CACHEZ CE SEIN…

Posté par provola le 5 janvier 2012

 

CACHEZ CE SEIN... dans LES BOITES AU PILORI seins-big

                               …Que je ne saurais voir. La célèbre réplique du Tartuffe de Molière s’applique à la perfection à la tragicomédie qui caractérise ce qu’on est bien obligé d’appeler  » l’affaire des prothèses mammaires »

Oui bien sur les tartuffes, du haut au bas de l’échelle, tous plus incompétents que les autres, tous moins coupables que les plus étrangers au scandale.

Tartuffe, le Père-Noêl Jean-Claude Mas qui voulait faire gonfler sa tirelire bien plus que les seins des patientes, s’autorisant les pratiques les plus viles sans le moindre scrupule.

Tartuffe, l’Afssaps qui devait contrôler la qualité des prothèses et ne vérifiait que la signature au bas du récépissé de conformité. l’Afssaps souligne que, contrairement aux médicaments, les dispositifs médicaux – des pansements aux seringues en passant par les prothèses et les appareils d’imagerie – ne sont pas soumis à une procédure d’autorisation de mise sur le marché. Ils sont placés « sous la responsabilité du fabricant qui les commercialise« , explique-t-on à l’agence. La surveillance est ensuite opérée par un organisme choisi par le fabricant pour certifier la qualité de ses produits, précise l’Afssaps.

Tartuffe la compagnie allemande Tüv Rheinland qui était justement responsable de la dite surveillance de la production, en menant notamment des audits.

Tartuffe la société Rhodia, maintenant Blue Star, fabricant du Rhodorsil, une espèce d’huile de silicone frelatée destinée normalement à un usage industriel et qui maintenant a toute chance de se répendre ddans les viscères de centaines de milliers de femmes, dans le monde entier.Le producteur lyonnais de silicone Bluestar Silicones a indiqué mardi qu’il n’avait eu aucun contact avec la société PIP et que ses produits Rhodorsil, qui rentraient dans la composition des implants mammaires PIP, n’avaient qu’un usage strictement industriel.

« Nous sommes très choqués de cette utilisation » explique le Directeur de la communication de Blue Star la société qui depuis a racheté la division silicones de Rhodia. L’usage des silicones Rhodorsil est « clairement spécifié dans des fiches techniques et des fiches de sécurité »

Dans son communiqué, Bluestar Silicones rappelle que l’utilisation de ses matières premières dans une finalité autre que celle prévue engage la responsabilité de l’utilisateur ».

Oui oui…peut-être, mais comment croire qu’en vendant des dizaines de tonnes de silicones à la société PIP qui devait être un de ses meilleurs clients, Rhodia s’était complètement désintéressée de la finalité de ses produits ?

Le mot d’ordre en ces temps d’enquête: « Cachez cette responsabilité. »

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement