• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 2 septembre 2011

FUKUSHIMA, LES ÉCOLES CONTAMINÉES

Posté par provola le 2 septembre 2011

    Fukushima, livelli di cesio 137 superiori a quelli di Chernobyl   

Greenpeace relève la radioactivité sur les murs d’écoles    

                  C‘est la rentrée, pour les écoliers japonais de Fukushima aussi. C’est bien le problème car les écoles qui devraient être fermées pour l’éternité vont rouvrir comme si de rien n’était avec les fenêtres grandes ouvertes sur la centrale au loin qui résonne encore d’une étrange musique. Greenpeace y a relevé des taux de césium 137 trop élévés pour que même une vache laitière n’ approche à moins de trente kilomètres des brins d’herbe de la cour de récréation , le préau lui a reçu une dose de radioactivité suffisante pour être comparée à celle de Tchernobyl au lendemain de la catastrophe, des niveaux 70 fois supérieurs à ceux acceptables à la vie.

« Aucun parent ne devrait choisir entre la santé et l’éducation de ses enfants »déclare Kasue Suzuki, responsable de la campagne nucléaire de Greenpeace Japon. « le plan de décontamination attendu depuis trop longtemps arrivera trop tard, le nouveau Premier Ministre devrait renvoyer tout de suite l’ouverture des écoles les plus exposées et transférer les élèves dans des écoles sans risques. Il faut également mobiliser les milliers de spécialistes nécessaires pouvant réduire le taux de radioactivité sous le seuil de 1 millisievert par an ».

6 municipalités présentent des taux de radioactivité supérieurs à ceux de Tchernobyl, qui à l’époque avait ordonné l’évacuation. 34 relevés de radioactivité effectués dans la région de Fukushima ont donné des résultats supérieurs à 1.48 millions de Becquerels par m2 de Césium 137, la limite ayant déclenché l’ordre de mise en sécurité des populations de Tchernobyl.   

Le Japan Times a calculé que les quantités de césium relâchées par la centrale de Fukushima sont 168 fois supérieures à celles de la bombe nucléaire d’Hiroshima.  

L’impact sur les populations dépendra aussi de la façon dont les autorités réussiront à bloquer le commerce des denrées alimentaires contaminées.  Des rizicultures très étendues se sont vues refusées de poursuivre leur activité, des taux de radioactivité inimaginables auparavant ayant été relevés.

Reste que le plus gros problème est le manque de solutions, en effet, peu avant de donner sa démission l’ancien Premier Ministre avait proposé au Gouverneur de la préfecture de Fukushima de stocker une partie des terres et des cendres: « Nous n’avons pas l’intention de transformer ce dépôt en un dépotoir définitif mais nous n’avons pas d’autres solutions pour l’instant » avait-il déclaré. « Nous devons admettre que même en décontaminant du mieux possible d’énormes superficies, nous n’arriverons jamais à leur rendre un état compatible avec la vie. »                    

Publié dans JAPON, NUCLEAIRE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement