ALLEMAGNE, LA GRANDE ILLUSION

Posté par provola le 31 mai 2013

                          

                              L’ Allemagne n’est pas ce qu’elle croit. Les chiffres du dernier recensement viennent contredire les estimations précédentes qui nous étaient toujours donnés de 81.8 millions d’habitants. En fait les chiffres étaient tout bonnement faux… de 1.5 millions.  Le nombre le plus exact est maintenant de 80.1 millions d’habitants, mais ces chiffres datant de 2011, on peut estimer qu’il faut encore effacer quelques centaines de milliers de personnes pour aboutir à une bonne approximation. L’erreur antérieure  portait donc sur 1.8 % de la population, une paille, à ce niveau d’incertitude, on peut donc douter de toutes les données qui nous sont données pour nous faire miroiter l’exceptionnelle réussite du modèle allemand.

Cette dégringolade de la population, loin d’être une simple anecdote comptable est la véritable explication des résultats en trompe l’œil, l’arbre qui cache la forêt des problèmes futurs.

Tout d’abord les chiffres du chômage qui montrent la santé éclatante de l’industrie teutonne sont en fait bien plus le résultat du mouvement de fond de la démographie que le fruit d’une puissance sans faille.

Qu’on en juge:  8 % de la population active en 2009, 7 % en 2010, 6 % en 2011, 5.5 % en 2012 et 5.4 % en mars 2013. voilà les chiffres brut du chômage, tant déclamés par les autorités allemandes, tant mis en avant par la Commission européenne. Or la forte diminution de la population amène toujours plus de salariés à prendre leur retraite et toujours moins de jeunes à entrer dans le monde du travail, ce qui favorise grandement, on peut le comprendre, les statistiques du chômage. A l’inverse du cas français qui voit chaque année toujours plus de jeunes se présenter aux portes de l’emploi.  

La seconde grande conséquence de ce vieillissement de la population est la baisse des prix de l’immobilier. Les logements sont en surnombre par rapport à la population car moins de jeunes cherchent à se loger , ce qui fait baisser les prix aussi bien de l’accès à a propriété que des loyers. Comment comparer cette situation avec celle de la France où les logements accessibles sont rares et donc très chers? 

Aujourd’hui, un logement de 50 mètres carrés à Berlin ou Hambourg peut être loué pour 150 euros mensuels ! Les dépenses liées au logement étant le premier poste budgétaire des ménages allemands, on comprend que les actifs allemands, ne nécessitant dès lors pas des revenus aussi élevés que les ménages français pour pouvoir se loger, puissent accepter les modulations de salaires, voire même les « mini-jobs » payés entre 400 et 500 euros par mois, qui permettent de diminuer le coût du travail dans l’industrie et qui font ainsi de cette dernière l’une des plus compétitives du continent européen.

La troisième conséquence de ce vieillissement est la baisse des dépenses sociales concernant l’enfance. Moins d’enfants, cela veut dire moins de besoins d’écoles, de crèches, d’hôpitaux, de salles de sport, de piscines. qui dit moins de dépenses sociales dit moins de charges, moins de cotisations pour les entreprises qui bénéficient ainsi d’une meilleure compétitivité.

Bien entendu, la médaille a son revers, cette conjoncture est une bombe à retardement car plus la population vieillit, plus elle a à terme, besoin de soins, de maisons de retraite, d’aides à la dépendance. La proportion de la population dépendante augmentant, les dépenses sociales vont exploser, voilà pourquoi la solution a été trouvée d’expédier les vieux dans des maisons de retraite dans des pays à moindres coûts et d’augmenter l’âge de la retraite à 67 ans avant qu’on vienne nous dire que le travail c’est la santé à 70 ans. Mais l’explosion des comptes sociaux n’est pas encore arrivée et comme la politique est une science au jour le jour, sans vision d’avenir, on préfère s’en tenir à l’embellie actuelle, qui nous montre une Allemagne au sommet de sa forme.  

Gageons qu’Angela Merkel, la prêtresse de la grande illusion, se représentant aux élections législatives de l’automne prochain, voudra surement occulter la réalité des faits qui montrent plutôt une Allemagne engagée dans un lent processus de déclin

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement