LA LIBERTE DE MOURIR

Posté par provola le 16 mars 2012

                            

                       Au détour de l’émission des paroles et des actes sur France 2, en la présence du socialiste François Hollande, il me faut reconnaître l’opiniâtreté du candidat dans sa façon qu’il a d’aborder la question de la fin de vie qui reste plus que tout autre sujet la question tabou de notre république.

On se gausse souvent en notre beau pays de belles envolées sur la laïcité, on s’appuie sur la séparation des religions et de l’Etat, on justifie ainsi notre immobilisme mais à force de tergiverser, de frôler, de se contorsionner, on élude plus qu’on ne résout le problème, on piétine les peurs, on ne veut pas voir la réalité des choses.  On parle de soins palliatifs, on propose d’alléger la souffrance, d’accompagnement, d’aide à mourir. Bref on reste dans les non-dits, les approximations, dans l’incantation, et au bout du compte dans la barbarie des mains propres, dans le syndrome de Ponce Pilate.  

Le thème de la fin de vie est le thème existentiel central qui domine le thème de la peine de mort, celui-là même qui donna sa véritable dimension au candidat Mitterrand dans sa conquête du pouvoir en 1981.  

Reconnaitre le droit à tout un chacun de mourir dans la dignité, c’est lui reconnaître sa liberté jusqu’à l’ultime limite de sa capacité de prise de décision. Reconnaître à la personne le droit de partir à l’heure de son choix, c’est paradoxalement lui reconnaître son humanité jusqu’au terme du fonctionnement de son horloge biologique. Nous sommes tous amenés que nous le voulions ou non à être confrontés à notre propre mort ou à celle de nos proches et le moins que l’on puisse dire est que notre degré d’impréparation en ces moments fatidiques me laisse songeur. Pourquoi devrions nous être alors si démunis, transis, pour tout dire d’une bestiale mièvrerie, remettant aux bons soins de l’au-delà notre sauvagerie entretenue depuis des millénaires ?

C’est dans sa capacité qu’il aura de savoir élaborer une réponse d’inspiration collective à la demande de dignité de l’homme dans les moments ultimes, les plus intenses de sa vie, que Hollande sera peut-être jugé par l’histoire, ce ne sera pas là le moindre de ses mérites.

 

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement