• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 10 juillet 2011

LES VRAIS VISAGES DE « LA GAUCHE »

Posté par provola le 10 juillet 2011

Ils ont bénéficié du vote de gauche, voici ce qu’ils en ont fait:

Mitterrand. Le grand usurpateur aux amitiés plus que douteuses, il éparpille une à une les promesses et les espérances du peuple de la Bastille du 10 Mai 1981. Sur 14 ans de pouvoir, on peut lui attribuer une année de politique de gauche, la première.

Mélanchon. Il commençe sa vie de révolutionnaire au service de la bourgeoisie de gauche. Il ne renie surtout pas le bilan mittérandien, il tente de récupérer l’héritage révolutionnaire, on ne va pas lui reprocher toute sa vie d’avoir failli, alors. Partisan du non au référendum pour la Constitution européenne, il se sépare du PS en 2008 en fondant le parti de gauche. Il a droit à une seconde chance, il reste la seule véritable chance d’infléchir la valse sociale-démocrate.   

DSK. L’homme par qui « la gauche » devait revenir au pouvoir, il est à l’origine du régime des stock-options. Au nom de l’aide à la création d’entreprise, il est alors Ministre de l’économie de Jospin en 1998, quand il institue la fiscalité allégée sur les stock-options à toutes les sociétés de moins de quinze ans. Le taux d’imposition est alors fixé à 26% au lieu de 40% auparavant, à une époque où le taux marginal d’imposition sur le revenu est à 54%. Par ses frasques new-yorkaises il fait actuellement passer De Funès, le leader du Fouquet’s, pour un prolo.

Lionel Jospin.  En 1997, la majorité de gauche est élue sur un programme de gauche et c’est elle qui  fait le plus de privatisations dans toute l’histoire de notre pays. Jospin est aussi le 1er Ministre qui supprime la vignette auto, il est salué en son temps par  tout le peuple degauche. En fait le propriétaire d’une R5 ne payait pratiquement rien, celui d’une Ferrari était le vrai bénéficiaire d’une décision inique. Jospin est celui par qui la gauche est dénoncée pour sa dérive droitière et l’artisan du désastre de l’élection de 2002. 

Jack Lang. Avec l’instauration de l’impôt sur la fortune, en 1981, le Ministre de la Culture de Mitterrand, obtient du Président que les oeuvres d’art ne soient pas prises en compte dans le calcul de l’impôt. Aujourd’hui encore, l’investissement dans l’art permet aux plus riches d’alléger leur patrimoine.

Laurent Fabius. Il est un des grands bénéficiaire de cette loi. Petit-fils, fils, neveu et frère d’antiquaires, Laurent Fabius a baigné dans l’art dès son enfance. Dans les années 30, son père André Fabius achète dans une vente ordinaire une « Madeleine » méditant. Le tableau se révélera de Georges de La Tour, le maître lorrain du XVIIè, et il restera dans la famille jusqu’au milieu des années 60.

« Mon père nous emmenait toutes les semaines au musée quand nous étions très jeunes. D’une façon paradoxale, cela a d’abord produit chez moi un rejet des oeuvres d’art. A l’adolescence, sans mauvais jeu de mots, je ne pouvais plus voir un tableau en peinture », raconte l’ancien président de l’Assemblée nationale.« Puis, peu à peu, je suis revenu vers la peinture, la sculpture et l’art en général. Ils font désormais partie de ma vie », explique M. Fabius.

Michel Rocard. Premier Ministre de Mitterrand, il a laissé son nom au premier des boucliers fiscaux instauré en même temps que l’ISF en 1981. Le dispositif comprenant un plafonnement de l’impôt sur le revenu et de l’ISF à 85% des revenus. Le retour de l’impôt sur la fortune fit frissonner certains socialistes, DSK alors député de Haute-Savoie signa un amendement qui réduisit à 70 % le plafond d’imposition  maximum.

Ségolène Royal et François Hollande. En 2007 lors de la précédente élection présidentielle ils sont épinglés par le Canard Enchaîne pour avoir menti sur leur déclaration d’impôts:

Le couple Royal-Hollande est alors pointé du doigt par le Canard enchaîne. L’hebdomadaire les accuse d’avoir sous-estimé de moitié leur patrimoine et «pulvérisé les records de sous-évaluation immobilière». Cela leur aurait permis de « diviser par sept » le montant de leur impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Le patrimoine immobilier de Ségolène Royal et de François Hollande se serait élevé à 1,813 million d’euros, affirme le Canard, sur le base d’évaluations d’experts de l’immobilier.

Or, peu auparavant Ségolène Royal avait donné le chiffre de 933000 euros. Près de deux fois moins ! « Aimable plaisanterie » et « fâcheuses zones d’ombre » dénonce le Canard. Mise en cause sur l’existence d’une Société civile immobilière (SCI), la candidate socialiste avait reconnu, être redevable de l’ISF avec son compagnon François Hollande « pour la deuxième année consécutive d’un montant annuel de 862 euros ».

Aujourd’hui les leaders dits de gauche, sont encore tous des fils de « tonton », ils monopolisent les temps de parole et d’antenne, mais pourquoi faire ? Pour eux essentiellement. Tous à se demander si le Christ personnifié aura le temps de revenir pour se présenter, tous à se placer pour exister encore, glaner un prochain poste, un strapontin, un sursis de cinq ans à l’Assemblée nationale.

Le mot d’ordre est de laver l’honneur du chef. Car pour le reste, c’est à dire la politique, la vraie, zéro. A part la Mélanche, aucune idée pour résoudre les vrais problèmes, l’emploi, l’égalité, la justice sociale, l’ intégration, la solidarité européenne, la dégradation des éco-systèmes, le nucléaire. Pas un regard pour la misère qui se répand, pas un mot sur la précarité qui devient la règle, pas la moindre esquisse de solution. Quoi de plus surprenant, ils sont d’accord sur le fond avec la majorité en place, mondialisation, Europe, croissance, non, non, il y a une différence, croissance…de gauche. Mine de rien, ils ont un patrimoine à préserver.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement