• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 2 avril 2013

QUE SE VAYAN TODOS (3) CAHUZAC ET TOUS LES AUTRES

Posté par provola le 2 avril 2013

                   Il ne savait rien, le Président ne savait rien, Il ne savait pas que la Suisse est un paradis fiscal, que l’évasion fiscale est un sport national, que son Ministre du budget est un fraudeur, que l’Europe est une lessiveuse, que Monaco, le Luxembourg sont des usines à blanchiment.  

Hollande ne sait pas que l’Irlande et les Pays-Bas sont des zones de non-droit fiscal. Que l’Europe est en train de crever de ce système pourri de planque économique, de dilapidation du bien commun.

Hollande ne sait pas que l’évasion fiscale coûte chaque année 50 milliards d’euros au budget de l’Etat, pas un mot la semaine dernière dans sa dernière allocution.

Non, Monsieur le Président, tous ces Etats bidons, factices, ces royaumes de pacotilles, aux trottoirs propres, ces prisons dorées ne peuvent pas continuer à menacer impunément la cohésion continentale.  

Le Président qui se veut exemplaire « prend ce soir acte des aveux de Cahuzac avec une extrème sévérité« , on se croirait dans la cour de l’école avec le Dirlot qui engueule le gentil élève qui a cassé un carreau. On attend autre chose du Président qu’il veuille simplement appeler Carglass.

On attend du Boss qu’il prennent toutes ses responsabilités qui sont pleines et entières. Je ne parle pas du premier ministre pauvre diable englué dans ses turpitudes ou sa vacuité. Tous les deux savaient quand même que la technologie permet à 100% de reconnaître une voix gravée sur une bande magnétique. Ils savaient bien évidemment.

Je parle du Président car il représente tous les autres coupables. Coupables de rester muets, les Ministres, les Socialistes, les UMP, mais aussi les médias, tous les sbires de ce libéralisme débridé, parfaitement au courant des mécanismes, des rouages du complot mondial de sape des fondemenst de la démocratie. Mais qui pourtant restent immobiles, figés, participant de la grande braderie du droit commun.

Ce n’est pas au Président ou à sa conscience que devrait s’adresser l’ancien ministre démissionné, mais au peuple. Lui qui portait le mandat qui lui avait été confié par la nation tout entière.

Cette nation qui sait l’évasion des moeurs politiques et économiques mais qui pourtant continue à porter au pouvoir les mêmes pitres, les mêmes conspirateurs, depuis des lustres.

Va-t-on continuer à croire cette clique en mal de solutions économiques, cette bande d’inutiles en place depuis trente ans ?

Ou va-t-on enfin se dire qu’il est désormais nécessaire de passer à la sixième République ?

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement