ALLEMAGNE, LA GRANDE ILLUSION

Posté par provola le 31 mai 2013

                          

                              L’ Allemagne n’est pas ce qu’elle croit. Les chiffres du dernier recensement viennent contredire les estimations précédentes qui nous étaient toujours donnés de 81.8 millions d’habitants. En fait les chiffres étaient tout bonnement faux… de 1.5 millions.  Le nombre le plus exact est maintenant de 80.1 millions d’habitants, mais ces chiffres datant de 2011, on peut estimer qu’il faut encore effacer quelques centaines de milliers de personnes pour aboutir à une bonne approximation. L’erreur antérieure  portait donc sur 1.8 % de la population, une paille, à ce niveau d’incertitude, on peut donc douter de toutes les données qui nous sont données pour nous faire miroiter l’exceptionnelle réussite du modèle allemand.

Cette dégringolade de la population, loin d’être une simple anecdote comptable est la véritable explication des résultats en trompe l’œil, l’arbre qui cache la forêt des problèmes futurs.

Tout d’abord les chiffres du chômage qui montrent la santé éclatante de l’industrie teutonne sont en fait bien plus le résultat du mouvement de fond de la démographie que le fruit d’une puissance sans faille.

Qu’on en juge:  8 % de la population active en 2009, 7 % en 2010, 6 % en 2011, 5.5 % en 2012 et 5.4 % en mars 2013. voilà les chiffres brut du chômage, tant déclamés par les autorités allemandes, tant mis en avant par la Commission européenne. Or la forte diminution de la population amène toujours plus de salariés à prendre leur retraite et toujours moins de jeunes à entrer dans le monde du travail, ce qui favorise grandement, on peut le comprendre, les statistiques du chômage. A l’inverse du cas français qui voit chaque année toujours plus de jeunes se présenter aux portes de l’emploi.  

La seconde grande conséquence de ce vieillissement de la population est la baisse des prix de l’immobilier. Les logements sont en surnombre par rapport à la population car moins de jeunes cherchent à se loger , ce qui fait baisser les prix aussi bien de l’accès à a propriété que des loyers. Comment comparer cette situation avec celle de la France où les logements accessibles sont rares et donc très chers? 

Aujourd’hui, un logement de 50 mètres carrés à Berlin ou Hambourg peut être loué pour 150 euros mensuels ! Les dépenses liées au logement étant le premier poste budgétaire des ménages allemands, on comprend que les actifs allemands, ne nécessitant dès lors pas des revenus aussi élevés que les ménages français pour pouvoir se loger, puissent accepter les modulations de salaires, voire même les « mini-jobs » payés entre 400 et 500 euros par mois, qui permettent de diminuer le coût du travail dans l’industrie et qui font ainsi de cette dernière l’une des plus compétitives du continent européen.

La troisième conséquence de ce vieillissement est la baisse des dépenses sociales concernant l’enfance. Moins d’enfants, cela veut dire moins de besoins d’écoles, de crèches, d’hôpitaux, de salles de sport, de piscines. qui dit moins de dépenses sociales dit moins de charges, moins de cotisations pour les entreprises qui bénéficient ainsi d’une meilleure compétitivité.

Bien entendu, la médaille a son revers, cette conjoncture est une bombe à retardement car plus la population vieillit, plus elle a à terme, besoin de soins, de maisons de retraite, d’aides à la dépendance. La proportion de la population dépendante augmentant, les dépenses sociales vont exploser, voilà pourquoi la solution a été trouvée d’expédier les vieux dans des maisons de retraite dans des pays à moindres coûts et d’augmenter l’âge de la retraite à 67 ans avant qu’on vienne nous dire que le travail c’est la santé à 70 ans. Mais l’explosion des comptes sociaux n’est pas encore arrivée et comme la politique est une science au jour le jour, sans vision d’avenir, on préfère s’en tenir à l’embellie actuelle, qui nous montre une Allemagne au sommet de sa forme.  

Gageons qu’Angela Merkel, la prêtresse de la grande illusion, se représentant aux élections législatives de l’automne prochain, voudra surement occulter la réalité des faits qui montrent plutôt une Allemagne engagée dans un lent processus de déclin

Publié dans ALLEMAGNE | Pas de Commentaire »

LA GAUCHE INVISIBLE

Posté par provola le 27 mai 2013

                    

                Capitalisme, égoïsme, évasion, ce pourrait-être la nouvelle devise de la France socialiste.

Capitalisme soit l’idéologie de la dette, revue et corrigée à la sauce social-démocrate, devenue le nouvel argument permettant de se défaire des acquis sociaux et de calmer les revendications. Idéologie de la peur aussi, dominante désormais sur tout l’échiquier politique, où la défense des créanciers du pays est un dogme au lieu d’être une erreur de diagnostic. La dette est le nerf de la guerre, la rembourser est devenu la pierre angulaire de tous les programmes économiques, de gauche comme de droite. Bien que l’on sache qu’elle se sera jamais remboursée. le Japon a une dette sur PIB de 220% soit plus de deux fois la nôtre et cela n’effraye personne car tout cela n’est qu’un immense jeu de dupes, où les oligarchies se gavent et parsèment de peur les velléités d’émancipation du peuple d’en-bas.

Voilà pourquoi je m’évertue à rabâcher sur ce site qu’il y a usurpation d’identité du coté gauche. Je me demande l’intérêt qu’à la gauche , la vraie, de continuer à appeler « gauche » un parti comme le PS qui a tout oublié des valeurs de solidarité et de défense des plus démunis. Car le PS n’a rien trouvé de mieux que faire payer la dette aux plus pauvres, aux chômeurs, aux retraités, car de toutes façons, les autres, eux, ont les moyens d’optimiser leur fiscalité, de se barrer là où l’air est plus pur. Les pauvres payent la TVA, la taxe qui rapporte les plus, en achetant leur baguette et leur ticket de métro, et après il ne reste rien, il n’y a rien à placer, rien qui puisse rapporter. 

Le PS n’a rien d’un parti de gauche qu’on se le dise, enfin.

La gauche commence du coté du Parti de gauche, un peu après, car pour le NPA , le parti de Mélenchon est clairement situé à droite, car acceptant des accords électoraux avec le PS. Pour moi, c’est le NPA qui est situé à droite. Tout est affaire de point de vue, mais on ne me fera jamais prendre la colline de Montmartre pour le Mont Blanc, même de très loin.  

Revenons à la dette, cauchemar des béni-oui-oui de la religion néolibérale.

Bien entendu , en augmentant les impôts des classes moyennes, en réduisant les prestations sociales, en rognant le nombre de fonctionnaires, on réduit l’activité globale , ce qui augmente les déficits et donc la dette elle-même. Résultat, le fait de vouloir réduire la dette a pour conséquence…de l’augmenter. Cette méthode de sagouins ne marche pas, l’Italie a pratiqué la cure d’austérité Monti durant 18 mois ce qui s’est traduit par plus de chômage, plus de déficits, plus de misère. Et Monti expliquait hier face à ce bilan désastreux qu’il n’avait pas eu assez de temps pour aller plus loin dans les réformes. Dérégulation du marché du travail, flexibilité, baisse des charges sociales, des pensions, des salaires, etc. Heureusement que les Italiens ont su réagir face à cette destruction systématique des acquis de l’histoire.  

Egoïsme, la dette dépend avant tout de ce qu’on a laissé les classes privilégiées se gaver sur le dos de l’Etat. 

Les créanciers doivent être remboursés, c’est la grosse angoisse de notre gouvernement dit de gauche qui a exactement les préoccupations existentielles de son prédécesseur dit de droite. Or il apparait évident que cette dette a tout d’un vol, d’une spoliation d’une partie de la population par une autre partie. On nous rabâche à l’envie que la dette de 2000 milliards d’euros est un plafond impossible désormais à dépasser. Mais que sont ces 2000 milliards en comparaison des 11000 milliards d’euros d’avoirs des Français ? Qui en grande majorité n’appartiennent qu’à une minorité de Français. N’a-t-on pas réduit les droits de successions, ce qui permet aux fortunes de se perpétrer au delà des générations, n’a-t-on pas accordé des niches fiscales indécentes qui ont contribué à l’explosion de la dette, et plombé l’état. N’a-t-on pas bradé aux intérêts privés les pépites des autoroutes, n’a-t-on pas abusés des partenariats public-privé qui permettent aux intérêts privés de se gaver sur le dos de la collectivité tout ça en expliquant que l’état n’a plus de sous même pour investir dans des biens rentables ? On sait bien que les privés ne mettraient jamais les pieds dans une aventure où ils ne seraient pas bénéficiaires.

L’Etat n’a plus de sous, mais on lui interdit donc d’investir dans ce qui est rentable. On privatise les bénéfices, on mutualise la dette.  L’eau, le bien le plus précieux qui soit est devenu une chasse gardée des majors que sont Véolia et Suez, les quelques communes qui ont souhaité se défaire du piège du binôme ont récolté les fruits  de leur révolte. Les privés font payer très cher leur monopole.   

Evasion, n’a-t-on pas permis aux exilés fiscaux de spolier l’état par complaisance ou par pur laxisme ?  On nous explique sans sourciller que l’évasion représente un manque à gagner annuel de l’ordre de 50 Milliards d’euros pour l’état. Soit plus que l’impôt sur le revenu. La « gauche » nous explique par l’intermédiaire du ministre de l’économie Moscovici que Bercy va discuter avec les évadés pour que gentiment ils rapatrient leurs capitaux. Que l’on ne va surtout pas les effrayer, les gronder, qu’on va les récompenser de bien vouloir rentrer au bercail, de payer leur du au fisc dans le pays où s’est accumulée cette richesse.

Voilà bien le visage de cette gauche compréhensive avec les capitalistes invétérés, intransigeante avec les petits, les délaissés de la mondialisation,  

Qu’on m’explique ce qu’on s’entête à vouloir surnommer «la gauche ».

 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

TERRORISME: CE QU’IL SE PASSE A ARLIT

Posté par provola le 23 mai 2013

                               La France est attaquée au Niger, par des terroristes. C’est ce qu’on nous dit. Ce n’est pas si simple.

La vérité n’est pas toute dans cette rhétorique de la démocratie attaquée. Je vous renvoie à deux articles que j’avais écrits voilà quelques années à la suite, déjà, de révoltes ayant surgi, dans ce pays de misère, surexploité par Areva.  

L’ATOME QUI AFFAME LES POPULATIONS                   TERRORISME: CE QU'IL SE PASSE A ARLIT dans AFRIQUE

L‘occasion nous est donnée par la sortie du dernier livre de Jean Ziegler de nous pencher sur les agissements d’AREVA, notre champion national de l’atome, au Niger, lieu de l’extraction du minerai d’uranium.

Ziegler se bat depuis quarante ans contre la faim dans le monde, il fut le rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation (des populations) du Conseil des droits de l’homme de l’ONU de 2000 à mars 2008. Jean Ziegler est l’auteur de plusieurs livres sur la mondialisation et sur ce qu’il considère être des crimes commis au nom de la finance mondiale et du capitalisme, condamnant en particulier le rôle de la Suisse. C’est un opposant à la théorie libérale du ruissellement justifiant l’existence des milliardaires par leur rôle dans la redistribution des richesses. Il critique fortement l’action du FMI, qui conditionne ses aides financières à la privatisation des services publics, conduisant souvent, selon lui, à leur dégradation avec des conséquences tragiques pour la santé et l’alimentation pour les pays les plus pauvres

Il vient de publier : « Destruction massive » dans lequel il relate entre autres scandales, la façon dont Areva exploite le minerai d’uranium au Niger, (qui devrait être l’un des pays les plus prospères d’Afrique grâce à son sous-sol riche en uranium) à la barbe d’une population toujours plus misérable qui crève de malnutrition depuis des décennies à cause d’une sécheresse persistante. Cette famine entretenue est due au fait qu’Areva n’a jamais voulu faire bénéficier la population locale de son exploitation minière, en prenant en charge, ce qui serait le moins, l’irrigation des terres. Cet aménagement du fleuve Niger permettrait de gagner des milliers d’hectares de terres arables et ainsi d’éradiquer la faim, définitivement, dans ce pays de 12 millions d’habitants. Le coût estimé de cette irrigation capillaire du fleuve Niger est estimé à 650 millions d’euros, une goutte d’eau pour le principal industriel du pays, appartenant à notre beau pays, qui préfère nous expliquer à longueur de propagande que le coût de l’énergie nucléaire est modique. Qui préfère nous expliquer de la même manière notre indépendance énergétique qui n’est qu’une réalité voilée à base de corruption des autorités locales.   

Rappel de l’article du 26 septembre 2010:

  »LES VRAIS TERRORISTES D’ARLIT »

Il ne leur suffisait pas de vivre dans les radiations et les poussières radioactives, de gagner un salaire de misère, de boire une eau souillée, de vivre dans un bidonville contaminé qui vous tue à petit feu, d’enrichir les pilleurs d’uranium, les porteurs de cancers. Non, tout cela c’était du gâteau, le pire pour les habitants d’Arlit, c’est la famine qui guète au coin du désert qui avance. Cette région du Sahel souffre depuis des années d’une sécheresse toujours plus prégnante, au Niger , 60% de la population soit 8 millions de personnes souffrent de la faim, dont 1,5 million d’enfants de moins de 5 ans.

“380 000 d’entre eux sont en danger de mort”, explique Raymond Yoro, Secrétaire de Caritas Niger.

Se souvient-on du reportage de la BBC en 1984 sur la famine en Ethiopie qui avait provoqué un élan de solidarité mondial ? (We are the world”) A distance de 26 ans , les mêmes causes provoquant les mêmes effets au Sahel, la situation ne rencontre qu’indifférence.

On se soucie des otages d’AREVA dont le sort pourrait décider de la suite des relations commerciales entre la France et le Niger et de l’approvisionnement des centrales nucléaires. Savoir si l’on va pouvoir se chauffer cet hiver, ça , ça peut intéresser le bon peuple, encore que, il suffirait que Carla nous souhaite les bons voeux pour que la mayonnaise présidentielle prenne une fois de plus. 

Plus sérieusement, de nombreuses familles du Sahel doivent vendre leur dernier bétail pour acheter à des prix exorbitants une nourriture rare; pour survivre, de nombreux agriculteurs doivent vendre leurs terres à des multi-nationales agricoles. Des personnes sous-alimentées mangent le grain destiné à la volaille ou des plantes sauvages. D’autres creusent dans des fourmilières pour y piquer la nourriture des insectes, d’autres quittent définitivement leur maison pour fuir dans une direction quelconque.  

La moitié de la population du Sahel souffrant de la pénurie alimentaire, dont celle du Niger, vit avec moins de 1,25 dollars par jour, une succession de mauvaises récoltes ces dernières années a fait flamber le prix des denrées alimentaires de 30%. 

Les changements climatiques induisent désormais trois périodes de sécheresse tous les quatre ans ce qui fait reculer la production agricole et l’élevage. 

De plus la crise économique mondiale a provoqué une chute des aides alimentaires , le manque d’intérêt des médias pour la cause du Sahel a également abouti à une chute des dons . Des 85 000 tonnes d’aides alimentaires promises au Niger cette année, seules 45 000 tonnes sont effectivement arrivées.  

C’est dans ce cadre apocalyptique que vient AREVA se moquer du monde en essayant de faire pleurer dans les chaumières à propos des personnels en danger. AREVA, des milliards de chiffre d’affaire, un business planétaire, la haute technologie du futur, AREVA qui sème la pistouille pour des centaines de milliers d’années sur un territoire grand comme plusieurs départements; cet AREVA là, insensible au malheur alimentaire, imperturbablement, transgresse les règles de la décence, voir de la démence.

Car enfin, est-il possible de proclamer haut et fort que l’activité nucléaire est un bienfait pour l’humanité alors que la réalité est plutôt d’accumuler des bénéfices et d’ entasser des immondices sur le dos d’une population exploitée ? Où sont les hôpitaux, où sont les écoles, où sont les symptômes du développement durable dont il est question sur le site internet d’AREVA ?

ELF puis TOTAL ont laissé un Gabon délabré en des décennies d’ exploitation outrancière des puits de pétrole d’un pays  qu’on appelle abusivement la Suisse d’Afrique, sans un regard pour une population à la richesse potentielle mais sans le moindre centime en poche. Le même scénario à l’allure d’un traquenard se reproduit au Niger par la faute de bandits endimanchés et cotés en bourse.

L’histoire se répète d’une lancinante forme qui pourrait se résumer ainsi : LA BOURSE OU LA VIE.

Publié dans AFRIQUE | 1 Commentaire »

L’EUROPE DES ESCROCS

Posté par provola le 22 mai 2013

                    

                                     L’Europe veut mettre de l’ordre dans son évasion fiscale, c’est du moins la grande déclaration d’intention qui nous est servie en grande pompe sur les médias en ce jour de forfaiture. La grand-messe de Bruxelles réuni tout ce qui se fait d’escrocs, de margoulins et de manipulateurs que comprend notre continent pourri jusqu’à l’os. 

L’Europe nous dit-on découvre l’évasion fiscale, ce grand économiste de Barroso estime l’évasion fiscale à 1000 milliards d’euros par an, ce qui représente le double de tous les déficits annuels cumulés des pays européens.

Ce mec qui est au pouvoir, à la tête de la Commission européenne depuis des lustres pourrait en constatant ce drame absolu annoncer en même temps sa démission en considérant qu’il en est un des premiers responsables. Cela n’aurait choqué personne.

Cette évasion a limé les budgets nationaux, ratiboisé les acquis sociaux, mais aussi et surtout poussé des millions de citoyens européens hors du marché du travail, elle a produit du drame humain et notre Seigneur Barroso, empereur de toutes les fraudes, protecteur des trafics, nous déclare tout de go qu’il est prêt à mettre une rustine sur cette bouée européenne percée de toutes parts.

Le deuxième manipulateur se nomme Jean-Claude Juncker, actuellement Premier Ministre luxembourgeois, ancien Président de l’Eurogroupe qui n’a eu de cesse durant ses mandats de protéger le secret bancaire du Grand-Duché du Luxembourg. En fait, il n’a toujours été là que pour profiter de sa position dominante au sein du groupe des Ministres de l’économie de l’Union. Sa dernière déclaration vaut son pesant d’or. Jugez vous-mêmes : « Le Luxembourg a accepté de signer un accord de partenariat avec les autres pays de l’union en terme d’échanges d’identités des évadés fiscaux. » C’est la suite qui vaut le coup: «  Il faudra bien entendu que des accords de cette nature soient aussi signés avec des pays ne faisant pas partie de l’Union mais étant également responsables d’évasion. »

En d’autres termes, Juncker souhaite avant de mettre en place un accord de divulgation des identités de bénéficiaires de comptes à l’étranger que l’Europe noue des accords avec la Suisse, les Îles britanniques Jersey, Guernesey, île de Man, Monaco, le Liechtenstein. Autant dire que ces accords seront signés aux calandres grecques, donc jamais. 

Le calcul de Juncker, (et de Barroso qui ne peut décemment remettre en cause sa politique sans se déjuger totalement), est que la pression médiatique autour de l’évasion fiscale va bien s’affaiblir un jour et que son pays, comme l’Autriche d’ailleurs, pourra toujours s’en sortir avec une autre pirouette.

Publié dans EVASION FISCALE | Pas de Commentaire »

LA POUSSIERE SOUS LE TAPIS (les réactions)

Posté par provola le 21 mai 2013

Article accepté à la publication sur Agoravox 

Par Alpo47  18 mai 09:38 

Le « green business » n’est effectivement qu’une arnaque de plus. Pensons aux nouvelles ampoules très polluantes, très chères et qui ne répondent pas du tout chiffres notamment de durabilité annoncés, à l’électroménager A++ 30% plus onéreux que le simple A, différence irrécupérable …etc… etc… Ceci vise essentiellement à la relance de la consommation. Toutefois, en panne de budget, nombre de consommateurs ne suivent que contraints et forcés par la loi. Les lobbies encore …

Et si nous assistons bien à une « fuite en avant » du système, incapable de se réformer, uniquement guidé par la cupidité des 1%, la méga crise économique qui s’annonce encore va surement redisitribuer toutes les cartes.

La question qui demeure est : Serons nous à même de participer à la partie pour défendre les intérêts des 99% ?

Par hunter  18 mai 20:48
  • Très bon papier Provola, mais comme je l’ai déjà ecrit souvent ici, l’environnement, tout le monde s’en fout !

    Regardez, même sur Avox, ça ne fait pas recette !

    Nous sommes trop peu nombreux, et en temps et en heures, les tenants de la croaaassance nous liquiderons !

    Et tout le monde s’en foutera, car au même moment, sortira le tout dernier iphone……

    cordialement

    H /

    Par ETTORE 18 mai 22:37
  •  
  • C’est bien de le rappeler, encore et encore !
  • ce monde que nous croyons « nôtre » est de plus en plus hypothéqué par des groupes tentaculaires, capables de se faire du pognon, même avec…..de l’air !

Publié dans RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE | Pas de Commentaire »

LA POUSSIERE SOUS LE TAPIS

Posté par provola le 16 mai 2013

CO2 nel sottosuolo: conviene o no? Vantaggi, rischi e prospettive per il futuro        Il ne fait pas de doute que le triste record de progression du taux de CO2 dans l’atmosphère soit passé aux pertes et profits de la société de consommation, comme si désormais l’effondrement total( la destruction programmée de toute vie sur  terre) était considéré comme inéluctable.

Quoi que l’on fasse ou quoi que l’on dise, aucuns des acteurs majeurs de la fuite en avant sociétale et économique du monde ne désire réellement se passer de son pouvoir de nuisance. Le FMI vient à point nommé nous rappeler aujourd’hui  que les 0.5 % plus riches de la population mondiale détiennent à eux seuls 35 % de la richesse de ce bas monde.

Comme ceux-là mêmes qui spolient effrontément tous les autres n’ont aucune envie de se passer de cette part du gâteau, il n’y a aucune chance que le reste de l’humanité se contente de bouffer des miettes, aussi la seule issue possible reste la poursuite de la mondialisation qui perpétue les inégalités et protège les oligarchies mondiales. Ce système intègre le fait de dégrader tant et plus les derniers arpents de terres vierges, les dernières gouttes d’or noir et les derniers camps retranchés du bon sens commun.

La société de consommation est l’ultime féodalité, faite de terre brûlée, de saccages environnementaux, de destruction massive des écosystèmes, de transformation du bien durable en un austère périmètre de subsistance artificielle. De compétition généralisée entre les hommes, d’esclavagisme intellectuel pour la multitude.

Tout ce qui est périssable, et les ressources carbonées en sont l’exemple emblématique, doit être exploité, vendu, converti  en royalties pour une bande de profiteurs occultes.  Jusqu’à transformation complète de notre lieu de vie ancestral. Les dégâts collatéraux sont énormes mais ceux-ci  participent de la croissance, comme la guerre participe du PIB global.

Comme le nettoyage d’une plage participe autant de la croissance que la marée noire qui le rend nécessaire.

Alors comme l’alerte du franchissement du seuil de 400 ppm de CO2 dans l’atmosphère n’a ému personne, d’aucuns se demande déjà comment faire du business avec l’enfouissement de ce CO2 dans le sous-sol.

Voilà la méthode absolue, le green business, la croissance verte comme ils disent.

Produisons tant et plus du CO2, ne nous soucions plus des moyens de ne plus en produire mais trouvons plutôt les moyens de l’enfouir dans le sous-sol, comme une vulgaire poussière qu’on aurait  envie de planquer sous le tapis. Cela aura au moins l’avantage de contenter tout le monde, les producteurs et les nettoyeurs, qui  récolterons les fruits de l’ingéniosité économique, à défaut de ceux de l’intelligence écologique.

L’idée se fait donc jour dans la tête de nos apprentis-sorciers modernes de capter à la source le CO2 produit et de l’envoyer dans des couches de terrain, traduisant dans les gestes l’argumentaire des planqueurs de déchets nucléaires. Cette solution est le plan de la CCS la Carbon Capture and Storage, basée sur une technologie controversée et risquée.

il s’agit rien moins que de capter le CO2 dans les lieux industriels les plus pollueurs, puis de le transporter par des pipe-lines ou par bateau, pour l’enfouir enfin sous terre. Greenpeace a déjà fustigé cette solution qui ne serait viable à grande échelle que dans une vingtaine d’année mais qui a surtout l’inconvénient de produire elle-même de la pollution par l’énergie nécessaire et émettrice de gaz à effet de serre, autant durant les opérations d’extraction que d’enfouissement et de transport.

Comme si le green business n’était qu’une vaste plaisanterie destinée à rassurer l’opinion sur l’infaillibilité de l’économie de marché. Comme si le développement n’avait de durable que le temps du profit.

.

Publié dans DEVELOPPEMENT DURABLE | Pas de Commentaire »

CO2: L’HISTOIRE SANS FIN

Posté par provola le 13 mai 2013

                  CO2: L'HISTOIRE SANS FIN dans RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE co2

                             Cela ne s’arrête pas, ça n’arrêtera jamais. La concentration en CO2 dans l’atmosphère  augmente sans discontinuer depuis le début de l’ère industrielle, c’est à dire depui environ 200 ans. Le record de ce mois est de 400 ppm ( parties par million).

Plus exactement, ce 9 mai , mine de rien, le taux de 400,03 ppm, chiffre symbolique s’il en est, a été enregistré au sommet du volcan Mauna Loa à Hawai. Peu importe me direz-vous l’endroit, mais ce symbole me parait si fort qu’il faut bien planter le décor , pour la mémoire de ce qui sera bientôt une simple anecdote dans ce  saut dans l’inconnu. Car les choses vont empirer, de plus en plus vite.  Jamais depuis que l’humanité existe, depuis 3 milions d’années, depuis que les premier énergumènes se sont redressés, jamais ils n’ont eu a respirer un air si vicié en CO2. Malgré tout les Club de Rome, les conférences sur le climat, Copenhague, Kyoto, Cancun, Rio, dans l’ordre ou le désordre, peu importe. Les USA, les principaux responsables du désastre en cours, sont toujours la tête dans le sable, les Chinois se moquent comme de l’an quarante du réchauffement. Les autres ne valent pas mieux. Je parle du réchauffement car jusqu’à preuve du contraire il ne fait plus de doute que notre acharnement à produire de la fumée a enclenché le cycle infernal de montée des températures.

En 1958, il y a à peine 55 ans, ce taux était de 316 ppm, on a donc eu une augmentation de 25% en un demi-siècle, qui à l’échelle de l’humanité est un instant.

Le réchauffement n’est pas le seul résultat de notre comportement inconscient. Les océans ont beau absorber le tiers de nos émissions, ils sont de moins en moins capables de contrecarrer le processus. Avec pour principale conséquence une augmentation de l’acidité des mers, qui menace la vie marine et donc toute la vie. Depuis 800 000 ans, le taux de 300 ppm , n’avait jamais été atteint.

Et je ne parle pas ici du méthane qui explose aussi, libéré par le rot des vaches et par le permafrost en débandade. Le méthane qui possède un pouvoir d’effet de serre 23 supérieur à celui du CO2.

Tout ça parceque nous nous acharnons à brûler tout ce que nous pouvons sans nous préoccuper de ceux qui nous suivrons. De nos enfants.

Parceque la valeur de nos actifs est basée sur une énergie à bas coût, qui permet à une marchandise à deux sous de se vendre de l’autre coté de la planète. Les cours de bourse, les capitaux, toute notre économie capitaliste, la mondialisation des échanges dépendent du  gaspillage programmés des ressources pourtant limitées de la planète.    

Rendez-vous au prochain record. 

 

Publié dans RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE | Pas de Commentaire »

LA REPUBLIQUE DES COCUS

Posté par provola le 2 mai 2013

  LA REPUBLIQUE DES COCUS dans POLITIQUE cocu      

                              D’aucuns l’auraient appelée la République des voyous, moi  j’aurais tendance à l’appeler celle des cocus, car enfin, la République nous appartient, nous le peuple; elle n’appartient pas aux planqués qui sont censés nous gouverner. Si ceux-ci profitent de leur statut pour bénéficier de largesses, cela se fait forcément à nos dépends, à notre insu (pas tout à fait) et en ce sens nous nous retrouvons bien trompés, bernés, cocus, baisés comme des citoyens de seconde zone qui, crédules et bon public, croyons en l’éthique d’Etat.

Après l’affaire Tapie qui se fait rembourser ses notes de frais de 150 millions d’euros sur le dos du contribuable, ( Largarde permettant) , après De Funès mis en examen pour abus de faiblesse, après l’affaire Cahuzac, qui se présentait comme étant rien moins que le Monsieur propre de la République et qui voulait imposer l’austérité alors que lui-même planquait ses arrières en Suisse.

Après la parodie des patrimoines bidonnés des membres du gouvernement, après les proclamations de Hollande d’une république exemplaire, après l’affaire Woerth, après la condamnation de Jean-Paul Huchon ( une vieille affaire, mais je n’oublie rien, surtout à ce niveau de triche) pour abus de bien social et toujours en place comme Président de la région Ile de France, après l’affaire Chirac et ses emplois fictifs, voici coup sur coup nous frapper en plein cœur des révélations intéressant Claude Guéant notre ancien ministre de l’intérieur qui admet avoir touché de l’argent liquide, des primes de cabinet, de la part de l’ Etat alors que ces procédés avaient été interdits depuis 2001 par le gouvernement de Jospin et avoir vendu des tableaux, sans le déclarer au fisc, des toiles d’un obscur maître flamand pour la modique somme de 500 000 € alors qu’aucun tableau de ce peintre n’a jamais atteint une valeur de plus de 50 000 €. On soupçonne dans ce cas un financement illicite de la campagne de De Funès en 2007. Des broutilles en somme.

Des révélations touchent également la famille Fabius, Thomas plus exactement, le fils du Père Laurent (accessoirement Ministre  des affaires étrangères, ancien premier ministre et tout le toutim) qui vient d’acquérir un appartement sélect à Paris pour la modique somme de 7 millions d’euros alors que ce mec sans le sou ne paie pas d’impôt et que le fisc surtout n’a rien trouvé à redire sur cette transaction pour le moins équivoque.

Une autre affaire vient d’éclater qui obscurcit encore le ciel politique déjà chargé et concerne un illustre inconnu, ex-collaborateur de Christine Lagarde. Ce haut fonctionnaire est mis en examen pour prise illégale d’intérêt, il aurait profité de son statut pour dévier la ligne de TGV qui devait couper la propriété de sa mère. L’homme est soupçonné d’avoir usé de sa position de dépositaire d’une autorité publique pour modifier le tracé de la LGV Bordeaux-Espagne. Et de protéger ainsi son patrimoine familial. Car le fuseau nord de la LGV d’Uchacq-et-Parentis, dans les Landes, devait passer par le jardin de sa mère, détaille le quotidien Sud Ouest.

Sur cette orgie politique où nous n’aurions que la place de tristes voyeurs, je vous laisse tranquilles pour une dizaine de jours, le temps de laisser se décanter certaines affaires nauséabondes, je vous retrouve tout d’abord à la manif dimanche et sur ce blog un peu plus tard.

 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LE TRAVAIL QUI TUE

Posté par provola le 1 mai 2013

              

                          En ce jour de 1er mai je veux rendre hommage à tous les travailleurs qui subissent la loi du capitalisme roi, dominateur absolu et sans partage, de cette mondialisation à marche forcée imposée par les marchés, ce terme édulcoré qui désigne en réalité l’infime minorité d’oligarques multinationaux. 

 A ces morts du Bengladesh, qui à l’heure où j’écris sont déjà plus de 400, une semaine après le terrible effondrement de l’usine poubelle et où plus de 140 sont encore disparus sous les décombres. Morts et disparus pour que des boîtes cotées en bourse se fassent un tas de monnaie sur le dos des esclaves modernes. Pour que des cons come moi enfilent des fringues jetables venues de nulle part, après un voyage en cargo de milliers de kms. 

A tous les bosseurs de chez Foxconn, cette folle entreprise chinoise qui représente toutes les autres , ce sous-traitant de Apple dont les employés se tuent à la tache pour faire des smartphones à la terre entière. Apple achète ses Iphone à 15 € pour les revendre à 450 € sur les marchés occidentaux. Tout cela au prix de cadences infernales, insupportables, qui poussent certains à se jeter par la fenêtre de l’ usine pour échapper à leurs tortionnaires. La réponse de Foxconn, adoubée par Apple ? Des filets de protection , de réception devrais-je dire, pour éviter que les désespérés ne s’écrasent au sol après un vol libérateur. Les images de ces filets percés auront été les pires de l’années entre celles qui sont censées nous rassurer sur l’évolution du monde du travail. Pour ceux qui lisent l’anglais, cet article pioché sur International Business Times qui met en évidence le nombre de suicides chez Foxconn: http://www.ibtimes.com/foxconn-suicides-continue-two-workers-its-zhengzhou-factory-leap-dormitory-buildings-one-confirmed

Aux travailleurs turcs, sableurs de jeans, victimes de maladies pulmonaires dues aux particules de silice. 

Aux victimes de l’amiante en Europe, au Canada et partout ailleurs, qui a valu en Italie un procès retentissant et qui en France a toujours permis aux manipulateurs, aux industriels salopards et aux politiques complaisants d’échapper aux sanctions. 

Aux travailleurs de l’ombre, les forçats du charbon, cette énergie qui a disparu des écrans radars de part le onde mais qui continue de croître de part le monde et en Chine en particulier, ces mineurs qui risquent leur vie pour nous permettre à la planète de se chauffer ou plutôt de se réchauffer. 

Aux pêcheurs dont chaque jour qui passe est un risque encouru, à parcourir l’onde assassine. 

Aux nettoyeurs de centrales nucléaires, aux ouvriers de Fukushima qui nous ont sauvés d’une sacrée catastrophe en épargnant pas leur courage  éternel.  

Aux courageux dont la vie n’a de sens que dans l’aide qu’ils peuvent apporter à leur prochain, les médecins et les infirmières des bidonvilles du Caire ou d’ailleurs, les pompiers, les smoke-jumpers qui sautent en parachute sur les forêts en flammes afin d’y inscrire des contre-feux, toute  cette ribambelles de fourmis travailleuses dont personne ne parle jamais. Et qui font ça souvent pour rien, non pas pour la gloire, mais simplement pour se payer une tranche de plaisir partagé, pour donner un sens à leur existence. Ceux-là dont personne ne parle jamais. 

Parce que des médias infernaux, véritables poisons au service du système du profit,  nous gavent sans cesse d’une gente sans intérêt, d’ébats et de frasques venimeux à l’esprit et à la conscience.

 

 

 

Publié dans MONDIALISATION | 1 Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement