Mme Christiane Taubira, Garde des Sceaux: LIBÉREZ PIERRE-EMMANUEL NEUROHR !

Posté par provola le 27 octobre 2012

Mme Christiane Taubira, Garde des Sceaux: LIBÉREZ PIERRE-EMMANUEL NEUROHR !

 

 

            L’écologiste Pierre-Emmanuel Neurohr est le premier détenu climatique de France. Il a été mis en examen le 7 septembre 2012 et incarcéré à la prison de la Santé pour avoir tenté d’empêcher un avion de décoller de Roissy le 5 septembre. Son action symbolique était non violente. Il s’est simplement placé sur la piste, devant l’avion, avant d’être rapidement arrêté. C’est la cinquième fois en trois mois que Pierre-Emmanuel Neurohr proteste ainsi, « à mains nues », toujours pacifiquement, contre l’usage de ces machines responsables d’émissions massives de CO2 qui contribuent à détruire irrémédiablement le climat de la planète. Son procès a eu leu le 18 septembre dernier, il risque désormais une condamnation à cinq ans de prison ferme. Pierre-Emmanuel Neurohr, homme de conviction, fondateur du Parti de La Résistance, est un prisonnier politique, son procès sera d’abord celui de l’hypocrisie d’une société prodigue en discours vertueux mais dont la cécité et la passivité face au réchauffement climatique peuvent s’avérer criminelles pour les générations futures. Si la rhétorique utilisée par Pierre-Emmanuel Neurohr, dont l’usage du terme de « génocide », n’est pas partagée par tous les signataires, nous savons cependant que les faits sur lesquels il s’appuie pour justifier son action, sont, eux, indiscutables. L’avion est effectivement le mode de transport dont l’impact sur le climat est le plus destructeur dans le court terme. Pierre-Emmanuel Neurohr n’est pas un délinquant, encore moins un criminel, c’est un militant non violent, c’est pourquoi les arguments avancés par le Parquet pour justifier son incarcération, notamment le « risque encouru par les usagers » en cas de nouvelle intrusion, sont dépourvus de fondements, nous exigeons donc sa libération immédiate !

(Photo de Martin Leers)

 

Voir l’action de Pierre Emmanuel Neurohr :http://www.youtube.com/watch?v=eyVZbraoUDk

 

Copie de la lettre adressée le 18 octobre 2012 par Pierre-Emmanuel Neurohr à Madame Taubira, Garde des Sceaux

Madame la Ministre,

Je suis un citoyen. Je suis accusé d’aucune violence. Je ne suis accusé d’aucun vol. Pour le dire de manière un tant soit peu positive, je suis un citoyen pacifique et honnête.

J’écris ces mots depuis la cellule 104 de la prison de la Santé, à Paris, où je suis enfermé depuis un mois et demi. Dans des conditions que l’on peut, sans craindre d’exagérer, qualifier de « mauvais traitements »1.

De quoi suis-je accusé ? D’une part, d’avoir découpé un grillage de jardin, seule description qui vaille pour la « chose » qui entoure l’aéroport Charles-de-Gaulle2. Passons, par respect pour l’intelligence des lecteurs. D’autre part, de m’être positionné en face d’un avion afin de le bloquer.

Il se trouve qu’à part faire dans la pyromanie, il n’y rien de plus destructeur du climat de la terre que la machine appelée « avion ». Il se trouve que, bien évidemment, la destruction du climat de la planète aura pour conséquence un génocide, du fait des sécheresses extrêmes que la communauté scientifique prévoit pour dans à peine une quinzaine d’années, dans le monde entier3.

Il se trouve que le système climatique étant ce qu’il est, pour empêcher ce crime, il faut agir maintenant.

Jusqu’à présent, aucun procès ne m’a envoyé en prison, les juges comprenant bien qu’ils avaient en face d’eux un citoyen pacifique et honnête ? Qu’à cela ne tienne. Une juge d’instruction a décidé de faire la justice à elle seule. Une juge d’instruction me maintient en prison depuis un mois et demi, et elle vient de me refuser une nouvelle demande de mise en liberté déposée par mon avocat4.

Une juge d’instruction qui sachant que je ne suis accusé d’aucune violence, a commencé à évoquer en face de moi et de mon avocat, éberlués, les attentats du 11 septembre 2011 et le terrorisme irlandais. Face à un tel manque de discernement, on hésite entre le rire et l’effroi. Une juge d’instruction qui pense que les journalistes ayant assisté à ma dernière action non violente « sont en réalité des complices » car ils m’encourageraient à agir5.

Une juge d’instruction qui a décidé de me faire subir une expertise psychiatrique…

Une telle juge d’instruction est visiblement incapable de juger sereinement. C’est pourquoi, afin de me battre contre l’injustice que représente mon emprisonnement depuis un mois et demi, afin de recouvrer ma pleine liberté, je commence aujourd’hui une grève de la faim.

Veuillez agréer, Madame la Ministre, l’expression de mes sentiments distingués.

Pierre-Emmanuel Neurohr

1. Je suis emprisonné depuis un mois et demi, 23 h sur 24 à quatre dans 12 m2 ; depuis un mois et demi, je n’ai pas pu voir ni mon amie ni quiconque, alors que je croise en « promenade » des trafiquants de drogue qui ont obtenu leur droit de visite au bout de quinze jours., etc…
2. Il semblerait que le PDG d’Aéroport de Paris soit plus intéressé par son lourd salaire que par la sécurité du site.
3. « Droughts, a review », Aiguo Dai, National Center for Atmospheric Research
4. C’est un secret de polichinelle que la décision de la juge d’instruction détermine fondamentalement celle du juge de la liberté et des détentions.
5. Madame Herlaut, document 24.9.2012. N’étant pas à une contradiction près, elle écrit dans la phrase suivante que ce sont mes « convictions » qui me « conduisent à enfreindre les injonctions » de l’autorité judiciaire…

 

Prison avec sursis requise contre Pierre Emmanuel Neurohr pour des intrusions à Roissy

Mis à jour le 26.10.12 

Une peine de prison avec sursis et des jours amende ont été requis vendredi devant la cour d’appel de Paris contre Pierre-Emmanuel Neurohr, un militant écologiste jugé en appel pour avoir tenté à quatre reprises d’empêcher des avions de décoller à Roissy pour dénoncer la «destruction du climat».

Il avait été notamment condamné à deux reprises à trois mois de prison avec sursis en première instance, par le tribunal correctionnel de Bobigny. L’avocate générale a requis une peine de jours amende qui soit supérieure à une première peine de 90 jours amende à 12 euros dont il avait déjà écopé pour l’une de ses premières intrusions. S’il était effectivement ainsi condamné, il devrait payer la somme qui lui serait réclamée sous peine d’avoir à purger une peine de prison.

Décision le 30 novembre

Le prévenu comparaissait détenu, car il a été placé sous mandat de dépôt après sa mise en examen pour sa cinquième tentative de bloquer un avion en trois mois, le 5 septembre. Le crâne rasé et chemise turquoise, Pierre-Emmanuel Neurohr, 44 ans, a répété qu’un seul vol transatlantique représente pour un passager l’émissions de la tonne et demie de C02 annuelle qu’il conviendrait de ne pas dépasser selon les études scientifiques qu’il invoque.

«Je souhaite tranquillement écrire un livre sur ces questions», a-t-il déclaré. Ce qui a amené l’avocate générale à souligner qu’il semble vouloir revenir à un combat «avec des armes licites», «qui j’espère ne l’amènera plus devant un tribunal».

Selon son avocat, Alexandre Faro, il a commencé il y a huit jours une grève de la faim à la maison d’arrêt de la Santé où il est détenu. Il est «cassé» par la détention, a-t-il ajouté, expliquant par ailleurs que son client a renoncé à tenter de perturber la circulation des avions. La cour a mis sa décision en délibéré au 30 novembre.

 

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement