On ne va plus se mentir: c’est + 3 degrés pour 2100

Posté par provola le 23 janvier 2021

Trois degrés de plus en 2100 : le réchauffement sera-t-il pire que prévu ?

Une étude de Météo France alerte sur le réchauffement probable à la fin du siècle. Les températures pourraient grimper de 2 à 5 degrés en fonction du niveau d’émissions de gaz à effet de serre. Ces projections, réalisées avec une nouvelle méthode de calcul, sont un peu plus pessimistes que les simulations actuelles.

L'Australie est de plus en plus souvent touchées par de gigantesques incendies dont l'un des causes est le réchauffement climatique
L’Australie est de plus en plus souvent touchées par de gigantesques incendies dont l’un des causes est le réchauffement climatique © Getty / Andrew Merry

Aurélien Ribes et l’auteur de cette étude, et chercheur au centre national de recherche météorologique.

 

AURELIEN RIBES : « Par rapport à la période préindustrielle, c’est-à-dire la fin du 19e siècle, la température augmentera de 2 degrés dans un scénario de faibles émissions, mais on sera à 3 degrés avec des émissions faibles à modérées et à 5 degrés dans un scénario de fortes émissions, tout cela avec des incertitudes de plus ou moins 20%.

Ce sont des chiffres globalement cohérents avec ceux du précédent rapport du Giec (le groupe international d’experts sur le climat). Simplement, le bas de la fourchette retenue est plus élevé dans notre étude. Cela signifie que nous excluons les valeurs de réchauffement les plus faibles pour le futur. »

Comment parvenez vous à ces résultats ? Quelle est votre méthode

« C’est une nouvelle génération de scénarios et de simulations climatiques. On a cherché à faire une synthèse entre les simulations qui existent sur la planète et ce qui a été observé, en matière de changement climatique, depuis 1850. On a calculé les trajectoires de réchauffement futures, pour qu’elles soient cohérentes avec ce qui a été observé jusqu’en 2020.

Mais le scénario à 5 degrés demande d’émettre de très grandes quantités de gaz à effet de serre. On peut espérer que ce ne soit pas le bon. Ce qui est le plus frappant, c’est que l’on arrive à une augmentation de 3 degrés avec des émissions faibles à modérées. Or 3 degrés, c’est un chiffre déjà très grand qui aura beaucoup d’impacts sur de nombreuses activités ! Et si on veut rester en-dessous de deux degrés, il faudra réduire les émissions dans des proportions très significatives. »

Ce réchauffement est-il imputable à l’homme ?

« Oui, si on s’intéresse aux climats du passé, on estime le réchauffement total en 2020 à 1,22 degrés. Ce qui est déjà beaucoup. L’objectif de l’Accord de Paris est de rester en-dessous de 1 degré et demi, or là, on s’en rapproche. De plus, la quasi totalité de ce réchauffement, observé, est imputable aux activités humaines. Parmi ces 1,22 degrés, 1,15 degrés sont précisément la conséquence des activités humaines. C’est l’écrasante majorité. La contribution de tous les autres facteurs naturels est très faible, elle représente moins de un  dixième de degré ! »

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement