• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 23 novembre 2015

CAP SUR LA COP, VAMOS MUCHACHOS !!

Posté par provola le 23 novembre 2015

Venez rejoindre la convergence sur Paris des convois des territoires en lutte suivie d’un grand banquet !

Le 28 novembre 2015 les convois de territoires en lutte convergeront vers Paris à la veille de la COP21, la conférence intergouvernementale souvent présentée comme le « sommet de la dernière chance » pour «sauver la planète » du réchauffement climatique. Les convois viendront y dénoncer l’hypocrisie flagrante du gouvernement. Hypocrisie à prétendre lutter contre le réchauffement climatique tout en menaçant de revenir quelques semaines plus tard vider la ZAD de Notre-Dame-des-Landes pour y construire un nouvel aéroport. Hypocrisie à déclarer vouloir « préserver la planète » d’une main, et de l’autre raser des forêts pour y faire des Center Parks à Roybon, Poligny et ailleurs.  Hypocrisie à prôner la biodiversité et vouloir détruire des terres agricoles pour construire des technopoles comme à Saclay ou Agen, des méga-poubelles nucléaires à Bure, des zones commerciales à Gonesse, des centrales à biomasse, des incinérateurs, etc. Enfin, hypocrisie à prétendre « réduire les inégalités » tout en développant des métropoles «compétitives » où les rénovations urbaines éliminent les derniers quartiers populaires, comme à Ivry-sur-Seine ou en Seine-Saint-Denis.

Converger ensemble vers Paris, c’est réaffirmer la force collective et la détermination des territoires en lutte à se tenir ensemble dans leur grande diversité et à bloquer concrètement l’avancée de leurs projets nuisibles, imposés et climaticides. Il est temps de sortir enfin du productivisme industriel, de la privatisation des biens communs, de la destruction des terres nourricières et de la marchandisation du vivant, pour qu’émergent d’autres possibles.

Après la jonction des convois et une marche commune, nous occuperons l’espace public le temps d’un après-midi avec un grand banquet des territoires en lutte, convivial et joyeux, pour montrer notre détermination à ne pas céder aux aménageurs et à leur monde.  Nous prendrons place ensemble pour continuer de renforcer concrètement la solidarité des luttes – qu’on les appelle « territoriales », « sociales », « migratoires »,  « environnementales »… – unies contre la folie destructrice du système marchand. Nous réaffirmerons notre détermination à libérer des espaces où se réapproprier nos conditions d’existences, des espaces où puissent s’inventer d’autres formes de vie communes !

Nous appelons à une convergence des convois à 11h30 au Rond point de la division Leclerc à Châtillon, pour marcher ensemble vers Paris, à pied, à vélo, en tracteurs, en musique et en chansons ! 

Publié dans COP21 | Pas de Commentaire »

L’Etat définitivement condamné à aménager la jungle de calais

Posté par provola le 23 novembre 2015

Le juge des référés du Conseil d’Etat a confirmé, lundi 23 novembre, la condamnation de l’Etat et de la commune de Calais à aménager la « jungle », bidonville où s’entassent près de 6 000 migrants dans des conditions déplorables.

Le Secours catholique, Médecins du monde et plusieurs demandeurs d’asile avaient déposé, le 26 octobre, un référé-liberté devant le tribunal administratif de Lille  dans le but de contraindre l’Etat à prendre des mesures urgentes.

Le Tribunai administratif avait alors ordonné à l’Etat: : 

  • de procéder, dans un délai de quarante-huit heures, au recensement des mineurs isolés en situation de détresse et de se rapprocher du département du Pas-de-Calais en vue de leur placement ;
  • de commencer à mettre en place, dans les huit jours, des points d’eau, des toilettes et des dispositifs de collecte des ordures supplémentaires, de procéder à un nettoyage du site, de créer des accès pour les services d’urgence.

Le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, et la commune de Calais avaient fait appel de ce jugement.

« Traitements inhumains ou dégradants »

Pour le Conseil d’Etat, les conditions de vie des migrants dans la « jungle » sont bien de nature à les exposer à des traitements inhumains et dégradants.

En outre, « en l’absence de texte particulier », il appartient aux autorités titulaires du pouvoir de police générale, « de veiller, notamment, à ce que le droit de toute personne à ne pas être soumise à des traitements inhumains ou dégradants soit garanti », juge le Conseil, répondant ainsi à un argument du ministre.

Le Conseil d’Etat a également rejeté l’appel de Médecins du monde et du Secours catholique, qui n’étaient pas satisfaits du jugement du tribunal administratif de Lille quant au traitement des demandes d’asile, celui-ci ayant estimé qu’il n’y avait pas de « carence » de l’Etat à ce sujet. Enfin, le tribunal n’avait pas accédé aux demandes des requérants concernant la réquisition de bâtiments inoccupés pour faire droit à l’hébergement d’urgence des migrants.

Le 12 novembre, les travaux pour la mise en place du camp en dur au sein de la « jungle » ont débuté. La création de ce campement avait été annoncée le 31 août par le gouvernement, lors de la visite à Calais du premier ministre, Manuel Valls.

Article: Le Monde

Publié dans BONNES NOUVELLES | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement