• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 24 octobre 2011

DE FUNÈS, LE COMIQUE QUI NE FAIT RIRE QUE MERKEL

Posté par provola le 24 octobre 2011

                                 Que la Communauté Européenne se soit transformée en une foire d’empoigne généralisée entre bons élèves, cancres et dealers, voilà qui ne choque plus personne, que les dirigeants dominants, les fiers à bras se comportent désormais comme les pires des sauvageons de service à de quoi laisser perplexe le dernier des européens convaincus.  S’il fallait un exemple édifiant de cette dérive qui tient plus de la tragi-comédie que de la politique, on pourrait le trouver dans la conférence de presse commune donnée à Bruxelles dimanche, par la Chancelière Merkel et le Président De Funès au cours de laquelle ceux-ci se conduisirent comme de vulgaires ivrognes de la bienséance:

http://www.youtube.com/watch?v=rPSJoPbG8Oc 

A une question sur la capacité du gouvernement Berlusconi d’engager les réformes nécessaires à la réduction de la dette italienne, d’une mimique sarcastique, les deux qui s’entendent comme larrons en foire dès qu’il s’agit de brasser du vide, se laissèrent aller à tourner en ridicule le Président du conseil italien. On se serait cru dans une cour de récréation où tous les coups sont permis sauf les points de bonne conduite.

Tout le monde sait quelle purge représente pour la société italienne le pouvoir berlusconien, cela donne-t-il le droit aux autres chefs d’états de se laisser aller à cette espèce de mise en scène de mauvais genre, à ce concours d’inélégance, à cette distribution des bonnes cartes et des sales notes ?

Demain, Berlusconnerie n’aura toujours pas de soucis de fin de mois et continuera de s’offrir des voyages agrémentés, ce que ridiculise De Funès dans cette triste réédition du Corniaud, ce n’est pas tant Berlusconi ( qui de toutes façons se fout comme de l’an quarante des sarcasmes des rois fantoches européens) que le peuple italien lui-même qui se serait bien passé de cette passe de drôles de manières qui ne font rire que leurs auteurs.

Il n’est que de parcourir la presse italienne ce matin pour comprendre quelle espèce de claque la Péninsule semble avoir reçu par cette simple attitude de café du commerce, par cette espèce de sourisette qui n’a l’air de rien mais qui annonce pourtant des larmes et du sang pour le peuple d’en-bas. 

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement