LES MEDIAS INVENTENT L’EAU CHAUDE

Posté par provola le 9 février 2012

                         

                         Nos médias sont choqués, le CSA  leur impose une stricte égalité de part d’antenne durant les quelques semaines précédent le premier tour de l’élection présidentielle. En gros on leur demande de respecter la pluralité de traitement des différents candidats et donc de faire leur boulot. Sauf que ce job, là il y a bien longtemps qu’ils en ont perdu l’habitude.

Alors ils s’insurgent, 9 radios et télés ont déposé une requête auprès du Conseil constitutionnel pour lui demander de revoir les règles du temps de parole durant la campagne électorale édictée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel. Cinq semaines de stricte égalité de parole entre les candidats officiels, c’est bien trop long et contraignant. 

Nos médias à l’abri d’un monopole de fait (quelques groupes se partagent le PAF), habitués à faire la part belle aux lobbies qui sont les vrais commanditaires ne savent pas comment gérer la pluralité. La liberté leur fait peur, l’information indépendante est une punition, nos journalistes qui ont le pouvoir de manipuler l’opinion à longueur d’années jouent les vierges effarouchées.

Leur argumentaire est accablant: « Sur  le fond, la règle de stricte égalité entre les candidats qui ‘ à l’évidence ne représentent pas le même poids aboutit à une surexposition médiatique sans aucun rapport avec la réalité de la vie politique. »

En fait, pour nos professionnels de la propagande libérale (néolibérale et sociale-démocrate), les temps d’antenne devraient aller à ceux qui ont le plus grand poids politique et donc à ceux qui en bénéficient déjà en permanence. La connivence entre lobbies industriels, partis politiques dominants et rédactions des principaux médias n’est plus à démontrer. 

Comment ne pas faire ce constat accablant, à l’image des diatribes sévères de Mélanchon à l’encontre des minus de l’information. Ne soyons pas dupes, nos journalistes qui par simple souci d’éthique devraient avant tout garantir la diversité des expressions et des courants d’idées se permettent au contraire de nous gruger en débitant sans ambages la messe quotidienne et la promotion de la tête de gondole politique.

Au lieu de rabaisser leur caquet nos aboyeurs patentés menacent de carrément déprogrammer les émissions politiques en cherchant ainsi à subtiliser le débat présidentiel au peuple.

Prenez garde, bande de faux démocrates qu’un vent nouveau ne vous suspende le micro qui n’est rien d’autre qu’un des plus précieux biens publics.

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement