VASTE FUMISTERIE

Posté par provola le 30 mai 2011

                       J’aime les fumistes, les vrais, mon grand-père en était un, il oeuvrait pour que ses tuyaux de poêle ne laissent échapper la moindre fumée, il tapait pour les rouler, sur des plaques de tôle de zinc à rythme régulier, à s’en tordre les tympans, il formait ses conduits, calibrait les embouts, les installations étaient calibrées au millimètre, à la main, et ses doigts de fée, d’orfèvre du CO2, ajustaient les éléments comme les mécanismes d’une horlogerie suisse.

Je ne sais par quel hasard du langage le terme de « fumiste » est devenu synonyme de mauvais artisan, cela m’attriste mais lorsque je prends connaissance des indices de rejet de CO2 dans l’atmosphère de notre société globalisé et des palabres de ses activistes forcenés, de ses chantres de la croissance, je ne peux que dépoussiérer le compliment devenu insulte au cours des âges, car voilà bien les nouveaux fumistes de l’ère moderne, des usurpateurs ceux-là, qui ont perdu l’amour du travail bien fait, qui considèrent que le développement doit forcément passer par l’encrassage de la chaudière atmosphérique.

La nouvelle qui devrait nous réjouir, la fin de la crise économique, est en fait l’annonce d’un désastre écologique programmé.

L’IEA, l’Agence internationale pour l’environnement vient de communiquer les quantités de CO2 émises par l’humanité en 2010, et comme on pouvait s’y attendre, le résultat a de quoi effrayer. Le record d’émissions a une nouvelle fois été battu avec un total de 30,6 giga-tonnes de CO2, ce qui représente une augmentation de 1,6 giga-tonnes sur 2009. La crise mondiale avait seulement fait fléchir ce triste score de quelques 0,3 giga-tonnes, il aura suffit d’un regain d’activité dans les principaux pays développés pour que la cheminée recommence à cracher.

Le constat est clair, rien n’arrête la course folle, la machinerie s’embale au lieu de freiner, et ni les Kyoto, ni les Copenhague ni feront rien, tout simplement parceque les prêtres de ces fausses messes, les envoyés spéciaux de nos dirigeants écotartufes sont payés pour que les négociations ne viennent entraver le pas cadencé du développement, directement responsable des bouleversements atmosphériques et marins, de la concentration des gaz à effet de serre et de l’acidification des océans.  

Le prochain rapport du GIEC sur le changement climatique sortira l’année prochaine, gageons qu’il ne soutirera de nos consciences anesthésiées par enfumage, qu’un éternuement feutré.

Energie G20

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement