• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 15 novembre 2012

RÉDUIRE LES DÉPENSES ? CHICHE

Posté par provola le 15 novembre 2012

                                

                                   Nous devons faire des économies, l’Etat est exsangue, sans le sou, on nous le répète sans arrêt. Mais les exilés fiscaux sont planqués, les grosses boites rapatrient les bénéfices réalisés en France dans des paradis fiscaux qui devraient être nos partenaires, comme l’Irlande ou le Luxembourg et ça on le dit moins. Les grands trusts mondiaux se servent sur le compte de la misère humaine, aidés en cela par une armée de bons soldats au service, de fiscalistes patentés, de banquiers rompus aux règles de la spéculation financière. Une ponction énorme est faite sur le dos du partage équitable de la richesse produite et nos menteurs au pouvoir ne trouvent que la solution de la réduction des dépenses de l’Etat pour calmer la voracité des marchés.

Notre Président lors de sa première conférence de presse nous a indiqué son intention de s’attaquer aux dépenses publiques dès l’année prochaine, ce qui était tabou il y a peu encore l’est devenu beaucoup moins sous les coups de boutoir des factions patronales lancées à fond de propagande. On peut bien sur douter de l’efficacité de telles politiques ayant conduit la Grèce au cataclysme financier que l’on sait et précipitant tout les Etats étant obligés d’emboiter le pas dans un puits sans fond.

Mais Hollande y croit encore, alors ayant en honnête citoyen l’intention de reprendre cette balle au bond alors que notre si cher Président n’a pas encore donné de pistes pour signifier où il pensait pouvoir réduire ces fameuses dépenses, je suggérerais quelques pistes de réflexion.

Ainsi la première qui me vienne directement à l’esprit est représentée par les dépenses militaires qui vous l’avouerez ne sont pas objectivement d’une productivité avouée. Le budget de la Défense, c’est environ 30 milliards d’euros soit 13% des dépenses de l’Etat.

Le gouvernement a présenté le mercredi 7 décembre à l’Assemblée nationale un projet de budget de la défense de 31,4 milliards d’euros pour 2013, quasiment stable par rapport à 2012, dans l’attente du Livre blanc qui définira dans quelques mois les nouvelles priorités stratégiques de la France. 

Un budget qui selon le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, tient compte de la nécessité de redresser les finances publiques, tout en préservant les crédits d’équipement et de préparation opérationnelle des armées.

La Défense devrait ainsi bénéficier en 2013 de 30,1 milliards de crédits budgétaires, et de recettes exceptionnelles provenant de cessions immobilières et de fréquences radio pour un montant attendu de près de 1,3 milliard d’euros .Les crédits d’équipement s’élèveront à 16 milliards d’euros, pour financer notamment les programmes lancés dans le cadre de la Loi de programmation militaire de 2008. Comme annoncé par le président François Hollande, le budget sanctuarise les crédits de la force de dissuasion nucléaire dans ses deux composantes, sous-marine et aéroportée, à hauteur d’environ 3 milliards d’euros.

Donc, à peine 6 jours avant sa conférence de presse, le budget de la défense est déjà mis au chaud, ce qui signifie qu’il n’y aura surtout pas à trouver de coupes et de tailles dans les dépenses de ce coté -ci.

Productives les dépenses pour la Défense ?

A quoi à servi la dissuasion depuis 50 ans ? L ‘Allemagne tant prise en exemple a-t-elle, sans armée digne de ce nom, connu une guerre ? Ou serait-elle passé inaperçue ? Est-on en droit de se poser la question de la pertinence de telles dépenses à l’heure des grands défis budgétaires qui paralysent des pans entiers de l’économie ? A quoi servent les sous-marins nucléaires, les Mirage qui se crachent de temps en temps mais si régulièrement qu’on se demande si les accidents ne participent pas d’un renouvellement programmé à coups de milliards d’euros ? Les Safran, les Matra, les Dassault, seraient-ils à ce point en mal de commandes ?

A quoi servent ces bidasses qui jouent à se faire peur depuis deux générations, (Depuis la guerre d’Algérie en réalité)  dans les camps d’entrainement et les salles de musculation ? Ces crétins de généraux qui n’ont jamais vu de champs de batailles ailleurs que dans leurs manuels du parfait soldat ? Ces gradés qui se retrouvent à la retraite anticipée alors que le reste de la population voient leurs années de cotisations augmenter ? Ces handicapés du treillis qui alors que retraités reprennent du service ensuite en piquant en plus la place des couillons de service. Ces camouflés du fusil mitrailleur qui tirent profit des grands équilibres de la paix dans le monde.

30 milliards d’euros, ce serait de meilleurs hôpitaux, le financement de la dépendance pour les millions de famille qui auront à se tartiner une Alzheimer, une Parkinson ou tout autre explosion de pathologies dépendant du vieillissement de la population. Ce serait une meilleure école pour permettre à 100% des élèves du primaire d’accéder à la sixième en sachant lire écrire et compter.  

Mais non ne rêvons pas, Hollande a déjà rassuré les uniformes sur la permanence des budgets consacrés à la mort et à la destruction. Les coupes se feront ailleurs, dans la santé, l’éducation, parcequ’il faut bien taper sur les ambulances et les tableaux noirs pour habiller ces trouduc.

 

Publié dans ECONOMIE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement