LA MORT DANS L’AIR

Posté par provola le 1 avril 2012

   LA MORT DANS L'AIR  dans POLLUTION 090323173839  

                                 Ne respirez plus, c’est le meilleur conseil qu’on puisse vous donner. Un dépassement du seuil d’information à la pollution aux particules fines est prévu lundi en Ile-de-France, a annoncé Airparif dimanche dans un communiqué. Le niveau d’information est activé quand la concentration de 50 microgrammes par m3 d’air est dépassée pendant 24 heures consécutives. Airparif prévoit un dépassement de ce niveau lundi en Ile-de-France, pour « au moins 24 heures ». Une « dégradation » de la situation est prévue pour mardi.

Il existe deux sources principales de particules de combustion, les émissions issues du chauffage (combustion du bois), et dans une moindre mesure du charbon et du fiuol) et les émissions issues des moteurs diesel des voitures. 40 à 70 % des émissions de particules fines proviennent du secteur des transports en ville (diesel). La combustion de biomasse et les moteurs Diesel sont des émetteurs importants de particules très fines PM10 et fines PM25. La combustion de biomasse et le transport routier notamment génèrent des hydrocarbures aromatiques, véhiculés par les particules solides jusqu’au plus profond du système respiratoire, présentent des risques sanitaires importants

Dans l’Europe des vingt-cinq, ce sont environ 348 000 morts prématurées par an qui sont attribuées à cette pollution

A Paris, on comptabilisait déjà le 19 mars une vingtaine de jours de dépassement de la concentration autorisée en PM10, des particules en suspension de la taille d’une cellule qui se glissent dans l’appareil respiratoire. La faute notamment « à une situation anticyclonique avec des vents faibles qui ont entraîné une stagnation des particules sur l’Ile-de-France », décrypte Arthur de Pas, ingénieur en communication à AirParif.

Et l’Ile-de-France n’est pas la seule concernée. Depuis l’entrée en vigueur de la législation européenne en 2005, les valeurs limites ont été dépassées dans 16 zones : Marseille, Toulon, Avignon, Paris, Valenciennes, Dunkerque, Lille, le territoire du Nord-Pas de Calais, Grenoble, Montbéliard/Belfort, Lyon, le reste de la région Rhône Alpes, zone côtière des Alpes Maritimes, Bordeaux, la Réunion, Strasbourg.

Aussi, la Commission européenne a tiré le signal d’alarme. En mai 2011, elle a assigné la France devant la Cour de justice . Motif ? Hormis Strasbourg, rien n’a été fait pour atteindre les objectifs fixés. « La sanction de la Cour de justice ne devrait pas tarder à tomber », croit savoir l’association Respire qui précise que « les pénalités financières devraient être calculées sur la base d’une amende forfaitaire (10,9 millions d’euros pour la France, plus un montant journalier multiplié par le nombre de jours de persistance de l’infraction) et d’une astreinte journalière (entre 10 000 et 100 000 euros par jour, calculée par jour de retard, en prenant en compte un coefficient de gravité et de durée, et par un facteur fixe par pays) ».

L’Agence régionale de santé (ARS) rappelle qu’à ce stade « certaines personnes peuvent présenter une sensibilité particulière aux polluants atmosphériques » : enfants, personnes âgées, asthmatiques, insuffisants. 

Les seuils d’information et d’alerte ont été abaissés l’an dernier : le seuil d’information est passé de 80 à 50 microgrammes/m3 (sur avis de l’Organisation mondiale de la santé) et le seuil d’alerte de 125 à 80 microgrammes/m3 (sur avis du Conseil supérieur d’hygiène publique de France.)

Le temps de lire cet article, vous avez respiré assez de particules pour développer un cancer du poumon et deux bronchites.

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement