LISBONNE: LA PRECARITE N’EST PAS UN FUTUR

Posté par provola le 12 février 2012

LISBONNE: LA PRECARITE N'EST PAS UN FUTUR dans PORTUGAL 03101376

                             C’est ce qu’on pouvait lire sur les banderoles, hier lors de la méga-manif à Lisbonne qui a rassemblé des centaines de milliers de personnes (200 à 300 000 selon les sources).

La CGTP, qui revendique 300.000 manifestants, affirme qu’il s’agit de la plus grosse manifestation depuis 30 ans.

Le Portugal comme la Grèce se débat sous les coups de boutoir de la politique d’austérité imposée par Bruxelles mais plus exactement par l’Allemagne travestie en BCE.

Cette manifestation était organisée à quatre jours de l’évaluation du plan de sauvetage. Cette évaluation est faite chaque trimestre par des représentants des bailleurs internationaux du Portugal. « Nous saisissons cette occasion pour faire notre propre évaluation, au nom de ceux qui souffrent au quotidien », a lancé Armenio Carlos, secrétaire général de la CGTP, principal syndicat ouvrier portugais.

La baisse des dépenses publiques et les hausses d’impôts imposées par le plan d’aide financière ont provoqué au Portugal la plus forte récession depuis le retour de la démocratie, en 1974. Le taux de chômage atteint les 13%.

Refus des inégalités, de la paupérisation généralisée, des mesures imposées par un gouvernement aux bottes des marchés financiers, le peuple réclame une autre gouvernance, car il sent bien que les contraintes ne mènent nulle part qu’à réduire le pays à un amas de ruines.

25 ans après l’entrée du Portugal dans la communauté européenne, l’émigration qui avait stoppé alors a largement repris, les jeunes sont sans avenir, le marché de l’immobilier s’effondre, les principales banques, assurances, compagnies de services, les plus grandes entreprises nationales sont passées sous le giron des trusts du nord. Plus rien n’appartient au pays, les autoroutes, les hôpitaux, les aéroports, les principales ressources de l’Etat enrichissent désormais les actionnaires des grandes multinationales européennes. La distribution alimentaire est une chasse gardée des leaders français et Allemands (Carrefour, Intermarché, Metro, Lidl). Le but ultime de ces sangsues est de faire disparaître les bénéfices réalisés dans le pays pour les ramener dans des pays à moindre imposition, le business appartient donc maintenant à des boîtes qui rapatrient leurs profits au lieu de les faires fructifier sur le lieu de leur réalisation. 

Après que l’Etat se soit vu spolié de ses ressources majeures, la Troïka (FMI, BCE, Commission européenne) inflige une cure radicale en expliquant aux fonctionnaires, aux ouvriers, aux employés et aux retraités qu’il faut se serrer la ceinture, qu’ils sont les seuls responsables de la dégradation des comptes publics.

Le débat réel sur la pertinence des réformes libérales qui ont vendu le pays à ses soi-disants protecteurs est effacé, la seule fable de la relance de la croissance future par une purge sévère est mise sur la table.

Les Portugais comme les Grecs ne tiendront pas longtemps avec ce régime  à base de soupe à la grimace.

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement