COMBATTONS L’INELUCTABLE

Posté par provola le 27 août 2013

                    Rien n’arrêtera la marche de la destruction totale autrement appelée sous le doux euphémisme de « croissance économique », raison pour laquelle j’en appelle aux quelques illuminés désireux d’en découdre avec cette farce mondialisée. Aucune politique de sauvegarde ne parviendra à freiner notre cargo lancé à pleine allure vers cette falaise morbide représentée par l’absurde illusion du bonheur consumériste. Partout les signaux du dérèglement généralisé nous parviennent sans que la musique du développement durable ne nous soit épargnée. Qu’on en juge ,  pour la seule journée d’hier,  nous avons appris: 

L’accélération de la fonte de la banquise arctique, 

Le lancement de l’exploitation des gaz de schistes au Canada et au Royaume -Uni. 

Que pour la seule journée de dimanche 362 feux de forêts ravageaient le Portugal et que 33 000 hectares étaient déjà partis en fumée au 15 Aout depuis le début de l’année.  

Que le Parc du Yosemite en Californie était au prise avec l’un des plus monstrueux incendies de son histoire ayant déjà anéanti 60 000 hectares de forêt. Des séquoias pluri-centenaires sont menacés de disparaître à jamais. 

Que le mercure était en augmentation constante dans la faune marine de l’Océan Pacifique, en cause la production d’énergie à base de charbon en Chine et en Inde. 

Que la contamination de l’Océan Pacifique par les eaux de traitement de la centrale de Fukushima était bien plus importante que précédemment annoncé par la compagnie TEPCO. Ces derniers jours, 300 tonnes de plus d’eau de traitement de la centrale ont été rejetés dans l’océan. L’on craint maintenant une contamination de toutes les eaux océaniques orientales, la solution serait de congeler les terrains environnant la centrale pour éviter de nouveaux écoulements. Cette solution devrait se poursuivre sur des années voir des décennies et s’annonce comme étant extrêmement couteuse. Jusqu’à présent l’Etat japonais a versé à TEPCO 23 milliards d’euros pour palier les opérations de démantèlement de la centrale. Mais ces sommes semblent absolument dérisoires face à cet immense défi. Le coût réel pourrait s’avérer dix fois supérieur. Une crise météorologique avec des courants transcontinentaux provoquant des pluies radioactives sur l’ensemble de la planète ne seraient pas totalement exclus. Les autorités ont été obligées de reconnaître en juillet dernier que 2000 ouvriers ayant participé aux opérations de nettoyage de la centrale il y a deux ans ont reçu suffisamment de radiations pour développer à court ou moyen terme des pathologies mortelles. 

Que la France obéissant au dictat de Bruxelles rogne à nouveau sur les droits sociaux en matière de retraites, les marchés imposant aux Etats de se conformer aux règles de bonne conduite de la loi de la jungle financière. 

Que notre premier Ministre se réjouit du retour prochain de la fameuse croissance, seule solution pour lui de relancer la consommation et donc l’emploi. Comme s’il fallait continuer de produire et d’acheter tout et n’importe quoi, de gaspiller tant et plus, de détruire plus qu’on ne protège. Comme si la dite croissance ne cachait pas plutôt la sauvegarde du patrimoine des plus nantis, et le partage des miettes du festin frelaté pour les 98 % restants. 

Rappelons quelques évidences: 0.5% de la population mondiale possèdent 36 % des richesses, 2% des plus riches possèdent 50% des richesses, 50% de l’humanité détient 1% du patrimoine mondial. 

Le monde n’est pas en crise depuis 2008, seule la situation des classes populaires des pays riches a subi une perte de revenus substantielle, alors que la richesse mondiale n’a jamais été aussi importante; malheureusement, celle-ci n’a jamais été aussi mal répartie, ces distorsions étant plus importantes dans les pays émergents que dans les pays dits développés. 

Les fortunes n’ont tout simplement jamais été aussi bien protégées à l’abri de paradis fiscaux et d’une optimisation fiscale ayant atteint sa quintessence. 

La mondialisation est avant tout une remarquable manipulation, la condition nécessaire à une situation de rente instaurée par les oligarchies (grandes familles actionnaires des multinationales) exerçant par le jeu des lobbies une pression dictatoriale sur des classes politiques à leur botte. 

Nous ne pourrons pas impliquer les plus démunis, la majorité d’entre nous, à la sauvegarde de notre environnement si nous n’obligeons pas les oligarchies à partager les richesses  subtilisées de manière éhontée à la communauté.  

Le coup de balai doit d’abord régler le problème des milliardaires accumulateurs et pollueurs, puis des business-angels de mes deux, au service des plus puissants. La priorité est de dégonfler la baudruche de la cupidité, de détruire l’armée de la grande finance dominée par quelques millions d’ affairistes plénipotentiaires. Le capitalisme qui nous a servi les lunes du développement durable pour nous faire passer la pilule destructrice est le problème, pas la solution. 

Il est temps de reprendre en main le gouvernail laissé depuis trop longtemps aux vents dominants de la férocité libérale. Il est temps de séparer le nécessaire de l’inutile, de stopper le gaspillage des ressources naturelles, ces vraies richesses  en péril, que nous ne devons plus voler à nos enfants. 

Il est temps de rêver, cela ne coute rien.

 

 

 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement