MELANCHON: LE SEUL CANDIDAT DE GAUCHE

Posté par provola le 21 juin 2011

                      Je vous l’avais annoncé, j’ai choisi mon camp, La Mélanche, et je vais tacher de m’y tenir sur la longueur, car ce sont les mêmes, depuis des lustres, de De Gaulle, à Pompidou, à Giscard, à Mitterrand, à Chirac, à De Funés, la même politique de défense des mêmes intérêts, des mêmes cliques, des mêmes vases clos, des mêmes cercles. La cinquième République n’aura été que la litanie des semblables et des pareils.

De temps en temps on fait croire à une vraie démocratie qui n’est participative que dans la mesure ou on ne la bouscule pas trop. Dans la mesure où on donne le pouvoir aux partis dits « de gouvernement », parcequ’il y a les partis de gouvernement, et les autres, qui ne le sont pas , et qui sont là seulement pour faire preuve d’un certain pluralisme, d’une possibilité de choix, donnée au peuple. Comme les hormones données aux veaux gras. 

Le seul qui puisse mettre une certaine idée non pas rengaine, en ordre de marche, qui placera le collectif avant l’individu, ceci n’est pas une honte, une plaisanterie, c’est une noble mission. 

Le seul qui puisse mettre un terme à ce manque infernal de gauche vient de se faire élire non sans mal par les restes du PC, qui voient en la Mélanche une planche de salut pour conserver un semblant de crédibilité. Mélanchon, on en pense ce qu’on veut , il est le dernier à pouvoir remuer le cocotier assez fort et nous sortir de cette torpeur citoyenne, du conditionnement consumériste, du vide libéral, du désastre productiviste.

Bien sur il vient de là, du mensonge mittérandien, d’une rose fanée avant d’avoir éclos et on ne vas pas se priver de le lui faire remarquer mais enfin il a fait le choix de se couper le bras droit, de quitter toute la bande de bobos de la rive gauche, de traverser le périph, de mettre ses lunettes de banlieusard, costard trois pièces, et alors?  

On peut même imaginer qu’il reviendra au bercail si le PS se place pour le second tour, il sera bien temps en ce cas de participer aux festivités sans trop se faire marcher sur les pieds. Il faudra alors avoir fait le plein de désespoir, le plein de combativité, le plein de sens.

Il faudra faire taire les restos du coeur, les téléthons, c’est à dire que l’Etat reprenne les choses en main, il faudra aborder la question nucléaire pour en faire l’affaire de tous sous forme référendaire, se lancer dans les énergies renouvelables, la loi électorale, redonner une voix aux muets de l’assemblée nationale, vider les HLM des squatters argentés, relever le niveau des retraites, nationaliser les banques, les autoroutes, redonner de la concurrence aux services, aux médias, à la distribution, réduire les grandes surfaces, embaucher des infirmières, des policiers, des enseignants. 

Avant, il aura fallu faire le plein de gauche, de cette gauche qui n’a pas peur d’augmenter les impôts, d’investir dans les services publics, de ramener le privé à sa juste mesure. Une gauche…de gauche

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement