MESSIEURS LES DECIDEURS: LE GROENLAND VOUS SALUE BIEN

Posté par provola le 16 avril 2016

16/04/2016 – 04H30 Groënland (Breizh-info.com) –  Les météorologues et glaciologues danois ont d’abord cru à une erreur de logiciel lundi dernier, quand ils découvrent des chiffres aberrants concernant le Groënland. Peter Langen raconte sur Portal Polar, le site gouvernemental danois qui chronique les évolutions de la feuille de glace groënlandaise: « Nous avons dû vérifier que nos modèles fonctionnaient encore correctement,  les thermomètres sur et autour de la glace ont montré des températures aussi élevées que 64 degrés Fahrenheit le lundi, c’est-à-dire plus de 35 degrés de plus que la normale pour cette période de l’année, et plutôt typique d’une journée chaude en Juillet ».

Le Groënland fond trop vite et trop fort

Une fois les instruments de mesure vérifiés, les scientifiques du DMI se penchent sur une explication rationnelle du pic de fonte qualifié de « freaky ». Les vents du Sud pourraient avoir apporté un regain d’humidité océanique, à cause de la chaleur anormale des eaux de l’Atlantique Nord.

L’Organisation mondiale de météorologie s’est exprimée sur twitter en décrivant cette anomalie glaciaire comme arrivant trop tôt et de trop grande intensité. En effet, les surfaces de fonte sont extraordinairement importantes comme le montrent les taches rouges sur l’image suivante.

(voir image suivante captée sur le site officiel danois ).

«L‘Arctique est en crise» a déclaré Ted Scambos du National Snow and Ice Data Center à l’Université du Colorado dans un résumé récent de ces conditions météorologiques exceptionnellement chaudes cet hiver. «D’année en année, il est en train de glisser vers un nouvel état« . Une image saississante publiée par l’expédition glaciaire Petermann Ice est commentée de la manière suivante : «  les eaux de fonte du glacier deviennent une rivière rageuse au Kangerlusssuaq Groëland ». 

Différents facteurs corrélés, comme ces éléments de preuve d’une fonte précoce de la glace du Groenland, la diminution générale de la couverture de neige, la fonte du pergélisol, le rétrécissement de la glace de mer, et le patch océanique près de l’Islande, convergent vers une unique conclusion: l’Arctique tel que nous l’avons connu change irrémédiablement, et les conséquences sont imprévisibles.

Melt_combine

Publié dans RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement