CIAO A TUTTI, A PRESTO

Posté par provola le 31 mai 2011

                 Je retourne un moment au paradis de l’âme, dans la vallée perdue, où les morts sont de bonne compagnie. Là où les Alpes ont tout du Népal, et rien d’Italie. 

Je vous laisse tomber pour quelques jours mais je pense à vous, venez vous promener de temps à autre sur ces pages, cela vous dégourdira les jambes, et l’indignation.

Quand aux méninges, pleines de CO2 et d’angoisses, mettez-les de coté pour un moment, respirez le peu d’oxygène restant ici-bas; salut à tous, à bientôt, comme j’ai déjà eu l’occasion de vous le dire, je vous laisse les clés du blog, et quelques centrales nucléaires en otage.

N’oubliez pas, l’aventure commence. Pleine de révolutions.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

ATHÉNES: OPÉRATION DEBARRAS LES RÉACTIONS

Posté par provola le 31 mai 2011

Article accepté à la publication sur ATHÉNES: OPÉRATION DEBARRAS  LES RÉACTIONS dans EUROPE icone_redacteur2

 

Par Ariane Walter 30 mai 10:50 

je vais me répéter ! Que d’excellents articles , ce matin, sur AV !
J’ai bcp apprécié l’humour tragique du vôtre !

On est dans une situation absurde qui n’aura de cesse que lorsque ces fameuses dettes universelles seront abolies. Plus les jeux de bourse et de banque, plus le commerce poison, plus les médias stériles…
Cela doit s’appeler une révolution…Non ?

Bonne journée à vous et merci !

 

Par PhilVite  30 mai 12:25 

Ça, en matière de trahison des élites, les Grecs, on peut dire qu’ils ont été servis !
Et ça continue.
En plus on leur colle une belle image de grosses feignasses malhonnêtes et le festin peut continuer …
Quand un système part en couille à ce point-là, il n’y a qu’une seule solution, appuyer sur le bouton « reset » pour réinitialiser le bouzin. Et cela seul le peuple grec peut le faire.

 

Par kiouty  30 mai 17:19

  • Oui, mais le problème, c’est que si les créanciers de la Grèce tombent, c’est les banques françaises, allemandes qui tombent aussi du coup (oui parce qu’il y a des expositions entre banques européennes figurez-vous), et c’est une des raisons pour laquelle la Grèce ne s’est pas faite kicker hors de la zone euro.

    De plus, quand on dit « on aide la grece », en realité, ce qu’il faut comprendre c’est « il faut aider les banques grecques parce que comme ça on va aider nos banques et on évitera la chute du chateau de cartes ».

    Evidemment, le chateau de cartes s’écroulera, mais pas avant qu’on ait bien saigné le pays, et qu’on ait tout privatisé, dérégulé et réduit l’état en cendres.

  • Par rakosky 31 mai 02:04  

    Papandréou a été vraiment une loque sur ce coup,parce que qu’en vérité la situation de la Grèce est surtout une menace pour les pays créanciers
    Il aurait juste menacé de ne pas payer ,de leur dire d’aller se faire voir et il tenait toute l’Europe par les c…
    Si les grecs ne paient pas ,c’est la France et l’Allemagne qui plongent
    Un vieux dicton dit que si tu dois 200 roupies à ton banquier,il te tient par la gorge,mais si tu lui dois 40 milliards c’est toi qui le tient par les c..

  • Par rakosky  31 mai 02:14  

    Un autre proverbe yiddish,c’est Shlomo qui n’arrive pas à trouver le sommeil parce qu’il doit de l’argent à son voisin Nathan
    Une nuit ,il se léve ,va à la fenêtre et crie à Nathan
    -Nathan,ton argent je te le rendrai jamais !
    Sa femme lui dit tu es fou pourquoi tu lui as dit ça
    Et Nathan lui réponds
    -Parce que maintenant c’est lui qui ne va pas pouvoir dormir
    Si seulement Papandréou avait la sagesse de Schomo,c’est Merkel et Sarkozy qui passeraient des nuits blanches

  • Publié dans EUROPE, GRECE | Pas de Commentaire »

    VASTE FUMISTERIE

    Posté par provola le 30 mai 2011

                           J’aime les fumistes, les vrais, mon grand-père en était un, il oeuvrait pour que ses tuyaux de poêle ne laissent échapper la moindre fumée, il tapait pour les rouler, sur des plaques de tôle de zinc à rythme régulier, à s’en tordre les tympans, il formait ses conduits, calibrait les embouts, les installations étaient calibrées au millimètre, à la main, et ses doigts de fée, d’orfèvre du CO2, ajustaient les éléments comme les mécanismes d’une horlogerie suisse.

    Je ne sais par quel hasard du langage le terme de « fumiste » est devenu synonyme de mauvais artisan, cela m’attriste mais lorsque je prends connaissance des indices de rejet de CO2 dans l’atmosphère de notre société globalisé et des palabres de ses activistes forcenés, de ses chantres de la croissance, je ne peux que dépoussiérer le compliment devenu insulte au cours des âges, car voilà bien les nouveaux fumistes de l’ère moderne, des usurpateurs ceux-là, qui ont perdu l’amour du travail bien fait, qui considèrent que le développement doit forcément passer par l’encrassage de la chaudière atmosphérique.

    La nouvelle qui devrait nous réjouir, la fin de la crise économique, est en fait l’annonce d’un désastre écologique programmé.

    L’IEA, l’Agence internationale pour l’environnement vient de communiquer les quantités de CO2 émises par l’humanité en 2010, et comme on pouvait s’y attendre, le résultat a de quoi effrayer. Le record d’émissions a une nouvelle fois été battu avec un total de 30,6 giga-tonnes de CO2, ce qui représente une augmentation de 1,6 giga-tonnes sur 2009. La crise mondiale avait seulement fait fléchir ce triste score de quelques 0,3 giga-tonnes, il aura suffit d’un regain d’activité dans les principaux pays développés pour que la cheminée recommence à cracher.

    Le constat est clair, rien n’arrête la course folle, la machinerie s’embale au lieu de freiner, et ni les Kyoto, ni les Copenhague ni feront rien, tout simplement parceque les prêtres de ces fausses messes, les envoyés spéciaux de nos dirigeants écotartufes sont payés pour que les négociations ne viennent entraver le pas cadencé du développement, directement responsable des bouleversements atmosphériques et marins, de la concentration des gaz à effet de serre et de l’acidification des océans.  

    Le prochain rapport du GIEC sur le changement climatique sortira l’année prochaine, gageons qu’il ne soutirera de nos consciences anesthésiées par enfumage, qu’un éternuement feutré.

    Energie G20

    Publié dans ACIDIFICATION DES MERS, RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE | Pas de Commentaire »

    LES INDIGNÉS PRENNENT LA BASTILLE

    Posté par provola le 29 mai 2011

                              

    LES INDIGNÉS PRENNENT LA BASTILLE dans EUROPE dans POLITIQUE

     

                                   Après avoir été vigoureusementet honteusement expulsé de la Puerta del Sol à Madrid par les forces de l’ordre du gouvernement soi-disant socialiste de Zapatero, le mouvement des indignés s’est exporté d’abord à Athènes, puis ce dimanche à Paris où 3000 personnes s’étaient données rendez-vous. Bien sur le comité d’accueil constitué de valeureux CRS était en place, comme d’habitude, le coté obscur de la force, la garde rapprochée de Dark-Guéant. 

    Le début du début du commencement de l’embryon d’une révolte populaire à l’échelle du continent ?

    Un frisson qui ne sait ni d’où il vient ni où il va. Mais tellement sympathique et qui fait chaud au coeur en ces temps de marasme intellectuel; une prise de conscience en tous cas qui transcende les frontières et les partis politiques, l’establishment bruxellois et les directives obsolètes de la Commission européenne.

    Un cri d’alarme contre le chômage de masse, le précariat, la destruction des services publics, la politique libérale en vigueur depuis des décennies en Europe: http://www.youtube.com/watch?v=CWamcn__T1c

    Hasta la victoria, siempre. 

    Publié dans EUROPE, POLITIQUE | 1 Commentaire »

    ATHÈNES: OPÉRATION DÉBARRAS

    Posté par provola le 28 mai 2011

                    Il doit bien rester dans les soutes de l’Acropole, le vaisseau amiral, dans la vasque du Pirée, quelques bibelots, quelques chandeliers dorés, quelques porte-clés qui pourront être revendus aux enchères pour combler le déficit du budget de l’État et de manière subsidiaire pour calmer l’angoise des marchés financiers, des créanciers de la Grèce. Ces créanciers qui se trouvent être quelques fortunés actionnaires de banques allemandes et françaises qui verraient d’un mauvais oeil la première faillite d’une nation à l’image de ce qui existe pour les entreprises privées.  

    Les banquiers du nord se font donc un souci monstre sur la capacité de la Grèce à rembourser à terme une dette en réalité totalement insupportable. Car le noeud  de l’affaire se situe dans cette incroyable contradiction qui existe à vouloir demander à un débiteur exsangue de rembourser en lui administrant du venin pur, des taux d’intérêts impossibles à tenir.

    Tout le monde est conscient de cette contradiction, mais il ne faut pas le dire officiellement. Alors on fait mine de croire que la Grèce va finalement rembourser, comme le Portugal va rembourser, comme l’Italie va rembourser, comme les États-unis vont rembourser. Comme dans un jeu de domino, c’est la chute du premier qui conditionne toute l’hécatombe.

    En fait la cure d’austérité engagée depuis deux ans en Grèce a évidemment empiré la situation au lieu de l’améliorer, le pays qui n’allait déjà pas si bien est carrément rentré dans le mur et la population n’est pas prête à continuer de subir cette simagrée. 

    La fièvre imposée est un vaccin contaminé, une coupe claire dans les dépenses de l’état, une baisse des effectifs dans la fonction publique, une baisse des prestations sociales, ce qui a inévitablement mené le pays dans la spirale infernale de la récession, ce qui a produit une explosion du chômage, un appauvrissement généralisé accompagné de moindres recettes fiscales. Ce qui a grevé sur les comptes publics et conduit à cet état végétatif, cette banqueroute.

    Tout cela n’a surtout pas calmé les velléités de la BCE qui souhaite insister et même durcir ce régime amaigrissant, cette fumisterie, qui ressemble de plus en plus à une anémie programmée. 

    On a trouvé pour ce faire, la méthode miracle: les soldes. Pour se désendetter, il faut solder. Voilà, la Grèce doit vendre tout ce qui reste , les téléphones, les plages, les murs, l’Acropole, et pourquoi pas, après tout, il aura bien un Bill Gates pour se farcir une vieille dame. Il y en a beaucoup en Grèce des temples, et des arênes et d’anciens trésors, pour les économistes européens, cela a encore de la valeur, et il faut vendre pour que les banquiers du nord, les usuriers de la BCE, qui se sont goinfrés durant trente ans sur le dos des Grecs puissent encore s’empiffrer grâce à des taux d’intérêts prohibitifs.

    La désertification industrielle, la dynamique économique alimentée par la dette ont fait tourner les usines du nord et enrichi les banques allemandes et françaises. Tout comme les foyers frappés de sur-endettement sont les pourvoyeurs des usuriers, les meilleurs clients en définitive. Et c’est eux qui sont punis, les parias, les pauvres, qui n’ont que le droit d’enrichir les riches, car les pauvres sont punis d’avoir trop rapporté, d’avoir trop mordu à l’hameçon de la consommation, dans des magasins Carrefour, Intermarché, Auchan, Metro ou Lidl, leaders désormais en Hellénie, appartenant aux familles des grands pays, ceux qui ont le droit de s’enrichir. 

    On le voit ce cercle vicieux a avant tout bénéficié au nord et cette ferraille pèse surtout sur les épaules des pays du sud qu’on appelle avec un brin de mépris les pays du « club méditerranée ».

    On appelle cela l’ »Union »européenne, avec ce sobriquet (union) impropre dorénavant, cette Europe qui devrait au contraire de ce qui se fait, (c’est ce qu’on nous a vendu) protéger les plus faibles, pas les écraser. Et il y a les faibles du sud, et les faibles du nord, qu’on protège, ceux-ci, en exigeant pas qu’ils harmonisent la fiscalité des entreprises sur celle des autres pays membres. (Cas de l’Irlande qui grâce à des taux réduits d’impôts sur les sociétés attire les capitaux au détriment des autres états.) 

    Cet avantage là, on ne l’accorde pas à la Grèce qui a le droit d’acheter des BMW à crédit, en empruntant à une banque, grecque, qui appartient à une banque allemande. Et puis après avoir vendu des BMW à gogo, on explique que les Grecs ne foutent rien, qu’ils l’ont bien cherché, et qu’avec de tels salaires, on ne roule pas en BMW.   

    Publié dans EUROPE, GRECE | 1 Commentaire »

    LE CONTRAIRE DE NOUS-MÊMES: LES RÉACTIONS

    Posté par provola le 27 mai 2011

    Article accepté à la parution sur LE CONTRAIRE DE NOUS-MÊMES: LES RÉACTIONS dans POLITIQUE icone_redacteur2

    Alpo47  26 mai 13:25 

    Toutes ces gesticulations médiatiques ne sont que des « écrans de fumée » pour nous faire oublier l’essentiel : le pillage de nos sociétés par une minorité.
    Ne leur accordons pas davantage d’importance.

     Senatus populusque 26 mai 14:09

  • Les droits de l’homme n’appartiennent à personne, sauf à l’humanité tout entière. Mais ils sont liés à la culture occidentale.

  • L’égalité des droits (isonomia) est d’origine grecque. Les droits de l’Homme sont apparus d’abord en Angleterre (Magna Carta, 1215 ; Habeas Corpus, 1679 ; Bill of Rights, 1689) puis en Amérique (Declaration of Independence, 1776) avant la Déclaration française d »août 1789 (dont plusieurs des auteurs ont été victimes de la Terreur).

  • Mugiwara 26 mai 20:05

    Le pire dans tout ça, en dehors du pillage de nos société, c’est que les intéressés eux mêmes ne sont pas forcément racistes. ce sont surtout de bons acteurs, pas pour rien qu’un acteur célèbre a pu être président des USA à une certaine époque. de tous temps, les dirigeants jouaient en fait les bouffons sans le savoir. il leur fallait animer le pays en gesticulant comme vous le dites. parce que en dehors la passivité légendaire des gens bons, le pays serait, le croit on dans les hautes sphères du pouvoir, incapable d’avancer sans personne à leurs têtes. La belgique prouve et a prouvé maintes fois qu’un pays sans gouvernement peut fonctionner. Il faut simplement un garant de l’unité des assemblées régionaux ou interrégionnaux, genre découper la france en 5 parties comme pour les numéros de téléphone, chose que ça se fait déjà, mais c’est surtout pour éduquer nos gouvernants que je dis ça. être président n’est rien d’autre que d’animer dans la paix et amour pour aspirer à une vie meilleure. dans le cas de l’article présent, il se trouve que la gouvernement est tombé dans la facilité, mais surtout dans l’impuissance, une impuissance d’une force sans nom. 

    En dehors de l’identité nationale, le vrai problème se situe dans la faillite des idées pouvant amener de la prospérité auquelle le pays court depuis bien longtemps. l’identité est devenue plus floue en france comme ailleurs, parce que le peuple a pris conscience qu’il pouvait devenir plus intelligent et donc être plus bon qu’avant, le peuple a décidé sans prévénir les gouvernants actuels ou précédents que la france est juste une région comme une autre qui participe à la recherche du bonheur pour le bien de l’humanité. les tenants de l’identité cherchent desespérement une issue favorable, ne serait ce que pour valider qu’il existe bien une race supérieure à une autre. mais bon, la race n’est supérieure que si tout un peuple se met à faire du sheakspear, et c’est pas un seul shakespear qui rendra tout un peuple supérieur à un autre, loin de là. de là se trouve la réelle identité de la france, elle est simplement en cours d’évolution qui verra son terme seulement qu’après que les acteurs du pays, le peuple donc, aient réussi à se débarasser de ces escrocs qui se disent gaullistes qui sont en fait des sous fifres du front national. jamais chirac n’avait agi de la sorte, maintenant, en dehors de gaulle, les gaullistes tiennent une autre référence grace à sarkozy, et il s’appelle jacques chirac dit le bonimenteur professionnel et amateur de bières, fils de bernadette chirac, la bien aimée et reine du croire savoir vivre… 

    la gauche pendant ce temps ? on gesticule aussi, ça reste encore de la communication. on continue même à gauche d’abuser les médias pour propager les idées. mais, les idées sont innombrables, il y en a même 65 millions d’idées, bon, un peu moins si on décompte les enfants de bas age, quoique … 

    nos chers politiciens doivent se faire une raison, le peuple a gagné voilà 2 siècles, et d’autres ethnies sont arrivées pour le soutenir dans son entreprise d’une vie meilleure basée sur la confiance d’autrui, l’amour pour l’humain quel que soit la couleur. puisqu’on a tous les mêmes besoins, les mêmes envies de vivre, de liberté, d’égalité et de fraternité. 

    Par LE CHAT  26 mai 23:02 

    comme dirait Villach , ces gens ne sont que des leurres d’appel faisant croire à un UMP défendant la France contre l’invasion du tiers monde , ça ne prend plus……………

    Par Thérèse Leduc  26 mai 23:58

    Voilà ceux qui représentent la France (dans le désordre) raciste, homophone, bourgeoise, jalouse, envieuse, cupide, catholique, réactionnaire.

    Bref la France dont nous ne voulons plus. Ils ne sont plus représentatifs de nos valeurs.

    Ils sont une minorité mais usent de leur influence pour garder l’avantage. Ils sont une espèce en voie de disparition qui essaie de survivre par la violence.

    Le peuple doit comprendre que c’est lui qui est représentatif de la France et qu’il est en majorité pour faire change les choses.

    Par Lisa SION 2  27 mai 00:26

    Article courageux et couillu,

    vous dites «  je demande qu’ un contrôle au faciès soit promulgué, dans un souci déontologique,  » si tel était le cas, Longuet ne serait pas ministre de la guerre.. http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar…  » En 1964, il prend part, en compagnie d’Alain Madelin, à la création du mouvement Occident, organisation de militants d’extrême droite souvent impliqués dans des affrontements violents contre l’extrême gauche.En 1967, soupçonné en sa qualité de dirigeant du mouvement d’avoir été co-instigateur d’une expédition violente menée par Occident contre des étudiants d’extrême gauche à l’université de Rouen (l’un de ces derniers étant laissé dans le coma après l’attaque), il est inculpé et incarcéré « Gérard Longuet est condamné le 12 juillet 1967 à 1 000 francs d’amende pour complicité de « violence et voies de fait avec armes et préméditation », en même temps que douze autres militants d’extrême droite, dont Alain Madelin et Patrick Devedjian.  »

    Ce sont ce mec la qui commandent.. !!! Boutons les aux diable dans un an … !!!

    Par Albar  27 mai 08:32 

    Bonjour à tous,
    Guéant, Hortefeux, Morano, Besson… les néo cons français, farouchement anti musulmans, même si ils s’en défendent.

     

    Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

    LE MENU DU G8

    Posté par provola le 26 mai 2011

     LE MENU DU G8 dans CHERCHEZ L'ERREUR

                 Le généreux menu du restaurant le Ciro’s de Deauville offre oeuf mayo, moules marinière, poêlon du pêcheur,
     

    Rappel: Ce sommet est destiné à préparer la présidence française du G20 le 12 novembre à l’issue du sommet de Séoul, et celle du G8 le 1er janvier, qui seront dédiés à la préparation des prochains rendez-vous.

    La plage sera interdite le soir pendant le dîner des chefs d’Etat au restaurant le Ciro’s.(restaurant choisi par le President Français qui le connaît bien). Et jusqu’au Centre International de Deauville le mardi de 11h à 13h.

    12 h 45, accueil par Carla Bruni-Sarkozy des conjoints des chefs de délégations, photographie de famille, déjeuner de travail. 14 h 30, rencontre avec des producteurs normands (villa Strassburger).

    Obama se rend à pied au « dîner de travail »

    Carla montre son ventre, elle porte une robe blanche.

    Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

    Et pendant ce temps là au Japon…..(Merci Philippe)

    Posté par provola le 26 mai 2011

    L’actualité plus ou moins sordide a largement occulté Fukushima, Tepco pénètre progressivement dans les installations du réacteur n° 1

    Les opérateurs de la centrale ont pu constater que l’enceinte de confinement du réacteur n° 1 n’est pas étanche.
    Grâce à l’installation de capteurs de niveau d’eau (le 12 mai) ils ont réalisé que le liquide de refroidissement dans cette cuve n’avait pas été suffisant pour refroidir le cœur.

    L’essentiel du combustible a fusionné, sans doute les premiers jours après l’accident du 11 mars.
    Concrètement cela signifie  que les barres de combustibles se sont cassées et ont fait fondre les gaines pour se transformer en un magma d’environ 2000 degrés.

    Cette lave hautement radioactive, appelée « CORIUM » a alors coulé au fond de la cuve en acier entourant le réacteur qui a perdu son étanchéité .

    Un début de scénario catastrophe qui avait été enclenché sur les réacteurs n°2 et 3.

    Le risque serait que le magma coule sur l’enceinte de confinement (un énorme coffrage en béton de sept mètres d’épaisseur) et la perce pour se répandre dans l’environnement.

    Mais sur le réacteur n°  1 , la température raisonnable de la cuve semble indiquer qu’il y encore de l’eau au fond , capable de refroidir un peu le magma.(sujet à caution) si on lit bien le début de cet article.

    Selon l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire français (IRSN) -le même qui refuse de transmettre ses chiffres à la CRIIAD- , les nouvelles constatations sur ce réacteur ne doivent pas être surinterprétées :

    La situation est grave, mais pas plus qu’auparavant, souligne son directeur de la sûreté des installations, Thierry Charles, (certainement parent avec un certain « Pinocchio ») :
     » le simple fait de constater que la cuve n’est pas étanche , ne change rien en termes de risques ».

    Sur les trois réacteurs, « personne ne peut dire si le « corium » a passé le béton, insiste le spécialiste. (le même qu’un certain Pellerin qui a sévit en avril et mai 1986 au pont de détourner dans son imagination le nuage au delà  des frontières française).

    Tepco s’emploie d’ailleurs à prévenir une éventuelle explosion liée au dégagement d’hydrogène produit par le « CORIUM » potentiel ( le potentiel est en contradiction avec ce qui est écrit au dessus)   au  contact du béton

    Le problème de Tepco désormais consiste à gérer l’eau injectée avec des moyens de fortune pour refroidir les réacteurs.
    Fortement radioactive, celle-ci fuit en dehors de l’enceinte de confinement, voire dans l’environnement et dans l’océan.

    L’objectif du propriétaire est d’arriver à la pomper et à la décontaminer avant de la réinjecter dans les réacteurs.
    Une sorte de circuit fermé de refroidissement de fortune.

    Pour le mettre en place TEPCO s’appuie sur une technologie de décontamination d’AREVA, qui devrait être opérationnelle dans les prochaines semaines (en attendant ça chauffe?????).
    Ce n’est qu’une fois le refroidissement assuré de façon permanente que les équipes d’intervention pourront commencer à récupérer le combustible ( ou le « CORIUM ») des six réacteurs ainsi que le contenu des piscines de stockage .
    Des opérations qui devraient prendre une dizaine d’années.

    En attendant, une vingtaine d’experts de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA)sont attendus à Fukushima, fin mai début juin, pour une mission d’enquête.
    Leur rapport sera remis lors de la conférence ministérielle prévue du 20 au 24 juin à Vienne au siège de l’AIEA.

    A ceci je ferai deux remarques
    - I – AREVA conduite par Me LAUVERGEON a conduit une délégation française  pour faire une estimation de la situation courant Avril, le rapport de retour était limpide, (en gros rien à dire , circulez il n’y a rien à voir)
    - II – L’AIEA est l’autorité qui a refusé de transmettre les chiffres que la CRIIRAD réclamait au droit des citoyens qui financent.

    Quel crédit peut-on apporter à tous ses dires ?????? Cela ressemble une fois de plus à une énorme séance « d’Enfumage »

    Relevé sur l’Observatoire le 19/01/2011 , la rédaction.

    Fusion des trois réacteurs à Fukushima : Les médias regardent ailleurs.

    La situation est grave au Japon, mais les médias français l’ont oublié, TEPCO, l’opérateur de la centrale de Fukushima, l’a reconnu jeudi 12 mai : les cœurs des réacteurs  n° 1,2 et 3 de la centrale de Fukushima ont fondu.
    Plus grave la cuve du réacteur n° 1 est trouée.
    Auparavant il n’étai question que de « fusion partielle » des cœurs , et pas des fuites.

    Des employés de TEPCO viennent de pénétrer dans les réacteurs n° 2 et  3 pour observer l’étendue des dégâts.
    Les médias ont le regard tourné vers New-York et un appartement à 50.000 dollars par mois.
    Excusez du peu………..

    « Il va falloir s’abstenir de manger des poissons et crustacés du pacifique ».

    Philippe « Objecteur de Croissance »

    Publié dans JAPON, NUCLEAIRE | Pas de Commentaire »

    LE CONTRAIRE DE NOUS-MÊMES

    Posté par provola le 25 mai 2011

     

    LE CONTRAIRE DE NOUS-MÊMES dans IDENTITE NATIONALE dans POLITIQUE

                          

     

                                      Ce sont les visages de la France, ouverte, universelle, patrie des droits de l’homme, des lumières. Cette équipe est censée nous emmener tout droit vers la catastrophe globale l’année prochaine, je veux parler d’une réélection de De Funès à la présidence.  Ce sont nos propres visages dans le mirroir,  ceux qui nous représentent, ceux qui nous reviennent en pleine poire, ceux qui nous ressemblent.  

    Si la bêtise ne tue pas, la connerie peut le faire, s’il fallait inventer une parodie du poste de ministre de l’intérieur nul doute que le profil du Guéant apparaîtrait comme un portrait robot d’évidence.

    Le mot d’ordre antifrontiste, avant tout autre forme de procès est de traquer le bougnoul et le bamboula, le gitan, l’Arabe, et parfois même parcequ’on pourrait les confondre avec des faux Français, les bougnats, les Auvergnats. 

    Sans temps mort, et pour prouver qu’il était là pour manier le gourdin, Guéant a d’abord demandé à l’Italie de garder ses réfugiés, avant de squater la frontière de Menton pour faire barrage de son propre corps aux hordes de clandestins, avant de bloquer les trains en provenance de Rome.  

    Guéant protège nos frontières, il n’aime pas les révolutionnaires tunisiens qui n’ont qu’à inventer chez eux leur propre démocratie, il nous explique que 20 000 réfugiés sont un poids insupportable pour la cinquième économie du monde qui de plus par l’intermédiaire de ses plus grands groupes de distribution et du BTP se goinfre sur le dos de la nouvelle démocratie.

    Guéant a mis son casque de chantier en expliquant que nous n’avons surtout pas besoin de main d’oeuvre étrangère pour bâtir nos routes et nos hôpitaux.

    Guéant n’aime pas les enfants d’immigrés qui plombent les performance de notre éducation nationale.

    Hortefeux adoube cette politique, il explique que l’immigration doit faire l’objet d’une politique pragmatique, que la France n’a pas vocation à accueillir la misère du monde.

    Besson et Morano sont les chiens de garde des deux autres, les Saint-Bernard des basses oeuvres, les artificiers, les sans-grades.

    Face à cette calamité, cette meute hurlante, cette idéologie de la terre brûlée, ce carré perdant, je demande qu’ un contrôle au faciès soit promulgué, dans un souci déontologique, je demande de traquer tous les Belphégor et les chacals rodant dans les couloirs du pouvoir, de contrôler les usurpateurs, d’arrêter le parti de l’étranger, ceux en qui les révolutionnaires de 1789 voyaient les vrais envahisseurs de l’intérieur, ceux qui dénaturent notre destin commun, qui bafouent la devise de la République.

    Ce qui parait hallucinant dans ce fatras de bassesses, de répugnantes pulsions, dans ce viol des consciences, c’est notre passivité, notre lâcheté face à cette manipulation électoraliste qui détruit jusqu’à notre âme, ce qui parait irréel et qui pourtant nous regarde chaque jour, c’est ce contraire de nous-mêmes.

     

    Publié dans IDENTITE NATIONALE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

    HALTE A LA CROISSANCE : LA SUITE

    Posté par provola le 25 mai 2011

    Du site: « Développement durable et territoires » Parution de 2004 (merci Philippe pour l’info)

    Lors de sa parution en 1972, le rapport du Club de Rome (dit Rapport Meadows et intitulé Limits to Growth ou Halte à la croissance ?) avait connu un certain retentissement. En 1992, il avait fait l’objet d’une première mise à jour, intitulée Beyond the Limits. Enfin, en 2004 paraissait une seconde mise à jour qui, jusqu’ici, n’a pas été traduite en français : Limits to Growth. The 30-Year Update.

    Les auteurs ont jugé cette mise à jour nécessaire pour deux raisons : d’une part, pour faire le point sur les scénarios élaborés en 1972 et sur leur degré de conformité à la réalité, et d’autre part pour souligner la gravité de la situation actuelle.

    Selon les auteurs, la réalité est relativement conforme aux prévisions de 1972 : en effet, dans les différents scénarios alors élaborés, la croissance était assurée au moins jusqu’en 2015, et c’est seulement ensuite que devait advenir une rupture. Celle-ci prendrait la forme soit d’un effondrement, soit d’une adaptation de l’humanité à la contrainte environnementale, c’est-à-dire d’un apprentissage progressif du respect des limites de la planète.

    C’est justement parce que leurs prévisions semblent se concrétiser que les auteurs ont ressenti le besoin de souligner la gravité de la situation. Car selon eux, depuis le début des années 1990, nous sommes déjà au-delà des limites environnementales, ce qui signifie que notre civilisation n’est pas durable et que nous courrons à la catastrophe. Or, pour éviter que cette catastrophe ne devienne réalité, il faut du temps : nous disposions de 50 ans en 1972. Il ne nous en reste plus que 10 ou 15, ce qui est dérisoire si l’on considère la lenteur et l’inertie des logiques économiques et sociales.

    Au cœur de cet ouvrage se trouve le concept d’overshoot, que certains auteurs traduisent par « dépassement » ou « surchauffe », et qui signifie que nous sommes déjà au-delà des limites de la planète. Le premier chapitre du livre s’ouvre sur cette définition : « to overshoot, cela signifie aller trop loin, aller au-delà des limites, par accident et sans en avoir l’intention » (p. 1). L’overshoot vient toujours de la combinaison de trois facteurs : « (1) un changement rapide, (2) des limites à ce changement, et (3) des erreurs ou des délais dans la perception de ces limites et dans le contrôle de ce changement » (p. 5).

    En 1992, le fait que nous soyons déjà en overshoot était surtout une intuition. Mais en 2004, les auteurs s’appuient largement sur la notion d’empreinte écologique et saluent le travail de Mathis Wackernagel dans la création de cet indicateur. En s’appuyant sur des données chiffrées, ils estiment que notre empreinte écologique a dépassé la « capacité de portage » de la planète dans les années 1980, et qu’elle n’a jamais cessé d’augmenter depuis lors. Il est donc urgent de trouver une stratégie de sortie de crise afin que cet overshoot ne devienne pas effondrement.

    En partant de ce constat, les auteurs analysent les différentes dimensions de cet overshoot (chapitres 2 et 3) et dressent onze scénarios d’effondrement ou d’adaptation qui pourraient mettre fin à cette situation insoutenable (chapitres 4 à 8) : on y retrouve des scénarios d’épuisement des ressources fossiles, d’élévation du niveau de pollution, d’érosion des sols, d’innovations technologiques majeures, d’intervention politique déterminée… Aucun de ces scénarios n’a valeur de prophétie, mais tous doivent être considérés comme des avertissements : « L’éventail des futurs possibles recouvre une grande variété de chemins. Il y aura peut-être un effondrement brutal ; il est aussi possible qu’il y ait une transition en douceur vers la soutenabilité. Mais les futurs possibles n’incluent pas une croissance infinie des flux matériels. Ça n’est pas une option dans une planète finie. » (p. 13)

    Il faut également souligner l’optimisme (relatif) du cinquième chapitre, intitulé « Back from beyond the limits », qui raconte le succès de la lutte contre les CFC responsables du trou dans la couche d’ozone : si les signaux d’alarme sont pris au sérieux et si l’action politique est suffisamment déterminée pour réorienter le marché et l’innovation technique, alors l’humanité est capable de mettre un terme à l’érosion de son environnement en inventant des activités respectueuses des limites environnementales.

    En définitive, cette mise à jour du rapport Meadows a les mêmes défauts que les versions précédentes : il s’agit d’une approche globale, qui considère la planète comme un tout indivisible, sans s’attarder sur les différences entre les territoires ou sur les inégalités entre les populations. De plus, l’élaboration de scénarios à long terme pour l’ensemble de la planète est un exercice difficile. Cependant, la mise à jour des données et l’intégration de la notion d’empreinte écologique enrichit considérablement la réflexion et fournit de bonnes bases pour la fixation d’objectifs globaux et locaux de soutenabilité.

    L’absence de traduction de ce livre est un symptôme de la difficulté de la société française à s’emparer du thème des limites de la planète et de leur rôle dans la définition d’un développement durable. Les auteurs estiment que 10 à 20 ans seront encore nécessaires pour que ce thème devienne consensuel et débouche sur des politiques globales et locales. D’ici-là, ils préparent une troisième mise à jour de leur rapport, prévue pour 2012.

    Publié dans CLUB DE ROME | 1 Commentaire »

    QUAND L’INFO EST DU NIVEAU DE L’HOROSCOPE

    Posté par provola le 23 mai 2011

                                A lire dans l’ordre ou dans le désordre, ce qui n’a aucune espèce d’importance, attention, jus d’info imbuvable à avaler avec modération. Ne rigolez pas, vos médias vous donnent en pâture en ce moment la moitié à peine de ce qui suit et pourtant vous appelez ça de l’information : 

                               Le volcan imprononçable se remet à embuer le ciel et les lignes aériennes, les prévisions pour les jours à venir sont favorables, ce dont tout le monde se fout. L’anti-cyclone est stable sur l’Europe, la dette des états du sud est à l’orage.

                               Martine Aubry fête la victoire du LOSC et se prépare à annoncer sa candidature, elle chante faux, ça promet pour la Marseillaise. 

                               Angela Merkel estime que les habitants des pays du sud européens sont des paresseux et qu’ils feraient mieux de se retrousser les manches au lieu de réclamer qu’on réduise leur dette.

                               Joakim Noah, le basketteur des Chicago Bulls répond aux invectives d’un spectateur dans les tribunes par des insultes à caractère homophobe, ce qui ne passe pas bien aux États-Unis, décidément les Français pètent tous les plombs de ce coté là de l’Atlantique. Le fils de la personnalité la plus populaire et le candidat promis à la Présidence de la République se voient réunis sous le feu des projecteurs coup sur coup. Le fils du père risque la honte de sa vie et une amende de 100 000 dollars.  Cette info ne fera sûrement pas la une chez nous ( info CNN)

                               Zapatero prend la claque de sa vie aux élections municipales, son parti est en déroute, son échec est patent, pourtant, il est hors de question d’anticiper les élections législatives prévues l’année prochaine. Il a encore droit à quelques indemnités et n’a pas encore acquis tous ses points de retraite. 

                               Obama qui avait voilà à peine une semaine enjoint les Israéliens et les Palestiniens d’engager des discutions avec pour objectif les frontières de 1967, après avoir essuyé les remontrances de l’AIPAC, le lobby juif américain, revient sur ses propos en expliquant qu’il fallait comprendre tout autre chose.

    Obama se noyant dans ses précisions, admet que ces fameuses frontières de 1967, n’étaient qu’une base de négociation non pas un aboutissement. Rien de nouveau dans tout cela, on est reparti pour un no man’s land diplomatique pour un bon bout de temps. Il s’agit pour Obama en ces temps de pré-campagne électorale de ne pas se couper de son électorat juif américain en garantissant la sécurité et la pérennité d’Israël, et de faire croire au monde qu’il croit toujours au retrait d’Israël des territoires occupés.  La propagande tente de nous convaincre de l’engagement sincère d’Obama, mais tant qu’on ne verra pas Superman et sa masse aller détruire lui-même les murs des colonies en construction dans les territoires occupés, on ne croira pas à ce qui n’est qu’un effet de manche de plus. 

    Pour la forme, la carte des frontières de 1967:

     

     QUAND L'INFO EST DU NIVEAU DE L'HOROSCOPE  dans CHERCHEZ L'ERREUR carte-israel-1967-1973

     

                                Claude Guéant notre Ministre de l’intérieur, de nos frontières, à nous, en bon Gaulois veut nous protéger de l’invasion des Huns, et des autres, les Francs, qui comme chacun sait sont des peuples venus des contrées de l’Europe centrale et parlent le Français, une langue imprononçable, même pour un Islandais. Guéant souhaite que soit reconnu l’héritage latin de notre pays et soit mise en valeur son origine gauloise sans filtre. Notre langue restera le Latin qui est la langue internationale et qui sera dorénavant enseignée dès le cours préparatoire.

     

    Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, MEDIAS | 1 Commentaire »

    LA PUERTA DEL SOL S’EMBRASE: LOS INDIGNADOS

    Posté par provola le 22 mai 2011

                                     C’est la pièce maîtresse du basculement; la Grèce, puis l’Irlande, le Portugal n’on été que des hors- d’oeuvres, la vraie pierre d’achoppement, la goutte qui fera déborder le vase, c’est l’Espagne. Un chômage à 23% , la moitié des jeunes sans travail, les étudiants espagnols , « los indignados » sont dans la rue depuis une semaine, non seulement à Madrid où ils sont décidé de squatter la « Puerta del Sol »et dans les autres grandes villes du pays mais également à Rome, à Milan, dans d’autres grandes villes européennes en solidarité pour un mouvement qui semble inarrétable. Ici à Rome en un parfait italien, s’il-vous-plaît: http://www.youtube.com/watch?v=9fRDXuFKqco

    On se souvient que le regretté Howard Zynn avait situé à un taux de chômage de 35% le seuil à partir duquel les soulèvements prennent corps, ce qui avait conduit aux grandes protestations populaires des années 1920-1930 aux États-unis. En Espagne, la moitié des étudiants est persuadée de n’avoir aucune chance d’accéder à l’emploi, ils n’attendront pas que la foudre du FMI et de la BCE s’abattent sur eux, car ils n’ont rien à perdre.

    « Toma la calle » , « Tous dans la rue », « le système est obsolète, nous sommes fatigués de cette fause démocratie »  

    « Nous voulons une vraie démocratie, pas dirigée par les actionnaires de la BCE » « Rendez la BCE aux États », « la BCE appartient aux privés, les autres banques aussi », « libérez les moyens de financement de l’économie », c’est à dire, « rendez-les aux états ». « Zapatero, dehors, tu as fait faillite ». Voici quelques slogans entendus montrant l’exaspération des jeunes qui ne sont surs que d’une chose, se retrouver au chômage à la fin de leur cursus. 

    Sont également revendiquées de meilleures conditions sociales, un meilleur partage des richesses.

    Aujourd’hui se déroulent les élections municipales et régionales, un bon coup de balais-brosse pour celui qui voilà peu encore incarnait le rêve du développement économique, le rêve Zapatero.  

    Voici exactement 25 ans (1986) que l’Espagne est entrée dans la Communauté européenne, tous ces jeunes n’ont connu que la politique propagandiste des tenants d’une Europe libérale, mondialiste, d’une Europe à la sauce allemande, les usines en Allemagne et les plages et les bars à putes aux Baléares et sur la Costa del sol, ils n’ont aperçu que les limousines et les supermarchés des européens du nord, ils devront s’en aller ailleurs pour trouver du travail, ils n’auront gagné que les plages du ghetto financier, que les taux d’intérêts des banques du nord, que la tarte à la crème du développement à tout crin.

    Une génération après la grande illusion, devant cette faillite du système, la révolte prend corps. 

    http://www.youtube.com/watch?v=HKV-LQZVVeA&feature=related

    Publié dans ESPAGNE, EUROPE | 1 Commentaire »

    VOUS AVEZ DIT LA GAUCHE ?

    Posté par provola le 21 mai 2011

                                 Si les frasques New-Yorkaises à la mode en ce printemps ne nous concernent que de très loin, l’affaire DSK nous aura au moins renseigné sur les capacités de la gauche à subvenir à ses besoins de subsistance. Car enfin, notre défenseur des pauvres va acquitter une caution de 100 000 dollars pour sa liberté conditionnelle, plus un dépôt de garantie de 500 000 dollars, aux frais de la princesse pour s’offrir les services d’une société de gardiennage, destinée non pas à empêcher les gens de rentrer mais cette-fois-ci à les empêcher de sortir. Et des avocats, pas n’importe lesquels, les meilleurs, les plus chers, à deux millions de dollars, tout simplement, car il faut bien les meilleurs, pour défendre le peuple, car le peuple le vaut bien.

    Ainsi l’homme que le pays s’apprêtait élire à la présidence se trouve en fait à la tête d’un tas de sable mouillé qui ressemble pour la majorité de ses concitoyens à une montagne d’or.

    Et la gauche perd son champion, son mentor, son exemple, les hordes de bobos perdent leur espoir de pouvoir continuer à squatter le sentiment compassionnel à l’abri des projecteurs de la bonne conscience. Comme la droite italienne a son exemple à suivre, son milliardaire à elle, qui a réussi, et qui va faire réussir chaque italien, notre gauche a son patron qui réussi dans ses baskets Nike, devenu son Madoff du bistouri. 

    En même temps, De Funès perd son meilleur adversaire auprès duquel  il ressemble à un « pasteur méthodiste ». De Funès, Ray-Ban sur le crane, myope du cerveau, est l’enfileur de costards trop grands, aux manches qui dépassent, DSK, lui c’est l’aristocratie des affaires, la classe business, la cravatte Armani. Les cartes sont tellement brouillées entre cette droite dite populaire et cette gauche caviar que l’on se demande qui peut encore y placer cette lame de rasoir autrefois tranchante.

    Le curseur n’est plus là, depuis longtemps, la droite attirant les déçus de la redistribution avortée de Mitterrand, et ses sbires pré-retraités, la gauche étant le refuge des classes moyennes, intellectuellement perdue, à part l’horizon du fiscalement correct, la gauche en 4X4, la gauche « sociale-démocrate », la gauche écolo, qui n’a de social et d’écolo que les luttes d’égo des cadres, de démocrate que la valeur du compte en banque.   

    Cette gauche et cette droite sont en fait les deux flancs de la même montagne de la mondialisation, du marché globalisé, l’ubac à l’ombre des délocalisations, du chômage de masse, l’adret sous les flashes des cours de bourse.

    Comment reprocher à la droite des rentiers de faire de la vraie droite, dont le souci est de tenter de rallier à sa cause les volontaires de l’accumulation, les forçats du business, les primo-accédants à la propriété, les petits actionnaires, les croyants du bonheur monétariste ?

    Là où le bât blesse, c’est plutôt du coté de la gauche, d’une gauche qui s’est ralliée à la logique des marchés, on devrait dire rangée à la cause des possédants.

    Car gauche veut dire, si l’on a encore le droit de le dire, solidarité et donc redistribution, partage, pas pression fiscale, et l’impôt n’est pas un blasphème s’il réduit les injustices. Et Ségolène Royal qui se félicite de ne pas augmenter les impôts dans sa région, Jospin qui en son temps supprime la vignette auto en redonnant d’abord le sourire aux propriétaires de Ferrari. Non décidément, les petits, les sans-grades, les exclus de la mondialisation, ceux qui n’ont rien à planquer ne sont plus là, plus à gauche, qui devrait être leur chaloupe.

    Ceux-là sont à l’extrême, pas tellement du coté de Mélanchon, mais plutôt du torchon, qui brûle chez Mariane Le Pen. Ceux-là ont perdu tout espoir dans la politique, ils ont quitté le navire depuis longtemps, ils ne votent plus, sans le savoir ils laissent faire ceux qui ont quelque chose à perdre…et qui ne veulent pas que ça change.           

    Publié dans POLITIQUE | 1 Commentaire »

    L’EMPREINTE HYDRIQUE DES ALIMENTS: Litres d’eau nécessaires pour produire 1kg ou 1l d’aliments. Ce que nous devons manger pour sauvegarder la planète.

    Posté par provola le 20 mai 2011

                         Voici les quantités d’eau nécessaires pour produire un kilo ou un litre d’aliments. Pour chacun des aliments on évalue les quantités d’eau utilisées pour produire un kilo ou un litre de cet aliment, cette eau est composée d’eau « verte », l’eau de pluie évaporée durant la phase de production de l’aliment, l’eau « bleue », l’eau utilisée qui ne retourne pas à son cours d’eau naturel, et l’eau « grise » qui représente l’eau qui sera polluée pour produire l’aliment. Le résultat de la somme de toutes ces quantités d’eau permettent d’établir un classement des aliments suivant leur « empreinte hydrique », on voit que pour produire un kilo de légumes ou de fruits, il faut moins de 1000 litres d’eau. En revanche, à l’autre bout de la pyramide, pour produire 1 kg de viande rouge, il faut 15 500 litres d’eau.

    Si tout le monde se mettait à manger un steak de 100 g tous les jours il faudrait, rien que pour produire ces steaks:

     7 milliards x 1,5 m3 d’eau par jour soit 10.50  milliards de m3. En comparaison le débit de l’Amazone, le plus grand fleuve de la planète est d’environ 200 000 m3/s, soit 720 millions de litres /h ou 17.28 milliards de m3 /jour.    

    Quelques exemples :

    Pour produire 1 tasse de café il faut 140 l d’eau, pour 1 kg de légumes il suffit de moins de 320 l d’eau, pour produire 1 kg de pommes de terre ou de fruits il faut 900 l d’eau. Pour 1 l de lait ou de Yaourt il faut 1000 l d’eau, pour 1 kg de pain, 1300 l d’eau, pour 1 kg de pâtes, 1700 l d’eau, pour 1 kg d’oeufs, de riz ou de poisson, 3400 l d’eau, pour 1 kg de poulet, 3900 l d’eau, pour 1 kg de viande de porc 4800 l d’eau, pour 1 l d’huile d’olives, 4900 l d’eau, pour 1 kg de fromage, 5000l d’eau, pour 1 l d’huile de tournesol, 6800 l d’eau, pour 1kg enfin de viande de boeuf, 15500 l d’eau.  

     L'EMPREINTE HYDRIQUE DES ALIMENTS: Litres d'eau nécessaires pour produire 1kg ou 1l d'aliments. Ce que nous devons manger pour sauvegarder la planète.   dans ECOLOGIE piramideacqua01_1500

     

     

      

    Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

    KHAN, JFK, DÉRAPE SUR SON CHIFFON

    Posté par provola le 19 mai 2011

                     KHAN, JFK, DÉRAPE SUR SON CHIFFON dans MEDIAS

                                 JFK, Jean-François Kahn, pas DSK. Le Khan se lâche, pas le Khan que l’on croit, mais à propos de Khan. Le fondateur de « Marianne », sénateur des mots, ne sait plus se tenir dès qu’il s’agit de ramer à contre-courant. 

    Le Jésus de Manhattan est son mentor et l’on sait qu’on autorise parfois à ses propres amis ce que l’on reprocherait au moindre des nazillons de seconde zone.

    L’acte en demi-teinte de l’ami proche ne serait dans cette fable de La Fontaine qu’un « troussage de domestique ».

    Mine de rien, JFK ressuscite d’un coup de crayon magique l’époque bénie des bonnes et des femmes de ménage dont le devoir était de consentir et qui se devaient de tenir le chiffon d’une main et la chandelle de l’autre.

    On a bien souvent de la peine à trouver une limite à la décence, et à l’age de la retraite. En l’occurrence, il semble bien que le triste JFK ait d’un coup dépassé l’une et l’autre.

    http://www.youtube.com/watch?v=STV7OQGGjEI

    Publié dans MEDIAS | Pas de Commentaire »

    LE FUTUR VIOLÉ

    Posté par provola le 18 mai 2011

                         Il ne fait plus de doute que les calottes de glace de notre Terre-mère disparaissent à une vitesse sans précédent. C’est ce que démontrent les dernières recherches scientifiques révélées fin février à l’occasion de l’année polaire internationale. Le réchauffement global va bientôt permettre la navigation sur les plus hautes latitudes aux limites du Pôle Nord , le pique-nique au Groënland, le bronzage sur la Terre de Baffin.

    Le Pôle Sud n’est pas épargné comme on le croyait jusqu’ici et cela est encore plus préoccupant. Le CO2 anthropique dégèle le permafrost qui commence à libérer un gaz à effet de serre bien plus violent que le dioxyde de carbone, le méthane . 

    Au lieu d’être un électro-choc salvateur, la crise économique et la confusion médiatique recouvrent d’un voile de fumée la menace qui pèse sur les prochains siècles.

    Les difficultés actuelles devraient nous faciliter l’inversion de tendance dans l’utilisation confusionnelle des ressources naturelles. L’agitation politique et la précipitation intellectuelle entièrement vouées au recouvrement financier semblent encore une fois nous mener vers une inutile stabilité des indicateurs commerciaux dans une course folle vers la destruction globale.  

    Nous sommes 7 milliards d’humains mais le sort du seul Président du FMI occupe les gazettes, et les polémiques sur les conséquences d’un fait divers sont la folie d’une fin annoncée.

    Au lieu de nous satisfaire d’ images salasses et volées d’un prisonnier, tournons notre regard sur le visage de nos enfants, nous y verrons le vrai sens de la vie.  

    En bons voyeuristes, ne cherchons pas un hypothétique coupable qui endosserait à l’occasion d’un acte de travers toutes nos propres responsabilités, autrement, nous ne serions que des corrompus pris en flagrant délit de complaisance avec la morale dévastatrice du consumérisme.  

    Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | 1 Commentaire »

    MORT AUX MEDIAS

    Posté par provola le 17 mai 2011

                              Le sort de DSK ne me fait ni chaud ni froid, qu’on ne s’y trompe pas, le bébé de Carla non plus, point de doutes là dessus. Mais face au déferlement de fiel qui soudain a envahi nos écrans et nos journaux, face à cette injection à haute de dose de tranquillisant des foules, je ne peux que les trouver sympathiques. Car je voudrais voir disparaître tout de suite ces hordes de scribouillards et ces acteurs de série B appelés journalistes.

    La photo du pendu étalée en première page des quotidiens, des magazines, le feuilleton du procès en boucle sur les écrans, le visage défait et hagard de DSK, l’indiscrétion absolue, la nouvelle de caniveau, voilà de quoi est faite notre drogue informative. Et le ventre mou de la show girl n’est qu’un apéritif dans cette orgie des excitations narratives.

    Il y a du viol de conscience dans cette presse, de la sodomie intellectuelle, du sperme fouetté projeté à la face du peuple comme une tarte à la crème indigeste. Cette clique pensante est d’une insondable vacuité, animée seulement par les relents du business profitable.  

    Tant que le spectateur transi se laissera berner par cette surenchère destructrice, se trouvera écrasé par ces tonnes d’immondices qui ne cherchent qu’à perpétuer la chaine des désirs et des pulsions consuméristes alors l’oeuvre de conditionnement des masses aura de beaux jours et la liberté ne sera que pure chimère. 

    Mort aux journalistes et merde à leurs patrons.   

    Publié dans MEDIAS | Pas de Commentaire »

    LE BOBO DES BOBOS

    Posté par provola le 16 mai 2011

                             Le champion des faux nés rouges est à terre, le vizir qui voulait devenir vizir à la place du vizir, est en prison et risque 70 ans d’incarcération. Le landerneau médiatique est en émoi, les socialistes sont sous le choc. De quoi parlons-nous ? D’un fait divers sordide, une agression présumée, un chat noir qui traverse la rue du coté de New-York, qui descend de sa Porsche pour aller se planquer dans sa suite à 3000 dollars, enfin quelque chose qui n’a strictement aucune importance pour le commun des mortels, une sorte de mariage de William et Kate, du genre du bébé de Carla.

    On en fait un fromage, la justice américaine d’abord qui fait de la propagande un système, puis les médias qui touchent là au graale des affaires, le scoop qui n’arrive qu’une fois dans la carrière d’un Duhamel ou d’un Poivre D’Arvor, même le fait que l’ on soit à deux doigt d’une déflagration nucléaire au Japon n’existe pas dans nos torchons. Le salmigondis de nouvelles se bousculent, les titres s’empilent à qui mieux mieux, on appelle ça de l’information. Depuis 48 h on emplit des containers de presse sans aucune information. Car on ne sait rien, mais on nous dit tout.

    On évoque le complot, on montre la cage aux fauves, l’inculpé devant son juge alors qu’on explique qu’en France , ça ne se passerait pas comme ça car les images du prétoire sont interdites chez nous. Mais on s’empresse bien sur de les montrer. Les vrais violeurs des intimités, ce sont eux nos Gala et nos Voici, qui s’appellent France 2, TF1 ou Libé.

    On ne sait rien du programme de celui qui devait devenir par la grâce d’une élection manipulée le recours suprême, mais il était le favori, des nantis qui avaient là le moyen de ne surtout pas toucher à leurs privilèges, en disant que c’était un Président de gauche.   

    On occulte que le réacteur N4 de Fukushima est en train de s’enfoncer dans le sol et que l’on risque rien moins qu’une explosion, (voir site Belge de Sciences et Vie), que le N1 qui fait son trou, lui aussi; que la sécheresse met à mal la sécurité des nôtres, de centrales. On oublie les milliers d’enfants crevant chaque jour de faim, du palu ou du sida, dans l’indifférence générale, et l’aval du FMI. On occulte que la Syrie fait mine de s’attaquer à Israël pour susciter une réaction de l’Etat Hébreux, ce qui détourne l’attention sur les massacres du régime, ce qui en définitive profite aux deux états. 

    On oublie Kadhafi, le Yémen, on a retrouvé le Christ.

    On insinue le fait que le sauvetage de la Grèce et du Portugal dépend du sort de DSK, que celui-ci serait la pièce maîtresse des plans de financement du FMI. 

    Manuel Valls pleure le chef déchu devant les caméras, Martine Aubry l’air sombre se désole, Jack Lang, Moscovici, la garde rapprochée qui se voyait déjà dans le wagon des récupérés se trouve jetée sans ménagement sur le ballast, les fesses rougies sentent le roussi.

    Le peuple de gauche, le vrai, observe ahuri  cette curée des fils prodigues vers l’impossible sommet, ces usurpateurs tenter de ramasser les mille morceaux du puzzle présidentiel.

    Publié dans MEDIAS, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

    NOM DE CODE: R134

    Posté par provola le 15 mai 2011

                              La Terre peut bien crever si je peux me payer une caisse avec la clim, et refroidir mon coca à ma guise. Mon compresseur de clim, plein de gaz, plein d’une bombe à retardement, mais tout est sous contrôle , comme Fukushima. On avait tout prévu, tout réglementé, on avait même envoyé Rocard, le vieux sage poursuivre ses chères études du coté du pôle pour être surs que la croissance à coup de gaz lacrymogènes ne gênait pas le passage des pétroliers au dessus de Béring.

    Et moi , dans mon 4X4, direction les Alpes, un zeste d’aventure , la clim à fond , un avant-goût d’altitude, le glacier du râteau , au dessus des Deux-Alpes, une descente d’enfer, surf branché, casque USB, un rien de liberté, un doigt d’honneur aux oiseaux de mauvais augure , aux écolos qui nous empêchent de tout saloper gratis. 

    Retour dans les bouchons, huit heures de route au lieu de six prévus, heureusement, mon moteur pollue moins, nouveau turbo diesel oblige, mais les embouteillages font bondir la consommation, en gros je salie ce que je nettoie , heureusement la clim m’évite d’ouvrir la fenêtre, avec tous ces gaz d’échappement. Mince la clim est en panne, le garagiste me rassure, le compresseur fuit, il remplace le gaz réfrigérant. Du R134, fabriqué en Chine, chez Kangmei, vous pensez si les Chinois se préoccupent de la couche d’ozone, des milliers de mineurs meurent chaque année pour extraire du charbon qui détraque le climat, alors vous pensez, si le monde achète des belles allemandes qui boivent du R134.

    Je me renseigne, une fuite d’un kilogramme de réfrigérant de synthèse dans l’atmosphère produit un effet de serre équivalant à celui généré par l’émission de 1 500 jusqu’à 3 000 kilogrammes de CO2. Et je vais emmerder mon voisin qui fait chier son chien sur mon trottoir.

    On a détecté pour la première fois un immense trou d’ozone au dessus du pôle nord cet hiver, décidément le ciel n’a pas fière allure, je me suis dit quelle infortu…une

    (tout le monde se calme, je n’ai pas de 4X4, je hais le ski et les skieurs, mais j’ai le droit de leur taper dessus)

    Les CFC sont interdits, mais les HFC sont encore autorisés, ils devraient être interdits car ils ne sont pas inoffensifs pour l’environnement, mais qui s’en soucie s’ils permettent de vendre des voitures avec la clim, qui se vendent comme des petits pains ? 

    LA LOI: Il est maintenant obligatoire de vérifier régulièrement les installations de production frigorifiques pour des applications de réfrigération ou de climatisation.

    Toute fuite détectée doit être localisée et faire l’objet d’un enregistrement, d’une réparation et d’un suivi. Le tout doit être documenté pour être présenté à la requête de l’inspection des services de l’environnement. L’exploitant est tenu responsable de la quantité de réfrigérant de synthèse utilisée dans son installation (climatique).

    Si la réparation nécessite la vidange de l’équipement, le liquide frigorigène sera récupéré pour être recyclé.

    LA REALITE: on a remplacé les CFC par les HFC , sans chlore et donc, normalement, (allez savoir) moins puissants agresseurs de la couche d’ozone mais terribles agents d’effet de serre. Le mot d’ordre est simple: il faut vendre des bagnoles, qui sont toutes équipées de clim, et qui sont toutes des dangers potentiels pour l’atmosphère. Les HFC n’ont en rien résolu le problème, auparavant les automobiles n’avaient pas la clim et n’avaient pas de CFC embarqué. On a agravé un problème en pensant le résoudre en affichant l’étiquette écolo.  

    Le fabricant du R134: 

    KANGMEÏ CHEMICAL GROUP

     http://www.kangmei.com/home.htm?gclid=CNjg6qO556gCFUIMfAodwya4Bg

    Quality is our life, La qualité est notre vie. Entrez dans le monde merveilleux de Kangmeï.

    Publié dans DEVELOPPEMENT DURABLE | Pas de Commentaire »

    LES RÉACTIONS À : CES RICHES QUI POMPENT LES PAUVRES

    Posté par provola le 14 mai 2011

    Article accepté à la publication sur LES RÉACTIONS À : CES RICHES QUI POMPENT LES PAUVRES dans ECONOMIE icone_redacteur2

    Par lemouton  14 mai 12:26 

    Et ZUT !! je ne peux « plusser » qu’une seule fois votre article…. smiley
    + 1000 —> pour le moral… smiley

    déjà, il y a quelques temps, Philippe Seguin avait levé quelques beaux lièvres.. smiley

    Par hand87 14 mai 13:01

    Rien de bien nouveau ici, mais ça va mieux en le disant.

    On glisse lentement vers les inégalités d’avant 1789 et je crains que nous ne finissions l’histoire de la même façon : un bain de sang et de larmes.

     

    Nos dirigeants n’ont pas vu venir la révolte dans les pays musulmans. Voient-ils venir celle qui ne va pas manquer d’éclater chez nous ?

     Par ACR26  14 mai 13:20

    Bonjour tout le monde. Je réagis pour la 1° fois sur Agora.
    PROVOLA désolé mais vous êtes loin des faits, bien loin de la réalité car vous relatez une infime partie de ce qui se passe. Quelques exemples :
    Savez-vous qu’en % du PIB nous donnons bien plus pour les retraités US, Monégasques, Luxembourgeois, etc… que pour nos propres retraités. Allez voir du coté des fonds d’investissement qui pillent littéralement nos meilleures entreprises via des sociétés ecran domiciliées dans les paradis fiscaux. Quand le citron est bien pressé ils déposent le bilan, virent tout le monde et laissent les chomeurs à la charge du contribuable. Ces fonds profitent aussi de notre sécurité sociale et de nos mutelles de santé via les cliniques cotées en bourse, les hopitaux, les laboratoires, le matériel médical, etc…
    Pourquoi avons nous autant de fonds qui investissent en france ? Les « repreneurs » d’entreprises bénéficient d’avantages fiscaux considérables, d’exemptions de charges sociales, de terrains, etc… Là encore quand le terme de tous ces avantages est atteint ils vont voir ailleurs en nous faisant un grand bras d’honneur.
    Quid de l’évasion fiscale des fortunés ? Où sont nos sportifs grassement payés, nos « artistes », nos grands patrons, etc… Ils sont en Suisse, au Luxembourg, en Belgique, etc… afin d’echapper à l’impôt alors qu’ils bénéficient souvent des subventions de l’état ou des collectivités locales. Plongez-vous dans les comptes du foot, du tennis, du cinéma, etc.. et vous comprendrez l’ampleur du phénomène !
    La liste est longue….
    Il faut aussi dire que l’impôt sert à construire les infrastructures, financer les écoles, les hopitaux, etc… L’exilé fiscal ou celui qui profite de toutes les niches fiscales pour diminuer considérablement son impôt est aussi celui qui profite le plus des routes qui menent aux stations de ski ou au bord mer, des aéroports, mais aussi des meilleures écoles, des meilleurs hopitaux, etc.. donc à charge du contribuable de base y compris celui qui est au RSA et qui paye, comme vous le dite, la TVA.
    La TVA parlons en ! La baisse de la TVA sur la restauration profite bien plus aux groupes etrangers de restauration rapide, aux grands groupes hoteliers, aux grands palaces qu’au petit restaurateur du coin ! Mais là c’est tabou, faut pas le dire !
    Et notre ministre qui insinue adroitement que le RSA profite aux salops de chomeurs qui ne veulent pas travailler ! Il oublie de dire qu’il est issu d’une grande famille d’industriels qui ont délocalisé, profité des paradis fiscaux, etc… et qui sont aussi gérants de sociétés conseils en investissements… c’est a dire de gens qui ont allegrement participé à la montée du chomage de masse !
    Je pourrai vous en faire 2500 lignes de tous ces exemples. Mais restons corrects car cela risquerait de facher nos politiques et nos très riches, nos salariés de luxe qu’il ne fait surtout pas confondre avec les patrons, les vrais patrons, ceux qui portent leur petite entreprise à bout de bras et qui payent leurs impôts, beaucoup d’impôts pour compenser ce que nous volent ceux qui accusent les jeunes d’incivisme, ceux qui veulent mettre le voleur de poules en prison, ceux qui traitent les chomeurs de feignants.
    Je précise que je ne suis ni riche, ni chomeur, ni voleur, ni restaurateur. Je suis de droite et je n’ai pas voté pour l’actuel président qui n’est à mes yeux qu’un camelot. Et je paye mes impôts !!

    Par ROBERT GIL  14 mai 14:01

    Nous ne pouvons pas continuer à transférer la richesse de la nation à ceux qui sont au sommet de la pyramide économique – ce que nous avons fait depuis environ trente ans – tout en espérant qu’un jour, peut-être, les avantages de ce transfert se manifesteront sous la forme d’emplois stables et d’une amélioration des conditions de vie de millions de familles qui luttent pour y arriver chaque jour.,lire ci dessous :

    Par TOUSENSEMBLE retraité FRONT DE GAUCHE  14 mai 15:42 TOUSENSEMBLE retraité FRONT DE GAUCHE ancien delegue du personnel sante social

    OK MR GIL

    POUR L IMMOBILIER QUE PENSEZ VOUS D’ UNE TAXE TOBIN DE 10% POUR LES LOGEMENTS SALUBRES ET 30 % pour les logements….INSALUBRES

    IDEM POUR LES PLACEMENTS BOURSIERS ET REMBOURSEMENT PAR LES BANQUES DES FRAIS PRIS SUR LES PETITS COMPTES…

    CERTAINES SCI BRADENT LEURS LOGEMENTS….DANS LE 197ME ET 20 7ME….PEUR DE L ’ARRIV2E D’UNE VRAIE GAUCHE NON-DSK en 2012,,,,,

    degageons les tousensemble

    Par Wàng  14 mai 16:03 Wàng

    Le progressivité de l’impôt n’a rien de juste ! C’est un dogme communiste.

    La justice, dans l’idéal, ce serait de considérer l’état comme un club et que chacun paie la même contribution, ou alors que le poids du vote soit déterminé par le poids de la contribution. Sinon on a une majorité qui peut traire et tyranniser à loisir une petite minorité de « riches » au détriment de la prospérité de tous !

    Déjà supprimer toute progressivité et toute surtaxation de l’épargne (ISF, droits de succesion) serait un grand pas en avant, par exemple, en supprimant la CSG payée à la source et instaurer un impôt sur le revenu à taux unique.

    Par VivreDifferent  14 mai 17:05 VivreDifferent

    OK, mais à une condition : supprimer le droit d’héritage, c’est-à-dire supprimer le droit, garanti actuellement par l’Etat, de posséder des richesses que l’on a pas produites, mais que l’on a reçues par héritage ou donation. Si chacun débute dans la vie avec rien, ou la même chose que tous les autres, alors on peut accepter que l’impôt n’ait pas un rôle de redistribution (encore que cela peut être discuté, on peut en effet estimer qu’une certaine dose de solidarité fait partie des devoirs civiques).

    Le problème de l’impôt, c’est qu’il taxe beaucoup les créateurs de richesse et peu les rentiers. Les impôts sur les revenus du travail sont très élevés, ceux sur la consommation moyens, et ceux sur les revenus financiers et le patrimoine très faibles.

    @ L’auteur .

    C’est exactement ça :

    Prenons l’exemple d’une assurance voiture , une personne « aisée » paiera sa prime intégralement en une fois .
    L’autre catégorie , sera obligé d’échelonner ses paiements par mensualités , ce qui fera exploser le montant de ses primes d’assurance , habitation , voiture , etc …

    Son compte sera plus sujet aux agios de toutes parts .

    Comme vous l’expliquez aussi , la moindre amende ne pouvant être payée cash , sera majorée .
    Sans parler des impots .

    On peut donc dire que pas mal de société se gavent sur la pauvreté et cela , sans réelles justifications car une compagnie d’assurance , en l’occurrence , ne subit pas de réel préjudice pour un paiement mensualisé .

    L’usure est donc devenue monnaie courante smiley pour les pauvres et cela sans aucune possibilité d’y échapper .

    Alors quand j’entends Wauquiez , stigmatiser les bénéficiaires de minimas sociaux qui réinjecte tous leurs revenus dans le système commercial .

    Je me dis que ces gens sont vraiment dans un autre monde . 

     

     

    Publié dans ECONOMIE | Pas de Commentaire »

    12
     

    Commission du Développement... |
    MoDem Mulhouse |
    L'Atelier Radical |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
    | Parti Ouvrier Indépendant :...
    | Vivre Villerupt Autrement