ANDRE GORZ: UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE

Posté par provola le 12 juin 2011

                                      « La « restructuration écologique » (ce que l’on appelle aujourd’hui le développement durable, ou le green-business) ne peut qu’aggraver la crise du système. Il est impossible d’éviter une catastrophe climatique sans rompre radicalement avec les méthodes et la logique économique qui y mènent depuis 150 ans. Si on prolonge la tendance actuelle, le PIB mondial sera multiplié par un facteur 3 ou 4 d’ici à l’an 2050. Or selon le rapport du Conseil sur le climat de l’ONU, les émissions de CO2 devront diminuer de 85% jusqu’à cette date pour limiter le réchauffement climatique à 2°C au maximum. Au-delà de 2°, les conséquences seront irréversibles et non maîtrisables.

La décroissance est donc un impératif de survie. Mais elle suppose une autre économie, un autre style de vie, une autre civilisation, d’autres rapports sociaux. En leur absence, la décroissance risque d’être imposée à force de restrictions, rationnements, allocations de ressources caractéristiques d’un socialisme de guerre. La sortie du capitalisme s’impose donc d’une façon ou d’une autre. La reproduction du système se heurte à la fois à ses limites internes et aux limites externes engendrées par le pillage et la destruction d’une des deux « principales sources d’où jaillit toute richesse » : la terre. La sortie du capitalisme a déjà commencé sans être encore voulue consciemment. La question porte seulement sur la forme qu’elle va prendre et la cadence à laquelle elle va s’opérer.

L’instauration d’un socialisme de guerre, dictatorial, centralisateur, techno-bureautique serait la conclusion logique – on est tenté de dire « normale » – d’une civilisation capitaliste qui, dans le souci de valoriser des masses croissantes de capital, a procédé à ce que Marcuse appelle la « désublimation répressive » – c’est-à-dire la répression des « besoins supérieurs », pour créer méthodiquement des besoins croissants de consommation individuelle, sans s’occuper des conditions de leur satisfaction. Elle a éludé dès le début la question qui est à l’origine des sociétés : la question du rapport entre les besoins et les conditions qui rendent leur satisfaction possible : la question d’une façon de gérer des ressources limitées de manière qu’elles suffisent durablement à couvrir les besoins de tous ; et inversement la recherche d’un accord général sur ce qui suffira à chacun, de manière que les besoins correspondent aux ressources disponibles.

Nous sommes donc arrivés à un point où les conditions n’existent plus qui permettraient la satisfaction des besoins que le capitalisme nous a donnés, inventés, imposés, persuadé d’avoir afin d ’écouler des marchandises qu’il nous a enseigné à désirer. Pour nous enseigner à y renoncer, l’écodictature semble à beaucoup être le chemin le plus court. Elle aurait la préférence de ceux qui tiennent le capitalisme et le marché pour seuls capables de créer et de distribuer des richesses ; et qui prévoient une reconstitution du capitalisme sur de nouvelles bases après que des catastrophes écologiques auront remis les compteurs à zéro en provoquant une annulation des dettes et des créances

Pourtant une tout autre voie de sortie s’ébauche. Elle mène à l’extinction du marché et du salariat par l’essor de l’autoproduction, de la mise en commun et de la gratuité. On trouve les explorateurs et éclaireurs de cette voie dans le mouvement des logiciels libres, du réseau libre (freenet), de la culture libre qui, avec la licence CC (creative commons) rend libre (et libre : free signifie, en anglais, à la fois librement accessible et utilisable par tous, et gratuit) de l’ensemble des biens culturels – connaissances, logiciels, textes, musique, films etc. – reproductibles en un nombre illimité de copies pour un coût négligeable. Le pas suivant serait logiquement la production « libre » de toute la vie sociale, en commençant par soustraire au capitalisme certaines branches de produits susceptibles d’être autoproduits localement par des coopératives communales. Ce genre de soustraction à la sphère marchande s’étend pour les biens culturels où elle a été baptisée « out-cooperating », un exemple classique étant Wikipedia qui est en train d’« out-cooperate » l’Encyclopedia Britannica. L’extension de ce modèle aux biens matériels est rendue de plus en plus faisable grâce à la baisse du coût des moyens de production et à la diffusion des savoirs techniques requis pour leur utilisation. La diffusion des compétences informatiques, qui font partie de la « culture du quotidien » sans avoir à être enseignées, est un exemple parmi d’autres. L’invention fabbers, aussi appelés digital fabricators ou factories in a box – il s’agit d’une sorte d’ateliers flexibles transportables et installables n’importe où – ouvre à l’autoproduction locale des possibilités pratiquement illimitées.

Produire ce que nous consommons et consommer ce que nous produisons est la voie royale de la sortie du marché. Elle nous permet de nous demander de quoi nous avons réellement besoin, en quantité et en qualité, et de redéfinir par concertation, compte tenu de l’environnement et des ressources à ménager, la norme du suffisant que l’économie de marché a tout fait pour abolir. L’autoréduction de la consommation, son autolimitation – le self-restraint – et la possibilité de recouvrer le pouvoir sur notre façon de vivre passent par là. »

Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

FAUDRA-T-IL ATTENDRE ? (De l’exemplarité de la catastrophe)

Posté par provola le 11 juin 2011

                      Je dois une fois n’est pas coutume rendre hommage à la Suisse, ce pays tant décrié. Pour une fois, je m’y collerai sans réticence aucune pour son courage politique, la Confédération étant le premier pays à renoncer à l ‘énergie nucléaire. Le Conseil fédéral a décidé en mai dernier d’éteindre une fois pour toutes ses cinq réacteurs fournissant 25 % de l’énergie du pays. Cette résolution, fut suivie une semaine plus tard  par la République Fédérale Allemande qui prit la même irrévocable décision, renonçant à 22% de sa production énergétique.

Ces premiers renoncements vont certainement faire des émules et ne doutons pas que demain, les Italiens qui sont appelés aux urnes entre autres choses pour se prononcer sur la question nucléaire ne se feront pas prier pour écarter la fission de leurs cauchemars énergétiques. Nous pourrons alors annoncer toutes voiles dehors: « Sale temps pour l’atome. »

Nul doute dans ce revirement programmatique que le drame de Fukushima ait permis d’éclairer l’opinion publique bien plus rapidement que s’il s’était agit d’espérer détricoter l’omerta imposée par le puissant lobby nucléaire depuis trente ans. Il aura donc fallu la catastrophe que l’on sait, les souffrances, des vies disparues pour détruire l’édifice propagandiste. On peut également noter que Fukushima en ce sens aura déjà bouleversé la donne médiatique et les rapports de force politiques bien plus radicalement que l’explosion de Tchernobyl en 1986.

Il est vrai que nous n’avions rien su, ou si peu, à l’époque, du drame qui était en train de se jouer alors que la diffusion capillaire des sources de communication rend plus difficile aujourd’hui la manipulation de l’information. 

En fait ne serions-nous pas en train de vivre une scène du scénario du pire où pour avoir une chance de modifier les attitudes et les comportements il faut attendre les catastrophes ou l’imminence de leur survenue.?

Comment ne pas retenir du cataclysme japonais que malgré la chronique d’un drame annoncé, le poids de la torpeur publique et le conditionnement aux combines industrielles ne provoque in fine qu’une indifférence généralisée ?

Faudra-t-il attendre une augmentation de la température à la surface du globe de deux degrés pour que les Terriens s’interrogent ? Faudra-t-il attendre la disparition définitive de toute faune marine pour se préoccuper du niveau d’acidité des océans, faudra-t-il voir disparaître le dernier arbre d’Amazonie pour aimer enfin le paradis vert ? Faudra-t-il épuiser la dernière goutte de pétrole pour s’estimer en paix avec le potentiel d’enrichissement compris dans chaque baril, faudra-t-il une guerre d’un genre nouveau où l’environnement ne sera plus qu’une triste mémoire, une lutte sans merci pour la survie ?  

Faudra-t-il imposer par la contrainte des changements de comportements qui auraient pu intervenir par une prise de conscience anticipée ? Faudra-t-il attendre que le développement durable qui n’est qu’un laisser-passer à plus de dégradations soit enfin démasqué ? Faudra-t-il réduire en esclavage les responsables de notre descente aux enfers, ces libéraux indécrottables qui auront conduit le système productiviste jusqu’à notre propre perte ? 

Hier à grand renfort de publicité, le groupe Exxon, la major pétrolière américaine annonçait la découverte d’un nouveau puit géant de pétrole brut au large des cotes de Floride, nul doute que malgré les élans généreux des conférences sur le climat le but ultime des financiers de l’apocalypse soit de brûler jusqu’à la dernière goutte de combustible, jusqu’à l’étouffement du Ciel de la Terre et de la Mer.

Nul doute que l’unique chance de notre survie terrestre soit de stopper par tous les moyens ce char d’assaut de macabre augure.   

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, NUCLEAIRE, RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE | 2 Commentaires »

LE PEEP SHOW DE LA COMMISSION (LES RÉACTIONS)

Posté par provola le 10 juin 2011

Article accepté à la publication sur LE PEEP SHOW DE LA COMMISSION (LES RÉACTIONS) dans EUROPE icone_redacteur2

Par Alpo47  10 juin 10:43 

Il est grandement dommageable que les socialistes Espagnols, Portugais ou Grecs aient accepté de rentrer dans le diktat de la commission européenne. Juste une trahison supplémentaire. Sanctionnés par leurs peuples, la Droite, encore plus libérale, accède donc au pouvoir.
Tragique.

Le crédo essentiel des libéraux est de dire qu’il n’y a pas d’alternative à leur système. Bien évidemment, c’est faux.. En fait, c’est dans le choix des gouvernements qu’il n’y en a plus. Droite/Gauche … même combat. Bien entendu, la même chose en France.
La pseudo opposition n’existant plus, il ne reste plus aux peuples qu’à leur reprendre le pouvoir.

Nous assistons en ce moment à ces prémices de mobilisation. Le ras le bol général s’accentuant, on peut penser, et espérer, que les mouvements vont s’amplifier et se durcir.

Par lison 10 juin 12:37

Voici les « recommandations » de la Commission européenne pour le programme de stabilité 2011-2014…. Alors, à quoi bon élire des députés nationaux. Nos futures lois, nos futurs budgets sont déjà tout tracés dans ces injonctions, pardon, ces recommandations bruxelloises.
http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/recommendations_2011/csr_france_fr.pdf
  

Par Alpo47 10 juin 10:43

Il est grandement dommageable que les socialistes Espagnols, Portugais ou Grecs aient accepté de rentrer dans le diktat de la commission européenne. Juste une trahison supplémentaire. Sanctionnés par leurs peuples, la Droite, encore plus libérale, accède donc au pouvoir.
Tragique.

Le crédo essentiel des libéraux est de dire qu’il n’y a pas d’alternative à leur système. Bien évidemment, c’est faux.. En fait, c’est dans le choix des gouvernements qu’il n’y en a plus. Droite/Gauche … même combat. Bien entendu, la même chose en France.
La pseudo opposition n’existant plus, il ne reste plus aux peuples qu’à leur reprendre le pouvoir.

Nous assistons en ce moment à ces prémices de mobilisation. Le ras le bol général s’accentuant, on peut penser, et espérer, que les mouvements vont s’amplifier et se durcir.
 

Par Ariane Walter  10 juin 11:23 

Petits marquis, tout ça. On sait comment ils finissent !
J’ai lu ,hier, que la Grèce, avait obtenu un référendum sur ses pbs financiers. Est-ce exact ? je vais rechercher.

Par lison (xxx.xxx.xxx.5) 10 juin 12:37

Voici les « recommandations » de la Commission européenne pour le programme de stabilité 2011-2014…. Alors, à quoi bon élire des députés nationaux. Nos futures lois, nos futurs budgets sont déjà tout tracés dans ces injonctions, pardon, ces recommandations bruxelloises.
http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/recommendations_2011/csr_france_fr.pdf
 

Par BA (xxx.xxx.xxx.142) 10 juin 16:51

Défaut de paiement de la Grèce : c’est officiel. Grèce : la zone euro vers un rééchelonnement de la dette.Berlin, qui veut faire participer les créanciers privés au deuxième plan d’aide à Athènes, semble en voie d’avoir gain de cause.

Bruxelles a annoncé vendredi 10 juin que la zone euro étudiait l’option d’un rééchelonnement de la dette grecque, sur une base volontaire de la part des créanciers, en précisant bien qu’il ne s’agissait pas d’une restructuration.

« Nous avons discuté ces derniers jours d’une initiative du style de celle de Vienne », a reconnu Amadeu Altafaj, le porte-parole du commissaire aux Affaires économiques Olli Rehn. En 2009 dans la capitale autrichienne, les banques créancières de la Roumanie, alors en grave crise, s’étaient engagées en 2009 à maintenir leurs prêts arrivant à échéance.« Dans ce contexte, nous avons aussi examiné la faisabilité d’une rééchelonnement volontaire de la dette ou reprofilage » de la dette, a-t-il poursuivi. Il a toutefois insisté sur le fait que cela s’entendait « bien sûr à la condition, extrêmement importante, que ceci ne crée pas un événement de crédit », à savoir « une restructuration de dette » susceptible de créer la panique sur les marchés.

D’après l’hebdomadaire allemand « Der Spiegel », la zone euro veut faire participer les créanciers privés de la Grèce à hauteur de 20 à 35 milliards d’euros, suivant ainsi la volonté allemande.

Selon le magazine, les ministres des Finances européens seraient prêts à considérer un échange d’obligations contre des titres à maturité plus éloignée.C’est la solution prônée par le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble, qui veut un allongement de sept ans des maturités pour toutes les obligations en circulation.La Banque centrale européenne (BCE) est catégoriquement opposée à toute action sur la dette qui s’apparenterait à un défaut de paiement, mais pourrait consentir à une solution de « rollover » qui verrait les créanciers réinvestir dans de la dette grecque quand leurs titres arrivent à maturité.Selon un porte-parole du ministère allemand des Finances vendredi, quelque 80 à 90 milliards d’euros de dette grecque arrivent à maturité d’ici à 2014. http://www.challenges.fr/actualites…


  • Par kalon  10 juin 16:56

    Du fait des nombreux mouvements populaires qui fleurissent un peu partout en Europe, la commission a décidé de mettre les bouchées doubles et d’accélérer le mouvement..
    Et faire courir un fonctionnaire n’est jamais sans risque !
    Cà sent le sapin, plus aucune coordination dans leurs discours ni dans leurs actes, des lois jetées en pagaille sans aucune réflexion, des scandales politico financiers à ne plus savoir qu’en faire, et, cerise sur le gateau, un euros soutenu par les Chinois qui aimeraient bien une alternative provisoire à leur sortie du « dollar-souverrain »
    Cà craque de partout, c’est maintenant que cà va devenir trés dangereux, il nous reste un avantage, ils n’avaient pas prévu une réaction citoyenne aussi rapide et leurs plans ne sont pas encore aboutis, ce qui aura pour conséquence qu’ils ne pourons plus gérer les différentes et multiples interactions qui vont se générer automatiquement tel un systéme chaotique.

  • Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

    BONNE GOUVERNANCE (Rédacteur: Philippe, objecteur de mensonges)

    Posté par provola le 10 juin 2011

                                    Vous avez tous vu ou entendu, l’Allemagne abandonne le nucléaire, et fait le choix des énergies renouvelables. M. Sarkozy reste droit dans ses bottes, non nous ne changerons pas de politique énergétique. M.Fillon, monte à la tribune du parlement, et nous déclare,  » Le Gouvernement n’a pas fait ce choix, et reste pour le nucléaire » . Je confirme, et vous aussi, que notre opinion n’a jamais été sollicitée, c’est plus important de faire un débat sur la laïcité, ou sur l’identité nationale ? non ???.

    Dernier Communiqué de la CRIIRAD sur Fukushima en date du 10/06/2011 la Criirad est un laboratoire indépendant crée à la suite de Tchernobyl, et du nuage qui s’était arrêté aux frontières françaises par la grâce de M.Pellerin avec la complicité du ministre de la santé: Michèle Barzach, et du ministre de l’agriculture, François Guillaume), Avant de passer au volet japonais de l’impact de Fukushima Daiichi (et à bien d’autres dossiers en attente !), nous voulions toutefois clôturer le volet français. C’est chose faite (ou presque) avec l’envoi que nous avons effectué hier au Premier ministre, François Fillon (envoi réitéré ce jour au président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire, André-Claude Lacoste). Ce courrier a deux objectifs : présenter la synthèse des graves dysfonctionnements que nous avons relevés dans la gestion des retombées radioactives sur la France, tant au niveau du dispositif de contrôle qu’au niveau du dispositif d’information ; obtenir des garanties pour l’avenir. Cette fois, la population française a eu de la chance : les niveaux d’exposition étaient très faibles. Les problèmes que nous avons relevés ont donc eu des conséquences très limitées.

    Demain ce ne sera peut-être pas le cas. Si la contamination nécessite la mise en œuvre de mesures de protection, il faut disposer d’évaluations fiables et être informés au plus vite. La CRIIRAD jouera son rôle mais elle ne peut pas se substituer à l’expert de l’Etat (ou alors il faudrait qu’elle dispose de son budget !). Nous devons donc obtenir des engagements clairs des autorités. Nos demandes ne sont pas exhaustives mais elles constituent un socle minimum. Nous maintiendrons la pression jusqu’à obtenir des résultats, et le plus vite possible car personne ne sait ni où, ni quand se produira le prochain accident. Lettre adressée le 9 juin 2011 au premier ministre (le courrier au président de l’ASN est identique) – 3 pages – Constat d’anomalies et demande de garanties sur le plan de surveillance – 5 pages – Constat d’anomalies et demande de garanties en matière d’information – 4 pages

    Nous allons donc rester arc-boutés sur notre industrie nucléaire, où nous sommes les meilleurs (l’exception française), moi je pense qu’à terme tous les pays raisonnables vont sortir du nucléaire, et vont développer les énergies renouvelables, Allemagne et Chine très avancées sur la maîtrise de ces industries. Dans 5 ou 10 ans, nous ne vendrons plus aucune centrale, et nous aurons une balance commerciale toujours en déficit, et nos voisins allemands une balance commerciale toujours excédentaire. Nous aurons perdus dix ans, des milliers d’emplois, dépensé énormément d’argent en recherche sur l’énergie nucléaire.

    Le budget recherche sur l’énergie est actuellement attribué à 80 % au nucléaire, à peine 10 % pour les énergies renouvelables. C’est une posture que l’on qualifie « de bonne gouvernance » A titre d’exemple le Concorde a coûté beaucoup plus d’argent qu’il n’en a rapporté.. Le Rafale de la firme Dassault rapporte beaucoup d’argent au groupe Dassault…. Tout cela avec l’argent du citoyen de base, au même titre que l’amende ( 630 millions) à Taiwan, pour les « fameuses Frégates », au titre de rétro commission ( la France s’était engagée à passer contrat sans, c’est pour cela qu’elle est condamnée ) . Dans le cadre de cette affaire une enquête a été menée pour savoir qui? aurait pu toucher ses rétro commissions, la justice a conclu à un non lieu faute de preuves….

    Donc nous citoyens nous payons une première fois les commissions acquises, par on ne sait qui, ce n’est pas perdu pour quelques-uns , et dans un deuxième temps nous payons une amende non négligeable. C’est de la bonne gouvernance ? Non-lieu, présomption d’innocence, ? La classe politique dans sa globalité, se moque de nous, et personne de sérieux ne peut croire à leur innocence . « Philippe objecteur de croissance et de mensonges »

    Publié dans LE COUP DE GUEULE DE PHILIPPE | Pas de Commentaire »

    LE PEEP SHOW DE LA COMMISSION EUROPÉENNE

    Posté par provola le 9 juin 2011

                              S’effeuillant comme dans un vulgaire porno de série B, la Commission européenne dévoile ses atours au grand jour comme pour enfoncer le clou de la doctrine libérale. Elle enfourche son cheval de bataille de la dérégulation et son matraquage doctrinal est un râle lancinant.

    Qu’on se le dise, les salaires sont trop élevés en Europe et plus particulièrement en France où le SMIG est un véritable lest à l’économie sensée se libérer de toutes les contraintes.

    En gros, 1050 € c’est un salaire de Nabab et cela grève nos entreprises… On croit rêver.

    Il faudra tout de même nous expliquer comment ce handicap prohibitif permet à la France d’être dans le peloton de tête des exportations, il faudra nous éclairer le mystère de la compétitivité intérieure. En effet la grande majorité de nos PME n’occupent que le marché intérieur, aussi sont-elles toutes soumises aux mêmes règles sociales qui ne sont donc pas source d’iniquité.

    Le but ultime de la Commission, (dirigée par ce survivant politique de Barroso, jamais élu mais toujours coopté par ses congénères libéraux) est en fait de casser le modèle social européen, le problème de la dette des pays du sud lui permet sous couvert de régler les comptes, en toute impunité, d’obliger les mauvais élèves à détruire le welfare, l’édifice de protection sociale mis en place durant des décennies de luttes. 

    Dans cette même logique du discours de la Commission, comment se fait-il que les pays à bas coûts salariaux soient également les pays souffrant d’une compétitivité dégradée ? Le Sud ne perd-il pas chaque année des parts de marché dans la compétition internationale ? On voit bien que ce  genre de Mantras éructés à jet continu par notre gouvernement européen ne tient pas la route, ils ne satisfont que les marchés financiers et les moines de la doctrine néo-libérale, ils ne mériteraient qu’un haussement d’épaules s’il ne constituaientt la base du prêche bruxellois depuis une génération.

    Mais concentrons-nous plutôt sur le timing de ce genre de déclarations,  sur la pertinance  de cette communications réglée comme du papier à musique. A y regarder de plus près, jamais sans doute la droite n’avait autant dominé le paysage politique continental .

    En Espagne, Zapatero a pris une valise aux dernières élections régionales, au Portugal, Socrates a été renvoyé à ses chères études, en Italie, Berlusconi, malgré sa défaite aux municipales se maintiendra encore au pouvoir pour au moins deux ans, son plan de réduction des impôts devant lui assurer une remontée dans les sondages.  

    En France, le PS a laissé à la droite le bâton pour se faire battre l’année prochaine, au Royaume-uni, Cameron rase gratis, l’État, les prestations sociales et les fondements de la solidarité nationale, bénéficiant en ceci d’un assentiment général. En Allemagne, Merkel donne des gages pour après-demain aux écolos, cela lui permet de garder les mains sur le timon.

    Quand on aura rajouté à ce raz-de-marée libéral le fait que nos socio-démocrates ne sont que des libéraux refoulés, complaisants envers les thèses capitalistes, qu’ils sont de pâles partisants d’un bouleversement économique, on comprendra aisément de quelle liberté d’action jouit actuellement la Commission qui peut sans peur de choquer se laisser aller à tous ses fantasmes, à tous ses peep show, à toutes ses arrogances.     

    Publié dans EUROPE | 1 Commentaire »

    NOS ENNEMIS LES OISEAUX

    Posté par provola le 8 juin 2011

                           

     Le specie a maggior rischioLe specie a maggior rischioLe specie a maggior rischioLe specie a maggior rischioLe specie a maggior rischioLe specie a maggior rischioLe specie a maggior rischioLe specie a maggior rischio

     

                                          1253 espèces d’oiseaux sont à risque d’extinction à court terme. En cause les maladies, la chasse et les activités humaines. Voilà la triste réalité ressortant du dernier rapport de l’ IUCN, International union for Conservation of Nature.

    La chasse indiscriminée, la pollution, l’urbanisation, la déforestation, l’agriculture intensive, les feux provoqués sont les grandes plaies de nos volatiles bien-aimés.

    « Dans ce monde affolé, explique Leon Bennun, directeur de Bird Life International, de nombreuses espèces disparaissent mais c’est l’homme qui au bout du compte sera pénalisé, vu les services rendus par les oiseaux. Ils sont d’excellents indicateurs de la santé de nos écosystèmes » 

    Le nombre d’espèces contrôlées par Bird Life International est de 10052.

    132 ont complètement disparu au cours du siècle dernier,

    4 ont disparu dans la nature,

    189 sont à risque critique d’extinction,

    381 sont menacées (c’est à dire à très haut risque d’extinction),

    683 sont vulnérables (à haut risque d’extinction),

    843 sont « Near threatened », c’est à dire entrée récemment dans la liste des espèces menacées,

    7757 apparaissent en bonne santé, enfin 62 sont inclassifiables car manquant de données. 

    Des nouvelles des martinets noirs qui nichent dans la grille d’aération de ma cuisine: ils estiment que le niveau sonore de la radio pourrait être réduit.  

    Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

    Pour aller dans le sens de l’info (Rédacteur: Philippe, objecteur de mensonge)

    Posté par provola le 8 juin 2011

                          Les soi-disantes règles économiques sensées nous rendre la vie plus heureuse L’ouverture à la concurrence allait, selon les « grands Papes » de l’économie moderne réguler automatiquement le marché et préserver nos intérêts de citoyens consommateurs . Pour exemple, très naïf, (c’est sans compter avec les prédateurs oligarques qui tiennent le marché, ainsi que les politiques et tous les cercles de la Nomenklatura française dont ils se servent pour arriver à leurs fins, toujours plus, l’argent étant devenu leur « IDOLE » devant laquelle ils se prosternent à longueur de journée et de nuit, ça leur permet de payer aussi les « Escorts Girls » à 2400 $ les deux heures, afin d’avoir le sentiment de leur pouvoir de « baiser » tout le monde, même s’ils ont de petites quéquettes, peut-être sont elles normales, mais imaginez la puissance véhiculée à travers ce symbole phallique, pour se venger de la puissance créatrice de la femme, puisque c’est elle qui détient la maternité, le machisme de nos Oligarques s’explique donc très bien) , l’ouverture des marchés de télécommunications à la concurrence , Bouygues, SFR, allait ouvrir la voie à un équilibre des clients, dons une rationalité économique, chère à ces Messieurs qui nous gouvernent.

    Malheureusement que ce soit un opérateur téléphonique ou un quelconque grand magasin ne peut accepter de négocier ses tarifs avec chacun de ses clients. Ces grands opérateurs fonctionnent comme je l’ai déjà expliqué sous la dictature des conseils d’administration et des gros actionnaires (dont le but est de voir un progrès annuel a au moins deux chiffres) . Afin de subordonner la raison des clients, ils ont alors développé une industrie de la consommation, dont les outils sont ; – Publicité – Mode – Phénomènes collectifs (les grands-messes de la consommation, dont les hypermarchés sont les cathédrales) L’industrie publicitaire dégage un Chiffre d’affaires de 500 milliards de dollars (en moyenne) soit près de 1% du Produit Intérieur Brut mondial. L’objet de cette industrie est de fausser le libre exercice de la rationalité consumériste en incitant le citoyen consommateur a acheter de façon incohérente.

    Un professeur d’économie me disait : » Le marketing a été inventé pour faire vendre des produits dont le consommateur n’a pas besoin, pour mener une vie saine » Le même prof lorsqu’on lui parlait des produits d’appels dans les Super, Hyper, Pépère, Marchés, nous répondait de cette formule : » C’est un îlot de perte dans un Océan de profits » Bref il faut bien attirer le chaland… Grosse voiture qui consomme beaucoup, bref en jouant sur nos vices: le snobisme, le paraître, le sexisme, la mode, etc..

    En 2004, Patrick Le Lay, président directeur général de TF1 déclarait :  » pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible…. » Si nous admettons cette idée selon laquelle une grande partie de l’industrie des médias est le support de transmission de la publicité, ce n’est plus 500 milliards de dollars dépensé en pub (pure), mais 2500 milliards de dollars en tenant compte des dépenses collatérales, soit environ 5% du PIB mondial. Pour mémoire les dépenses moyennes d’éducation dans les pays de l’OCDE représentent environ 5,5% du PIB. Autrement dit, l’effort de formatage de nos esprits à l’idéologie de consommation , est à peu près équivalent à l’effort d’éducation de nos têtes blondes ou pas ( pas d’ostracisme). Intéressant non !!! Dans mon indignation de la stratégie de la relation consentie choisie par et dans l’affaire DSK, nous oublions que nous avons à faire à un des brillants économistes qui nous gouvernent.

    La mise en place des 35 heures (c’est son idée, exécutée par Martine A ) à coûté 30 milliards d’€uros à l’état français par manque à recevoir de cotisations sociales payées par les entreprises à travers leurs salariés. L’idée aurait pu être bonne, elle avait pour but de créer de nouveaux emplois pour diminuer le chômage. C’était un peu naïf et compter sans les Prédateurs Oligarques qui nous intéressent, qui en ont profité pour augmenter leurs résultats, leurs salaires, et le versement de dividendes et autres jetons de présence pour les administrateurs. Le gouvernement pour récupérer son manque à gagner ( il s’est piégé tout seul, ou alors c’est avec la complicité de ses copains oligarques- c’est eux qui financent leurs campagnes et autres débordements), a augmenté le déficit du budget public, pour le plus grand profit des générations à venir.

    Le but de mes propos n’a pour but que d’essayer de faire comprendre à tous, les manipulations, pour ne pas dire la  » sodomisation », dont nous sommes victimes au quotidien, ce propos (sodomie) je l’ai entendu dans la bouche de Mathieu Kassovitz à l’émission « ce soir ou jamais » de FR3 le mardi 7 juin 2011,. Je ne suis ni de gauche ni de droite, et je ne défends qu’une idéologie, celle de la conscience de la raison et de la morale, avec toutes mes insuffisances dont je vous demande pardon, vous noterez bien, je ne m’excuse pas. Philippe objecteur de croissance certains éléments sont issus de recherches sur le net, et d’autres sont librement inspirés du livre « Jusqu’ici tout va bien » de Eric Verhaeghe aux éd . Jacob Duvernet

    Publié dans LE COUP DE GUEULE DE PHILIPPE | Pas de Commentaire »

    LE FERRY TOUCHÉ, COULÉ

    Posté par provola le 8 juin 2011

                  LE FERRY TOUCHÉ, COULÉ dans CHERCHEZ L'ERREUR                 

                                      Le mauvais élève Luc Ferry a été convoqué, ce mercredi 8 juin, au cabinet du 1er Ministre pour s’expliquer sur son emploi fictif à l’université Paris VII. En effet,l’université est bien décidée à lui réclamer le remboursement de son salaire – 4 499 euros net par mois – pour toute l’année scolaire (2010-2011)», révèle le « Canard Enchaîné ».

    La direction de la fac lui propose des cours de rattrapage !

    Selon le Canard, Luc Ferry, prof à Paris VII depuis 1997, avait déjà eu plusieurs aménagements d’emploi du temps lorsqu’il était ministre. Une dispense de cours tolérée à l’époque, mais Ferry semble y avoir pris goût. Depuis le 30 septembre 2010, le prof de philo, dans l’obligation de disserter 192 heures avec ses étudiants, manque toujours à l’appel ! La faculté lui a donc rappelé, dans trois courriers, qu’il était dans l’obligation de se présenter en cours. Luc Ferry, qui semble faire la sourde oreille continue en effet à percevoir son salaire.

    Dans la dernière missive datée du 31 mai, adressée en recommandé avec accusé de réception, le président de la fac Vincent Berger lui rappelle «l’obligation d’effectuer son service d’enseignant statutaire, comme les autres professeurs de l’université et lui propose, comme arrangement, une douzaine de cours de rattrapage à effectuer entre le 15 juin et le 13 juillet.»(Le Parisien)

    Rappel de l’article de CNC du 25 november 2008 (on ne savait pas à l’époque à quoi correspondait exactement son salaire, une sombre mission de »Président de commission élyséenne », on sait aujourd’hui qu’il le perçoit…sans avoir d’activité… une activité de philosophe, en quelque sorte:

    LA PHILOSOPHIE AU POUVOIR

    Luc Ferry, philosophe et ancien ministre de l’éducation nationale , interrogé sur RMC nous révéle que Carla Bruni est la marraine d’une de ses filles et qu’il est agréable d’avoir une première dame aussi jolie et intelligente.

    Il nous confie que son livre “Apprendre à vivre ” se vend très bien sur tous les continents et que ses  revenus se composent d’un salaire mensuel d’environ 6000 €, non 7000 € (rectifie-il) et de droits d’auteur qui dépendent du succès du livre. Comme il vient de nous expliquer que c’est bien le cas, on peut en imaginer des honoraires confortables.

    Le salaire lui serait attribué pour une fonction de « Président d’une commission Élyséenne » dont le seul intérêt réside dans le fait qu’elle soit peu coûteuse.

    Le beau Luc nous rappelle également le déjeuner au cours duquel Carla et Nicolas se sont rencontrés et où il était lui-même présent. Présent et assistant à l’histoire en train de s’écrire.

    On peut admettre qu’avec de telles amitiés haut perchées , on puisse jouir d’un certain point de vue , et en dégager une philosophie moins sujette aux affres de la vie.   

    On peut être sûr qu’avec de tels médias, l’information a du souci à se faire.

    Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, LES PEOPLE A POIL | Pas de Commentaire »

    A PROPOS DE L’AFFAIRE DSK (rédacteur: PHILIPPE, OBJECTEUR DE MENSONGE)

    Posté par provola le 7 juin 2011

                               A la gloire du FMI, encore et toujours… Les médias nous claironnent que Docteur Strauss & Mister Kahn, plaide non coupable. La stratégie de la défense, se baserait sur une relation consentie, et nos médias nous rebattent les oreilles avec cette fable.

    S’il vous plait résonnons. Si la relation est consentie, pour quelle raison le serait-elle?

    1 – Elle est séduite par le personnage, cela reste plus qu’aléatoire; il a 62 ans et si je l’imagine au sortir de la douche à poil, ce ne doit pas être encourageant pour une jeune femme de 32 ans. On la dit belle, j’ai rencontré des peuls en Afrique et en général elle sont très belles et très fières.

    2 – Elle est vénale, elle le fait pour l’argent, pourquoi pas? ça existe.

    3 – C’est un complot de la CIA ou du FBI commandité par qui? pour quelles raisons? à qui cela peut-il profiter? Sarkozy? une concurrente socialiste ? ; cette troisième hypothèse ne semble pas crédible.

    Pour ce qui concerne la 1 et la 2 , on ne s’explique pas dans ces cas là pourquoi elle aurait été porter plainte. A titre personnel, je crois que DSK à un « EGO » tel, qu’il pense que tout lui est dû. Il se murmure (presque fort) dans les rédactions en France, que les journalistes féminines s’arrangeaient pour ne pas se retrouver en tête à tête avec lui, édifiant non ?

    Hier soir j’entendais Philippe Sollers disant très justement qu’un homme qui aime les femmes ne se comporte jamais comme cela. Si vous faites appel à votre mémoire vous en connaissez beaucoup de femmes capables d’être séduites en grosso-modo 10 minutes au point de vous faire une fellation dans la foulée. Il s’agit d’un geste de grand amour, qui ne s’exécute pas au bout de dix minutes, sauf à payer…. Dans sa jeunesse il a du subir de grandes violences, pour se comporter ainsi. Bon je ne suis pas psychanalyste, mais quand même, je sais me servir de ma tête.

    Une grande partie de cette stratégie et ce que j’entends dans les médias, ne peut découler que d’esprits malades, d’intellectuels complètement dévoyés et pervertis, aussi bien au féminin qu’au masculin. Les avocats sont des menteurs, de mon point de vue, ils ne devraient pas avoir le droit de s’exprimer en dehors d’un tribunal, de plus ils sont formatés pour mentir avec aplomb, et avec un air convaincant., surtout si vous payez cher.

    Publié dans LE COUP DE GUEULE DE PHILIPPE, LES PEOPLE A POIL | 1 Commentaire »

    L’OGRE ALLEMAND RECHARGE SON PORTABLE

    Posté par provola le 6 juin 2011

                                 

    L'OGRE ALLEMAND RECHARGE SON PORTABLE dans EUROPE

     image221762panov9freembfc1.jpg  Une manif à Athènes, le drapeau européen , une croix gammée, l’Union est morte.

     

                                      Il n’aura pas fallu attendre bien longtemps, à peine trois jours, après l’octroi par la BCE et le FMI à la Grèce d’un nouveau prêt de 12 milliards d’euros pour que d’ultimes pans de l’économie grecque (voir l’article « Grèce opération débarras ») tombent dans l’escarcelle allemande.

    La grande braderie peut désormais continuer sans obstacles car les caisses de l’État grec (dit-on) sont officiellement vides, et ce sont aujourd’hui les téléphones grecs qui sont vendus à vil prix à …Deutsche Telekom, bien évidemment. DT déjà 1er actionnaire d’Hellenic télécom s’est ainsi vu attribuer 10% supplémentaires du capital de sa proie pour la modique somme de 400 millions d’euros.

    L’accord, (pour ainsi dire) prévoit qu’une tranche complémentaire de 6% sera de plus vendue à DT en fin d’année ce qui achèvera le passage complet de l’opérateur grec aux mains de ses usuriers. Le pillage systématique se poursuit en toute impunité, bientôt le tarif des communications téléphoniques des Grecs sera aligné sur celui des Allemands, mais les salaires eux, resteront grecs, c’est à dire trois à quatre fois moins élévés en moyenne.

    Une intéressante étude menée par la banque Natixis (rédigée par l’économiste Patrick Artus)  sur la base de données de l’OCDE indique que contrairement à ce qui est souvent annoncé, les Grecs travaillent beaucoup plus que les Allemands, la durée annuelle moyenne d’un Grec est de 2119 heures, celle d’un Allemand, de 1390 heures, un Portugais travaille 1719 h, un Espagnol, 1654 h, un Français, 155 4 heures.

    La productivité d’un salarié allemand, n’est pas meilleure que celle d’un travailleur de l’Europe du sud, la productivité horaire de l’Allemand, elle, n’est pas meilleure que celle des Français ou des Grecs précise Natixis. 

    L’age légal de la retraite de 65 ans et à terme de 67 ans en Allemagne est plus élevé que dans les autres pays mais l’âge réel de départ à la retraite est de 62.2 ans, soit moins élevé qu’au Portugal, 62,6 ans et en Espagne, 62,3 ans.

    La Grèce n’est pas très éloignée de ces termes, l’age légal y est de 61.5 ans et la récente réforme a porté cet age légal à 65 ans ce qui aboutira à un age moyen de départ à la retraite à 63.5 ans à l’échéance de 2015.

    Voilà qui devrait taire un tant soit peu le torrent de « vilipandage » associé au soi-disant laxisme grec. 

    Publié dans EUROPE, GRECE | Pas de Commentaire »

    ON NE LÂCHERA RIEN

    Posté par provola le 5 juin 2011

                       ON NE LÂCHERA RIEN  dans MESSAGES AUX LECTEURS        

     

                                     Je reviens du monde des morts, morts d’avoir trop attendu, une attention, un geste, un égard; morts d’un village éteint comme s’éteindra notre imaginaire, notre bienveillance envers nos enfants. La civilisation a tout pris à ce coin perdu, il ne reste à ces murs autrefois bruyants qu’une extinction de voix et les chats sauvages. Les rares survivants, le coeur serré, attendent les derniers moments, sans illusions, sans penser à demain. Le plus petit village de la Botte trouée a tout compris du système qui emporte les ruines du temps, la richesse en barres. Mangé par un parc national, estampillé bio, Val Grande pour la précision, près du lac le Majeur, qui a donné à manger aux sangliers mais a chassé les ultimes témoins d’un passé pas si lointain, qui a blasphémé d’une palabre disparue à jamais.

    Car l’écologie est ainsi faite, qu’elle n’est qu’une caution au saccage, un alibi à détruire, à brader partout ailleurs comme on ratiboise à l’intérieur, comme on vide à force d’ériger les barrières du vivre sâle.  

    Tout est désespérant, tout semble perdu, pas une rivière propre, pas une once de terrain vierge, pas un rêve qui ne soit souillé par l’angoisse d’un lendemain qui déchante. Partout le même supermarché, la même foire à deux balles, la même issue fatale qui n’a de secours que la mort, et de recours que la dévastation des rayons. 

    Partout des morts de mer, victimes de notre indifférence, cette négation de l’Autre.

    Partout cette même centrale nucléaire qu’on a du mal à éteindre car on ne sait si l’on pourra vivre encore avec un peu moins de lumière sombre, ce téléphone qu’on dit portable mais qu’on trimbale pour rien car les mots vides de sens, sont des sentiments disparus. Partout cette eau frelatée, qu’on dit propre mais gorgée de chlore, de sulfates, de pesticides, de raclures, qui empoisonne les rats d’égouts. Partout cet air de rien, chargé de particules tellement fines qu’on s’y trempe la respiration, qu’on en devient allergique, qu’on préférerait vivre là-haut sur l’Everest où même l’oxygène a convolé en justes noces avec l’anéantissement total. 

    Partout ces princes Charles, ces races d’Albert, ces démons de Sarkozie, ces Berlusconneries, ces chouettes Hulot, partout cette orgie insignifiante, ce modernisme monté sur ressorts, ce trampoline branlant, cette vaste blague.    

    Un feu de bois, des étincelles de bonheur, un blog sans prétention, un instant magique à parler de tout et n’importe quoi, à s’inquiéter du pas cadencé du développement, du désastre environnemental, de notre folie; bien sûr les étoiles sont moins brillantes car la pollution céleste est partout, mais on devine cette voie lactée, derrière le rideau de fumée. Le fil ténu de notre résistance tisse la toile qui pourrait bien piéger les ondes de la propagande mercantiliste, reliés par ce subtil maillon nous ne craignons plus que notre propre découragement.              

    Jeudi, vous avez été 810 à visiter ce blog, signe de votre fidélité, de votre indignation, de votre ras-le-bol. Vous n’êtes pas prêts d’abdiquer, vous n’êtes pas seuls, ci-et-là des âmes en peine, des bonnes volontés errent à la recherche d’un bout d’instinct. Je vous remercie du coup de moral, de cette accolade sans façons, je tâcherai d’être digne de cette confiance et autant que possible par delà les mots, que vaille notre amitié. Soyez-en certains, on ne lâchera rien.       

    Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | 1 Commentaire »

    12
     

    Commission du Développement... |
    MoDem Mulhouse |
    L'Atelier Radical |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
    | Parti Ouvrier Indépendant :...
    | Vivre Villerupt Autrement