• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 13 mars 2012

LA CHEVRE ET LE CHOU

Posté par provola le 13 mars 2012

                                          

                     Tout est bon dans le cochon, comme dans la politique, les convictions s’arrêtent où commencent le populisme. De Funès en grand ordonnateur des cérémonies républicaines nous le prouve encore une fois en se mettant dans la peau du candidat du petit peuple. Rien ne l’arrêtera, ni de prêcher le contraire de son clone de 2007, ni de piller le jardin du voisin socialiste, ni de surenchérir dans une course folle à la démagogie.

Ami du bling bling et du grand patronnât, il se veut caresseur du cul des vaches, celui qui murmurait à l’oreille des Bouygues et des Bolloré va chercher du coté des bouchers de Rungis et des ouvriers la clé du succès.

Il dit la vérité, autrement dit, les autres ne la dise pas, il est courageux, autrement dit , les autres sont des couards, il sait prendre des décisions difficiles, les autres ne savent pas,  et en plus il est Président, et comme les autres ne le sont pas, il n’ya que lui qui puisse le devenir, car il faut avoir été Président pour l’être. Ne cherchez pas, il n’y a rien à comprendre, mais si c’est lui qui le dit, c’est lui qui a raison. Même de camper une espèce de Dieu de la politique, de diriger la grand-messe médiatique à la baguette.

Dieu est tout à la fois, et son contraire, contre l’augmentation des impôts mais pour une augmentation de la TVA, pour la relance et pour l’austérité., pour la hausse de l’âge de la retraite et la prison dès l’âge de 12 ans,  

Dieu a déclaré disparus les Paradis fiscaux mais veut taxer les exilés qui s’y réfugient, Dieu passe devant Hollande au premier tour, mais est largement battu au second, il devance les autres le matin, il recule le soir même, Dieu est partout à la fois, à 14 H à Villepinte, à 16 H au stade de France,

Dieu est partout, dans tout le monde, et dans chacun d’entre nous, il monte et il descend.

Dieu veut moins d’immigrés, mais il veut leur vendre ses Rafale, il fustige Schengen, mais il obéit à Merkel, libéral, il veut contraindre l’Europe à faire du protectionnisme, il veut construire la barricade de la Méditerranée mais il prône une Union des pays du pourtour méditerranéen, il côtoie son client Kadhafi pour le bombarder ensuite, il invite Bachar El Assad aux Champs Elysées mais il désespère de ne pouvoir le sortir du jeu.

On le voit, De Funès propose toutes les politiques à la fois, ménageant la chèvre conservatrice et le chou électoraliste, dans le tas des mesures débitées à la sauvette, ce serait bien le diable si l’une d’entre elles ne rencontrait pas l’assentiment du plus grand nombre.

Il est si proche du peuple qu’il se passerait bien du gouvernement, et de l’assemblée, qu’il dirigerait par référendum tout en  s’empressant par la suite de ne pas appliquer la décision du peuple, comme ce Traité de Lisbonne qui remit en selle la Constitution rejetée en 2005. En fait il se passerait bien aussi d’opposition, on se demande bien à quoi elle sert celle là, toujours à critiquer ses bonnes décisions. Et pourquoi pas se passer du peuple pendant qu’on y est ?

Sa porte parole people, sa dulcinée, a bien résumé l’affaire à qui l’interrogeait sur la suite de la carrière de son mari en cas de défaite: « Nous sommes des gens modestes. » 

Autrement dit: «  Ne pensez surtout pas que nous ayons des goûts de luxe. » Amen.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

TOUS UNIS POUR LA SYRIE

Posté par provola le 13 mars 2012

TOUS UNIS POUR LA SYRIE dans SYRIE

 

L’ancien garde des sceaux Robert Badinter s’associe à l’ex-président d’Afrique du Sud Frederik W. de Klerk, à l’ex-secrétaire d’État britannique aux Affaires étrangères David Miliband ainsi qu’à de nombreuses personnalités internationales pour exhorter le Conseil de sécurité de l’ONU à trouver une solution à la tragédie syrienne.

 

Un an après le début du soulèvement populaire en Syrie, nous sommes attristés de constater que des divisions au sein du Conseil de Sécurité empêchent l’élaboration d’une réponse internationale unifiée et proactive à la crise. L’ultime responsabilité des violences revient à ceux qui ont, en Syrie, commandité, permis ou directement commis ces crimes horribles. Cependant, les divisions au sein de la communauté internationale ont donné au gouvernement d’el-Assad un permis de tuer. Ce permis doit maintenant lui être retiré. 

Le recours continu à la force meurtrière par le gouvernement d’Assad à l’encontre de son propre peuple compte parmi les pires cas de violences délibérées contre une population civile que nous connaissions dans l’histoire récente. Rien ne peut justifier de tels agissements. À la vue des bombardements massifs dans les zones civiles et de l’accroissement du nombre de victimes parmi les femmes et les enfants, nous rappelons les conclusions du haut-commissaire aux Droits de l’homme des Nations unies: des crimes contre ¬l’humanité auraient été commis et les responsables de ces crimes devront ¬répondre de leurs actes. 

Nous craignons que l’impasse actuelle paralysant la stratégie internationale n’entraîne une augmentation des initiatives, telles que l’armement du régime et de l’opposition, qui risqueraient de prolonger le conflit et les souffrances. 

Pour débloquer la situation, nous devons voir la Russie travailler à nouveau avec les autres partenaires internationaux. Nous appelons le gouvernement russe à se joindre aux efforts collectifs pour mettre un terme rapidement au conflit et restaurer la paix et la stabilité en Syrie et dans la région. Nous saluons sincèrement la nomination de Kofi Annan comme émissaire conjoint des Nations unies et de la Ligue arabe en Syrie. La communauté internationale doit maintenant le soutenir unanimement, avec force, pour qu’il puisse développer une étroite relation de travail avec tous les gouvernements, incluant la Russie et la Chine, ainsi que les acteurs non étatiques, afin de dépasser les dissensions paralysantes. Bien que nous comprenions qu’il n’y a pas de sortie facile à cette crise, l’obligation morale de trouver un terrain d’entente pèse sur les membres du Conseil de sécurité. Ne faisons pas d’erreur. La crédibilité et la position internationale de tout État qui resterait inactif face à cette tragédie évitable seraient sévèrement endommagées. 

Nous exhortons les membres du Conseil de sécurité des Nations unies à s’unifier et à adopter par consensus une résolution qui doit inclure:

1. Un appel adressé aux autorités syriennes pour qu’elles cessent toutes attaques contre la population, retirent les forces armées et de sécurité des villes et zones habitées, garantissent que les ¬manifestations pacifiques ne soient pas ciblées et relâchent tous les prisonniers politiques et détenus emprisonnés depuis le début de la révolte. Tous les acteurs armés doivent également stopper ¬l’utilisation de la violence.

 2. Des pressions sur le gouvernement syrien pour qu’il facilite la mise en œuvre d’une aide humanitaire d’urgence indépendante et impartiale, proportionnée aux besoins, qu’il permette l’évacuation des blessés se trouvant dans les zones de violences et qu’il soutienne un accès effectif pour les organisations humanitaires. Une attention toute particulière doit être portée à l’obtention pour ceux qui en ont besoin d’un accès sûr aux hôpitaux civils et à la livraison de matériel médical adéquat, conformément au droit international.

À l’occasion de l’anniversaire du soulèvement syrien, nous rendons hommage à la mémoire des milliers de civils qui ont perdu la vie au cours de leur quête pacifique pour un avenir plus juste et prometteur. Aujourd’hui nous incombe la responsabilité d’agir sans délai pour éviter la mort prochaine de milliers d’autres hommes, femmes et enfants.

Publié dans SYRIE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement