• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 19 décembre 2011

LA FAUCILLE ET LE MARTEAU DU POUVOIR

Posté par provola le 19 décembre 2011

                           

 LA FAUCILLE ET LE MARTEAU DU POUVOIR dans POLITIQUE 14491_nathalie-kosciusko-morizet_440x260 dans POLITIQUE

                         N’en doutons pas, sa volonté de reconquête du pouvoir reste intacte, ses atouts indéniables. Pour ce faire, De Funès, dans ce jeu d’échecs, garde dans sa manche deux pions au charmes essentiels et destinés à rameuter le coté corporatiste de l’électorat féminin comme le coté fleur bleue du corps électoral masculin.

D’un coté, la reine des bobos chasseurs de papillons, roulant en 4X4 sur les Champs-Elysées et persuadés qu’il suffit de replanter un chêne au Bois de Boulogne pour résoudre la crise écologique mondiale. Nathalie Kosciusko-Morizet, elle, est du type bon-chic bon-genre, fille de son père, produit des élites, longue tige distinguée facilement reconnaissable par ses pairs, raffinée jusqu’au bout des ongles et une rhétorique du bord de Seine. Gestuelle calquée sur la clé de sol, sonate impressionniste surannée à l’heure des cacophonies environnementales, Nathalie est un désastre vert à elle toute seule, son Grenelle ne trompe plus personne, Borloo son mentor n’ose plus se montrer. Mais Nathalie représente le joli pot de fleurs assurant la décoration dans le jardin de l’Elysée, une faucille à la main, taillant les brins d’herbe arrogants sortis indemnes de l’avis de tempête de la tondeuse à gazon. Nathalie est la cup of tee, nuage de lait, rondelle de citron qui sied aux breuvages d’exception, les gens du seizième s’y reconnaissent comme dans leur suite à Megève, les nanas sac Vuitton et montre Cartier au poignet la dévisage comme étant une des leurs.

Nadine Morano en revanche est la fausse note parfaite, le contrepoids, le marteau-pilon, le coté ouvrier, la fille du peuple, qui s’est faite elle-même, le contraire de la fille à papa. Son look rivalise avec celui de Marine Le Pen, blonde carnassière, elle est une tentation présentable, une occasion de ne pas choisir le pire nationaliste. Car la petite-fille d’immigrés italiens, est plus nationaliste que les nationalistes, son verbe haut perché et trivial se rapproche du phrasé sans complaisance de l’élue frontiste, dans cette bataille des nanas à couilles, De Funès tient sa fée clochette qui saura croiser le fer avec la dame noire et passer la serpillière dans les derniers recoins et bastions d’extrême droite.

Le duo de choc des talons à aiguille est ainsi constitué, qui associe les slogans à fleuret moucheté et le choc des idées, la valse hésitation et le rythme du rock, la vocalise qui assène la voix de son maître et la langue bien pendue qui martèle les vérités présidentielles, la partition et le manifeste, l’incisive et la molaire, le caniche et le boule dog.

Rappels d’articles antécédants sur les deux sbires patentées:

NATHALIE KM, LA MÈRE DENIS DU FUTUR

C’est notre Ministre de l’écologie, (Nathalie Kosciusko-Morizet pour qui ne l’aurait pas encore reconnue, sous sa burqa du 16 ème arrondissement. Pour les plus jeunes, la « Mère Denis » était la dame de la pub vedette, qui lavait plus blanc que blanc, elle fut rendue célèbre par Coluche dans son sketch sur la publicité) qui nous le dit, pas un dangereux extrémiste, pas un devin du désastre: on court tout droit vers une augmentation des températures de l’ordre de 2 degrés à l’horizon 2100, et il faut s’y préparer. Ce qui peut être interprété de la manière suivante:

« Nous reconnaissons implicitement que notre politique de croissance implique des bouleversements climatiques, préparons-nous à en subir les conséquences. » ou encore: « …la croissance est une catastrophe, mais pour persister dans cette voie, nous ne devons surtout pas nous dire que nous faisons fausse route, non, disons nous plutôt comment continuer à faire la même chose, à garder le même rythme, à finir de tout faire exploser. »

Ou encore: « …le constat est dramatique, surtout pour les plus pauvres qui ne pourront pas s’adapter, mais finalement pas autant que le jour où la situation se sera totalement dégradée. »

Une autre Ministre à virer: MORANO

http://www.dailymotion.com/video/x1yrkf_nadine-morano-ou-la-droite-decomple_news

             On vient de virer Michèle Alliot-Marie pour incompétence notoire, il me vient à rêver qu’on expulse aussi Nadine Morano, pour alzheimer des origines.         

Nadine Morano est Ministre chargée de l’apprentissage et de la formation professionnelle, elle est une des sbires préférées de De Funès mais elle est surtout une soeur qu’on a envie de renier, de cette famille trop lourde à supporter, de ces invités trop fiers pour reconnaître ce qu’ils doivent à la solidarité d’un temps trop lointain pour qu’ils s’en souviennent. Morano vient de ces montagnes trop pauvres pour nourrir les kyrielles d’affamés, gavées de châtaignes et de polenta; Morano vient du fond des âges, du haut des cimes, d’un nid d’aigle où même les aigles sont de trop. Morano n’a plus de passé parcequ’elle est bannie par son passé.

Elle est de si loin de Paris, d’un village quasiment disparu sur le registre des statistiques, situé hors du temps et des cartes, du coté du Piémont, coincé entre lac Majeur et Alpes Lépontiennes, au nord de Milan, dans une vallée perdue, même à sa mémoire, un village plein de chats, sans personne à remercier, où le cimetière tient lieu de caisse vide, car les voix ont disparu, avec les souvenirs des exilés, des ramoneurs crevant dans les conduits à fumée des villes lumières.

Ses grands-parents parlaient le patois lombard, pas le Piémontais, pas l’Italien, on les prenait pour des ritals, les renégats de l’époque, mais on les prenait surtout pour récurer les chiottes et les tuyaux de poêle. Mais Nadine a oublié, peut-être qu’elle n’a jamais su, mais je sais qu’elle sait, ou qu’elle fait mine de ne pas savoir, aussi la vue d’un noir ou d’un faciès d’Arabe l’indispose, un bridé lui déclenche des règles( les règles du boss, pas les siennes), un banlieusard est un suspect s’il roule en Dacia, Nadine vit près de Dieu le Père ça lui donne le droit de passer le Karcher partout où sa mémoire de fille d’immigrés lui fait défaut.

Il se fait que je viens aussi de ce village perdu, mais que je n’ai pas perdu la mémoire, que je n’ai rien oublié du chemin semé d’obstacles de mes aïeux. Il se fait que je n’ai plus rien à voir avec cette soldatesse des basses oeuvres.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement