COMMENÇONS PAR LE DEBUT.

Posté par provola le 17 avril 2012

                                    

                       Dans ce cataclysme programmé qu’est le réchauffement climatique en cours, les élections françaises sont évidemment une source de tranquillité alimentant une mer déchainée. La mondialisation produit du CO2, du méthane, des HFC, des pesticides, de la merde en bouteille et tout cela produit de la croissance qui aux dires de certains serait bonne pour l’économie. 

Dans ce contexte déprimant, les solutions mélanchoniennes me paraissent aller dans la bonne direction en ce sens qu’une approche collective vaudra toujours mieux que le chacun pour soi prôné par l’approche libérale et débridée. La transformation sociétale doit passer par la globalisation des préoccupations environnementales et sociales mais aussi par la régionalisation de la production, par la suppression des frontières mais aussi la protection des particularismes.

Se préoccuper du bien commun vaut mieux que de s’occuper du nombril de tous. D’où ma conviction qu’il ne peut exister de solution universelle sans rompre avant tout avec l’économie de marché, malade du toujours plus.

Je n’invente là rien de bien nouveau, je traduis simplement l’opinion des rédacteurs d’« halte à la croissance » ce manifeste anti-croissance ayant très lucidement cerné voilà 40 ans la logique destructrice du capitalisme mondialisé.

Serait-ce alors un chèque en blanc accordé à notre notre nouveau purificateur ? Bien sur  que non, son évocation de la planification écologique ne vaut que l’espace d’une élection et sera jetée aux orties à peine les affiches seront-elles détrempées par la dépression d’après scrutin. Planification écologique est un slogan fourre-tout censé traduire une crainte diffuse dans l’opinion et rameuter les brebis égarées du vote écolo. Car derrière ce titre ronflant, il n’y a pas grand chose ou plutôt si, la poursuite d’un consumérisme de bas étage.

Alors pourquoi LA Mélanche me direz vous ?

Parceque l’invasion des thèses néo-libérales des trente dernières années n’a fait qu’empirer la dangerosité du champ de mine que représente désormais notre planète à l’agonie, parce qu’il ne faut rien attendre des partisans de la concurrence généralisée à l’échelle de la planète. Parce que les riches sont les premiers dont il faut modifier les comportements et réduire le rayon d’action.

Comment expliquer aujourd’hui aux pauvres qu’il faut dorénavant se serrer la ceinture ? Alors qu’une minorité se gave impunément aux frais des écosystèmes ?

Le tour de vis comportemental concerne avant tout la minorité nantie, qui gaspille tant et plus, cela doit se traduire par une taxation sur les produits de luxe, les transports, les activités polluantes, par une une chasse sans merci à l’évasion fiscale, à l’accumulation des richesses. Le partage est la base d’une pédagogie à plusieurs étages.

Cette  nouvelle intransigence pour les plus gros exploiteurs doit permettre d’abord, par redistribution, de prendre les mesures de première nécessité, à ce que tout un chacun puisse désormais vivre dignement de son travail, élever ses enfants sans l’angoisse permanente du lendemain, et les éduquer enfin dans le sens du bien commun. La préservation du monde de nos enfants ne deviendra un thème majeur que lorsque qu’une certaine forme d’égalité règnera, pas avant.

Comment expliquer le réchauffement climatique à un mort de faim, comment lui infliger une cure d’écologie alors qu’il traine sa vie au dessous du seuil de pauvreté ?

C’est bien là la contradiction que je crois percevoir ici et là dans les discours parfois lénifiants et sans solutions des bons samaritains au chevet de la planète.

Sur ce à bientôt, votez en pensant à vos enfants.

Quelques jours d’éloignement nous fera le plus grand bien, nous nous reverrons dans quelques jours, si le coeur vous en dit, au bureau des pleurs.

 

Publié dans ECOLOGIE, ECONOMIE | Pas de Commentaire »

HOLLANDE EN TÊTE DES CANDIDATS DE DROITE

Posté par provola le 15 avril 2012

                     

                    Dans les sondages de dernière ligne droite, il se confirme un tassement de De Funès et un nouveau croisement des courbes au premier tour au profit du candidat socialiste. La seule chance pour la vraie gauche de passer au second tour est désormais de dépasser le candidat de l’UMP, usé par sa mandature. 

26% De Funès, 17% la Mélanche, 9% à reprendre en une semaine, pour cela il faut en piquer 5 au faux frère de gauche et 1,5% aux différents représentants de la vraie droite, Le Pen, De Funès et Bayrou, ce qui n’est pas totalement exclu à en croire la débandade de ces dernières heures. 

Il en résulterait un duel au dernier couteau entre ce que la bourgeoisie nous a fait passer pour de la gauche depuis trente ans et la résurgence d’une gauche pur  jus, repeinte à la sauce du 21ème siècle. 

Ce scénario quoiqu’ improbable ne ferait en définitive que répéter celui du premier tour 2002, une sorte de revival à l’envers.  

Hollande-La Mélanche serait donc le second tour idéal comme un grand prix de F1 enfin débarrassé des faux-semblants, de l’ennui des courses sans dépassements. 

Hollande-De Funès au contraire ne serait en réalité pas un débat mais une passation de pouvoir entre deux interprétations d’une même logique mondialiste et financiarisée. Ces deux sbires du Dieu Marché adeptes du tour de vis social censé contribuer aux grands équilibres budgétaires s’accordent en définitive sur une logique capitalistique, destructrice du lien social et dévoreuse d’environnement.   

Hollande ne veut surtout pas effrayer les marchés, il se pliera au dictat du FMI et de la BCE, ses atermoiements à propos de la  règle d’or est un appel dans le vide, un coup d’épée dans l’eau, fils de Mittérand il nous rejouera le violon à fausses notes et nous réchauffera le 10 mai 1981 qui fut une nauséabonde supercherie de la République. 

Alors oui, la Mélanche ne renie rien de son passé socialiste, et l’on n’a de cesse ici ou là de lui rappeler cette tromperie. Pourtant, comment ne pas comprendre le virage idéologique engagé par le trublion de la gauche de la gauche, en ce beau jour du non au référendum sur la Constitution européenne de 2005 ? 

Comme nous avons dit au Prado, « Vamos a la playa », comme nous avons entendu sur ces rivages méditerranéens des « No passaran » de bien réjouissante mémoire, nous pouvons dire confiants en cette dernière ligne droite : « vamos a ganar ».

 

 

 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

DUPONT-AIGNAN UTILE A LA CAUSE

Posté par provola le 14 avril 2012

                                   Il arrive qu’un politique de droite sache se montrer utile à la cause, ce fut le cas hier de Nicolas Dupont-Aignan interrogé sur le plateau de l’émission le grand journal de Canal Plus. Une altercation eut lieu entre notre candidat et le duo de rentiers du journalisme Jean Michel Apathie et Michel Denisot à qui il demanda de révéler au grand public leur salaire. S’en suivit un refus catégorique des planqués et un moment d’anthologie télévisuelle comme on en redemande:

http://www.huffingtonpost.fr/2012/04/14/dupont-aignan-critique-denisot-aphatie_n_1425252.html

 

Publié dans MEDIAS | Pas de Commentaire »

LE DEBARQUEMENT A MARSEILLE: LE DIRECT

Posté par provola le 14 avril 2012

LE DEBARQUEMENT A MARSEILLE: LE DIRECT dans POLITIQUE r-JLM-huge

http://www.huffingtonpost.fr/2012/04/14/jean-luc-melenchon-live-marseille_n_1425318.html?ref=france

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

QUEL PIED !

Posté par provola le 13 avril 2012

   QUEL PIED ! dans BONNES NOUVELLES  La Mélanche à 17%… On n’osait y croire, si les sondages disent une once de vérité alors il se peut que les espoirs puissent déboucher sur une partie de la réalité.

Il en était à 5% au début de la campagne, les bonnes âmes lui jetaient des miettes, les sourires des journalistes emplissaient les salles de rédactions, les sarcasmes fusaient à propos de cette gauche disparue, endormie depuis des lustres, triturée, à la sauce tartare, passée à la moulinette néo-libérale. 

Partout l’égoïsme roi, le chacun pour soi, et tout pour les oligarchies, partout, un seul programme, standard; le pluralisme, les révoltes rangés aux oubliettes de l’histoire.

Un dictat, celui des 500 multinationales dominant l’économie de la planète et représentant à elles seules 58% du produit mondial brut. 500 firmes sans concurrence, bénéficiant d’une rente de situation, d’un monopole de fait ou d’un partage négocié des parts de marchés et imposant aux autres, par le biais de leur bras armé, le FMI, une compétition acharnée, une loi de la jungle généralisée.

Les Monsanto, les Microsoft, les Apple, les grandes banques, les Nestlé ( En suivant les trajets qu’effectuent les nourritures, Jean Ziegler fustigeant le géant suisse met au jour les déséquilibres absurdes d’un monde qui pourrait nourrir 12 milliards d’êtres humains, et dans lequel 850 millions de personnes sont sous alimentées. Dans ce système, le Brésil qui n’a pas atteint l’autosuffisance alimentaire, au lieu de développer des cultures vivrières, transforme la forét amazonienne en culture de soja qui sera utilisé à nourrir les poulets européens. Et l’Afrique reçoit à bas prix des tomates cultivées en Europe qui ruinent les agriculteurs locaux.), les Coca Cola, les géants de la distribution, les Sony, les Vodafone, les dix plus importantes compagnies pétrolières, les rois du béton, de la pharmacie, les géants de l’information, Murdoch, Disney, Bertelsmann, tous ces acteurs jouent de fait une parodie de compétition, s’arrogeant les beaux rôles et refourgant les risques aux nations et aux petits rôles.

Ces gens là, planquent leurs bénéfices dans les paradis fiscaux, spoliant de fait la population mondiale à qui on laisse croire en une illusoire démocratie qui n’est qu’une épidémie de fièvre acheteuse.

J’en étais à Mélanchon et me voilà ralochant sur cette économie du grand banditisme globalisé, cette dictature du capital mondialisé. Ce raccourcis ne constitue pourtant pas une contradiction. Car la guerre économique n’est plus du ressort d’un seul pays, aussi puissant soit-il, car la catastrophe écologique en cours ne concerne évidemment pas que l’hexagone.

La réponse ne pourra venir que d’une pulsion, d’un ras le bol, d’une volonté de s’en sortir, d’un espoir comme cet espoir longtemps enseigné aux jeunes générations par le récent disparu, le héros Aubrac. 

La réponse tient en cette minuscule fissure qui peut à tout moment décider du sort des plus puissantes murailles.    

Dans ce schéma où la France n’est qu’une minuscule pièce d’un puzzle géant, la réponse ne saurait  provenir que d’une onde de choc continentale, d’un tsunami populaire. La superproduction du business mondial, cette armée des marques, cette bande de terroristes qui ne dit pas son nom sur les enseignes ne sera vaincue que par un soulèvement des opprimés, des chômeurs, une résistance des exclus du système, un instinct de survie des premiers exposés aux dérèglements climatiques en cours.

Mélanchon est un symptôme convergeant de cette montée d’adrénaline, de ce réveil des consciences endormies depuis trente ans à coups d’injections consuméristes. Mélanchon est un facteur de risque pour la finance, pour les grands équilibres spoliateurs et massacreurs de l’environnement, pour les paradis fiscaux, ce trublion est de la veine des indignés, des insurgés grecs, espagnols, tunisiens, égyptiens, syriens, chinois, équatoriens, des bonnes volontés de tous continents qui ne souhaitent que s’extirper du joug de la marchandisation. Et peu importe que Mélanchon apporte les bonnes réponses, qui pourrait le prétendre, non , Mélanchon est là pour secouer le cocotier, le landerneau du Bildelberg.

Au delà de toute réflexion politique Mélanchon nous invite à rassembler nos énergies vitales, à éteindre la télé et à descendre dans la rue sans prendre l’ascenseur, ce sera déjà cela de gagné pour combattre notre cholestérol mental. 

Pour une balade salutaire au bord de notre propre humanité.

Publié dans BONNES NOUVELLES | Pas de Commentaire »

LE FMI VEUT EUTHANASIER LE MONDE

Posté par provola le 11 avril 2012

                                     

                       L’allongement de l’espérance de vie dans le monde est un grave problème pour le FMI. Le risque financier que représente l’allongement de la vie est probablement sous-estimé et pèsera lourdement sur les comptes publics des pays développés, selon le Fonds. Dans son dernier rapport sur la stabilité financière globale, il lance un avertissement sévère aux gouvernements de la planète sur le problème que constituerait pour lui une éventuelle augmentation de la longévité supérieure à 3 ans à l’horizon 2050.

Ce simple fait remettrait en cause l’équilibre des finances globales, la hausse des dépenses sociales serait de l’ordre de 50% de plus que ce qui était jusqu’alors prévu avec un vieillissement modéré de la population mondiale.

Tout ce charabia revient en fait à dire que l’on estime intenable pour une économie saine le coût que constituera l’allongement de la duré de la vie à l’échelle de la planète. 

Le FMI invite donc chaque pays à agir dans le sens d’un allongement de la durée de la vie active du même ordre que celui de la longévité.

Comme de telles mesures mettront du temps pour donner leurs pleines mesures, il est conseillé d’agir au plus vite, de diminuer les prestations sociales, d’augmenter drastiquement les durées et les taux de cotisations retraites et maladie.

Cela revient à espérer que de moins en moins de monde pourra se payer une protection sociale et qu’à terme ces mesures permettront de renverser la tendance à l’augmentation de la durée de la vie. 

L’idée essentielle est d’inciter les gens à prolonger la durée de la vie active, si besoin est en les incitant financièrement à continuer le plus longtemps possible à travailler.

Une attention toute particulière devra désormais porter sur les mesures nécessaires au bouclage des équilibres budgétaires publics et privés.

Une seule idée à retenir: la guerre avec les institutions mondiales et la bande à Christine Lagarde est déclarée et ce ne sont pas les élections françaises qui y changeront quoi que ce soit…

 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, ECONOMIE | Pas de Commentaire »

TOTAL ALLUME UN CONTRE-FEU

Posté par provola le 10 avril 2012

TOTAL ALLUME UN CONTRE-FEU  dans POLLUTION plateforme_Elgin

                       Le bateau de Greenpeace, le «Königin Juliane», navigue aux abords de la zone de sécurité imposée autour de la plateforme d’Elgin, suite à la fuite de gaz survenue le 25 mars à l’installation de l’entreprise Total. Le but de cette mission est d’effectuer des prélèvements d’eau et d’air, afin de mieux connaître les conséquences sur l’environnement liées à cet accident.
 
Lundi, des prélèvements de l’eau et de l’air à proximité de la plateforme ont été effectués. Les observateurs présents ont pu constater qu’une nappe huileuse s’étend sur l’eau : il s’agit probablement de gaz de condensat, un hydrocarbure léger.
 
L’analyse précise des échantillons prélevés sur zone permettra de déterminer si la fuite de gaz est susceptible d’occasionner des dégâts importants pour l’environnement. Ces résultats devraient être disponibles pour l’analyse de l’air, en milieu de semaine prochaine, et pour l’eau, en fin de semaine. (source Greenpeace)
 
Mais au moment où les premières analyses indépendantes pourraient révéler une ample pollution, une autre affaire ressurgit à point pour exonérer Total de toute responsabilité dans la marée noire provoquée par le naufrage de l’Erika il y a 12 ans.
 
Le scandale sur le plan de la justice la plus élémentaire que constituerait une cassation totale de l’arrêt Erika est une évidence.
 
Ainsi, pendant que l’on parle de l’Erika, on ne parle plus de la plateforme en Mer du Nord qui peut dégazer à l’abri de toute polémique… 
 
Etrange coincidence tout de même que ce contre-feu qui vient à point nommé éteindre l’incendie médiatique.

Publié dans POLLUTION | Pas de Commentaire »

1972-2012, LA FIN DU MONDE A 40 ANS

Posté par provola le 9 avril 2012

                   1972-2012, LA FIN DU MONDE A 40 ANS  dans CLUB DE ROME 2030

                        40 ans déjà et les conclusions de ce club de scientifiques et de politiques visionnaires avaient tracé les perspectives de notre traversée du 21 ème siècle.  

S’il est une discipline totalement occultée de nos jours par nos classes dirigeantes obnubilées par l’urgence et la précipitation électorales ,c’est bien la prospective ,ou l’étude de l’évolution envisageable de la société dans un avenir prévisible .Englué dans l’élaboration de schémas passéistes ,nationalistes , de défenses de privilèges ,notre monde est incapable de penser dans sa globalité ,d’élaborer des diagnostics pertinents et d’en concevoir des solutions universelles.

Le club de Rome et le rapport proprement dit rédigé  par le Massachussets Institute of Technology qui en est l’expression concrète intitulée « halte à la croissance ? » (publié en 1972), s’était attelé à cette tache en 1968 alors qu’il devenait évident que les défis qui attendaient l’humanité ne s’étaient jamais présentés avec une telle violence .

L’augmentation de la population mondiale , le pillage des ressources naturelles non renouvelables, l’explosion de la production industrielle, l’épuisement des sols agricoles et le corollaire de ces phénomènes ,une pollution totalement incontrôlable ont ainsi été mis en équation comme des variables mathématiques .

Les taux d’évolution des ces différents paramètres  sur les dernières décennies avaient permis de tracer des courbes dont l’interaction dessinait les scénarios du futur . Par exemple l’explosion de la population requiert un rendement des sols agricoles toujours plus accentué celui-ci épuisant cette ressource, celle-ci entraînant une brutale chute de la population mondiale  au cours du 21 ème siècle. Une amélioration de la productivité industrielle accentue la richesse produite mais provoque  plus vite un épuisement des ressources naturelles non renouvelables, les énergies telles que l’éolien ou l’hydro-électriques permettent de réduire la dépendance au pétrole et celui-ci moins indispensable voit son prix baisser et donc redevenir compétitif vis a vis des autres ressources d’énergie, on recommence à exploiter des mines de charbon en Chine car son prix est compétitif mais on augmente par voie de conséquence la pollution liée à son exploitation .

Les recherches du Club de Rome ont été la première mise en évidence de l’absurdité de la poursuite de la croissance dans un monde fini comme le nôtre, en ce sens elles constituent la bible du monde nouveau, un monde menacé de mort par son propre créateur humain, un homme devenu seul maître de son propre destin.

Si l’on en croit « Halte à la croissance », 2030 devrait représenter un cap important de rupture de notre modèle économique. Il nous reste 18 ans pour apprendre à comprendre, pour apprendre à vivre. Avant que tout explose. Tout ce qui reste.

Publié dans CLUB DE ROME | Pas de Commentaire »

ATTENTION AUX CLOCHES

Posté par provola le 7 avril 2012

Attention, les cloches ne sont pas toujours celles que l’on croit…

Joyeuses Pâques.ATTENTION AUX CLOCHES dans CHERCHEZ L'ERREUR

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

BRUEL A LE COEUR QUI FLANCHE

Posté par provola le 6 avril 2012

BRUEL A LE COEUR QUI FLANCHE  dans CHERCHEZ L'ERREUR dans LES PEOPLE A POIL

                         Le Bruel est un petit Hameau perché sur les flancs des volcans d’Auvergne, près de Tournemire, 8 habitants tous à gauche, fromage de Cantal, vache de Salers. Au Bruel on vote Mélanchon.

Bruel lui, le faux, de son vrai nom de code, vote De Funès, malgré un coeur à gauche.

Bruel a du mal, il estime que la taxation à 75% du deuxième million proposée par Hollande ressemble à de la spoliation. Lui ne va pas dans le détail, il n’aurait pas bougé pour moins d’un million, mais là, pour deux, il y a matière à se casser la voix.

S’il se dit « très content de participer à la solidarité nationale« , celle-ci a clairement ses limites pour l’artiste. « Là, c’est trop, cela tourne à la confiscation et à la spoliation », réagit-il alors que François Hollande a confirmé mercredi que cette imposition concernerait également les artistes et les sportifs.

Et l’interprète de « Casser les couilles » de faire valoir : « les gens qui ont de l’argent sont aussi des gens qui génèrent du travail, de l’emploi, qui génèrent des richesses et qui font tourner aussi une économie ». « Ce n’est pas honteux de faire fortune, poursuit-il, ce n’est pas honteux à partir du moment où on redistribue, et on redistribue beaucoup, parce que ne serait-ce que 50% de ce que vous gagnez c’est déjà beaucoup. »

Patrick fait beaucoup pour la France, il vient aux restos du coeur pour se refaire une virginité, avant d’aller sur scène il enlève sa Rolex pour ne pas donner envie à ses fans. S’ils s’en achetaient une il ne pourraient plus se payer ses concerts.

Ce Patrick qui a vingt ans donnait des leçons à la jeunesse de France s’en vient s’indigner d’avoir à sortir sa carte bleue, lui la collectivité il l’entend dans un seul sens, c’est lui qui l’exploite, pas l’inverse. Lui, il est reçu  avec tous les honneurs sur les médias publics qui lui déroulent le tapis rouge depuis trente ans pour une promotion gratuite. La pub de ses concerts ne lui coûtent rien, sauf que le contribuable en a marre de se faire pigeonner.

Ce Patrick ne s’imagine même pas la violence de ses paroles, au moment où 8 millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté, au moment où la crise envahi jusqu’aux fondements de la société. De qui parle-t-il quand il nous explique qu’il fait travailler du monde ? Tout le monde fait travailler du monde, l’instit fait travailler le boulanger qui fait travailler le fleuriste, sauf qu’à la fin du mois il ne reste rien. Le commun des mortels dépense tout pour faire vivre son voisin, Bruel ne dépense qu’une infime partie de ce qu’il gagne, le reste il le place. Ce reste il serait mieux utilisé à faire tourner la roue de la solidarité. 

Bruel a le coeur a gauche, mais il lui est de plus en plus difficile de le garder, vu la conjoncture.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, LES PEOPLE A POIL | Pas de Commentaire »

ON L’ATTENDAIT: LE PROGRAMME DE DE FUNES

Posté par provola le 5 avril 2012

                           On a cru ne pas l’obtenir avant le premier tour de l’élection, le voilà enfin le programme de notre Président sortant, on a failli devoir choisir sans avoir toutes les billes pour se décider vraiment.

Au lendemain du second tour, le comique et sa famille vont passer une semaine de bon temps au chateau des Bruni au cap Nègre. Far niente, ballades en vélo sans gardes du corps payés par le contribuable, poussage de poussette, bain d’air pûr, jogging en maillot « I love New-York », ces quelques jours permettrons au couple autrefois présidentiel de recharger les accus, de faire le bilan.

Ensuite viendra le long cicrcuit concocté par les amis milliardaires, deux semaines à traverser la Méditerranée sur le yacht de Bolloré, puis villégiature dans la villa de Bernard Arnault aux Maldives. Là nous serons déjà rendus en Septembre qui verra notre famille libérée de toute obligation se rendre chez les Amis de la France Afrique, les quelques dictateurs encore en place se feront un plaisir de louer à des tarifs préférentiels les somptueuses demeures payées par nos impôts.

En octobre, notre ancien chef pourra enfin toucher son premier chèque de retraite, émolument qui lui sera assuré jusqu’au jugement dernier, même en cas de vacance du devoir.

Il sera alors temps pour le jeune couple de profiter des premières neiges à Gstaadt où il retrouvera les amis stars les plus intimes.

Novembre sera le mois de l’invitation d’Obama qui fêtant sa réelection n’oubliera pas d’inviter les deux tourtereaux pour un week-end tout compris à la Maison Blanche, dans la suite Robespierre jouxtant la suite Lafayette dévolue au couple Hollande.

Comme on peut le deviner, au lieu du coté obscur qui aurait pu s’abattre sur notre nation, nous n’auront droit qu’à du bonheur, nous bon peuple qui n’en demandions pas tant.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

HOLLANDE LA PROCHAINE CIBLE

Posté par provola le 3 avril 2012

                  A 54-46 début avril, admettons qu’ Hollande est élu en mai. De Funès redevient Sarko et sort sa canne à pêche.

De facto, Hollande devient la nouvelle tête de Turc, car ne nous leurrons pas sur ses intentions, si la forme semblera différente la substance restera, et il se pourrait bien qu’elle ne soit pas tendre avec les petits et les délaissés de la mondialisation. Les gouvernements socio-démocrates en poste en Europe n’ont en rien modifié le cours des détricotages des droits sociaux. Partout où ils ont été en poste, ils n’ont en réalité qu’accompagné la longue descente aux enfers d’une société livrée corps et âme au libre -échange qui veut dire délocalisations, explosion du chômage, privatisations, baisse du train de vie de l’Etat et destruction massive de l’environnement.

Emprisonné par les mêmes logiques, réduction des déficits, coupes dans les dépenses, Hollande assaisonnera la purge par une dose de justice sociale en tachant de ne pas effrayer les grands patrimoines et en ponctionnant légèrement les hauts revenus. Que dire en effet des 75 % de taxes sur les revenus supérieurs au million d’euros ? La majorité des smicards trouvent ainsi qu’on y va un peu fort, preuve s’i en était besoin que la propagande fonctionne à plein régime.

Rien ne justifie les écarts de rémunérations indécents qui existent actuellement, qu’on se le dise une fois pour toutes, au dessus d’un certain seuil, on prend tout, ça laissera de la marge pour relancer des pans entiers de l’économie et s’attaquer pour de bon à la transition énergétique.

Car on ne se passera pas du nucléaire, on ne construira pas des éoliennes et des panneaux solaires avec des baisses d’impôts.

J’entends d’ici les défenseurs du « Marché », les Cassandre qui nous prédisent une catastrophe de gauche, les bonimenteurs patentés du libre-échange, les super-professeurs d’économie, les experts financiers, les libéraux invétérés qui songent déjà à fuir en Suisse, au Luxembourg ou à Jersey pour planquer leur magot.

Que nous disaient-ils durant des années ? Qu’il fallait baisser les impôts des riches et que cela allait relancer l’activité. Qu’avons-nous vu en réalité? Une explosion de la dette et une débandade économique et sociale. Et ceux-là qui nous ont plantés dans les grandes largeurs viendraient aujourd’hui nous donner des leçons.

Taxons à une juste hauteur les patrimoines improductifs, les revenus du capital plus que les revenus du travail, les successions plus que la création de richesses et nous aurons déjà trouvé des ressources et des moyens pour remettre la pendule à l’heure.

La dette est à 1720 milliards d’euros entend-on à longueur de journées, pourquoi ne pas rapprocher ce montant de celui des avoirs en assurance-vie des Français qui se montent à 2000 milliards ?

Le pays le plus endetté au monde ? Les USA…pourtant, personne ne songe à chercher des noises à l’Oncle Sam. Les USA ne rembourseront jamais, mais qui s’en préoccupe ? Ou l’Europe devrait-elle songer à éponger une dette en large mesure ancrée au-delà de l’Atlantique ?

Hollande ne fera rien à l’affaire s’il continue dans les pas du système libéral fait de spoliation des masses au profit d’une minorité, au soir de son élection nous saurons si son but est réellement d’entrer dans l’histoire en bousculant l’ordre établi et en prenant à bras le corps la question écologique ou simplement de se contenter de gérer la chienlit des comptes publics et d’entretenir le  tic-tac du développement durable.

En quelques jours nous verrons si la fuite des capitaux et l’évasion fiscale resteront des moyens d’ échapper à la solidarité nationale ou si le siphonnage des deniers sera désormais combattu comme le dernier des voleurs de mobylettes.

Publié dans ECONOMIE | Pas de Commentaire »

L’ETE AU PRINTEMPS

Posté par provola le 2 avril 2012

Caldo record e piogge in calo del 50% il Nord riscopre gli antichi riti anti-siccitàL'ETE AU PRINTEMPS dans RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE dans RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le rouge indique une sécheresse sévère.  Le sud de l’Europe non content d’avoir à supporter la plus grave récession depuis la dernière guerre est soumis à la pire sécheresse de ces dernières decennies.

Chaleur record et pluies en baisse de 50% dans le  nord de l’Italie, de 30% à 50 % dans le reste du pays, partout on redécouvre les anciens rites anti-sécheresse. Les prières, les processions, des croix plantées dans les champs. « Il ne nous reste que Dieu ». Les récoltes sont à haut risque.  

La péninsue ibérique est également en pénurie hydrique. Il ne pleut pas depuis des mois, les feux dévorent les Asturies et  la Galice. le Portugal souffre aussi, les incendies de forêts y sont aussi nombreux qu’en plein été.

Cet hiver il a fait trop sec en Europe du Sud. Notamment au Portugal, où le mois de février a été le plus sec en 80 ans. «Les perturbations ne passent plus. On assiste à une recrudescence des incendies de forêt et les cours d’eau connaissent des débits jusqu’à 80% inférieurs à la normale», notait récemment La Chaîne Météo. «Aucune amélioration, ou retour véritable de la pluie, n’est prévue», s’inquiète-t-on, car la sécheresse pourrait donner lieu «à des récoltes catastrophiques.».Le Portugal frappe déjà à la porte de la Commission européenne, qui va anticiper le paiement de l’aide en faveur des agriculteurs.

En Espagne, où l’hiver – le plus sec depuis 1940 – a causé des dégâts sur ses cultures céréalières, aggravant la pénurie d’alimentation des animaux, on a aussi formulé une telle demande. Ainsi, Bruxelles devrait verser 5,5 milliards d’euros à l’Espagne «aussitôt que possible».

D’autres pays, comme la Grèce, Chypre, mais aussi le Royaume-Uni, s’inquiètent de la sécheresse.

En France également, la situation est inquiétante. Après une année 2011 déjà historiquement chaude avec un printemps presque estival, 2012 s’annonce encore doux… et trop sec. Dans certaines zones près de la Méditerranée, il n’a pas plu une goutte depuis le début de l’année, le grand froid de février ayant empêché les précipitations. Les nappes phréatiques ne sont pas rechargées.

Sur TF1 on est satisfait, la météo annonce des bons week-ends bien secs et ensoleillés.

 

Publié dans RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE | Pas de Commentaire »

LA MORT DANS L’AIR

Posté par provola le 1 avril 2012

   LA MORT DANS L'AIR  dans POLLUTION 090323173839  

                                 Ne respirez plus, c’est le meilleur conseil qu’on puisse vous donner. Un dépassement du seuil d’information à la pollution aux particules fines est prévu lundi en Ile-de-France, a annoncé Airparif dimanche dans un communiqué. Le niveau d’information est activé quand la concentration de 50 microgrammes par m3 d’air est dépassée pendant 24 heures consécutives. Airparif prévoit un dépassement de ce niveau lundi en Ile-de-France, pour « au moins 24 heures ». Une « dégradation » de la situation est prévue pour mardi.

Il existe deux sources principales de particules de combustion, les émissions issues du chauffage (combustion du bois), et dans une moindre mesure du charbon et du fiuol) et les émissions issues des moteurs diesel des voitures. 40 à 70 % des émissions de particules fines proviennent du secteur des transports en ville (diesel). La combustion de biomasse et les moteurs Diesel sont des émetteurs importants de particules très fines PM10 et fines PM25. La combustion de biomasse et le transport routier notamment génèrent des hydrocarbures aromatiques, véhiculés par les particules solides jusqu’au plus profond du système respiratoire, présentent des risques sanitaires importants

Dans l’Europe des vingt-cinq, ce sont environ 348 000 morts prématurées par an qui sont attribuées à cette pollution

A Paris, on comptabilisait déjà le 19 mars une vingtaine de jours de dépassement de la concentration autorisée en PM10, des particules en suspension de la taille d’une cellule qui se glissent dans l’appareil respiratoire. La faute notamment « à une situation anticyclonique avec des vents faibles qui ont entraîné une stagnation des particules sur l’Ile-de-France », décrypte Arthur de Pas, ingénieur en communication à AirParif.

Et l’Ile-de-France n’est pas la seule concernée. Depuis l’entrée en vigueur de la législation européenne en 2005, les valeurs limites ont été dépassées dans 16 zones : Marseille, Toulon, Avignon, Paris, Valenciennes, Dunkerque, Lille, le territoire du Nord-Pas de Calais, Grenoble, Montbéliard/Belfort, Lyon, le reste de la région Rhône Alpes, zone côtière des Alpes Maritimes, Bordeaux, la Réunion, Strasbourg.

Aussi, la Commission européenne a tiré le signal d’alarme. En mai 2011, elle a assigné la France devant la Cour de justice . Motif ? Hormis Strasbourg, rien n’a été fait pour atteindre les objectifs fixés. « La sanction de la Cour de justice ne devrait pas tarder à tomber », croit savoir l’association Respire qui précise que « les pénalités financières devraient être calculées sur la base d’une amende forfaitaire (10,9 millions d’euros pour la France, plus un montant journalier multiplié par le nombre de jours de persistance de l’infraction) et d’une astreinte journalière (entre 10 000 et 100 000 euros par jour, calculée par jour de retard, en prenant en compte un coefficient de gravité et de durée, et par un facteur fixe par pays) ».

L’Agence régionale de santé (ARS) rappelle qu’à ce stade « certaines personnes peuvent présenter une sensibilité particulière aux polluants atmosphériques » : enfants, personnes âgées, asthmatiques, insuffisants. 

Les seuils d’information et d’alerte ont été abaissés l’an dernier : le seuil d’information est passé de 80 à 50 microgrammes/m3 (sur avis de l’Organisation mondiale de la santé) et le seuil d’alerte de 125 à 80 microgrammes/m3 (sur avis du Conseil supérieur d’hygiène publique de France.)

Le temps de lire cet article, vous avez respiré assez de particules pour développer un cancer du poumon et deux bronchites.

Publié dans POLLUTION | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement