est à la fête, une partie de l’Afrique qui n’est pas l’Afrique du quotidien.

Car l’Afrique, après avoir été le réservoir à main d’oeuvre que l’on sait , le sous-sol du monde, puis le jardin privé des envahisseurs étrangers, est en train de devenir une immense poubelle. Les exemples ne manquent pas de pillages systématiques tels l’uranium ou même l’or qui se font sans la moindre attention portées aux conditions de travail d’une main d’oeuvre et d’une population considérées comme bétail de somme .

On a parlé du désastre écologique du Niger ou’ Areva exploite de manière éhontée les mines d’uranium , on peut évoquer le cas du Nigéria ou’ la fièvre d’or a contaminé bien plus que les émotions ou les espoirs de richesse. En quelques mois, 163 personnes ont trouvé la mort dans les mines de métal jaune. Richard Fuller de l’institut Blacksmith prévoit que des centaines d’enfants vont bientôt trépasser à cause de la fièvre de l’or et des conditions d’exploitation sauvage des mines.

Les hôpitaux de l’Etat du Zamfara dans le nord-ouest du pays ont reporté des centaines de cas d’empoisonnement d’habitants venus de plusieurs villages situés en bordure des mines. Pour séparer les paillettes d’or de la boue, les orpailleurs utilisent du plomb, rejeté dans les rivières qui alimentent les populations en eau.

Les premiers symptômes ont fait penser à une vague de paludisme, très vite les analyses de sang ont montré des taux de contamination au plomb qui à cause de la prochaine saison des pluies, risquent de s’étendre à d’autres régions.

Le gouvernement de l’Etat du Zamfara assure que tout est mis en oeuvre pour assainir les lieux, remplacer les terres, décontaminer les eaux, que la situation est sous contrôle.

On croirait entendre les dirigeants de Bp…  

 

Publié dans AFRIQUE | Pas de Commentaire »

COUPE INTERDITE

Posté par provola le 11 juin 2010

Elle devait être la coupe des Africains, elle restera la première coupe d’Afrique. Et ça fait une sacré différence, à 80 € la place, effectivement, on a reconnu Naomie Campbell dans les gradins à la cérémonie d’ouverture de la coupe du monde de foot, avec des lunettes de soleil aussi grandes que le stade, mais le peuple d’Afrique, celui qui vit en dessous du seuil de pauvreté est resté chez lui.

Sur les 230 000 de places vendues aux touristes étrangers, seules 10 000 places l’ont été aux enfants du continent noir, la bonne affaire, c’est pour les actionnaires de la FIFA, la fédération internationale du foot, qui avait là l’occasion de démocratiser un événement qui ressemble de plus en plus à une pompe à fric, à une plate-forme pétrolière. La pollution du fric roi, elle, s’étend désormais sans entraves dans les recoins les plus reculés de la savane équatoriale.

Publié dans AFRIQUE | Pas de Commentaire »

AREVA, LE BP DE L’ATOME

Posté par provola le 16 mai 2010

On ne sait pas quand on en sortira et si on en sortira, la situation dans le Golfe du Mexique ne cesse de s’assombrir, des nappes de pétrole brut invisibles jusqu’ici on été repérées au fond de l’océan ce qui laisse penser que la fuite sous-marine est bien plus catastrophique qu’annoncé.

Qu’on ne s’y trompe pas, nous avons notre Bp, nous avons fait le choix de l’atome depuis longtemps, nous ne nous sommes pas comporté autrement que les actionnaires du pétrolier anglais responsable de la dernière marée noire. Persuadés que nous détenons la vérité énergétique , nous ne nous sommes jamais interrogés sur les dégats collatéraux causés aussi bien sur les lieux de l’approvisionnement de l’uranium au Niger que sur les lieux choisis pour le stockage des déchets radio-actifs pour une durée de quelques milliers d’années.

Nappes phréatiques contaminées, des niveaux de radio-activité sur la route d’Akokan au Niger, 500 fois plus élevés que la normale, vente de métaux contaminés sur les marchés, le paysage local sur les lieux de l’extraction de l’uranium est d’une désolation totale. Greenpeace et  la Criirad ont effectué  des analyses qui prouvent les manières peu regardantes d’Areva dans sa façon de se procurer le précieux minerais. Le rapport indique que l’eau potable est contaminée, depuis 40 ans ce sont 270 milliards de litres d’eau qui ont été utilisés lors des phases d’extraction et les nappes phréatiques indiquent des taux de radio-activité qui devraient rendre les eaux impropres à la consommation. Il faudra seulement quelques millions d’années pour un retour à la normale et là on est déjà au delà de ce qui se passe du coté du Golfe du Mexique. Mais bien sûr , le Niger n’intéresse personne.  

La pollution nucléaire a aussi étré détectée dans les poussières fines, dans des matériaux de constructions utilisés par les habitants d’ Arlit, un autre lieu d’extraction. Le simple fait de se promener durant une heure dans les rues de certaines villes expose les habitants à une dose de radiation maximum consentie en un an. 

Pathologies respiratoires, cancers, maladies congénitales forment un triste bilan clinique, nié par les dirigeants d’Areva. Suite à ce rapport, Greenpeace demande à ce qu’une étude complète de la situation soit effectuée sur les lieux d’extraction de l’uranium et sur les villes d’Akrit et Akokan qui devrait être suivie par une décontamination complète de l’environnement et une indemnisation des populations autochtones.  

Ce rapport de Greenpeace confirme que les méthodes d’extraction du pétrole et de l’uranium sont en tous points semblables de telle sorte qu’ elles prennent en compte la rentabilité des investissements avant tout autre considération, fut-t-elle la protection des populations ou de la biodiversité.

Publié dans AFRIQUE, ECOLOGIE, NUCLEAIRE | Pas de Commentaire »

CES PAUVRES QUI NOUS VONT SI BIEN

Posté par provola le 24 mars 2010

arton193104a12a1.jpg      Cela fait des générations que nous ne voulons rien voir, que tout au plus notre vue se brouille dans un mirage au contact des sables brûlants, que les ruines de nos consciences ont disparu dans notre illusion de longévité. La scène de la photo se déroule à cinq heures de chez nous , un vol de perdreau,  un instant de mal-être avant de se repaître de lendemains qui chantent. Le Sahel est en pleine torture alimentaire, mais le Sahel n’est pas en Europe, en Israël ou au Etats-Unis, le Sahel est tout au plus une traversée du désert en 4X4.

On se souvient du scandale de la conférence de la FAO à Rome peu avant la Bérezina de Copenhague, aucun chef d’état n’ayant daigné participer à la réunion de la solidarité. 4 mois après , l’urgence tenaille la région de la mer souterraine.

La Croix-Rouge a lancé un appel au secours sur la situation au Niger , la sécheresse y ayant occasionné un grave déficit céréalier. Une réunion du CILSS (Comité permanent inter-états de lutte contre la sécheresse au Sahel) a lieu demain pour tenter de parer à l’urgence.

Dix millions de personnes sont directement menacées par une aggravation attendue de la situation, l’Europe au même moment s’enlise à propos de la glissade de l’Euro, les Etats-unis se félicitent de la réforme de la santé, la Chine a décidé de racheter tout le sous-sol africain.

Alors vous me direz ce que pèse le petit homme sur la photo, face à cette indifférence: moins de 10 kilos.    

Publié dans AFRIQUE | Pas de Commentaire »

PILLAGE D’OR NOIR

Posté par provola le 16 mars 2010

La Suisse se sent pousser des bio-carburants dans les veines, mais les pentes du fendant n’ont pas la fibre OGM. Aussi la révolution verte devient un exode colonial, une invasion chic, parmi les banques de la Sierra Leone. Nous sommes en Afrique de l’ouest ou’ les 17 000 habitants ont vu débarquer la colonie de fourmis rouges à la croix blanche.

L’idée  d’ Addax Bioénergy un nom bien ronflant et le concours de la reine des vaches dans les gènes, c’est de cultiver la canne à sucre en plein centre de la savane. Sur 10 000 hectares devenus énième canton de la confédération seront tirées 100 000 Tonnes de bioéthanol chaque année, exportées ensuite vers la communauté européenne ou’ des cons comme nous versent des subventions pour foutre du vert dans le réservoir,  pour faire écolo.

Dans cette zone misérable qui va le rester survivent 17000 paysans. La promesse des Helvètes est de 4 000 emplois créés sur place, la concession porte sur 50 ans. Cela fait au moins 4 000 personnes qui ne demanderont pas un passeport suisse. 

Les villageois propriétaires seront indemnisés au tarif de 12 dollars par hectare et par an, même au cours du franc suisse ça ne permet pas d’acheter une réserve de tablettes de chocolat.  

Le salaire est de 5 dollars par jour pour les employés de la plantation, les salaires resteront fixes sur la durée de 50 ans, leur augmentation réduirait la rentabilité du système, en attendant ça permet de voir venir l’augmentation du niveau du lac de Genève.

Publié dans AFRIQUE, EUROPE | Pas de Commentaire »

VOTRE ELECTRICITE DEPEND DE CET HOMME (la gazette du nucléaire 3)

Posté par provola le 23 février 2010

nigerdemocratie1.jpg Salou Djibo à la tête d’une junte militaire vient de prendre le pouvoir au Niger, le Président Mamadou Tandja a été déchu et enfermé. Le comité pour la restauration de la démocratie a pris le pouvoir par les armes.

Rien de très nouveau sous les tropiques. Sauf que le 12 mai 2009 Anne Lauvergeon, présidente du directoire d’Areva (en la présence de la Ministre de l’économie Lagarde… et de Rama Yade, ça pouvait toujours servir) était allée faire la causette avec le prisonnier d’aujourd’hui pour assurer , disait-elle l’avenir de l’approvisionnement  des réacteurs nucléaires français.

Cinq mille tonnes par an, pendant 35 ans, l’avenir du combustible en coffre-fort, tout allait bien dans le four à pizza.

PATATRAC, manque de bol absolu, à l’Ecole normale supérieure, les cours de géographie sont facultatifs et justement la présidentissime n’avait pas jugé bon de les suivre.

Maintenant à cause de son manque d’assiduité aux cours de rattrapage du soir, c’est nous qui sommes dans le noir. 

Publié dans AFRIQUE, CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

INAUGURATION D’UN HOPITAL AU DARFOUR

Posté par provola le 27 octobre 2009

 121.jpg121.jpg 121.jpg 121.jpg 121.jpg

Vu la réussite du premier, inauguré par une belle journée d’été, un plan de construction de quatre autres hôpitaux a été lancé dans la province du Darfour par le gouvernement soudanais grâce à des capitaux européens.

La communauté européenne souhaite ainsi collaborer avec l’un des grands pays d’Afrique et montrer son implication dans le développement du continent. Le club méditerrannée financera une superette et une pompe à essence.

Publié dans AFRIQUE, MONDE | Pas de Commentaire »

LE FILS A LA PLACE DU PERE

Posté par provola le 14 octobre 2009

Il vient d’être élu et la cour constitutionnelle vient de rejeter le pourvoi de l’opposition visant à invalider la victoire du fils.

Le fils prend donc la place du père .

Il n’y aura rien eu à faire, Nicolas Sarkozy sera passé outre la volonté du peuple. La manifestation du mécontentement généralisé, du ras le bol après des années de négation des règles démocratiques , les actions les plus marquantes et parfois même sanglantes n’auront pas suffi à altérer la volonté du Président de passer en force. Les intérêts économiques de ce coté-ci  sont trop importants pour laisser s’évaporer l’une des source du pouvoir financier. La source de l’or noir qui se transforme en or blanc doit être défendue becs et ongles et le clan du potentat avait pour objectif de verrouiller son accès.

Mais dit-on le fils a été élu, il tient en cela toute la légitimité à occuper le poste, certe.  

Il s’agit bien entendu du fils d’Omar Bongo, Ali, qui après moultes péripéties, pétitions et protestations et grâce au soutien du bon roi Dagobert aura conquis la couronne tant convoitée.

Toute allusion à une affaire intérieure serait fortuite et sans fondement. 

Publié dans AFRIQUE, MONDE | Pas de Commentaire »

12
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement