• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 26 avril 2011

L’EUROPE DE TCHERNOBYL A LAMPEDUSA

Posté par provola le 26 avril 2011

                  De retour sur la planète internet, après une brève respiration salutaire, une accalmie des mots, je vous retrouve avec un plaisir infini, remonté comme une pendule, avec son système à retardement, programmé pour les prochaines élections présidentielles. Comme vous êtes toujours aussi solidement voués au suicide collectif et lucides aux mauvaises nouvelles de ce blog, je ne vais surtout pas me gêner de cogner sur les nouveaux moulins à vents qui ne sont pas ceux qu’on croit, qui sont plutôt du coté des cracheurs de poussières et des diviseurs de rêves en tranches.  

Je ne vais pas manquer de brancher sur une note optimiste ce mécanisme à expulser les enfoirés aux gouvernes, les usurpateurs de Bruxelles, d’instruire un autre destin pour notre chaloupe commune, pour nos enfants.

En attendant la mise à feu, il reste quelques os à ronger et des angoisses à secouer; comme De Gaulle voyait l’Europe de l’Atlantique à l’Oural, je la vois de Tchernobyl à Lampedusa, sur la diagonale des fous, européens. D’un coté, la métaphore de la mégalomanie industrielle, de l’irresponsabilité, de l’autre la négation du vivre ensemble, la preuve d’une dérive droitière. Dans les deux cas pourtant, à 25 ans d’intervalle, la même logique, celle du tiroir-caisse. De l’individualisme forcené, de la division des peuples , pour mieux régner, pour mieux affoler, pour mieux affamer, pour mieux vendre.

Voilà ce qui pèse en ce 25 ème anniversaire de la pire catastrophe industrielle de notre continent, un bout de Terre qui veut donner des leçons mais surtout refourguer sa daube atomique au monde entier, mais aussi refouler les candidats au bonheur hors de ses frontières, hors de ses murs, de ses barbelés, de ses supermarchés, de ses comptes en ordre , de ses paradis fiscaux.

Car l’Europe n’est rien d’autre qu’une immense boutique à machins chinois, dirigée par une bande d’énergumènes incontrôlés ( la bande de la Commission totalement hors contrôle des citoyens), une machine à sous, à broyer des acquis sociaux, à privatiser les profits, à nationaliser les risques. Une boite à fric , comment le dire, à faire du fric pour l’Allemagne et à vendre des BMW pour les pauvres du sud. Des banques, allemandes et françaises qui prêtent à des taux d’usuriers pour continuer le commerce des berlines.  Des supermarchés du nord qui envahissent les paysans du sud, qui volent l’emploi, qui laminent le tissu social, qui ratissent le sol des identités nationales.

Car l’Europe se défausse de son devoir de solidarité vis à vis des pays d’Afrique qu’elle a exploité et paupérisé durant des siècles, car l’Europe est un mythe pour les déçus du grand projet, une illusion pour les clandestins. L’Europe des 500 millions d’habitants, une paille, ne peut pas recevoir la misère de 20 000 tunisiens, un jus d’orange.

Car l’Europe est un projet pour techniciens de la finance, un casino où la majorité perd à tous les coups, et où peu emportent la mise, tout le temps.

Traverser l’Europe c’est comprendre les contradictions du libéralisme imposé et le traumatisme d’un progrès virtuel, c’est apprendre la marche à reculons, c’est suivre la balade des rentiers.

Traverser l’Espagne et le Portugal, pays en crise s’il en est, cela veut dire embrasser des centaines d’éoliennes ( moches pour qui ne veut pas les aimer, mais éternelles), mais aussi respirer l’air nouveau du futur; traverser la France, pays riche s’il en est c’est croiser des centrales nucléaires mortelles ( temps de vie quarante ans, des déchets impossibles à caser) soi-disant propres et sures, cette technologie qu’on dit infaillible et qu’on ne discute pas.

D’un coté la tentative de croire en l’avenir, de l’autre la dictature du présent qui ne veut pas disparaître. 

Publié dans ECOLOGIE, EUROPE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement