DOLORES-CHRISTINA, SYMBOLE D’UNE NATION A LA DÉRIVE

Posté par provola le 5 novembre 2011

                      Fille de parents SDF, Dolores-Christina est décédée peu avant de naître, on apprend pas à faire les choses dans l’ordre quand on vit dans la rue, à Paris.

Elle aurait pu vivre comme sa copine, née à deux pas de là, Giulia pour les intimes, dans la plus belle ville du monde, elle n’aura connu dans son utérus vibrant sur la bouche de métro qu’un instant étrange, harcelée, rejetée de tous,  soutenue de trop de désespérance, engloutie dans l’inhumanité et le saccage perpétuel. 

Je pense à toi, Dolores-Christina, j’aurais pu te croiser dans la rue, dans quelques temps, moi vieux et moche, toi si belle et jeune.

Je t’ aurais trouvée trop belle, tu m’aurais trouvé trop con. Il faudra que je me coltine Giulia et ces marches et ces paillettes, célèbre de n’avoir aucun intérêt.

Toi, tu resteras le symbole de l’Etat tricheur qui dérive sur cette marée du chacun pour soi, qui fait de la réduction des dépenses sociales un credo, qui menace le lien citoyen, qui est coupable de t’avoir refusée.

On va encore dire que je désigne De Funès comme programmateur de ta mort; n’est-il pas l’Artisan premier de la dégradation de la solidarité, de la destruction des services publics de vigilance face à la pauvreté ?

Il est tout autant responsable de ta mort que de la naissance de sa fille.    

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement