• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 1 juillet 2011

NUCLÉAIRE: LA BOMBE FINANCIÈRE

Posté par provola le 1 juillet 2011

                          

 Niger, il paese radioattivo l'altra faccia del nucleare      NUCLÉAIRE: LA BOMBE FINANCIÈRE dans NUCLEAIRE  

 Arlit, l’extraction, Fukushima, la production, l’énergie de l’avenir.

 

       On nous avait promis la lune, une énergie propre et bon marché, on nous avait vendu du vent .

De l’électricité quasi donnée, de l’or en barres, enfin, à un prix imbattable, la moitié parait-il de ce que doivent payer les autres pays avancés, une énergie propre qui fait de la France un paradis vert, une sécurité à toutes épreuves, la meilleure, une indépendance énergétique,  une sécurité d’approvisionnement, des réserves assurées pour des décennies, une absolue sécurité de fonctionnement, de transport, de stockage, une technologie à la pointe que tout le monde nous envie, le top des tops de la technologie du futur.

Le paradis sur Terre, et encore le paradis on ne sait pas avec quoi il est chauffé, alors que nous on a la chaleur de Dieu, une tiédeur de particules, qu’on tient d’une décision de notre Dieu à nous, de De Gaulle. Notre héros de la République, l’inspirateur du tout nucléaire, ce slogan devenu prison cinquante ans plus tard, cette mimique insensée lancée en son temps par Pierre Messmer, le caporal aux ordres.

Alors vous pensez, une décision de De Gaulle, du genre du Concorde, de la bombe nucléaire, des essais de Mururoa, du genre du France, des porte-avions, des sous-marins nucléaires, des Mirage 3, 4, 2000,  F1, des Rafale, de l’ami Dassault, enfin quoi des joujous qui n’ont jamais servi à rien d’autre qu’à animer la fête du Bourget un dimanche de juin. Ou juste bons à se cracher du coté de la base de St Dizier.

Alors voilà, comme disait Coluche à propos du centre Beaubourg, on nous a laissé un tas de tuyaux, on ne sait pas quoi en faire.

Alors voilà, on nous a laissé un tas de centrales, avec des tuyaux, des tubes, des blocs de béton, des fers à béton, des cuves, des machins de trucs. Sauf que tout ce fatras est bourré de dynamite, contaminé, plein de mort, pas pour des années, pas pour des siècles, pas pour des millénaires, pour des dizaines de millénaires.  

Il en est au moins une qui a pris pitié de nous, pauvres citoyens, la coureuse de couloir qui pour n’avoir eu que des accessits s’en revient le couteau entre les dents, je veux parler de Corinne Lepage qui dans son dernier brûlot anti-nucléaire « LA VERITE SUR LE NUCLEAIRE » nous donne la clé pour comprendre dans quelle espèce de voie sans issue notre pays est dorénavant engagé.

Lepage joue aujourd’hui les effarouchées, pourtant on ne l’avait pas entendu aboyer lors de son passage au ministère de l’environnement en 1995 aux ordres d’Alain Juppé , un grand écolo, celui-là. Mais enfin, on peut accepter la repentance d’où qu’elle vienne…si elle vient.   

Maintenant Fukushima est une excellente tribune pour son bouquin et le timing de sa partition semble calqué sur le pic de l’émoi suscité par la catastrophe; mais peu importe, l’ Auteur nous en apprend un maximum sur le désastre économique promis par notre engagement au tout nucléaire et c’est bien cela l’essentiel. Cet aspect des choses est à tout le moins incroyable et bien pire que tout ce que l’on pouvait imaginer.

Un demi-siècle d’omerta ont donc permis que l’opinion fut persuadée d’abriter le meilleur cocktail énergétique. L’implacable réquisitoire de Corinne Lepage démontre combien le prix affiché du kilowat-heure par l’opérateur EDF est éloigné des réalités. La fourchette de 35 à 42 € n’est qu’un slogan lancé  à tous vents comme ces miettes de pain lancées à la girafe au zoo de Vincennes, des chiffres criés à la sauvette, à un auditoire distrait, trompé, abusé. Comme pour dire, vivez votre vie, éclatez-vous, éclairez-vous, votre électricité n’est pas chère, c’est même la moins chère. 

Seulement tout cela est faux, ce prix n’inclut pas le prix du démantèlement des centrales qui arrivent au bout de leur cycle de vie prévu de 40 ans, le prix n’inclut pas non plus celui du stockage des déchets. Et si ce prix n’est pas inclus, ce n’est pas tant que l’on ne veuille pas pas l’inclure mais plutôt qu’on ne sait même pas combien cela risque de nous coûter finalement. On ne sait pas combien vont coûter les études , les infrastructures, les recherches, en sécurité héritée des récentes catastrophes. Alors toutes ces dépenses sont prisent en charge par le budget de l’État, sous forme de subventions occultes, d’allocations diverses, on noie le poisson, on éteint la lumière sur le pire scandale financier, comme toute la panoplie des lubies gaulliennes. On pioche même dans le budget des énergies renouvelables qui sont de fait reléguées aux calandes grecques. Alors que d’autres pays sont lancés à fond de train vers de plus propres objectifs.

Ainsi donc l’exception française, l’excellence se résume à un immense sabotage du bien public, à un mensonge d’état au seul profit d’industriels calamiteux, infoutus de vendre quoi que ce soit à l’étranger car habitués à un monopole, un protectionnisme nationaliste et lobbyiste. Alors on nous vend du réacteur qui produit plus propre comme la fameuse lessive lavait plus blanc en son temps, on nous vend de l’EPR, pour Europeen Pressurised Reactor, enfin on l’a d’abord vendu aux Finlandais qui n’ont pas eu envie de se faire croquer comme nous l’avons été par De Gaulle lui-même. Vendu 3 milliards d’Euros, l’EPR a vu sa facture grimper jusqu’à 6 milliards et Areva est obligé de bouffer son chapeau à chaque pelletée supplémentaire sans possibilité de facturer les travaux supplémentaires de mise en conformité. Areva va payer, ne vous en faites pas, Areva, c’est nous, c’est moi. Non contents de de se ridiculiser en Finlande, nos experts nous ont vendu un Epr, pour que nous ayons une part du gâteau pourri, et nous avons dit oui, évidemment. On l’a installé à Flamanville , il fallait que la France ait son étendard, son échantillon, à 6milliards, avant Fukushima.

Le chantier est arrêté, les tests de sécurité imposés par Bruxelles ont apporté de nouvelles contraintes qui pourraient faire gonfler la facture.

Tout cela n’est pas inclu dans votre facture EDF, mais bien sûr ponctionné outrageusement sur nos impôts, et l’on nous dit que l’État n’a plus le sou pour financer la recherche sur les maladies génétiques, que c’est de la faute des RMistes.

L’horreur ne s’arrête pas là car les déchets sont l’autre aspect de ce terrorisme politique au delà d’être un non-sens technologique.  Areva qui retraitait jusqu’à présent les déchets des pays ayant une énergie nucléaire en plus de ceux d’EDF, ne le fait plus, parceque ces pays ont compris que ça ne servait à rien, oui, à rien, car ces scories conservent malgré tout une grande dangerosité et doivent être tout autant que ceux ayant été traités enfouis pour des millénaires dans des labyrinthes sous-terrains hors de prix. Areva continue donc de traiter les déchets d’EDF uniquement et simplement pour avoir à facturer quelque chose, pour faire tourner des installations obsolètes, pour exister. Cette activité factice est même la seule qui soit réellement rentable pour Areva qui devrait être bientôt absorbée par EDF pour permettre de camoufler des pertes futures qui s’annoncent abyssales.

On le voit , depuis la soi-disant autonomie énergétique qui nous met à la merci de dictatures comme celle du Niger,  depuis ce désert d’Arlit irrémédiablement souillé par une poussière radioactive, depuis nos centrales en fin de vie, et qu’on ne sait pas faire disparaître, en passant par nos déchets dont on ne sera jamais débarrassés, jusqu’à cette facture des nouvelles folies comme l’EPR, l’équation à plusieurs inconnues est devenue difficilement solutionnable.

On aurait pu se venger sur Berlusconnerie qui avait promis d’acheter 4 EPR, notre nouveau bastringue, avant que les Italiens ne découvrent le poteau rose, on aurait pu au moins sauver 30 milliards d’euros avant qu’Anne Lauvergeon ne s’en aille réclamer des indemnités de départ pour avoir assuré la présidence d’AREVA  d’une manière calamiteuse. Gageons qu’Anne obtiendra plus que les 3 années de salaires proposées en échange du silence qu’elle saura s’imposer sur les agissements inavouables du lobby nucléaire.

Publié dans NUCLEAIRE | Pas de Commentaire »

AUTOSATISFACTION 2

Posté par provola le 1 juillet 2011

Suite aux rebondissements de l’affaire DSK, s’il en est sur ce blog que cela intéresse, je les renvoies aux articles :

« L’AFFAIRE DSK: LA PISTE DU DOLLAR »: 4 articles datant de juin que j’ai écrits sur ce blog même en considérant la possibilité d’un complot fomenté en haut lieu, du coté de Washington, en défense du dollar, visant à éliminer politiquement DSK en raison de son souhait exprimé de voir écarté le dollar comme principale monnaie d’échanges internationaux.    

Publié dans ETATS-UNIS, MESSAGES AUX LECTEURS, MONDE | Pas de Commentaire »

AUTOSATISFACTION 1

Posté par provola le 1 juillet 2011

Chers révolutionnaires, merci encore une fois de votre fidélité…CROISSANTE.

« Croissance ? Non, Conscience » a enregistré son meilleur mois en juin avec plus de 10 000 visites. Je tacherais autant que possible de continuer de mériter votre confiance. N’hésitez surtout pas à me faire parvenir tous vos agacements, vos colères et votre pugnacité.   

  

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement