LUCHINI C’EST ENORME…MENT CON

Posté par provola le 19 décembre 2012

                             «Depardieu, c’est un ami, a souligné Luchini. Et je ne juge pas mes amis. Par contre, ceux qui jugent Depardieu, (Philippe Torreton ) surtout s’ils sont acteurs, ils devraient juger aussi leur filmographie.» Une façon pour l’acteur vu récemment au cinéma dans le film «Dans la maison» de François Ozon de balayer les critiques sur l’exil fiscal en Belgique de Depardieu.
Pour Luchini, il faut au moins être du niveau d’un Delon, d’un Clint Eastwood ( ou d’un Luchini) pour critiquer Depardieu, ce qui revient à avouer qu’il il ne suffit pas de se dire acteur pour en être un et que seul un vrai acteur peut se permettre de critiquer Son ami.

La plus grosse connerie dans ce que ce nous qu’assène Luchini comme étant La vérité révélée est le fait qu’on ne puisse pas juger ses propres amis. Ne vais-je pas juger mon meilleur ami qui se sera comporté comme un vrai salaud ? Ne vais-je pas juger mes amis au seul prétexte que je les ai choisis à un moment m ? L’amitié est lucidité et rigueur, pas aveuglement et laxisme.

La seconde connerie est celle qui consiste à expliquer que seul le grand acteur Luchini peut juger qui peut être considéré comme étant un véritable acteur, ce qui assurerait  à celui-ci le droit de pouvoir émettre une critique à l’endroit de son ami.  

La troisième connerie revient à sous-entendre que seuls de vrais acteurs peuvent prétendre à devenir les amis de Luchini.   

Mais au fait, qui donc est ce Monsieur Luchini qui se permet ainsi d’attribuer des bons points de respectabilité ? Ce mec est-il réellement si important pour s’arroger le droit à la nomination des gens respectables ?  

La quatrième connerie est que cette tentative d’excuser l’escapade fiscale de l’ami en question n’a aucune chance de réussir.

La cinquième connerie est que tous ces soi-disant vrais ou faux acteurs et ces donneurs de leçons de pacotille ne vivent en réalité que des subventions attribuées généreusement par l’Etat à l’industrie du cinéma qui sans cela aurait déjà péréclité comme bon nombre en Europe.

Ce Luchini vit donc des impôts que ne veut plus payer son ami.  

Pour paraphraser Brassens qui disait que « l’age ne fait rien à l’affaire, jeune ou vieux, quand on est con on est con », on peut dire qu’ acteur ou pas, quand on est con, on est con.

Garde tes mots Fabrice, pour exprimer ton talent, pas pour défendre l’indéfendable.

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement