PORTUGAL: LES ŒILLETS ONT REFLEURI

Posté par provola le 3 mars 2013

  PORTUGAL: LES ŒILLETS ONT REFLEURI dans PORTUGAL oeillet22                      Aux notes de Grandola, Vila Morena l’hymne  révolutionnaire portugais par excellence, des centaines de milliers de personnes ont défilé hier dans tout le pays pour protester contre la politique d’austérité  imposée par la Troïka de Bruxelles.  

http://www.youtube.com/watch?v=GmqUwkZqnjk

Combien étaient-ils ? Impossible de le savoir exactement car le gouvernement ne tient pas à donner des chiffres qui seraient comme des bâtons pour se faire battre; toujours est -il que la marée humaine a réellement submergé les centre-villes de Lisbonne et des principales agglomérations portugaises. On parle de 800 000 personnes dans tout le pays, près d’un habitant sur douze. Comme si plus de 5 millions de Français descendaient dans la rue. 

Les œillets ont également refleuri, comme pour annoncer le printemps de la protestation nouvelle, 41 ans après la révolution de 1974 du même nom qui mit fin à la dictature.

Trois ans après le début des coupes sombres dans le budget de l’Etat, aucun résultat visible n’est venu attester du bien-fondé de cette politique absurde. Seule conséquence tangible, la pauvreté qui gagne partout et qui gangrène les fondements de l’unité nationale. Le chômage s’envole et la seule issue pour toute cette génération de sacrifiés reste l’expatriation, la fuite vers de meilleurs horizons. Les jeunes se barrent vers le nord de l’Europe mais aussi vers les anciennes colonies devenues terres promises, comme l’Angola ou le Moçambique où d’énormes gisements de pétrole ont été mis à jour et permettent de croire en une expansion rapide.

26 ans après l’entrée du Portugal dans la communauté européenne, et après deux décennies de bien-être payé à crédit qui auront surtout permis aux grands groupes européens de s’approprier la richesse nationale, la tristesse, la nostalgie  ( la saudade) s’empare à nouveau de ce bout de continent qui semble promis à une mort lente.

Les usines de textile et de chaussures qui représentaient autrefois le coeur de l’industrie portugause ont totalemet disparu et aucun insvestissement n’est venu prendre la relève. La grande distribution française et allemande ont éliminé le petit commerce, les produits locaux ont été sortis des étalages. Le port de Lisbonne et l’électricité ont été vendus aux Chinois qui vont pouvoir faire débarquer leurs containers et ainsi envahir le territoire de babioles à trois sous.

La Troîka ( composée du la commission européenne, de la Banque européenne et du FMI) a imposé au gouvernement le comblement des déficits budgétaires le plus rapide possible  accordant son aide à condition de brader, de vendre le reste des bijoux de famille, autoroutes, aéroports ( à Vinci), hopitaux, ports, électricité, eau, gaz et bientôt compagnie nationale aérienne.

Le pire dans tout ce fatras ? C’est qu’en plus de dispenser de l’angoisse, la cure d’austérité ne sert à rien, car le pays au lieu de voir ses comptes s’améliorer, s’enfonce dans une récession dont on peine à croire qu’il pourra s’en remettre un jour. Bientôt ne resteront pour faire tourner l’économie que les retraités et les handicapés qui ne pourront même pas rêver de fuir.

L’idée de la Troîka était de rassurer les investisseurs pour qu’ils relancent la production locale. Au lieu de cela , les Chinois rachète à vil prix les meilleurs emplacements qui leur permettront de refourguer leurs produits d’importation.

Bravo aux technocrates de Bruxelles pour cette belle leçon d’économie pirate, de mondialisation à marche forcée, qui donne le spectacle de ce que peut être l’inverse de la solidarité, à faire payer au centuple le prix de l’ aide communautaire, que la Vierge de Fatima  vous maudisse, vous et toute votre clique d’experts en farces et attrapes.

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement