• Accueil
  • > Archives pour février 2013

LA PETITE VIE DU GRAND STADE

Posté par provola le 27 février 2013

 LA PETITE VIE DU GRAND STADE dans CHERCHEZ L'ERREUR 8273201

Des cabanes en tôle dans un bidonville à Saint-Denis, à quelques encablures de Paris et à côté du Stade de France

                            Fierté de la France nationaliste, le grand stade de St Denis, devient le théatre d’une transformation à marche forcée, impulsée par la mondialisation. Pour répondre aux canons de l’architecture moderne, le monument ayant donné la coupe aux coincés du ballon rond et datant d’une quinzaine d’année devait se parer des nouvelles tendances urbanistiques. Colorisation cinétique des habitations individuelles, mise en commun des lieux de vie, voies sur berges rendues à la circulation des chariots, aires de jeux où s’entassent des montagnes de détritus, tout est fait pour assurer aux occupants le dépaysement de la bande de Gaza.

Car ici les habitants ne payent pas leurs impôts et comme à Naples, la cité n’est plus qu’un monticule informe où les précaires croupissent à l’ombre des projecteurs. Les enfants exclus ne voient l’école que dans leur rêves qu’ils ont intacts et si la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde comme dit un socialiste autrefois de gauche, à quoi servent les 11000 milliards d’euros d’économies accumulés par les Français. ? 

Les uns entassent les sacs plastiques, et pissent dans le canal de l’Ourcq, les capitalistes moralisateurs des droits de l’homme entassent les bons du trésor et jettent aux maudits des regards noirs.

Paris autrefois ville-lumière n’est plus q’un mythe qui se désagrège, désormais l’assemblage a tout l’air d’un sarcophage au coeur de pierre, d’une guerre larvée à compter les biftons et les morts de faim.

 

SIDE_3074788_5_apx_470_ dans CHERCHEZ L'ERREUR

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

ELECTIONS ITALIE: QUELLE MASCARADE ?

Posté par provola le 26 février 2013

                      ELECTIONS ITALIE: QUELLE MASCARADE ? dans ITALIE Beppe-Grillo_2490875b        

                             Ne nous y trompons pas, l’Italie n’a pas subitement basculé dans le n’importe quoi comme bon nombre de commentateurs franchouillards, l’air un brin condescendant  veulent bien nous le faire croire. Que l’Europe des marchés se fasse du mouron j’e n’en doute pas un seul instant mais faire passer la démocratie italienne pour un repaire de populistes, n’est pas un comportement correct. 

Que nous dit le peuple italien ? Que l’Europe n’a rien à voir avec ce qu’on lui a vendu depuis des décennies,(les lecteurs de ce blog en savent quelque chose) l’Euro fort, l’Etat continent sui protège le modèle de développement, tout cela n’est qu’un amas de balivernes à l’aune des coupes drastiques dans la dépense sociale, à l’aune de l’explosion de la dette et du chômage induit par l’austérité. Depuis ce matin ce ne sont que sarcasmes et  menaces, de la part des sbires de la finance  qui se demandent si la pilule amère va pouvoir être administrée avec autant de facilité qu’avec le précédent gouvernement Monti, rangé aux oubliettes. Le Spread, l’écart de taux ( remboursement des dettes souveraines) entre Allemagne le bon élève et l’Italie s’est a nouveau tendu comme pour avertir la population de la mauvaise humeur des préteurs.

Aucun commentaire ne s’est réellement penché sur ce que cachait véritablement le résultat du vote législatif d’hier. Si le retour de Berlusconi a une logique évidente, les classes favorisées voyant dans la baisse des impôt promise par le Cavaliere une façon de revenir aux fastes d’antan, toujours moins d’impôts, toujours moins de taxes et d’Etat, le gagnant fait figure de perdant tant les résultats escomptés se dissolvent en jus de boudin. Le centre gauche à la Hollande pour faire court, se croyait suffisamment à l’abri pour promettre la poursuite des mesures draconiennes imposées par Bruxelles, son émiettement au cours de la campagne est une réponse cinglante au dictat de Madame Merkel. le sénat qui pèse d’un poids aussi lourd que l’assemblée nationale étant bloqué, le pays devient difficilement gouvernable, l’arbitre devient celui que personne n’attendait, le Mouvement cinq étoiles.

 Avant de s’offusquer des dérives du peuple italien, voyons plutôt ce que propose ce parti naissant:

ETAT ET CITOYENNETE:

l’organisation actuelle de l’Etat est burocratique, surdimensionnée, couteuse et inefficace, le parlement ne représente plus les citoyens. Les Partis se sont substitués à la volonté populaire et se sont soustraits à son contrôle et à son jugement. Cinq étoiles propose d’abolir les Provinces (les départements italiens).

Communautés de communes pour les communes inférieures à 5000 habitants.

Réduction à deux mandats maximum pour tout représentant publique.

Elimination de tout privilège particulier pour les parlementaires, y compris celui ouvrant droit à la retraite après 2 ans et demi de mandat.  

Interdiction pour les parlementaires d’exercer une atre profession durant leur mandat.

Salaires des Parlementaires alignés sur la moyenne des salaires nationaux.

Abolition des remboursements électoraux.

Interdiction du cumul des mandats.

Non éligibilité pour les anciens condamnés.

Référendum d’initiative populaire.

Chaque loi votée doit être subordonnée à une couverture financière.

Les lois doivent être rendues publiques on line 3 mois avant leur approbation pour permettre le débat citoyen.

ENERGIE:

Une politique rigoureuse de réduction des gaz à effet de serre doit permettre à l’Italie de respecter les directives du protocole de Kyoto.

Une série de mesures énergétique doivent permettre de faciliter la transformation énergétique.

Possibilité pour chaque citoyen de revendre sa propre énergie au distributeur national.(Enel) 

INFORMATION.

L’information est le fondement de la Démocratie. Si le contrôle de l’information est concentré chez peu d’acteurs, il en résulte une dérive anti-démocratique. Le Citoyen non informé ou désinformés ne peut pas décider ni choisir. Il n’a plus qu’un rôle de consommateur et d’électeur passif.

Aucune chaîne nationale de télévision ne doit être possédée par un actionnaire privé majoritaire. Aucun actionnaire ne peut être propriétaire de plus de 10% d’une telle télé à couverture nationale.

Aucun quotidien national ne peut-être possédé par un actionnaire unique. L’actionnariat sera diffus avec des parts maximum de 10%.   

Deux chaînes publiques seront vendues à un actionnariat diffus avec un maximum de 10% par part.

Alignement immédiat des tarifs de l’ADSL aux tarifs moyens pratiqués en Europe.

ECONOMIE.

Interdiction de la participation à plusieurs Conseils d’administration de sociétés cotées en bourse.

Interdiction du démantèlement d’industries alimentaires et manufacturières d’un important intérêt sur le marché intérieur.

Interdiction de l’actionnariat croisé entre les banques et l’industrie.

Introduction d’un salaire maximum pour le management des sociétés cotées en borses et les sociétés à participation d’Etat.

Abolition des stock-options.

Abolition des monopoles de fait: Autoroutes, Pétrole (ENI), électricité (ENEL), Médiaset (Berlusconi), Ferroviaire.

Alignement des tarifs de l’énergie, de l’accès internet, de la téléphonie, de l’électricité et des transports à la moyenne des couts européens.

Réduction de la dette publique par un effort sur les gaspillages et sur l’introduction de nouvelles technologies permettant de réduire le nombre d’intermédiaires.

Favoriser la production locale.

Soutenir les associations à but non lucratif.

Allocation chômage garantie.

Taxe sur les sociétés induisant une casse sociale.

TRANSPORTS:

Taxe sur l’usage de la voiture dans les zones urbaines.

Développement des pistes cyclables.

Effort sur les zones de stationnement pour les vélos.

Taxe sur l’utilisation de la voiture dans les centre-villes.

Effort sur les transports collectifs.

Arrêt de la ligne TGV Lyon Turin.

Interdiction de la construction de nouveaux parkings en ville.

Développement des trains de banlieue.

Subsides accordés au télé-travail.

SANTE:

La santé doit rester un service public, la santé privée réduit le potentiel et enlève les talents à la santé publique.

Gratuité totale des soins et équité d’accès, franchise en fonction des revenus de chacun pour les soins non essentiels.

Promotion des médicaments génériques.

Promotion des principes actifs et non pas des noms commerciaux et des marques de l’industrie pharmaceutique. 

Lutte contre la douleur, en particulier développement de l’emploi dela morphine.

Financement de la recherche médicale par une diminution de la recherche militaire.

Effort sur la recherche sur les maladies rares.

Elimination des incinérateurs.

Introduction du délit pour politique ou autre décisions locales ou nationales provoquant à terme des maladies ( voir Amiante)

 EDUCATION NATIONALE:

Accès à internet dans toutes les écoles.

Abolition progressive des livres scolaires et remplacement par l’accès au format digital via internet.

Enseignement obligatoire de l’Anglais à l’école maternelle.

Ressources de l’Etat uniquement allouées à l’école publique.

Enseignement gratuit de la langue italienne à tous les étrangers.

Accès public aux leçons universitaires.

Investissements dans la recherche universitaire.  

On le voit, les mesures proposées semblent souvent tomber sous le sens, il n’y a là rien qui vaille à ce Parti la bordées de sifflets qu’on lui adresse de ce coté-ci des Alpes. Les nouveaux députés pour la plupart issus de la société civile et non pas des élites ne sont surtout pas des habitués des hémicycles, gageons qu’ils sauront se préserver des avances qui ne manqueront pas d’arriver de toutes parts de l’échiquier politique. 

Monti est renvoyé aux oubliettes et Bruxelles est avertie, les peuples ne supportent plus les diktats et les politiques qui ne mênent qu’au désastre social, une page inédite est en train de s’écrire qui ne s’effacera pas de si tôt.

 

 

 

Publié dans ITALIE | 1 Commentaire »

CES GENS LA’

Posté par provola le 19 février 2013

                           Il m’a fallu 8 mois pour admettre une fois de plus que le PS n’était que la copie conforme de l’UMP, pour accepter l’inacceptable, pour me convaincre que ces gens là nous mènent tout droit en enfer. Je n’avais aucune illusion, j’ai voté Hollande comme j’ avais voté socialiste au temps où je croyais ces gens là de gauche, comme on respire, parcequ’on est obligés de le faire, comme on respire sous un tunnel en pleins bouchons du périph., à se tordre le nez de tant d’insalubres effluves.

Ces gens là voulaient renégocier le Pacte européen, las, pas une ligne du contrat de mariage teuton n’aura manqué au moment de la génuflexion face à la grande prêtresse des épargnants allemands.

L’austérité érigée en totem, les coupes sombres, les froides matémathiques, les chiffres du désastre qui s’amoncellent mois après mois et le premier grand mensonge:  » Nous inverserons la courbe du chômage à la fin de l’année »

Hollande a ainsi voulu se donner 18 mois de répit mais personne ne croit plus aux miracles. Car le pays plonge, comme ont plongé avant lui la Grèce, le Portugal, l’Espagne, l’Italie. Soit la moitié de l’Europe. Comme plongeront les autres entrainés dans un jeu de dominos. Car l’Europe du sud était le meilleur client de celle du nord, et maintenant que les bons de commande se sont taris c’est le continent tout entier qui est en danger. D’ailleurs c’est maintenant l’ Allemagne qui vient d’annoncer des résultats bien peu flatteurs faisant craindre une prochaine récession. 

Au moment où le FMI commence à  avoir de sérieux doutes sur le bien fondé des politiques restrictives, notre exécutif continue dans sa cure d’austérité, la tête dans le guidon, sans se préoccuper d’une casse sociale irréparable.   

Alors comment ce blog qui se dit ouvertement anti-croissant peut-il revendiquer une politique non récessive ?

A ceci je répondrais que chaque point de PIB ne vaut pas un autre point de PIB. Un point de PIB produit par un hypermarché ne vaut pas un point de PIB produit par une myriade de petits commerces qui emploient trois fois plus de personnel pour le même service. L’Inde est excellent exemple de redistribution du PIB  en ayant conservé son petit  commerce de manière à limiter la concentration éconnomique. Je répondrais qu’un point de PIB produit par une centrale nucléaire, ne vaut pas un point de PIB produit par cinq cents éoliennes et mille panneaux solaires, qu’un point de PIB produit par la distribution d’eau confiée à VEOLIA avec des dividendes attribués à ses actionnaires ne vaut pas un point de PIB produit par une régie municipale où chaque goutte d’eau est vendue à son juste prix et la surconsommation inutile surtaxée. Un point de PIB produit en plantant des arbres pour empêcher le désert d’avancer ne vaut pas un point de PIB à détourner le Colorado pour qu’il alimente les fontaines de LasVegas.

Et si l’on vous dit que la décroissance c’est le retour à la bougie, répondez que la croissance débridée c’est le scénario du Club de Rome au cours du Vingt et unième siècle et la catastrophe climatique, la crise environnementale, la mer poubelle, le chômage de masse et le monde de Mad Max à la recherche du dernier barril de pétrole.   

La décroissance n’est pas la récession, car parler de récession à un chômeur est absurde pour celui qui désire produire sa part de PIB, pour lui la croissance c’est d’abord un boulot, un droit fondamental.

La décroissance est avant tout une redistribution des richesses, car il est impossible que certains continuent à se gaver aux frais de leurs semblables et de l’environnement ( voir l’article les riches qui détruisent la planète), elle passe par une pilule amère assennée aux oligarchies économiques.  Il est impossible de vouloir produire toujours plus avec toujours moins de personnel.

La priorité doit être mise sur la traque des paradis fiscaux qui se jouent des frontières et des bonnes résolutions onusiennes. Toutes les politiques du monde échoueront si elles ne prennent pas à bras le corps le problème de la dissolution de la richesse produite dans les paradis fiscaux, ce qui a pour conséquence de soustraire à l’impôt les fonds nécessaires à l’amélioration des conditions de vie des plus pauvres.   34 000 milliards de dollars, c’est l’estimation donnée par la banque mondiale des biens planqués dans les Paradis fiscaux sans compter les biens immobiliers et les objets de luxe. Avec un tel pactole revenu dans le giron commun, on résout pour bonne partie les disfonctionnements de l’économie mondiale, on commence à nettoyer la planète de l’accumulation des déchets qui l’ont envaillie, on lance la transition énergétique pour de bon. 

On en fini avec cette utopie de la mondialisation qui n’est pas venue du ciel mais voulue par une élite d’illuminés libéraux qui ont rêvé de refourguer leur camelote à l’ensemble des habitants de la planète. Cette mondialisation est un non-sens, la circulation des marchandises à travers la planète doit être stoppée, l’idée que la Chine à elle seule peut devenir l’usine du monde est un mirage.

Chaque kilomètre parcouru par une paire de chaussette ou une tablette numérique représente un danger pour la planète, cette distance provoque un dégagement de CO2 insupportable. Produire proche du lieu de consommation est une absolue nécessité pour contraindre le réchauffement climatique dans des limites gérables à la fin de ce siècle.

La mondialisation contrairement à une idée reçue ne permet pas de mieux répartir les richesses car les disparités dans les pays émergents tels que la Russie , la Chine ou le Brésil sont bien plus prononcées qu’en Europe. On assiste donc à l’émergence de conglomérats, de magnats familiaux et actionnariaux surpuissants, sans commune mesure avec notre vieux capitalisme. Les familles royales saoudiennes détenant le pétrole, les magnats du gaz russe , les nouveaux rois de l’électronique chinoise, ou de la sidérurgie indienne rachète des pans entiers de l’économie mondiale sans que cela profite à des peuples volontairement laissés sur le bord du chemin.

L’exemple d’Apple faisant fabriquer ses Iphone à trois sous par Foxconn et ses cohortes de nouveaux esclaves est emblématique de cette terrifiante dérive de la nouvelle économie mondialisée.

Or notre dirigence socialiste ne remet pas du tout en cause cet état de fait; Montebourg a été vite mis sous l’éteignoir, les velléités gauchisantes du front de gauche écartées sans complaisance. Le mot d’orde est « désendettement », sans qu’on sache réellement à quoi est du cet endettement.  Sans expliquer qu’une bonne part de la dette est à mettre sur le compte des baisses d’impôts et des niches fiscales distribuées aux classes privilégiées au cours des décennies passées. On pensait que ces élites allaient dépenser ce qu’elles recevaient en cadeaux fiscaux, on attend toujours.

Depardieu s’enrichit grâce aux subventions publiques attribuées au cinéma français, il se barre dès qu’il s’agit de rendre un peu du trop perçu et que dire des Aznavour, des Arnault, des Mulliez ?

La gauche de droite actuellement au pouvoir nous berne, car rien des maux de notre économie ne sera résolu au terme du mandat. Le nucléaire est sanctuarisé, les aéroports sont maintenus mêmes inutiles, les TGV doivent gagner des centimètres à l’heure, les hôpitaux et les prisons se dégradent tout en étant privatisés, les mêmes méthodes appliquées jadis par la droite et remises au goût du jour par la social-démocratie ne changeront rien à la lente agonie de l’espoir redistributif, à la souffrance de notre frèle esquif.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

OBAMA LANGUE DE BOIS

Posté par provola le 14 février 2013

                          Dans son discours sur l’état de l’Union, prononcé mardi 12 février à Washington, Obama a voulu séduire les classes moyennes, qu’il considère comme « le véritable moteur de la croissance économique américaine ».

Le Washington Post relève qu’Obama s’est enhardi sur la question du budget. Selon le journal, le moment le plus fort du discours a été la remise en question du stéréotype selon lequel la réduction du déficit serait un bienfait pour l’économie. Au contraire, le président a plaidé pour des « investissements en faveur d’une croissance globale »– une idée forte pour le journal, et ce, même si elle a peu de chance de séduire le Congrès.

« J’ordonnerai à mon cabinet de me présenter les textes que nous pouvons prendre, maintenant et à l’avenir, pour réduire la pollution, préparer nos communautés aux conséquences du changement climatique et accélérer la transition vers davantage de sources d’énergies renouvelables. » Le président américain a fixé « un nouvel objectif à l’Amérique : réduire de moitié l’énergie dépensée dans nos maisons et nos entreprises d’ici les vingt prochaines années ».

En fait Obama nous fait du tout et n’importe quoi, du tout et son contraire, IL NOUS INDIQUE  QU’IL FAUT  PROFITER des énergies nouvelles fossiles pour accélérer la transition vers des énergies moins polluantes …

« Les gaz de schistes qui ont rendu aux USA le sceptre de principale nation productrice d’énergie fossile, vont permettre une accélération du processus de transformation de l’économie ».

On croit rêver…connaissant les véritables rejets en méthane dans l’atmosphère DE LA TECHNIQUE DU CRACKING qui rend les gaz de schistes plus polluants que le charbon.   

« Il faut profiter des revenus de notre pétrole et de notre gaz pour financer un « Energy security trust » qui nous mènera vers de nouvelles technologies, vers la voiture propre ».

Car Obama admet dorénavant la réalité du changement climatique et reconnait que les 12 années les plus chaudes de l’ère moderne ont été enregistrées durant les quinze dernières années. On n’en est plus à la négation pure et simple de son prédecesseur mais alors qu’on aurait pu s’attendre à ce qu’il en tire toutes les conséquences sur la nécessité de réduire la voilure, ce qui passe par un partage des richesses et non plus par une course à l’échalotte, voilà qu’il nous alimente la nouvelle croissance par un tour de passe-passe; les voitures seront propres, les mobiles seront propres, la vie sera propre.

La logique de la croissance verte sévit toujours, il faut tout changer pour que rien ne change sur le fond, pour que vive la mondialisation, que perdure l’accumulation des richesses pour quelques uns, et la galère pour les autres.  

 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

LA GUERRE DES BALEINES

Posté par provola le 11 février 2013

The Bob Barker and Japanese whaling ship the Yushin Maru 3.

Le Sea Shepherd ( à droite) attaque un baleinier japonais pour l’empêcher de se ravitailler en haute mer.

La Sea Shepherd Conservation Society est une ONG maritime fondée en 1977 par Paul Watson, écologiste canadien, dédiée à la protection des océans. Elle est basée aux USA.

L’idée est née quand le capitaine Paul Watson a fondé la Earthforce Environmental Society en 1977 à Vancouver (Colombie-Britannique), au Canada, suite à son renvoi de Greenpeace, à cause de son penchant vers l’extrémisme. La Earthforce Environmental Society est le précurseur de la Sea Shepherd Conservation Society.

En 1978, l’association put s’offrir son premier navire, le Sea Shepherd.

Cette association de pirates défenseurs des baleines essaie tous les ans de contraindre le Japon à interrompre ses campagnes de chasse en harcelant sa flotille avec une armada de vedettes hyper-entrainées à la guérilla.

La chasse aux cétacés à but commercial est interdite depuis 1986, l’année dernière le Japon  captura 506 baleines de Minke sous le quota de 850 fixé par Tokyo pour  » recherche scientifique  »

La situation en haute mer en février 2013:

  • ENCORE DES POINTS MARQUES EN ANTARCTIQUE : le SAM SIMON, le petit dernier dans la flotte de Sea Shepherd, coupe les vivres de l’ »étoile de la mort » – navire usine de la flotte baleinière, le Nishin Maru.
  •  
  • Le Sun Laurel, un navire Koréen enregistré au Panama, réapprovisionne en carburant le navire usine japonais plusieurs fois pendant la saison de chasse, en plein sanctuaire antarctique (et en infraction du Traité de l’Antarctique qui interdit la pratique pour cause de risque de marée noire) afin de lui permettre de rester sur place et de rentabiliser au maximum la chasse.
  •  
  • En coupant ainsi l’approvisionnement en carburant de la pièce maîtresse de la flotte baleinière, cette dernière risque bien d’être contrainte et forcée de rentrer bien plus tôt que prévu à Tokyo. Le Sam Simon est actuellement rejoint par le Steve Irwin tandis que le Bob Barker continue à poursuivre le Nishin Maru.
  •  
  • « Le navire boucher, Nisshin Maru peut fuir mais il ne peut pas se cacher » a déclaré Peter Hammearstheatd, Capitaine du Bob Barker.
  •  
  • A ce jour aucun des navires harponneurs n’a pu tuer une seule baleine, tant ils sont occupés, soit à semer les navires de Sea Shepherd soit à les suivre pour relayer leur position au navire usine.
  •  
  • « Nous sommes ici en train de jouer une sorte de gigantesque bataille navale sur des centaines de miles nautiques… » a déclaré Luis Manuel Pinho, le Capitaine du Sam Simon, qui empêche le navire ravitailleur de rejoindre le Nisshin Maru.
  •  

Publié dans ECOLOGIE DE COMBAT | Pas de Commentaire »

BARREZ-VOUS

Posté par provola le 9 février 2013

  BARREZ-VOUS dans EUROPE David_Cameron_-_World_Economic_Forum_Annual_Meeting_Davos_2010   A tous les Britanniques de malheur qui vous foutez bien de nous , de l’Europe, des pauvres, des chômeurs, qui bichonnez vos paradis fiscaux comme on entretient les caniches dans le seizième arrondissement, je dis : barrez-vous. Vous qui n’avez jamais joué le jeu, qui tenez à votre île, à votre Reine, à votre archiduc, vos gonzesses et leur couronne vissée dessus, à votre descendant qui ne sera jamais Roi, Vous qui tenez à votre fish-and-chips, à votre mayonnaise et votre Anglais que personne ne comprend, vous à l’accent mouillé, comme un ciel envahi de poules déplumées.  

Vous qui avez voulu du tunnel pour nous piquer nos immigrés, vous qui nous renvoyez nos traders dès que les difficultés leur minent les bénéfices, vous qui êtes dedans en étant dehors, vous qui regardez de l’autre côté de l’Atlantique comme on s’accroche à une bouée, pour ne pas couler.

Votre destin n’est pas ici, votre respiration nous pompe l’air, votre suffisance nous insupporte.

Vous qui tenez à la City comme un chat tient à sa gamelle, nous décrétons désormais la fin de la partie, la fin de la mystification, la fin de l’arnaque séculaire. Car votre City n’est qu’un trou noir où la Suisse n’est qu’une partie de plaisir pour évadés fiscaux. Vous êtes la vrai mafia globale, imbattables dans le ratissage international, vous valez quarante paradis fiscaux, vous êtes coupables d’une bonne partie des maux de ce bas monde.

Et vous trouvez que quelques centaines de millions d’Euros pour les pauvres sont de trop pour votre budget de brigands.

Vous êtes tellement imbuts de vous mêmes que vous n’ êtes plus dignes de vos pères qui avaient sauvé le continent et la planète  toute entière.

Vous dédaignez les pauvres mais vous êtes la cruauté et la vilénie incarnées.

Que l’âme de vos royaumes occultes trouve un alzheimer au coin de la prochaine tempête qui ne manquera pas de vous balayer.

Publié dans EUROPE, ROYAUME-UNI | Pas de Commentaire »

NKM DE GAUCHE

Posté par provola le 6 février 2013

                      Les mêmes, ce sont strictement les mêmes, De Funès avait son égérie écolo sous la forme d’une longue tige bobo, la verte pâle Nathalie Kosciusko Morizet plus intéressée par les bois d’essence des estrades que par la sauvegarde de l’environnement. Hollande en perte d’identité a repris la copie en lançant dans le grand bain de l’esbrouffe écolo la bobo Delphine Batho dont le look n’a rien à envier à celui de sa devancière.

Delphine Batho préside,  ce matin dans la Meuse,  un comité destiné à faire le point sur les projets de développement économique devant accompagner la création du futur centre de stockage en profondeur des déchets les plus radioactifs. Photo ER     NKM DE GAUCHE dans CHERCHEZ L'ERREUR 525210_0202476996194_web    

Comme Delphine Batho n’a pas la moindre idée sur la façon d’occuper ses longues journées elle se rappelle à notre bon souvenir en allant visiter le site de Bure en Haute Marne, site où il n’existe encore rien que des champs de betteraves mais où l’Etat a décidé de stocker notre merdier nucléaire pendant 700 000 ans, je veux parler de la montagne de déchets radiactifs produits par notre parc de centrales.

Batho garantit que dans 700 000 ans les déchets seront parfaitement en sécurité. Quant à l’humanité, on se demande si elle sera encore en état de s’en apercevoir. Mais comme notre Ministre nous l’assure…

Si elle n’a aucune légitimité à se farcir le dossier des déchets, elle en a encore moins à se confronter au réchauffement climatique qui pour elle se résume à la climatisation des piscines au dernier étage d’un palace parisien.

Son parcours politique n’a rien a envier à celui de NKM, parachutée dans les Deux-Sèvres à la députation elle débarque à la justice dans le gouvernement Ayrault avant d’atterrir à l’écologie, on se demande encore pourquoi.  

En effet, je ne plaisante pas, le 16 mai 2012, elle est nommée ministre déléguée à la Justice, auprès du garde des Sceaux, Christine Taubira.

Sans attributions suffisamment précises et après un mois de relations difficiles avec son ministre de tutelle, elle obtient le portefeuille de plein exercice de Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie le 21 juin 2012 dans le 2e gouvernement Ayrault.

Suite à sa nomination au gouvernement, elle annonce son départ, comme le réclamait au nom de l’exemplarité depuis l’automne 2009 la Régie immobilière de Paris, de son logement intermédiaire de 108 m2 dans le 19 ème arrondissement de Paris, loué pour 1 524 euros par mois, qu’elle occupait depuis 2001, par le biais du 1 % patronal comme salariée à l’époque du conseil régional d’Île-de-France.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

DES NOUVELLES DU PARADIS

Posté par provola le 5 février 2013

                               Bouddha qu’on avait déjà eu l’occasion d’entendre lors de sa traversée du Pacifique sud nous a cette fois-ci envoyé des nouvelles du ciel. S’il en est un dont on peut être sûr qu’il a déjà déjà atteint le Nirvana, il se pourrait bien qu’il se nomme Alessandro, qui tente de boucler son tour du monde en monocoque.

Un moment de pûr bonheur, ils sont si rares:   http://www.vendeeglobe.org/fr/actualites/mag/12359/la-montee-au-mat-d-alessandro-di-benedetto-video.html

J’étais en train d’écrire un article sur les déchêts nucléaires qui devraient être stockés du coté de Bure en Haute -Marne pour des centaines de milliers d’années. A la vision de cette vidéo bluffante, je me suis dit que vu  la période de vie de l’uranium, l’article pourrait attendre quelques heures. Le bonheur lui, ne peut pas attendre.

Publié dans BONNES NOUVELLES | Pas de Commentaire »

OLE !

Posté par provola le 2 février 2013

Evolution de la capacité de production éolienne Espagne 

 

                                       L’Espagne en proie des marchés financiers se paye le luxe d’apparaître comme étant la grande prêtresse du vent et en ces périodes de vaches maigres, ce n’est pas là le moindre de ses mérites. Le dispositif mis en place durant ces dernières années lui prouve que rien n’est impossible à la barbe des nucléaristes de malheur , des salauds de gaziers, des maudits extracteurs. Le vent est inépuisable il suffit de le cueillir, et je veux dire ici qu’une éolienne à le pouvoir de nous sentir utiles aux futures générations.  

Ainsi donc l’Espagne a donné les chiffres de sa production d’énergie éolienne durant la semaine dernière.  Le pic de 6 terrawatts/j a été atteint, ce qui a été quasiment suffisant pour alimenter toute la population. Certe il s’agit encore de périodes favorables, de grands vents, en hiver, quand les perruques ont du mal à tenir sur les crânes rasés, quand les cerfs-volants ont du mal à remonter les courants d’ouest.

L’European wind energy Association (EWEA) dans son rappot annuel a annoncé que l’Espagne en 2011 a installé la seconde capacité d’énergie éolienne d’Europe derrière l’Allemagne. Le pays représente 23 % de la capacité totale européenne, 21,7 Gwt, derrière l’Allemagne avec 31% et 29,1 GWT.

Le Global Wind Energy Council indique que l’Espagne est la quatrième puissance éolienne au monde, il estime que les ressources totales du pays sont encore largement inexploitées, le potentiel avoisinerait 100 GWT à l’horizon 2020 et 150 Gwt à 2030.

A coté la première puissance nucléaire apparait comme une sorte de furoncle des temps modernes, et un sentiment de honte m’envahit à l’idée que dans cent mille ans on aura cure de mes déchets, comme une sorte d’éternité si lourde à supporter.

Cela ne m’arrive pas souvent d’être positif mais putain que ça fait du bien.

Publié dans ENERGIE EOLIENNE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement