• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 27 décembre 2012

LE CHÔMAGE EN BAISSE !

Posté par provola le 27 décembre 2012

                       La progression du chômage en novembre est en baisse de 35% par rapport à octobre.

Explication: selon le ministère du Travail, 29.300 chômeurs de plus ont poussé la porte de Pôle emploi en novembre. Une nouvelle progression, de 35 % inférieure à celle d’octobre (45.000), qui porte à 3,13 millions le nombre d’inscrits en catégorie A (chômeurs sans aucune activité). 

Comme d’habitude on se rassure comme on peut, le chômage augmente moins vite que s’il baissait plus lentement… 

Bientôt le chômage va réellement baisser, on peut espérer que les inscrits en fin de droits vont finir par se fatiguer de chercher un empoi et vont quitter les statistiques ce qui améliorerait la situation. Déjà un flux de découragés du système permet de maintenir artificiellement le niveau des sans -emplois à un niveau supportable, mais le nombre des nouveaux venus reste supérieur à celui des partants, au grand dam du gouvernement.

Encore un effort et la courbe des entrants par rapport à celle des partants va réussir à s’inverser. L’espoir du pouvoir est de dissuader encore un peu les exclus du système de continuer leur recherche d’emplois. Il suffit pour cela de baisser les prestations sociales et le temps d’indemnisation.

Il suffirait même de dire qu’il n’y a pas de place pour tout le monde et qu(il ne sert à rien de se bercer d’illusions.  

D’ ailleurs l’heure est à la flexibilité de l’emploi. Selon les nouvelles normes de la modernité managériale socialiste, les entreprises n’embauchent que qui si on leur permet de licencier, le salarié est devenu une variable d’ajustement, les 35 h sont la prochaine barrière à abattre , le salaire est une charge, la pause pipi un enfer à bénéfices.

Donnons des salaires de Chinois  à tout le monde et vous verrez la courbe enfin s’inverser comme nous l’a annoncé notre Président visionnaire.

Conclusion: ne prenez pas tout ce que je vous dis dans cet article pour argent comptant.    

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

LE PAUVRE, C’EST CELUI QUI A BESOIN DE BEAUCOUP

Posté par provola le 27 décembre 2012

LE PAUVRE, C'EST CELUI QUI A BESOIN DE BEAUCOUP  mujica-josé-comparé-a-marzouki-tunisie-uraguay2

                                  L’élection, en 2009, de José Mujica, deuxième président de gauche de l’histoire de l’Uruguay, ce petit pays souvent en avance sur son temps, aurait pu passer quasi inaperçue. Ce n’est pas le premier dirigeant de la région à ne pas appartenir au sérail politique. Et la presse tant latino-américaine qu’internationale l’a longtemps ignoré. Mais ce vieux guérillero rescapé des cachots de la dictature a une vraie particularité : il semble insensible aux sirènes du pouvoir, ­cultive son quotidien d’“homme normal”, en refusant tout protocole et 90 % de son salaire présidentiel et en continuant à vivre dans sa ferme. Il dit ce qu’il pense – au grand dam de ceux qui souhaiteraient un président avec plus de prestance… Et n’a pas peur de lancer des pavés dans la mare, telle la légalisation totale du cannabis dans une région où la lutte contre le trafic de drogue est une question prioritaire. Un président normal, un vrai, en somme ?

Il est la une du magazine Courrier International. Il apparaît assis, en jeans, sur une chaise en plastique, devant sa maison près de Montevido. Silhouette bedonnante, sourire tranquille, pas de cravate, de vieilles chaussures… José Mujica, surnommé « Pepe » Mujica, est à la tête d’un petit pays – seulement trois millions d’habitants. Pourtant, depuis 2009, depuis qu’il est président, il fait sensation. Il a dépénalisé l’avortement, sous certaines conditions. Et il s’apprête à légaliser la vente de cannabis: l’Uruguay va autoriser les habitants à cultiver cette drogue pour leur usage personnel. L’État se chargera lui-même de vendre la marijuana. Ça semble incroyable, mais pour les défenseurs du projet, ce système est bon moyen de lutter contre la délinquance, et aussi d’informer la population sur les effets nocifs de la drogue.

Pepe Mujica assume cette politique, comme il assume son style et son parcours chaotique. Avant d’arriver à la présidence, à 59 ans, il a passé quinze ans en prison, dont neuf ans à l’isolement total. Il a payé très cher son engagement chez les Tupamaros, la principale guérilla urbaine du pays, qui luttait contre la dictature. Quand il était derrière les barreaux, il est presque devenu fou. Il entendait des bruits. La lecture et l’écriture lui ont sauvé la vie. Lorsque la démocratie est revenue, Pepe Mujica s’est lancé en politique, à gauche, jusqu’à son élection il y a trois ans.

Dans Courrier international, la presse d’Amérique du sud reste ébahie par le style de Pepe Mujica. Le président refuse d’habiter le palais présidentiel. Il préfère vivre dans une ferme, avec son épouse qui est sénatrice. La maison est sommaire : une seule chambre et un toit en zinc. En tant que président, Pepe Mujica touche 10.000 euros d’indemnités, mais il en reverse 90%, notamment à un programme de logement des habitants les plus pauvres. Est-ce de la démagogie ? Apparemment non. Le seul « luxe » du président est une Coccinelle bleue, achetée en 1987. Pepe Mujica refuse la société de consommation. Il cite les philosophes de l’antiquité : « le pauvre, c’est celui qui a besoin de beaucoup ».

L’Uruguay est le pays le moins corrompu du continent, et un des plus heureux:

http://www.youtube.com/watch?v=w_vi64PQAtA

(Article de Courrier International)

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

LE CHARBON, L’ENERGIE DE DEMAIN

Posté par provola le 27 décembre 2012

Co2, il carbone pronto a superare il petrolio entro dieci anni sarà la prima fonte energeticaCo2, il carbone pronto a superare il petrolio entro dieci anni sarà la prima fonte energetica

                                A tous les béni-oui-oui du green washing, à tous les adeptes du développement durable, à tous les fidèles de la croissance douce, je veux rappeler les dernières perspectives rendues publiques en terme de répartition des différentes sources d’énergie d’avenir, celles-ci venant ensevelir définitivement les rêves d’une croissance verte. Que nous indiquent ces chiffres ?  Tout simplement que le charbon va bientôt redevenir, dans à peine dix ans, la principale source d’énergie sur la planète, devant le pétrole, ce qui représente une sorte de bras d’honneur adressé à la lutte contre le réchauffement climatique.

Le seau d’anthracite à remplir le poêle, les tas de coke au fond de la cour, les volutes de fumées qui vous emplissent les poumons durant  le voyage en train, les mains noires, les gueules et  les façades repeintes de suie, ces images semblaient avoir disparu du paysage, emportées dans l’eau sale du vingtième siècle et pourtant la voracité de la croissance mondiale n’aura eu de cesse de les remetre au goût du jour.

Dans son étude, l’AIE (Agence internationale de l’Energie) s’est  penchée sur l’évolution du marché du charbon dans les cinq ans à venir. Conclusion : en 2017, la consommation de charbon devrait représenter 4,32 milliards de tonnes équivalent pétrole, tout près des 4,4 milliards de l’or noir.

« La part du charbon dans le bouquet énergétique mondial continue de progresser chaque année, et si aucun changement n’est fait aux politiques actuelles, le charbon rattrapera le pétrole d’ici une décennie », avertit la patronne de l’organisation basée à Paris, Maria van der Hoeven.

La Chine à elle seule consommera la moitié du charbon global, l’Inde un quart. Mais toutes les régions du monde connaitront un regain d’intérêt pour l’énergie du 19 ème siècle. Toutes ? Non, sauf les Etats-Unis lancés comme un chien fou sur leurs réserves de gaz de schiste ou le Canada en glissade incontrôlée sur leurs sables bitumineux de la pire espèce.

N’ allez pourtant pas croire que les deux pays émergents que restent la Chine et l’Inde seront alors les seuls pollueurs, ces deux pays sont simplement devenus nos principaux fournisseurs, grâce au fait que nous ayons fermé nos usines pour que celles-ci soient en réalité remplacées par les leurs, la pollution que nous n’avons plus à produire directement dans des usines à peu près propres est en fait produite au centuple à cause de l’utilisation de l’énergie la moins chère, le charbon.

Tout ceci sans compter la gabegie énergétique résultant du transport de marchandises sur des distances toujours plus importantes.

Actuellement, le charbon est la source d’énergie de 40% de la production mondiale d’électricité et de 70% de la production d’acier. Il est responsable de 43% des émissions de CO2, soit 12.5 milliards de tonnes par an.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement