GUERRE ATOMIQUE

Posté par provola le 19 janvier 2013

                                        Le 28 septembre 2012, je tentai de décortiquer la véritable intention du Président Hollande, déjà convaincu de devoir s’engager au nord Mali pour contrer l’avancée des factions armées d’AQMI (Al Qaïda au Sahel). Loin de moi l’idée ici de critiquer le moins du monde l’engagement des troupes françaises, encore qu’on ait pu attendre de la part de l’Europe une solidarité qui ne pouvait de toute façon advenir vu l’assujettissement des armées continentales à l’Otan, le bras armé de l’Oncle Sam. Les tarés fondamentalistes musulmans ont le but d’envahir une bonne partie du Sahara et le seul moyen de stopper leur avancée était d’engager le combat au moment où Bamako (capitale du Mali) elle-même était menacée. 

Mais l’humanisme et la protection du Mali étaient-elles réellement les seules motivations de Hollande comme ne cessent de nous claironner la chorale et l’orchestre propagandistes ? Il est évident que non.

En réalité des intérêts promordiaux sont à défendre à tout prix, et des vies de soldats à sacrifier, dans cette région de tous les dangers, et en premier lieu les mines d’uranium d’Arlit au nord Niger, à quelques encablures en 4X4  du nord Mali.  Arlit, c’est la majeure partie du minerai d’uranium utilisé pour alimenter le parc de centrales nucléaires qui produit 80% de l’électricité nationale.

Voilà bien le but caché de la guerre malienne qu’on peut qualifier de guerre atomique tant il parrait clair que l’Etat ne veut surtout pas se retrouver sans combustible à cause d’une bande de pirates des sables, ce qui plongerait le pays dans une drôle de perplexité, et l’obscurité, alors que l’honneur national ne cesse de nous convaincre, droite et gauche confondues, depuis quarante ans, que le nucléaire est pour nous une garantie d’indépendance énergétique.

Si l’on ne reprochera pas aux socialistes de vouloir assurer l’alimentation des centrales, ces temples de la religion gaullienne du tout nucléaire qu’ils ont toujours adoubé, il semble que la moindre des choses serait d’ attribuer les dépenses de protection des sites d’approvisionnement en uranium aux charges de fonctionnement de l’énergie nucléaire.

Je veux dire par là que que le coût de l’opération du désert malien (qui se chiffrera rapidement à quelques milliards d’euros difficilement justifiables en période de disette budgétaire), devrait se voir placardé sur la facture d’électricité de chaque Français. En effet pourquoi ne pas imputer directement le prix de la guerre au prix du kilowatt-heure de chaque chaumière. 

On n’imagine mal nos troupes se déplacer pour défendre quelques éoliennes qui seraient soudain menacées par des Don Quichotte du désert décidés à s’emparer des nouveaux moulins à vent.

On a souvent évoqué le risque d’attentats visant les sites de production nucléaires, par crash d’avion sur un coeur de réacteur par exemple, le conflit malien souligne maintenant la fragilité des sites d’extraction. Cela met de plus en évidence, de façon limpide, la démagogie de nos élites bien pensantes quand il s’agit d’écarter toute opposition à l’énergie du futur, qui n’est déjà plus que celle du passé.  

Après Fukushima, la guerre du Mali vient à nouveau renvoyer l’atome au rang des mythes de l’antiquité.

 

L’article du 28.09.012 

L’empressement soudain de Hollande à vouloir voler au secours du Mali cache en réalité une moins avouable volonté. Pour la première fois de son mandat, à la tribune de l’ONU, le Président y est allé de sa verve pour sonner le rassemblement des bonnes volontés africaines de la région du sud Sahel. L’invasion du nord Mali par les factions armées d’Aqmi (Al-Qaïda du Mali) a rebattu les cartes géopolitiques.

Officiellement la France souffre pour la malheureuse démocratie Malienne, en but aux pillages et à la montée islamique. Les terroristes autrefois au service de Kadhafi et aujourd’hui maîtres des trois-quarts du Mali sont en fait une épine au pied des approvisionnements en uranium de la France. La  mine d’uranium la plus importante est située à Arlit au Niger à environ 200 km de la frontière Malienne et il est bien évident que qu’Hollande ne peut se permettre de prendre le moindre risque de bloquer les cinquante huit réacteurs du parc nucléaire et de faire voler en éclats la fameuse indépendance énergétique de l’hexagone.    

Les factions islamiques armées jusqu’aux dents ont compris la fragilité de la France qui se retrouve à devoir protéger un site désormais en proie au banditisme. La prise d’otages sur le site d’exploitation des gisements si précieux pour la France est un moyen facile de lui soutirer un maximum à peu de frais pour des mercenaires habitués aux méthodes expéditives de la tyrannie du dictateur Kadhafi. 

« Les otages sont détenus entre les déserts malien et algérien, dans une zone communément appelée le Timétrine », a affirmé une source malienne. Cette information a été confirmée par la présidence française.
Dans la nuit du 15 au 16 septembre, cinq Français, un Togolais et un Malgache, pour la plupart collaborateurs des sociétés françaises Areva et Satom (groupe Vinci), avaient été enlevés à leur domicile à Arlit, dans le nord du Niger.
Vendredi, le chef d’état-major des armées françaises Edouard Guillaud avait indiqué que la France était prête à « engager le contact à tout moment » avec Aqmi, tout en assurant qu’une opération militaire n’était pas à l’ordre du jour.

Quelque 80 soldats français ont été envoyés à Niamey et se relaient pour mener des vols de reconnaissance dans la région où sont détenus les otages. 

 Voici le passage du discours de Hollande à l’ONU qui ne dit pas exactement ce que recherche la France dans ce volontarisme si particulier à vouloir ainsi à tous prix nettoyer la démocratie malienne des scories islamiques:

«L’urgence, c’est le Sahel. La communauté internationale doit prendre la mesure de la gravité de la situation créée par l’occupation d’un territoire par des groupes terroristes au Nord Mali. Il est urgent d’aider les Etats de la région à trouver ensemble une réponse politique, économique et humanitaire. L’Union Africaine, la CEDEAO doivent prendre des décisions courageuses. La France soutiendra les initiatives que prendront les Africains, à partir de la légalité internationale que leur confèrera une résolution du Conseil de sécurité, pour permettre au Mali de retrouver son intégrité territoriale.» 

Le discours de Hollande à l’ONU bien sûr occulte le souci principal  du gouvernement qui est de sécuriser et de pérenniser l’exploitation et l’approvisionnement du minerai d’uranium d’Arlit. Il ne faut surtout pas effrayer la population qui pourrait se retrouver en panne d’électricité en plein cours de l’hiver, à cet effet Hollande semble prêt à tout.

Même s’il cela mettait la vie des otages en jeu ?

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement