L’ÉCOLOGIE ENTERRÉE

Posté par provola le 25 juin 2012

                                  Il n’aura pas fallu attendre bien longtemps pour comprendre les véritables intentions du nouveau pouvoir quant à la prise en compte des grands enjeux environnementaux. Si l’on considère que les premiers pas du gouvernement pouvaient nous éclairer sur sa volonté réformatrice alors il y a bien de quoi être déçus voir inquiets. 

«Dans le contexte qui est celui de la France aujourd’hui, je ne crois pas que le commerce extérieur constitue un enjeu moins important que l’écologie»,a assuré Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement.

Il y a deux semaines, Nicole Bricq avait annoncé avec son homologue chargé du Redressement productif Arnaud Montebourg une «remise à plat» de tous les permis d’exploration pétroliers et gaziers accordés au large de la Guyane, en attendant une refonte de l’actuel code minier, accusé de sacrifier l’environnement sur l’autel du libéralisme.

Le gouvernement a toutefois donné son feu vert la semaine dernière à Shell pour engager ses travaux d’exploration. Cet imbroglio a suscité au sommet de l’Etat des tensions entre la ministre de l’Environnement et son Premier ministre Jean-Marc Ayrault, et de violentes critiques de la part des alliés écologistes du PS. Mme Bricq a cédé jeudi son portefeuille de l’Environnement à Delphine Batho pour prendre la tête du ministère du Commerce extérieur.

Depuis le jeu des chaises musicales remplaçant l’incompétence du Parti écolo, jusqu’au néant des idées parcourant le récent sommet de Rio sur le sauvetage manqué de la Planète, rien ne peut véritablement nous rassurer:

Une récente étude publiée la semaine dernière par le Conseil national de la recherche américain montre que  l’élévation du niveau de la mer due au réchauffement climatique pourrait se révéler deux à trois fois plus importante que prévu au cours de ce siècle,  confirmant d’autres prévisions déjà publiées en mai dernier à Oslo. L’élévation pourrait, selon ces recherches, atteindre de 8 à 23 com d’ici 2030 et de 50 à 1,40 m d’ici à 2010.

Les experts américains se sont penchés sur des estimations des Nations unies et les ont mises à jour avec de nouvelles données concernant l’état de la calotte glaciaire, dont la fonte serait responsable de l’accélération de la montée du niveau des océans.

Dans leur étude, les chercheurs prévoient une montée des eaux tout autour du globe allant de 8 à 23 cm d’ici 2030, par rapport au niveau de 2000, de 18 à 48 cm d’ici 2050, et de 50 cm à 1,40 m d’ici 2100. Cette dernière estimation est nettement plus grande que celle avancée par le Groupe d’experts des Nations unies sur l’évolution du climat (GIEC) dans leur rapport de 2007. A l’époque, le Giec avait tablé sur une hausse de 18 à 59 cm d’ici la fin du XXIe siècle.

Multiplication des tempêtes et vagues plus grandes
« Avec la montée du niveau des océans, on s’attend à une multiplication des tempêtes de puissance extrême et de plus longue durée, ainsi qu’à des vagues plus grandes, ce qui accroît le risque d’inondation, d’érosion côtière et de perte de zones marécageuses », soulignent Robert Dalrymphe, président du comité d’experts, et Willard Hackerman, professeur d’ingénierie civile à l’Université Johns Hopkins (Maryland, est), co-auteurs de cette étude.

Rien n’y fait, on aura beau continuer de tirer le signal d’alarme, nous trouverons toujours des sceptiques de circonstance pour nous expliquer que nos craintes ne sont que des fantasmes de bobos, nous croiserons à jamais ces rentiers de la gauche pâle qui prèférent se vautrer dans leurs convenances au lieu de bousculer l’ordre du désastre.

Nous aurons toujours à combattre les faux amis de la Terre qui considèrent que leur destin vaut bien plus qu’une révolution des mentalités.  

Les voilà bien ces socialistes de pacotille partisans du statu-quo libéral, ces révolutionnaires des salons de coiffure, ces bloqués du système.

L’instant de sidération passé, qui fait d’une élection une tentative de suicide collectif, nous aurons à réarmer notre glaive pour décapiter la horde futile, cette mascarade à la rose plastifiée, il nous restera à reconstruire le cercle des poëtes disparus, à recomposer la gamme des bonnes volontés.

 

 

Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

RIO +20: LA MISE À JOUR DU DÉSASTRE PROGRAMMÉ

Posté par provola le 20 juin 2012

Futurism-Got-Corn-graph-631-thumb.jpg

                      Il y a quelques semaines, le Club de Rome célébrait le quarantième anniversaire de son célèbre rapport (surnommé «Halte à la croissance?»), dit aussi Rapport Meadows, du nom de son principal rédacteur. Ce rapport avait été présenté au public le 1er mars 1972, à partir d’une commande faite par le même Club de Rome (créé en 1968) au Massachusetts Institute of Technology (MIT) en 1970.

Cette célébration a donné lieu à un symposium le 1er mars 2012, dont les conclusions sont présentées sur le site du Club de Rome. Dans le même temps, un des organisme en charge du rapport, le Smithsonian Institution, rend public une version actualisée pour 2012 du rapport de 1972. Il s’agit, en fait d’un second rapport, utilisant la même méthodologie que le premier, avec les mêmes acteurs, le Club de Rome commanditaire et le MIT exécutant. Les instruments d’analyse ont cependant été modernisés, pour tenir compte des importants progrès accomplis dans les méthodes d’observation et de prévision.

Le point essentiel, que tous les gouvernements, que toutes les entreprises, tout les média auraient du noter, est que le rapport de 2012 confirme celui de 1972. Celui-ci donnait soixante ans au système économique mondial pour s’effondrer, confronté à la diminution des ressources et à la dégradation de l’environnement.  La situation est confirmée par la formule du Smithsonian Magazine, «The world is on track for disaster…», autrement dit, “tout se déroule comme prévu pour que survienne le désastre”.

Insistons sur le fait que ce n’est pas seulement le réchauffement global qui est incriminé par les rapporteurs, mais plus généralement l’épuisement des ressources et, au-delà, d’une façon plus générale, le saccage catastrophique de l’environnement sous toutes ses formes, autrement dit “la destruction du monde”. Pour l’empêcher, il ne faudrait pas seulement réduire notre production de gaz à effets de serre, mais s’imposer une décroissance radicale, à commencer par celle qui devrait être mise en oeuvre dans les pays riches, qui sont les plus consommateurs et les plus destructeurs.

Vains espoirs. Il suffit de voir comment, lors des élections françaises de cette année, la question a été évacuée des enjeux politiques 1). Dans le même temps, on envisage sérieusement de relancer la recherche des gaz de schistes et d’entreprendre des forages profonds en Méditerranée…Petit exemple, car des mesures autrement plus dangereuses se préparent en Arctique et ailleurs.

(Source Médiapart)

Ne nous faisons aucune illusion, Rio +20 n’est que la dernière occasion perdue pour inverser notre course folle…avant la prochaine.

Publié dans CLUB DE ROME | Pas de Commentaire »

LA MÉTÉORITE SYRIZA

Posté par provola le 16 juin 2012

                             LA MÉTÉORITE SYRIZA dans GRECE meteorite

                                         Suspendu, le Monde entier est suspendu au grand choc, à l’arrivée de la météorite Syriza qui devrait s’abattre sur Terre dimanche vers 19 h . Le point d’impact avec notre belle bleue est prévu en plein centre d’Athènes, le berceau de notre civilisation, comme un pied de nez à nos certitudes de gentils comptables.

L’Europe des petits arrangements entre banquiers et exilés fiscaux est paralysées à l’idée d’avoir désormais à affronter la pire des épidémies qui soit pour un système de confiscation libéral, la fronde populaire. Car le peuple, cette variable d’ajustement si docile d’une démocratie, parfois s’arroge le droit de pourfendre le cours des choses. C’est bien ce qui va se passer dimanche, dans ce pays si petit par la taille mais qui pourrait devenir déterminant pour l’avenir de notre continent et pourquoi pas de notre planète tout entière.

Car au delà de nos dérisoires barrières européennes, les États-Unis aussi regardent du coté d’Athènes, Obama se demande si le crissement du marché unique européen ne va pas lui gâcher la fête de sa propre réélection, par delà, la Chine voit dans cet embourbement du vieux continent un ralentissement de sa croissance et le ciel de son développement se charger de gros nuages gris.

On le voit les répercutions d’une victoire du Parti de gauche radicale Syriza ressembleraient fort bien à la catastrophe annoncée  du film Armageddon, suite à la chute de la météorite divine.

Ainsi la puce hellénique pourrait-t-elle refiler la peste bubonique à la planète libérale, par contagion tout d’abord à ses voisins tant décriés du club méditerranée (Espagne, Italie Portugal) puis par transmission bancaire à l’ensemble de l’Europe du nord, ce qui finirait de ruiner les espoirs de reprise mondiale.

Hollande, le petit nouveau soi-disant de gauche y est même allé sans respect aucun pour la souveraineté grecque, de sa verve libérale, tenter de ramener les brebis grecques du bon coté de l’enclos, comme si un chef d’Etat étranger pouvait se permettre de dicter la bonne conduite à des électeurs jugés incapables de mesurer les conséquences de leur refus d’une misère importée.

Mais de quoi donc les grands argentiers mondiaux ont-il peur ? Pourquoi donc considérer qu’un vote démocratique pourrait remettre en cause tout l’édifice instable des institutions continentales ?

Ce que bouleverserait le vote pour une vraie gauche ce dimanche en Grèce, ce n’est pas tant le devoir de tout un peuple de se plier à des règles de bonne gestion mais plutôt l’injustice criante régissant la manière de gouverner des anciens partis de gouvernement.

Les Grecs comme les autres peuples européens veulent bien payer leurs impôts mais à l a seule condition que les principaux évadés fiscaux tels que les armateurs et l’église orthodoxe elle-même soient soumis à l a purge fiscale. Alors, mais à cette unique condition, les autorités pourront faire accepter des mesures de rigueur.

L’économie ne saurait échapper à l’essentielle loi de la justice sociale, il ne peut être imposé quoi que ce soit aux peuples libres qui ne soit pas fondé sur un strict respect de l’égalité.

Egalité des droits et surtout des devoirs, qui ne saurait admettre que certains, les plus fortunés, spolient le bien commun en se volatilisant au moment de contribuer à hauteur de leurs possibilités.

Les démocrates de mes deux qui flippent à l’idée de subir la déflagration Syriza n’ont pas compris que cette redistribution des cartes politiques est la seule qui puisse impulser un vent nouveau à la marche d’une Europe transie et paralysée par les lunes visant à généraliser l’austérité.

Rien ne sera imposé aux peuples qui ne soit soumis au régime de la confiance qui veut dire espoir de lendemains meilleurs et de la justice qui veut dire que tout le monde doit contribuer selon ses possibilités; oublier ce cadre politique fondamental est un non-sens économique et c’est nous plonger encore pour un bon bout de temps dans un marasme idéologique sans lendemain.

Voilà le message de Syriza, ce n’est pas là le moindre de ses mérites.

 

Publié dans GRECE | Pas de Commentaire »

LA POLITIQUE SOCIALISTE

Posté par provola le 13 juin 2012

LA POLITIQUE SOCIALISTE dans CHERCHEZ L'ERREUR cop_poules

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

LA FIN DU MONDE ANNONCEE A RIO (les réactions)

Posté par provola le 11 juin 2012

Article accepté à la publication sur Agoravox

Par ottomatic  9 juin 16:11

On vous emmerde à cause de votre vilaine voiture qui balance du CO2 tout en évitant de parler du moyen de transport le plus polluant de la terre : l’avion…
On vous emmerde avec votre eau qui coule pendant que vous vous lavez les dents, mais les industriels qui passent leur à contourner des règlements laxistes en balançant des tonnes de déchets toxiques dans les rivières…
Le résultat c’est qu’on va encore pointer du doigt le consommateur lambda qui devra payer de nouvelle taxe sans que les responsables de cette gabegie n’en pâtissent…
Un exemple simple, sans l’obsolescence programmé de la grande majorité des produits de grande consommation, nous n’en serions pas là. Il suffit d’un simple texte de loi : la garantie des produits de grande consommation d’une durée minimum de 10 ans… vous verrez que l’électroménager ne tomberas plus en panne au bouts de 2 ans… un bien pour la terre et pour notre porte monnaie… mais c’est trop simple et tellement contraignant pour les très trés riches…
 
Par Alinea 9 juin 18:21

Vous oubliez l’alibi massue, incontournable, qui cloue le bec à tout le monde : les emplois ! Il faut bien occuper les humains à n’importe quoi pour qu’ils survivent ( et là, oui, pour que d’autres s’engraissent)…
Là, on répond : réparer, recycler, aussi fait des emplois ; et puis on a besoin de moins de fric si on achète pas toutes ces merdes, si on ne va pas passer un week-end à Malte pour lire un polard sur la plage et bouffer dans le même hôtel que celui qui est à côté de chez vous.
Est-ce que c’est trop grave pour que les gens réalisent ? Parce que déboulonner les profiteurs pollueurs, c’est possible…
L’indien se demande ce que l’homme blanc fera de son or quand il n’y aura plus rien à bouffer sur la terre parce qu’il aura tout détruit , mais il est convaincu que la terre s’en fout, elle survivra de toutes façons. Mais sans nous, et ça, c’est triste non ?

Par Croa  9 juin 17:23 Croa LA FIN DU MONDE ANNONCEE A RIO (les réactions) dans DEVELOPPEMENT DURABLE donateur-d876a

« tout en évitant de parler du moyen de transport le plus polluant de la terre : l’avion… »

et en évitant de dire que tout ce qu’on nous vend vient généralement de loin (cela concerne même ce qui se mange !)

C’est vrai que les bagnoles balancent du CO2. Pour autant aucune raison de culpabiliser tant qu’on abuse pas de l’objet, au moins tant que de véritables mesures ne seront pas prises dans les domaines pré-cités ! 

Par AN220  9 juin 14:52 AN220

Parait qu’ils discutent sur le prix de la fin du monde…(Sont cons ces cons

Par perlseb (xxx.xxx.xxx.114) 9 juin 21:13

l’avion est comparativement a la voiture moins polluant par kilomètre parcouru par voyageur

Oui, sauf qu’on ne prend jamais l’avion pour faire 30 km. L’avion autorise même, vu sa rapidité, à faire des week-end au Maroc ou je ne sais où. L’avion est le moyen de transport le plus destructeur et le plus irrespectuex de l’environnement (quelques centaines de personnes le prennent et des millions profitent du bruit sur le passage, sans parler de la pollution). A cause des avions, il n’y a absolument aucun endroit tranquille en France, et cela, même si vous ne le prenez jamais. C’était au départ le rêve de l’homme, c’est maintenant une grave atteinte à la tranquillité.

Pour le reste, il est inutile d’espérer combattre l’obsolescence programmée avec le capitalisme. Les non-rentiers dans ce système ont besoin d’un travail pour vivre, ce qui est souvent destructeur. Des lois environnementales sur un système fondamentalement anti-écologique n’auront jamais aucun effet. On ne peut donc pas parler d’écologie avec ce système … sauf pour augmenter son chiffre d’affaire (produits plus chers parce que dits écolos) !

Il faudrait penser un système où tout est garanti à vie (secteur secondaire) et où l’industrialisation du secteur primaire serait interdite car dangereuse (pour l’environnement et la santé). Mais pour beaucoup, c’est rétrograde. Le progrès, c’est la nourriture synthétique, 100 milliards d’humains et surtout, consommer de plus en plus pour montrer qu’on vaut mieux que les autres

Par ecophilopat 11 juin 15:03

La biodiversité a chuté de 12% au niveau mondial et de 30% dans les tropiques.

http://www.bioaddict.fr/article/protection-de-l-environnement-et-developpement-durable-quelles-evolutions-depuis-20-ans-a2336p1.html

« De façon plus significative, le taux d’extinction d’espèces à l’heure actuelle est estimé entre 100 et 1 000 fois plus élevé que le taux moyen d’extinction qu’a connu jusqu’ici l’histoire de l’évolution de la vie sur Terre et est estimée à 10 à 100 fois plus rapide que n’importe quelle extinction de masse précédente. Pour Johan Rockström et ses collègues. La limite acceptable pour la planète serait d’environ dix extinctions par millions d’espèces et par an soit dix à cent fois le taux considéré comme naturel. Or le taux d’extinction était au début des années 2000 estimé supérieur à cent par million d’espèces et par an, soit plus de 10 fois supérieur au taux acceptable proposé par Rockström »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Extinction_des_esp%C3%A8ces

Publié dans DEVELOPPEMENT DURABLE | Pas de Commentaire »

LA FIN DU MONDE ANNONCÉE A RIO

Posté par provola le 7 juin 2012

                            

                              Il faut bien se dire que les élections françaises furent à tous points de vue une agréable plaisanterie au regard des bouleversements que nous sommes en train de vivre au niveau mondial. Nous avons pu nous préoccuper du coup de pouce du SMIC, du voile intégral et de la dépénalisation du cannabis. Des broutilles, à peu de choses près.

 Il suffit pourtant que nous ayons à présent la possibilité de regarder au delà du bout de notre nez pour remarquer la catastrophe en cours. Dans quelques jours à Rio se tiendra la conférence des Nations Unies sur le Développement Durable et l’on pourra alors juger avec précision ce que l’humanité aurait du préserver et ce qu’elle a définitivement dilapidé depuis vingt ans, depuis qu’à Rio 1992, de bonnes volontés avaient cru bouleverser les mécanismes de la mondialisation.

(La Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement, plus connue sous le nom de Sommet de la Terre de Rio de Janeiro ou Sommet de Rio, s’est tenue à Rio en 1992, réunissant 110 chefs d’Etats et de gouvernements et 178 pays. Maurice Strong en était le secrétaire général. Environ 2 400 représentants d’organisations non gouvernementales (ONG) étant présents, tandis que plus de 17 000 personnes assistaient au Forum des ONG qui se tenait parallèlement au Sommet. Cette conférence, dans le prolongement de la conférence internationale sur l’environnement humain (le premier Sommet de la Terre s’étant déroulé en 1972 à Stockholm), a été marquée par l’adoption d’un texte fondateur de 27 principes, intitulé « Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement » qui précise la notion de développement durable :« Les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature. » (principe 1), « Pour parvenir à un développement durable, la protection de l’environnement doit faire partie intégrante du processus de développement et ne peut être considéré isolément.(principe 4) »)

Vingt ans après, les mêmes usurpateurs vont se retrouver pour faire bonne figure, de bonnes photos souvenirs body-buildées, pour tacher de placer des rustines sur les cataclysmes en marche, ces spécialistes du camouflage vont tenter de  masquer l’illusion du développement à tout crin appelé pour ne pas effrayer les âmes sensibles « développement durable », doux euphémisme pour expliquer l’extermination programmée du cycle de la vie. 

Avant cette nouvelle curée des bien-pensants, vaste fumisterie médiatique orchestrée par la propagande libérale, qui s’annonce encore une fois comme la prochaine des occasions manquées, voici quelques éléments de réflexion pour comprendre les mensonges auxquels nous ne manquerons pas d’être exposés.

Voici ce qui a changé en vingt ans, depuis Rio 1992, c’est à dire ce qui peut permettre de mesurer la distance séparant ce qui avait été promis alors et ce qui a réellement eu lieu. Sur fond du jugement dernier, de la Bible des admonestations, la loupe des travers de l’humanité, le rapport Meadows, appelé chez nous « Halte à la croissance »? datant de 1972:  

En vingt ans:

La population mondiale a augmenté de 26%, 12 % de la biodiversité totale a disparu, les émissions de CO2 ont augmenté de 36%, 300 millions d’hectares de forêts ont disparu, il existe 21 méga-villes tentaculaires, la température globale a augmenté de 0,4°C, la production de plastique a augmenté de 130%, l’acidité des océans a fortement accéléré menaçant la vie marine qui est la source de toute vie terrestre.

N’en jetez plus, la coupe est pleine, les mécanismes d’auto-dégradation seront bientôt irréversibles; on va bien se marrer à Rio, d’un rire amer, une ultime grimace avant le grand saut dans l’inconnu. 

 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

LES BRANLEURS DU PS (les réactions)

Posté par provola le 5 juin 2012

Article accepté à la publication sur AGORAVOX

Par arnulf (xxx.xxx.xxx.70) 4 juin 10:41 arnulf

C’est pas bien d’être grossier. Cela dit :
C’est vrai que le PS n’a visiblement pas le souci de faire réellement changer les choses. Dans quelques mois je crois que nombre de personnes aux revenus modestes seront déçus et que s’ouvrira un nouveau round.
A ergoter et à ne pas vouloir heurter les puissants le PS montre en effet que les félicitations de F. H. à Zapatero et Papandréou n’était pas du vent. Le PS donne finalement raison à JL Mélenchon.

Par Calmos (xxx.xxx.xxx.197) 4 juin 10:45 Calmos LES BRANLEURS DU PS (les réactions) dans POLITIQUE donateur-d876a

Excellent article

Surtout une mention spéciale pour le titre

Lire Morice dénigrer celui qui , il y a une semaine encore, il encensait encore, est assez rigolo

Sacré Morice…..lui le  » Visionnaire » , savait que la bande de chiffes molles , à qui il a contribuer de réussir à parvenir au pouvoir : se vautre au moindre raoût du CRIF

Morice qui en perd les pédales…..reproche en même temps à Hollande de soutenir Israél et d’être anti-sémite façon Le Pen 

Pour l’éducation de Morice : les juifs (qu’il adore) sont aussi sémites que ses pôtes palestiniens

Je rappelle que Morice n’est pas musulman ; il l’a dit et re-dit : donc c’est vrai

Par Olivier Perriet (xxx.xxx.xxx.51) 4 juin 10:08 Olivier Perriet

Je comprends pas cet article :
Hollande n’a bluffé personne, il n’a pas menti sur ses intentions non ?
Vous avez découvert fil à couper le beurre smiley ?

Par Henri Francillon (xxx.xxx.xxx.221) 4 juin 15:12 Henri Francillon

L’auteur, comme l’écrasante majorité des électeurs de Hollande, n’a probablement ni pris la peine de se renseigner sur les intentions du PS ni, surtout, sur la manière désastreuse dont le nouveau Président a géré la Corrèze, le principal but étant l’inénarrable « No pasaran ! » face à la droite, toute critique envers le Politburo socialiste étant, pendant la campagne, immédiatement taxée de fascisme et de « faire le jeu du FN ».
S’il est heureux que devant la réalité des yeux s’entr’ouvrent, il est malheureusement clair qu’ils resteront mi-clos concernant l’UMPS et ses soutiens écolos, modem et fdg, puisque le terme UMPS, comme le racisme anti-Blancs d’ailleurs, sont des « inventions du FN » et que la politique ne consiste pas pour ces gens à discuter de comment régler les problèmes, mais bien de voter à gauche pour empêcher la droite, ou selon leurs termes de « faire barrage au fascisme ».
Car la tactique du « diviser pour mieux régner » est si bien jouée par le pouvoir que le peuple se complait dans l’invective entre factions bien plus que dans le débat démocratique et constructif.
La grossièreté insultante du titre de cet article le démontre ainsi parfaitement : au lieu de s’en prendre à lui-même de s’être laissé berner par le miroir aux alouettes du « changement maintenant », l’auteur s’en prend violemment à ceux qu’il a élus alors qu’ils font exactement ce à quoi tout observateur lucide s’attendait.
  »Les branleurs » ce ne sont pas les gens du PS, mais bien ceux qui les ont élus pour « lutter contre le fascisme ».
Et accessoirement faire avancer la cause écologique.

Par TOUSENSEMBLE retraité FRONT DE GAUCHE sante social (xxx.xxx.xxx.65) 4 juin 17:57 TOUSENSEMBLE retraité FRONT DE GAUCHE sante social

comme disait sarko…le seul homme capable de diriger l « ump… (mal…) C ETAIT LUI…LA PETITE FRAPPE.. et . les branleuses comme

dati…nkm…morano et les branleurs comme lefervre…son teckel de garde…et la « chatte » montchamp vont s »étaler aux législatinves «  mariani incapable d’etre réélu dans le vaucluse se présente en CHINE 44 voyages pâyés par nos impots …le fera t ’on rembourser…POUR Y FAIRE SA PUB NATIONALISTE

je crois vu la qualité des ministres d’hollande et leurs casiers judiciaires… qu’ils sont beaucoup plus capables que vos branleuses et branleurs ou escrocs de L UMP/FN DROITE POPULAIRE

N EN DEPLAISE A MR LE REDACTEUR-BRANLEUR

Par Danièle Dugelay (xxx.xxx.xxx.48) 5 juin 00:02 Danièle Dugelay

Hollande se prétend socialiste, non ? Il a quand même promis de renégocier les traités européens, non ? Il a bien déclaré qu’il n’accepterait pas de soumettre la France à la finance, non ?

Alors, pourquoi ses camarades parlementaires européens ont-ils voté l’accord pour la règle d’or et les textes accessoires, alors qu’il était déjà élu ? Pourquoi n’a-t-il pas été capable de dire « Nein » à la Chancelière et accepter de repousser à la saint-glinglin l’exigence de la relance économique ? On attendait d’un Président socialiste plus qu’un coup de pouce pour le SMIC qui ne permet pas de vivre décemment, mais pour cela il fallait avoir le courage de partager autrement la production obtenue par les efforts des travailleurs.

Pourquoi ne nous a-t-il pas prévenu avant les élections qu’il était atlantiste et membre de la Fondation France-Amérique avec le grade de Young Leader depuis les années 90 ? C’est pourtant ce qui explique qu’il ait accepté l’installation du bouclier anti-missiles en Europe, à la demande d’Obama. Là, il a sacrifié notre souveraineté et notre indépendance militaire, ainsi que notre système de défense fondé sur la dissuasion. Et les USA imposent de fournir le matériel. 
Nous voici sous protectorat allemand pour la politique et l’économie et sous protectorat des USA pour la défense. Et si les USA devenaient un jour nos ennemis ? A force d’en chercher partout…

Quant à la dette, c’est une arnaque que nous subissons depuis 1973. Là, vous avez raison, il ne promet rien sinon d’accepter de continuer à nous laisser détrousser par les banques. Sociaux-traitres, ça existe toujours. J’espère qu’un groupe important Front de Gauche va remettre de l’ordre, nous en avons besoin.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LES BRANLEURS DU PS

Posté par provola le 2 juin 2012

                    

                      Attentif, vigilant, depuis que notre capitaine de pédalo s’est installé à l’Elysée, je reste à l’affut. Le moins que puisse faire un pouvoir de gauche qui se respecte eut été de harceler l’amour propre des légions de nantis. Or à quoi assiste-t-on en cette veille de législatives ?

En un coup de pouce au SMIC, à la sucette de l’allocation de la prochaine rentrée scolaire, à la tentative de réduction des salaires des grands patrons des entreprises à capitaux publics. Tout ceci ne fait pas une révolution, à coup sûr .

La stratégie socialiste en réalité est d’amadouer l’électorat de droite, malheureusement, il semble bien qu’il ne faille pas le pousser trop fort pour qu’il nous révèle son véritable visage pas si différent de celui des anciens locataires du pouvoir. Le mot d’ordre pour le nouveau pouvoir est de ne pas déplaire, de la jouer modeste, normal dit-on.  

Car ce qu’on appelle bien pompeusement la gauche est en réalité un ersatz de droite à peine assaisonné à la sauce égalitaire.

Le plus éprouvant dans cette unanimisme d’opinion est de subir la lente retombée de l’effet stimulant des présidentielles, qui pourrait bien s’être totalement évanoui dans le néant de l’immobilisme. 

Les légions de bobos, les factions des classes dites moyennes qui ont permis l’élection du Maire de Tulle se satisfont du statuquo social-démocrate, car le gouvernement n’agira qu’ à la marge, limant les privilèges les plus flagrants, les niches fiscales les plus injustes sans bouleverser l’ordre des privilèges sociaux qui leur va si bien.

D’accord pour les coups de pouce sociaux mais qu’en est-il de la suppression des allocations familiales pour les plus aisés qui n’en n’ont pas besoin ?

Disons-le tout de go, ce pouvoir ne changera rien de ce qui participe de la dégradation de l’environnement, de ce qui est responsable ou qui influe sur les inégalités. Nos nouveaux dirigeants sont issus des mêmes classes, des mêmes écoles, des mêmes cercles que leurs prédécesseurs. Ils sont les mêmes principes, ils prêchent les mêmes règles économiques, ils sont victimes des mêmes jugements et préjugés. 

Hollande veut combattre la précarité sans s’attaquer à la fuite des capitaux, il veut résoudre la crise écologique en retrouvant la croissance, il veut relancer l’emploi sans réduire le grand commerce, augmenter le Smic sans s’attaquer au problème de la répartition des bénéfices dans les entreprises. Doit-on rappeler l’incantation sarkozyenne des trois tiers ? Il veut aider les PME sans sans taxer les grandes entreprises.

Sur chaque sujet, les intentions sont là sans qu’on décide de vraiment se donner les moyens d’une politique sociale.

Adepte de la mondialisation et du libre-échange, comment pourrait-il envisager de bloquer la dérégulation généralisée du marché du travail ?

Hollande veut-il réellement permettre à l’Etat de retrouver des marges de manœuvres ce qui imposerait de renationaliser les autoroutes, bradées en son temps par Villepin ?

Hollande veut redonner à l’éducation nationale les moyens de ses lustres, ok une telle stratégie pourrait produire ses premiers effets dans cinq ans, mais alors, quid de l’armée des exclus du recrutement représentant aujourd’hui 25% des moins de 25 ans ?

Hollande veut retirer les troupes d’ Afghanistan, mais qu’en est-il de la création d’une armée européenne, de la mutualisation à ‘échelle continentale des moyens militaires ce qui nous permettrait de réduire drastiquement les dépenses de défense ?

Qu’en est-il de la dépendance ? Qui réclame des fonds immenses pour venir en aide à une population vieillissante. 

Hollande veut de la croissance ? Cette croissance qui comme les arbres ne monte pas jusqu’au ciel, cette chimère qui mène tout droit la planète vers une mort lente.

Le maître mot est la répartition des richesses mondiales, or la politique socialiste se bornera en ce sens à une prédication tronquée, à des actions à la marge, censée amortir la chute sans chercher à l’éviter.

Spoliation des multinationales, éclatement des monopoles de fait, harmonisation des fiscalités, traque de l’évasion fiscale, fermeture des frontières avec tous les paradis fiscaux, régulation du capitalisme financier, taxation de la spéculation, baisse des dépenses militaires, mutualisation des dettes, priorité donnée aux énergies renouvelables, au petit commerce, à la santé gratuite pour tous, à la production locale qui implique un retournement complet du paysage économique, voilà le chemin à suivre cette route de crête tortueuse et risquée qui est pourtant la seule voie possible pour nous sortir du guêpier libéral.

Comment ces socialistes fidèles au nucléaire, maniérés, bien éduqués et élevés au biberon Nestlé dune croissance illusoire peuvent-ils nous lancer vers ce nouveau paradigme salvateur ? Là est toute l’équation à plusieurs inconnues, et à l’issue fatale.

 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement