DSK: LA PISTE DU DOLLAR 3 (Un Président anti-US ?)

Posté par provola le 17 juin 2011

                    Étant donné, nous l’avons vu, que le FMI n’ est rien d’autre qu’un engin de guerre au service unique des intérêts US, que le dollar est la monnaie qui contribue à la domination des USA sur la planète, on peut imaginer que tout ce qui ne défendrait pas cette main-mise totale serait perçu comme une menace et serait éliminé sans complaisance.

Qu’aurait pu faire DSK pour se retrouver au banc des accusés ? Quels desseins pouvait-il contrecarrer, quels enjeux était-il en train de bouleverser, comment et à quel moment devenait-il particulièrement exposé ? 

En fait il faut peut-être revenir à certaines de ses déclarations datant de quelques mois qui montraient clairement combien il était convaincu que le dollar ne pouvait plus rester l’unique monnaie d’échange si l’on voulait réellement apporter un remède à la crise économique.

Cette perspective remettant en cause le leadership des USA, aurait pu faire peser une terrible menace sur la dette des USA qui s’il elle n’était plus garantie par la valeur universelle du dollar aurait rendu le pays en situation de faillite, entraînant en cela la Chine qui reste le principal créancier en dollar des USA.  

Un rapport présenté en 2009 à New York par l’ONU, lors d’une séance spéciale, appelait à établir un nouveau système de réserve monétaire mondial et préconisait l’abandon du dollar, jugé trop instable, comme monnaie de référence

Ce rapport de l’ONU allait dans le sens de Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI, qui, lors d’une conférence donnée à Zurich au début du mois de mai 2009 , aavit appelé à la création d’une monnaie mondiale. M. Strauss-Kahn avait alors indiqué que « la crise est une opportunité pour pousser la création d’une monnaie mondiale et d’une banque centrale mondiale ». Dominique Strauss-Kahn, directeur du FMI (fonds monétaire international) s’était déclaré 

« en faveur de la création d’une devise internationale pour prendre la place du dollar dans les échanges internationaux ».

DSK proposait de remplacer le billet vert, servant actuellement de monnaie de référence par un panier de différentes devises incluant notamment dollars, euros, roupies, yuans, …Comme il l’avait déclaré lors d’un forum,

La stabilité financière du monde ne peut plus dépendre d’une seule devise internationale, comme c’est le cas depuis l’abandon de l’étalon-or“.

Une manière délicate de dire que plus personne ne veut prendre le risque de sombrer en même temps que l’économie américaine. Si ce discours était sérieux, ou qu’il reflètait réellement le sentiment de DSK, cela faisait montre d’un réel courage que de s’attaquer aux États-Unis, et plus particulièrement à leur économie ! Mais il pouvait aussi ne s’agir que de bluff. Les USA ne se cachent pas de se servir de leur monnaie afin de doper leur commerce extérieur, et ne semblent avoir cure de l’instabilité qu’ils créent au travers de leur politique monétaire. Peut-être Strauss-Kahn voulait-il simplement les menacer afin que le mauvais élève rentre dans le droit chemin et de faire bouger les lignes ?

Visionnaire, il évoquait également la possibilité d’une monnaie internationale, de quoi porter sérieusement atteinte aux banques de changes, à la suprématie des états forts sur les plus faibles, aux spéculations monétaires…

Le directeur du FMI était-il anti-américain ?

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement